Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et urbanisation

Insertion et rayonnement des élites juives de Marseille au XIVe siècle

Juliette Sibon

Résumé

L’étude des élites urbaines marseillaises conduit à repenser globalement le statut et l’insertion des juifs dans la ville chrétienne au bas Moyen Âge. Les privilèges accordés à titre individuel ne suffisent pas à expliquer les infléchissements pratiques de la législation. La culture juridique commune aux juifs et aux chrétiens de même rang social est fondamentale. L’insertion et le rayonnement des notables juifs marseillais, nombreux et relativement stables, ne passent pas par des vecteurs classiquement retenus dans le cadre d’une diaspora. Ils ressortissent à une dynamique sociale et culturelle dont Marseille est le creuset.

Texte intégral

  • 1 Édouard Baratier, dans Jacques Dupâquier, Histoire de la population française, vol. 1, Des origines (...)
  • 2 Édouard Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, SEVPEN, 1961, p. 70.
  • 3 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille au xive siècle, Paris, Cerf, coll. « Nouvelle Gallia judaica(...)

1L’histoire des juifs d’Occident au bas Moyen Âge ressortit à l’histoire politique, économique, sociale et culturelle de la Méditerranée médiévale en général. D’abord, à l’échelle macro, parce que les juifs constituent une forte minorité en Provence angevine, estimée entre 10 000 et 15 000 individus1. Ensuite, à l’échelle micro, parce que la communauté juive de Marseille – environ 10 % de la population totale de la ville2 –, se signale dans les archives latines par une frange élargie de notables, composée de plusieurs dizaines de familles, repérables sur plusieurs générations3. En effet, nulle part en Europe méditerranéenne, ni à Marseille en particulier, les juifs ne constituent un kyste dans la ville, un groupe systématiquement discriminé, en théorie comme en pratique, isolé par un cordon symbolique.

  • 4 Voir notamment Samantha Kelly, The New Salomon. Robert of Naples (1309-1343) and xivth Century King (...)
  • 5 Danielle Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, Droz, 1981 ; Juliette (...)
  • 6 Benjamin de Tudèle, The Itinerary of Benjamin of Tudela, éd Marcus Nathan Adler, Londres, Oxford Un (...)

2Citoyens et acteurs des marchés médiévaux, les juifs sont, à Marseille au xive siècle, sous la protection du comte angevin, prince centralisateur, en quête de subsides pour financer sa guerre de reconquête de la Trinacrie face aux Aragonais4. Composées de femmes et d’hommes d’affaires acteurs du grand commerce, de marchands-entrepreneurs actifs dans la sphère des productions artisanales et agricoles, les élites juives marseillaises comptent aussi un grand nombre de médecins5, dont l’aura intellectuelle est remarquée par Benjamin de Tudèle à la fin du xiie siècle, puis par David Kokhabi en 1320, qui décrit la ville comme « un grand centre d’études talmudiques6 ».

  • 7 Ce travail s’effectue au sein de l’équipe de recherche JACOV (Framespa), dont les travaux sont prés (...)
  • 8 Nous proposons ici une synthèse des principaux travaux, menés seule ou en collaboration, depuis la (...)

3En dépit des barrières confessionnelles et juridiques entre fidèles et infidèles, l’exemple marseillais, désormais soumis à la comparaison avec les communautés juives des aires voisines7, conduit à repenser globalement le statut et l’insertion des juifs dans la ville médiévale8.

Les juifs dans la civitas

Minorité juive et topographie urbaine

  • 9 Jacques Bottin et Donatello Calabi, Les étrangers dans la ville. Minorités et espaces urbain du bas (...)
  • 10 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., notamment p. 196-198, et « La communauté juive d (...)

4L’approche des minorités confrontées à la topographie urbaine a conduit à décloisonner des groupes jusqu’alors supposés étanches9. Jusqu’en 1348, Marseille compte deux Juiveries, dans la ville haute et dans la ville basse10. Après la réunion administrative des deux villes, il ne subsiste qu’un seul quartier officiel. Pourtant, les legs pieux aux luminaires des synagogues révèlent l’existence simultanée de trois édifices : dans la ville basse, les deux synagogues mitoyennes, celle « du Verger » et celle « moyenne » ; dans la ville haute, la synagogue « des Tours », située entre l’église de Saint-Cannat et le palais épiscopal, contre le vieux mur. Surtout, la Juiverie de la ville basse – la mieux documentée dans notre corpus – est un quartier socialement ségrégué, où seuls les notables juifs demeurent. Ils sont propriétaires multiples, à l’instar d’Abraham de Draguignan (mort en 1316), puis de son fils Bondavin (mort en 1361), et sont manifestement hostiles à l’ouverture d’un parc locatif. Ils ont des voisins chrétiens, eux-mêmes notables. Enfin, tout au long du siècle, le quartier se dilate et s’étend vers l’Ouest, de manière discontinue, jusqu’à la rue de l’Éperon.

Judeus ou hebreus : le notaire chrétien et les juifs

  • 11 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., p. 258-261 et p. 230-231.

