Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et urbanisation

La ville et la mer

L’exemple de Famagouste

Catherine Otten-Froux

Résumé

La ville de Famagouste, création byzantine sur la côte orientale de l’île de Chypre, s’est développée pendant la période franque, grâce à sa fonction portuaire et à sa position géographique proche de la Terre sainte. Après avoir profité du rôle que pouvait jouer Chypre sur l’échiquier politique et économique en Méditerranée orientale jusqu’à la fin du xiiie siècle, Famagouste a été le moteur du développement économique de l’île après la perte de la Terre sainte par les chrétiens, concentrant les activités d’échange des marchands occidentaux, génois, vénitiens et catalans, grâce à sa position de dernier bastion chrétien face au monde musulman. Elle jouit ensuite du monopole du grand commerce, pourtant en déclin, pendant les 80 ans de domination génoise (1383-1464). Au xive siècle, la ville entourée de remparts présente tous les éléments nécessaires au commerce maritime : petit port intérieur, arsenal, môle et ponton pour le déchargement des marchandises, bâtiment du comerc (douanes), loges des marchands italiens, poids public, magasins privés et publics.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Wilbrandi de Oldenburg, Peregrinatio, dans Peregrinatores medii aevi quatuor, éd. Johann Christian (...)

1En 1211, lors de son voyage en terre Sainte, Willebrand d’Oldenbourg fait escale à Chypre ; après être passé par Kyrénia, Nicosie, Limassol, il se rend au monastère de Stavrovouni puis atteint Famagouste, « une cité bâtie près de la mer, avec un bon port, faiblement fortifiée1 ». Plus d’un siècle et demi plus tard, en 1395, le notaire italien Nicola de Martoni passe par la même ville ; il l’évoque ainsi :

  • 2 Texte latin et traduction italienne dans Io Notaio Nicola de Martoni. Il pellegrinaggio ai luoghi s (...)

La ville de Famagouste est grande à mon avis, comme la ville de Capoue, et elle a de belles rues et des demeures presque semblables à celles de Capoue, mais une grande partie, presque le tiers, est inhabitée, et les maisons sont en ruines, et cela s’est produit depuis l’époque de la domination des Génois. […] La citadelle de cette cité est assez belle et presque toute dans la mer, sauf peut-être un quart du côté de la ville, partie dans laquelle se trouvent de beaux fossés maçonnés des deux côtés. L’eau de mer remplit ces fossés, qui restent ainsi toujours pleins de cette eau de mer. Aussi cette citadelle est-elle inexpugnable. La ville de Famagouste elle-même a un assez beau port, à l’abri de tous les vents. Dans ce port, devant une porte de la ville, s’étire un pont de bois long d’un jet de pierre ; les navires y accostent et c’est par ce pont qu’on porte les marchandises sur les navires2.

2Plus loin, Nicola reprend sa description :

  • 3 Ibid., p. 140.

La ville de Famagouste est pour partie près de la mer, et pour une autre partie, plus importante, à l’écart de la mer. Elle est ceinte de très beaux fossés creusés des deux côtés. Toute la ville, ainsi que ses remparts, est assise sur des roches de marbre très dur, de sorte que nul ne peut les creuser. Il y a dans cette ville du côté de la mer un grand et bel arsenal, comparable à celui de Naples. Jadis cette cité, il y a bien cent ans, était située et construite au lieu dit Costanza, à quatre milles de Famagouste. On appelait cette cité Costanza, du nom du roi Constant, père de la bienheureuse Catherine, qui la fit construire. Elle était à deux milles de distance de la mer et ne possédait pas de port. Après que la ville d’Acre, dernière ville de Syrie, eut été perdue par les Chrétiens, tous les gens d’Acre qui s’étaient échappés s’enfuirent vers l’île de Chypre. C’est alors que l’antique cité de Constance fut transférée à l’endroit où s’élève maintenant Famagouste3.

3Nicola de Martoni brosse donc une image assez claire, même si elle est inexacte chronologiquement, de l’histoire de Famagouste et des liens de la ville avec la mer. L’historien du xxie siècle peut à l’aide de l’observation archéologique et de la documentation importante laissée par les notaires italiens préciser cette image. Un bref rappel du passé antique et byzantin permet de comprendre comment l’histoire de l’île a dessiné le développement de la ville jusqu’à ce qu’au contraire l’histoire de la ville à partir du xiiie siècle détermine l’histoire de l’île entière. Dans un second temps, nous verrons comment se marque l’influence de la mer dans le développement urbanistique et commercial de la ville.

Une histoire déterminée par l’histoire de l’île

4Famagouste est située au bord de la mer sur la côte orientale de l’île de Chypre au fond d’un golfe qui l’abrite des vents du nord, de l’ouest et du sud (fig. 1). Elle est située au débouché d’une plaine, la Messarée, qui s’étend depuis Nicosie la capitale de l’île, jusqu’à la mer ; cette plaine, traversée par un fleuve, le Pedion, était au Moyen Âge favorable à la culture céréalière. Toutefois une barre rocheuse parallèle à la côte, exploitée comme carrière, gêne l’écoulement des eaux du Pedion et favorise la formation de lacs et zones marécageuses, ce qui rend le climat malsain.

  • 4 Sur l’histoire générale de Chypre voir George Hill, A History of Cyprus, vol. 1-3, Cambridge, 1940- (...)
  • 5 Michael Metcalf, Byzantine Cyprus, 491-1191, Nicosie, 2009 ; Luca Zavagno, « At the Edge of Two Emp (...)

5Ville de fondation récente, elle est le résultat d’un déplacement de l’habitat vers le sud le long de la côte du golfe, à partir de Salamis, cité antique abandonnée à la suite de tremblements de terre au ive siècle, reconstruite grâce à l’empereur Constance II sous le nom de Constantia. De ce site demeurent les restes de différents bâtiments, notamment de grandes basiliques paléochrétiennes mises au jour par les archéologues, l’une dédiée à St Epiphane, l’autre connue sous le nom de Campanopetra. On devine les traces du port antique visibles sous la mer. Ces vestiges témoignent d’une île riche et peuplée, tôt christianisée. L’arrivée des Arabes en Méditerranée et leurs conquêtes d’une partie des territoires byzantins, notamment de l’Égypte et de la Syrie-Palestine entraînent d’importants changements économiques et politiques. Chypre est prise au milieu du viie siècle, un condominium arabo-byzantin y est instauré. Cette période est très mal documentée, qualifiée de siècles obscurs, et considérée comme une période d’assoupissement des activités économiques. C’est vraisemblablement le moment où Constantia décline aussi. L’île semble sombrer dans l’oubli, elle n’est plus au centre de la zone d’activité byzantine4. Les recherches récentes tendent cependant à rééquilibrer quelque peu cette vision négative grâce aux découvertes archéologiques et aux études numismatiques5.

6Au xe siècle, les Byzantins reprennent l’initiative militaire. Nicéphore Phocas reconquiert la Crète, puis l’île de Chypre en 965, la Cilicie et une partie de la Syrie et finalement Antioche en 969. Le site de Salamis-Constantia quasi abandonné au moment des raids arabes, renaît un peu plus au sud du site précédent, avec la fondation d’Amochostos/Famagouste à une date inconnue. De l’histoire de la ville pendant la période byzantine, nous ne savons rien en l’absence de fouilles archéologiques. Les rares sources écrites byzantines qui mentionnent l’île restent vagues pour les xe, xie siècles.

  • 6 Cyril Mango, « Chypre au carrefour du monde byzantin », xve congrès international d’Études byzantin (...)
  • 7 Voir Élisabeth Malamut, « Chypre au xiie siècle », Epetèrida, no 36, 2011-2012, p. 9-50. Sur Famago (...)
  • 8 Raimondo Morozzo della Rocca, Attilio Lombardo, Documenti del commercio veneziano nei sec. xi-xiii, (...)
  • 9 Tassos Papacostas, « Secular Landholdings and Venetians in 12th Century Cyprus », Byzantinische Zei (...)

