Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La digression dans la littérature et l’art du Moyen Âge

 | 
Chantal Connochie-Bourgne

Mes en nostre matiere n’apartient pas : la vengeance de Médée dans le Roman de Troie et sa mouvance

Stefania Cerrito

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Médée gardait au Moyen Âge toute l’intensité qu’elle avait acquise dans l’Antiquité. Personnage complexe – femme barbare, amoureuse, abandonnée, furieuse, meurtrière, divine ou humaine – elle a vu sa personnalité se transformer au fil des siècles et ses portraits se sont multipliés dans les différentes versions du mythe. Plusieurs de ces versions survivaient probablement à l’époque médiévale et il serait très passionnant d’en retracer l’histoire, mais je me limiterai ici à analyser quelques aspects, concernant la digression, bien sûr, de ce personnage tel qu’il apparaît dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure et ses mises en prose.

La tradition médiévale de la légende de Troie considérait que la cause de la guerre entre les Grecs et les Troyens remontait à l’expédition des Argonautes en Colchide, pour conquérir la Toison d’or. C’est la version racontée par Darès le Phrygien, auteur du De excidio Troiae1, principale source de Benoît. Selon cet auteur latin, Jason était devenu...

Auteur

Naples (Italie) et Aix-en-Provence

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540