Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

La ville centre religieux et lieu de propagande

Le rôle politique, social et judiciaire des archevêques de Thessalonique dans la dernière période byzantine

XIVe-premier tiers XVe siècle

Elissavet Chatziantoniou

Résumé

Durant les temps troublés de la dernière période paléologue, Thessalonique joua un rôle important dans les luttes dynastiques, affronta des divisions socio-économiques aiguës, des tensions sociales et des conflits politiques, et fit apparaître des tendances centrifuges. Elle fut en même temps la seconde plus importante cible des ennemis de l’empire. Dans ce contexte, ses archevêques jouèrent un rôle politique, social et judiciaire actif, dans le but d’aider les autorités et les Thessaloniciens à s’attaquer à la crise multiforme. La finalité de cet article est de présenter le rôle séculier influent des prélats de Thessalonique, qui généralement sont apparus comme un facteur de stabilité et de crédibilité au sein de la communauté locale et ont participé de façon déterminante au processus de prise de décision dans des temps critiques pour le sort de la ville.

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais par Élisabeth Malamut.

Texte intégral

  • 1 Elissavet Chatziantoniou, Η Μητρόπολη Θεσσαλονίκης από τα μέσα του 8ου αι. έως το 1430. Ιεραρχική τ (...)

1L’archevêché de Thessalonique était l’un des sièges les plus prestigieux du patriarcat de Constantinople. Son ancienneté et sa longue histoire en relation avec l’importance de la ville dans les Balkans et l’empire en général, en faisaient un siège tout à fait enviable1. Des prélats d’envergure, bien connus pour leur érudition et leur participation aux questions politiques et ecclésiastiques majeures détinrent parfois le trône métropolitain et eurent à cœur de l’élever. En particulier, pendant les temps agités de la période paléologue, les archevêques de Thessalonique durent jouer un rôle influent au niveau politique, social et judiciaire pour aider les autorités politiques à affronter les crises aux multiples facettes qui affligèrent la société, l’administration et les institutions politiques et, finalement, menacèrent la cohésion et l’existence de l’empire byzantin. L’objectif de cet article est de présenter l’influence du rôle laïque des prélats de la dernière période byzantine.

Le rôle politique des archevêques

  • 2 Elissavet Chatziantoniou, « Ο μητροπολίτης Θεσσαλονίκης τὸν τόπον ἐπέχων », Byzantina, no 27, 2007, (...)
  • 3 Jean Cantacuzène, éd. Ludwig Schopen, vol. I-III, Bonn 1828-1832, vol. ΙΙ, 209.14 sq., 305.23 sq. ; (...)
  • 4 Jean Meyendorff, Introduction à l’étude de Grégoire Palamas, Paris, 1959, p. 96 sq., 155- 157 ; Val (...)
  • 5 Λόγος εἰς Γρηγόριον Θεσσαλονίκης, éd. Demetrios Tsames, Φιλοθέου έργα, p. 531 sq. ; Πατριάρχου Νείλ (...)

2Le rôle politique des archevêques de Thessalonique est une évidence si l’on considère le fait que presque tous les prélats appartenaient à l’entourage impérial et patriarcal2. C’étaient des personnes de confiance, prêtes à exécuter et à soutenir la politique de Constantinople. Ce n’est pas une coïncidence si pendant la guerre civile entre Jean Cantacuzène et la régence de Jean V Paléologue tous les prélats élus à l’archevêché de Thessalonique soutenaient les partis au pouvoir. Makarios, par exemple, auparavant supérieur de Lavra, fut ordonné métropolite après avoir rejoint le parti de la régence et entrepris même deux missions diplomatiques pour promouvoir ses intérêts3. De même, les liens de Palamas avec Cantacuzène étaient bien connus et, même s’il garda une position neutre envers les empereurs4, l’attitude prudente de Jean V envers lui, quand il exerça le pouvoir à Thessalonique, est significative du rôle potentiel du prélat dans la sauvegarde de la position précaire de Cantacuzène dans la ville5.

  • 6 Particulièrement à Thessalonique, cf. Vassilike Nerantze-Barmaze, « Η Θεσσαλονίκη το β΄ μισό του 14(...)
  • 7 Φιλόθεος, Λόγος, p. 521.3-7.
  • 8 Φιλόθεος, Λόγος, p. 517.9-20, 521.3-7 ; Jean Cantacuzène, ΙΙΙ, p. 104.5-11 ; Νείλος, Ἐγκώμιον, col  (...)
  • 9 Panagiotes Chrestou, Γρηγορίου Παλαμά Συγγράμματα, Thessalonique, 1992, vol. V, p. 275.30-276.2 ; i (...)

3À partir du milieu du xive siècle, dans une période où la situation politique, sociale et économique mettait à l’épreuve le pouvoir impérial et stimulait même des tendances centrifuges dans la province6, l’ordination de prélats fiables était un facteur essentiel pour un contrôle plus efficace de Thessalonique. Il est explicitement mentionné que le gouvernement central souhaitait que l’intronisation de Palamas aide à restaurer l’autorité entamée de Constantinople dans la ville7. En conséquence, les Zélotes, qui maintenaient leur position séparatiste, empêchèrent par deux fois Palamas de prendre possession de son siège (1347, 1349)8. Après le renversement du régime sécessionniste, Palamas exhorta les Thessaloniciens à agir conformément aux ordres du gouvernement central dans le futur et tenta de renforcer une fidélité chancelante vis à vis du pouvoir impérial, soulignant que les empereurs accédaient au trône grâce à la Divine Providence9.

  • 10 Benizelos Christophorides, Ισιδώρου Γλαβά αρχιεπισκόπου Θεσσαλονίκης ομιλίες, vol. I-II, Thessaloni (...)
  • 11 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Ο Γαβριήλ Θεσσαλονίκης και το αποδιδόμενο εις αυτόν ανέκδοτο Ομιλη (...)
  • 12 Jean Gouillard, « Le Synodikon de l’Orthodoxie », Travaux et Mémoires, no 2, 1967, p. 1-316, ici 99 (...)
  • 13 David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 47.28-33, 54.7-33, 55.17-26, 73.6- (...)
  • 14 Ibid., p. 57.14-19, et commentaires, p. 236.
  • 15 À l’opposé, cf. David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 152, 154 n. 144, e (...)

