Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

La ville centre religieux et lieu de propagande

Un médecin et théologien à Marseille

Arnaud de Villeneuve (1304-1310)

Donatella Nebbiai

Résumé

Arnaud de Villeneuve († 1311), médecin et théologien catalan, a séjourné à Marseille de 1304 à 1310. Proche des franciscains spirituels, il prône la réforme de l’Église. Alors que les pontifes s’installent en Avignon, Arnaud diffuse activement ses théories, aidé par ses disciples. Il a fait copier l’un de ses traités à l’abbaye de Saint-Victor et a fait consigner par des notaires les discours qu’il a prononcés devant l’évêque. Après la mort du théologien, ses fidèles vont utiliser ces actes de la pratique pour défendre l’orthodoxie de ses thèses et pour entretenir sa mémoire. La documentation se fait alors chronique.

Texte intégral

  • 1 Jaume Mensa i Valls, Arnau de Vilanova. Episodis de la istoria, Barcelona, 1997. Sur son rôle intel (...)
  • 2 À propos des œuvres médicales, cf. Juan Antonio Paniagua, Studia arnaldiana : trabajos en torno a l (...)
  • 3 Miquel Battlori, « La documentacion de Marsella sobre Arnau de Vilanova et Joan Blasi », Analecta s (...)

1Au cours d’une vie exceptionnelle, le médecin et théologien catalan Arnaud de Villeneuve († 1311) a parcouru toute l’Europe. Alors que l’Église vit une crise profonde, il a rencontré des rois et des papes, dont il est devenu le conseiller et même le confident. De nombreux témoignages de sa biographie ont subsisté1. Il a su faire circuler ses opinions : homme d’écrit par sa formation universitaire, Arnaud n’hésite pas à recourir à la communication orale. Et si aucun manuscrit autographe n’est connu, nous avons conservé plusieurs exemplaires de ses œuvres, copiés à sa demande par des collaborateurs2. Tant en Catalogne que dans les autres pays où Arnaud a eu l’occasion de séjourner, ces personnalités l’ont aidé à diffuser ses idées ; après sa mort, elles ont continué cette œuvre de transmission, défendant ses opinions et sa mémoire. Il nous reste aussi des documents d’archives qui, tout autant que les sources littéraires, et souvent plus directement que celles-ci, témoignent de sa famille, de son entourage et de son patrimoine3.

  • 4 Robert E. Lerner, « Writing and Resistence among Beguins of Languedoc and Catalonia », dans Biller (...)
  • 5 Aucune étude de synthèse n’a été jusqu’ici consacrée aux bibliothèques médiévales de Marseille. En (...)

2 De 1304 à 1310 Arnaud de Villeneuve a séjourné par intermittence, pendant d’assez longues périodes, à Marseille. Il y compte de nombreux fidèles. Son engagement social le rapproche des plus pauvres et des mouvements qui prônent activement la réforme de l’Église4. Marseille est alors une ville ouverte aux commerces et aux voyageurs. L’activité économique et juridique y engendre une production documentaire considérable, qui a été conservée dans les archives. La création artistique et littéraire est également intense. En témoignent les collections de livres présentes en ville, aussi bien des privés que des institutions religieuses5. Parmi les nombreux témoignages de l’activité du théologien à Marseille, on va examiner, en premier lieu, ceux qui concernent sa succession.

Les documents de la pratique

  • 6 Roque Chabas, Boletin de la Real Academia de la Historia, XXVIII, 1896, p. 87-90 et Léopold Delisle (...)

3Constitués en partie du vivant d’Arnaud de Villeneuve, les actes relatifs à sa succession sont aujourd’hui conservés aux archives capitulaires de Valencia. Ils ont parfois été dotés de codicilles à la demande de ses héritiers, qui se sont rencontrés à ces occasions devant notaire. Après la mort du maître catalan, ces actes ont été recopiés, voire résumés. Renvoyant l’un à l’autre, ils forment un véritable réseau documentaire et s’inscrivent dans une intention narrative. Commençons par le testament qui a été établi en 13056.

Le testament

  • 7 Agustin Rubio Vela, Mateu Lizondo, « Els beguins de Valencia en el seglo xiv. La seua casa hospital (...)
  • 8 À propos de Jean Blaise (vers 1270-1345), neveu d’Arnaud, dont on a conservé le livre de raison, cf (...)

4Ce testament, fait à Barcelone, concerne aussi, bien que de manière indirecte, la période où Arnaud a vécu à Marseille. Nous savons en effet qu’il a déjà séjourné dans cette ville l’année précédente et qu’il y a rencontré quelques personnalités, qui vont faire partie de son cercle de fidèles. Arnaud y répartit ses biens entre divers légataires ; en fait partie une communauté de Repenties située à Montpellier, et à laquelle il a attribué la jouissance en commodat de quelques biens. Rappelons que ces communautés, qui pouvaient avoir à leur tête des fidèles d’Arnaud, avaient parfois une vocation hospitalière. Une maison de ce type sera ainsi créée par des fidèles du maître catalan à Valencia en 1330, et nous en avons conservé un inventaire de biens et de livres7. En ces mêmes années, à Marseille, le neveu du théologien, Jean Blaise, un ancien médecin devenu homme d’affaires, fonde l’hôpital du Saint-Esprit8. Une autre disposition intéressante du testament d’Arnaud de Villeneuve concerne les livres de théologie qu’il recommande de déposer auprès du monastère chartreux de Scala Dei (Catalogne). Cette décision confirme l’importance qu’il accorde à son entourage. En effet le dépôt est soumis à la condition que trois de ses fidèles, Bernard Oliver, Andreas Ferrandi et Pierre de Villeneuve, son neveu, puissent résider à la chartreuse sans prendre l’habit monastique, et y étudier l’Écriture sainte. Arnaud offre au monastère une somme de trois cents livres pour lui permettre de prendre en charge leurs frais de séjour et d’entretien.

  • 9 Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke, Benoît Michel Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, (...)

5Au-delà du contenu, l’intérêt du testament réside dans sa tradition diplomatique. Nous n’avons en effet qu’une copie de ce document, établie en 1321, soit dix ans après la mort du théologien. L’introduction précise qu’elle dérive à son tour d’une autre copie, désignée comme authentique et dont on pouvait tirer autant de copies que l’on souhaitait. Elles devaient cependant être désignées par des lettres de l’alphabet pour être à leur tour authentiques. On reconnaît la pratique des chirographes, ces copies « officielles » établies d’après un original et qui, seules, étaient considérées légitimes en cas de contestation9.

L’inventaire après décès

  • 10 Valencia, Arxiu capitolar, no 7430. L’inventaire a été édité sommairement par R. Chabas, « Inventar (...)

6L’inventaire après décès10 a été établi à Valencia, le 29 juillet 1318. Encore une fois, il s’agit d’une copie, sur parchemin, d’un premier inventaire, sur papier, dressé en 1311, tout de suite après la mort du théologien. Il rassemble deux documents, offrant ainsi un bilan des propriétés du maître catalan. Le premier, fait en décembre 1311, décrit quelques objets et notamment des livres, qui étaient entreposés à Barcelone, dans la maison de Pierre Juge. Cet apothicaire y avait organisé une sorte de bibliothèque circulante des œuvres d’Arnaud et peut-être même, un atelier de copie. Sont en effet décrits plusieurs recueils : certains sont reliés, d’autres pas, certains sont en latin et glosés (litteraliter expositi), d’autres en français.