7Au xiie siècle l’arrivée des Croisés de la 1re croisade dans cette partie de la Méditerranée met en lumière une île qui peut servir de point de rassemblement de la flotte byzantine (rassemblement de la flotte de Kontostéphanos), de lieu de refuge pour les Byzantins menacés par les Croisés (le patriarche grec d’Antioche s’y réfugie), d’escale et lieu de ravitaillement des flottes croisées (flotte pisane de Daimbert, flotte vénitienne)6. En même temps que les Croisés, les marchands italiens voient rapidement les avantages de Chypre. Mais Famagouste apparaît peu dans la documentation7. Les ports fréquentés alors par les marchands latins, sont les villes de l’ouest de l’île, Paphos, première escale en provenance d’Occident, et Limassol sur la côte sud ; ce sont ces deux villes qui sont nommées dans les rares contrats commerciaux vénitiens8. Et c’est à Limassol qu’une petite communauté vénitienne s’installe au xiie siècle9. La conquête de l’île par Richard Cœur de Lion a lieu en 1191 au cours de la IIIe croisade ; le roi d’Angleterre, en route pour reconquérir Jérusalem et des villes du royaume perdues à la suite de la défaite de Hattin (1187), débarque à Chypre pour venger le mauvais accueil fait à sa sœur et sa fiancée Bérangère de Navarre par Isaac Comnène, gouverneur de l’île, autoproclamé empereur. Au cours de la conquête un affrontement a lieu entre l’armée de Richard et celle d’Isaac près de Famagouste. C’est alors que ce port, pourtant siège d’un évêché byzantin, est cité pour la première fois dans les sources occidentales.

8La conquête se termine par un succès de Richard, qui vend l’île aux Templiers. Ces derniers ne peuvent s’y maintenir, ils restituent Chypre à Richard qui la confie alors, moyennant le paiement de la somme encore due, à Guy de Lusignan, le roi de Jérusalem vaincu à Hattin. Guy devient seigneur de l’île. Face aux habitants grecs de rite byzantin, il s’efforce d’attirer une population latine soit parmi les réfugiés de Terre Sainte, soit en favorisant une immigration en provenance d’Occident. Son frère et successeur Aimery obtient la couronne royale (1196-1205) et établit définitivement la dynastie des Lusignans dans l’île jusqu’à la fin du xve siècle. À partir de ce moment Chypre tombe dans l’orbite occidentale, un clergé latin est mis en place ainsi qu’une société féodale très liée au royaume de Jérusalem ou à ce qui en reste, les chevaliers étant souvent possessionnés dans les deux territoires à l’exemple des Ibelins. Les marchands italiens ont très vite vu les avantages économiques à tirer de cette nouvelle situation et se sont rapprochés du pouvoir royal pour essayer d’en obtenir des avantages.

  • 10 Sur l’église latine à Chypre, voir Nicholas Coureas, The Latin Church in Cyprus, 1195-1312, Aldersh (...)

9Quant à Famagouste, la ville reste toujours très peu citée dans les sources écrites. Cependant on peut lui supposer déjà une certaine importance du fait de l’établissement dès 1196 d’un des quatre évêchés latins10. Pendant tout le xiiie et une partie du xive siècle, la situation de Famagouste suit celle du royaume de Chypre, c’est-à-dire une affirmation progressive de son rôle de plaque tournante du commerce des Occidentaux en Méditerranée orientale. Famagouste participe de plus en plus étroitement à la prospérité économique du royaume, jusqu’à en être le moteur à la fin du xiiie siècle, éclipsant Paphos et surtout Limassol.

10La prospérité de Famagouste se fonde alors sur le commerce maritime animé par les marchands italiens et probablement aussi syriens, c’est-à-dire les non-latins venant de Syrie-Palestine.

D’une ville secondaire au principal emporium chrétien en Méditerranée orientale

  • 11 Catherine Otten-Froux, « Les “Italiens” à Chypre (fin xiie-fin xve siècles) », dans Fourrier Sabine (...)
  • 12 Respectivement pour le privilège de 1218 : Louis de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le (...)
  • 13 Filippo da Novara, Guerra di Federico II in Oriente (1223-1242), éd. Silvio Melani, Naples, 1994, p (...)
  • 14 Giuseppe Müller, Documenti sulle relazioni delle città toscane coll’Oriente cristiano e coi Turchi (...)
  • 15 Mas Latrie, Histoire, II, p. 102-108.
  • 16 Cornelio Desimoni, « Quatre titres des Génois à Acre et Tyr », Archives de l’Orient Latin 2, Paris, (...)
  • 17 Catherine Otten-Froux, « Les Pisans en Chypre au Moyen Âge », Praktika tou deuterou diethnous kypri (...)

11Au cours du xiiie siècle, les marchands italiens obtiennent dans l’île de Chypre des privilèges comparables à ceux dont ils jouissaient dans le royaume de Jérusalem : territoriaux, (maisons, bâtiment public, logia), juridiques (consul qui les représente), économiques (abaissement ou exemptions de taxes)11. Les Génois obtinrent par le privilège de 1218 de la reine Alice, confirmé dans celui de 1232 du roi Henri Ier, un premier terrain à Famagouste ainsi qu’à Limassol et des avantages fiscaux12. Henri Ier voulait ainsi les récompenser de l’aide qu’ils lui avaient apportée au moment du conflit avec les représentants de Frédéric II13. Les tout premiers privilèges pour Pise comme pour Venise ont été perdus, ceux qui nous sont parvenus datent de 1291 pour Pise14 et de 1306 pour Venise15. La présence effective à Famagouste des Génois est bien attestée dès la première moitié du xiiie siècle dans un inventaire de 1249 qui enregistre l’existence d’un palais de la commune dans la ville16. Au contraire, Vénitiens et Pisans eurent leur représentant à Limassol jusque dans les années 129017. L’intérêt pour Chypre des Vénitiens, Pisans et Génois ainsi que les raisons de leur succès commercial résident dans l’intégration du nouveau comptoir dans le réseau commercial tissé avec l’empire byzantin (Constantinople surtout), la Terre Sainte (Acre) et l’Égypte (Alexandrie) où les Italiens ont établi des comptoirs.

  • 18 David Jacoby, « The rise of a new emporium in the eastern Mediterranean : Famagusta in the late thi (...)
  • 19 Jean Richard, « La situation juridique de Famagouste dans le royaume des Lusignans », Praktika tou (...)

12Famagouste n’arrive véritablement sur le devant de la scène économique qu’à la fin du xiiie siècle, sous le règne du roi Henri II, quand les villes de Terre Sainte sont progressivement reconquises par les Mamelouks d’Égypte à partir des années 1260 et jusqu’à la chute d’Acre en 1291, qui met un point final à la présence latine en Syrie-Palestine18. Avec cette reconquête mamelouke, un grand nombre d’habitants choisissent de venir s’installer à Chypre, en face de la côte de Syrie-Palestine et dernière place chrétienne dans cette partie de la Méditerranée. La ville devenue ville refuge, connaît un accroissement démographique considérable qui se marque dans son développement monumental. Famagouste recueille en quelque sorte l’héritage franc de Terre Sainte, héritage souligné par le fait que les rois de Chypre sont également rois de Jérusalem depuis 1269. De fait, après avoir reçu la couronne de Chypre à Nicosie la capitale, ils sont couronnés rois de Jérusalem à Famagouste dans la cathédrale ; de plus l’évêché de Famagouste est jumelé avec celui de Tortose19.

  • 20 Sur les relations avec le royaume arménien de Cilicie, Nicholas Coureas, « Lusignan Cyprus and Less (...)
  • 21 Accès facile aux textes dans C. Delaval Cobham, Excerpta Cypria, op. cit., p. 16-20.
  • 22 Leontios Makhairas, Recital concerning the Sweet Land of Cyprus entitled « Chronicle », éd. Richard (...)

13Famagouste voit arriver dans son port non seulement les grandes nefs venues d’Italie, de Catalogne, de Provence, apportant les textiles et métaux d’Occident, et venant chercher des épices (poivre, gingembre, cannelle) et productions locales (sucre, coton), mais aussi toute une quantité de vaisseaux de taille moyenne et de petite taille qui assurent le cabotage dans les eaux chypriotes, les liaisons avec la côte syrienne, et avec la côte micrasiatique du royaume arménien de Cilicie20. La richesse de la ville devient presque légendaire pendant la première moitié du xive siècle comme en témoignent Ludolph de Sudheim et Jacques de Vérone21, ou les chroniqueurs comme Machairas. Ce dernier raconte plusieurs anecdotes montrant la richesse des frères Lachas, François et Nicolas, qui en présence du roi et des chevaliers font brûler du bois d’aloès dans la cheminée pour cuire la nourriture ; puis après le souper alors qu’ils jouent aux dés, François Lachas fait apporter par quatre hommes un grand plat rempli de perles et de pierres précieuses et quatre escarboucles au centre ; dans un coin de la pièce il amasse des ducats, dans un autre des gros (pièces d’argent) et des séraphins (pièces d’or d’Inde) – quatre-vingts tapis de soie sont posés sur le sol, et ils sont assis sur certains – ; en guise de cadeau il donne au roi, à ses frères et aux douze chevaliers des perles et non des confiseries, et les autres chevaliers prennent ce qu’ils peuvent, la pièce ayant été mise dans le noir pour mettre en valeur les escarboucles. Une autre fois, il fait un cadeau de 10 000 ducats au roi après une bonne affaire. Machairas raconte aussi qu’un jour un pirate catalan est arrivé avec une pierre de prix à vendre pour 4 000 ducats ; François Lachas habillé de manière pauvre, déclare alors vouloir acheter la pierre, et donne en gage quatre bagues au Catalan réticent. Puis il prend la pierre et amène le Catalan chez lui ; il fait acheter des haricots, fait broyer la pierre et la sert en assaisonnement des haricots. Le Catalan s’inquiète alors d’avoir perdu une pierre précieuse. Mais François Lachas emmène le Catalan vers les magasins (machazenia) et les ouvre devant lui, pleins d’argent, d’or et d’épices22.