5L’examen du statut des juifs dans la topographie notariale prolonge et renforce le constat du décloisonnement. Certes, les notables juifs de Marseille affichent une onomastique clairement distincte, par l’absence de système patronymique, l’adoption d’anthroponymes provençaux tombés en désuétude chez les chrétiens, et le choix de noms hébraïques (Abraham, Isaac, Moïse, Salomon… )11.

  • 12 Claude Denjean, Juliette Sibon, Sandrine Victor, « Le notaire et l’étranger. Réflexion comparative (...)
  • 13 Danièle Sansy, « L’image du juif en France du Nord et en Angleterre du xiie au xve siècle », thèse (...)
  • 14 A. Crémieux, « Les juifs de Marseille au Moyen Âge », Revue des Études Juives, no 47, 1904, p. 62-8 (...)

6Mais le vocabulaire dont use le notaire pour désigner les juifs dans les actes qu’il instrumente n’est pas univoque : les termes de judeus, judeus regis, hebreus, neophytus et judeus extraneus, révèlent des gradients subtils qui classent juridiquement les juifs12. Aussi la ségrégation textuelle et linguistique longtemps posée comme élément de distinction claire entre juifs et chrétiens mérite-t-elle réexamen. Si dans les sources narratives, judeus est implicitement négatif tandis qu’hebreus est laudateur13, chez les notaires, en revanche, judeus sert à désigner juridiquement le juif, sans sous-entendu négatif ou positif, et hebreus est d’un emploi plus technique, lié à la langue et au droit hébraïques, à une civilisation et une histoire partagées entre les religions du Livre. La distinction se fait également entre le judeus cives et habitator et le judeus extraneus, comme dans la délibération municipale de 1323, destinée à prendre des mesures pour faire face à la disette de blé et de vivres engendrée par l’afflux massif de « juifs étrangers14 ».

7Il y a donc juif et juif ! Exclus de la christianistas, les juifs sont, d’une manière ou d’une autre, intégrés à la civitas.

La communis opinio ou le partage d’une éthique citoyenne

  • 15 Henri Bresc, Arabes de langue, juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environne (...)
  • 16 Claude Denjean et Juliette Sibon, « Citoyenneté et fait minoritaire dans la ville. Étude comparée d (...)
  • 17 Régine Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, A. Picard, 1949.
  • 18 Voir infra.

8L’exception sicilienne, soulignée par Henri Bresc, de la citoyenneté complète des juifs, y compris militaire, à partir des années 133015, s’estompe à la lumière du cas marseillais, mais aussi des cas catalans et majorquins16. À Marseille, bien que le citoyen juif se voie imposer, en théorie, quatre restrictions à sa citoyenneté – celle de témoigner en justice contre un chrétien, celle d’embarquer à plus de quatre juifs sur un navire et la proscription absolue des voyages pour Alexandrie, l’interdiction de travailler les dimanches et jours de fêtes observés par les chrétiens, et enfin, l’obligation de porter un signe distinctif17 –, la pratique dévoile qu’il n’est pas un citoyen de seconde zone. Qui plus est, il est un citoyen actif, au service de la cité, et a même voix au chapitre, par le truchement de ses puissants amici chrétiens18.

  • 19 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD13) 3B 7, fol. 28 et 38v, traduits et pu (...)
  • 20 Juliette Sibon, « La fides des infidèles. Les courtiers juifs de Marseille au xive siècle », dans G (...)

9Au cœur de cette insertion dans la civitas, gît l’éthique citoyenne partagée par les chrétiens et les juifs, le même amour de « la petite patrie ». Une communis opinio définit la vertu citoyenne, comprise à l’identique par les élites chrétiennes et juives. Aussi les uns sont-ils capables de reconnaître dans la religion de l’autre des valeurs convergentes. Le fameux procès de Bondavin de Draguignan daté de 1317 livre des témoignages de l’éthique citoyenne commune. Parmi les témoins qu’il produit, Montolieu de Montolieu dit sous serment que le juif est « bon dans sa loi (in sui lege bonum), vertueux, pacifique et tranquille, de bonne renommée et de bonne opinion19 ». Bon prêteur, Bondavin est aussi bon citoyen. Ainsi, en dépit des barrières théoriques, la fides peut appartenir tant à un chrétien qu’à un juif20.

Le service du prince et les conflits de juridiction

  • 21 A. Crémieux, « Les juifs de Marseille au Moyen Âge », art. cit., ici pièce justificative no 2, p. 6 (...)
  • 22 Cecilia Tasca, Gli Ebrei in Sardegna nel xiv secolo. Società, cultura, istituzioni, Cagliari, Deput (...)

10En théorie infidèles, les notables juifs détiennent, en pratique, du pouvoir sur les chrétiens. Ce pouvoir passe notamment par le service du prince. Le médecin et rabbin Bonjuson Bondavin (v. 1355-ap. 1408), réputé grand talmudiste, arrière-petit-fils de Bondavin de Draguignan, « familier de la reine », titre accordé aux hauts fonctionnaires proches de la Couronne, obtient, en 1388, des faveurs au nom de sa communauté21. Il quitte Marseille quelques mois plus tard, en 1389, et part s’installer en Sardaigne. À partir de 1397 au moins, il est médecin du roi d’Aragon Martin Ier (1396-1410), qui le dit judeus fisicus domus nostre. Bonjuson peut alors intervenir en faveur de l’aljama de Cagliari22.

