Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Thessalonique capitale ou métropole byzantine ?

L’environnement urbain de Thessalonique Xe-XVe siècle

Alkmeni Stavridou-Zafraka

Résumé

Thessalonique, l’une des plus anciennes villes d’Europe, devint la seconde plus importante ville de l’empire byzantin après Constantinople à cause de sa position stratégique et des cironstances politiques. C’était un centre politique, économique, religieux et culturel. Elle fut habitée sans interruption mais la ville de plan hippodamien de l’époque hellénistique et romaine a été modifiée. De nombreux bâtiments civils et ecclésiastiques ont disparu à cause des désastres naturels, des tremblements de terre, des feux etc. Les ruines du passé romain, les églises qui ont survécu et les renseignements donnés par les sources narratives et les chartes athonites ainsi que les fouilles de sauvetage nous aident à reconstituer la topographie, les modifications de la structure des édifices et le concept de l’espace. La ville était peuplée de Grecs et de marchands et pèlerins étrangers venus de différents lieux d’Orient et d’Occident en particulier pendant la fête annuelle en l’honneur de son saint patron Dèmètrios. C’était une ville cosmopolite.

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais par Élisabeth Malamut.

Texte intégral

1Thessalonique, l’une des plus anciennes villes d’Europe, fut fondée par le roi Cassandre en 316/5 av. J.-C., qui rassembla les habitants de vingt-six villages de la région alentour (processus connu comme synoikismos) ; elle reçut son appellation du nom de sa femme, Thessaloniki, fille du roi Philippe II et demi-sœur d’Alexandre le Grand ; sa préhistoire néanmoins remonte à deux ou trois mille ans. L’importance de la ville est due à une situation géographique favorable : construite au fond du Golfe Thermaïque, pourvue d’un port naturel, située au débouché des routes verticales qui relient le Danube à la mer Méditerranée, dotée d’un riche arrière-pays, c’était la plus importante ville de la Via Egnatia depuis Dyrrachium et Apollonia jusqu’à Byzance. Le rôle politique et économique de la ville fut étroitement lié aux développements politiques.

  • 1 Pour l’Agora romaine, voir Charalambos Bakirtzis, « Περί του συγκροτήματος της αγοράς της Θεσσαλονί (...)

2Après la défaite des armées grecques par les Romains en 168 av. J.-C., Thessalonique devint une ville tributaire des Romains et plus tard une civitas libera avec certains privilèges. La ville prospéra en particulier à partir du milieu du second siècle av. J.-C. Sous le règne des Antonins (138-193) et des Sévères (193-235) furent fondés les grands édifices, l’Agora romaine, avec le centre politique et administratif, la Bibliothèque, l’Odéon1. Les empereurs romains y résidèrent de nombreuses fois et, au milieu du iiie s. apr. J.-C., le titre honoraire de colonia et les privilèges de mètropolis de Macédoine et de néokoros, qui était lié au culte de l’empereur, furent décernés à la ville, qui

  • 2 Voir Pantelis M. Nigdelis, « Από τον Κάσσανδρο στον Γαλέριο : Σχεδίασμα ιστορίας της αρχαίας Θεσσαλ (...)
  • 3 Julien, Lettre à Eusèbe, cf. L’empereur Julien, Œuvres complètes, éd. Jean Bidez, I.2, Lettres et f (...)
  • 4 « η περιφανής των Μακεδόνων μητρόπολις », cf. Philothée, Vie de saint Germanos, éd. Démètrios Tsami (...)
  • 5 Ioannes Apokaukos, Lettre adressée à Théodore Doukas, éd. Vasili Vasilievskij, « Epirotica saeculi (...)

3devint l’égale de Verroia2. Dès lors et pendant toute la période byzantine Thessalonique fut appelée mètropolis de Macédoine3, la célèbre métropole des Macédoniens4, la polis colonia de Thessalie5. Selon les sources littéraires et les inscriptions la ville était emplie de marchands venus non seulement de Macédoine et des Balkans, mais aussi d’Asie Mineure et d’Italie : elle est devenue un centre cosmopolite. Elle a souvent été un centre de résidence impériale du fait de la nouvelle orientation politique des empereurs romains vers l’Orient. C’est en 300 apr. J.-C. que le césar Galère transféra son siège de Sirmium à Thessalonique ; la ville fut dotée d’un grand palais proche de l’hippodrome, avec des bureaux administratifs, la salle du trône, l’Octogone et d’autres bâtiments publics. Du passé romain subsistent aujourd’hui les ruines du palais et de l’Octogone, l’arc de Galère, l’imposant bâtiment de la Rotonde et les restes de l’Agora romaine avec un Odéon bien conservé, les doubles portiques et le cryptoportique à un niveau inférieur du côté sud, qui a été mis en lumière grâce aux fouilles de sauvetage qui ont débuté en 1962.

