Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et urbanisation

Les Arméniens à Constantinople

Isabelle Augé

Résumé

Les Arméniens sont présents dans l’empire byzantin dès les origines, les plus visibles dans les sources étant ceux qui s’agrègent à l’aristocratie, exerçant de hautes fonctions. Il est ainsi facile d’éclairer, par l’étude des sources grecques et arméniennes, cette présence dans l’Empire au fil des siècles. Cependant, les mentions concernant l’implantation des Arméniens dans la capitale byzantine sont beaucoup plus ténues et on ne peut, au gré des quelques indications, que dresser un tableau très impressionniste. Nous avons tenté ici de faire une revue de ces indices, en y adjoignant les mentions de visites, temporaires, de personnalités arméniennes dans la capitale byzantine.

Texte intégral

1L’Empire byzantin, dès ses origines, est bien connu des Arméniens, très présents dans ses régions orientales. En effet, la région dans laquelle sont implantés les Arméniens depuis l’Antiquité, entre l’Euphrate et la mer Caspienne, a toujours été considérée comme une zone à risque, une zone tampon entre les grands empires, romain et perse (d’abord avec les Parthes, puis les Sassanides), byzantin et arabe. Dès la première moitié du viie siècle, l’Arménie passe sous domination arabe, avec, par exemple, la prise de Dwin en 640.

  • 1 Ces questions sont maintenant bien connues grâce, en particulier, à l’étude des taktika. Voir Gérar (...)
  • 2 Les Arméniens de Philippopolis sont bien connus notamment pour ce qui concerne leur organisation su (...)

2Si, désormais, l’Arménie byzantine est réduite à sa portion congrue, les provinces orientales de l’Empire comptent toutefois un nombre important d’Arméniens. Les vicissitudes historiques postérieures, avec le rétablissement, entre 884 et 1045, de la royauté arménienne sous l’égide des Bagratides d’Ani, puis la disparition de cette royauté quand Ani tombe aux mains des Byzantins en 1045 puis des Turcs en 1064, ne changent pas grand-chose. L’idée est que les Arméniens sont très nombreux dans la partie orientale de l’Empire et en particulier lors de la grande période de reconquête des Macédoniens en Orient, lorsqu’ils créent des circonscriptions militaires et administratives désignées comme les mikra arménika thémata1. Mais il faut avoir à l’esprit que les Arméniens ne sont pas forcément restés sur cette frontière orientale de l’Empire, disons dans l’Euphratèse. Ils se sont déplacés dans tout l’Empire byzantin, de leur propre gré ou par force, gagnant des provinces aussi éloignées que l’Italie ou encore les Balkans (ils sont particulièrement nombreux dans la région de Philippopolis2). Ainsi on trouve des généraux d’origine arménienne sur tous les fronts, de même que l’on trouve des communautés arméniennes disséminées dans l’Empire.

  • 3 Il faut signaler ici, dès l’introduction, l’article fondamental de Nina G. Garsoïan, « The Problem (...)

3Nous nous interrogerons ici plus spécifiquement sur les Arméniens de la capitale, leur implantation, leur nombre, leurs relations avec le pouvoir mais aussi la population constantinopolitaine, à partir de l’étude de sources fragmentaires, ténues, et dispersées3.

L’implantation des Arméniens à Constantinople, d’après des sources lacunaires

  • 4 Texte dans Krijnie Nelly Ciggaar, « Une description de Constantinople dans le Tarragonensis 55 », R (...)
  • 5 Par exemple, pour les établissements italiens dans la capitale, voir Paul Magdalino, Constantinople (...)

4Dans la description qu’il fait de la capitale byzantine, lorsqu’il écrit, dans le dernier quart du xie siècle, un voyageur occidental anonyme insiste sur la bigarrure ethnique, linguistique et religieuse de la capitale : sont cités, outre les Grecs, les Daces, Amalfitains, Arméniens, Syriens, Lombards, Varanges, Francs, Juifs, Turcs4. Cette description, qui insiste donc sur la diversité, sonne, comme l’a bien montré Gilbert Dagron, comme un topos qui accompagne très souvent les descriptions des grandes villes médiévales, pour en montrer la richesse et la prospérité. Cependant, la description elle-même induit aussi un certain isolement des mêmes étrangers, dans des quartiers spécifiques. Habitué au fonctionnement de la capitale qui accueille les étrangers dans ce type de quartiers, l’historien s’attend à trouver, si ce n’est un véritable quartier, du moins un lieu d’implantation privilégié des Arméniens comme en connurent à diverses époques, dans la ville impériale, les Juifs, les Russes, les Latins (quartiers génois, pisan, amalfitain, vénitien etc.5).

5Or, les seules mentions que l’on puisse glaner sont très ténues. Les Arméniens avaient certainement tout d’abord des lieux de culte, au moins jusqu’au règne d’Alexis Ier Comnène (1081-1118). La référence est donnée par le chroniqueur syriaque Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche qui écrit :

  • 6 Jean-Baptiste Chabot éd. et trad., Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche (1 (...)