7Le deuxième inventaire décrit quelques trois cents articles. On y trouve des objets, des tissus, des joyaux ainsi que des instruments scientifiques et divinatoires. C’est le cas des sceaux, dont Arnaud se servait pour ses consultations d’astrologie et de médecine, des boussoles qu’il utilisait en voyage, des cartes etc. Sont également présentés des documents administratifs, comme par exemple les registres comptables, quelques privilèges pontificaux et les livres de sa bibliothèque. Celle-ci n’est pas présentée de manière organisée, structurée, car les livres étaient désormais rangés dans des caisses, ou bien ils avaient déjà été remis à leurs destinataires. Cependant les indications concernant le contenu des volumes sont assez complètes et la mention des incipits permet d’identifier les œuvres. Au-delà, ce document fournit toute sorte d’indications intéressantes sur les pratiques d’écriture d’Arnaud. Il avait à son service un secrétaire (scriptor), Andreas Ferrandi. On reconnaît l’un des trois fidèles à qui le théologien avait garanti, par son testament de 1305, un accueil à la chartreuse de Scala Dei. Mais Arnaud copiait aussi lui-même ses propres œuvres. Plusieurs quaterni ou libelli de sa main sont en effet cités. À l’exception d’un ouvrage de médecine, tous contenaient des textes théologiques.

  • 11 Sur ce personnage, qui fut aussi chantre de la cathédrale d’Aix-en-Provence, cf. Registrum Clementi (...)
  • 12 Les théories sur la pauvreté sont développées dans plusieurs écrits d’Arnaud de Villeneuve et notam (...)

8Outre Pierre Juge et Andreas Ferrandi, d’autres collaborateurs d’Arnaud sont mentionnés dans cet inventaire. L’un d’entre eux est Jacques Blanc, un chanoine de Digne, membre de la curie pontificale, qui a aussi résidé à Avignon et à Marseille et a suivi Arnaud dans de nombreux déplacements11. Jacques Blanc, qui est lui aussi médecin, est notamment présent lors de la rédaction du premier inventaire après décès du philosophe, et reçoit en legs quelques objets : une pièce de cuir blanc et une fine couverture « ultramarina » (on ne sait s’il s’agissait d’une qualité de tissu ou d’une couleur), ainsi que deux livres, une Expositio de regimine acutorum et un recueil d’œuvres théologiques, sans autre précision de contenu. Toujours d’après l’inventaire, ce deuxième livre faisait partie des volumes qu’Arnaud avait attribués à l’usage des pauvres (« Item habebat [sic] pauperes quos magister assignavit usui pauperum quinque libros… »). Il n’avait donc été donné à Jacques Blanc qu’en usage, selon la théorie de l’« usus pauper », qu’Arnaud de Villeneuve défendait à l’instar des représentants du mouvement spirituel, et qui permettait de bénéficier de certains biens sans avoir à les acheter, pour respecter le vœu de pauvreté12.

Le compte rendu des opérations de succession

  • 13 Ramon d’Alos, « De la marmessoria d’Arnau de Vilanova », Miscellania Prat de la Riba, I, 1935, p. 2 (...)

9Le 22 octobre 1318, un nouvel état complet des biens d’Arnaud de Villeneuve est établi à Valencia, à l’initiative de son principal exécuteur testamentaire, Ramon Conesa, devant les autorités de la cathédrale. Véritable bilan de tous les actes établis auparavant dans le cadre de la succession, ce document les résume et offre aussi parfois des compléments. Il est particulièrement intéressant pour se faire une idée du sort de la bibliothèque13. C’est ici par exemple que l’on détaille le contenu des livres de théologie légués à la Chartreuse de Scala Dei, que l’on fait référence (sans toutefois les décrire) aux volumes d’Arnaud de Villeneuve qui avaient été remis à l’inquisiteur, Arnaud Burguet, ainsi qu’aux ouvrages qui avaient été emportés en Sicile par un groupe de ses fidèles (fratres pauperes de penitencia) guidés par son collaborateur et secrétaire, Andreas Ferrandi. On trouve aussi la référence à un albaran (quittance), relatif aux livres qu’Arnaud avait remis à l’un de ses collaborateurs au moment où il envisageait un voyage outre-mer, projet auquel il avait ensuite renoncé. Le compte rendu de la succession mentionne également diverses communautés de béguins, qui toutes, avaient reçu des livres du maître. Il y en avait à Montpellier, à Valencia et à Barcelone, et également à Marseille. Aucune autre trace de cette communauté ne semble avoir survécu. Parmi les références à Marseille présentes figure aussi la mention d’un codicille, dont on ne précise pas la teneur, que le philosophe avait ici fait ajouter à son testament, le 6 mars 1308, par le notaire Stephanus Aurienne.

  • 14 La sentence de condamnation des œuvres d’Arnaud de Villeneuve en 1316 est éditée par José Villanuev (...)

10En somme, ce document riche en données littéraires et biographiques, constitué à l’initiative des fidèles d’Arnaud dans les années qui suivent immédiatement sa mort, s’inscrit ouvertement dans une logique mémorielle. En particulier, les références au départ de groupes de fidèles, à la fondation d’œuvres pieuses, ou aux livres remis à l’inquisiteur confirment leur volonté de célébrer la mémoire du défunt et de défendre l’orthodoxie de ses doctrines qui, notamment en 1316, avaient été mises en cause par une sentence inquisitoriale à Tarragone14.

Les livres

  • 15 J. Carreras Artau, « La llibreria d’Arnau de Vilanova », Analecta sacra tarraconensia, no 11, 1935  (...)

11Face à l’abondance des documents produits par ses fidèles, c’est au livre que le maître catalan a indéniablement accordé la suprématie pour répandre ses idées. Arnaud de Villeneuve, nous l’avons dit, a copié lui-même ses œuvres, ou il a chargé ses collaborateurs de le faire. Propriétaire d’une riche bibliothèque, qui témoigne de sa culture, les livres sont pour lui bien plus que de simples conteneurs de textes15. Dans plusieurs œuvres, il en a mis en évidence la valeur symbolique et religieuse. En ces années marseillaises, il a œuvré pour inscrire l’autorité des livres dans leurs lieux de production et de conservation (voir Annexe III).

Le livre, symbole culturel et spirituel

  • 16 F. Santi, « Gli scripta », art. cit., no 11 ; J. Carreras i Artau, « Del epistolario espiritual de (...)
  • 17 Francesco Santi, « Gli scripta », art. cit., p. 981 ; J. Carreras i Artau, « Una versio grega de no (...)

