Version classiqueVersion mobile

Effets de style au Moyen Âge

 | 
Connochie-Bourgne Chantal
, 
Douchet Sébastien

Deuxième partie. La fabrique du style

La fabrique du style

Sébastien Douchet

Texte intégral

1Les modes d’écriture médiévaux mettent au défi l’analyse stylistique : la culture du topos, le goût de la reprise et de la formule, la pratique de la traduction sont autant de caractéristiques qui enracinent le texte dans un autre texte et en brouillent la singularité. L’hypertexte médiéval est sans doute, et de loin dans la littérature française, celui qui propose le tissage le plus dense d’éléments exogènes dans sa trame. Les œuvres artistiques n’échappent pas davantage à cette problématique de la convention. La possibilité même d’un style en propre s’en trouve-t-elle réduite à néant ? Le chapitre qui suit démontre qu’il n’en est rien : c’est précisément dans le creuset des contraintes imposées par le mode d’écriture dérivatif qui caractérise l’œuvre médiévale que naît la fabrique du style.

2Pour le texte médiéval, traduire n’est pas mourir un peu. La notion d’« imitation créatrice » que développe F. Laurent en fournit la preuve et réaffirme, dans la continuité du précédent chapitre, que la stylistique médiévale est une discipline comparative. L’auteur, prenant acte du fait que le style repose sur l’écart avec une norme, essaie de trouver une solution au problème méthodologique que pose une norme médiévale inconnue de nous. Les textes traduits permettent néanmoins de saisir un autre type d’écart, fructueux lui aussi : celui qui sépare la langue source de la langue cible, et cela dans le Roman de Rou de Wace et l’Estoire des Ducs de Normandie de Benoît de Sainte-Maure, tous deux adaptés du De Moribus et Actis primorum Normanniæ ducum de Dudon de Saint-Quentin. Les critères de comparaison retenus par F. Laurent ne se contentent par ailleurs pas de la simple (quoique redoutable) question de la fidélité à la source et intègrent également à son évaluation stylistique des critères aussi importants que le genre ou les conditions de composition et de réception. L’observation de ces écarts permet de caractériser la nature esthétique et la portée idéologique des textes. V. Greene, à partir d’un texte très différent, propose une analyse de la Séquence de sainte Eulalie, unicum dont les faits de style ne peuvent être saisis avec pertinence qu’à travers les choix opérés sur ses hypotextes latins, comme par exemple le récit plutôt que le lyrisme, et l’expression adjectivale comme support de la moralisation. M. White-Le Goff ne procède pas autrement, ajoutant une dimension nouvelle à ces exercices de comparaison translinguistiques : le passage de la forme prose à la forme vers dans la récriture en ancien français de la légende de saint Patrick par Marie de France. De micro-analyses en micro-analyses l’auteur cerne les procédés d’une écriture expressive et vive, et prenant toujours en considération le poids des contraintes formelles du vers, rejoignant en cela les propositions méthodologiques de C. Voyer sur les parts subjectives et objectives de l’approche stylistique de l’œuvre médiévale.

3La conscience qu’avaient les médiévaux de faire rejouer dans leur production d’autres œuvres est soulignée par les contributions de J.-P. Martin et de V. Obry. La citation par remploi et détournement de traits de langue vise à créer dans l’œuvre nouvelle un effet stylistique. Cette citation peut, au sein d’un même genre, être considérée en diachronie. Par exemple certaines chansons de geste du xiie siècle usent d’effets d’archaïsme (emploi de termes qui n’ont plus cours, de la parataxe, de l’imparfait épique) afin de créer une fiction de célébration. Ille et Galeron de Gautier d’Arras illustre le cas de transferts stylistiques génériques : l’usage de la formule dans les scènes de batailles ou dans la désignation des personnages crée des effets d’épique qui contribuent paradoxalement à la construction du personnage romanesque.

4Ce dont se jouent (et que déjouent) les auteurs médiévaux constitue une difficulté d’analyse pour l’étude des œuvres, car il n’est pas toujours aisé de faire le départ entre convention et créativité sur le plan du style. La répétition, d’œuvres à œuvres, de mêmes traits formels semble en neutraliser la valeur stylistique et trouer la surface du texte ou de l’œuvre de zones ininterprétables du fait de leur duplication dans des contextes très variables. La stylistique médiévale se doit aussi d’approcher et d’interroger ces lieux problématiques de l’œuvre. L’œuvre sculptée de Nicolas de Verdun analysé par L. Terrier, est un témoin important du « style 1200 » mosellan qui reprend à l’art antique et à l’art byzantin sicilien certaines de leurs techniques pour rendre la physionomie des corps (drapés, plis, dessin du visage). Les dessins de Villard de Honnecourt et les sculptures d’Hugo d’Oignies s’inscrivent dans ce mouvement. Mais chacun possède une forte conscience de la valeur singularisante du style car, comme le montre l’auteur, tous insèrent dans leurs œuvres, avec plus ou moins de virtuosité, une touche qui permet de distinguer, au sein du style collectif, des styles personnels et modernes. S. AbiKer interroge quant à elle, dans la Vie des pères, un autre type de réduplication conventionnelle susceptible de neutraliser l’approche stylistique : la réitération lexicale. Les outils contemporains de la grammaire énonciative permettent de jeter un jour neuf sur les théories médiévales de la rhétorique, et comme le montre l’auteur, loin d’être un procédé insignifiant, le procédé stylistique de la réitération lexicale possède une valeur poétique qui se double d’un discours théologique sur l’ambiguïté et la faiblesse du langage humain. Du côté du style descriptif et du topos de la descriptio puellae, M. Rolland-Perrin, propose une analyse de Galeran de Bretagne qui relève la part d’inventivité de Renaut dans l’utilisation du cliché mais aussi son ingéniosité dans le dialogue intertextuel qu’il instaure avec la matière romanesque. L’empreinte laissée par un artiste sur un patron conventionnel est bien ce que l’on appelle style, et ce style peut également relever de la syntaxe iconographique. J. Arrouye, à partir des annonciations d’Ambroggi Lorenzetti, de Giovanni del Biondo (xive siècle) et de Gentile da Fabriano (xve siècle) démontre que, malgré le caractère traditionnel de l’organisation syntaxique de ce type de représentation, qui fonctionne comme un code à l’intention des spectateurs, de nombreuses et subtiles variations viennent modifier l’effet visuel et la portée du message théologique de chacune des œuvres. Le style est précisément ce qui, dans le discours iconographique, tente de cerner au plus près l’infigurabilité du mystère de l’Annonciation. Pour autant, l’exploration des frontières du style ne débouche par nécessairement sur le postulat selon lequel tout est style. S. Marcotte en apporte la confirmation lorsqu’il se demande si la notion de style est pertinente pour la « littérature » juridique médiévale. La variation linguistique à l’œuvre dans les contrats notariés se coule dans les contraintes propres à ce type de document qui doit rester recevable du point de vue du droit. La conclusion de l’auteur est que la variation linguistique n’a pas de valeur stylistique et que la marge de liberté que s’octroient les rédacteurs de ces documents relève d’une forme de rhétorique qui se « manifeste hors du style ».

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search