  • 23 Édition des actes de Lamberto di Sambuceto : Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da La (...)
  • 24 Nicola de Boateriis, notaio in Famagosta e Venezia (1355-1365), éd. Antonino Lombardo, Venise, 1973 (...)
  • 25 Michael Metcalf, Corpus of Lusignan coinage (Texts and studies of the history of Cyprus 21, 29, 35) (...)
  • 26 Francesco Balducci Pegolotti, La Pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass), 1936.

14Pendant la première moitié du xive siècle, l’activité commerciale de la ville ne fait pas de doute comme en témoignent à côté de ces anecdotes, les nombreux actes souvent analysés des notaires génois Lamberto di Sambuceto, Giovanni de Rocca, qui instrumentèrent à Famagouste entre les années 1296 et 131023, puis des notaires vénitiens Nicola de Boateriis et Simeone pour les années 1360-137024, ainsi que les documents catalans, contrats de commande ou livres de marchands. Pour soutenir cette prospérité, le royaume est également doté d’une bonne monnaie : le besant blanc frappé jusqu’au milieu du règne de Henri II ; c’est une monnaie alliant or et argent sur le modèle byzantin avec beaucoup d’argent d’où son nom, puis à partir de Henri II le besant blanc devient une monnaie de compte subdivisée en 24 carats, laissant la place comme monnaie réelle au gros, monnaie d’argent de valeur stable. On sait qu’il y avait 2 ateliers monétaires, l’un à Nicosie la capitale, l’autre à Famagouste, mais on ignore leur localisation précise dans la ville25. La monnaie royale a cours dans toute l’île, de même que poids et mesures sont royaux et donc semblables partout, les livres de marchands les qualifient d’ailleurs de poids et mesures de Famagouste26.

  • 27 Michel Balard, « La popolazione di Famagusta all’inizio del secolo xiv », La Storia dei Genovesi, t (...)

15La population telle qu’elle apparaît dans les actes notariés est très variée27 par ses occupations : marchands, artisans, qualifiés de bourgeois de Famagouste, membres des communautés ecclésiastiques, quelques nobles. Les habitants de Famagouste se distinguent aussi selon leur religion ou leur langue : des Grecs certainement mais qui apparaissent rarement dans la documentation, latine il est vrai, des Latins en grand nombre, Francs de Terre Sainte, mais aussi Italiens (Génois, Vénitiens et Pisans surtout), Catalans, Provençaux, mais aussi des gens non soumis à la « loi de Rome », « Syriens », chrétiens orientaux (Arméniens, Coptes, Jacobites, Nestoriens, etc.), juifs, qui vont pouvoir continuer à faire du commerce avec les Musulmans, à apporter des épices sans craindre les condamnations pontificales puisqu’un devetum (interdiction de commercer avec les musulmans) avait été décrété dès la chute d’Acre en 1291. C’est une population qui connaît une croissance démographique importante due surtout à l’immigration massive, et qui constitue un foyer de consommation et de production qu’il faut approvisionner, une population qu’il faut loger et encadrer spirituellement.

16De port secondaire parmi d’autres, jusqu’au milieu du xiiie siècle, la ville de Famagouste est devenue LE grand port de Chypre au fur et à mesure des reconquêtes musulmanes en Terre Sainte et du développement économique de l’Occident. Cet essor a contribué à la mise à l’écart progressif des autres ports de la côte sud de l’île. Seules deux villes sont véritablement importantes dans l’île, Nicosie, la capitale politique, lieu de résidence du roi et de la cour, et Famagouste, la capitale économique. L’île de Chypre a profité de sa position géographique à proximité de la Terre Sainte et de la côte cilicienne pour créer un espace économique desservi par un port « nouveau ». C’est l’activité maritime de Famagouste qui a contribué à créer la réputation de richesse de l’île entière, situation qui se maintient jusqu’au règne de Pierre Ier.

Une histoire qui contribue à déterminer l’histoire de Chypre

  • 28 Le traité est conservé à l’Archivio di Stato di Genova (A.S.G.), Materie Politiche, 2728, mazzo 9/1 (...)
  • 29 Carlo Sperone, Real Grandezza, op. cit., p. 116-137 ; dernière édition : I Libri Iurium, vol. II/3, (...)
  • 30 Doris Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie–milieu xve siècle) (...)
  • 31 Voir les listes de destinations dans Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moye (...)

17La concurrence entre marchands génois et vénitiens est âpre, chacun voulant évincer l’autre, avoir une position exclusive et imposer un monopole commercial à son profit. Cette rivalité qui mène à une guerre en 1373-1374 entre Gênes et les troupes royales de Pierre II, marque un tournant dans l’histoire de Famagouste et de l’île de Chypre. C’en est fini de la prospérité de Famagouste et de l’île entière. En effet, les Génois sortent victorieux de cette guerre ; ils ont ravagé l’île et se sont emparés de la ville de Famagouste. Finalement un traité est signé en octobre 1374, selon lequel le roi doit payer des sommes très importantes aux Génois qui reçoivent en gage la ville de Famagouste, à charge pour eux de l’administrer et de la défendre ; de plus ils emmènent à Gênes des nobles chypriotes comme otages28. À la mort de Pierre II et comme ce dernier n’avait pas fini de payer les sommes dues, les Génois imposent à Jacques Ier, son oncle et successeur, retenu en prison à Gênes comme otage, un nouveau traité en février 1383 qui leur assure la pleine possession de Famagouste29. Le royaume se trouve donc amputé d’une partie de son territoire. De plus par ce traité, Gênes interdit à tous, y compris au roi et à ses sujets, l’usage d’un autre port que Famagouste pour le grand commerce international. La Superbe impose donc un monopole commercial, espérant bénéficier comme le roi jusqu’alors, des revenus des diverses taxes liées aux activités d’échange, notamment le comerc. Mais Vénitiens et Catalans s’efforcent d’éviter l’escale chypriote ; les mude vénitiennes prennent la direction de Beyrouth sans passer par Chypre pour charger. La ligne est complètement suspendue entre 1378 et 1389, et les galées du marchés ne font qu’une brève escale à Paphos et Limassol, la ligne ne reprend qu’à partir de 144530. Les Catalans, souvent en conflit avec Gênes, délaissent Chypre au profit de Rhodes31.

18Gênes introduit à Famagouste ses propres lois et sa propre administration à la tête de laquelle se trouve un capitaine, nommé à Gênes, assisté d’un conseil (officium monete) pour les dépenses extraordinaires, et de différents bureaux pour le ravitaillement par exemple. Le capitaine est responsable de la justice, de la sécurité de la ville, du ravitaillement. On a gardé un certain nombre de registres encore inédits de cette époque : registres de la trésorerie (la massaria), registres de la cour de justice du capitaine, sources indispensables pour étudier la vie quotidienne à Famagouste. Mais le succès économique escompté n’est pas au rendez-vous, le commerce décline, la ville est dépeuplée. Le maintien de la présence génoise est très coûteux pour la Superbe (dépenses militaires de protection, d’entretien, solde des officiers et soldats). La commune de Gênes n’a pas d’argent, elle décide en 1447 de transférer pour 25 ans les charges de l’administration et de l’entretien de la ville à un organisme privé, le banco di San Giorgio, créé par Boucicaut, gouverneur de Gênes en 1407, et qui regroupe les créanciers de la commune de Gênes. Le délai ne sera pas écoulé que le roi de Chypre Jacques II qui, comme ses prédécesseurs n’a pas perdu l’espoir de reprendre la ville militairement, met le siège et reprend Famagouste en 1464.

