Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et urbanisation

Pechina-Almeria aux IXe-Xe siècles

La naissance d’un port omeyyade en Méditerranée

Christophe Picard

Résumé

La présente communication tente d’éclairer les zones d’ombre sur les conditions et la conjoncture qui ont présidé à la fondation de Pechina-Almeria, devenu à partir de 931 le principal port du califat de Cordoue sur le versant méditerranéen. L’histoire de cette fondation, en dépit des divergences historiographiques, est avant tout un investissement progressif des populations andalouses, encouragées par l’émirat de Cordoue et surtout par le califat omeyyade, qui tente d’établir son autorité, non seulement sur l’espace maritime andalou, mais aussi sur les eaux occidentales et centrales de la Méditerranée.

Le contexte favorable au développement global des activités marchandes, notamment avec le Maghreb, l’investissement omeyyade de la Méditerranée et la transformation de Pechina en port et arsenal du calife incarnent une nouvelle phase, marquée par des offensives qui visent à conquérir de nouveaux territoires, et surtout une légitimité pour se débarrasser des Fatimides et atteindre Bagdad, siège du califat universel.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jorge Lirola Delgado, Almería andalusí y su territorio. Textos geográficos I, éd. Fundación Ibn Tuf (...)
  • 2 Jorge Lirola Delgado, El poder naval de al-Andalus en la época del califato omeya, Grenade, 1993, p (...)

1Depuis les premières données fournies par Leopoldo Torres Balbas et par Evariste Lévi-Provençal, les travaux des historiens et des archéologues, en particulier espagnols, sur Almeria, sont légion et offrent un profil remarquablement précis de la cité dans le contexte historiographique d’al-Andalus, autant que ce qui reste de la cité califale nous laisse voir de ce passé glorieux. Depuis ces premières études, la mise à disposition d’un ensemble important de textes arabes, désormais tous réunis par Jorge Lirola Delgado, en arabe et en espagnol1, et l’accumulation de matériels archéologiques, en particulier la céramique et les fours de potiers au sein de la cité, ont permis de mieux comprendre les étapes de l’investissement de la vallée d’Andarax, avec la fondation de Pechina dans le dernier quart du ixe siècle, jusqu’à celle de la ville d’Almeria, en 955-956, commanditée par le calife après l’attaque menée par une escadre fatimide, en 954-955, qui entraîna la destruction du port de Pechina, devenu, à partir de 931, le principal port du califat omeyyade sur la Méditerranée2.

  • 3 Gabriel Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade. La construction de la légitimité du Califat de Cordoue (...)

2Toutefois, les zones d’ombre demeurent nombreuses et l’on sait, depuis les travaux de Gabriel Martinez-Gros et bien d’autres historiens, espagnols3, que les interventions successives des chroniqueurs et autres lettrés du califat omeyyade au xe siècle, escamotant définitivement les écritures antérieures de la période émirale, puis celle des lettrés andalous qui réécrirent largement l’histoire d’al-Andalus, après la guerre civile et l’effondrement du califat au début du xie siècle, à l’instar d’Ibn Hayyân, ont rendu plus que difficiles les interprétations et les étapes de l’évolution de la région.

  • 4 Cyrille Aillet, Les mozarabes : christianisme, islamisation et arabisation en péninsule Ibérique (i(...)

3Partant de ce constat, le cadre de l’histoire des deux cités, Pechina et Almeria, toutes deux établissements maritimes ouverts, chacune en leur temps, sur la mer, à la lumière d’un environnement historiographique de la Méditerranée en plein renouvellement, offre d’autres perspectives sur l’appréhension de cette histoire d’une naissance urbaine complexe. De même, des travaux comme celui de Cyrille Aillet sur les mozarabes4, permettent d’envisager d’autres perspectives d’approche de l’histoire des deux villes, en amont de la fondation califale d’Almeria.

4Le premier temps imposé par l’historiographie califale, est celui de l’investissement de l’espace portuaire de Pechina en 931, devenu le principal arsenal du calife, détruit par l’escadre fatimide en 954-955 et remplacé par la fondation d’Almeria, en 954-956, après l’attaque traumatisante de la flotte fatimide. Avec la fondation de la ville neuve et la croissance rapide de la population d’Almeria, Pechina est reléguée au second plan, avant de disparaître en tant que cité. Dès la deuxième moitié du xe siècle, l’histoire de la ville califale devient relativement simple, marquée par la croissance remarquable du port, peut-être le plus actif de l’Occident méditerranéen au xie siècle.