  • 6 Zosime 2.22, éd. François Pashoud, Paris, 1971, p. 93 : « ἐπὶ τὴν Θεσσαλονίκην ἐχώρει, καὶ τὸν ἐν τ (...)

4Son port construit en 322/3 par Constantin le Grand à l’angle sud-ouest de la ville a joué un rôle important dans la croissance et le développement de Thessalonique6.

5La fondation d’une nouvelle capitale dans l’empire romain et le développement de Constantinople qui en fit la ville la plus riche et la plus importante du monde, le centre de l’univers, eurent comme conséquence le déclin des grands centres urbains de l’Orient, tels Antioche, Alexandrie et Athènes. Thessalonique, bien qu’elle fût une ville provinciale, demeura du fait de sa position stratégique « la première ville après la première », la première après la Grande Ville, la seconde ville la plus importante de l’empire romano-byzantin depuis le quatrième siècle jusqu’en 1430, quand finalement elle succomba aux assauts des Turcs ; elle fut successivement la capitale de la préfecture de l’Illyricum, la principale ville des thèmes occidentaux, la capitale du royaume lombard après 1204, une ville impériale byzantine (βασιλεύουσα) de 1224 à 1246, la résidence de l’impératrice et des membres de la famille impériale sous les Paléologues aux quatorzième et quinzième siècles.

  • 7 Το αρχαιολογικό έργο στη Μακεδονία και Θράκη (Travaux archéologiques en Macédoine et en Thrace), Th (...)

6Outre son rôle politique, Thessalonique fut aussi un grand centre religieux. La ville était célèbre pour le culte de son patron saint Dèmètrios, dont le martyre date de 305. Les pèlerins de tout l’empire et les empereurs eux-mêmes se rendirent dans la ville pour honorer le martyr et vénérer son sanctuaire. Beaucoup d’églises et de monastères furent fondés à l’intérieur de ses murs, quelques-uns d’entre eux étant connus seulement par les sources écrites ou les fouilles récentes. En dehors des murs de la ville il y avait aussi des monastères fortifiés et des ermitages aménagés. Les ascètes voyageaient depuis des terres lointaines, fuyant les invasions arabes en Orient au septième siècle, cherchant refuge dans les grottes et les cavités dans les collines au nord-est de la ville. Notre connaissance s’est considérablement enrichie grâce aux fouilles. Les basiliques et les tombes qui ont été découvertes dans les zones extra-muros à l’est et à l’ouest sont richement décorées de peintures murales, d’incrustations de marbre, de mosaïques et de sculptures. On peut trouver les rapports de fouilles dans l’Archaiologikon Deltion et dans les rapports publiés des conférences archéologiques annuelles qui se tiennent chaque année en février à Thessalonique depuis 1987 à l’université Aristote7.

  • 8 Michael Vickers, « The Date of the Walls of Thessalonica », Annual of the Archaeological Museum of (...)
  • 9 Voir l’enquête existante de Charalambos Bakirtzis, « The Urban Continuity and Size of Late Byzantin (...)
  • 10 Georges Velenis et Polyxeni Adam-Veleni, Η Αρχαία Αγορά (réf. n 1).
  • 11 Basil Démètriadès, Τοπογραφία της Θεσσαλονίκης κατά την εποχή της Τουρκοκρατίας 1430-1912, Thessalo (...)

7Thessalonique s’est développée dans l’espace qui a été délimité par ses fortifications du quatrième-cinquième siècle apr. J.-C.8. Elle a été habitée continûment. Par conséquent, l’imposant quadrillage « hippodaméen » de l’époque hellénistique et romaine avec trois rues horizontales (decumani) – l’une d’entre elles était le léôphoros, l’actuelle rue Egnatia – et sept rues verticales (cardines) fut modifié quand de nouveaux grands complexes religieux et résidentiels furent construits (églises, monastères, métochia etc.), qui comprenaient des cours, des jardins et des vergers en particulier pendant la période tardive (xive siècle). La plupart de ses bâtiments civils et ecclésiastiques ont disparu à cause des désastres naturels, des tremblements de terre, des incendies, mais aussi du fait des prises de la ville temporaires ou permanentes (par les Saracènes en 904, par les Normands en 1185 et plus tard par les Turcs)9. L’Agora romaine et l’Odéon avaient disparu, puisqu’ils ont été comblés avec de la terre au septième siècle. Le cryptoportique qui avait été utilisé comme citerne au sixième siècle a également été comblé avec de la terre. Au quinzième siècle cette vaste zone urbaine a été donnée par les autorités ottomanes aux Juifs qui avaient fui l’Espagne pour venir s’installer à Thessalonique. Ils y restèrent jusqu’en 1917, date à laquelle Thessalonique a été détruite par un grand incendie. Les ruines de l’Agora mises au jour par des fouilles de sauvegarde ont été reconstruites et forment aujourd’hui une partie vivante de la ville10. L’Octogone du complexe palatial de Galère a été converti en église chrétienne, détruite par un tremblement de terre ou un incendie durant la période ottomane. Une petite mosquée fut bâtie sur ses ruines11.