19Le royaume médiéval des Lusignans s’est ainsi trouvé amputé pour la seule fois de son histoire de la ville la plus importante économiquement. Il serait faux d’attribuer aux seuls Génois la responsabilité du déclin économique de Chypre. Les changements politiques et l’évolution générale de la situation économique en Méditerranée orientale en sont largement responsables, cependant les destructions commises lors de la guerre de 1373-1374, le monopole imposé après 1383 qui a fait fuir les autres marchands et donc l’isolement de Famagouste, le climat de défiance entre le roi et les Génois, les dépenses de part et d’autre, tout cela contribue au déclin. Ce sont les événements concernant Famagouste qui ont en grande partie déterminé l’histoire de Chypre à la fin du xive et au xve siècle, en raison des tentatives des rois de reprendre la ville qui les ont amenés à chercher des alliances avec Venise.

  • 32 C’est une des clauses les plus importantes du traité de 1383, cf. ci-dessus p. 185 et n. 29. Voir C (...)
  • 33 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 111 (91 ancienne numérotation) du 13 octobre 1455. Dans ce document (...)
  • 34 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 25 du 26 octobre 1452.
  • 35 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 67 (65 ancienne numérotation).

20Sous l’administration génoise, Famagouste s’est développé comme le seul port pour le grand commerce. Il attire et regroupe le trafic au départ des escales secondaires par l’obligation qui est faite de passer par le port, pour y payer le comerc (kommerkion)32. Évidemment la contrebande se développe. On s’efforce de passer outre à cette obligation en réveillant les anciens ports. Paphos reste le premier port où les navires peuvent aborder en arrivant d’Occident et notamment se ravitailler en eau. Malgré l’état de délabrement et de dépeuplement où se trouve la ville aux dires des voyageurs, Paphos « et ses environs » est toujours fréquenté, notamment pour le chargement à Kouklia et Achelia du sucre des domaines royaux. Venise laisse ses galées du marché, la galère des pèlerins notamment, faire un bref arrêt à Limassol, ce qui est parfois l’occasion de décharger la marchandise (comme on le voit dans les protestations émises par le capitaine génois de Famagouste)33. Le roi soutient ces efforts vénitiens de contrebande. Il en est de même des Catalans qui n’apparaissent dans les sources que comme pirates, basés à Paphos ou en tout cas pouvant compter sur l’aide du représentant du roi à Paphos34. Quant à la ville de Cerines / Kyrenia, sur la côte nord, le port est petit, les eaux peu sûres à cause des vents ; le port n’a jamais pu se développer comme un grand port de commerce. C’est la présence d’un fort château royal qui en fait l’intérêt. Il n’est que très rarement cité comme but purement commercial. De plus petits ports ou même de simples carricamenta sont également cités comme lieux de chargement : Episkopi, pour le sucre des domaines de la famille Cornaro, Salines (Larnaca) pour le sel, Lapithos pour le sucre. Quant au blé il est lui aussi chargé le long de la côte sud comme en témoigne un contrat de chargement pour les Hospitaliers35. Les mesures protectionnistes qu’a voulu imposer Gênes ont manifestement échoué.

21Famagouste au Moyen Âge connaît la prospérité grâce à son commerce maritime. Mais la tentative génoise d’y instaurer à son profit un monopole des échanges internationaux n’a pas donné les résultats escomptés. Gênes n’a pas pu empêcher la réactivation d’anciens ports comme Paphos ou Limassol et l’instauration de lieux de chargement le long de la côte sud de l’île.

Les activités portuaires et le développement urbanistique de la ville

  • 36 Nicolas Faucherre, « L’enceinte urbaine de Famagouste », dans Vaivre Jean-Bernard de, Plagnieux Phi (...)
  • 37 Cf. note 1.
  • 38 Filippo da Novara, Guerra di Federico II in Oriente (1223-1242), éd. Silvio Melani, Naples 1994, p. (...)
  • 39 Pour les traités, cf. note 12.

22Famagouste apparaît aujourd’hui entourée de remparts remontant à l’époque vénitienne, dont on sait qu’ils suivent le tracé de remparts des Lusignans, qu’ils renforcent ou englobent36, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Pendant longtemps Famagouste n’a été protégée que par une tour. Willebrand d’Oldenbourg parle d’une ville peu fortifiée mais d’un bon port37. En 1232 le débarquement des forces royales se fait à partir de l’îlot qui protège le port ; les impériaux, défenseurs de la place et qui tenaient la tour, l’abandonnent38. La ville est alors une ville ouverte, sans protection du côté terrestre. L’accostage des bateaux se fait sur le rivage ou plus au nord dans la baie. Les Génois, nous l’avons dit, reçoivent très tôt un terrain à Famagouste (traités de 1218 et 1232) et des maisons au bord de la mer (traité de 1232)39. Ils y possèdent aussi une loggia près de la tour.

  • 40 Peter Edbury, « Famagusta in 1300 », art. cit.

23Les fortifications sont construites à une date inconnue. Elles sont terminées du côté de la mer sous le règne de l’usurpateur Amaury au début du xive siècle. Il s’agit de se protéger d’éventuelles attaques en provenance de la côte de Syrie-Palestine après la chute d’Acre. Cela correspond à un grand réaménagement urbain, le dégagement de la zone près des remparts40. À partir de ce moment il est plus facile de se faire une idée de la topographie de la ville, notamment grâce aux documents de la période génoise et aux descriptions des voyageurs.

  • 41 Voir le plan de Gibellino représentant le siège de Famagouste en 1571 dans Jean-Bernard de Vaivre, (...)
  • 42 Catherine Otten-Froux, « Une enquête à Chypre au xve siècle. Le sindicamentum de Napoleone Lomellin (...)

24L’élément essentiel de la prospérité de Famagouste est le port et son lien avec la ville. Sur les dessins de l’époque vénitienne le port est bien délimité (fig. 2)41. La côte est protégée à l’est par un cordon rocheux parallèle au rivage, formant îlots ou simples affleurements, qui rejoignent la côte au sud, ce qui laisse au port intérieur un espace assez restreint et de trop faible profondeur pour permettre aux grosses nefs d’y pénétrer. Les dessins vénitiens ne montrent d’ailleurs que des galères. En fait, comme à Acre, il faut distinguer deux ports, un port intérieur protégé par l’îlot rocheux de Sainte Catherine à l’est et fermé au nord par une tour qui fait face à une jetée dans le prolongement du château et où vient s’attacher une chaîne permettant de fermer le port. Plus au nord un port extérieur est formé par la baie où les gros navires jettent l’ancre. Il faut alors mettre en place un service de petites embarcations pour décharger les navires et porter les marchandises dans la ville. Le rempart maritime est percé par une tour-porte, la porte du Comerc ou porte de la Mer, entrée principale de la ville pour qui arrive par la mer. C’est là que se fait le contrôle des personnes et des marchandises qui entrent et qui quittent la ville. À l’époque génoise, le départ est soumis à autorisation du capitaine de Famagouste qui est responsable de la sécurité de la ville ; on peut être retenu pour des dettes en cours42.

  • 43 Cf. note 2.
  • 44 Pegolotti, La pratica della mercatura, op. cit., p. 88-89.
  • 45 Catherine Otten-Froux, « Un notaire vénitien à Famagouste », art. cit., doc. 6, 19.

25À l’extérieur de la porte, un môle a été aménagé. L’accostage se fait par un ponton de bois à l’extérieur des remparts dont Nicola de Martoni dit qu’il faisait la longueur d’un jet de pierre43. Le déchargement et chargement des marchandises fournit du travail à toute une population de porte-faix, de conducteurs de petites barques pour le transbordement des produits. C’est dans la zone portuaire que se fait le contrôle douanier, c’est là vraisemblablement que se trouve le bâtiment du Comerc où se paient les taxes sur les transactions. Pegolotti raconte que les marchands, après s’être mis d’accord sur la transaction et avoir versé des arrhes, se rendaient au bâtiment du Comerc où l’affaire était officiellement enregistrée par les officiers royaux (scribe et bailli du comerc) et les taxes payées (taxe du comerc)44. Les scribes enregistraient aussi ce qui restait à payer, comme en témoignent des notations dans les testaments de Vénitiens de 1363-136445.

  • 46 Catherine Otten-Froux, « Les droits du consul des Vénitiens à Famagouste au xve siècle », Mélanges (...)