Jusqu’à l’époque de l’empereur Alexis, notre nation [les Syriaques jacobites] avait une église à Constantinople et les Arméniens une autre ; et dans chacune d’elles se trouvait un prêtre et une corporation de négociants séculiers et autres. Un prêtre syrien s’y rendit, d’Antioche ; comme le prêtre de notre église, qui était de Symnada, ne l’accueillit pas, Satan entra en cet homme, et il alla dire aux Grecs : « Ces Syriens et ces Arméniens qui sont dans votre ville ont commerce avec les Turcs ». Et l’empereur fut irrité ; sur son ordre, les deux églises furent incendiées et les prêtres chassés, et le reste du peuple devint pour la plupart hérétique6.

  • 7 Nina G. Garsoïan, « The Problem of armenian Integration into the Byzantine Empire », art. cit., p.  (...)

6On peut s’arrêter quelques instants sur cette mention. C’est une querelle interne à l’église jacobite qui pousse l’empereur à intervenir. Pour obtenir gain de cause, le prêtre jacobite d’Antioche accuse ses coreligionnaires ainsi que les Arméniens de pactiser avec les Turcs et obtient gain de cause. Les églises sont brûlées ce qui semble toutefois un peu radical et les fidèles n’hésitent a priori pas beaucoup à changer de religion. On ne sait combien de temps cette vexation dura. En tout cas, au début du xive siècle, il y a à nouveau une église arménienne à Constantinople, puisque le patriarche grec de la ville, Athanase Ier (second patriarcat 1303-1309) se plaint, dans ses actes, du mal fait aux orthodoxes par la présence, dans la ville, des Arméniens et de leur église7… Mais rien n’est dit sur la localisation de cette dernière. Plus tard, on trouve, dans les documents génois, mention d’une église Saint-Grégoirel’Illuminateur dans le quartier de Galata en 1389.

  • 8 Paul Riant, Exuviae sacrae Constantinopolitanae, Fasciculus documentorum ecclesiasticorum ad byzant (...)
  • 9 Paul Riant, op. cit., p. 223.
  • 10 Voir sur cet objet la notice de Jannic Durand, dans Jannic Durand, Ioanna Rapti et Dorota Giovannon (...)

7Enfin, on ne peut évoquer les lieux de culte sans parler du culte lui-même et de la question des reliques, en particulier des reliques de l’évangélisateur de l’Arménie, saint Grégoire l’Illuminateur. Il faut d’abord rappeler le contexte du développement du culte de ce saint dans la capitale byzantine : la fête de saint Grégoire l’Illuminateur a été introduite dans le synaxaire de Constantinople, à la date du 30 septembre, aux alentours du ixe siècle. Ce siècle est très important pour le développement de la présence arménienne dans la capitale, puisqu’il porte au pouvoir un empereur d’ascendance arménienne, en la personne de Basile Ier qui dit même descendre de la grande famille arménienne des Arsacides. De ce fait, le culte de saints nationaux arméniens est alors introduit dans l’entourage impérial. Il est probable qu’à cette époque on introduisit également dans la capitale byzantine des reliques de l’Illuminateur. On a quelques exemples concrets qui proviennent de sources archéologiques ou littéraires. Les littéraires sont les plus simple à exposer : deux voyageurs du xiie siècle affirment en effet dans leur récit avoir vu des restes de Grégoire l’Illuminateur à Constantinople, Nicolas Bergsson, pèlerin scandinave, abbé de Thingeyrar, parle de sa tête (1150)8, alors qu’Antoine de Novgorod, affirme avoir vu, en 1200, son corps, à Sainte-Sophie9. On conserve également, dans le trésor de la cathédrale de Sens, un fragment d’os long (fémur ou tibia) pris, à l’une de ses extrémités, dans une bouterolle, c’est-à-dire une capsule en argent qui porte une inscription grecque signifiant « Relique de saint Grégoire de la Grande Arménie ». Les spécialistes qui ont étudié cet objet pensent qu’il faut le dater, surtout sur des critères paléographiques, du xe siècle et qu’il est très probablement issu de la ville même de Constantinople. Cet objet a certainement été rapporté en France au moment du pillage de Constantinople par les participants à la IVe croisade10.

8S’il existe dans la ville des lieux de culte, en particulier une église, et des reliques insignes, c’est bien évidemment parce que la présence de nombreux Arméniens de foi est réelle. Mais les Arméniens en tant que groupe d’individus, apparaissent finalement assez rarement dans les sources littéraires de langue grecque. Les deux exemples les plus significatifs et les plus fréquemment cités se trouvent, d’une part chez Jean Skylitzès et, d’autre part, dans l’Alexiade d’Anne Comnène.

Les mentions d’Arméniens, du peuple à l’aristocratie

  • 11 Bernard Flusin trad. et Jean-Claude Cheynet annotations, Jean Skylitzès. Empereurs de Constantinopl (...)