12Plusieurs œuvres d’Arnaud présentent les aspects symboliques et allégoriques du livre. Ce thème se retrouve en particulier dans le De Mysteriis cimbalorum. Ce bref traité prophétique latin sur l’état de l’Église a été composé vers 1301 à la Chartreuse de Scala Dei ; il a ensuite été rapidement diffusé à l’intention de plusieurs personnalités (dont le pape Boniface VIII) et institutions religieuses. Ainsi Arnaud de Villeneuve en a-t-il envoyé autant d’exemplaires qu’il y avait de destinataires, en ne diversifiant, sur chacun, que sa propre lettre de dédicace16. L’autre texte, en grec, habituellement désigné sous son incipit : « Θΰγατερ μέλλετε ειδέναι » (« Fille, tu dois savoir »), est sans doute la traduction d’un ouvrage initialement composé en catalan, à l’intention des fidèles d’Arnaud17. La version pourrait avoir été apprêtée à Marseille, en 1308, à l’intention d’un groupe de moines du Mont-Athos qui étaient alors de passage en ville et avaient demandé à être reçus par le théologien. Ces moines, qui avaient été attaqués par des soldats du roi d’Aragon, avaient besoin de sa médiation pour être admis auprès du monarque.

13De fait, aucune certitude n’existe quant aux circonstances de cette traduction, car il ne nous en reste qu’un seul manuscrit, dépourvu de marques d’origine ou d’appartenance : Saint-Pétersbourg CXIII, f. 72-76v. Bornons-nous à rappeler que le traité décrit la vision qu’un livre a générée chez une sainte femme. Dans un style à la fois imagé et concret, on présente cette vision, la Trinité, au milieu d’un immense espace et entourée des anges. Les étapes pour y parvenir sont décrites en rapport avec des éléments du livre. Les fermoirs que l’on ouvre, par exemple, portent des invocations à Dieu et à ses saints, les lettres rouges des rubriques rappellent les blessures du Christ, tandis que les lettres noires se réfèrent aux offenses qu’on lui faites.

Un lieu d’autorité : Saint-Victor

14L’abbaye de Saint-Victor est la plus ancienne et la plus importante fondation monastique de la ville. Depuis l’époque de la réforme grégorienne, elle représente le véritable bastion de l’orthodoxie en Méditerranée. Arnaud de Villeneuve y fait apprêter, en 1306, plusieurs copies de son Commentaire sur l’Apocalypse. Nous en avons conservé quelques exemplaires, reconnaissables par la présence d’un colophon (voir Annexe II). C’est dans cette œuvre, sans doute pour la première fois, que le maître traite des aspects de la symbolique du livre qu’il reprendra ensuite dans les opuscules cités plus haut.

  • 18 Arnaldi de Villanova Expositio super Apocalypsi, éd. J. Carreras i Artau, O. Marinelli Marcacci et (...)
  • 19 R. Manselli, Spirituali e beghini, op. cit., en particulier p. 57-58.

15La composition du Commentaire remonte en en effet à l’époque de son séjour à Montpellier, entre 1295 et 130018. Dans ce texte long et complexe, qui célèbre la vie monastique et contemplative, en particulier chez les cisterciens et les chartreux, le commentaire biblique se mêle aux considérations sur l’état de l’Église. L’auteur y décrit l’histoire de la chrétienté jusqu’à la fin du monde, à travers les sept âges de l’Église (âge des Apôtres, âge des martyrs, âge des ermites, âge des cénobites, âge des frères qui ont renoncé à la propriété et du pape angélique, âge de l’Antéchrist et enfin âge des derniers temps). Aussi bien par le ton que par la structure (une introduction et 22 chapitres), ce traité se démarque des autres œuvres d’Arnaud, si bien qu’il a même été considéré apocryphe. R. Manselli, en particulier, a pointé le malaise que le maître catalan, formé initialement comme médecin, semble éprouver face aux techniques du commentaire savant19. En revanche, l’annonce de l’arrivée prochaine du « pastor » angélique, dont l’auteur souligne qu’il sera « formé dans la lettre du texte et dans la prophétie » et qu’il « ne se détachera pas de l’Évangile, ne sera pas brisé par les peurs du siècle », renvoie aux thématiques familières à Arnaud de Villeneuve. Ces prévisions sont inspirées par les thèses joachimites, mais aussi par les nombreux écrits prophétiques qui circulaient à cette époque (on pense à la prophétie de Cyrille et aux œuvres d’Hildegarde de Bingen, en particulier le Liber Divinorum Operum). Toujours selon R. Manselli, cet ouvrage était donc pleinement en mesure de répondre aux attentes des mouvements spirituels alors actifs en Provence.

Les interlocuteurs

  • 20 Pour l’édition de l’inventaire de Jean Blaise, cf. D. Nebbiai, « L’école de Montpellier et les bibl (...)
  • 21 Oriana Cartaregia, I manoscritti G. Gaslini della Biblioteca universitaria di Genova, Rome, Istitut (...)

16À l’instar de leurs représentants, Arnaud de Villeneuve pense en effet que l’Église est en train de vivre sa dernière époque et qu’il lui faut se réformer pour pouvoir survivre. Deux grandes questions retiennent alors son attention : la croisade qui est en train de se préparer pour 1308, et le mouvement des Spirituels. La croisade ne sera jamais réalisée. Pourtant, plusieurs bulles émises par Clément V au cours des mois d’août et septembre de cette même année y font référence. Le pontife s’y adresse tantôt aux Hospitaliers, tantôt aux évêques. Arnaud, qui doute de l’efficacité de ce projet, en fait part dans une lettre au roi d’Aragon (19 février 1308). Par ailleurs, l’un des textes présents dans sa bibliothèque (Quaternus pasagii in papiro), renvoie très vraisemblablement à un bref traité qui serait de lui et que l’on retrouve, quelques années plus tard, dans la bibliothèque de son neveu Jean Blaise à Marseille (« un libre que tracta del pasatge et de la terra de oltramar »)20. Ce texte a survécu dans un manuscrit en papier aujourd’hui conservé à la bibliothèque universitaire de Gênes (Fonds Gaslini AIX.27, f. 131-133)21. L’auteur y critique les Hospitaliers, incapables selon lui de mener à bien la croisade. Il s’adresse à un monarque (le nom n’est pas évoqué) pour qu’il prenne lui-même en main l’initiative. Nous savons encore, grâce à l’inventaire après décès, qu’au mois d’août 1308, Arnaud a accueilli à Marseille un messager du pape mandaté à ce propos et lui a versé une somme d’argent pour couvrir ses frais de séjour et de voyage.

  • 22 Léon Guilloreau, « Les statuts de Guillaume de Sabran (1294-1324) », Revue Mabillon, no 6, 1910, p. (...)
  • 23 P. Jacques Cambell, Vies occitanes de saint Auzias et de sainte Dauphine, avec traduction française (...)

