Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Thessalonique capitale ou métropole byzantine ?

Les despotes à Thessalonique

Renaud Rochette

Résumé

À partir du début du xive siècle, des despotes sont envoyés gouverner la région de Thessalonique. Le phénomène n’a pas été suffisamment continu pour que les historiens puissent employer le terme de « despotat », comme en Morée. Pourtant, la pratique est la même : l’empereur envoie ses fils diriger des parties de l’Empire, ce qui a été abusivement assimilé aux apanages occidentaux. L’utilisation des sources diplomatiques permet de mieux cerner cette réalité. En fait, les despotes nommés à Thessalonique et ailleurs sont placés à la tête de circonscriptions préexistantes regroupant plusieurs katepanikia. En outre, dès leur reconquête par Jean III Vatatzès, Thessalonique et la Macédoine ont probablement eu un statut administratif différent au sein de l’Empire. C’est dans cette continuité que se situe la nomination de despotes, voire de co-empereurs. Leur autonomie est réelle, mais l’autorité de l’empereur continue de s’imposer.

Texte intégral

  • 1 Pour éviter toute ambiguïté, nous avons systématiquement référé les personnes mentionnées dans cet (...)

1À partir du règne d’Andronic II (1282-1328), les fils de l’empereur, qu’ils portent le titre d’empereur ou de despote, sont placés à la tête de grandes subdivisions territoriales de l’Empire. Dans le cas de la Morée, la présence continue de despotes depuis la nomination de Manuel Cantacuzène1 en 1349 a conduit les historiens à parler de « despotat de Morée » et à en faire une entité pratiquement indépendante. À Thessalonique, la situation est différente : à la place des despotes, on peut trouver un empereur, voire une impératrice, et il arrive qu’il n’y ait aucun de ces trois dignitaires. La présence de despotes à Thessalonique se situe dans le cadre plus général de la création d’unités territoriales confiées aux fils de l’empereur et abusivement qualifiées d’apanages. Cette nouvelle pratique soulève le problème de l’affaiblissement ou non de l’autorité impériale. Dans le cas précis de Thessalonique, il faut déterminer à quoi correspond le ressort du despote – s’il s’agit d’un territoire spécifiquement créé pour lui ou s’il existe indépendamment – et quels sont les pouvoirs dévolus au despote. Les sources littéraires, essentiellement préoccupées par le pouvoir central, se soucient peu de ces problèmes. Néanmoins, la relative abondance des archives diplomatiques pour cette époque permet de lever un peu le voile.

  • 2 Ibid., 21475.
  • 3 Ibid., 21361.
  • 4 Voir dans ce volume l’article d’Élisabeth Malamut, « Pouvoir et influence des impératrices de Thess (...)
  • 5 PLP 21499.
  • 6 PLP 21456.

2Le premier despote en charge de la région de Thessalonique est Jean Paléologue2, premier fils qu’Andronic II a eu avec sa seconde épouse, Yolande de Montferrat / Irène Paléologue3. Cette nomination en 1304 a lieu dans un contexte particulier. Le mariage d’Andronic II avec Yolande de Montferrat avait pour but de mettre fin aux revendications des Montferrat sur la région de Thessalonique, que l’impératrice a apportée en dot. Cependant, l’impératrice, souhaite que ces enfants héritent de cette partie de l’Empire ; Andronic II a refusé toute idée de partage au nom de l’unité de l’Empire4. Envoyer le despote Jean gouverner la région de Thessalonique peut paraître contradictoire. Du reste, la pratique semble d’abord provisoire : à la mort de Jean en 1307, aucun de ses frères despotes ne lui succède. Il faut attendre 1321 pour voir un autre despote à Thessalonique : Constantin5, deuxième fils d’Andronic II. Alors que les tensions entre Andronic II et Andronic III s’accroissent, c’est probablement un moyen pour garantir la fidélité de la région. Après la conversion monastique de Constantin Paléologue en 1322, le dernier fils d’Andronic II, Dèmètrios6 lui succède à une date inconnue : on sait qu’il dirige la région de Thessalonique jusqu’en 1328, date à laquelle il s’enfuit en Serbie.

  • 7 Alfred Bellinger et Philip Grierson, Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collect (...)

3Ces pratiques semblent contredire le refus d’Andronic II de diviser l’Empire, surtout si l’on y ajoute l’accord entre Andronic II et Andronic III de juin 1328, qui prévoit que ce dernier reçoive le territoire entre Chrysopolis et Sèlymbria pour le gouverner en propre. Andronic II est probablement conscient des risques que cela fait courir à l’unité de l’Empire, comme le suggère le monnayage le montrant en compagnie d’Ahiyyah, prophète méconnu lié à la division du royaume d’Israël à la fin du règne de Salomon7.

  • 8 Pseudo-Kodinos. Traité des offices, éd. Jean Verpeaux, Paris (Le Monde byzantin), 1966, p. 167.