5Or, d’autres versions de la fondation d’Almeria, en particulier sous la plume de deux lettrés de la région, Abû l-’Abbâs al-’Udhrî (m. 1085) et Abû Muhammad al-Rushâtî (m. 1147), et celle du Tunisien al-Himyarî (xive s.), offrent une autre vision de l’histoire de Pechina/Almeria, donnant le premier rôle, non pas au calife, mais à la population de Pechina, mise en avant comme la véritable actrice des évolutions du port et de l’activité d’Almeria, sous la protection les Omeyyades. L’histoire musulmane de la baie d’Almeria commence avec l’installation d’un autre groupe, sur les rives de la baie, au moment où l’émirat omeyyade, après la première incursion viking, en 844, entreprend de protéger les côtes d’al-Andalus, plus d’un siècle avant la fondation de la cité califale. La première présence de soldats et de marins connue, sur la Baie d’Almeria, date en effet de l’émirat de ‘Abd al-Rahmân II (822-852) qui approuve et finance l’établissement d’une tribu yéménite, en autorisant la construction de tours dont le statut est celui d’un ribat, après la première alerte viking. Des équipages berbères, venus des ports du Maghreb central à une date indéterminée, accusés d’être à la solde des Idrissides de Fez, qui investissent la baie. Finalement, dans le dernier quart du ixe siècle, les gens d’Urci, ville épiscopale située dans la région actuelle de Murcie – autre cité fondée sur l’ordre de l’émir ‘Abd al-Rahmân II – entraînés par l’évêque, membre influent de l’entourage du souverain de Cordoue, apparaissent dans le paysage de la vallée d’Andarax, en fondant la ville de Pechina au début des années 880.

6Par conséquent, dès ses origines, l’histoire d’Almeria est avant tout celle d’un investissement réussi de la mer Méditerranée par les populations d’al-Andalus, sous l’impulsion de plusieurs peuples mais surtout selon la volonté de l’émirat puis du califat omeyyade, ce que rappelait l’un des plus glorieux marins, amiral de la cité, au milieu du xiie siècle, Abû ‘Abd Allâh Muhammad b. Maymûn, à qui les habitants demandaient de prendre la direction de la cité :

  • 5 Cité par Pierre Guichard, dans Les musulmans de Valence et la reconquête xie-Xiiie siècles, 2 vol., (...)

Je ne suis que l’un d’entre vous ; mon métier est la mer, et c’est à cela que je dois ma notoriété. Je serai avec vous contre tout ennemi qui vous viendra de la mer5.

7Or, cette notoriété remonte non pas à l’époque de la fondation d’Almeria, mais à celle de l’émirat omeyyade, au ixe siècle, lorsque les souverains de Cordoue décident d’investir les côtes d’al-Andalus, pour faire face aux dangers qui menacent la péninsule depuis la mer, plus d’un siècle et demi avant la fondation d’Almeria.

Le premier investissement d’Almeria, au ixe siècle

  • 6 Al-Himyarî (m. 1325), Kitâb al-Rawd al-mi’tar fî ‘abr al-Iqtâr, éd. et trad., Jorge Lirola Delgado, (...)

La zone (qûra) a été appelée ‘Arsh al-Yaman parce qu’au moment où les Omeyyades entrèrent en al-Andalus, les Banû Sarrâj, de la tribu des Qudâ’a s’y établirent et furent chargés de la surveillance de la mer toute proche, de la garde de la côte et de l’espace, compris entre un port et un autre, qui reçut le nom d’‘Arsh al-Yaman, c’est-à-dire la terre concédée en donation aux yéménites6.

8Le Tunisois al-Himyarî disposait d’informations, dont on ignore précisément l’origine, mais qui provenaient d’une ou de plusieurs descriptions de la situation administrative d’al-Andalus, sous l’émirat omeyyade, informations issues pour la plupart d’annales andalouses du xie siècle. Selon d’autres sources arabes, également andalouses, c’est plus précisément à la suite de la première incursion des Vikings, en 844, le long des côtes d’al-Andalus, que l’émir omeyyade ‘Abd al-Rahmân II (822-852) favorisa l’installation de ces descendants de Yéménites ou bien qu’il reconnut leurs droits sur les rives de la Baie d’Almeria, où ils se seraient établis dès le règne de ‘Abd al-Rahmân Ier (756-788), selon al-Himyarî. Par conséquent, la première trace d’une activité de la zone qui devint Almeria, se situe au moment où les émirs du ixe siècle durent faire face à de nouveaux ennemis, venus de la mer.

  • 7 Pedro Chalmeta, Invasión e Islamización. La sumisión de Hispania y la formación de al-Andalus, Jaen (...)