9Le premier épisode se déroule en 967, sous le règne de l’empereur Nicéphore Phocas. Le chroniqueur Jean Skylitzès nous raconte que l’empereur Nicéphore eut à faire face à une révolte de la population de Constantinople qui protestait contre la politique fiscale de l’empereur et contre la punition infligée par l’empereur aux gens de Constantinople coupables d’une rixe avec les Arméniens. Il semble donc qu’il y ait eu des oppositions dans la capitale entre Grecs et Arméniens mais rien n’est précisé, ni sur les causes de cette opposition, ni sur l’importance numérique des Arméniens en cause dans cette querelle11. Autre indice fugace dans la même période : la présence d’un architecte arménien nommé Trdat à Constantinople en 989. Alors qu’un tremblement de terre détruit une partie de la ville, il est demandé à ce personnage, d’après le chroniqueur arménien Asołik de Taron, d’aider à la reconstruction de la cathédrale Sainte-Sophie :

  • 12 Frédéric Macler trad. et annotations, Histoire universelle par Étienne Asołik de Tarôn, deuxième pa (...)

Là [à Constantinople], les splendides et superbes parures des colonnes merveilleuses et des statues et églises magnifiques s’écroulaient et s’effondraient ; Sainte-Sophie elle-même, la cathédrale, se fendit de haut en bas ; les habiles architectes grecs s’efforcèrent beaucoup pour la restaurer. Mais le maître architecte Trdat, le sculpteur, se trouvant là par hasard, donna un plan de restauration, prépara une maquette qui était une œuvre de génie et dirigea lui-même les premiers travaux, de sorte que [l’église] fut reconstruite plus magnifique qu’auparavant12.

  • 13 Sur le personnage de Trdat et les réalisations qui lui sont attribuées voir Christina Maranci, « Th (...)

10Asołik de Taron nous dit par ailleurs que ce même architecte jeta les fondements de la cathédrale d’Ani sous le règne de Smbat, fils d’Ašot III et qu’il avait déjà construit l’église de la résidence patriarcale à Argina13.

  • 14 Cette question n’était pas très claire à cause d’une difficulté d’interprétation du texte d’Anne Co (...)
  • 15 Anne Comnène. Alexiade, éd. et trad B. Leib, 3 vol., Paris, 1937-1946, X, 1, t. II, p. 187-189.
  • 16 Une autre affaire est connue, celle d’Eustratios de Nicée, qui se rendit, à la demande d’Alexis, à (...)

11Un peu plus d’un siècle plus tard, la fille et biographe d’Alexis Comnène (1081-1118), Anne, mentionne la présence d’Arméniens dans la capitale quand elle évoque la politique religieuse de son père Alexis et sa lutte acharnée contre toutes les hérésies. C’est dans ce cadre que l’on voit apparaître les Arméniens de la capitale lors d’un procès intenté au moine Nil de Calabre, accusé de nestorianisme14. La princesse byzantine écrit : « Il y avait à ce moment là, dans la capitale, un grand nombre d’Arméniens pour qui ce Nilos devint un ferment d’impiété »15. Il est très compliqué de savoir dans quelle mesure l’hérésie de Nil a pu influencer les Arméniens. Il était certainement à craindre, soit qu’ils se radicalisent en voulant s’opposer au nestorianisme de Nil, soit qu’ils considèrent les Grecs comme des hérétiques. Quoi qu’il en soit les questions théologiques et, surtout, la question christologique, ont dû être largement débattues non seulement à Constantinople mais aussi dans d’autres régions de l’Empire, poussant parfois les théologiens grecs sur la pente de l’hérésie16.

  • 17 Voir son article : Isabelle Brousselle, « L’intégration des Arméniens dans l’aristocratie byzantine (...)

12Pour résumer, on a l’impression que les mentions d’Arméniens sont finalement minces dans les sources byzantines, et qu’elles ne donnent aucune indication vraiment concrète concernant l’implantation arménienne à Constantinople. On trouve des Arméniens certainement dans toutes les couches de la société, mais ils ne sont vraiment connus que pour ce qui concerne l’aristocratie. D’après un calcul effectué par Isabelle Brouselle qui se fonde uniquement sur les sources littéraires grecques, pour le ixe siècle, on compte dans l’empire une soixantaine d’archontes dont l’origine arménienne est avérée ou hautement probable et qui exercent de hautes charges (noms comme Musêlê, Kourkouas, Zaoutès). Ces personnages sont assimilés et ont obtenu de hautes charges et dignités17.

  • 18 Jean-Claude Cheynet, « Les Arméniens de l’Empire en Orient de Constantin X à Alexis Comnène (1059-1 (...)
  • 19 Venance Grumel, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, vol. 1, Les actes du patriarche (...)