26Les opérations accompagnant l’arrivée et le départ des marchands sont attestées aussi bien dans les livres de comptes de marchands catalans que dans la motion adoptée en 1417 par le baile de Venise à Chypre Lorenzo Donato et le conseil des Douze fixant les droits des consuls des Vénitiens à Famagouste. Ce dernier document montre également la possibilité d’échanger ou de troquer des marchandises d’un vaisseau à l’autre, en évitant l’entrée du port à condition de payer les taxes46.

  • 47 Jose Plana i Borras, « The accounts of Joan Benet’s trading venture from Barcelona to Famagusta : 1 (...)

27Ceci est corroboré par le livre de compte du marchand catalan Joan Benet qui a fait un voyage commercial à Famagouste en 134347. Il note les menues dépenses qu’il a faites pour effectuer les opérations commerciales, nous offrant ainsi une vision de la réalité de la vie du marchand. Ces dépenses sont proportionnelles à la valeur de la marchandise, et en général d’un montant peu élevé, quelques carats seulement. On peut les énumérer :

  • descaregar et fer portar a casa ou bien portar a botiga (déchargement et portage à la maison ou à la boutique)
  • escriura mercat et de pesar (conclusion du marché et pesage)
  • sansaratge (droit de courtage)
     – dret de comerg (droit du comerc, plus élevé 2 %)

28À la réexportation : portar a mar et metar en nau.

29À cela s’ajoutent les dépenses d’emballage de la marchandise, le loyer du logement (loger de casa). Un siècle plus tard, les droits du consul des Vénitiens, évoquent ces mêmes dépenses de courtage, de déchargement, de location d’un magasin pour le dépôt des marchandises puisqu’il était fait obligation à tout navire se livrant au grand commerce de passer par le port payer les taxes, même si le chargement avait eu lieu à Paphos ou Limassol. Il y a aussi des taxes pour l’ancrage des bateaux, la gabella catene, qui aide à évaluer le trafic du port.

  • 48 […] pro Iustiniano Fatinanti et sunt pro aptare portam furni et pondera comunis ut aparet per unam (...)

30Le livre de compte catalan évoque aussi un autre lieu important pour le commerce : c’est le poids public, dont l’usage est soumis à une taxe. On ne possède aucun renseignement ni sur sa localisation ni sur son fonctionnement. Il n’y a aucune trace de bâtiment ou d’installation quelconque mais on peut le supposer proche du port, de la porte de Mer et du Comerc. À l’époque génoise, en 1442, des travaux y sont réalisés ainsi qu’au four communal, mais aucun détail n’est fourni48.

  • 49 Traité d’Emmanuel Piloti sur le passage en Terre sainte (1420), Dopp Pierre-Herman éd., Louvain, 19 (...)

31C’est également près du port que se trouvent les loges des marchands de différentes nationalités. Plusieurs documents en attestent pour les premiers temps. Pourtant en 1420, Emmanuel Piloti les situe dans une rue partant de la place principale entre la cathédrale et le palais ; il les dit très belles49. Camille Enlart a cru les identifier et depuis lors, elles sont situées sur tous les plans au nord de la cathédrale, assez loin du port. Un certain nombre de mentions de l’époque génoise montre qu’il y a, du moins pour certaines nations deux loggia, pour les Pisans notamment, une dans cette rue et une autre probablement plus ancienne que je propose de situer plus près du port, plus près du rempart maritime. Malheureusement lorsqu’ils mentionnent une loggia, les textes ne précisent pas de laquelle il s’agit. Les deux sont-elles en activité simultanément ? L’une sert-elle à un autre usage ? Aucun élément ne permet de répondre à ces questions.

  • 50 Jean Richard, Documents chypriotes des archives du Vatican (xive et xve siècle), Paris, 1962, p. 33 (...)
  • 51 On trouvera d’anciennes photos de Famagouste dans Anna G. Marangou, The Harbours and ports of Cypru (...)

32Une autre activité essentielle dans une ville portuaire est la construction et la réparation des navires. Elle est mal documentée. On sait que le roi fit construire à Famagouste des navires en 1325-1326 pour une expédition sur la côte cilicienne50. Les plans vénitiens montrent l’emplacement d’un arsenal dans l’angle sud-est de la ville, près de la tour qui porte son nom à l’époque génoise ; en période de danger, les comptes de la massaria génoise enregistrent des dépenses pour murer la porte de l’arsenal, qui ouvrait sur la mer puisque celle-ci baignait le pied des remparts à cet endroit-là, comme on le voit encore sur les anciennes photographies du xixe siècle51. Mais rien ne prouve que l’arsenal royal du xive siècle soit au même endroit que l’arsenal de l’époque vénitienne.

  • 52 Sur Acre, voir entre autres David Jacoby, « L’évolution urbaine et la fonction méditerranéenne d’Ac (...)
  • 53 Cf. note 41.

33Pour que les échanges se passent dans de bonnes conditions, il faut des lieux pour entreposer la marchandise en attendant de la charger, éventuellement pour l’exposer à la vente. À Acre, chaque « nation » importante (Gênes, Venise, Pise, les Provençaux) avait un quartier fortifié, avec à côté des maisons particulières, les facilités habituelles, bain, four, maison de la commune, chapelle, mais aussi un fondouk, à l’intérieur de chaque quartier pour entreposer la marchandise et loger les marchands de passage. Cette organisation avait montré ses dangers et ses limites notamment lors de la guerre de Saint-Sabbas au milieu du xiiie siècle52. Rien de tel à Famagouste ; les rois de Chypre ont toujours pris soin d’éviter toute emprise sur le sol d’un groupe particulier. Les possessions foncières sont dispersées dans la ville. Contrairement aux plans d’Acre où les quartiers sont délimités, le plan vénitien de Gibelino ne montre aucun quartier53. Il semble y avoir coexistence d’entrepôts ou magasins publics et privés, mais qui ne forment pas d’ensemble cohérent compact.

  • 54 Catherine Otten-Froux, « Un notaire vénitien à Famagouste », art. cit., doc. 183, p. 106-108 (24 no (...)
  • 55 Ibid., doc. 6, p. 44-47 (3 avril 1363).
  • 56 Ibid., doc. 177, p. 101-102.

34Il faut donc supposer que chaque marchand garde sa marchandise près de lui, soit directement dans sa maison soit dans des magasins, à l’exemple des frères Lachas cités plus haut. Possessions privées, ces magasins se louent. Impossible d’en donner un nombre total. Certains se trouvaient à proximité de la cathédrale Saint-Nicolas, donc en plein centre de la ville, d’autres plus près du rempart maritime. Certains sont des bâtiments indépendants, dans d’autre cas, c’est une pièce de la maison qui sert d’entrepôt. Grâce au notaire Simeone, on sait qu’un certain ser Graciano Zorzi a un magasin où il garde quatre pièces de drap de Florence et six pièces d’écarlate de Branca Bagnese, qui a encore soixante sacs de poils de chèvre dans un magasin derrière le moulin de la compagna de Ser Marco, cinq sacs de laine de camelot dans une pièce de la maison de ser Graciano Zorzi54. Fetus Simiteculo, un Vénitien, annule dans son testament les dettes de tous les maîtres et ouvriers de ses magasins ; il confie à son frère Bertolino et à Laurentius de Nefino une clé de tous ses magasins et ordonne que tous les deux vendent toutes ses marchandises et que l’argent provenant de la vente soit donné à son exécution testamentaire55. Elyas Simiteculo fils de feu Feras déclare dans son testament de février 1363 qu’il détient en gage un magasin de son frère Bertolino pour 1000 besants blancs, il lègue ce gage à sa mère Dimença. Il déclare avoir vendu à son frère Fetus un magasin pour 1060 besants blancs et un autre, derrière le précédent pour 700 besants blancs56.

  • 57 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 29 ; vente de ce bâtiment pour 184 besants blancs de Famagouste le  (...)

35Comment se représenter ces magasins ? De simples hangars de stockage ou des lieux servant aussi d’ateliers comme dans le cas de Fetus Simiteculo ? Que dire de celui qui est qualifié en 1453 de magazenum et hedificium57 ? S’agit-il d’un ensemble construit plus durablement ? Un grenier peut-être, au sens actuel d’espace au dessus de la maison. Le prix de vente de 184 besants blancs pour l’ensemble le laisse supposer.

  • 58 Le 26 avril 1456 une somme est versée pour la cabella fondice sallis et grani (A.S.G., San Giorgio, (...)
  • 59 A.S.G., San Giorgio, sala 34, 590/1272, f. 64vo, 65, dépenses en date du 1er janvier 1437.