  • 23 C’est le cas en Sicile : voir Henri Bresc, Arabes de langue…, op. cit., p. 112-116 ; dans la Couron (...)
  • 24 Juliette Sibon, « La rouelle des juifs en Provence angevine (1246-1481), un stigmate de l’exclusion (...)
  • 25 AD13 5G 771, fo 106-108v, transcription latine dans Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. ci (...)

11La volonté du prince de maintenir les juifs sous sa juridiction offre d’autres avantages. À l’échelle du comté, le montant de la tallia judeorum est toujours négociable23. Surtout, à l’échelle de la ville, le conflit oppose le comte et la Commune d’une part, le comte et l’évêque, d’autre part. Par exemple, le bras de fer naît entre le Conseil municipal et le tribunal angevin au sujet du port de la rouelle théoriquement imposé aux juifs dans les Statuts de la ville. En 1381, le Conseil demande au viguier de faire rayer cette obligation des registres de la Cour, car elle porte atteinte « à l’antique liberté des juifs24 ». Les litiges s’inscrivent dans la longue durée. Pour preuve, en octobre 1389, le comte Louis II doit réaffirmer par ordonnance que les juifs de Provence sont « sous sa seule protection ». En 1400, l’évêque de Marseille prétend concurremment sa juridiction sur les juifs de la cité dans un Vidimus25.

12Les seules faveurs n’expliquent pas les infléchissements pratiques de la législation sur les juifs. La convergence éthique dans la cité, fruit d’une culture juridique commune aux juifs et aux chrétiens de même rang social, est fondamentale. Parce qu’elle naît de la nécessité d’entretenir un réseau relationnel opératoire sur les marchés, elle se prolonge sur le plan économique.

Les juifs acteurs des marchés

  • 26 Isabelle Theiller, « Les marchés hebdomadaires en Normandie orientale (xive-début xvie siècles) », (...)
  • 27 Voir ici Claude Denjean, La loi du lucre…, op. cit., p. 134.

13Les réflexions récentes sur le concept de « marché » au Moyen Âge invitent à considérer « les marchés » au pluriel26. En effet, aucun système général ne régule l’économie médiévale. Les marchés médiévaux peuvent être compris comme un ensemble de transactions qui génèrent des bénéfices et qui sont connectées par les réseaux de partenaires partageant une éthique économique commune, en gestation depuis le xiiie siècle27.

L’éthique économique commune

  • 28 AD13 3B 843, fol. 399 et sq.
  • 29 Juliette Sibon, « Les experts juifs marseillais au xive siècle. Quand l’infidèle contribue à dire l (...)

14Le recours inattendu du tribunal angevin à l’expertise des juifs s’explique par les valeurs et la culture juridique communes aux deux élites, chrétienne et juive. Il est frappant qu’à Marseille au xive siècle, les juifs soient sollicités pour aider à régler des litiges qui ne requièrent pas de savoir-faire spécifiquement « juifs », liés à la langue hébraïque ou à la halakha, mais aussi pour estimer un bien immobilier, une societas à partir d’actes latins ou la qualité d’un produit. Par exemple, en novembre 1389, le juif Vidalet de Lunel fait appel d’un jugement qui l’a condamné pour avoir accidentellement abîmé le tissu destiné à fabriquer une cotardia pour sa cliente chrétienne Massileta, et lui avoir livré endommagé l’habit neuf28. La première expertise réalisée par un tailleur chrétien donne raison à la cliente. Le défendeur juif obtient alors une contre-expertise, réalisée par deux pareurs de drap (baxiatores) chrétiens, qui affirment que le dommage est, en réalité, un défaut intrinsèque au tissu. Finalement, deux tailleurs juifs confirment les résultats de la seconde expertise29.

  • 30 Juliette Sibon, « Peut-on croire en la parole du juif ? L’homme d’affaires juif à Marseille dans le (...)

15La distinction entre usure légale et illégale est également commune. Le procès qui oppose le médecin et prêteur juif Senhoret de Lunel au chrétien Peyret Galli en 1394 dévoile tout un réseau relationnel fondé explicitement sur une amicitia indifférente à la religion, ainsi que le consensus entre juifs et chrétiens sur l’usure légitime. Senhoret réclame, sans crainte, les intérêts d’un prêt (usura) de 12 florins. La transaction financière s’ancre sur un lien fort et durable, appelé amor et amicitia. La formule ex causa mutui gracie et amoris, jamais omise par le notaire dans les reconnaissances de dette, n’est pas de pure forme30.

Réseaux du grand commerce

  • 31 Édouard Baratier et Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1480, t. 2, Paris, P (...)