4Le territoire confié au despote n’est pas défini. On ne peut même pas parler de despotat, car la collation du titre et la nomination à la tête d’une subdivision de l’Empire sont sans rapport. Comme le rappelle le Pseudo-Kôdinos, le despote, le sébastocrator et le césar n’ont aucune charge à moins de se voir confier un commandement8. Il se trouve juste que certains despotes (toujours les fils de l’empereur, jamais les parents par alliance) exercent des commandements régionaux : on ne peut donc parler de despote de Thessalonique, car le titre n’est pas lié à un ressort.

  • 9 Ljubomir Maksimović, The Byzantine Provincial Administration under the Palaiologoi, Amsterdam, 1988 (...)
  • 10 Manuel Libéros (PLP 14889), duc de Boléron et Mosynopolis, Serrai et Strymôn : Les archives de Sain (...)
  • 11 Ljubomir Maksimović, op. cit., p. 88-102.

5Reste à savoir si le territoire confié au despote correspond à quelque chose. En matière d’administration locale, les Paléologues héritent du système des Laskarides. L’unité de base est le katepanikion, ancienne subdivision du thème, dirigé par un kephalè9. S’il est question de ducs de thèmes en Anatolie, seuls deux sont connus pour la partie européenne de l’Empire malgré l’abondance des sources diplomatiques10. Le thème est une circonscription qui n’est plus guère attestée que dans les recensements fiscaux11. De plus, la mention de « duc et kephalè » tend à montrer que le titre de kephalè s’impose progressivement pour désigner les représentants de l’empereur au niveau local.

  • 12 Michael Angold, A Byzantine Government in Exile, Londres, 1975, p. 243-296.
  • 13 Georgii Acropolitae opera, éd. August Heisenberg et Peter Wirth, t. I, p. 83-84 et 139. Ruth Macrid (...)
  • 14 Theodori Ducae Laskaris epistulae CCXVII, éd. Nicola Festa, n° 204, p. 254.

6Après leur conquête par les Laskarides, les provinces européennes ont peut-être été administrées comme un ensemble à part12. Georges Akropolitès, chargé de la région en 1256, se donne le titre de praitôr, mais il est difficile de savoir s’il s’agissait de son titre réel ou de son équivalent littéraire. Il a été précédé dans cette fonction par Andronic Paléologue et Théodore Philès, nommés en 1246 et 124813. Une lettre de Théodore IILaskaris fait aussi référence à un praitôr, ce qui garantit l’existence de cette fonction14. Néanmoins, les actes conservés des personnes en charge de la partie européenne de l’Empire sous les Laskarides et Michel VIII Paléologue ne laissent apparaître aucun titre spécifique.

  • 15 « ἢ ἀπὸ τῶν καθολικῶς κεφαλατικευόντων εἰς τὰ κατὰ Δύσιν κάστρα καὶ τὴν χώραν τῆς βασιλείας μου ἢ ἀ (...)
  • 16 « παρὰ τῶν κεφαλατικευόντων κατὰ καιροὺς καθολικῶς ἢ μερικῶς εἰς τὸν τόπον Σερρῶν τε καὶ Ζίχνας », (...)
  • 17 Actes d’Esphigménou, éd. Jacques Lefort, Paris, 1973, n° 18, p. 129 (octobre 1330) ; Actes de Vatop (...)

7La situation change sous Andronic II. Dans un chrysobulle en faveur de Zôgraphou daté de septembre 1327, l’empereur mentionne ceux qui sont chargés du kephalatikion sur l’ensemble des villes et des territoires situés en Occident et ceux qui l’exercent sur une partie de ce territoire15. En mars 1313, il a déjà utilisé cette distinction, mais en insistant sur le katepanikion d’application16. Il existe donc deux types de kephalè : ceux qui exercent leur fonction sur l’ensemble du territoire (katholikôs) et ceux qui l’exercent sur une partie de celui-ci (merikôs). Le chrysobulle en faveur de Zôgraphou permet de comprendre à quoi correspond le titre de kephalè d’Occident mentionné dans deux documents17 : les kephalades dirigeant les katepanikia de la région de Thessalonique sont coiffés par ce kephalè d’Occident.

  • 18 Gabriel Millet, « Inscriptions byzantines de Mistra », Bulletin de correspondance hellénique, no 23 (...)

8Il ne s’agit pas d’une particularité de Thessalonique : les mêmes formules se retrouvent à propos de la Morée et de Lèmnos18. La situation de Lèmnos est assez voisine de celle de Thessalonique : des despotes gouvernent l’île, mais pas de manière continue ; ils exercent leur autorité sur plusieurs kephalades ; quand il n’y a pas de despote, l’île est gouvernée par un kephalè qui peut aussi être qualifié de duc, voire d’apographeus.