17Deux ans plus tôt, son passage à Saint-Victor lui avait permis de se lier avec quelques religieux de l’abbaye, favorables à ses théories, ainsi qu’avec l’abbé, Guillaume de Sabran (1294-1324). Celui-ci avait entrepris une action législative importante. Il avait promu quatre chapitres généraux, successivement en 1294, en 1298, en 1305 (juste au moment où Arnaud de Villeneuve séjournait à l’abbaye) et en 1312. Il s’agissait de réformer la liturgie (on proposait, en particulier, de redéfinir l’organisation et le contenu des lectures communes) et d’établir de nouvelles règles de vie pour la communauté monastique22. La question de la propriété religieuse était naturellement au centre des débats. Aussi, lors du chapitre de 1298, en particulier, avait-on soulevé la question de l’appropriation des biens de l’abbaye de la part de ses membres, religieux ou abbés. Deux décennies plus tard, le débat était toujours d’actualité, à en croire la controverse qui, en 1324, oppose les moines de Saint-Victor et leur abbé, qui était encore, à cette époque, Guillaume de Sabran. Celui-ci avait été élu entre temps évêque de Digne et avait emporté avec lui un certain nombre de biens du monastère, ainsi que la dotation du prieuré d’Auriol, uni à la mense abbatiale, mais avait été sommé par ses confrères de tout rendre. Rappelons que cette personnalité controversée était pourtant issue de l’une des plus anciennes et nobles familles provençales. Guillaume était en effet le neveu d’Elzéar (ou Auzias), comte de Provence. En 1308, devant un collège de médecins réuni à Marseille, Arnaud avait pris la défense de ce personnage et de sa femme Delphine. Prônant des positions rigoristes, le couple refusait de consommer le mariage et Arnaud, pour couvrir les deux époux face aux critiques de leur entourage, avait affirmé qu’ils étaient stériles23.

La théologie en acte

  • 24 Francesco Santi, « Gli Scripta », art. cit., no 22 ; Franz Ehrle, « Arnaldo di Villanova e i Thomat (...)

18Malgré son attachement aux livres, Arnaud de Villeneuve n’a pas hésité à s’exprimer aussi oralement sur des questions théologiques complexes. C’est le cas, en particulier, lorsqu’il s’est adressé aux représentants des ordres mendiants, qui avaient pour mission principale de prêcher aux fidèles. C’est à Marseille, en 1304, qu’il prend donc la parole publiquement, en présence de l’évêque Durand de Trésémines (voir Annexe I). L’occasion lui en est offerte par une initiative du pape Boniface VIII qui, souhaitant limiter les nouvelles fondations de ces ordres dans le Midi, avait décidé de restreindre, à l’avantage du clergé séculier, les bénéfices que les couvents mendiants tiraient des sépultures. Sans prendre position directement sur la question, Arnaud va s’exprimer à trois reprises, les 10 février, 28 février et 14 mars 1304, pour critiquer les frères dominicains. Il développe à ces occasions les thèses antithomistes qu’il avait consignées dans le Gladius veritatis (Epée de la vérité), un traité également composé au mois de février, toujours à Marseille et où il appelait les disciples de saint Thomas « thomatiste24 ». Le destinataire en était son fidèle collaborateur, Jacques Blanc.

  • 25 Francesco Santi, « Teologia per immagini e mistica. Le tre denuncie di Marsiglia di Arnaldo da Vill (...)

19Selon Arnaud, les dominicains étaient coupables de s’être écartés de la tradition originelle des mendiants parce que, dans la ligne de Thomas d’Aquin, ils s’attachaient à défendre une forme de pensée purement théorique et déductive et estimaient, en particulier, pouvoir démontrer la foi à travers l’exégèse littérale et historique de la Bible. Or pour Arnaud, seule l’exégèse allégorique était légitime, qui permettait aux chrétiens d’appréhender les mystères divins dans une forme de pensée privilégiant les images au raisonnement25.

20À chaque occasion, l’interlocuteur direct d’Arnaud est Jacques Vigouroux, un frère du couvent de Marseille. Assistent aux discours, en tant que témoins, plusieurs de ses fidèles présents en ville. En font partie notamment des moines de Saint-Victor, des représentants du clergé séculier (chanoines de la cathédrale, notamment), mais aussi des laïques : juristes, médecins, et même un « miles », un public socialement varié a qui le théologien souhaitait faire part de ses positions. Son fidèle collaborateur Jacques Blanc, chanoine, médecin, proche de la curie pontificale fait également partie des personnalités. Son rôle auprès d’Arnaud de Villeneuve qui, comme on l’a rappelé, lui a dédié deux œuvres et l’a mentionné dans son propre testament est ici, encore une fois, confirmé.

21Moins solennels que les ouvrages doctrinaux, ces discours n’en ont pas moins été considérés comme des témoins essentiels de sa pensée. Ils ont été, à ce titre, insérés par ses contemporains dans les recueils de ses œuvres (voir à titre d’exemple la composition de Vat. Lat. 3824). Arnaud a veillé quant à lui à en garantir l’authenticité en demandant à des notaires de les enregistrer par écrit, tout comme des actes juridiques. Ainsi les actes portent bien l’indication qu’ils ont été établis « in aula episcopali Massiliae ». L’introduction du troisième précise, quant à elle, que la rédaction de la version définitive a été demandée au notaire par Arnaud qui résidait alors à la chartreuse de Montrieux. En fait, les trois discours sont transcrits avec tous les aspects paratextuels propres aux documents diplomatiques. Ils s’ouvrent par une invocation, suit la narratio, où sont exposés les circonstances qui ont rendu nécessaire leur rédaction, puis, paragraphe après paragraphe (chacun précédé de la mention « item »), sont détaillés les arguments philosophiques et théologiques. On a ensuite la datation, la signature du notaire (« actum… »), et la liste des témoins.

22Les discours marseillais d’Arnaud de Villeneuve sont une manifestation inédite des rapports entre oral et écrit au Moyen Âge, mais surtout, ils expriment l’opposition du maître catalan à l’hypothèse de la théologie comme science, qui était alors prônée par les disciples de saint Thomas d’Aquin. Il n’était pas question, pour Arnaud, de défendre la foi par la dialectique, mais de la vivre dans la société des hommes, sous la protection de l’évêque, une figure qui incarnait à la fois l’autorité religieuse et l’expérience de la sainteté.

23Tout au long de ses années marseillaises, alors que les pontifes s’installent en Avignon, Arnaud de Villeneuve nous apparaît proche de la papauté. Pour diffuser ses œuvres, il s’est appuyé sur les institutions et sur les personnalités qui la représentaient dans la société. La documentation d’archives, amplement utilisée par ses fidèles à une époque d’essor de l’écrit, a également joué un rôle important, aussi bien du vivant du maître catalan, qui s’en sert pour fixer et valider sa communication orale, qu’après sa mort. Utilisée pour entretenir sa mémoire et défendre l’orthodoxie de ses thèses, la documentation se fait alors chronique.

Fig. 1 - Image d’Arnaud de Villeneuve (Ms 327, fol 127 v), Modene.

Fig. 1 - Image d’Arnaud de Villeneuve (Ms 327, fol 127 v), Modene.

Fig. 2 - Modene, bibl. Estense, X.X.2.69, f. 116v.

Fig. 2 - Modene, bibl. Estense, X.X.2.69, f. 116v.

Annexes

Annexes

I. Les discours prononcés par Arnaud de Villeneuve à Marseille en 1304

Denunciatio prima facta Massiliae contra J. Vigorosi O.P.

(Marseille, 10 février 1304)

Inc. : « In nomine… Amen. Anno incarnationis eiusdem M°CCC°IIII° decima die mensis februarii… Noverint universi… quod venerabilis vir magister Arnaldus de Villanova… presente me notario et ceteris testibus infrascriptis legit quandam cedulam continentemquandam denuntiationem et monitionem sub talibus verbis »

Ms. Vatican, Vat. Lat. 3824, f. 180-181 ; Arles, Bibl. mun. 97 (copie du xviie s. ; le texte est au début du manuscrit ; la foliotation exacte n’a pu être vérifiée, cf. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, t. XX, Paris, 1893, p. 383).