  • 12 Jean Cantacuzène, Histoires, éd. Ludovic Schopen, 3 vol., Bonn, 1828-1832, I, p. 271.11, 273.2. Voi (...)
  • 13 « ἐν τῇ βασιλευούσῃ Θεσσαλονίκῃἴστωσαν ὡς ό μικρότερος ἐν τῇ παρἡμίν κραταιᾷ βασιλείᾳ λελόγωται(...)
  • 14 Efterpi Marki, Eli Pelekanidou, Ioannis Kanonides et Narcissos Karydas, « Η Θεσσαλονίκη κατά τους π (...)

8Nous ne connaissons pas la localisation du palais byzantin (τὰ βασίλεια)12, où les empereurs résidaient, quand ils venaient comme pèlerins ou commandants de l’armée. Le palais de Théodore Doukas (1224-1230) est mentionné comme centre du pouvoir impérial et de la culture : « Dans le palais impérial (de Thessalonique) le dernier valet sait lire et écrire (λελόγωται) et les gens de lettres y sont aussi nombreux que les gens d’armes »13. Les fouilles de sauvegarde conduites par les archéologues de la 9e éphoreia des Antiquités byzantines ont mis au jour les ruines de grandes et luxueuses maisons (domus) des quatrième et cinquième siècles avec une pièce centrale de réception (triklinion) entourée de chambres et de jardins avec des salles de bains, des ateliers et des chambres de stockage etc.14. On peut voir la reconstruction d’un tel triklinion au Musée de la Culture Byzantine de Thessalonique.

9Les murs de la ville étaient restés largement intacts. Ils furent fortifiés par des bastions. Le mur maritime, parallèle au rivage, fut abattu par les Ottomans en 1869-1874.

  • 15 Herbert Hunger, « Laudes Thessalonicenses », Εταιρεία Μακεδονικών Σπουδών, Εορταστικός τόμος 50 χρό (...)
  • 16 Zorzi Dolfin, Cronaca anno 1423 : Constantin Sathas, Documents inédits relatifs à l’ histoire de la (...)

10Les qualificatifs utilisés par les auteurs byzantins pour décrire la ville comme centre politique et religieux (beaucoup d’entre eux étant liés au culte de son saint patron, le martyr Dèmètrios « qui exsude la myrrhe ») se rapportent à la zone urbaine – grande (μεγάλη), vaste (εὐρεῖα), large (πλατεῖα), asty aux larges rues (πλατυάμφοδον), mégalopolis –, à ses habitants – très peuplée (πολυάνθρωπος, πολυανδροῦσα) –, à sa prospérité – opulente (εὐδαίμων), heureuse (πανολβία) –, à sa célébrité – connue alentour (περίπυστος), visible de partout (περίοπτος), au grand nom (μεγαλώνυμος), célèbre (περίφημος) et glorieuse (περίδοξος) –, etc.15 Il n’est pas facile néanmoins d’estimer sa population, à cause des grands bâtiments publics, de l’agora, du stade, des bains, des églises etc. En 1423 quelques années avant la prise de Thessalonique par les Ottomans (1430), un chroniqueur étranger mentionne qu’elle compte quarante mille habitants16.

  • 17 Ioannes Kameniates, op. cit., p. 9.27-56.
  • 18 Τιμαρίων ἢ περὶ τῶν κατ’ αὐτὸν παθημάτων, éd. Roberto Romano, Pseudo-Luciano, Timarione (testo crit (...)