4Quelques décennies plus tard, quand les Ottomans encerclèrent Thessalonique, l’allégeance au pouvoir impérial et l’adhésion à Constantinople furent également mises en avant par les prélats, étant donné que les archontes locaux étaient prêts à adopter leur propre ligne d’action plutôt que suivre sans contestation la politique officielle du gouvernement central et de ses gouverneurs locaux. Isidore Glabas exaltait les vertus du coempereur Manuel II Paléologue, qui gouverna Thessalonique entre 1382 et 1387, et recommandait de lui obéir, bien qu’une part considérable des habitants et des archontes s’opposât à sa vigoureuse politique antiturque10. En 1403, Gabriel prononça un discours lors de la libération inespérée de Thessalonique après quatorze ans d’occupation ottomane. Dans l’épilogue il ne manque pas d’adresser une invocation à Dieu pour les empereurs de Constantinople, liant de façon inextricable leurs succès contre les ennemis au bien-être du peuple byzantin11. De même, Syméon, le dernier prélat de la ville pendant la période byzantine, composa un article du Synodikon de Thessalonique dédié au coempereur Jean VII, qui avait gouverné la ville en 1403-1408, et un autre à l’empereur Manuel II, louant les deux souverains pour leurs qualités et leurs efforts pour sauvegarder la ville, l’État et l’Église12. Quelques années plus tard, à l’approche et au début du siège turc, Syméon prôna l’engagement inconditionnel aux côtés du pouvoir impérial de Constantinople. Il contestait les solutions envisagées par le parti pro-vénitien ou pro-turc, c’est-à-dire la soumission à Venise ou au sultan, et exhortait les habitants à rester fidèles à l’empereur- leur premier maître, de la même foi et de la même nation- jusqu’à la fin. Il poussait le gouverneur de la ville, le despote Andronic Paléologue, à une résistance implacable, tandis qu’avec le consentement de ce dernier il partait rejoindre Constantinople juste avant le siège, espérant convaincre l’empereur d’envoyer une aide à Thessalonique13. L’évêque nous apprend qu’il était en relation avec Manuel II et qu’il lui avait écrit de nombreuses fois par le passé, décrivant la situation dans la ville et essayant d’influencer sa politique dans l’intérêt des Thessaloniciens14. Ainsi, nous interprétons la tentative de Syméon de rejoindre Constantinople comme une autre preuve de sa dévotion pour son troupeau de fidèles- et même comme un acte héroïque, si l’on tient compte de l’âge avancé du prélat et de sa mauvaise santé, de même que des difficultés et des dangers qu’un tel voyage suppose15.

  • 16 Ισιδώρου ομιλίες Ι, p. 120.267-284 (1383-1384), 186.447-187.456 (jan. 1384) ; Βasileios Laourdas, Ι (...)
  • 17 Ισιδώρου ομιλίες II, p. 300.1-4 (1382), 345.15-18 et I, p. 46.379 sq. (oct. 1383), p. 82.463 sq. (n (...)
  • 18 Franz Miklosich, Joseph Müller, Acta et diplomata graeca Medii Aevi Sacra et profana, 6 vol., Vienn (...)
  • 19 Spyridon Lampros, « Ισιδώρου επισκόπου Θεσσαλονίκης οκτώ επιστολαί ανέκδοτοι », ΝΕ, no 9, 1912, p.  (...)
  • 20 Cf. Αpostolos Bakalopoulos, Ομιλίες Ισιδώρου, p. 29-30 ; George T. Dennis, The Reign of Manuel II, (...)
  • 21 Βenizelos Christophorides, « Ισίδωρος », art. cit., p. 549 sq., 554 sq., tente d’expliquer certains (...)
  • 22 Ισιδώρου επιστολαί, p. 179.8-380.1, 380.26-381.31, 383.6-20 (sept. 1385) ; cf. Βenizelos Christopho (...)

5Les faits susdits doivent être étroitement liés à un autre aspect de l’implication politique des métropolites, c’est-à-dire à leur rôle influent et même décisif pendant les sièges ottomans – même si ce ne fut pas toujours dans le meilleur intérêt de la ville. À cet égard l’attitude d’Isidore Glabas fut plutôt contradictoire. D’une part, il persuadait les habitants de soutenir le vigoureux effort de Manuel pour repousser l’ennemi (1383-1387) de toutes les façons possibles et de faire montre de vigilance et de bravoure16. D’autre part, il s’opposa lui-même à la décision politique de confisquer les ressources ecclésiastiques, afin de couvrir les frais nécessaires à la défense de la ville17. De plus, il abandonna son poste au début du siège et retourna à la vie monastique à Constantinople, provoquant la vive désapprobation du synode patriarcal qui le déposa pour son acte qualifié de trahison18. Un an plus tard, il fut rétabli dans sa fonction dans des circonstances obscures. Néanmoins, il ne reprit pas son poste avant la fin du siège, en dépit de ses promesses aux fidèles de revenir au plus vite19. Les sources relatives à Isidore (sa décision de renoncer à sa fonction, sa déposition et la manière dont il parvint à obtenir son rétablissement, les raisons et la durée du retard à son retour, ses relations avec le patriarche, l’empereur, les coempereurs et sultan etc.) sont maigres, nébuleuses et subjectives. Le problème des sources et le fait qu’il s’agit d’un cas aux dimensions à la fois personnelles, ecclésiastiques et politiques ont conduit les historiens à des interprétations contradictoires quant au rôle des individus concernés et aux raisons de leurs choix20. Nous devons admettre que le sujet est complexe et il n’est pas possible de tirer des conclusions définitives sur la plupart des questions. Il y a bien sûr des excuses plausibles que nous pourrions mentionner à l’attitude incohérente d’Isidore21. Cependant c’est un fait que sa conduite a provoqué le mécontentement des habitants, et a évidement affecté leur moral et accru leur propension préexistante à ne pas résister à l’ennemi22.

  • 23 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 318 ; la citation est du Nouveau Testament, (...)
  • 24 Ibid., p. 319-320 ; 329-330.

6Au contraire, Gabriel, qui – nous devons le mentionner – est né et a grandi à Thessalonique, resta proche de ses fidèles pendant les courts sièges de 1411-1413 et de 1416. Une de ses homélies est à vrai dire une invocation à la Vierge Marie, requérant son intercession, afin que la ville puisse être libérée des menaces barbares. Il laisse entendre également sa détermination à soutenir les Thessaloniciens jusqu’à la fin, comme le suggère sa supplique à Dieu de lui donner la force nécessaire de sorte qu’il puisse dire avec orgueil : « Ἰδοὺ ἐγὼ καὶ τὰ παιδία ἅ μοι ἔδωκεν ὁ Θεὸς » (« Me voici avec les enfants que Dieu m’a donnés »)23. Dans deux autres sermons il se réfère aux souffrances qui proviennent de l’agression des barbares et supplie Dieu de ne pas laisser Son peuple périr24. Sa décision, ses paroles et ses sollicitations encouragent sans doute les habitants infortunés, qui affrontent une nouvelle fois le danger d’être réduits en esclavage.

  • 25 David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 207 sq., 231 sq. ; id., « Saint Sy (...)

7Son successeur au trône métropolitain, Syméon, prouva aussi qu’il était un pasteur sincèrement dévoué à ses fidèles, quand il encourageait les habitants et partageait avec eux les privations et la détresse dues au siège (1422-1430) jusqu’à sa mort, quelques mois avant la chute de la ville. Et surtout, il s’opposa fermement à la reddition aux troupes de Murad II, bien que cette perspective semble avoir été envisagée par une grande partie des archontes et de la populace. Il lança même un anathème sur quiconque projetterait une telle solution et s’y avancerait. Il collabora également avec les autorités vénitiennes pour la défense de la ville, même s’il s’était opposé initialement à sa reddition aux Vénitiens et s’il n’est jamais revenu sur ses sentiments antilatins25. Ainsi, il décida dans une grande mesure du choix politique de résister à la force écrasante des Ottomans. David Balfour décrit l’archevêque comme obstiné et borné et critique son attitude rigide dont l’issue fut fatale. Nous ne pouvons souscrire à une telle critique rétrospective qui nous semble, de plus, s’appuyer sur une interprétation de témoignages controversés. En tout cas, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, nous considérons l’influence des archevêques sur la population, et non leur implication éventuelle dans le sort de la ville.