Bibliographie : F. Santi, « Gli Scripta », art. cit., n° 21, p. 988 ; id., « Teologia per immagini », art. cit., p. 242-245.

Denunciatio secunda facta Massiliae

(Marseille, 28 février 1304)

Inc. : « In nomine Domini nostri… Anno M°CCC°IIII°, XXVIII die febroarii… Noverint universi… quod venerabilis vir magister Arnaldus de Villanova, coram Durando episcopo Massiliensi… legit quandam cedulam continentem omnia infrascripta ».

Ms. Vatican, Vat. Lat. 3824, f. 192-193 ; Arles, Bibl. mun. 97 (copie du xviie s. ; le texte est au début du manuscrit ; la foliotation exacte n’a pu être vérifiée, cf. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, t. XX, Paris, 1893, p. 383).

Bibliographie : F. Santi, « Gli Scripta », art. cit., n° 21, p. 988 ; id., « Teologia per immagini », art. cit., p. 245-246.

Denunciatio tertia facta Massiliae

(Marseille, 14 mars 1304)

Inc. : « In nomine Domini amen. Anno… quarta decima mensis marcii… Noverint universi, quod magister Arnaldus de Villa Nova in presentia mei notarii infrascripti… tradidit mihi quandam cedulam papirem scriptam et requisivit me quod cum lecta esset in audientia reverendi patris domini episcopi Massiliensis, eam redigerem in formam publicam ».

Ms. Vatican, Vat. Lat. 3824, f. 202-204 ; Arles, Bibl. mun. 97 (copie du xviie s. ; le texte est au début du manuscrit ; la foliotation exacte n’a pu être vérifiée, cf. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, t. XX, Paris, 1893, p. 383).

Bibliographie : F. Santi, « Gli Scripta », art. cit., no 21, p. 989 ; id., « Teologia per immagini », art. cit., p. 247-250.

II. Les manuscrits du Commentaire sur l’Apocalypse copiés à Saint-Victor

Florence, Bibliothèque Marucelliana C. 279

xive s., parchemin, 205 x 105 mm., 90 feuillets, quaternions avec réclames, deux colonnes de 37 lignes, réglure à la mine de plomb. Un seul copiste, écriture gothique. Petites initiales rouges, rubriques et pieds-de-mouche rouge et bleu alternés, mots soulignés en rouge dans le corps du texte. Nombreuses notes marginales, la plupart paraissant du xvie s. Couverture en parchemin.

Le colophon attestant que le manuscrit a été copié à Saint-Victor de Marseille en 1306 se trouve au dernier feuillet, f. 90 ; il est d’une autre main par rapport à celle du texte : « Explicit expositio Apocalypsis quam scribi fecit dominus Jesus Christus anno ipsius MCCCVI in monasterio Sancti Victoris Massiliensis. Amen ».

Bibliographie : F. Vespignani, Catalogo dei manoscritti della R. Biblioteca Marucelliana compilato in ischede…, I, f. 4 (catalogue manuscrit) ; F. Santi, « Per lo studio di Arnau de Vilanova. Nota sul manoscritto C. 279 della Biblioteca Marucelliana di Firenze », Estudios franciscanos, no 87, 1987, p. 257-278 ; D. Nebbiai, La bibliothèque de Saint-Victor, op. cit., p. 281-282.

Modène, Bibliothèque Estense, Gamma. X.2.69

xive s., parchemin, 116 feuillets, quaternions avec réclames, 35 longues lignes, pieds-de-mouche et petites initiales filigranées. Au premier folio, texte encadré avec quatre petites têtes dans les angles ; grande initiale filigranée. De nombreux passages sont soulignés ; présence de notes marginales et de maniculae.

Au dernier feuillet, colophon attestant la copie du manuscrit à Saint-Victor de Marseille ; la note, en écriture gothique de chancellerie, est différente de celle qui a écrit le texte. À noter également l’ajout de la mention « Deo gratias » : « Explicit expositio Apocalypsis quam scribi fecit dominus Jesus Christus anno ipsius MCCCVI in monasterio Sancti Victoris Massiliensis. Deo gratias. Amen ». Au xvie s., le manuscrit a appartenu au couvent franciscain de S. Maria delle Grazie de Teramo (Abruzzes, sud de l’Italie), comme le prouve la note d’appartenance inscrite au bas du f. 1. Il est passé au milieu du xixe s. dans la Bibliothèque Estense de Modène après avoir appartenu à la collection du marquis Campori (voir le cachet au f. 1).

Bibl. : E. Milano, La biblioteca Estense di Modena, Florence, 1987 ; D. Nebbiai, La bibliothèque de Saint-Victor, op. cit., p. 285-286.

Vatican, Bibliothèque Vaticane, Ottoboni latin 536

(ce manuscrit contient en outre un Traité sur le jugement universel anonyme)

xive s., papier, 195 x 145 mm, 181 feuillets, quaternions avec réclames encadrés dans un rectangle, 20 à 24 longues lignes, réglure à pointe sèche ; écriture gothique à l’encre noire ; les initiales manquent. Reliure en parchemin, avec une étiquette en cuir rouge et jaune collée au dos et portant la cote moderne du manuscrit.

Le colophon attestant que le manuscrit a été copié à Saint-Victor de Marseille en 1306 se trouve au f. 174v, à la fin du Commentaire sur l’Apocalypse : « Explicit expositio Apocalypsis quam scribi fecit dominus Jesus Christus anno ipsius MCCCVI in monasterio Sancti Victoris Massiliensis. Amen ». Le recueil provient de la collection du cardinal Sirleto, secrétaire du pape Marcel II (Cervini), qui a été achetée en 1588 par le cardinal Ascanio Colonna, avant de passer dans la bibliothèque du cardinal Altemps. Les manuscrits de ce dernier personnage ont été acquis au xviiie siècle par le cardinal Pietro Ottoboni et ont été intégrés à sa mort dans la Bibliothèque Vaticane.

Bibliographie : O. Marinelli Marcacci, « La tradizione manoscritta dell’Expositio super Apocalypsi di Arnau de Vilanova », Estudi romanics, no 5, 1955-1956, p. 115-118 ; D. Nebbiai, La bibliothèque de Saint-Victor, op. cit., p. 291-292.

III. Chronologie d’Arnaud de Villeneuve à Marseille

1304 : Arrivée à Marseille de Jean Blaise, médecin, neveu d’Arnaud de Villeneuve, né à Montpellier.

1304

10 et 28 février et 14 mars1304

Arnaud de Villeneuve prononce, en présence de témoins, trois discours polémiques (Denuntiationes) contre les perversions des théologiens de l’ordre dominicain devant l’évêque de Marseille, Durand de Trésémines, et fait consigner ces discours sur des chartes. Parmi les témoins présents lors de la troisième Denuntiatio figure Jacques Blanc, chanoine de Digne.

Cf. F. Santi, Gli Scripta », n° 21, 23, 25 ; id., « Teologia per immagini », p. 234-255 ; voir aussi reproduction d’extraits des trois textes par J. Albanès, Gallia christiana novissima, II, Valence, 1899, p. 219 n° 375.