13Si l’on s’attache aux charges détenues par les Arméniens, on se rend compte que ce sont surtout des commandements militaires. Les qualités guerrières des Arméniens et leur efficacité dans ce domaine sont bien connues des Byzantins depuis le règne de Justinien le Grand qui fit confiance à l’arménien Narsês en en faisant l’un de ses principaux généraux pour la reconquête. De ce fait, beaucoup d’Arméniens devaient se trouver assez éloignés de la capitale, dans les zones frontières, dans les provinces asiatiques comme dans les Balkans. Cependant, ils ont certainement aussi suivi le mouvement de fond centripète qui touche l’aristocratie byzantine et pousse une quantité de plus en plus importante de ses membres à se rapprocher du centre névralgique du pouvoir, le grand palais, et à résider, au moins une partie de l’année, dans des demeures constantinopolitaines. Mais nous ne savons rien sur ces demeures aristocratiques pour ce qui concerne les Arméniens. En s’intégrant ainsi à l’aristocratie, les Arméniens ont certainement dû, de fait, s’assimiler complètement. Comme le note Jean-Claude Cheynet, au bout de deux ou trois générations, l’intégration était accomplie au point que le comportement de ces Arméniens ne différait pas de celui du reste de l’aristocratie, à moins qu’ils ne soient restés en contact permanent avec un milieu où vivaient de nombreux Arméniens18. Cette assimilation a souvent dû passer par des intermariages. Ces mariages signifiaient également que l’époux d’origine arménienne adoptât, si ce n’était déjà fait, la religion grecque orthodoxe. A cet égard d’ailleurs, on possède un texte à l’authenticité quelque peu douteuse, attribué au patriarche Nicolas IV Mouzalon (1147-1151) qui se présente sous la forme de questions-réponses. L’une des questions est ainsi formulée : « Si une femme chrétienne se marie avec un Arménien ou un autre hérétique, soit l’ignorant soit même le sachant et que celui-ci ne veut pas s’unir à l’Église [orthodoxe] que doit faire la femme ? » La réponse est catégorique : « Quelle se sépare de lui, et si elle a fait cette faute sciemment, qu’elle soit très sévèrement punie19. »

14Ce rappel concernant l’aristocratie constantinopolitaine nous a déjà amenée à aborder l’une des questions qui revient constamment lorsque l’on évoque le rôle des Arméniens à Constantinople et, plus généralement, dans l’ensemble de l’Empire, à savoir la question religieuse, qui reste au cœur des préoccupations impériales. Il convient de centrer maintenant notre étude sur cette question en essayant de rester dans le sujet, c’est-à-dire la présence des Arméniens à Constantinople. En effet, la volonté de discuter avec l’autre, de manière plus ou moins irénique, amène également les autorités constantinopolitaines à faire venir dans la capitale des personnalités arméniennes importantes, tant civiles que religieuses.

Les autorités civiles et religieuses arméniennes à Constantinople : une présence temporaire

  • 20 Cette visite est narrée par une source arménienne anonyme dont nous avons donné une traduction dans (...)

15Nous ne cherchons pas ici à faire une présentation exhaustive de toutes les visites menées par des « officiels » arméniens à Constantinople, mais plutôt à isoler quelques cas parmi les plus significatifs, à la fois parmi les autorités civiles et religieuses : le roi Ašot, dit Ašot Erkat (le roi de fer) qui se rend dans la ville impériale en 914, le catholicos Petros Ier qui y séjourne longuement à partir de 1048, accueilli par Constantin Monomaque, l’ex-roi bagratide d’Ani, Gagik II, qui se rend à Constantinople, certainement vers 1065-1066 auprès de Constantin X Doukas, pour défendre la foi arménienne et Nersēs Lambronac῾i archevêque de Tarse, qui gagne la capitale en 1197, à la demande de l’empereur, pour discuter là encore, de questions théologiques et liturgiques20. Ces visites sont éclairées par des sources diverses, essentiellement arméniennes. En effet, si les chroniqueurs grecs les mentionnent parfois, comme c’est le cas, pour la visite d’Ašot (Théophane Continué ou Georges le Moine), seuls les chroniqueurs arméniens s’y étendent longuement. Pour la visite d’Ašot, c’est le catholicos historien Yovhannēs Drasxanakertc‛i qui donne un ample développement, les visites successives de Petros Ier et de Gagik II sont rapportées, quant à elles, par Matt῾ēos Uṙhayec῾i. Quant à la venue de l’archevêque de Tarse Nersēs Lambronac῾i, nous ne la connaissons que par un opuscule anonyme, rédigé en arménien, qui rapporte la teneur du dialogue et donne une rapide présentation des protagonistes.

  • 21 Le récit de cette visite est ici donné d’après le témoignage de Matt῾ēos Uṙhayec῾i, Chronique, éd. (...)
  • 22 Matt῾ēos Uṙhayec῾i, Chronique, éd. Jérusalem, 1869, p. 122.