36Il y avait également des entrepôts gérés par le gouvernement génois notamment pour le grain ou pour le fer et pour l’usage desquels il fallait payer une taxe, la cabella fondiche58. C’est le terme de fontica/fontiga qui est utilisé, par exemple en 1437-39 ; les registres de la massaria enregistrent des dépenses faites in fontiga et palatio, in fontiga grani, plus loin in fondiga ferro59. Malheureusement aucune localisation, aucune précision sur les travaux effectués en ces lieux.

  • 60 Sur le commerce du mastic de Chio, Michel Balard, « Le mastic de Chio, monopole génois (xiv-xvi) », (...)
  • 61 A.S.G., San Giorgio, sala 34, 590/1274, f. LVIV- : pro Georgio de Acri muratore et certis argatis p (...)

37Des tours pouvaient aussi servir de magasin comme la turris grani, probablement un silo. Il s’agirait alors de réserve communale de grain. N’en serait-il pas de même de la turris mastici une des tours de l’enceinte de la ville. Elle pourrait servir d’entrepôt pour le mastic en provenance de Chio avant sa redistribution en territoire musulman60. Les registres de la massaria citent une turris medii ou turris de lo mezo où des dépenses faites le 15 décembre 144261. Cette tour énumérée dans la liste des lieux de garnison sur les remparts, entre la tour de l’Arsenal et la turris Sucii, ne correspond à rien dans la réalité actuelle, il n’y en a aucune trace, de plus elle n’est pas toujours citée. Ne pourrait-on pas alors penser à une tour non pas liée à la défense de la muraille comme les autres, mais une tour urbaine en rapport avec un lieu qualifié de medium, mezo traduction latine/ italienne de la meze grecque, et on pense tout de suite à la grande rue commerçante de Constantinople. Il s’agirait d’une tour située dans l’ancien quartier commerçant du temps des Byzantins, situé au sud de la ville, alors que l’essentiel des échanges au temps des Génois se situe sur la place centrale entre le palais et la cathédrale, place qualifiée de forum dans les documents de la massaria et décrite par Nicola de Martoni comme l’endroit où se vendent des produits alimentaires, du pain, mais aussi des draps. Cette place est bordée de boutiques qui appartenaient vraisemblablement au roi et qui sont passées à la commune de Gênes lorsqu’elle a pris possession de la ville ; tous les registres de la massaria notent les revenus des loyers perçus sur la location de ces boutiques.

  • 62 Le capitaine Napoleone Lomellini est accusé d’avoir laissé les portes de la ville ouvertes à des mo (...)

38Le commerce terrestre qui alimente une partie du commerce du forum passe par l’autre porte de la ville, la porte de Limassol ; il est peut-être moins important en termes financiers que le commerce maritime, servant surtout pour l’approvisionnement journalier et pour le commerce avec la capitale Nicosie. Pourtant les autorités génoises veillent sur les entrées et les sorties des habitants comme c’est le cas à la Porte du Comerc62.

Conclusion

39Le développement de Famagouste a d’abord suivi celui de l’île entière, avant d’être lui-même le moteur de la prospérité économique de Chypre, l’aimant attirant les marchands vers la dernière escale chrétienne avant les terres du sultan. La fonction commerciale a été primordiale dans le développement urbanistique de Famagouste. Ce n’est qu’avec l’arrivée massive d’immigrants en provenance de la Terre Sainte que les constructions se multiplient et que se développe une forte activité commerciale. Alors que jusqu’à la fin du xiiie siècle la ville était ouverte sur la mer, protégée seulement par une tour, sous le règne de Henri II et de son frère Amaury, la ville se ferme, s’entoure de remparts de tous côtés, cherche à se protéger de possibles attaques venues par mer, des Mamelouks d’Égypte notamment. Il faut donc aménager les abords du port de façon à pouvoir décharger les marchandises, débarquer les hommes et les contrôler à l’entrée dans la ville ; c’est pourquoi un môle et un ponton de bois sont construits. On constate ainsi la présence des principaux éléments qui attestent de l’existence d’un port actif : installations portuaires, arsenal, lieu d’enregistrement des marchandises et de paiement des taxes – le Comerc –, poids public, magasins. L’autorité royale est exercée par un vicomte, mais on connaît également un bailli du comerc. Cependant la guerre de 1373-1374, les destructions qu’elle entraine et surtout les traités qui s’en suivent, mettent à mal la prospérité de Famagouste. La multiplication des taxes et la surveillance étroite de la ville n’ont pas permis la poursuite de la prospérité enregistrée dans la première moitié du xive siècle. Les rivaux de Gênes, Vénitiens et Catalans réduisent leur fréquentation de la ville qui va finir par revenir dans le royaume après le siège victorieux mis par Jacques II en 1464.

Fig. 1 - Chypre en Méditerranée orientale, vue de satellite, google earth, 3 avril 2013.

Fig. 1 - Chypre en Méditerranée orientale, vue de satellite, google earth, 3 avril 2013.

Fig. 2 - Famagouste sur la carte de Leonida Attar, extrait de Cyprus 1542. The Great Map of the Island by Leonida Attar, éd. Francesca Cavazza Romanelli et Gilles Grivaud, Nicosie, 2006, fig. 24, p. 90.

Fig. 2 - Famagouste sur la carte de Leonida Attar, extrait de Cyprus 1542. The Great Map of the Island by Leonida Attar, éd. Francesca Cavazza Romanelli et Gilles Grivaud, Nicosie, 2006, fig. 24, p. 90.

Fig. 3 - Plan de Famagouste, essai de reconstitution de la topographie à l’époque génoise, extrait de Catherine Otten-Froux, Une enquête à Famagouste au xve siècle. Le sindicamentum de Napoleone Lomellini, capitaine génois de Famagouste (1459), Nicosie, 2000, p. 89.

Fig. 3 - Plan de Famagouste, essai de reconstitution de la topographie à l’époque génoise, extrait de Catherine Otten-Froux, Une enquête à Famagouste au xve siècle. Le sindicamentum de Napoleone Lomellini, capitaine génois de Famagouste (1459), Nicosie, 2000, p. 89.

Notes

1 Wilbrandi de Oldenburg, Peregrinatio, dans Peregrinatores medii aevi quatuor, éd. Johann Christian Moritz Laurent, 2e éd., Leipzig 1873, ch. 27, p. 180 et sq. ; trad anglaise dans Claude Delaval Cobham, Excerpta Cypria. Materials for a History of Cyprus, Cambridge, 1908, p. 14. Traduction française dans « La mission en Cilicie de Wilbrand von Oldenburg en 1211-1212 », trad. et commentaires de Marc Delpech et Jean-Claude Voisin, Mélanges de l’université Saint-Joseph, 56, Beyrouth, 1999-2003, p. 290- 346, ici p. 329.

2 Texte latin et traduction italienne dans Io Notaio Nicola de Martoni. Il pellegrinaggio ai luoghi santi da Carinola a Gerusalemme, 1394-1395, éd. Michele Piccirillo, Studium Biblicum Franciscanum, collectio Maior 42, Custodia di Terra Santa, 2003, p. 104-105. La traduction française est tirée de Nicolas de Martoni et Ogier d’Anglure, Vers Jérusalem. Itinéraires croisés au xive siècle. Nicolas de Martoni, notaire. Relation du pèlerinage aux Lieux Saints (1394-1395), trad. et notes Michel Tarayre, et Ogier d’Anglure. Journal de voyage à Jérusalem et en Égypte (1395-1396), trad. et notes Nicole Chareyron, Paris, 2008, p. 135-136.

3 Ibid., p. 140.

4 Sur l’histoire générale de Chypre voir George Hill, A History of Cyprus, vol. 1-3, Cambridge, 1940-1948 ; Istoria tès Kyprou, sous la direction de Théodore Papadopoulos, vol. 3-5 pour la période médiévale, Nicosie, 1995, 1996, 2005.

5 Michael Metcalf, Byzantine Cyprus, 491-1191, Nicosie, 2009 ; Luca Zavagno, « At the Edge of Two Empires. The Economy of Cyprus between Late Antiquity and the Early Middle Ages (650s-800s CE) », Dumbarton Oaks Papers (DOP), no 65-66, 2011-2012, p. 121-156.

6 Cyril Mango, « Chypre au carrefour du monde byzantin », xve congrès international d’Études byzantines ; rapports et co-rapports, V/5, Athènes, 1976, p. 3-13 (= Byzantium and its Image, Londres 1984, XVII) ; Jean-Claude Cheynet, « Chypre à la veille de la conquête franque », Les Lusignans et l’Outre-Mer, Poitiers, 1993, p. 67-77 ; Catherine Otten-Froux « Les Occidentaux dans les villes de province de l’empire byzantin : le cas de Chypre (xiie-xiiie siècle) », dans Balard Michel, Malamut Élisabeth, Spieser Jean-Michel, Byzance et le monde extérieur, Paris, 2005, coll. Byzantina Sorbonensia, 21, p. 27-43.