Février 1304

Rédaction du Gladius veritatis adversus Thomatistas, dédié à Jacques Blanc, chanoine de Digne, déjà destinataire d’un autre traité polémique, l’Apologia de versutiis, composé à Gérone en 1302.

Inc. : « Ad magistrum Jacobum Albi, canonicum Dignensem. Quia scripsisti michi karissime, quod post recessum meum » ; cf. F. Santi, Scripta, n° 14et n° 22 ; C. Crisciani, « Exemplum Christi e sapere. Sulla epistemologia di Arnaldo de Villanova », Archives internationales d’histoire des sciences, no 28, 1978, p. 288-292 ; F. Ehrle, « Arnaldo di Villanova e i“Thomatiste" », Gregorianum, I, 1920, p. 471-501 ; C. Reho, La polemica di Arnaldo di Villanova contro i Domenicani Tomisti nel Gladium iugulans Thomatistas, 1304 (tesi di laurea), Bari, 1981, inédite.

Entre le 1er et le 15 mars 1304

Rédaction de la Carpinatio poetrie theologi deviantis, dédiée à « dominus Marcellus canonicum Cerdonensem » (de La Cerdaña, Catalogne, province de Lerida).

Inc. : « Laetificavit spiritum meum, karissime, dominus G. Raynaudi [moine de Saint-Victor de Marseille], quem ad me direxit vestra sinceritas tam suavitate celestis agni, quam in eo gustavi » (ms. Vat. Lat. 3824, f. 193v-202 ; F. Santi, « Gli Scripta », no 24 ; H. Finke, Aus den tagen Bonifaz VIII. Funde und Forschungen, Münster, 1902, p. cxxiii-cxxiv (fragment initial).

1306

Arnaud de Villeneuve séjourne à Saint-Victor de Marseille ; il y fait copier plusieurs exemplaires de l’Expositio super Apocalypsim.

Bibl. : Arnaldi de Villanova Expositio super Apocalypsi, éd. J. Carreras i Artau, O. Marinelli Marcacci et J. Morato i Thomas, Bruxelles (Union Académique internationale)-Barcelone (Institut d’estudis catalans), 1971 (Corpus philosophorum Medii Aevi) ; O. Marinelli Marcacci, « La tradizione manoscritta dell’Expositio super Apocalypsi di Arnau de Vilanova », Estudi romanics, no 5, 1955-1956, p. 111-126 ; D. Nebbiai, La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor, op. cit., p. 281-282, 285-286 et 291-292 (Documents, études et répertoires publiés par l’IRHT, 74) ; inc. du traité « Petransibunt plurimi et multiplex erit scientia. Quamvis hoc dictum commune sit toti scripturae sacrae ». Manuscrits du traité : Florence, Marucelliana C. 279, f. 1-90 ; Modène, Bibliothèque Estense, Gamma. X.2.69 ; Vat. Ottoboniano Lat. 536, f. 1-174. Sont à signaler en outre Vat. Lat. 1305, f. 2-89, du xve siècle et Vat. Lat. 5740, f. 1-143, xive s. (ms. ayant appartenu au médecin Pier Leoni de Spolète). Ces manuscrits portent également le colophon, et donc ils dérivent du « groupe » d’Arnaud de Villeneuve, mais ils sont plus tardifs et ne peuvent donc pas avoir été commandés par lui ; cf. F. Santi, « Gli Scripta », no 38.

1308

19 février 1308

Arnaud de Villeneuve envoie au roi Jacques II d’Aragon une lettre sur les Hospitaliers.

Inc. : « Domino suo karissimo servus inutilis… Quia consanguineus vester illustris » (ms. Barcelona, Arxiu Corona Arago, separ. or. pap. ; F. Santi, « Gli Scripta », n° 72).

10 mars 1308

Arnaud de Villeneuve fait ajouter un codicille à son testament, notaire Stephanus Aurienne.

Document non conservé, mais attesté dans le compte rendu de la succession d’Arnaud de Villeneuve (1318) :

« Item codicillum per eundem magistrum conditum et scriptum per Stephanum Aurienne notarium Massilie publicum atque comitatuum Provincie et Forcalquerii anno incarnacionis Domini MCCCoctavo sexte indiccionis sexto idus marcii hora circa tercia dei ». Cf. R. d’Alos, « De la marmessoria d’Arnau de Vilanova », Miscellania Prat de la Riba, I, 1935, p. 291 et 298.

1er septembre 1308

Arnaud reçoit, à Marseille, un messager du pape venant de Gênes pour l’informer de ce qu’il doit faire en vue de la croisade.

J. Mensa i Valls, Arnau de Vilanova. Episodis de la historia, Barcelone, 1997, p. 26-27 ; cf. aussi l’inventaire après décès : « Item una caxia nova cum uno cofrello fuerunt invente quattuor milia turonensium argenti bonorum et veterum de quibus receperunt frater Andreas et dictus Arnaldus Fabricis et Bernardus Oliverii centum turonenses per cursorem domini pape. Item pro expensis dicti cursoris quamdiu fuit Massilie C turonenses argenti (cf. R. Chabas, « Inventario », art. cit., n° 129 et n° 130).

1308, mois non précisé

Arnaud de Villeneuve rencontre à Marseille des moines du Mont-Athos qui lui demandent une médiation auprès du roi Jacques II. Quelques œuvres spirituelles d’Arnaud de Villeneuve, dont certaines originairement en catalan, sont alors peut-être traduites en grec.

Mensa i Valls, Episodis, p. 26-27 ; cf. le ms. Saint-Pétersbourg, grec CXIII. ; E. de Murault, Catalogus codicum bibliothecae imperialis publicae graecorum et latinorum I, Saint-Petersbourg, 1840, p. 65-66 (description du manuscrit, qui contient neuf autres œuvres du philosophe) ; J. Carreras i Artau, « Θΰγατερ μέλλετε ειδέναι. Una versio grega de nou escrits d’Arnau de Vilanova », Analecta sacra tarraconensia, no 8, 1932, p. 127-134 et Miquel Battlori, s. j., « Opusculum Arnaldi de Villanova nondum editum », dans Miscellanea Melchior de Pobladura, Rome, 1964 (Bibliotheca Seraphico-Cappuccina, 23), I, p. 215-223 et id., « Les versions italianes medievals d’eobres religiosas d’Arnau de Vilanova », Archivio italiano di storia per la pietà, 1, 1951, p. 395-462 et en particulier p. 400-402.

1308, mois non précisé

Lors d’une grande réunion de médecins qui se tient à Marseille, Arnaud de Villeneuve défend les époux Auzias (de Sabran) et Delphine, qui avaient fait vœu de virginité, en affirmant publiquement qu’ils ne pouvaient pas donner un héritier à la maison comtale parce qu’ils étaient stériles.

Cf. P. Jacques Cambell, Vies occitanes de saint Auzias et de sainte Dauphine, avec traduction française, introduction et note, Rome, Pontificium athenaeum antonianum, 1963, en particulier p. 163 ; J. Mensa i Valls, Episodis, p. 26.

1310

17 juin 1310

Arnaud de Villeneuve envoie au roi Jacques II une lettre en catalan sur des questions diplomatiques et spirituelles.