  • 26 PG 151, col. 10A sq., en part. 12C sq. ; Συγγράμματα Παλαμά, p. 274.19 sq. ; Ομιλίες Παλαμά 11, p.  (...)
  • 27 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 78 ; Ισιδώρου oμιλίαι εις τας εορτάς, p. 55.13 sq. ; David Balfour, Politico- (...)
  • 28 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 604 ; Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 57.5, 57.17-20, 58.25-26, 59.5-6, 59.30 (...)
  • 29 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, p. 322 (= Ομιλίαι Γαβριήλ, p. 165.54-166.98).
  • 30 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 602-604 ; PG 151, col. 180D ; Ισιδώρου περιστ. ομιλίες, p. 40.11-14 ; Ισιδώρο (...)
  • 31 Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 60.21 sq. Concernant la méfiance dans les relations entre le peuple (...)

8Un autre témoignage de l’intervention politique des métropolites fut l’effort de quelques prélats d’agir en conciliateurs au milieu de dynamiques socio-politiques opposées. Ce fut en particulier le cas de Grégoire Palamas, Isidore Glabas, Gabriel et Syméon. Après le déclin du régime zélote, sous la souveraineté turque et pendant le dernier siège de la ville, bien que le contexte fût certainement différent, les prélats durent souligner la nécessité de la cohésion sociale et de la paix politique dans un contexte plutôt agité26. Ils essayèrent également de susciter de la reconnaissance pour la lourde tâche des archontes de représenter et de promouvoir les intérêts de la ville27. L’ingérence médiatrice des métropolites était certes nécessaire dans la mesure où se posait la crédibilité des archontes dans le dernier siècle byzantin et où montaient le mécontentement et la suspicion du peuple28. Les homélies des prélats témoignent, en effet, qu’il y avait des cas de mauvaise gestion, de forfaiture et de nomination de magnats indignes29. Par ailleurs, les archevêques pressaient les dignitaires d’administrer les affaires avec probité, leur rappelant qu’ils devaient servir les citoyens et non abuser de leur confiance30. En même temps, Isidore persuadait les puissants réellement dévoués de ne pas s’offusquer de l’irrespect de certains envers eux ni de renoncer à leurs devoirs, parce que la ville avait besoin de leurs services dans les situations difficiles sous la suzeraineté turque31.

  • 32 Jean Cantacuzène, Ι, p. 149.17-150.14 ; cf. PLP no 8110. Pendant la guerre civile entre les deux An (...)
  • 33 Une telle mission de Hiérémias est mentionnée dans un document de 1320, conservé au monastère d’Ivi (...)
  • 34 Georgios Kontogiorges, Κοινωνική δυναμική και πολιτική αυτοδιοίκηση. Οι ελληνικές κοινότητες της Το (...)
  • 35 Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 56.40-57.6 ; Ἰβάγκου μονῳδία ἐπὶ […]κυρῷ Ἰσιδώρῳ τῷ Γλαβᾷ, éd. Εmil (...)
  • 36 Ἐγκώμιον εἰς τὸν […] Θεσσαλονίκης Γαβριήλ, éd. Αsterios Argyriou, Μακαρίου του Μακρή Συγγράμματα, T (...)

9Nous devons également mettre l’accent sur le rôle important de certains prélats dans la représentation des habitants en certaines occasions critiques. En 1322, pendant la guerre civile entre les deux Andronic Paléologues, le métropolite Hiérémias était l’un des membres de la délégation que les Thessaloniciens envoyèrent au jeune Andronic à Didymoteichon pour proclamer leur adhésion à ses côtés. Sa participation est révélatrice de l’implication des chefs ecclésiastiques dans les questions politiques, mais aussi du respect dont ils jouissaient dans la société locale aussi bien qu’au sein du gouvernement central32. D’ailleurs, les empereurs eux-mêmes confiaient aux prélats prestigieux des missions similaires33. Sous domination turque, la tâche de représenter les fidèles devint un devoir essentiel des prélats34. Isidore Glabas entreprit une difficile mission à la cour du sultan en Asie Mineure, où il parvint à faire libérer, à ce qu’il semble, les Thessaloniciens captifs et à assurer des conditions d’occupation relativement favorables35. Comme son prédécesseur, Gabriel se rendit à la cour de Bayezid, au moins deux fois, où non seulement lui furent garantis de nombreux privilèges pour son troupeau de fidèles, mais où il réussit aussi à obtenir que la ville soit préservée de deux calamités, qui cependant ne sont pas explicitement mentionnées dans les sources. Le contact quotidien avec l’occupant avait aussi une grande importance. La remarquable personnalité de Gabriel est dite avoir inspiré aux administrateurs turcs, locaux et provinciaux, une grande estime pour lui, à tel point qu’ils montraient de la déférence pour ses requêtes et qu’ils se comportaient avec une douceur inattendue envers les habitants36.

  • 37 Ισιδώρου περιστ. ομιλίες, p. 61 sq. ; cf. Speros Vryonis, « Isidore Glabas and the Turkish Devshirm (...)
  • 38 Ισιδώρου επιστολαί, p. 389.10 sq. ; cf. Βenizelos Christophorides, Ισίδωρος, p. 567-568.
  • 39 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 269-270 (= Ομιλίαι Γαβριήλ, p. 160 sq.), 320 (...)
  • 40 Franz Miklosich, Joseph Müller, Acta et diplomata graeca, op. cit., t. 2, no 512 (1397) ; Ἐγκώμιον (...)

10Pendant la difficile période de la suzeraineté turque les archevêques offraient aussi le très précieux service de consoler, d’encourager et de conseiller les Thessaloniciens soumis. Quand le devshirme, le tribut du sang levé sur les Chrétiens occupés, fut imposé aux habitants (1395), Isidore prononça un discours pour alléger la peine des parents infortunés, qui avaient perdu leurs enfants. En même temps, il n’hésitait pas à condamner la mesure comme barbare, exprimant ouvertement le sentiment des pauvres gens et neutralisant dans une certaine mesure leur indignation37. Cependant il recommandait généralement une attitude soumise envers les nouveaux maîtres, tenant compte manifestement de l’impasse à laquelle la ville était confrontée. Par ailleurs, en tant que prélat dans une ville occupée par les Infidèles, il devait se concentrer avant tout sur les matières religieuses. Néanmoins, quand il exhortait les habitants à garder à tout prix leur foi et leurs traditions intactes, il était assuré que de cette manière ils resteraient fidèles à Dieu et à eux-mêmes, mais qu’ils gagneraient aussi le respect du suzerain38. Gabriel épousait l’attitude conciliatrice d’Isidore et poursuivait son œuvre de réconfort, exhortant les habitants à prendre patience et à ne pas perdre l’espoir que Dieu les soulagerait de leurs souffrances39. De l’importance des prélats comme figure tutélaire pouvant influer sur l’attitude des fidèles témoigne la tentative des autorités turques de s’ingérer dans l’élection du nouvel archevêque après la mort d’Isidore – finalement sans succès40.