11Parmi les nombreux éloges de la Ville écrits par les érudits qui sont nés ou ont vécu à Thessalonique même pour une courte période, le plus long sur l’environnement urbain, économique et culturel – une sorte d’ekphrasis –, est celui de Jean Kaméniatès, natif de Thessalonique, témoin et victime du siège et du sac de la ville par les Saracènes en 904. Suivant les règles de l’antique rhétorique grecque, avant sa narration des évènements tragiques, Kaméniatès donne une description complète du site urbain et de la campagne en dehors des murs de la ville. Il vante son étendue, ses fortifications, son port et les splendeurs de la région environnante avec ses arbres, ses vignes, ses lacs et ses rivières, qui approvisionnent le marché en produits agricoles et en poisson. Hors les murs le magnifique paysage procurait aux citoyens et aux visiteurs un lieu de promenade et de loisir. La production de tissus de laine et de toiles de lin constituait une part importante de son industrie textile. Les travailleurs de la métallurgie et les joailliers fabriquaient d’innombrables articles utilisés dans la vie courante, ou des pièces de luxe, de la vaisselle de luxe pour les cérémonies et des plats d’or et d’argent pour l’Église et la Cour17. Il convient de mentionner que des ateliers ont été récemment identifiés dans l’actuelle Via Egnatia lors des fouilles de la station de métro de la rue Vénizélou, un quartier où se trouvent des ateliers modernes de métal et d’orfèvrerie. La Ville s’emplissait de marchands grecs et étrangers et de pèlerins lors de la foire annuelle (Dèmètria) en l’honneur de son patron saint Dèmètrios, qui est décrite dans le dialogue du Timarion (xiie siècle). La région proche de la rivière Axios est décrite comme un endroit propice à l’équitation et à la chasse. Des étals temporaires avec des marchandises variées étaient dressés sur deux rangs à l’extérieur des murs occidentaux18.

  • 19 « πάντα τέχνης αρίστης », voir Nicéphore Choumnos, Θεσσαλονικεῦσι συμβουλευτικὸς περὶ δικαιοσύνης, (...)
  • 20 Efterpi Marke, Eli Pelekanidou, Ioannis Kanonides, Narcissos Karydas, Η Θεσσαλονίκη κατά τους παλαι (...)
  • 21 Ioannes Apokaukos, éd. Nikos Bees, « Unedierte Schriftstücke aus dem Kanzlei des Johannes Apokaukos (...)
  • 22 Efterpi Marke, « Η Αγία Σοφία και τα προσκτίσματά της μέσα από τα αρχαιολογικά δεδομένα », Θεσσαλον (...)
  • 23 « γλυκερὸν ὕδωρ », cf. Ioannes Apokaukos, Lettre, op. cit., p. 284.32-285.3.

12Les fonctions économiques et commerciales de Thessalonique sont attestées dans les sources et les chartes. Des sceaux de plomb utilisés par les fonctionnaires à Thessalonique montrent que l’État contrôlait les importations et les exportations. Des taxes pesaient sur tous les articles transitant par le port. Les monuments de cette période témoignent de la richesse et de la prospérité de la ville. Nicéphore Choumnos (début xive s.), homme d’État érudit, admire l’acropole sur la colline surplombant la ville ; il loue les élégantes constructions à deux ou trois étages et aux façades décorées, « toutes du plus grand art », les nombreuses églises, les monastères et les bains, le grand nombre de ses habitants19. Des vestiges de bains publics (ainsi près des églises de St. Dèmètrios, de l’Acheiropoiètos et de Hagia Sophia) et de bains à l’intérieur des maisons ont été mis au jour par les fouilles de sauvetage20. Il convient de mentionner que le prélat Jean Apokaukos, dans sa lettre au métropolite de Thessalonique Constantin Mésopotamitès, donne une description du bain de la résidence épiscopale en le comparant au sien à Naupacte21. La résidence épiscopale de Thessalonique a été identifiée grâce aux fouilles au nord de Hagia Sophia22. En 1227, le même prélat se rendant à Thessalonique pour participer au couronnement de Théodore Doukas demande à l’empereur de le loger dans une maison qui ne soit pas à deux ou trois étages, une maison où l’air est frais et l’eau douce (non l’eau du puits)23.

  • 24 Dèmètrios Kydones, « Μονῳδία τοῖς ἐν Θεσσαλονίκῃ πεσοῦσι », PG 109, col. 641C ; Nikolaos Kabasilas, (...)
  • 25 Pour les types de maisons, voir Charalambos Bouras, Aspects of the Byzantine City, art. cit., p. 52 (...)

13Les Thessaloniciens Démètrios Kydonès et Nicolas Kabasilas firent l’éloge dans leurs écrits de la situation idéale de la ville, qui était bénéfique à la santé physique et morale de ses habitants24. Comme en témoignent les sources et les fouilles, les réglementations urbaines énoncées par la loi (Corpus Juris Civilis, Basilika, Hexabiblos) concernant l’orientation des maisons au sud par rapport à la côte, les distances entre les maisons et les bains publics et les ateliers, les échopes de céramique etc, ont été très suivies25.