Inc. « Domino suo… Faç vos saber senyor que’ el rey Robert » ; ms. Barcellona, Arxiu Corona Arago, Cancel Jaume II, CRD 4182 ; F. Santi, « Gli Scripta », n° 74 ; M. Battlori, Arnau de Vilanova, Obres, I, p. 248-250 (précédée l’été de 1309 par une lettre à Blanche d’Anjou expédiée l’été de 1309 d’Avignon, id., Arnau, p. 245-246).

1311

12 février 1311

Tout de suite après la mort d’Arnaud de Villeneuve, ses fidèles font dresser, par le notaire marseillais Jean d’Arcis, une déclaration écrite revendiquant l’orthodoxie des positions théologiques du maître catalan, et l’adressent à l’inquisiteur de la province d’Aix.

Document non conservé, attesté dans un autre document établi sur ordre de l’exécuteur testamentaire d’Arnaud de Villeneuve, Ramon Conesa, le 26 novembre 1316, en réponse à la sentence de condamnation des écrits du maître (Tarragone, novembre 1316). Cf. J. Perarnau i Espelt, « Problemes i criteres d’autenticitat d’obres espirituals atribuïdes a Arnau de Vilanova », ATCA, no 13, 1994, p. 32-33.

Notes

1 Jaume Mensa i Valls, Arnau de Vilanova. Episodis de la istoria, Barcelona, 1997. Sur son rôle intellectuel et politique, cf. Raul Manselli, Spirituali e beghini in Provenza, Rome, 1959 (en particulier le chap. III, « Un compagno di strada : Arnaldo di Villanova ») ; R. Manselli, « Arnaldo di Villanova e i papi del suo tempo tra religione e politica », Studi romani, no VII/2, 1959, p. 146-161, réimprimé dans R. Manselli, Studi sul medioevo, Rome, 1994, p. 329-349.

2 À propos des œuvres médicales, cf. Juan Antonio Paniagua, Studia arnaldiana : trabajos en torno a la obra medica de Arnau de Vilanova, c. 1240-1311, Barcelone, 1994. Pour les œuvres théologiques, voir Francesco Santi, « Gli scripta spiritualia di Arnau de Vilanova », Studi medievali, no 1985, p. 978-1014 ; Josep Perarnau i Espelt, « Problemes i criteris d’autenticitat d’obres espirituals atribuïdes a Arnau de Vilanova », Arxiu des texts catalans antics (désormais cité ATCA), no 13, 1994, p. 25-103.

3 Miquel Battlori, « La documentacion de Marsella sobre Arnau de Vilanova et Joan Blasi », Analecta sacra tarraconensia, no 21, 1948, p. 75-119 ; Fabio Troncarelli, « La scrittura segreta : codici, copisti, inquisitori in Provenza e in Catalogna », dans Spilling Hans éd., La collaboration dans la production de lécrit médiéval, Actes du xiiie colloque du Comité international de paléographie latine, Paris, 2000 (Matériaux pour l’histoire publiés par l’École des chartes, 4).

4 Robert E. Lerner, « Writing and Resistence among Beguins of Languedoc and Catalonia », dans Biller Peter, Hudson Anne, Heresy and Literacy, 1000-1530, Cambridge, 1994, Cambridge Studies in Medieval Literature, 23, p. 186-204 ; Donatella Nebbiai, « Un intellectuel catalan à Marseille », dans Pécout Thierry, Marseille entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans-Revel, Désiris, 2009, p. 310-313.

5 Aucune étude de synthèse n’a été jusqu’ici consacrée aux bibliothèques médiévales de Marseille. En guise d’introduction, consulter les notices relatives aux personnalités et aux institutions de la ville répertoriées dans Annie Genevois, Jean-François Genest, Anne Chalandon, Bibliothèques de manuscrits médiévaux en France. Relevé des inventaires du viiie au xviiie siècle, Paris, éditions du CNRS, 1987 (une nouvelle édition revue et augmentée est en préparation ; on peut consulter sur le site Libraria, les notices déjà disponibles en ligne http://www.libraria.fr/fr/bmf/repertoire-bmf-1-. Les bibliothèques des institutions religieuses ont fait l’objet de travaux plus approfondis : pour la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor, cf. D. Nebbiai, La bibliothèque de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, Paris, CNRS éditions, 2005 (Documents, études et répertoires publiés par l’IRHT, 74). Pour les bibliothèques des églises et cathédrales, cf. Céline Giordano, Livres et bibliothèques des cathédrales. Fin xiiie siècle-1530. L’exemple provençal, Méolans-Revel, 2010 (Kitab tabulae 9). Pour une approche synthétique des bibliothèques privées en Provence, cf. Noël Coulet, « Bibliothèques aixoises du xve siècle », dans Livres et bibliothèques (xiiie-xve siècle). Cahiers de Fanjeaux 31, 1996, p. 209-240 ; sur la cathédrale d’Aix, en particulier cf. A. Chalandon, « La bibliothèque de la cathédrale d’Aix à la fin du Moyen Age à travers trois inventaires inédits (1380, 1404 et 1407) », Provence historique, no 171, 1993, p. 35-60. Sur les collections des universités et ses collèges, voir Jacques Verger, « Les bibliothèques des universités et collèges du Midi », Livres et bibliothèques (xiiie-xve siècle), op. cit., p. 95-132. Pour une vue d’ensemble de la vie culturelle et spirituelle à Marseille, avec des aperçus sur les collections de livres, cf. Marseille au Moyen Age entre Provence et Méditerranée, op. cit., surtout p. 233-356 (chapitres : « Vie publique et vie privée » et « La foi et le savoir »).

6 Roque Chabas, Boletin de la Real Academia de la Historia, XXVIII, 1896, p. 87-90 et Léopold Delisle, « Testaments d’Arnaud de Villeneuve et de Ramon Lull », Journal des savants, 1896, p. 342-355.

7 Agustin Rubio Vela, Mateu Lizondo, « Els beguins de Valencia en el seglo xiv. La seua casa hospital i els ses llibres », Quaderns de filologia, I, 1984 (Miscellanea Sanchi Guarner, I), p. 327-341.

8 À propos de Jean Blaise (vers 1270-1345), neveu d’Arnaud, dont on a conservé le livre de raison, cf. Dietrich Hauck, Das Kauffmansbuch des Johannes Blasii (1329-1337), Sarrebruck, 1965 ; Edouard Baratier, « Le journal de Jean Blaise médecin et bourgeois de Marseille au xive siècle », Provence historique, no 18, 1968, p. 272-275 ; N. Coulet, « Les livres de raison en Provence au Moyen Âge », Provence historique, no 54, 2004, p. 293-305. Sur l’histoire du Saint-Esprit, Martin-Dietrich Glessgen, « Lo Thesaur del hospital de Sant Esperit ». Edition eines Marseiller Urkundeninventars (1399-1511) mit sprachlichem und geschichtliche Kommentar…, Tübingen 1989 (édition du Llibre du thesaur, cartulaire de cet hôpital).

9 Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke, Benoît Michel Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993 (Atelier du médiéviste, 2), p. 183-193.