Le rôle social des archevêques

  • 41 PG 151, col. 60D-61A, 161D, 164A-B, 489D ; Ομιλίες Παλαμά 11, p. 150-152 ; Ισιδώρου ομιλίες Ι, p. 1 (...)
  • 42 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 78 sq. ; Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 328.28 sq.
  • 43 PG 151, col. 180D-181A ; Ισιδώρου περιστ. ομιλίες, p. 40.11-12 ; Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 300.1- 6, (...)
  • 44 PG 151, col. 57C, 180Β-C, 292Β ; Ομιλίες Παλαμά 10, p. 598 et 11, p. 156, 574 ; Ισιδώρου ομιλίες Ι, (...)
  • 45 Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 386.11-13.
  • 46 Συγγράμματα Παλαμά, p. 275.4 ; PG 151, col. 57D, 180A-Β, 261D, 292A-B, 296A, 484B, 489C-492B ; Ομιλ (...)
  • 47 PG 151, col. 56B sq., 140C-D, 161C-D, 164C-165C, 292B-C, 452Β-D, 489D ; Ομιλίες Παλαμά 11, p. 136 s (...)
  • 48 PG 151, col. 10A-12B, 13B sq., 61D-64A, 188B, 292C-293A, 296D, 317D, 452D-454A ; Ομιλίες Παλαμά 11, (...)
  • 49 Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 152.2-13.
  • 50 Pour les questions sociales sur lesquelles les hiérarques mettent l’accent dans leurs homélies, voi (...)

11À côté de leur rôle politique direct ou indirect, les prélats de Thessalonique jouaient également un rôle social important en s’efforçant de corriger les distorsions morales et sociales et d’apaiser les tensions aiguës des temps. Dans leurs sermons ils soulevaient souvent le problème des importantes différences socio-économiques entre les habitants et de l’oppression des classes sociales inférieures par les dynatoi. Ils critiquaient les riches citoyens pour leur avarice, qui les conduisait à un comportement rapace et injuste, en particulier envers les penites faibles et sans défense41, à l’usure et à leur attitude impitoyable envers les emprunteurs42. Ils exhortaient aussi les juges et les administrateurs civils à protéger les nécessiteux des puissants et à adopter une attitude compatissante et clémente envers les premiers43. Bien sûr, nous devons avoir à l’esprit que les prélats ne sont pas des réformateurs sociaux ou politiques, et qu’ils n’expriment pas des idées sociales subversives. Palamas, par exemple, conseille aux pauvres de ne pas désespérer de leur situation indigente, même si elle est due à la fraude et à l’appropriation. Il leur dit d’être tolérants et de considérer la pauvreté comme un avantage qui les aiderait à parvenir à une approche spirituelle de la vie44. Le point de vue du prélat correspond à l’enseignement orthodoxe, selon lequel le but ultime n’est pas la réforme de la société, pour qu’elle puisse fonctionner plus harmonieusement, mais le perfectionnement moral et spirituel des fidèles de sorte qu’ils puissent parvenir au salut de leur âme. En tout cas, aussi longtemps que le peuple prêta une oreille favorable à leur prêche45, les archevêques pouvaient promouvoir la cohésion sociale et empêcher les soulèvements dans la mesure où ils ne cessaient de réprouver les attitudes et les situations qui provoquaient la rupture sociale (l’avarice, le profit, l’injustice, la rapine, l’exploitation et la répression des pauvres)46, exhortaient chacun à distribuer des aumônes et toute sorte de soutien aux nécessiteux47, insistaient sur l’amour fraternel et rejetaient les mesures de représailles48. Les résultats n’étaient pas toujours probants, comme en témoigne le nombre de discours dans lesquels les archevêques réitèrent leurs recommandations. Isidore lui-même se plaint de l’attitude inflexible des riches et des puissants en dépit de son enseignement49. Cependant, cet effort continu des prélats doit être souligné50.

  • 51 Sur les fondations charitables que l’Église entretenait ou dirigeait et les charges respectives, cf (...)
  • 52 Actes de Zographou, éd. Vasilii Regel, Eduard Kurtz, Vasilii Korablev, VV 13 (1907), Suppl. 1, repr (...)
  • 53 PG 151, col. 57D.
  • 54 Ἐγκώμιον Γαβριήλ, p. 114.483-487.

12Une forme plus directe d’intervention sociale s’opérait par la contribution philanthropique des prélats. Il existe des preuves manifestes, quoique peu nombreuses, que l’archevêché poursuivait l’œuvre charitable que l’Église assumait traditionnellement selon la codification du droit51 : deux orphanotrophoi, dignitaires ecclésiastiques responsables de la direction des orphelinats, sont attestés au xive siècle52. Dans l’une de ses homélies Palamas affirme qu’il ne s’exclut pas lui-même du devoir chrétien de charité, mentionnant son scrupule à être bien nourri et bien vêtu alors que d’autres grelottaient de froid et étaient privés de tout53. De même, l’archevêque Gabriel est loué dans son panégyrique pour son action bénévole vis-à-vis des orphelins, des veuves et des pauvres54. Nous pensons que ces mentions ne témoignent pas seulement de la compassion personnelle des prélats pour les nécessiteux, mais qu’elles s’intègrent très probablement dans le cadre de l’entreprise de bienfaisance de l’Église.

Le rôle judiciaire des archevêques

  • 55 Andreas Gkoutzioukostas, Η απονομή δικαιοσύνης στο Βυζάντιο (9ος-12ος αιώνες). Τα κοσμικά δικαιοδοτ (...)
  • 56 Elissavet Chatziantoniou, Μητρόπολη Θεσσαλονίκης, op. cit., p. 219-220, avec références aux sources
  • 57 Actes d’Iviron, op. cit., III, no 76.37-39 (ca. 1320) ; Actes de Chilandar, éd. Louis Petit, VV 17  (...)
  • 58 Actes de Chilandar, op. cit., no 54 (1320) ; Das Register des Patriarchats von Konstantinopel, éd. (...)
  • 59 Actes de Docheiariou, op. cit., no 48.19-20 (ca. 1381), no 49 (1384).
  • 60 Actes d’Esphigménou, éd. J. Lefort, Paris, 1973, no 12.verso.2-9 (1316).
  • 61 Actes de Lavra, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Nicolas Svoronos, Paris, 1970, vol. Ι, no 66.26- 2 (...)

13Pour terminer, nous évoquerons le rôle judiciaire des prélats de Thessalonique et leur synode. Comme nous le savons, les tribunaux ecclésiastiques constituaient une institution judiciaire ordinaire pour les cas relevant de la législation civile depuis le xie siècle55. En conséquence, le synode métropolitain de Thessalonique ou uniquement l’archevêque apparaissent dans plusieurs documents officiels et autres sources, soit qu’ils se prononcent sur des litiges judiciaires qui relevaient de la famille, héritage et droit immobilier, soit qu’ils accélèrent la réconciliation des parties56. En même temps, grâce à leur prestige et à leur fiabilité, les archevêques surveillaient l’exécution des transactions légales57 et l’application des décisions des cours impériale et patriarcale58, rédigeaient les confirmations de jugements ou de règlements judiciaires59, cosignaient des documents judiciaires pour consolider leur validité60 et, tout comme les administrateurs civils de haut rang, validaient les copies des documents impériaux et d’autres documents officiels61.

  • 62 Elissavet Chatziantoniou, Μητρόπολη Θεσσαλονίκης, p. 221-222, avec les sources.
  • 63 Ισιδώρου ομιλίες II, p. 345.5-15 ; Cydonès, Correspondance I, Appendix I, Ep. 1, p. 169.16-21.
  • 64 Mονῳδία Ἰσιδώρῳ, p. 106.56-107.60 ; cf. Βenizelos Christophorides, Ισίδωρος, art. cit., p. 587.
  • 65 David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 73.8-12, 195, 235 n. 294.
  • 66 John Melville-Jones, Venice and Thessalonica 1423-1430 : The Venetian Documents, Padoue, 2002, p. 1 (...)