  • 19 « ὁ δεσπότης Κωνσταντῖνος διὰ θαλάττης ἐς Θεσσαλονίκην ἐπίτροπος καὶ διοικητὴς τῶν τῆς Μακεδονίας π (...)
  • 20 « Δημήτριον τὸν δεσπότην έπιτροπεύοντα τηνικαῦτα Θεσσαλονίκης καὶ τῶν πέριξ », Nicephori Gregorae B (...)

9Un certain nombre d’éléments indiquent que les despotes présents à Thessalonique, de même que les empereurs, ne font que remplacer le kephalè d’Occident. Lorsqu’ils rapportent l’envoi du despote Constantin Paléologue pour gouverner la région de Thessalonique (1321), Nicéphore Grègoras et Jean Cantacuzène utilisent deux expressions voisines : Grègoras le qualifie d’épitropos et dioikètès des affaires de Macédoine, et Jean Cantacuzène écrit qu’il doit être épitropos de Thessalonique et des autres villes d’Occident19. Grègoras utilise une expression voisine au sujet de Dèmètrios Paléologue, en expliquant qu’il est épitropos de Thessalonique et des régions alentour20. Épitropos et dioikètès ne sont pas des titres en usage dans l’administration impériale, mais il est courant que les œuvres littéraires utilisent des équivalents moins prosaïques que le vocabulaire administratif : le fait est connu pour la géographie, mais il s’applique aussi aux fonctions.

  • 21 PLP 91038.
  • 22 « κύριον Ἰωάννην τὸν Ἄγγελον εἰς κεφαλὴν τῶν κάστρων καὶ χωρῶν Βλαχίας », cf. Ioannis Cantacuzeni.. (...)
  • 23 « Ἄγγελον Ἰωάννην ἐπίτροπον εἶναι Θετταλίας », cf. ibid. II, p. 312.

10Jean Cantacuzène livre la clef lorsqu’il recopie dans ses Histoires le chrysobulle de nomination de Jean Ange21 à la tête de la Thessalie. Le chrysobulle utilise l’expression très officielle de kephalè des villes et territoires de Vlachie, déjà utilisé par Andronic II au sujet des kephalades généraux22. En revanche, le texte des Histoires présentant le chrysobulle qualifie Jean Ange d’épitropos de Thessalie23.

  • 24 PLP 1489.
  • 25 « Ἀνδρόνικον τὸν Ἀσάν […] τὴν ἐπιτροπὴν καὶ διοίκησιν ἔχων ἐκεῖνος τῶν Πελοποννησίων Ῥωμαίων », cf. (...)
  • 26 « κῦρ Ἀνδρονίκου Παλαιολόγου τοῦ Ἀσάνη εἰς κεφαλὴν ἐν τῇ Πελοπονήσῳ τυγχάνοντος », cf. Herbert Hung (...)
  • 27 PLP 19306.
  • 28 « τὸν ἐπάρχον τὸν Μονομάχον ἐπιτροπεύοντα Θεσσαλίας », cf. Ioannis Cantacuzeni..., op. cit., II, p. (...)
  • 29 « [ἐπάρχου] κυρίου Μιχαὴλ τοῦ Μονομάχου εἰς κεφαλὴν εὑρισκομένου τῆς χώρας Βλαχίας (I. Bogiatzidou, (...)

11D’autres éléments garantissent cette équivalence. Grègoras explique qu’Andronic Asanès24 avait l’épitropè et la dioikèsis des Romains du Péloponnèse, expression déjà utilisée au sujet du despote Constantin Paléologue25. Un acte du patriarcat indique qu’il est kephalè dans le Péloponnèse26. De même, Cantacuzène qualifie Michel Monomachos27 d’épitropos de Thessalie28 ; un acte patriarcal le dit kephalè du territoire de Vlachie29. Un examen plus approfondi des ouvrages historiques de Grègoras et Cantacuzène indique qu’ils utilisent épitropos comme équivalent littéraire de kephalè, réservant le terme archôn pour des formulations plus vagues.

  • 30 PLP 29129.
  • 31 « πρὸς τὸν πανευτυχέστατον σεϐαστοκράτορα κυρὸν Κωνσταντῖνον τὸν Τορνίκιον ἔτυχε γὰρ οὗτος ἐν Θεσσα (...)

12On peut donc considérer que, lorsqu’ils sont nommés pour diriger la région de Thessalonique, les despotes assument très probablement les fonctions du kephalè d’Occident. Le problème est de savoir s’ils étaient nommés en tant que tels. Le cas de Constantin Tornikès30 résume le problème : il est explicitement mentionné comme exerçant les fonctions de kephalè de Thessalonique, mais n’utilise jamais le titre dans sa signature31.

  • 32 Constantin Sathas, Μεσαιωνικὴ Βιβλιοθήκη, t. VI, Venise-Paris, 1877, p. 642-645 ; Ioannis Cantacuze (...)