16Tout d’abord, il est à noter que ces déplacements officiels étaient certainement remarqués par la population de Constantinople puisqu’elle voyait arriver dans la ville le personnage officiel accompagné d’une suite importante. Le cas le plus flagrant est celui du catholicos Petros Ier : il arrive, nous dit le chroniqueur, accompagné de six-cent-vingt personnes, trois cents nobles, cent-vingt religieux et deux cents domestiques, les noms de certains de ces personnages étant d’ailleurs donnés dans la chronique21. Il demeure, de plus, dans la ville pendant quatre ans. La durée de cette visite peut paraître excessive. En réalité, il faut la replacer dans son contexte : les Byzantins ont, en 1045, annexé le royaume bagratide d’Ani. Alors que le dernier souverain, Gagik II, en avait laissé la garde à Petros, celui-ci a cédé à la pression byzantine. D’abord bien traité, Petros s’est vu ensuite infliger un certain nombre de vexations par les Byzantins. Le début du texte de Matt῾ēos Uṙhayec’i montre d’ailleurs qu’avant de partir pour Constantinople, il a pris soin de désigner un successeur et de consacrer une quantité colossale d’huile sainte, assurant ainsi la survie de la chrétienté arménienne en son absence22. Ainsi, si Petros reste quatre ans à Constantinople, c’est qu’il y est, en quelque sorte, prisonnier, même si c’est dans une prison dorée. Il lui sera tout de même permis, au bout de quatre ans, de gagner le couvent arménien de Sébaste.

17Les chroniqueurs insistent par ailleurs sur le bon accueil fait aux autorités arméniennes par l’empereur et son entourage. Toujours dans le cas de l’arrivée de Petros, tous les habitants et les grands de la ville viennent à sa rencontre pour l’escorter jusqu’à Sainte-Sophie. Les textes ne mentionnent malheureusement pas les lieux où les personnalités arméniennes sont logées : Petros a droit, d’après Matt῾ēos, à une magnifique demeure.

  • 23 « Yūsuf b. Abī l-Sādj̲ Dīwdād », Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2014. Université de Paris 1 (...)
  • 24 Voir par exemple Isabelle Augé, « Hovhannês de Draskhanakert (899-929) en dialogue avec Constantino (...)

18Les marques d’honneur faites aux visiteurs sont, par contre, beaucoup plus détaillées : Ašot II, par exemple, est, aux dires d’Yovhannēs Drasxanakertc‘i, fort bien traité. Pour comprendre, il faut, en premier lieu, rappeler le contexte politique de sa visite. Les rois arméniens sont, avant la visite d’Ašot à Constantinople, en proie à un contexte très difficile, poussés dans leurs derniers retranchements par le sādjide Yūsuf b. Abī l-Sādj Diwdād23, gouverneur pour les Abbassides, de la province d’Armīniya (901-928) qui a fait périr le père d’Ašot, le roi Smbat. Inquiets de l’effondrement militaire des Arméniens, les Byzantins cherchent des solutions, entretenant une correspondance avec le catholicos Yovhannēs, l’exhortant à tenter de rapprocher tous les princes chrétiens du Caucase pour lutter contre Yūsuf24. La venue du roi arménien est donc importante pour les Byzantins : il est considéré par l’empereur comme son fils et on lui donne des présents de prix, des étoffes pourpres par exemple, toutes choses qui étaient distribuées aux aristocrates de l’empire, par exemple, à l’occasion de la remise des rogai, comme le rapporte le catholicos historien Yovhannēs Drasxanakertc῾i :

  • 25 Patricia Boisson-Chenorhokian Introduction, traduction et notes, Yovhannēs Drasxanakertci, Histoir (...)

Et là [Ašot II arrive à Constantinople à l’invitation de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète], il fut honoré par lui d’un trône plus splendide que celui de tous les gahērec῾, il fut traité avec un faste des plus glorieux, non pas comme certains autres hommes distingués, mais comme le rejeton d’un roi et l’empereur, le mettant presque au même niveau que lui, le combla des honneurs de l’étiquette royale. L’empereur l’appelait tout à la fois fils de martyr et son fils bien-aimé ; il le parait de splendides vêtements de pourpre, de magnifiques habits brodés d’or et de gazes ornées de fils d’or ; il le ceignait d’une ceinture enrichie de pierres précieuses, et cela, non pas une ou deux fois, mais il recommença plusieurs fois. On lui présenta des coursiers rapides aux belles encolures avec des armes et des parures superbes, mais aussi on lui prépara de nombreuses coupes, des vases et plusieurs ornements d’or et d’argent. En outre, on offrit aux naxarar qui étaient venus à sa suite, des grandes marques d’honneur qui ne manquaient pas d’éclat, on leur alloua tous les jours des largesses et des pensions, jusqu’à leur retour ici25.

  • 26 Matt῾ēos Uṙhayec῾i, Chronique, op. cit., p. 123-124.

19Il en est de même pour Petros qui reçoit, lui, aux dires de Matt῾ēos, un kentenarion, ce qui représente l’équivalent de ce que l’on donnait à la Grande Église Sainte-Sophie à l’occasion de la fête du couronnement d’un empereur26.