9La conquête d’al-Andalus, sous la direction de Mûsâ b. Nusayr, à partir de 711, avait en effet visé le cœur du royaume de Tolède, le long des routes centrales de la péninsule, depuis la Bétique et ses grandes cités – Cordoue, Séville et Merida – jusqu’à Tolède, la capitale wisigothique, avant d’atteindre les régions septentrionales, en particulier la vallée de l’Ebre, puis Salamanque et la Septimanie, via la future Catalogne. Mûsâ n’eut pas le temps d’attaquer le Nord-Ouest, rattrapé par les affaires centrales du califat en 714, et son fils, ‘Abd al-’Azîz, acquit la paix par des traités régionaux dont le seul exemplaire connu concernait le pays de Tudmîr, plus ou moins l’actuelle région de Murcie7. Les seuls espaces maritimes investis par Mûsâ et son fils ‘Abd Allâh, chef de la flotte de Tunis, furent les Baléares en 709-710, le détroit de Gibraltar pour envahir l’Espagne en 711, les côtes de la Catalogne et de Septimanie, lors de l’offensive arabe qui aboutit à la prise de Narbonne en 719, une escadre venue d’Alexandrie ayant été envoyée, via Tunis, en soutien à l’offensive terrestre, avant de repartir. Aucune implication navale, depuis ce temps, n’apparaît dans les sources concernant al-Andalus, sinon la garde d’un ou plusieurs lieux d’embarquement pour traverser le détroit, probablement Algeciras et Tarifa, anciennes bases des Wisigoths.

  • 8 Ibn Hayyân, Muqtabis II, éd. p. 89v, trad. p. 19.
  • 9 Vassilios Christides, The Conquest of Crete by the Arabs (ca 824). A Turning Point in the Struggle (...)

10Le premier temps d’un investissement maritime, sous la direction de l’émirat omeyyade (756-929), fut le résultat de la confrontation entre l’émir al-Hakam Ier (796-822) et ses oncles qui ne reconnaissaient pas la légitimité de cette succession. Réfugiés au Maghreb, ils reçurent l’aide d’un ou plusieurs émirats maghrébins, celui des Idrissides peut-être, certainement, selon Ibn Hayyân, celle de l’émirat ibadite de Tahert qui mit à la disposition des deux oncles dissidents, les équipages de leurs ports sur la côte centrale du Maghreb, ‘Ayn al-Farrûj, Hunayn et Tenes au moins : « [En 798] ‘Abd Allâh b. ‘Abd al-Rahmân b. Mu’âwiya al-Balansî fit irruption en al-Andalus, venant de la côte africaine de Tahert8 ». Après avoir tenté de s’emparer des Baléares, territoire musulman mais autonome, leurs habitants ayant repoussé les deux oncles, ils débarquèrent en al-Andalus, à partir de la côte de Valence (al-Balansî). La défaite et la mort de Sulaymân suivi de l’ allégeance de ‘Abd Allâh et du mariage de ses deux fils, avec des nièces de l’émir, mirent un terme à la guerre de succession. ‘Abd Allâh puis ses fils reçurent les commandements de la région, l’un à Valence, après la mort de son père, l’autre à Tortosa, place forte et port militaire faisant face à la Catalogne, depuis la conquête de Barcelone par les armées de Charlemagne, en 801. Tortosa fut le premier port militaire d’al-Andalus, d’où partaient les attaques contre les îles et les côtes carolingiennes. C’est également à ce moment que plusieurs des équipages berbères firent souche dans plusieurs zones côtières de la côte du Sharq al-Andalus. La trêve durable, signée avec les Carolingiens, à partir de 815, deux ans après celle passée entre le Patrice de Sicile et les émirats, idrisside et aghlabide, au Maghreb, afin de rétablir les courants commerciaux maritimes, provoqua une agitation, voire des dissidences, de la part des marins berbères et probablement d’autres marins, arabes ou d’origine ibérique, qui voulaient poursuivre les razzias contre les côtes chrétiennes. C’est ainsi que plusieurs de ces équipages tentèrent de s’emparer de ports le long des côtes orientales d’al-Andalus, épisode très mal connu du fait du silence des sources omeyyades ; toutefois, la conséquence la plus connue de ce refus de la trêve avec les chrétiens, fut l’appareillage depuis Tortosa et d’autres mouillages peut-être, d’une flotte conduite par ces Berbères qui, après un périple passant par la mer Ionienne, aboutit à Alexandrie. Embauchés par le gouverneur abbasside, ils entreprennent la conquête de la Crète, dont les étapes restent très mal connues, entre 824 et 8279.

