Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le nu et le vêtu au Moyen Âge

Du mort vêtu à la nudité eschatologique (xiie-xiiie siècles)

Cécile Treffort

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les sociétés traditionnelles, le corps du défunt, qu’il soit enterré ou incinéré, fait toujours l’objet de soins attentifs. Le Moyen Age occidental n’échappe pas à la règle, et même s’il faut traiter de manière particulière le linceul, dont les liens avec celui du Christ sont étroits, le choix du nu ou du vêtu pour l’inhumation est significatif : il révèle souvent un engagement social ou religieux. L’habit du défunt ou du gisant, qui peut également devenir vêtement du revenant, semble s’opposer à la nudité eschatologique, celle de la résurrection des chairs et du jugement dernier, avant que les justes ne revêtent enfin l’habit de lumière qui les attend. Aux xiie et xiiie siècles, en lien avec cette apparente contradiction et avec les réflexions qu’elle suscite, se développe une littérature édifiante en latin, qui prend pour motif le thème de la nudité ou de l’habillement du mort.

Liturgistes, théologiens ou prédicateurs évoquent alors, chacun à leur manière, un vêtement funérair...

Auteur

CESCM, Poitiers

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540