13La présence discontinue des despotes à Thessalonique ne correspond pas à la création d’un territoire qui serait spécifiquement constitué pour eux au cas par cas : les despotes s’insèrent dans le cadre administratif préexistant. Le cas de Thessalonique permet donc de mieux cerner la situation générale. Reste à savoir si la nomination d’un fils de l’empereur au lieu d’un fonctionnaire correspond à un délitement du pouvoir central. Les prostagmata de nomination, de même que le chrysobulle de nomination de Jean Ange, ne donnent aucune précision sur les pouvoirs conférés aux différents fonctionnaires régionaux (kephalades, prokathèmenoi, kastrophylakes)32.

14En revanche, les documents des monastères athonites, placés sous la juridiction des kephalades d’Occident, permettent d’entrevoir les relations entre le despote et le pouvoir central. De ce point de vue, la situation des despotes à Thessalonique est plus facile à cerner que celle des despotes en Morée.

  • 33 Ioannis Cantacuzeni..., op. cit., II, p. 320.
  • 34 PLP 10983.
  • 35 PLP 21460.
  • 36 PLP 29750. Voir Actes de Lavra, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Nicolas Svoronos et Denise Papachr (...)

15La nomination et la révocation se font à la discrétion de l’empereur : dans ses attributions régionales, le despote ne diffère donc pas d’un autre fonctionnaire. Dans la plupart des cas, la nomination est viagère, mais il n’y a pas de transmission héréditaire. Le chrysobulle de nomination de Jean Ange indique explicitement que le kephalatikion n’est pas une fonction transmissible33. Le caractère viager de la position n’est même pas garanti. En 1355, Jean V Paléologue tente de déplacer le despote Manuel Cantacuzène, qui dirige la Morée, à Lemnos pour pouvoir éloigner Matthieu Cantacuzène34, mais les Cantacuzènes parviennent à faire échouer le projet. Cet échec est purement circonstanciel car il est lié aux difficultés de Jean V à affirmer son autorité après la guerre civile. Il a moins de difficultés avec son fils Théodore35, qu’il nomme d’abord à Thessalonique avant de le transférer en Morée : sa seule action connue dans son premier poste est la remise d’un bien au césar Alexis Ange36. Jean VIII procède à plusieurs rotations des despotes.

16Les archives diplomatiques permettent d’entrevoir le fonctionnement de l’administration byzantine. Le premier point à relever est que l’activité administrative des despotes a laissé peu de traces : leur présence n’empêche pas l’émission de prostagmata et de chrysobulles, ce qui signifie que l’autorité de l’empereur continue de s’exercer en dernier ressort.

  • 37 Dèmètrios Paléologue : Actes de Chilandar, éd. L. Petit et B. Korablev, t. I, Saint-Pétersbourg, 19 (...)
  • 38 Actes de Chilandar, t. I, n° 86, p. 186 (novembre 1322) ; Actes de Xéropotamou n° 23, p. 178 (août  (...)

17Un autre signe du maintien de l’autorité de l’empereur est visible à travers l’action des fonctionnaires. À partir des Laskarides, les fonctionnaires signent systématiquement comme serviteur (doulos) de l’empereur et sont désignés comme familiers (oikeios) de l’empereur. Dans les années 1300-1320 (despotats de Jean, Constantin et Dèmètrios Paléologue), les fonctionnaires continuent d’agir comme douloi de l’empereur malgré la présence d’un despote. Dans certains cas, le despote est simplement chargé de mettre en application un horismos de l’empereur37. À deux reprises, Dèmètrios Paléologue utilise la formule « en vertu de l’aumône de l’empereur », généralement utilisée par les fonctionnaires pour indiquer qu’ils agissent en vertu des pouvoirs conférés par l’empereur38. La présence d’un despote pour gouverner la région de Thessalonique ne diminue en rien l’autorité impériale.

  • 39 PLP 21513.
  • 40 Laskaris Métochitès (PLP 17893) : Actes de Docheiariou, éd. Nicolas Oikonomidès, Paris, 1984, n° 41 (...)
  • 41 PLP 21454.
  • 42 Actes de Xéropotamou, n° 21, p. 175 (v 1322) ; Actes de Chilandar I, n° 76, p. 168 (novembre 1322)  (...)
  • 43 Théodore Paléologue (fils de Jean V) [PLP 21460] : Acta et diplomata Graeca Medii Aevi, éd. F. Mikl (...)
  • 44 Actes de Dionysiou, n° 28, p. 158-159.

18En revanche, à partir du despotat de Manuel Paléologue39, on voit apparaître des douloi du despote40. Cela fait écho à une importance croissante des despotes, qui se manifeste aussi dans les archives diplomatiques. Dans les années 1320, les actes de Dèmètrios Paléologue41 (les seuls conservés pour le début du xive s.) sont qualifiés de parakeleuseis42. Cela permet de distinguer les ordres du despotes des horismoi de l’empereur tout en gardant la même idée. À partir du milieu du xive s., les actes des despotes sont systématiquement qualifiés d’horismoi43. Dans certains cas, cela rend difficile l’attribution d’un acte à un empereur ou à un despote44.