20Le récit de la visite de Petros est également assez drôle puisqu’il raconte comment il put conserver le siège sur lequel il s’était assis et qui était d’une grande valeur, lorsque l’un de ses compagnons argua auprès de l’empereur que le trône, une fois que Petros s’était assis dessus, était désormais un trône patriarcal et ne pouvait être utilisé par personne d’autre. L’empereur s’y prêta a priori de bonne grâce.

21Aux cadeaux s’ajoute également la remise de titres auliques et de pensions (rogai). Lorsqu’il narre la visite d’Ašot II, Yovhannēs Drasxanakertc’i utilise le terme de ṙočik (solde, pension, salaire).

  • 27 Ibid., p. 191-192 : « Ainsi l’empereur Dukas envoya [des messagers] dans la ville de Sébaste pour a (...)
  • 28 C’est le cas par exemple dans le récit anonyme qui raconte la visite de Nersēs Lambronac’i à Consta (...)
  • 29 Ibid., p. 266 : « Passèrent ainsi de nombreux jours jusqu’à la venue de l’Esprit ; le patriarche et (...)

22La raison pour laquelle les autorités arméniennes se rendent à Constantinople, hormis pour le cas d’Ašot II, est souvent une raison religieuse : ils y vont pour justifier leur foi, pour exposer le pourquoi de leurs particularités dogmatiques et liturgiques. C’est pourquoi, bien souvent, ils sont rétifs, au départ, lorsque l’empereur ou le patriarche réclame leur venue. Très souvent, ils essaient d’esquiver (c’est ce que parviendra toujours à faire le catholicos Nersēs Šnorhali, pourtant en très bons termes avec l’empereur Manuel Comnène), ou sont dès l’abord conscients des problèmes qu’ils risquent de rencontrer. C’est le cas par exemple de deux princes arméniens, Atom et Apusahl, mandés à Constantinople par l’empereur byzantin juste avant la venue dans la capitale du roi Gagik II et qui ont pour premier réflexe d’emmener avec eux un théologien, car ils sont parfaitement conscients de ce qui les attend27. Lorsqu’ils sont sur place, ils rencontrent, certes, l’empereur, mais aussi le patriarche et les théologiens grecs28. Les textes arméniens insistent très souvent sur le nombre important de théologiens grecs présents, montrant ensuite comment leur propre champion parvient à triompher, dans les joutes verbales, de ce parterre de savants29.

23Au total, il est très intéressant de se pencher sur ces visites à Constantinople. Certaines d’entre elles ont dû marquer la population ou, du moins, l’entourage proche de l’empereur. Les six cent vingt personnes accompagnant Petros n’ont pu passer inaperçues. Mais la présence arménienne à Constantinople reste difficile à cerner, difficile à circonscrire. On peut donner des éléments, mais pas dresser un véritable tableau, comme il est possible de le faire, par exemple, pour les Latins.

Notes

1 Ces questions sont maintenant bien connues grâce, en particulier, à l’étude des taktika. Voir Gérard Dédéyan, « Le rôle des Arméniens en Syrie du Nord pendant la reconquête byzantine (vers 945-1031) », Byzantinische Forschungen, no 25, 1999, p. 249-284 et id., « Reconquête territoriale et immigration arménienne dans l’aire cilicienne sous les empereurs macédoniens (de 887 à 1028) », dans Balard Michel et Ducellier Alain, Migrations et diasporas méditerranéennes (xe-xvie siècles), Paris, 2002, p. 11-32.

2 Les Arméniens de Philippopolis sont bien connus notamment pour ce qui concerne leur organisation sur le plan religieux. Voir par exemple : Bozoyan Azat, « Armenian population of Philippoupolis and Armenian-Byzantines religious political relations in the second half of the xiith Century », dans Barkhoudaryan Vladimir et Yegavian Zaven, Pages d’histoire des colonies arméniennes, Erevan, 1996, p. 61-76 (en arm.) et Zekiyan L. Boghos, « The Armenian Community of Philipopolis and the Bishop Ioannes Atmanos Imperial Legat of Cilicia », dans Kara György, Between the Danube and Caucasus, Budapest, 1987, p. 363-373.

3 Il faut signaler ici, dès l’introduction, l’article fondamental de Nina G. Garsoïan, « The Problem of Armenian Integration into the Byzantine Empire », dans Ahrweiler Hélène et Laiou Angeliki E. , Studies in Internal Diaspora of the Byzantine Empire, Washington, 1997, p. 53- 124. Elle traite de la question des Arméniens dans la ville de Constantinople aux pages 58-61 et fait d’ailleurs la remarque suivante : « Finally, there is some evidence that Armenians were residing in the capital, although their presence in Constantinople is poorly documented »

4 Texte dans Krijnie Nelly Ciggaar, « Une description de Constantinople dans le Tarragonensis 55 », Revue des Études byzantines, no 53, 1995, p. 117-140, ici p. 119 : « Ibi est videre multa hominum milia olosericis vestimentis induta, multas quoque gentes diverse cultus et sermoniis. Hic Greci habitant, illic Armeni, hic vicum Siri incolunt, ast illum Longobardi, Angli qui et Garengi dicuntur alio degunt loco, Daci alio, porro Melphitani, Franci, Iudei quoque et Turcopoli proprias habent in eadem urbe mansiones », cité et analysé par Gilbert Dagron, « Formes et fonctions du pluralisme linguistique (Byzance, viie-xiie siècle) », Travaux et Mémoires, no 12, 1994, p. 219-240, repr. dans Gilbert Dagron, Idées byzantines (Bilans de recherche 8), Paris 2012, t. I, p. 233-264, ici p. 261-262.