  • 26 Eustathe de Thessalonique éd. Stilpon Kyriakidis, Eustazio di Tessalonica, La expugnatione de Tessa (...)
  • 27 Actes d’ Iviron II, Paris, 1990, p. 237 f. Cf. George Lavas, Οικιστική και πολεοδομία (cf. n. 19).

14La ville était approvisionnée en eau depuis le mont Chortaïtès, distribuée par des aqueducs dans la grande citerne de l’Acropole et de là dans d’autres citernes à un niveau inférieur. Il faut mentionner qu’Eustathe de Thessalonique dans le discours qu’il délivra quelques mois après le départ des Normands blâma le gouverneur Doukas Comnène pour n’avoir pas laissé sécher le matériau d’étanchéité quelques jours de plus ; en effet, quand l’eau de la citerne de l’Acropole coula depuis Chortaïtès dans la citerne, le matériau d’étanchéité a été emporté vidant le réservoir. Puisqu’il n’y avait plus d’eau, les Thessaloniciens ne pouvaient pas compter sur l’approvisionnement en eau de la ville et soutenir le siège (1185)26. Il y avait aussi des puits dans les cours des maisons et les métochia selon les actes athonites et les fouilles de sauvegarde27.

  • 28 Paul Magdalino, « Eustathios and Thessalonica » ΦΙΛΕΛΛΗΝ . Studies in Honour of Robert Browning, éd (...)
  • 29 Ibid., p. 232.

15Du point de vue social, tandis que Kameniatès loue la piété et la dévotion du peuple de Thessalonique, Eustathe, métropolite de Thessalonique à la fin du xiie siècle, comme l’a souligné P. Magdalino, critique amèrement la société : « Il blâme ses fidèles pour leur conduite non charitable, leur avarice et leur hypocrisie dans leurs rapports mutuels… Il était chagriné que ses fidèles ne se soucient pas de la procession du début de l’année [1er septembre] » contrairement à ce qu’il avait l’habitude de voir à Constantinople28. Dans un traité consacré à l’Hypocrisie il critique les hommes politiques, qui jettent le masque de l’hypocrisie et de la bienveillance une fois qu’ils ont atteint le pouvoir, les commerçants et surtout il en a contre les moines hypocrites, qui utilisent leur renonciation au monde comme une couverture pour se faire de l’argent ; il blâme le fait que beaucoup d’entre eux se rendent à la ville sans avoir rien à y faire, qu’ils sont illettrés et qu’ils détruisent de précieux livres. Il les presse de rassembler et de conserver les manuscrits29. Il parle de l’expansion des quartiers juifs et latins, des communautés juives et arméniennes hors les murs.

Notes

1 Pour l’Agora romaine, voir Charalambos Bakirtzis, « Περί του συγκροτήματος της αγοράς της Θεσσαλονίκης », dans Αρχαία Μακεδονία Β’ Διεθνές Συμπόσιο, Θεσσαλονίκη, 19-24 Αυγούστου 1973, Thessalonique, 1977, p. 257-269 ; Georges Velenis, Polyxeni Adam-Veleni, Αρχαία Αγορά Θεσσαλονίκης, Thessalonique, 1997 (avec un résumé en anglais) ; Helen G. Saradi, The Byzantine City in the Sixth Century. Literary Images and Historical Reality, Athènes, 2006, p. 242-243.

2 Voir Pantelis M. Nigdelis, « Από τον Κάσσανδρο στον Γαλέριο : Σχεδίασμα ιστορίας της αρχαίας Θεσσαλονίκης », Θεσσαλονικέων Πόλις. Γραφές και Πηγές 6000 χρόνων. Θεσσαλονίκη Πολιτιστική Πρωτεύουσα της Ευρώπης 1997, Thessalonique, 1997, p. 21-29, avec les sources et la littérature s’y référant ; Μario Vitti, Η πολεοδομική εξέλιξη της Θεσσαλονίκης από την ίδρυσή της ως τον Γαλέριο, Athènes, 1996. Pour Thessalonique et ses monuments de la période protobyzantine, voir Jean-Michel Spieser, Thessalonique et ses monuments du ive au vie siècle. Contribution à l’étude d’une ville paléochretienne, Paris, 1984.