10 Valencia, Arxiu capitolar, no 7430. L’inventaire a été édité sommairement par R. Chabas, « Inventario de los libros, ropas y demàs efectos de Arnaldo de Vilanueva », Revista de archivos, bibliotecas y museos, an. VII, t. 9, 1903, p. 188-203.

11 Sur ce personnage, qui fut aussi chantre de la cathédrale d’Aix-en-Provence, cf. Registrum Clementis papae V, Rome, 1885-1892, no 2108 ; Gaetano Marini, Degli archiatri pontifici, Rome, Pagliarini, 1784, I, p. 56 ; Ernest Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France, Genève-Paris, Droz, 1979 (Hautes Études médiévales et modernes, 35), I, p. 322 ; Joseph-Hyacinthe Albanès, Gallia christiana novissima, II, Valence, 1899, p. 296-298.

12 Les théories sur la pauvreté sont développées dans plusieurs écrits d’Arnaud de Villeneuve et notamment dans la Presentatio burdigalensis (cf. F. Santi, « Gli Scripta », art. cit., no 33) et dans la deuxième Informatio beguinorum (cf. F. Santi, « Gli Scripta », art. cit., no 51). Voir aussi à propos de sa conception de l’usus pauper Chiara Crisciani, « Exemplum Christi e sapere. Sulla epistemologia di Arnaldo de Villanova », Archives internationales d’histoire des sciences, no 28, 1978, p. 288-292.

13 Ramon d’Alos, « De la marmessoria d’Arnau de Vilanova », Miscellania Prat de la Riba, I, 1935, p. 289-306.

14 La sentence de condamnation des œuvres d’Arnaud de Villeneuve en 1316 est éditée par José Villanueva, Viage litterario a las iglesias de España, XIX. Viage a Barcelona y Tarragona, Madrid, 1851, p. 320-320, édition reprise par F. Santi, « Gli Scripta », art. cit., p. 1006-1010. À propos de l’action entreprise par les fidèles et parents d’Arnaud en sa défense, cf. Mateu Rodrigo Lizondo, « La protesta de Valencia de 1318 y otros documentos ineditos referentes a Arnau de Vilanova, Dynamis. Acta hispanica ad Medicinae scientiarumque historiam illustrandam, 1, 1981, p. 241-273.

15 J. Carreras Artau, « La llibreria d’Arnau de Vilanova », Analecta sacra tarraconensia, no 11, 1935 (Miscellanea H. Finke d’historia i cultura catalana), p. 63-84 ; D. Nebbiai, « Angèle et les Spirituels. À propos des livres d’Arnaud de Villeneuve († 1311) », Revue d’histoire des textes, no 32, 2002, p. 263-281 ; Ead. « L’école de Montpellier et les bibliothèques médicales : Arnaud de Villeneuve, son milieu et ses livres (xiiie-xive siècles) », dans Le Blevec D., L’université de médecine de Montpellier et son rayonnement (xiiie-xve siècles), Turnhout (Brepols), 2004 (De diversis artibus, 71), p. 264-265.

16 F. Santi, « Gli scripta », art. cit., no 11 ; J. Carreras i Artau, « Del epistolario espiritual de Arnaldo de Vilanova », Estudios Franciscanos, no 49, 1948, p. 392-406 ; J. Perarnau i Espelt, « Tres notes entorn de la biblioteca papal. 1. L’exemplar del De mysterio cimbalorum d’Arnau de Vilanova offert a Bonifaci VIII », Arxiu des texts catalans antics, no 6, 1987, p. 299-302.

17 Francesco Santi, « Gli scripta », art. cit., p. 981 ; J. Carreras i Artau, « Una versio grega de nou escrits d’Arnau de Vilanova », Analecta sacra tarraconensia, n° 8, 1932, p. 127-134 ; Miquel Battlori, s. j., « Θΰγατερ μέλλετε ειδέναι. Opusculum Arnaldi de Villanova nondum editum », Miscellanea Melchior de Pobladura, Rome, 1964 (Bibliotheca Seraphico-Cappuccina, 23), I, p. 215-223 ; id., « Les versions italianes medievals d’obres religiosas d’Arnau de Vilanova », Archivio italiano di storia per la pietà, 1, 1951, p. 395-462 et en particulier p. 400-402.

18 Arnaldi de Villanova Expositio super Apocalypsi, éd. J. Carreras i Artau, O. Marinelli Marcacci et J. Morato i Thomas, Bruxelles (Union Académique internationale)-Barcelone (Institut d’estudis catalans), 1971 (Corpus philosophorum Medii Aevi) ; O. Marinelli Marcacci, « La tradizione manoscritta dell’Expositio super Apocalypsi di Arnau de Vilanova », Estudi romanics, no 5, 1955-1956, p. 111-126 ; J. Perarnau i Espelt, « Problemes i criteris d’autenticitat d’obres espirituals atribuïdes a Arnau de Vilanova », ATCA, no 13, 1994, p. 56-58.

19 R. Manselli, Spirituali e beghini, op. cit., en particulier p. 57-58.

20 Pour l’édition de l’inventaire de Jean Blaise, cf. D. Nebbiai, « L’école de Montpellier et les bibliothèques médicales : Arnaud de Villeneuve, son milieu et ses livres », art. cit., p. 269.

21 Oriana Cartaregia, I manoscritti G. Gaslini della Biblioteca universitaria di Genova, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1991, p. 13-15. Pour le traité, cf. Sebastià Giralt, « Dissipabitur Secta Mahometi. Croada i profecia en Arnau de Vilanova », dans Martinez Gazquez José, De La Cruz Palma Oscar, Ferrero Hernandez Candida, Estudios de latin Medieval Hispanico. Actas del V Congreso Internacional de Latin Hispanico (Barcelona, 7-10 sept. 2009), Florence, Sismel, 2011, p. 297-308 ; J. Perarnau i Espelt, « Problemes i criteres d’autenticitat… », art. cit., ATCA, no 13, 1994, p. 85-89.

22 Léon Guilloreau, « Les statuts de Guillaume de Sabran (1294-1324) », Revue Mabillon, no 6, 1910, p. 300-328. Guillaume de Sabran fut remplacé en 1324 par Guillaume de Cardaillac qui, lui aussi émit de nouveaux statuts ; cf. L. Guilloreau, « Statuts de Guillaume de Cardaillac et de Ratier Lautrec », Revue Mabillon, no 8, 1913, p. 381-400 et 9, 1913-1914, p. 1-18.

23 P. Jacques Cambell, Vies occitanes de saint Auzias et de sainte Dauphine, avec traduction française, introduction et note, Rome, Pontificium athenaeum antonianum, 1963.

24 Francesco Santi, « Gli Scripta », art. cit., no 22 ; Franz Ehrle, « Arnaldo di Villanova e i Thomatiste », Gregorianum, I, 1920, p. 476-501.

25 Francesco Santi, « Teologia per immagini e mistica. Le tre denuncie di Marsiglia di Arnaldo da Villanova e altri punti per una macchina metaforica », dans Immagini del Medioevo. Saggi di cultura mediolatina, Spolète, 1994, p. 234-255.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Image d’Arnaud de Villeneuve (Ms 327, fol 127 v), Modene.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25604/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 2 - Modene, bibl. Estense, X.X.2.69, f. 116v.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25604/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search