  • 45 Laskaris Métochitès (doulos du despote), Georges Doukas Tzykandylès (PLP 28126) et Laskaris Képhala (...)
  • 46 Paul Gazès (PLP 3452) et Georges Prinkips (PLP 23746) : Actes de Lavra, t. III, n° 161, p. 160 (avr (...)
  • 47 Paul Gazès et Georges Prinkips : Actes de Docheiariou n° 53, p. 278 (mai 1409) ; Actes de Dionysiou(...)
  • 48 Kassandrènos (PLP 11313) : Actes de Chilandar, éd Mirjana Živojinović, Vassiliki Kravari et Christo (...)

19Néanmoins, certains éléments montrent que l’autorité du despote n’éclipse pas celle de l’empereur. Des actes peuvent être signés par un doulos de l’empereur et un doulos du despote45. Dans de nombreux cas, il est question de douloi de l’empereur et du despote46. Ces mêmes douloi peuvent aussi se dire simplement douloi de l’empereur à une date où le despote est présent47. Il est probable que les douloi n’aient pas été attachés à la personne de l’empereur ou du despote : lorsqu’il y a plusieurs empereurs, la même personne est désignée comme « oikeios de ma majesté impériale » par chacun des coempereurs48. La formule employée par les fonctionnaires pourrait varier selon le donneur d’ordres.

  • 49 Andronic Paléologue : Actes de Lavra, t. III, n° 161, p. 157 (avril 1409) ; Arkadios Vatopédinos, o (...)
  • 50 PLP 91872.
  • 51 PLP 3452.
  • 52 PLP 23746. Actes de Lavra, t. III, n° 161, p. 156-160.
  • 53 Actes de Lavra, t. III, n° 162, p. 162-163 (avril 1409).

20En effet, le despote n’agit pas indépendamment de l’autorité de l’empereur. Il continue de mettre en œuvre des ordres du souverain49. Certains cas montrent que les gens de la région de Thessalonique agissent sans tenir compte du despote en s’adressant directement à l’empereur. Les moines de Lavra souhaitent procéder à un échange de biens avec le fisc. Ils vont voir Manuel II, qui donne l’ordre au despote Andronic et au kephalè de Thessalonique, Manuel Eskammatisménos50 de faire procéder à un recensement fiscal, et ceux-ci transmettent l’ordre à Paul Gazès51 et Georges Prinkips52. En revanche, il est intéressant de relever que l’acte des recenseurs n’est pas garanti directement par l’empereur, mais par le despote, même si celui-ci explique constamment que tout s’est déroulé conformément à l’horismos de l’empereur53.

  • 54 Actes de Docheiariou, n° 54, p. 283-284 (février 1414).
  • 55 Ibid., n° 55, p. 287 (février 1416).

21Parfois, le despote peut être laissé de côté. Lorsque les moines de Docheiariou demandent à Manuel II de résoudre un différent qui les oppose à Xèropotamou, l’empereur ordonne à Manuel Eskammatisménos de trancher le conflit, sans la moindre référence au despote Andronic54. Plus étonnant, lorsqu’il apprend que les moines de Xèropotamou l’ont dupé en se faisant délivrer un acte de confirmation sur la foi d’un faux rapport, Manuel II annule toute la procédure et transmet l’affaire au métropolite de Thessalonique, sans tenir compte du despote55.

Conclusion

22La présence d’un despote à Thessalonique ne signifie donc pas que la région échappe à l’autorité du pouvoir central. Sur un plan politique, la nomination d’un despote à la place d’un kephalè général permet d’occuper les fils de l’empereur et de décourager d’éventuelles révoltes : il est révélateur que les guerres civiles de l’époque des Paléologues soient déclenchées par des aînés impatients et non par des cadets qui se sentaient exclus. Sur un plan administratif, cela signifie que les grandes unités territoriales sont confiées à un personnage qui possède une partie de la dignité impériale, car le despote utilise la formule « ma majesté impériale » (hè basileía mou), comme l’empereur. Il a donc la capacité de prendre certaines décisions de son propre chef, ce que ne peuvent faire les simples douloi. Dans un Empire dont la continuité territoriale n’est plus garantie et où les communications sont malaisées, cela permet de rapprocher le processus de décision, tout en sauvegardant l’autorité de l’empereur, dont les décisions continuent de s’imposer. Cette forme de décentralisation est la véritable originalité de la nomination des despotes.

Notes

1 Pour éviter toute ambiguïté, nous avons systématiquement référé les personnes mentionnées dans cet article à leur numéro dans le Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit. Pour Manuel Cantacuzène, cf. PLP 10981.

2 Ibid., 21475.

3 Ibid., 21361.

4 Voir dans ce volume l’article d’Élisabeth Malamut, « Pouvoir et influence des impératrices de Thessalonique… », p. 60-61.