5 Par exemple, pour les établissements italiens dans la capitale, voir Paul Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des structures urbaines, Paris, 1996, p. 85-90.

6 Jean-Baptiste Chabot éd. et trad., Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche (1166-1199), Bruxelles, 1963, xv, 7, t. III, p. 185.

7 Nina G. Garsoïan, « The Problem of armenian Integration into the Byzantine Empire », art. cit., p. 61. Les références sont données dans la note 32.

8 Paul Riant, Exuviae sacrae Constantinopolitanae, Fasciculus documentorum ecclesiasticorum ad byzantina lipsana in Occidentem saec. xiii translata, t. II, Genève, 1878, p. 214 et Krijnie Nelly Ciggaar, Western Travellers to Constantinople. The West and Byzantium 962-1204, Leyde-New York, 1996, p. 125.

9 Paul Riant, op. cit., p. 223.

10 Voir sur cet objet la notice de Jannic Durand, dans Jannic Durand, Ioanna Rapti et Dorota Giovannoni, Armenia sacra. Mémoire chrétienne des Arméniens (ive-xviiie siècle), catalogue de l’exposition (Paris, musée du Louvre, 21 février-21 mai 2007), Paris, 2007, no 8, p. 38. On peut restituer ainsi l’inscription qui se trouve sur la bouterolle : ΛΙΨΑΝΟΝ ΤΟΥ ΑΓΙΟΥ ΓΡΗ(ΓΟΡΙ) ΟΥ ΑΡΜΕΝΙΑC (Relique de saint Grégoire d’Arménie).

11 Bernard Flusin trad. et Jean-Claude Cheynet annotations, Jean Skylitzès. Empereurs de Constantinople (Réalités byzantines 8), Paris, 2003, p. 231. Voir aussi Jean-Claude Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1996, fiche no 3, p. 22.

12 Frédéric Macler trad. et annotations, Histoire universelle par Étienne Asołik de Tarôn, deuxième partie, livre III (888[?]-1004[?], Paris, 1917, p. 133.

13 Sur le personnage de Trdat et les réalisations qui lui sont attribuées voir Christina Maranci, « The Architect Trdat. Building Practices and Cross-Cultural Exchange in Byzantium and Armenia », Journal of the Society of Architectural Historiens, no 62/3, sept 2003, p. 294-305.

14 Cette question n’était pas très claire à cause d’une difficulté d’interprétation du texte d’Anne Comnène qui rapporte l’événement. Comme l’a montré Jean Gouillard, la traduction du passage est erronée : Jean Gouillard, « Le synodikon de l’orthodoxie : édition et commentaire », Travaux et Mémoires, no 2, 1967, p. 1-298, part. p. 202-206. La rétractation du coupable est également éditée et traduite dans le même ouvrage, dans l’annexe no 2. Voir aussi Nina G. Garsoïan, « L’abjuration du moine Nil de Calabre », Byzantinoslavica, no 35/1, 1974, p. 12-27, repr. dans Nina G. Garsoïan, Armenia between Byzantium and the Sasanians, VR, Londres, 1985, V, p. 14-15.

15 Anne Comnène. Alexiade, éd. et trad B. Leib, 3 vol., Paris, 1937-1946, X, 1, t. II, p. 187-189.

16 Une autre affaire est connue, celle d’Eustratios de Nicée, qui se rendit, à la demande d’Alexis, à Philippopolis, pour débattre avec les Arméniens. Il écrit alors deux traités mais, avant qu’il ait pu y mettre la dernière main, apparemment, on les lui subtilise et on en répand des copies. Ces traités contenant des propositions qui scandalisent les orthodoxes, les ennemis d’Eustratios obtiennent sa condamnation en 1117. Sur toutes ces affaires voir Élisabeth Malamut, Alexis Ier Comnène, Paris, 2007, p. 212-217.

17 Voir son article : Isabelle Brousselle, « L’intégration des Arméniens dans l’aristocratie byzantine au ixe siècle », dans L’Arménie et Byzance. Histoire et culture (Byzantina Sorbonensia 12), Paris, 1996, p. 43-54.