16Les deux principales aires d’échanges des négociants juifs marseillais sont les terres de la Couronne d’Aragon (Catalogne, Baléares et Sardaigne) et le Levant. En Occident, ils exportent du corail ouvré, du vin cacher, des produits du terroir (huile et fruits secs), du tartre et des draps. Majorque est, avec la Sardaigne, l’autre destination de prédilection, en relation avec l’Afrique du Nord31. Les négociants juifs de Marseille s’y pourvoient en cire barbaresque et en cuir de Barbarie.

17Parallèlement, leur activité avec les comptoirs orientaux ne faiblit pas, en dépit de l’interdiction théorique de se rendre à Alexandrie. Les juifs y exportent principalement du corail, des toiles, de l’huile et des fruits secs, et importent du poivre, du gingembre et du sucre, destinés à nourrir les échanges internationaux et à être écoulés sur les marchés catalans, de France (Paris) et des Flandres (Bruges). C’est à destination d’Alexandrie que les juifs passent le plus de commandes dans le dernier quart du siècle (près d’une quinzaine recensée entre 1381 et 1384), par l’intermédiaire de mandatés chrétiens.

  • 32 Juliette Sibon, « Bondavin revisité. Le prêteur juif de Marseille Bondavin de Draguignan (v. 1285-1 (...)
  • 33 AD13 391 E 5, fo 28v, 36v, 43v, 58v et 65v.

18Par exemple, dans la première moitié du siècle, Bondavin de Draguignan est l’homme d’affaires juif qui passe le plus de commandes : neuf dans les années 1330 et 1340, dont quatre pour la Sardaigne, deux au Levant (Chypre, Syrie, Alexandrie), une en Italie (Gênes ou Sienne), une à Bougie, et une « outremer », sans précision32. Il expédie des capitaux, des tissus, et du corail. Par exemple, le 24 décembre 1332, il confie une cargaison de corail valant 650 livres aux deux citoyens juifs de Marseille Salomon Alabin et Bonjuda de Nîmes, à destination de Gênes ou de Sienne sur la galée d’un marchand génois. Avec le juif d’Avignon Salomon Samuel Barbenoire, il importe du bois de brésil et du sucre, en poudre et en pains. En outre, Bondavin est le seul juif de Marseille connu pour avoir investi dans la construction navale. En mai 1333, il s’associe à deux fustiers chrétiens, et participe à hauteur d’environ un tiers (soit 676 livres sur 2 080) à la construction du linh appelé Saint-Louis33. Enfin, l’activité commerciale de Bondavin est complétée par un petit commerce de détail, qui émerge incidemment, tel celui des fripes.

19Le volant des activités de Bondavin – et de bien d’autres femmes et hommes d’affaires juifs de Marseille – dans le commerce constitue la face visible d’une organisation entrepreneuriale.

L’entreprise médiévale juive

  • 34 Catherine Verna, « Quelles sources pour quelles entreprises du xiiie au xve siècle ? », dans Ammann (...)

20Parce que les acteurs médiévaux organisent la production de biens et de services destinés à être vendus sur un marché, dans le but de réaliser des gains dans un contexte de concurrence, il est parfaitement légitime et pertinent d’analyser l’entreprise médiévale, sans anachronisme34. Les sources qui permettent de reconstituer les activités économiques des hommes d’affaires juifs marseillais, exhument des organisations de ce type, agricoles comme artisanales.

  • 35 AD13 351 E 53, fo 115v.
  • 36 AD13 391 E 8, fo 15v.
  • 37 AD13 391 E 5, fo 60v.

21Propriétaires fonciers, ils participent, en effet, activement à l’exploitation agricole. L’emphytéote entretient et met en valeur des terres. Par exemple, en octobre 1383, les trois juifs Vital Cassin, Vital Bondavin et Astrug Robert prennent une vigne en emphytéose située aux Terres-Blanques et s’engagent à la tailler, à la fossoyer pour déchausser, à chausser les ceps, ainsi qu’à provigner35. L’entreprise agricole des juifs de Marseille n’est pas seulement viticole. Elle inclut également le remembrement des bastides, ainsi que l’élevage. En mai 1335, Bondavin de Draguignan confie douze de ses vaches à trois éleveurs chrétiens, par contrat de mégerie36. Il possède également des mules, indice discret de sa participation au transport terrestre37.

  • 38 Meritxell Blasco Orellana, José Ramon Magdalena Nom de Deu et Juliette Sibon, « Le pinqas ou carnet (...)