11C’est dans ces circonstances que commençe l’investissement des côtes orientales d’al-Andalus, sous le contrôle de l’émirat omeyyade. La guerre avec les chrétiens, qui engendre les premières razzias maritimes menées par les marins carolingiens, suivis par ceux de la région qui devint la Catalogne, plaçait désormais la mer dans l’espace de souveraineté des Omeyyades. C’est en effet à partir de ce temps que les autorités cordouanes commencèrent à se préoccuper de l’espace maritime, au-delà de la zone du détroit, et que se situe le premier épisode, rapporté par al-Himyarî, d’une installation des Yéménites sur les rives de la future Almeria, probablement pour contrebalancer et mieux contrôler le potentiel maritime des Berbères.

  • 10 Michael Bonner, Aristocratic violence and holy war : studies in the Jihad and the Arab-Byzantine fr (...)
  • 11 Cristina De La Puente, « El ŷihâd en el califato omeya de al-Andalus y su culminación bajo Hishâm I (...)

12Une nouvelle phase de l’investissement des côtes d’al-Andalus fait suite à la première incursion viking, en 844, sous le règne de ‘Abd al-Rahmân II (822-852). L’intrusion viking, affectant l’ensemble des côtes d’al-Andalus, oblige l’émir à se lancer dans une politique de grande envergure pour mettre en défense les points névralgiques des côtes d’al-Andalus ; dans le même temps cet investissement lui permet de prendre le contrôle effectif des littoraux andalous, de Porto jusqu’à l’Ebre. Comme son père, il pense d’abord à l’organisation d’une défense efficace. Pour ce faire, il prit exemple sur la politique de sécurisation des côtes syriennes, d’abord entreprises par les califes de Médine et surtout par les Omeyyades de Damas (661-749) puis par les califes ‘abbassides de Bagdad (749-1258), dès le règne d’al-Mansûr (754-775). Les successeurs du calife, fondateur de Bagdad, en particulier Hârûn al-Rashîd (786-809), poursuivirent la tâche, mais en l’adaptant aux conditions d’une guerre, qui n’étaient plus celles d’une conquête, mais celle d’une guerre de frontière. Dans le même temps, le calife irakien ajusta la pratique du jihâd à cette nouvelle guerre de position face aux Byzantins, sur terre comme sur mer10. Parmi les pratiques individuelles ou collectives du jihad qui évoluèrent, associant la surveillance et la défense de la frontière, la station dans le ribât devint la plus populaire. Surtout, accaparé par les pouvoirs sultaniens, selon le modèle imposé par le calife et ses juristes, la pratique du ribât, associant combat et retraite pieuses, individuelles, dans une zone, fortifiée ou non, faisant face à l’ennemi, permet au souverain de fixer des volontaires en des lieux devenus sacrés par le fait même de la présence des murâbitûn – les praticiens du ribât –, et ainsi de faire affluer les dons qui finançaient les constructions, les installations maritimes et le recrutement de volontaires, eux-mêmes bénéficiant de la manne liée aux razzias, terrestres et maritimes, dont ils touchent une part. Dans le même temps, les ouvrages de savants, juristes pour la plupart, tel celui que composa en Cilicie, Ibn al-Mubârak (m. 787), connu sous le titre de « Livre du jihâd » (Kitâb al-jihâd), recopié sans cesse jusqu’à la chute de Grenade en 1492, connurent un grand succès, dès le début du ixe siècle en al-Andalus11.

  • 12 Christophe Picard, « Les ribats au Portugal à l’époque musulmane : sources et définitions », Mil an (...)

13L’émir ‘Abd al-Rahmân II reprit à son compte l’institution du ribât et la mise en défense des côtes en s’appuyant sur le réseau de forteresses et de villes, comme Lisbonne, rebâtie après avoir été reprise aux chrétiens en 812, et d’où vint l’alerte, en 844, annonçant la présence des navires vikings. Il mit ainsi sur pieds, un système de surveillance le long des côtes atlantiques et méditerranéennes, de l’embouchure du Douro jusqu’à l’estuaire de l’Ebre, devant empêcher les débarquements vikings ou les razzias catalanes12. Les zones stratégiques – embouchure des fleuves et, en premier lieu, celle du Guadalquivir après l’attaque et le pillage de Séville, sans défenses au moment de l’assaut donné par 200 vikings et sans flotte pour les repousser en 844, ainsi que les rives stratégiques, comme la baie d’Almeria- bénéficièrent de travaux de mise en défense et de surveillance, nécessitant la présence d’équipages et de navires pour prévenir les débarquements ou pour attaquer les navires ennemis.