5 PLP 21499.

6 PLP 21456.

7 Alfred Bellinger et Philip Grierson, Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection, t. V.1, Washington (DC), 1999, p. 143-145. Ahiyyah indique le soutien de Dieu à Jéroboam révolté et prophétise la séparation des dix tribus du nord des deux du sud (1 R. 11, 29-39), avant d’annoncer au même Jéroboam, devenu roi d’Israël, que Dieu lui a retiré sa confiance (1 R. 14, 1-18).

8 Pseudo-Kodinos. Traité des offices, éd. Jean Verpeaux, Paris (Le Monde byzantin), 1966, p. 167.

9 Ljubomir Maksimović, The Byzantine Provincial Administration under the Palaiologoi, Amsterdam, 1988, p. 70-83 et 117-123.

10 Manuel Libéros (PLP 14889), duc de Boléron et Mosynopolis, Serrai et Strymôn : Les archives de Saint-Jean-Prodrome sur le mont Ménécée, éd. André Guillou, Paris, 1955, n° 31, p. 105 (horismos d’Andronic III [mars 1334]). Georges Apokaukos [PLP 1182] : Jean-Michel Spieser, « Inventaire en vue d’un recueil des inscriptions historiques de Byzance », Travaux et mémoires, n° 5, 1973, n° 29, p. 176-177 (inscription de Thessalonique où il agit sous les ordres du despote Manuel Paléologue [1369-1373]).

11 Ljubomir Maksimović, op. cit., p. 88-102.

12 Michael Angold, A Byzantine Government in Exile, Londres, 1975, p. 243-296.

13 Georgii Acropolitae opera, éd. August Heisenberg et Peter Wirth, t. I, p. 83-84 et 139. Ruth Macrides, George Acropolites. The History, Oxford, 2007, p. 27-28, 243, 244, 321.

14 Theodori Ducae Laskaris epistulae CCXVII, éd. Nicola Festa, n° 204, p. 254.

15 « ἢ ἀπὸ τῶν καθολικῶς κεφαλατικευόντων εἰς τὰ κατὰ Δύσιν κάστρα καὶ τὴν χώραν τῆς βασιλείας μου ἢ ἀπὸ τῶν μερικῶς κεφαλατικευόντων ἐν αὐτοῖς », cf. Actes de Zographou, éd. W. Regel, E. Kurtz et B. Korablev, Saint-Pétersbourg, 1907, n° 26, p. 26.

16 « παρὰ τῶν κεφαλατικευόντων κατὰ καιροὺς καθολικῶς ἢ μερικῶς εἰς τὸν τόπον Σερρῶν τε καὶ Ζίχνας », cf. Les archives de Saint-Jean-Prodrome, op. cit., n° 6, p. 49.

17 Actes d’Esphigménou, éd. Jacques Lefort, Paris, 1973, n° 18, p. 129 (octobre 1330) ; Actes de Vatopédi, éd. Jacques Lefort, Christophe Giros et Kostis Smyrlis, t. II, Paris, 2006, n° 144, p. 397 (juin 1375).

18 Gabriel Millet, « Inscriptions byzantines de Mistra », Bulletin de correspondance hellénique, no 23, 1899, p. 104 (1314/15), 110 (novembre 1318), 114 (février 1320) et 117 (septembre 1322). Le titre lui-même est mentionné dans un chrysobulle de septembre 1322 : « κεφαλὴ τῆς κατὰ τὴν Πελοπόννησον χώρας καὶ τῶν κάστρων τῆς βασιλείας μου » cf. Gabriel Millet, op. cit., p. 115. À Lèmnos, le despote Dèmètrios Paléologue s’adresse aux archontes kephalades de l’île (ἄρχοντες κεφαλάδες τῆς Λήμνου) : Βυζαντινὰ ἔγγραφα τῆς μονῆς Πάτμου, t. I, éd. Era Branousè, Athènes, 1980, n° 45, p. 321.

19 « ὁ δεσπότης Κωνσταντῖνος διὰ θαλάττης ἐς Θεσσαλονίκην ἐπίτροπος καὶ διοικητὴς τῶν τῆς Μακεδονίας πραγμάτων », cf. Grégoras, I, p. 354 ; « Κωνσταντῖνον τὸν δεσπότην τριήρεσι μακραῖς πρὸς ἑσπέραν ἐκπέμψῃ, Θεσσαλονίκης καὶ τῶν ἄλλων ἑσπερίων πόλεων ἐπιτροπεύσοντα », cf. Ioannis Cantacuzeni eximperatoris historiarum libri IV, éd. L. Schopen, Bonn, 1828-1832, t. I, p. 129.

20 « Δημήτριον τὸν δεσπότην έπιτροπεύοντα τηνικαῦτα Θεσσαλονίκης καὶ τῶν πέριξ », Nicephori Gregorae Byzantina historia, éd. L. Schopen, Bonn, 1829-1855, I, p. 394.