3 Julien, Lettre à Eusèbe, cf. L’empereur Julien, Œuvres complètes, éd. Jean Bidez, I.2, Lettres et fragments, Paris, 1960, I.1 p. 82 : μητρόπολις της Μακεδονίας.

4 « η περιφανής των Μακεδόνων μητρόπολις », cf. Philothée, Vie de saint Germanos, éd. Démètrios Tsamis, Φιλοθέου Κωνσταντινουπόλεως του Κόκκινoυ αγιολογικά έργα, Thessalonique, Centre des Études Byzantines, 1985, p. 97.7 ; Ioannès Kaméniatès, éd. Gertrud Böhlig, Ioannis Caminiatae, De expugnatione Thessalonicae, Berlin, 1973, p. 4.56-57 : « πόλεως μεγάλης και πρώτης τῶν Μακεδόνων ».

5 Ioannes Apokaukos, Lettre adressée à Théodore Doukas, éd. Vasili Vasilievskij, « Epirotica saeculi xiii » Viz. Vrem., n° 3, 1896, p. 247.36. Pour l’usage du nom Thessalia pour Thessalonique, voir Alkmeni Stavridou-Zafraka, « Θεσσαλονίκη, πρώτη πόλις Θετταλίας », Πρακτικά Γ’ Επιστημ. Συμποσίου Χριστιανική Θεσσαλονίκη. από της Ιουστινιανείου εποχής έως και της Μακεδονικής δυναστείας, Ιερά Μ. Βλατάδων, 18-20 Οκτ. 1989, Thessalonique, 1991, p. 63-77.

6 Zosime 2.22, éd. François Pashoud, Paris, 1971, p. 93 : « ἐπὶ τὴν Θεσσαλονίκην ἐχώρει, καὶ τὸν ἐν ταύτῃ λιμένα πρότερον οὐκ ὂντα κατασκευάσας ἐπί τὸν Λικίνιον αὖθις παρεσκευάζετο πόλεμον » ; Charalambos Bakirtzis, « Η θαλάσσια οχύρωση της Θεσσαλονίκης. (Παρατηρήσεις και Προβλήματα) », Byzantina, n° 7, 1975, p. 289-341, ici p. 319 sq. ; Voir aussi le CR de Georges Théocharidis dans Makedonika, n° 15, 1975, p. 371-395 ; Jean-Μichel Spieser, « Note sur le rempart maritime de Thessalonique », Travaux et Mémoires, n° 8, 1981, p. 477-485 (= id., Urban and Religious Spaces in Late Antiquity and Early Byzantium, Ashgate 2001, n° IX) ; Yannis Tsaras, « Τοπογραφικά της Θεσσαλονίκης ΙΙ », Makedonika, n° 22, 1982, p. 42-93 ; Pericles G. Photiadis, « Παρατηρήσεις στο θαλάσσιο τείχος της Θεσσαλονίκης », Makedonika, n° 32, 1999-2000, p. 113-123.

7 Το αρχαιολογικό έργο στη Μακεδονία και Θράκη (Travaux archéologiques en Macédoine et en Thrace), Thessalonique, Université Aristote, 1 (1987) - 23 (2009).

8 Michael Vickers, « The Date of the Walls of Thessalonica », Annual of the Archaeological Museum of Istanbul, n° 5-6, 1969, p. 313-318 (about 450) ; Georges Gounaris, « Παρατηρήσεις επί της χρονολογίας των τειχών της Θεσσαλονίκης », Makedonika, n° 11, 1971, p. 311-322 (autour de 380). Voir aussi Georges Vélénis, Τα τείχη της Θεσσαλονίκης από τον Κάσσανδρο ως τον Ηράκλειο, Thessalonique, 1998 ; Oreste Tafrali, La topographie de Thessalonique, Paris, 1913, p. 30-114 ; Jean-Michel Spieser, Thessalonique, op. cit., p. 25-80. Pour le symbolisme de l’espace de la ville en relation avec son saint patron, voir Angeliki Konstantakopoulou, Βυζαντινή Θεσσαλονίκη. Χώρος και Ιδεολογία, Iannina, 1996, p. 15-21.