18 Jean-Claude Cheynet, « Les Arméniens de l’Empire en Orient de Constantin X à Alexis Comnène (1059-1081) », dans L’Arménie et Byzance, Paris, 1996, p. 67-78. Le point historiographique est fait p. 67, l’auteur expliquant qu’il convient de revoir très largement à la baisse (par rapport aux travaux antérieurs de Peter Charanis, Nicolas Adontz ou Alexander Kazhdan) le nombre de personnages susceptibles d’être considérés comme Arméniens.

19 Venance Grumel, Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, vol. 1, Les actes du patriarche. Fasc III, Regestes de 1043 à 1206, Paris, 1947, 2e édition revue et corrigée par Jean Darrouzès, Paris, 1989, no 1034, p. 488-489.

20 Cette visite est narrée par une source arménienne anonyme dont nous avons donné une traduction dans Isabelle Augé, Églises en dialogue : Arméniens et Byzantins dans la seconde moitié du xiie siècle, (CSCO vol. 633, Subsidia, t. 124, Louvain, 2011, p. 257-267.

21 Le récit de cette visite est ici donné d’après le témoignage de Matt῾ēos Uṙhayec῾i, Chronique, éd. Jérusalem, 1869, p. 122 sq. Voir par exemple : « Et lui prit trois cents nobles de haute distinction, armés, des vardapet, des évêques, des musiciens, des moines, des prêtres, au nombre de cent vingt, montés sur des mules suivis par deux cents domestiques à pied. Et il y avait derrière le seigneur Petros, le meilleur de tous, le vardapet Bulxar, l’éminent Xač῾atur, premier secrétaire, T῾adēos, qui était un homme sans pareil pour ce qui concerne l’art d’écrire, Gēorg K῾arnełec῾i et Yovhannēs K῾arnełec῾i, Matt῾ēos Hałbatac῾i, Mxit῾ar Gnayrec῾i et Tiranun Kapanec῾i, le philosophe, Mxit῾arik, Vardan Sanahec῾i, Barseł Bašxatac῾i et l’illustre et très gracieux seigneur Ełisē et Barseł, son frère, Gēorg surnommé ǰulahak-Jagn, les seigneurs Ep῾rem, Ananē et Xač῾ik. Tous ces vardapet, philosophes et savants, versés dans la connaissance de l’ancien et du nouveau Testaments ainsi que l’illustre seigneur Petros qu’ils accompagnaient arrivèrent à Constantinople. Et lorsqu’ils apprirent la nouvelle de leur venue, tous [les habitants] de la ville de Constantinople s’avancèrent au-devant du seigneur Petros, avec les grands, et le conduisirent en grande pompe à Sainte-Sophie », trad. I. Augé.

22 Matt῾ēos Uṙhayec῾i, Chronique, éd. Jérusalem, 1869, p. 122.

23 « Yūsuf b. Abī l-Sādj̲ Dīwdād », Encyclopédie de l’Islam. Brill Online, 2014. Université de Paris 1 Sorbonne (BIS) http://referenceworks.brillonline.com.janus.biu.sorbonne.fr/entries/encyclopedie-de-l-islam/yusuf-b-abi-l-sadj-diwdad-SIM_8040 (consulté le 24 février 2014)

24 Voir par exemple Isabelle Augé, « Hovhannês de Draskhanakert (899-929) en dialogue avec Constantinople », Bazmavep, no 166, 2008, p. 407-424.

25 Patricia Boisson-Chenorhokian Introduction, traduction et notes, Yovhannēs Drasxanakertci, Histoire d’Arménie, Louvain, 2004 (CSCO vol. 605. Subsidia t 115), chapitre 55, p. 316-322.

26 Matt῾ēos Uṙhayec῾i, Chronique, op. cit., p. 123-124.

27 Ibid., p. 191-192 : « Ainsi l’empereur Dukas envoya [des messagers] dans la ville de Sébaste pour aller chercher les princes de la famille royale des Arméniens, Atom et Apusahl et les emmener à Constantinople. Et eux pressentirent immédiatement sa mauvaise intention. Ils prirent avec eux le vardapet Yakob surnommé K῾arap῾nec῾i, homme versé dans la connaissance des Écritures et allèrent à Constantinople. L’empereur reçut d’abord fort bien les fils des rois arméniens. Mais au bout de quelques jours, il commença à dévoiler ses mauvaises intentions […] ».

28 C’est le cas par exemple dans le récit anonyme qui raconte la visite de Nersēs Lambronac’i à Constantinople. Voir Isabelle Augé, Églises en dialogue, op. cit., p. 258 : « Lorsqu’ils [Nersēs et l’empereur byzantin] entrèrent dans la sainte église, le roi, le patriarche et tous les savants du peuple grec s’assemblèrent en synode »

29 Ibid., p. 266 : « Passèrent ainsi de nombreux jours jusqu’à la venue de l’Esprit ; le patriarche et le roi se tinrent avec le synode et les évêques. Ils appelèrent également saint Nersēs et, à nouveau, il y eut un entretien. Et le saint fut encore plus fort dans ses réponses et tout le synode le reçut avec satisfaction. Et ils s’enhardirent jusqu’à se moquer des paroles du patriarche. »

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search