22L’entreprise artisanale juive marseillaise la plus visible est celle du corail, grâce à l’unique source hébraïque marseillaise de la pratique, le pinqas ou « carnet de liaison » de Mordacays Joseph, qui comble, de ce point de vue, les lacunes des sources latines38. Ces notes personnelles, datées d’août 1374 à février 1375, n’étaient pas destinées à être archivées et n’auraient jamais dû parvenir jusqu’à nous. Il est fort probable que le registre échut dans l’étude d’un notaire, ce qui expliquerait sa conservation, impossible si Mordacays l’avait gardé dans un coffre personnel. Les lignes écrites en hébreu à la hâte et difficilement lisibles, truffées de fautes d’orthographe et de grammaire, exhument l’entreprise qu’il met en œuvre depuis sa boutique-atelier, qu’il loue ou qu’il possède. Il collecte la matière première issue de la pêche en mer de Sardaigne, emploie de la main d’œuvre chrétienne et juive, parmi laquelle on identifie d’autres entrepreneurs, tel le chrétien Guillaume de Carry ou encore le juif Mosson Salomon, et de grands marchands, tel le chrétien Louis de Sanne. Les partenariats entre les uns et les autres sont multiples, dans le cadre du contrat d’embauche pour une durée déterminée, en passant par la commande ou l’association commerciale pour une expédition de corail outremer, une vente de radasses ou une expédition de pêche, jusqu’à la société à durée déterminée, renouvelée ou non, entre un capitaliste et un artisan, pour la transformation et l’expédition du corail. Le travail se fait à l’atelier – qui, dans le cas de Mordacays, sert aussi de boutique pour d’autres produits, à savoir des étoffes, des chaussures et des produits alimentaires –, ou à domicile.

  • 39 Juliette Sibon, « Travailler dans une autre communauté de la diaspora au xive siècle. Corailleurs e (...)

23L’entreprise « juive » ne ressortit donc pas à une « économie d’enclave ethnique ». Le marché du corail, étendu entre Provence, Sardaigne et Catalogne, n’est pas monopolisé par les juifs et n’offre pas de forte concentration d’entrepreneurs ni de main d’œuvre juifs39.

24Poreuse, la société urbaine marseillaise l’est à son sommet, assurément. La ségrégation et le cloisonnement font fi des barrières confessionnelles. Les lignes de clivage, qui isolent les gens de même rang social, sont âprement défendues, par les notables des deux sociétés, au détriment de la mythique solidarité communautaire.

Potentiel attractif et limites de l’ouverture

Aires de migrations

  • 40 Noël Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu xive-milieu xve siècles), (...)
  • 41 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., fig. 43, p. 315.
  • 42 Louis Stouff, « Les juifs d’Arles et leurs relations avec les communautés de la Méditerranée occide (...)
  • 43 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., fig. 44, p. 317.

25L’endogamie sociale au sein des élites juives marseillaises a pour corollaire l’exogamie géographique. Les époux et épouses étrangers à Marseille sont principalement originaires du comté. On les repère à Aix-en-Provence, notamment grâce au corpus étudié par Noël Coulet40. Le Comtat Venaissin et Avignon élargissent les horizons matrimoniaux des juifs marseillais, ainsi que le Languedoc (Montpellier, Beaucaire), le Dauphiné (Montélimar) et la Sardaigne (Oristano)41. À l’instar des juifs arlésiens qui ont des parents au-delà de la Provence et du Comtat Venaissin, à savoir jusqu’en Italie (Pise, Prato, dans la Marche d’Ancône et dans le royaume de Sicile) et en Catalogne42, les juifs de Marseille essaiment leur parenté bien au-delà des frontières de la Provence. L’aire géographique des autres liens familiaux entretenus en dehors de Marseille coïncide parfaitement avec celle esquissée par les mariages, à l’exception d’une extension en direction de la Catalogne (Barcelone)43.

  • 44 Ibid., fig. 30, p. 250.
  • 45 Ibid., fig. 32, p. 254.

26Les données relatives à l’immigration juive et néophyte à Marseille, bien que rares, confirment cette aire de rayonnement : en 1395-1396, cinq néophytes barce-lonais qui, apparemment, ne sont pas sur le chemin de l’apostasie du christianisme, sont implantés à Marseille44. Quant à l’émigration, elle s’étire le long des routes commerciales méridionales, en Catalogne et en Sardaigne également45.

  • 46 Ibid., fig. 31, p. 251.

27Surtout, les toponymes anthroponymiques affinent la cartographie des autres communautés avec lesquels les juifs marseillais tissent des liens46. Plus de 95 % des 110 toponymes recensés dans leur nom correspondent à des castra ou des villes du Midi de la France, de Provence, du Languedoc (Narbonne, Lunel, Béziers), du Dauphiné (Étoile), auxquels s’ajoutent Bougie (sous les formes Bogia et Bejaya), et trois villes italiennes (Palerme, Pise, Bari). Tous les toponymes ne correspondent pas à des implantations juives connues, à l’instar d’Aubenas ou de Biot.

28Bien sûr, les données documentaires sont lacunaires. Mais la faiblesse des chiffres s’explique aussi par le protectionnisme dont les élites urbaines marseillaises, juives et chrétiennes, font montre tout au long du siècle, à l’encontre des réfugiés et des concurrents économiques.

L’accueil des exilés ?

  • 47 Émile Camau, La Provence à travers les siècles, Paris, Émile Chevalier, t. IV, 1930, p. 309-311.
  • 48 Céline Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France, Bruxelles, De Boeck, 2008, p. 54.

29En 1306, Robert d’Anjou envisage, dans le sillage de Philippe le Bel, d’expulser les juifs de Provence, et fait procéder à l’inventaire de leurs biens47. Mais son père Charles II annule la mesure à son retour d’Italie, bien qu’il ait lui-même banni mille juifs de son apanage d’Anjou et du Maine en 128948. Peu après sa mort, en 1309, dix-sept évêques demandent à Robert d’exécuter la mesure, mais le comte refuse alors.