14À partir du xiiie siècle il semble que la cour archiépiscopale et le synode métropolitain contrebalançaient l’insuffisance et le manque de fiabilité des tribunaux civils locaux. Il est attesté que de nombreux cas judiciaires ont été jugés par un tribunal mixte, présidé soit par le gouverneur de la ville soit par le métropolite. La composition mixte et souvent bien équilibrée du corps judiciaire par des laïcs et des clercs visait à assurer la crédibilité de la procédure et du jugement du tribunal62. Un commentaire d’Isidore Glabas sur les juges corrompus illustre la méfiance du peuple vis-à-vis du tribunal civil63. Lui-même, au contraire, est loué pour l’esprit de justice qui le caractérise64. Bien sûr, nous devons avoir à l’esprit que cette information est incluse dans l’oraison funèbre du prélat. De même, selon le propre récit de Syméon, son esprit impartial et strict le rendait désagréable à certains et lui apportait son lot d’ennemis65. Surtout pendant la suzeraineté vénitienne, il était essentiel pour les habitants de préserver la prérogative de recours à la cour de l’archevêché comme un vestige d’autonomie – même si ce droit stipulé était souvent contesté et fut finalement aboli en 142966.

Conclusion

  • 67 Voir, par exemple, l’implication de Manuel Disypatos et de Ioannikios Kydonès dans le schisme arsén (...)

15Les archevêques de Thessalonique ont eu un rôle politique, social et judiciaire pendant toute la période paléologue67. Cependant, nous avons choisi de centrer notre étude surtout à partir du xive siècle, quand les conditions historiques sont devenues plus critiques et l’intervention des archevêques plus vitale et urgente. À cette époque Thessalonique a eu une part importante dans les luttes dynastiques, elle a affronté des divisions et des tensions économiques, sociales et politiques aiguës et fut la seconde cible des ennemis après Constantinople. Ainsi, elle connut un régime séparatiste, deux sièges de longue durée, une occupation turque et une tutelle vénitienne. Ces situations extrêmes ont nécessité l’implication sociale et politique des prélats. En effet, non seulement les archevêques de Thessalonique ont rempli leur mission ecclésiastique, mais ils ont également participé au processus décisionnel, ont garanti dans une certaine mesure la loyauté de la ville envers le gouvernement central et le pouvoir impérial et ont assuré avec efficacité l’administration de la justice. Dans l’ensemble, ils ont été un facteur de crédibilité et de réconciliation dans la communauté locale, qui a contribué à la stabilité politique et sociale.

Notes

1 Elissavet Chatziantoniou, Η Μητρόπολη Θεσσαλονίκης από τα μέσα του 8ου αι. έως το 1430. Ιεραρχική τάξη-Εκκλησιαστική περιφέρεια-Διοικητική οργάνωση, Thessalonique, 2007, p. 17 sq., 43 sq., 165 sq. ; George T. Dennis, « The Late Byzantine Metropolitans of Thessalonike », dans Symposium on Late Byzantine Thessalonike, DOP, no 57, no 2003, p. 255-263, ici p. 255.

2 Elissavet Chatziantoniou, « Ο μητροπολίτης Θεσσαλονίκης τὸν τόπον ἐπέχων », Byzantina, no 27, 2007, p. 259-292, ici 272 sq.

3 Jean Cantacuzène, éd. Ludwig Schopen, vol. I-III, Bonn 1828-1832, vol. ΙΙ, 209.14 sq., 305.23 sq. ; Nicéphore Grégoras, éd Ludwig Schopen, Bonn 1829-1830, vol. ΙΙ, p. 620.16-18 ; Βίος Σάβα, éd Demetrios Tsames, Φιλοθέου Κωνσταντινουπόλεως του Κοκκίνου αγιολογικά έργα, Thessalonique, 1985, p. 290.26-35 ; cf. Erich Trapp et al., Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, Vienne, 1976-1996, no 92600.

4 Jean Meyendorff, Introduction à l’étude de Grégoire Palamas, Paris, 1959, p. 96 sq., 155- 157 ; Valentin Asmus, « O άγιος Γρηγόριος Παλαμάς και η αυτοκρατορική εξουσία », dans Διεθνές επιστημονικό συνέδριο Θεολογικής Σχολής ΑΠΘ « Η Θεσσαλονίκη ως κέντρο ορθοδόξου θεολογίας. Προοπτική στη σημερινή Ευρώπη », Θεσσαλονίκη 1997 », Thessalonique, 2000, p. 115-122, ici 119-120. Il faut noter que l’implication de Palamas dans la guerre civile (1341-1347) fut involontaire et indirecte, et qu’il ne s’est jamais exprimé lui-même contre l’augousta Anne de Savoie et Jean V. Voir aussi Μoschos Koumpes, « Η ησυχαστική έριδα και η εμπλοκή της στις πολιτικές εξελίξεις στη διάρκεια του δευτέρου εμφυλίου πολέμου (1341-1347) », Byzantina, no 19, 1998, p. 235-281, ici 258-260, 265.

5 Λόγος εἰς Γρηγόριον Θεσσαλονίκης, éd. Demetrios Tsames, Φιλοθέου έργα, p. 531 sq. ; Πατριάρχου Νείλου Ἐγκώμιον εἰς Παλαμᾶν, PG 151, col. 674D-675A ; Jean Cantacuzène, ΙΙΙ, p. 200.16 sq. Voir Αnna Philippidis-Braat, « La captivité de Palamas chez les Turcs : Dossier et commentaire », Travaux et Mémoires, no 7, 1979, p. 109-221, ici 191-192.

6 Particulièrement à Thessalonique, cf. Vassilike Nerantze-Barmaze, « Η Θεσσαλονίκη το β΄ μισό του 14ου αιώνα και η πρώτη άλωσή της από τους Τούρκους το 1387 », dans Πρακτικά του Β΄ Διεθνούς Συμποσίου για τη Μακεδονία : « Η Μακεδονία κατά την εποχή των Παλαιολόγων », Θεσσαλονίκη 1992, Thessalonique, 2002, p. 91-97, ici 93-94 ; John Barker, « Late Byzantine Thessalonike : a second city’s challenges and responses », dans Symposium op. cit., p. 5-33, ici 9, 16 sq. ; Nevra Necipoğlu, « The aristocracy in late Byzantine Thessalonike : a case study of the city’s Archontes (late 14th and early 15th centuries) », dans Symposium, op. cit., p. 133-151, ici 136.

7 Φιλόθεος, Λόγος, p. 521.3-7.

8 Φιλόθεος, Λόγος, p. 517.9-20, 521.3-7 ; Jean Cantacuzène, ΙΙΙ, p. 104.5-11 ; Νείλος, Ἐγκώμιον, col 672C-673D ; cf. Jean Meyendorff, Palamas, p. 134-135, 138 et n. 50 ; John Barker, « Late Byzantine Thessalonike », art. cit., p. 17.