21 PLP 91038.

22 « κύριον Ἰωάννην τὸν Ἄγγελον εἰς κεφαλὴν τῶν κάστρων καὶ χωρῶν Βλαχίας », cf. Ioannis Cantacuzeni..., op. cit., II, p. 320.

23 « Ἄγγελον Ἰωάννην ἐπίτροπον εἶναι Θετταλίας », cf. ibid. II, p. 312.

24 PLP 1489.

25 « Ἀνδρόνικον τὸν Ἀσάν […] τὴν ἐπιτροπὴν καὶ διοίκησιν ἔχων ἐκεῖνος τῶν Πελοποννησίων Ῥωμαίων », cf. Nicephori Gregorae..., op. cit., I, p. 362.

26 « κῦρ Ἀνδρονίκου Παλαιολόγου τοῦ Ἀσάνη εἰς κεφαλὴν ἐν τῇ Πελοπονήσῳ τυγχάνοντος », cf. Herbert Hungern et Otto Kresten, Das Register des Patriarchats von Konstantinopel, t. I, Vienne, 1981, n° 35, p. 276 (avril 1316).

27 PLP 19306.

28 « τὸν ἐπάρχον τὸν Μονομάχον ἐπιτροπεύοντα Θεσσαλίας », cf. Ioannis Cantacuzeni..., op. cit., II, p. 190-191.

29 « [ἐπάρχου] κυρίου Μιχαὴλ τοῦ Μονομάχου εἰς κεφαλὴν εὑρισκομένου τῆς χώρας Βλαχίας (I. Bogiatzidou, « Τὸ χρονικὸν τῶν Μετεώρων », Ἐπετηρὶς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν, n° 1, 1924, p. 157 (mars 1393).

30 PLP 29129.

31 « πρὸς τὸν πανευτυχέστατον σεϐαστοκράτορα κυρὸν Κωνσταντῖνον τὸν Τορνίκιον ἔτυχε γὰρ οὗτος ἐν Θεσσαλονίκῃ κεφαλατεύων », cf. Actes de Zographou, op. cit., n° 7, p. 20. Il signe « ὁ δοῦλος καὶ συμπένθερος τοῦ κραταιοῦ καὶ ἁγίου ἡμῶν αὐθέντου καὶ βασιλέως ὁ σεϐαστοκράτωρ », ibid., n° 6, p. 18 ; n° 7, p. 24.

32 Constantin Sathas, Μεσαιωνικὴ Βιβλιοθήκη, t. VI, Venise-Paris, 1877, p. 642-645 ; Ioannis Cantacuzeni..., op. cit., II, p. 312-322.

33 Ioannis Cantacuzeni..., op. cit., II, p. 320.

34 PLP 10983.

35 PLP 21460.

36 PLP 29750. Voir Actes de Lavra, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Nicolas Svoronos et Denise Papachrysanthou, t. III, Paris, 1979, n° 150, p. 118 ; n° 151, p. 121.

37 Dèmètrios Paléologue : Actes de Chilandar, éd. L. Petit et B. Korablev, t. I, Saint-Pétersbourg, 1911, n° 86, p. 186 (novembre 1322) ; Actes de Xéropotamou, éd. Jacques Bompaire, Paris, 1964, n° 23, p. 178 (août 1324).

38 Actes de Chilandar, t. I, n° 86, p. 186 (novembre 1322) ; Actes de Xéropotamou n° 23, p. 178 (août 1324).

39 PLP 21513.

40 Laskaris Métochitès (PLP 17893) : Actes de Docheiariou, éd. Nicolas Oikonomidès, Paris, 1984, n° 41, p. 234 (février 1373).

41 PLP 21454.

42 Actes de Xéropotamou, n° 21, p. 175 (v 1322) ; Actes de Chilandar I, n° 76, p. 168 (novembre 1322) ; n° 86, p. 187 (novembre 1322) ; n° 87, p. 187 (novembre 1322) ; Actes de Xéropotamou n° 23, p. 178 (août 1324). Référence à une parakéleusis de Dèmètrios Paléologue : Actes de Xénophon, éd Denise Papachrysanthou, Paris, 1986, n° 19, p. 158 et 161 (1322/23).