9 Voir l’enquête existante de Charalambos Bakirtzis, « The Urban Continuity and Size of Late Byzantine Thessaloniki », Dumbarton Oaks Papers, n° 57, 2003, p. 35-64 avec références aux sources et à la littérature, en part p. 42 sq. ; Alkmeni Stavridou-Zafraka, « Θεσσαλονίκη “πόλις μεγάλη και πολυάνθρωπος”. Η οργάνωση της πόλης και η επιρροή της κατά τη βυζαντινή περίοδο », Πανελλήνιο Συνέδριο Η Θεσσαλονίκη και ο ευρύτερος χώρος. Παρελθόν-Παρόν-Μέλλον, 28 Φεβρουαρίου-2 Μαρτίου 2003, Εταιρεία Μακεδονικών Σπουδών, Τhessalonique, 2005, p. 43-61 ; Eadem, « Η φυσιογνωμία της Θεσσαλονίκης ως δεύτερης πόλης της αυτοκρατορίας την εποχή των Παλαιολόγων », Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης. Διεθνή Συμπόσια για τη Μακεδονία, . Β’ Συμπόσιο, Η Μακεδονία κατά την εποχή των Παλαιολόγων, Θεσσαλονίκη 14-20 Δεκεμβρίου 1992, Thessalonique, 2002, p. 75-84 ; voir aussi l’étude fondamentale de Charalambos Bouras, « Aspects of the Byzantine City. Eighth-Fifteenth Centuries », dans The Economic History of Byzantium from the Seventh through the Fifteenth Century, vol. 2, Angeliki E. Laiou, Editor-in-Chief, Washington D.C., 2002, p. 497-554 passim.

10 Georges Velenis et Polyxeni Adam-Veleni, Η Αρχαία Αγορά (réf. n 1).

11 Basil Démètriadès, Τοπογραφία της Θεσσαλονίκης κατά την εποχή της Τουρκοκρατίας 1430-1912, Thessalonique, 1983, p. 34-35.

12 Jean Cantacuzène, Histoires, éd. Ludovic Schopen, 3 vol., Bonn, 1828-1832, I, p. 271.11, 273.2. Voir Georges Theocharides, Τοπογραφία και πολιτική ιστορία της Θεσσαλονίκης κατά τον ΙΔαιώνα, Thessalonique, 1959 ; Marcus L. Rautman, « Observations οn the Byzantine Palaces of Thessaloniki », Byzantion, n° 60, 1990, p. 292-306.

13 « ἐν τῇ βασιλευούσῃ Θεσσαλονίκῃἴστωσαν ὡς ό μικρότερος ἐν τῇ παρἡμίν κραταιᾷ βασιλείᾳ λελόγωται και ὡς ἐν ὃπλοις παντοίοις κεκόσμηται τὰ ανάκτορα, οὓτω δὲ καὶ τοῖς περὶ τὸ λέγειν καὶ γράφειν δεινοῖς ἐγκαθώπλισται », cf. Raymond-Jean Loenertz, « Lettre de Georges Bardanès, métropolite de Corcyre, au patriarche œcuménique Germain II 1226- 1227 », EEBS, n° 33, 1964, p. 87-118, l. 277, 193-196.

14 Efterpi Marki, Eli Pelekanidou, Ioannis Kanonides et Narcissos Karydas, « Η Θεσσαλονίκη κατά τους παλαιοχριστιανικούς χρόνους », Θεσσαλονικέων πόλις 3, Thessalonique, 1997, p. 44-55 avec cartes et plans de sol de dix maisons luxueuses et en partie de vingt-cinq autres.

15 Herbert Hunger, « Laudes Thessalonicenses », Εταιρεία Μακεδονικών Σπουδών, Εορταστικός τόμος 50 χρόνια 1939-1989, Τhessalonique, 1992, p. 99-113 ; Yannis Tsaras, « Η Θεσσαλονίκη μέσα από τα ονόματά της », Νέα Εστία (Αφιέρωμα στη Θεσσαλονίκη. Εικοσιτρείς αιώνες Θεσσαλονίκη), vol. 118, 1985, p. 298-304 ; Eleni Kaltsoyanni, Sophia Kotzambasi, Iliana Paraskevopoulou, Η Θεσσαλονίκη στη βυζαντινή λογοτεχνία. Ρητορικά και αγιολογικά κείμενα, Τhessalonique, Centre des Études Byzantines, 2002.

16 Zorzi Dolfin, Cronaca anno 1423 : Constantin Sathas, Documents inédits relatifs à l’ histoire de la Grèce au Moyen âge, Venise, 1882-1888, t. IV, introd. p. XX n. 3. Cf. Oreste Tafrali, Thessalonique, op. cit., p. 16.

17 Ioannes Kameniates, op. cit., p. 9.27-56.

18 Τιμαρίων ἢ περὶ τῶν κατ’ αὐτὸν παθημάτων, éd. Roberto Romano, Pseudo-Luciano, Timarione (testo critico, introduzione, traduzione, commentario e lessico), Naples, 1974.