9 Panagiotes Chrestou, Γρηγορίου Παλαμά Συγγράμματα, Thessalonique, 1992, vol. V, p. 275.30-276.2 ; id., Γρηγορίου του Παλαμά άπαντα τα έργα, vol. 9-11 : Ομιλίες, Thessalonique, 1981-1986, vol. 11, p. 78. Cf. id., « Η δραστηριότης του Γρηγορίου Παλαμά κατά τον χρόνον της αρχιερατείας του », Klèronomia, no 16, 1984, p. 181-247, ici 197-198.

10 Benizelos Christophorides, Ισιδώρου Γλαβά αρχιεπισκόπου Θεσσαλονίκης ομιλίες, vol. I-II, Thessalonique, 1992 et 1996, vol. I, p. 46.377-378, 186.445-447 (jan. 1384). Cf. George T. Dennis, The Reign of Manuel II Palaeologus in Thessalonica, 1382-1387, Rome, 1960, p. 85 sq. ; Apostolos Bakalopoulos, « Οι δημοσιευμένες ομιλίες του αρχιεπισκόπου Θεσσαλονίκης Ισιδώρου ως ιστορική πηγή για τη γνώση της πρώτης τουρκοκρατίας στη Θεσσαλονίκη (1387-1403) », Makedonika, no 4, 1955-1960, p. 20-34, ici 21-22.

11 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Ο Γαβριήλ Θεσσαλονίκης και το αποδιδόμενο εις αυτόν ανέκδοτο Ομιλητάριο. Γραμματολογική, φιλολογική και θεολογική μελέτη, Thessalonique, 2007, p. 322. Βasileios Laourdas, « Γαβριήλ Θεσσαλονίκης Ομιλίαι », Athenà, no 57, 1953, p. 141-178, ici 164 sq., en part. 168.141-152.

12 Jean Gouillard, « Le Synodikon de l’Orthodoxie », Travaux et Mémoires, no 2, 1967, p. 1-316, ici 99.830-845, 101.848-857 ; David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, Archbishop of Thessalonica (1416/17 to 1429). Critical Greek Text with Introduction and Commentary, Vienne, 1979, p. 45.4-14 ; cf. George T. Dennis, « Metropolitans », art. cit., p. 260.

13 David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 47.28-33, 54.7-33, 55.17-26, 73.6-8, 73.34-35, 74.3-4, 78.6-8, et commentaires, p. 150 sq., 193 sq., 232 sq.

14 Ibid., p. 57.14-19, et commentaires, p. 236.

15 À l’opposé, cf. David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 152, 154 n. 144, et George T. Dennis, « Metropolitans », art. cit., p. 261, qui qualifient l’acte de Syméon de fuite. Balfour pense que le verbe ὑπεξῆλθον, que Syméon utilise pour décrire son départ, suggère qu’il est parti en cachette. Le fait que Syméon entreprit une mission politique importante, pour laquelle le parti pro-turc de la ville ne devait pas être informé prématurément, explique sa façon clandestine de partir. D’autres arguments peuvent être avancés ; cependant nous ne pouvons les présenter ni les réfuter ici.

16 Ισιδώρου ομιλίες Ι, p. 120.267-284 (1383-1384), 186.447-187.456 (jan. 1384) ; Βasileios Laourdas, Ισιδώρου Αρχιεπισκόπου Θεσσαλονίκης ομιλίαι εις τας εορτάς του Αγίου Δημητρίου, Thessalonique, 1954, p. 31.4-32.16. Voir Βenizelos Christophorides, « ΟΙσίδωρος Θεσσαλονίκης και τα κοινωνικά προβλήματα της εποχής του », ΕΕΘΣΑΠΘ, no 29, 1986-1989, p. 517-591, ici 552-554, 588.

17 Ισιδώρου ομιλίες II, p. 300.1-4 (1382), 345.15-18 et I, p. 46.379 sq. (oct. 1383), p. 82.463 sq. (nov. 1383), 200.373-379 (jan. 1384) ; Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 29.38-39. L’opposition d’Isidore au projet de confiscation est fondée sur le droit canonique, qui considère l’aliénation de la propriété ecclésiastique comme sacrilège. Il est remarquable que, même si Isidore exprimait hardiment sa désapprobation, il était attentif à ne pas ternir l’image respectable de Manuel. Ainsi, avec tact, il attribuait la décision de l’empereur à de mauvais conseillers, cf. Ισιδώρου ομιλίες I, p. 83.480-481 (nov. 1383). Pour le différent d’Isidore avec Manuel sur cette question, voir George T. Dennis, The Reign of Manuel II, op. cit., p. 89 sq. ; Βenizelos Christophorides, « Ισίδωρος », art. cit., p. 549 sq.

18 Franz Miklosich, Joseph Müller, Acta et diplomata graeca Medii Aevi Sacra et profana, 6 vol., Vienne 1860-1890, t. 2, no 378 (sept. 1384).

19 Spyridon Lampros, « Ισιδώρου επισκόπου Θεσσαλονίκης οκτώ επιστολαί ανέκδοτοι », ΝΕ, no 9, 1912, p. 343-414, ici p. 379 sq. (sept. 1385), 387.9-388.20 (1387). Sur la date du rétablissement d’Isidore, cf. Elissavet Chatziantoniou, Μητρόπολη Θεσσαλονίκης, op. cit., p. 70 n 233, 295 n. 1131 ; eadem, « Tὸν τόπον ἐπέχων », art. cit., p. 287 n. 95.

20 Cf. Αpostolos Bakalopoulos, Ομιλίες Ισιδώρου, p. 29-30 ; George T. Dennis, The Reign of Manuel II, op. cit., p. 17, 89, 91 sq. ; Elissavet Chatziantoniou, « Tὸν τόπον ἐπέχων », art. cit., p. 286-287 et n. 93, 94, avec une bibliographie plus complète.

21 Βenizelos Christophorides, « Ισίδωρος », art. cit., p. 549 sq., 554 sq., tente d’expliquer certains choix d’Isidore. Voir aussi Aikaterine-Elene Krikoni, Ισίδωρος Γλαβάς, μητροπολίτης Θεσσαλονίκης. Ιστορικά, πνευματικά και κοινωνικά προβλήματα, PhD dissertation, Thessalonique 2007, <http://invenio.lib.auth.gr/record/100873>, p. 171 sq., qui épouse la plupart des vues de B. Christophorides.

22 Ισιδώρου επιστολαί, p. 179.8-380.1, 380.26-381.31, 383.6-20 (sept. 1385) ; cf. Βenizelos Christophorides, « Ισίδωρος », art. cit., p. 561. Pour le faible esprit combattant des Thessaloniciens, cf. George T. Dennis, The Reign of Manuel II, op. cit., p. 86, 88, 97-98 ; John Barker, Manuel II Palaeologus (1391-1425) : A Study in Late Byzantine Statesmanship, New Brunswick – New Jersey 1969, p. 54, n. 147 et p. 59-60.

23 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 318 ; la citation est du Nouveau Testament, Heb. 2 : 13.

24 Ibid., p. 319-320 ; 329-330.

25 David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 207 sq., 231 sq. ; id., « Saint Symeon of Thessalonike as Historical Personality », GOThR, no 28, 1983, p. 55-72, ici 66-67, avec références aux sources.

26 PG 151, col. 10A sq., en part. 12C sq. ; Συγγράμματα Παλαμά, p. 274.19 sq. ; Ομιλίες Παλαμά 11, p. 602 sq. ; Βenizelos Christophorides, Ισιδώρου περιστασιακές ομιλίες, Thessalonique, 1981, p. 39.1-41.19 ; Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 346.22-347.26 ; Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 29.18-30.22 et ci-dessous n. 31.