  • 49 Armand Lunel, Juifs du Languedoc, de Provence et des États du pape, Paris, Albin Michel, coll. « Pr (...)
  • 50 Céline Balasse, 1306…, op. cit., et Valérie Theiss, « Jean XXII et l’expulsion des juifs du Comtat (...)
  • 51 Juliette Sibon, « La communauté juive de Marseille au début du xive siècle : un refuge pour les exi (...)

30Ainsi, la Provence angevine est perçue comme « une autre Judée49 ». Pourtant, à la lumière du sort réservé à Marseille aux supposés milliers de bannis jetés sur les routes de l’exil dans la première moitié du siècle – depuis le royaume de France en 1306 et en 1327, depuis les États du pape en 1321-132250 –, l’accueil semble avoir été limité, à Marseille en particulier. Force est de constater, en effet, le silence des sources latines qui ne livrent aucune trace d’immigration juive massive à Marseille au lendemain de 1306. Une seule famille est possiblement originaire de Tsarfat (Île-de-France, Champagne, Normandie ou Pays de la Loire), celle des Cohen-Francisci, qui connaît, au sein de la communauté juive, une success story après 135051.

  • 52 Fred Menkès, « Une communauté juive en Provence au xive siècle. Étude d’un groupe social », Le Moye (...)
  • 53 Camille Arnaud, Essai sur la condition des juifs en Provence au Moyen Âge, Forcalquier, A. Masson, (...)

31Déjà à Trets, Fred Menkès a observé que les notables juifs n’ont pas fait bon accueil à leurs coreligionnaires expulsés en 130652. Certes, à Marseille, le contexte est alors troublé : la fête de Pourim, empreinte d’antichristianisme, donne lieu, cette année-là, à la condamnation de toute la communauté juive par l’évêque puis par le tribunal angevin, parce qu’un juif a organisé des jeux jugés injurieux pour le christianisme53. Mais cela ne suffit pas à expliquer la fermeture des juifs de Marseille, indubitablement liée au protectionnisme de leurs élites.

De la solidarité en diaspora

32Revenons aux activités économiques des juifs, qui exhument les manœuvres de protectionnisme des notables juifs marseillais au xive siècle. Les plus puissants forgent des associations sur le long terme exclusivement entre eux. Parallèlement, ils sollicitent un réseau de courtiers juifs qu’ils cantonnent au rôle de procureurs et de mandatés. Ainsi, dans le dernier tiers du siècle, Léon Passapayre, Salomon de Bédarrides et son beau-frère Cregut Profach tissent des relations exclusives et hiérarchisées, afin de monopoliser les liens d’affaires avec le patriciat urbain chrétien. Ils consolident leur position en renouvelant régulièrement leur collaboration par le biais de contrats de société de courte durée, à l’instar des associations périodiquement contractées entre Cregut Profach et les Bédarrides dans les années 1380 et 1390. C’est une relation entre pairs, qui n’est pas du clientélisme, on l’a vu.

  • 54 AD13 351 E 675, fo 23-46, et 3 B 96, fo 103-116.

33En revanche, avec leurs commandités, leurs relations sont étonnamment plus versatiles et facilement rompues par des procès en diffamation qui, par exemple, opposent ces notables les plus fortunés à Dieulosal Astruc, Salvet Taviani et aux frères Fosson et Mosson Salomon. Tous quatre sont alors suffisamment présents sur le marché du corail pour menacer la position dominante des grands marchands-entrepreneurs dans ce secteur54.

Conclusion

  • 55 Avner Greif, « Reputations and Coalitions in Medieval Trade : Evidence on the Maghribi Traders », T (...)
  • 56 Juliette Sibon, « Travailler dans une autre communauté… », art. cit., et « Peut-on croire en la par (...)

34Ainsi, contrairement au fonctionnement de la diaspora des juifs originaires du califat abbasside et immigrés en Ifriqiya au xie siècle tel que l’a décrit Avner Greif55, la confiance entre les partenaires juifs d’Europe méditerranéenne au bas Moyen Âge ne se fonde pas sur l’appartenance à la même communauté d’origine. Elle s’établit entre acteurs de même rang social, dont les liens d’amicitia transcendent les différences religieuses56. Certes, les notables juifs ne sont pas à égalité avec les chrétiens, puisque leur statut juridique est discriminant ; mais ils sont traités avec équité. Leur insertion et leur rayonnement ne passent pas par des vecteurs classiquement retenus dans le cadre d’une diaspora, à savoir ni l’indéfectible solidarité entre coreligionnaires ni la préférence communautaire dans les affaires. Ils se fondent sur la convergence éthique des élites, chrétiennes et juives, tant sur le plan politique qu’économique. Les juifs ne sont donc pas les victimes de la moralisation de l’économie : ils en sont des acteurs à part entière. La ville du bas Moyen Âge, qui ouvre la civitas à toutes les élites urbaines, est le creuset d’une dynamique culturelle qui donne naissance à une morale commune. Dans ce contexte, en dépit des apparences trompeuses nées d’une lecture trop rapide des sources normatives, aucun symptôme de mise en place de mécanismes d’exclusion des juifs n’est exhumé.