7 Voir Élisabeth Malamut, « Chypre au xiie siècle », Epetèrida, no 36, 2011-2012, p. 9-50. Sur Famagouste, p. 14, 16, 20.

8 Raimondo Morozzo della Rocca, Attilio Lombardo, Documenti del commercio veneziano nei sec. xi-xiii, 2 vol., [Regesta chartarum Italiae 28-29] Turin, 1940, doc. 74 (quittance donnée en 1139 pour une compagna conclue à Limassol), doc. 82 (paiement effectué à Paphos au cours d’un voyage en 1143), doc. 455 (production d’un témoignage rédigé en 1173 dans lequel Fatius Totulo affirme avoir été témoin à Paphos d’une mise en dépôt d’argent).

9 Tassos Papacostas, « Secular Landholdings and Venetians in 12th Century Cyprus », Byzantinische Zeitschrift, no 92/2, 1999, p. 479-501. David Jacoby, « The Venetians in Byzantine and Lusignan Cyprus : Trade, Settlement, and Politics », dans Nicolaou-Konnari Angel, La Serenissima and la Nobilissima. Venice in Cyprus and Cyprus in Venice, Nicosie, 2009, p. 59-100.

10 Sur l’église latine à Chypre, voir Nicholas Coureas, The Latin Church in Cyprus, 1195-1312, Aldershot, 1997.

11 Catherine Otten-Froux, « Les “Italiens” à Chypre (fin xiie-fin xve siècles) », dans Fourrier Sabine et Grivaud Gilles, Identités croisées en un milieu méditerranéen : le cas de Chypre (Antiquité-Moyen Âge), Rouen, 2006, p. 279-299.

12 Respectivement pour le privilège de 1218 : Louis de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, vol. II, Paris, 1852, p. 39, et dernière édition I Libri Iurium della Repubblica di Genova, I/2, éd. Dino Puncuh, Gênes, 1996, doc. 348. Pour le privilège de 1232, Mas-Latrie, Histoire, II, p. 51-56 et I Libri Iurium, doc. 351, p. 179-183.

13 Filippo da Novara, Guerra di Federico II in Oriente (1223-1242), éd. Silvio Melani, Naples, 1994, p. 178-181 ; Philippe de Novare mentionne l’épisode militaire ainsi que le privilège.

14 Giuseppe Müller, Documenti sulle relazioni delle città toscane coll’Oriente cristiano e coi Turchi fino all’anno MDXXXI, Florence, 1879, doc. 73, p. 108-109.

15 Mas Latrie, Histoire, II, p. 102-108.

16 Cornelio Desimoni, « Quatre titres des Génois à Acre et Tyr », Archives de l’Orient Latin 2, Paris, 1884, p. 213-230 pour les Génois.

17 Catherine Otten-Froux, « Les Pisans en Chypre au Moyen Âge », Praktika tou deuterou diethnous kypriologikou synedriou, II, Nicosie, 1986, Actes du second congrès international d’études chypriotes, p. 127-143. Pour les Vénitiens, David Jacoby, « Venetians in Byzantine and Lusignan Cyprus », art. cit.

18 David Jacoby, « The rise of a new emporium in the eastern Mediterranean : Famagusta in the late thirteenth century », Meletai kai Hypomnèmata, 1, 1984, p. 145-179. (réimp. dans Studies on Crusader States and on Venetian Expansion, Northampton, 1989, VIII).

19 Jean Richard, « La situation juridique de Famagouste dans le royaume des Lusignans », Praktika tou protou diethnous kypriologikou synedriou (Actes du premier congrès international d’études chypriotes) Nicosie, 1972, II, p. 221-229 (réimp. dans Orient et Occident au Moyen Âge : contacts et relations (xiie-xve siècles) Londres, 1976).

20 Sur les relations avec le royaume arménien de Cilicie, Nicholas Coureas, « Lusignan Cyprus and Lesser Armenia, 1195-1375 », Epetèrida, no 21, 1995, p. 33-71 ; Catherine Otten-Froux, « Les relations économiques entre Chypre et le royaume arménien de Cilicie d’après les actes notariés (1270-1320) », dans L’Arménie et Byzance, Histoire et culture, Paris, 1996, coll. Byzantina Sorbonensia 12, Paris, 1996, p. 157-179. Chapitre sur l’économie de Nicholas Coureas dans Angel Nicolaou-Konnari et Chris Schabel, Cyprus. Society and Culture 1191- 1374, Leyde, Boston, 2005 (The Medieval Meditarranean, 58).

21 Accès facile aux textes dans C. Delaval Cobham, Excerpta Cypria, op. cit., p. 16-20.

22 Leontios Makhairas, Recital concerning the Sweet Land of Cyprus entitled « Chronicle », éd. Richard M. Dawkins, 2 vol., Oxford, 1932, § 91,93, 94, 95, p. 80-87.

23 Édition des actes de Lamberto di Sambuceto : Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto, (11 ottobre 1296-23 giugno 1299), éd. Michel Balard, Collana storica di Fonti e Studi diretta da Geo Pistarino 39, (CSFS 39), Gênes, 1983 ; même titre (3 luglio 1300-3 agosto 1301), éd. Valeria Polonio, CSFS 31, Gênes, 1982 ; même titre (6 Luglio-27 ottobre 1301), éd. Romeo Pavoni, CSFS 32, Gênes, 1982 ; même titre (gennaio-agosto 1302), éd. Romeo Pavoni, CSFS 49, Gênes, 1987 ; même titre (31 marzo 1304-19 luglio 1305, 4 gennaio-12 luglio 1307) e Giovanni de Rocha (3 agosto 1308-14 marzo 1310), éd. Michel Balard, CSFS 43, Gênes, 1984 ; Actes de Famagouste du notaire génois Lamberto di Sambuceto (décembre 1299-septembre 1300), éd. Michel Balard, William Duba, Chris Schabel (Centre de recherche scientifique. Sources et études de l’histoire de Chypre LXX), Nicosie, 2012. Les actes de Lamberto di Sambuceto ont été exploités dans de nombreux articles que l’on ne peut pas tous énumérer. Nous ne citerons ici que ceux traitant de l’économie ou la société autour de 1300 : Michel Balard, « L’activité commerciale en Chypre dans les années 1300 », dans Edbury Peter, Crusade and Settlement, Cardiff, 1985, p. 251-263 (=Michel Balard, Les marchands italiens à Chypre, Nicosie, 2007, VI) ; Peter Edbury, « Famagusta in 1300 », dans Coureas Nicholas et Riley-Smith Jonathan, Cyprus and the Crusades, Nicosie, 1995, p. 337-353 (= id., From Jerusalem to Cyprus, Kingdoms of the Crusaders, Aldershot, 1999, XVI) ; Peter Edbury, « Famagusta Society ca 1300 from the Registers of Lamberto di Sambuceto », dans Eberhard Mayer Hans, Die Kreuzfahrerstaaten als multikulturelle Gesellschaft. Die Rolle der Einwanderer in Kirche, Staat, Verwaltung, Wirtschaft und Kultur, Munich, 1997, p. 87-95 (= id., From Jerusalem to Cyprus, Kingdoms of the Crusaders, Aldershot, 1999, XVII) ; id. « The genoese Community in Famagusta around the Year 1300 : A Historical Vignette », dans Balletto Laura, Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, Gênes, 1997, p. 235-244, (= id., From Jerusalem to Cyprus, Kingdoms of the Crusaders, Aldershot, 1999, XVIII).

24 Nicola de Boateriis, notaio in Famagosta e Venezia (1355-1365), éd. Antonino Lombardo, Venise, 1973 ; Catherine Otten-Froux, « Un notaire vénitien à Famagouste au xive siècle. Les actes de Simeone, prêtre de San Giacomo dell’Orio (1362-1371) », Thesaurismata, no 39, 2003, p. 15-159.

25 Michael Metcalf, Corpus of Lusignan coinage (Texts and studies of the history of Cyprus 21, 29, 35), 3 vol., Nicosie, 1996-2000.