19 « πάντα τέχνης αρίστης », voir Nicéphore Choumnos, Θεσσαλονικεῦσι συμβουλευτικὸς περὶ δικαιοσύνης, éd. Jean-François Boissonade, Anecdota Graeca e codicibus regiis, Paris, 1830, II, p. 137-187, ici p. 141-142. Pour les établissements humains et l’urbanisme pendant la période paléologue, voir Georges Lavas, « Οικιστική και πολεοδομία στην περίοδο των Παλαιολόγων », Η Μακεδονία κατά την εποχή των Παλαιολόγων (cf. n. 9), p. 505-515. Pour les églises et les bâtiments, voir Marcus Rautman, « Patrons and Buildings in Late Byzantine Thessaloniki », JOB, no 39, 1989, p. 295-315.

20 Efterpi Marke, Eli Pelekanidou, Ioannis Kanonides, Narcissos Karydas, Η Θεσσαλονίκη κατά τους παλαιοχριστιανικούς χρόνους (cf. n. 14).

21 Ioannes Apokaukos, éd. Nikos Bees, « Unedierte Schriftstücke aus dem Kanzlei des Johannes Apokaukos des Metropoliten von Naupaktos (in Aetolien) », Byzant.-Neugriech. Jahrb., n° 21, 1971/76, p. 122-123. Cf. Alkmeni Stavridou-Zafraka, « Η Αγία Σοφία ως μητροπολιτικός ναός και το επισκοπείο », Αφιέρωμα στη μνήμη του Σωτήρη Κίσσα, Thessalonique, 2002, p. 549-560, ici p. 558-559.

22 Efterpi Marke, « Η Αγία Σοφία και τα προσκτίσματά της μέσα από τα αρχαιολογικά δεδομένα », Θεσσαλονικέων πόλις. Γραφές και πηγές 6000 χρόνων. Θεσσαλονίκη Πολιτιστική Πρωτεύουσα της Ευρώπης 1997, t. 1, Thessalonique, 1997, p. 54-61.

23 « γλυκερὸν ὕδωρ », cf. Ioannes Apokaukos, Lettre, op. cit., p. 284.32-285.3.

24 Dèmètrios Kydones, « Μονῳδία τοῖς ἐν Θεσσαλονίκῃ πεσοῦσι », PG 109, col. 641C ; Nikolaos Kabasilas, « Προσφώνημα εἰς τὸν ἔνδοξον τοῦ Χριστοῦ μεγαλομάρτυρα Δημήτριον τον μυροβλήτην », éd. Theophilos Ioannou, Μνημεία αγιολογικά, Venise, 1884 (réimp. Leipzig 1973) p. 67-114, ici p. 69.23-31 : la ville procure la vertu des airs, l’harmonie et l’ordre des temps (ἀέρων τε ἀρετήν καὶ ωρῶν (=εποχών) ἁρμονίαν καὶ τάξιν).

25 Pour les types de maisons, voir Charalambos Bouras, Aspects of the Byzantine City, art. cit., p. 521-2. En particulier pour les maisons de Thessalonique, voir Denise Papachryssanthou, « Maisons modestes à Thessalonique au xive siècle », Αμητός στη μνήμη Φ. Αποστολοπούλου, Athènes, 1984, p. 254-267 ; Mirjana Živojinović, « The houses of the Hilandar Monastery in Thessalonie during the Fourteenth Century », ΤΟ ΕΛΛΗΝΙΚΟΝ : Studies in Honor of Spyros Vryonis, Jr., éd. John Springer Langdon et al., New York, 1993, p. 465-474. Pour le complexe d’habitation près de l’Agora romaine qui appartenait au monastère de Docheiariou, voir le plan du sol donné par Nicolas Oikonomidès (Actes de Docheiariou, Paris, 1984, n° 4 (a. 1117), p. 81).

26 Eustathe de Thessalonique éd. Stilpon Kyriakidis, Eustazio di Tessalonica, La expugnatione de Tessalonica, Palerme, 1961, p. 76.31-78.16-20.

27 Actes d’ Iviron II, Paris, 1990, p. 237 f. Cf. George Lavas, Οικιστική και πολεοδομία (cf. n. 19).

28 Paul Magdalino, « Eustathios and Thessalonica » ΦΙΛΕΛΛΗΝ . Studies in Honour of Robert Browning, éd. Costas N. Constantinides, Nikolaos M. Panagiotakes, Elizabeth Jeffreys and Athanasios D. Angelou, Venise, 1996, p. 225-238, ici p. 229 sq.

29 Ibid., p. 232.

Auteur

Université d’Aristote, Thessalonique

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search