27 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 78 ; Ισιδώρου oμιλίαι εις τας εορτάς, p. 55.13 sq. ; David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 75.30-33.

28 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 604 ; Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 57.5, 57.17-20, 58.25-26, 59.5-6, 59.30-60.9 (1393), 60.21-23, 60.31-32, 63.9-11, 64.2-7, 64.13-15, 64.38-65.1 (1393) ; David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 47.25-26, 53.25-54.2, 55.31-35, 56.16-20, 56.29-30, 57.1-2, 57.23-36 ; Giannes Tsaras, Διήγησις περί της τελευταίας αλώσεως της Θεσσαλονίκης, Thessalonique, 1958, p. 22.48-49.

29 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, p. 322 (= Ομιλίαι Γαβριήλ, p. 165.54-166.98).

30 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 602-604 ; PG 151, col. 180D ; Ισιδώρου περιστ. ομιλίες, p. 40.11-14 ; Ισιδώρου ομιλίες I, p. 216.446-447, 217.487-497 et II, p. 141.23-142.11, 289.12-30, 300.1-2, 325.3- 31, 367.15-25 ; Symeon, p. 47.9-13, 75.24-35. Voir aussi Raymond-Joseph Loenertz, Démétrius Cydonès, Correspondance, vol. I, Vatican, 1956, ep. 77.28-31 (1372).

31 Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 60.21 sq. Concernant la méfiance dans les relations entre le peuple et les archontes, et l’exhortation des archevêques à la cohésion politique et le respect mutuel, voir aussi Oreste Tafrali, Thessalonique au quatorzième siècle, Paris, 1913, repr. Thessalonique, 1993, p. 86-87 ; Jean Meyendorff, Palamas, p. 138-139, 392 sq. ; Βenizelos Christophorides, Ισίδωρος, art. cit., p. 572 sq. ; Κonstantinos Kotsiopoulos, « Οι Ζηλωταί της Θεσσαλονίκης και η λαϊκή τους βάση », Byzantina, no 18, 1995-1996, p. 277-284 ; Nevra Necipoğlu, Archontes, art. cit., p. 135 sq.

32 Jean Cantacuzène, Ι, p. 149.17-150.14 ; cf. PLP no 8110. Pendant la guerre civile entre les deux Andronic, Hiérémias fut assez prévoyant pour rejoindre le camp du vainqueur. Cependant son ingérence en faveur du despote Constantin Paléologue, fils d’Andronic II et katholikè kephalè de Macédoine (cf. PLP no 21499), révèle son penchant pour le compromis.

33 Une telle mission de Hiérémias est mentionnée dans un document de 1320, conservé au monastère d’Iviron. Le document évoque l’absence de l’archevêque due à des κοινωφελεῖς […] δουλεί (ας) non spécifiées, qui lui furent confiées par Andronic II ; cf. Actes d’Iviron, éd. Jacques Lefort et al., Paris, 1994, vol. ΙΙΙ, no 76.37-48.

34 Georgios Kontogiorges, Κοινωνική δυναμική και πολιτική αυτοδιοίκηση. Οι ελληνικές κοινότητες της Τουρκοκρατίας, Athènes, 1982, p. 277 sq.

35 Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 56.40-57.6 ; Ἰβάγκου μονῳδία ἐπὶ […]κυρῷ Ἰσιδώρῳ τῷ Γλαβᾷ, éd. Εmile Legrand, Lettres de l’empereur Manuel Paléologue, Paris, 1893, p. 107.78-80 ; Synodikon, p. 114.35-115.41 ; cf. Βenizelos Christophorides, Ισίδωρος, art. cit., p. 568 sq.

36 Ἐγκώμιον εἰς τὸν […] Θεσσαλονίκης Γαβριήλ, éd. Αsterios Argyriou, Μακαρίου του Μακρή Συγγράμματα, Thessalonique, 1996, p. 115.521-545 ; cf. Αpostolos Bakalopoulos, « Ο αρχιεπίσκοπος Γαβριήλ και η πρώτη τουρκική κατοχή της Θεσσαλονίκης (1391-1403) », Makedonika, no 4, 1955-1960, p. 371-373.

37 Ισιδώρου περιστ. ομιλίες, p. 61 sq. ; cf. Speros Vryonis, « Isidore Glabas and the Turkish Devshirme », Speculum, no 31, 1956, p. 433-443 ; Αpostolos Bakalopoulos, « Προβλήματα της ιστορίας του παιδομαζώματος », Hellenika, no 13, 1954, p. 274-293.

38 Ισιδώρου επιστολαί, p. 389.10 sq. ; cf. Βenizelos Christophorides, Ισίδωρος, p. 567-568.

39 Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 269-270 (= Ομιλίαι Γαβριήλ, p. 160 sq.), 320-321, 335-337. Voir aussi Ισιδώρου επιστολαί, p. 388.18-20.

40 Franz Miklosich, Joseph Müller, Acta et diplomata graeca, op. cit., t. 2, no 512 (1397) ; Ἐγκώμιον Γαβριήλ, p. 113.441-456 ; cf. Vitalien Laurent, « Le Métropolite de Thessalonique Gabriel (1397-1416/19) et le couvent de la Nέα Μονή », Hellenika, no 13, 1954, p. 241-255, ici 248 ; Βasileios Laourdas, « Ο Γαβριήλ Θεσσαλονίκης. Βιογραφικά », Athena, no 56, 1952, p. 199- 214, ici 209-210.

41 PG 151, col. 60D-61A, 161D, 164A-B, 489D ; Ομιλίες Παλαμά 11, p. 150-152 ; Ισιδώρου ομιλίες Ι, p. 171.441-446 et ΙΙ, p. 117.27-28, 143.9-18, 345.3-15, 368.12-13 ; Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 48.2-19 ; Α. Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 315.

42 Ομιλίες Παλαμά 11, p. 78 sq. ; Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 328.28 sq.

43 PG 151, col. 180D-181A ; Ισιδώρου περιστ. ομιλίες, p. 40.11-12 ; Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 300.1- 6, 345.5-13 ; Ambrosios-Aristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 335, 342.

44 PG 151, col. 57C, 180Β-C, 292Β ; Ομιλίες Παλαμά 10, p. 598 et 11, p. 156, 574 ; Ισιδώρου ομιλίες Ι, p. 124.390-125.413, 182.302-321, 196.231-256 et II, p. 333.32-334.6. Voir aussi l’enseignement des archevêques sur la patience et la tolérance : Ομιλίες Παλαμά 11, p. 382-384 ; Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 266 (= Ομιλίαι Γαβριήλ, p. 148.68-149.120), 288.

45 Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 386.11-13.

46 Συγγράμματα Παλαμά, p. 275.4 ; PG 151, col. 57D, 180A-Β, 261D, 292A-B, 296A, 484B, 489C-492B ; Ομιλίες Παλαμά 11, p. 36, 60-62, 136-138, 384, 390-392 ; Αnna Philippidis-Braat, « La captivité de Palamas », art. cit., § 34 ; Ισιδώρου ομιλίες I, p. 34.42-35.56, 46.378 sq., 86.25 sq., 103.194-104.209, 109.393-395, 124.390-413, 174.38-42, 196.231 sq., 216.450-452, 221.17 sq. et II, 116.13-17, 291.10-17, 344.34-345.1, 345.31-346.1, 346.16-18, 347.7-16, 362.18- 363.10, 364.1-365.2 ; Ισιδώρου ομιλίαι εις εορτάς, p. 48.2-19, 49.5, 54.13-15 ; Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 292. Voir aussi ci-dessus, n. 41-42.