Notes

1 Édouard Baratier, dans Jacques Dupâquier, Histoire de la population française, vol. 1, Des origines à la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 252-254, et Bernhard Blumenkranz, « Pour une géographie historique des juifs en Provence médiévale », Bulletin philologique et historique, no 50, 1965, Paris, 1968, p. 611-622.

2 Édouard Baratier, La démographie provençale du xiiie au xvie siècle, Paris, SEVPEN, 1961, p. 70.

3 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille au xive siècle, Paris, Cerf, coll. « Nouvelle Gallia judaica », 2011.

4 Voir notamment Samantha Kelly, The New Salomon. Robert of Naples (1309-1343) and xivth Century Kingship, Leiden-Boston, Brill, 2003.

5 Danielle Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, Droz, 1981 ; Juliette Sibon, « Échanges de pratiques et de savoirs entre médecins juifs et chrétiens à Marseille au xive siècle », dans Abdellatif Rania, Benhima Yassir, König Daniel et Ruchaud Elisabeth, Acteurs et transferts culturels en Méditerranée médiévale, Munich, Oldenburg Verlag, 2012, p. 156-167.

6 Benjamin de Tudèle, The Itinerary of Benjamin of Tudela, éd Marcus Nathan Adler, Londres, Oxford University Press, 1907, p. 4-5, et Adolphe Neubauer, « Documents inédits », Revue des Études Juives, no 9, 1885, p. 214-215.

7 Ce travail s’effectue au sein de l’équipe de recherche JACOV (Framespa), dont les travaux sont présentés en ligne : http://jacov.univ-tlse2.fr/

8 Nous proposons ici une synthèse des principaux travaux, menés seule ou en collaboration, depuis la thèse de doctorat.

9 Jacques Bottin et Donatello Calabi, Les étrangers dans la ville. Minorités et espaces urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1999.

10 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., notamment p. 196-198, et « La communauté juive dans la cité : la juiverie de la ville basse », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée : les horizons d’une ville portuaire, Paris, Désiris, 2009, p. 111-114.

11 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., p. 258-261 et p. 230-231.

12 Claude Denjean, Juliette Sibon, Sandrine Victor, « Le notaire et l’étranger. Réflexion comparative sur les statuts des juifs et des chrétiens non-citoyens dans les archives notariales provençales et catalanes (xiiie-xve s.) », dans Apparition et diffusion du notariat méridional, colloque d’Albi, Archives départementales du Tarn, 25-27 septembre 2012.

13 Danièle Sansy, « L’image du juif en France du Nord et en Angleterre du xiie au xve siècle », thèse de doctorat non publiée, Université Paris X-Nanterre, 1993, p. 328.

14 A. Crémieux, « Les juifs de Marseille au Moyen Âge », Revue des Études Juives, no 47, 1904, p. 62-86, ici pièce justificative no 1, p. 62-63.

15 Henri Bresc, Arabes de langue, juifs de religion. L’évolution du judaïsme sicilien dans l’environnement latin, xiie-xve siècles, Paris Bouchène, 2001, p. 109-111.

16 Claude Denjean et Juliette Sibon, « Citoyenneté et fait minoritaire dans la ville. Étude comparée des juifs de Marseille et de la Couronne d’Aragon au bas Moyen Âge », Revue d’Histoire urbaine, no 32, 2011, p. 73-100.

17 Régine Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Paris-Monaco, A. Picard, 1949.

18 Voir infra.

19 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD13) 3B 7, fol. 28 et 38v, traduits et publiés dans Joseph Shatzmiller, Shylock revu et corrigé. Les juifs, les chrétiens et le prêt d’argent dans la société médiévale, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 195.

20 Juliette Sibon, « La fides des infidèles. Les courtiers juifs de Marseille au xive siècle », dans Grévin Benoît, Nef Annliese et Tixier Emmanuelle, Chrétiens, juifs et musulmans dans la Méditerranée médiévale, Hommage en l’honneur d’Henri Bresc, Paris, Boccard, 2008, p. 103-114.

21 A. Crémieux, « Les juifs de Marseille au Moyen Âge », art. cit., ici pièce justificative no 2, p. 63-64.

22 Cecilia Tasca, Gli Ebrei in Sardegna nel xiv secolo. Società, cultura, istituzioni, Cagliari, Deputazione di storia patria per la Sardegna, 1992, pièce justificative DCCXXII, p. 617-618.

23 C’est le cas en Sicile : voir Henri Bresc, Arabes de langue…, op. cit., p. 112-116 ; dans la Couronne d’Aragon : voir Yom Tov Assis, The Golden Age of Aragonese Jewry. Community and Society in the Crown of Aragon, 1213-1327, London and Portland, Ore : Littman, 1997, p. 180 ; et à Marseille : voir Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., p. 363-364.