43 Théodore Paléologue (fils de Jean V) [PLP 21460] : Acta et diplomata Graeca Medii Aevi, éd. F. Miklosich et J. Müller, t. V, Vienne, 1897, p. 171 et 174 (1391/92). Théodore Paléologue, fils de Manuel II (PLP 21459) : Spyridon Lampros, Palaiologeia kai Peloponnèsiaka, t. IV, Athènes, 1930, p. 104 et 105 (novembre 1427) ; ibid., p. 109 (septembre 1433) ; Acta et diplomata Graeca, op. cit., p. 174 et 175 (décembre 1442). Andronic Paléologue (PLP 21427) : Actes de Lavra, t. III, n° 162, p. 162 et 163 (avril 1409) ; Aus den Schatzkammern des Heiligen Berges, éd. Franz Dölger, Munich, 1948, n° 45-46 IV, p. 129 (février 1415) ; Arkadios Vatopédinos, « Ἁγιορειτικὰ Ἀνάλεκτα », Γρηγόριος ὁ Παλαμᾶς, n° 3, 1919, n° 40, p. 430 (décembre 1416) ; Actes de Dionysiou, éd. Nicolas Oikonomidès, Paris, 1968, n° 16, p. 103 (mars 1417) ; Actes de Dionysiou, n° 17, p. 106 (octobre 1418) ; Aus den Schatzkammern, op. cit., n° 31, p. 87 (septembre 1419) ; Arkadios Vatopédinos, op. cit., n° 39, p. 430 (juin 1420) ; Arkadios Vatopédinos, op. cit., no 38, p. 339 (août 1420) ; Actes de Dionysiou, n° 18, p. 109 (septembre 1420) ; Arkadios Vatopédinos, op. cit., n° 32, p. 333 et 334 (avril 1421). Constantin Paléologue (PLP 21500) : Spyridon Lampros, op. cit., p. 15 et 16 (mars 1440) ; ibid., p. 17 et 18 (février 1444). Dèmètrios Paléologue (PLP 21454) : Actes de Lavra, t. III, n° 171, p. 193 (novembre 1447) ; Actes de Lavra, t. III n° 172, p. 195 (janvier 1448) ; Βυζαντινὰ ἔγγραφα..., op. cit. I, n° 45, p. 321 (novembre 1448 ?) ; Spyridon Lampros, op. cit., p. 14 (1449-1460) ; ibid., p. 190 et 191 (février 1450) ; ibid., p. 192, 194 et 195 (juillet 1450) ; Miodrag Marković, « Vizantiske povelje Dubrovačkog arhiva », ZRVI, n° 1, 1952, p. 250 et 251 (août 1451). Thomas Paléologue (PLP 21470) : Spyridon Lampros, op. cit., p. 232 (octobre 1450) ; Miodrag Marković, op. cit., n° 5, p. 246 et 247 (juillet 1451) ; Spyridon Lampros, op. cit., p. 237 (août 1454).

44 Actes de Dionysiou, n° 28, p. 158-159.

45 Laskaris Métochitès (doulos du despote), Georges Doukas Tzykandylès (PLP 28126) et Laskaris Képhalas (PLP 11677) « douloi de l’empereur » : Actes de Docheiariou, n° 41, p. 234 (février 1373).

46 Paul Gazès (PLP 3452) et Georges Prinkips (PLP 23746) : Actes de Lavra, t. III, n° 161, p. 160 (avril 1409). Constantin Paléologue Oinaiôtès (PLP 21028), Jean Rhadènos (PLP 23991) et Étienne Doukas Rhadènos (PLP 23999) : Actes de Docheiariou, n° 56, p. 290 (décembre 1418) ; Actes de Lavra, t. III, n° 165, p. 175 (janvier 1420). Étienne Doukas Rhadènos : Actes de Saint-Pantéléèmôn, éd. Paul Lemerle, Gilbert Dagron et Sima Ćirković, Paris, 1982, n° 18, p. 128 (mai 1419).

47 Paul Gazès et Georges Prinkips : Actes de Docheiariou n° 53, p. 278 (mai 1409) ; Actes de Dionysiou, n° 11, p. 278 (juillet 1409). Paul Gazès : Actes de Lavra, t. III, n° 164, p. 169 (avril 1415). Constantin Paléologue Oinaiôtès, Jean Rhadènos et Étienne Doukas Rhadènos, Actes de Dionysiou, n° 20, p. 121 (novembre 1420).

48 Kassandrènos (PLP 11313) : Actes de Chilandar, éd Mirjana Živojinović, Vassiliki Kravari et Christophe Giros, t. I, Paris, 1998, n° 42, p. 268 (Andronic II), n° 43, p. 272 (Michel IX), n° 44, p. 275 (Andronic III) (mars 1319). Alexis Tzamplakôn (PLP 27748) : Actes de Prodrome, n° 19, p. 75 (Andronic II ; juillet 1326), n° 20, p. 78 (Andronic III ; juillet 1326).

49 Andronic Paléologue : Actes de Lavra, t. III, n° 161, p. 157 (avril 1409) ; Arkadios Vatopédinos, op. cit., n° 40, p. 430 (décembre 1416) ; ibid., n° 32, p. 333 (avril 1421).

50 PLP 91872.

51 PLP 3452.

52 PLP 23746. Actes de Lavra, t. III, n° 161, p. 156-160.

53 Actes de Lavra, t. III, n° 162, p. 162-163 (avril 1409).

54 Actes de Docheiariou, n° 54, p. 283-284 (février 1414).

55 Ibid., n° 55, p. 287 (février 1416).

Auteur

Centre de recherche d’histoire et de civilisation de Byzance Orient et Méditerranée UMR 8167

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search