47 PG 151, col. 56B sq., 140C-D, 161C-D, 164C-165C, 292B-C, 452Β-D, 489D ; Ομιλίες Παλαμά 11, p. 136 sq. ; Ισιδώρου oμιλίες I, p. 46.376-377, 85.19-86.25, 86.39-87.59, 90.158-172, 94.277- 280, 95.312, 230.236-244, 197.275-281, 216.446-447, 230.290 sq. et II, 300.6, 301.10-20, 330.14 sq., 345.30-346.7, 365.5-9, 366 sq., 373.12-26, 385.7-15 ; Αmbrosios-Αristoteles Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 256-257, 262-263, 314-315, 339.

48 PG 151, col. 10A-12B, 13B sq., 61D-64A, 188B, 292C-293A, 296D, 317D, 452D-454A ; Ομιλίες Παλαμά 11, p. 52 sq., 74, 80 sq., 362 sq. ; Ισιδώρου περιστ. ομιλίες, p. 39 sq., 56.16 sq. ; Ισιδώρου ομιλίες I, 46.377.68 sq., en part. 69.60-73, 73.170 sq., 183.345-346, 183.359-360, 216.447-455, et II, p. 251.13 sq., 300.6-7, 345.3-5, 345.30-31 ; Α. Zographos, Γαβριήλ, op. cit., p. 252-254, 267-268 (= Ομιλίαι Γαβριήλ, p. 150.1 sq.), 287-289, 313-314, 339.

49 Ισιδώρου ομιλίες ΙΙ, p. 152.2-13.

50 Pour les questions sociales sur lesquelles les hiérarques mettent l’accent dans leurs homélies, voir aussi Βenizelos Christophorides, Ισίδωρος, art. cit., p. 538-539, 541 sq. ; Theodoros Zeses, « Η κοινωνική διδασκαλία του αγίου Γρηγορίου του Παλαμά », dans Χαριστήρια εις τιμήν του μητροπολίτου γέροντος Χαλκηδόνος Μελίτωνος, Thessalonique, 1977, p. 273-285 ; Ioannes Anastasiou, « The Social Teaching of Saint Gregory Palamas », GOThR, no 322, 1987, p. 179-190.

51 Sur les fondations charitables que l’Église entretenait ou dirigeait et les charges respectives, cf. Bassilike Leontaritou, Εκκλησιαστικά αξιώματα και υπηρεσίες στην πρώιμη και μέση Βυζαντινή περίοδο, Athènes-Komotene, 1996, p. 131 sq., 307 sq., 336, 439 sq., 500 sq.

52 Actes de Zographou, éd. Vasilii Regel, Eduard Kurtz, Vasilii Korablev, VV 13 (1907), Suppl. 1, repr. Amsterdam 1969, no 25.30, 80-81 (1327) ; Φιλοθέου, Λόγος, p. 518.1-3. Cf. Elissavet Chatziantoniou, « Οφφικιάλιοι των σεκρέτων της μητρόπολης και του μητροπολιτικού ναού της Θεσσαλονίκης », Byzantiaka, no 26, 2007, p. 83-174, ici 138-140.

53 PG 151, col. 57D.

54 Ἐγκώμιον Γαβριήλ, p. 114.483-487.

55 Andreas Gkoutzioukostas, Η απονομή δικαιοσύνης στο Βυζάντιο (9ος-12ος αιώνες). Τα κοσμικά δικαιοδοτικά όργανα και δικαστήρια της πρωτεύουσας, Thessalonique, 2004, p. 25-27, 296 n. 1329, avec références à la bibliographie antérieure.

56 Elissavet Chatziantoniou, Μητρόπολη Θεσσαλονίκης, op. cit., p. 219-220, avec références aux sources.

57 Actes d’Iviron, op. cit., III, no 76.37-39 (ca. 1320) ; Actes de Chilandar, éd. Louis Petit, VV 17 (1911), Suppl. 1, repr. Amsterdam 1975, no 85.51-54 (1322), 112.18-20 (1327), 117.12-13, 102, 170-171 (1328), 154.23-25, 59-61 (1374), 160.8-10 (1392) ; Actes de Docheiariou, éd. Νicolas Oikonomides, Paris, 1984, no 42.57-58 et verso.15-20 (1373).

58 Actes de Chilandar, op. cit., no 54 (1320) ; Das Register des Patriarchats von Konstantinopel, éd. Herbert Hunger, Otto Kresten et al., Vienne, 1981, vol. I, no 71.51-56 (1324).

59 Actes de Docheiariou, op. cit., no 48.19-20 (ca. 1381), no 49 (1384).

60 Actes d’Esphigménou, éd. J. Lefort, Paris, 1973, no 12.verso.2-9 (1316).

61 Actes de Lavra, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Nicolas Svoronos, Paris, 1970, vol. Ι, no 66.26- 27 ; Actes d’Iviron, op. cit., III, no 55Β.22-27 (1142), 58.106-110 (1259).

62 Elissavet Chatziantoniou, Μητρόπολη Θεσσαλονίκης, p. 221-222, avec les sources.

63 Ισιδώρου ομιλίες II, p. 345.5-15 ; Cydonès, Correspondance I, Appendix I, Ep. 1, p. 169.16-21.

64 Mονῳδία Ἰσιδώρῳ, p. 106.56-107.60 ; cf. Βenizelos Christophorides, Ισίδωρος, art. cit., p. 587.

65 David Balfour, Politico-Historical Works of Symeon, op. cit., p. 73.8-12, 195, 235 n. 294.

66 John Melville-Jones, Venice and Thessalonica 1423-1430 : The Venetian Documents, Padoue, 2002, p. 199-201 ; cf. Paul Lemerle, « La domination vénitienne à Thessalonique », dans Miscellanea Giovanni Galbiati, Milan, 1951, vol. 3, p. 219-225, ici 224 ; Apostolos Bakalopoulos, « Συμβολή στην ιστορία της Θεσσαλονίκης επί Βενετοκρατίας (1423-1430) », Konstantinos Armenopoulos, no 6, 1952, p. 127-149, ici 143-146 ; David Jacoby, « Thessalonique de la domination de Byzance à celle de Venise. Continuité, adaptation ou rupture ? », dans Mélanges G. Dagron, Travaux et Mémoires, no 14, 2002, p. 303-318, ici 311-312, 314.

67 Voir, par exemple, l’implication de Manuel Disypatos et de Ioannikios Kydonès dans le schisme arsénite après la chute des Lascarides ou l’attitude de Kydonès et d’Ιgnatios envers la politique d’Union de Michel VIII, cf. Elissavet Chatziantoniou, « Η μητρόπολη Θεσσαλονίκης και οι σχέσεις με την κεντρική πολιτική και εκκλησιαστική εξουσία τον 13ο αι. Η περίπτωση του Μανουήλ Δισύπατου », Egnatia, no 14, 2010, p. 29-41.

Auteur

Université Aristote, Thessalonique

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search