26 Francesco Balducci Pegolotti, La Pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass), 1936.

27 Michel Balard, « La popolazione di Famagusta all’inizio del secolo xiv », La Storia dei Genovesi, t. IV, Gênes, 1983, p. 27-40 ; id., « Les Génois dans le royaume médiéval de Chypre » dans Istoria tès Kyprou, op. cit., t. 4, p. 259-332 (= id., dans Balard Michel, Les marchands italiens à Chypre, op. cit., I, p. 19-81).

28 Le traité est conservé à l’Archivio di Stato di Genova (A.S.G.), Materie Politiche, 2728, mazzo 9/16 ; éditions : Carlo Sperone, Real Grandezza della Serenissima Repubblica di Genova, Gênes, 1669, p. 100-109, et dans le Liber Iurium Reipublicae Genuensis, 2, = Historiae Patriae Monumenta, IX, Turin, 1857, col. 806-815 ; dernière édition I Libri Iurium della Repubblica di Genova, vol. II/3, éd. Francesca Mambrini, Gênes, 2011, p. 510-523. Sur les rapports financiers entre Gênes et les rois de Chypre, voir Catherine Otten-Froux, « Les relations politico-financières de Gênes avec le royaume des Lusignan (1374-1460) », dans Balard Michel et Ducellier Alain, Coloniser au Moyen Âge, Paris, 1995, p. 61-74.

29 Carlo Sperone, Real Grandezza, op. cit., p. 116-137 ; dernière édition : I Libri Iurium, vol. II/3, éd. Francesca Mambrini, p. 750-777.

30 Doris Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie–milieu xve siècle) (The Medieval Mediterranean 5) Leyde, 1995 ; id., « Le film de la navigation vénitienne vers Chypre (fin xiiie–milieu xve siècle) » Epetèrida, no 23, 1997, p. 57-74 ; David Jacoby, « Venetians in Byzantine and Lusignan Cyprus », art. cit. ; Catherine Otten-Froux, « Les Vénitiens à Famagouste au temps de la domination génoise sur la ville », dans Syndikus Candida et Rogge Sabine, Caterina Cornaro, Last Queen of Cyprus and Daughter of Venise, [Schriften des Instituts für Interdisziplinäre Zypern-Studien, 9] Münster, New York, 2013, p. 255-277.

31 Voir les listes de destinations dans Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge ; un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (ca 1330-ca 1430) [Bibliothèque de la Casa de Velázquez 27), Madrid-Barcelone, 2004 ; Catherine Otten-Froux, « Chypre, un des centres du commerce catalan en Orient », dans Ferrer i Mallol Maria Teresa, Els Catalans a la Mediterrània oriental a l’edat mitjana, Barcelone, 2003, p. 129-154.

32 C’est une des clauses les plus importantes du traité de 1383, cf. ci-dessus p. 185 et n. 29. Voir Catherine Otten-Froux, « Les ports de Chypre (xiiie-xve siècles) », dans Fabre Ghislaine, Le Blevec Daniel, Menjot Denis, Les Ports et la navigation en Méditerranée au Moyen Âge, Paris, 2009, p. 173-189. Sur le comerc comme taxe et comme bâtiment où la taxe est collectée, voir Gilles Grivaud, « Sur le comerc chypriote de l’époque latine », dans Bryer Anthony et Georghallidès G., The Sweet Land of Cyprus, (Papers given at the Twenty-Fifth Jubilee Spring Symposium of Byzantine Studies, Birmingham, Mars 1991), Nicosie, 1993, p. 133-145. Pour l’époque génoise, voir Istoria tès Kyprou, op. cit., ch. 6 de Michel Balard.

33 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 111 (91 ancienne numérotation) du 13 octobre 1455. Dans ce document les Génois présentent au roi une longue liste de griefs pour manquements aux engagements contenus dans le traité de 1383.

34 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 25 du 26 octobre 1452.

35 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 67 (65 ancienne numérotation).

36 Nicolas Faucherre, « L’enceinte urbaine de Famagouste », dans Vaivre Jean-Bernard de, Plagnieux Philippe L’art gothique en Chypre, Paris, 2006, p. 307-350.

37 Cf. note 1.

38 Filippo da Novara, Guerra di Federico II in Oriente (1223-1242), éd. Silvio Melani, Naples 1994, p. 179-181.

39 Pour les traités, cf. note 12.

40 Peter Edbury, « Famagusta in 1300 », art. cit.

41 Voir le plan de Gibellino représentant le siège de Famagouste en 1571 dans Jean-Bernard de Vaivre, Philippe Plagnieux, éd., L’art gothique en Chypre, p. 112-113.

42 Catherine Otten-Froux, « Une enquête à Chypre au xve siècle. Le sindicamentum de Napoleone Lomellini capitaine génois de Famagouste (1459) », Sources et études de l’histoire de Chypre, XXXVI, Nicosie, 2000, p. 57-67.

43 Cf. note 2.

44 Pegolotti, La pratica della mercatura, op. cit., p. 88-89.

45 Catherine Otten-Froux, « Un notaire vénitien à Famagouste », art. cit., doc. 6, 19.

46 Catherine Otten-Froux, « Les droits du consul des Vénitiens à Famagouste au xve siècle », Mélanges Cécile Morrisson, Travaux et Mémoires, no 16, Paris, 2010, p. 919-630.

47 Jose Plana i Borras, « The accounts of Joan Benet’s trading venture from Barcelona to Famagusta : 1343 », Epetèrida, no 19, 1992, p. 105-168.

48 […] pro Iustiniano Fatinanti et sunt pro aptare portam furni et pondera comunis ut aparet per unam apodisiam bullatam in XXXXIII, bisantios VII karatos X, A.S.G., San Giorgio, sala 34, 590/1274 (ao1442) f. LIII).

49 Traité d’Emmanuel Piloti sur le passage en Terre sainte (1420), Dopp Pierre-Herman éd., Louvain, 1958, p. 125.

50 Jean Richard, Documents chypriotes des archives du Vatican (xive et xve siècle), Paris, 1962, p. 33-49.

51 On trouvera d’anciennes photos de Famagouste dans Anna G. Marangou, The Harbours and ports of Cyprus, Nicosie, 2000, p. 83-186.

52 Sur Acre, voir entre autres David Jacoby, « L’évolution urbaine et la fonction méditerranéenne d’Acre à l’époque des croisades » dans Ennio Poleggi, Città portuali del Mediterranéo. Storia e archeologia, Gênes, 1989, p. 95-109.

53 Cf. note 41.

54 Catherine Otten-Froux, « Un notaire vénitien à Famagouste », art. cit., doc. 183, p. 106-108 (24 novembre 1362).

55 Ibid., doc. 6, p. 44-47 (3 avril 1363).

56 Ibid., doc. 177, p. 101-102.

57 A.S.G., Notai antichi 843, doc. 29 ; vente de ce bâtiment pour 184 besants blancs de Famagouste le 2 janvier 1453.

58 Le 26 avril 1456 une somme est versée pour la cabella fondice sallis et grani (A.S.G., San Giorgio, sala 34, 590/1271, f. 27) ; le 14 juillet 1439 la gabelle fondiche est payée pro quodam magazeno grani (A.S.G., San Giorgio, sala 34, 590/1288, f. 86vo).

59 A.S.G., San Giorgio, sala 34, 590/1272, f. 64vo, 65, dépenses en date du 1er janvier 1437.

60 Sur le commerce du mastic de Chio, Michel Balard, « Le mastic de Chio, monopole génois (xiv-xvi) », dans Res orientales vi. Itinéraires d’Orient. Hommage à Claude Cahen, Paris, 1994, p. 223-228.

61 A.S.G., San Giorgio, sala 34, 590/1274, f. LVIV- : pro Georgio de Acri muratore et certis argatis pro certo laborerio facto per ipsum ad turrim de lo mezo.

62 Le capitaine Napoleone Lomellini est accusé d’avoir laissé les portes de la ville ouvertes à des moments inhabituels. Cf. Catherine Otten-Froux, Une enquête à Chypre au xve siècle…, op. cit., p. 60-62.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Chypre en Méditerranée orientale, vue de satellite, google earth, 3 avril 2013.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 2 - Famagouste sur la carte de Leonida Attar, extrait de Cyprus 1542. The Great Map of the Island by Leonida Attar, éd. Francesca Cavazza Romanelli et Gilles Grivaud, Nicosie, 2006, fig. 24, p. 90.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25519/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 3 - Plan de Famagouste, essai de reconstitution de la topographie à l’époque génoise, extrait de Catherine Otten-Froux, Une enquête à Famagouste au xve siècle. Le sindicamentum de Napoleone Lomellini, capitaine génois de Famagouste (1459), Nicosie, 2000, p. 89.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25519/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search