24 Juliette Sibon, « La rouelle des juifs en Provence angevine (1246-1481), un stigmate de l’exclusion ? », Diasporas. Histoire et sociétés, no 16, 2010, p. 29-43.

25 AD13 5G 771, fo 106-108v, transcription latine dans Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit, p. 543-546.

26 Isabelle Theiller, « Les marchés hebdomadaires en Normandie orientale (xive-début xvie siècles) », thèse de doctorat non publiée, Université Paris VII, 2004 ; Claude Denjean, La loi du lucre. L’usure en procès dans la Couronne d’Aragon à la fin du Moyen Âge, Madrid, Casa de Velázquez, 2011 ; Mathieu Arnoux, Le temps des laboureurs. Travail, ordre social et croissance en Europe (xie-xive siècle), Paris, Albin Michel, 2012.

27 Voir ici Claude Denjean, La loi du lucre…, op. cit., p. 134.

28 AD13 3B 843, fol. 399 et sq.

29 Juliette Sibon, « Les experts juifs marseillais au xive siècle. Quand l’infidèle contribue à dire le droit », dans Expert et expertise au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 287-299.

30 Juliette Sibon, « Peut-on croire en la parole du juif ? L’homme d’affaires juif à Marseille dans les relations économiques au xive siècle », dans Cottret Monique et Galand Caroline, Croire ou ne pas croire, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, p. 241-260.

31 Édouard Baratier et Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille de 1291 à 1480, t. 2, Paris, Plon, 1951, p. 103.

32 Juliette Sibon, « Bondavin revisité. Le prêteur juif de Marseille Bondavin de Draguignan (v. 1285-1361), suite et fin », Le Moyen Âge, no 118, 3-4, 2012, p. 643-661.

33 AD13 391 E 5, fo 28v, 36v, 43v, 58v et 65v.

34 Catherine Verna, « Quelles sources pour quelles entreprises du xiiie au xve siècle ? », dans Ammannati Francesco, Dove va la storia economica ? Metodi e prospettive secc. xiii-xviii, Florence, 2011, p. 339-372.

35 AD13 351 E 53, fo 115v.

36 AD13 391 E 8, fo 15v.

37 AD13 391 E 5, fo 60v.

38 Meritxell Blasco Orellana, José Ramon Magdalena Nom de Deu et Juliette Sibon, « Le pinqas ou carnet personnel en hébreu de Mordacays Joseph (1374-1375), corailleur juif de Marseille », Revue des Études Juives, à paraître.

39 Juliette Sibon, « Travailler dans une autre communauté de la diaspora au xive siècle. Corailleurs et médecins juifs entre Provence, Catalogne et Sardaigne », Cahiers de la Méditerranée, no 84, 2012, p. 19-37.

40 Noël Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu xive-milieu xve siècles), 2 vol., Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 1988.

41 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., fig. 43, p. 315.

42 Louis Stouff, « Les juifs d’Arles et leurs relations avec les communautés de la Méditerranée occidentale au bas Moyen Âge », dans Miège Jean-Louis, Les relations intercommunautaires juives en Méditerranée occidentale, xiiie-xxe s., Paris, Éditions du CNRS, 1984, p. 9-22, et carte p. 20.

43 Juliette Sibon, Les juifs de Marseille…, op. cit., fig. 44, p. 317.

44 Ibid., fig. 30, p. 250.

45 Ibid., fig. 32, p. 254.

46 Ibid., fig. 31, p. 251.

47 Émile Camau, La Provence à travers les siècles, Paris, Émile Chevalier, t. IV, 1930, p. 309-311.

48 Céline Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France, Bruxelles, De Boeck, 2008, p. 54.

49 Armand Lunel, Juifs du Languedoc, de Provence et des États du pape, Paris, Albin Michel, coll. « Présences du judaïsme », 1975, p. 13.

50 Céline Balasse, 1306…, op. cit., et Valérie Theiss, « Jean XXII et l’expulsion des juifs du Comtat Venaissin », Annales. Histoire, sciences sociale, no 67, 1, 2012, p. 41-77.

51 Juliette Sibon, « La communauté juive de Marseille au début du xive siècle : un refuge pour les exilés du royaume de France ? », dans Iancu-Agou Danièle, Philippe le Bel et les juifs du royaume de France (1306), Paris, Cerf, coll. « Nouvelle Gallia judaica », 2012, p. 175-186.

52 Fred Menkès, « Une communauté juive en Provence au xive siècle. Étude d’un groupe social », Le Moyen Âge, no2 et no3-4, 1971, 4e série, p. 277-303 et p. 417-450, ici no2, p. 297-298.

53 Camille Arnaud, Essai sur la condition des juifs en Provence au Moyen Âge, Forcalquier, A. Masson, 1879.

54 AD13 351 E 675, fo 23-46, et 3 B 96, fo 103-116.

55 Avner Greif, « Reputations and Coalitions in Medieval Trade : Evidence on the Maghribi Traders », The Journal of Economic History, no 49/4, 1989, p. 857-882.

56 Juliette Sibon, « Travailler dans une autre communauté… », art. cit., et « Peut-on croire en la parole de l’homme d’affaires juif ?… », art. cit.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search