  • 13 Ibn al-Qûtiya, éd. p. 66, trad. p. 53.

Alors, pour devancer toute éventualité, ‘Abd al-Rahmân [II] ordonna que soit construit un arsenal (dâr al-sinâ’a) à Séville et qu’on fabriquât des bateaux. L’on recruta à cet effet des hommes de mer sur les côtes d’al-Andalus, à qui l’on donna de bons salaires et on se procura des instruments, des machines à lancer du nafte. De cette manière, lorsque les Vikings (mâjûs) firent leur seconde incursion, au cours de l’année 858-859, sous le règne de l’émir Muhammad (852-886), on sortit à leur rencontre à l’embouchure du fleuve de Séville et ils fuirent ; quelques navires brûlèrent13.

  • 14 Christophe Picard, « Les arsenaux musulmans », art. cit.

14Ces descriptions sommaires ne permettent pas de rentrer dans le détail de cette mobilisation et, en particulier, de savoir à quoi correspond alors un arsenal et encore moins s’il s’agit d’un édifice fortifié ! La seule référence qui permette une comparaison est celle qui se rapporte à l’arsenal de Tunis, construit en 702, décrit par al-Bakrî à partir de sources du xe siècle14. En revanche, l’organisation de la flotte, la levée de rameurs et la fourniture du bois, nous sont déjà connus dans la mesure où ce système était un héritage byzantin. Dans le même temps ‘Abd al-Rahmân II et son fils et successeur, Muhammad (852-886), contrôlèrent, comme les Aghlabides en Ifrîqiya, l’ensemble des installations en choisissant eux-mêmes les populations à qui ils confièrent les zones côtières comme la baie d’Almeria, avec les revenus liées aux fondations pieuses, les mouillages permettant de prévenir les débarquements, opérations qui aboutissaient à des colonisations côtières, en attirant les volontaires pieux pour surveiller et défendre les rives.

  • 15 Pour Paykent, Etienne de La Vaissière, « Le ribât d’Asie Centrale », Cahiers de Studia Iranica, no  (...)

15En effet, le calife Hârûn al-Rashîd (786-809) puis ses successeurs, avaient actualisé une pratique adaptée à la guerre de son temps, à partir de l’exemple fourni par les hommes qui, à Alexandrie et dans les ports syriens, scrutaient l’horizon marin, hostile en saison de navigation, et donnaient l’alerte lorsqu’ils apercevaient les voiles byzantines, tout en pratiquant dévotions et ascèse. Simultanément, en 795-796, deux des officiers de Hârûn al-Rashîd furent envoyés comme gouverneurs aux deux frontières extrêmes du domaine califal : Harthama b. Hayyân sur la frontière de l’Ifrîqiya, al-Fadl b. Yahyâ sur celle du Khurâsân, et firent édifier les premiers ribâts dans ces deux régions, respectivement à Paykent et à Monastir, en 79615. Le ribât de Sousse fut édifié bien après, sur les ruines d’une forteresse byzantine. Après sa diffusion au Maghreb, ‘Abd al-Rahmân II (822-852) utilisa à son profit le succès de l’institution pieuse dans le cadre d’une politique s’appliquant désormais à l’ensemble des zones côtières stratégiques, et qui se matérialisa plus précisément par l’établissement des Arabes yéménites, les Bânû Sarrâj, clan de la tribu des Qudâ’a, sur la rive de la baie d’Almeria. Les ressources, liées au statut de murâbitûn, leur permirent d’édifier des tours (al-Mariya) qui donnèrent son nom à la zone, bien avant l’érection de la cité califale. Si l’on se réfère à d’autres installations similaires et plus ou moins contemporaines, par exemple sur les rives du Cap Bon, proche de Tunis, où des tours et d’autres fortifications ont été exhumées, les tours de la Baie d’Almeria devaient être espacées le long des rives ou placées sur les promontoires stratégiques, permettant de couvrir et, si nécessaire, de protéger l’accès de l’ensemble des rives entre le Cap Gata et le Cabo de la Torre. De même, il est question d’un mouillage et de la mise à l’eau de navires devant empêcher les navires hostiles, vikings ou latins, de s’approcher des rives. Dès lors, l’on peut considérer que le premier établissement d’Almeria, fut bien le résultat de la mise en défense des côtes d’al-Andalus, selon les ordres de l’émir, incluant des systèmes de peuplements, financés par les populations locales, au nom du jihad, ainsi que le décrit l’enfant du pays, al-’Udhrî, au xie siècle :

  • 16 Al-’Udhrî (m. 1085), Tarsî’ al-akhbâr, éd. et trad. esp. Jorge Lirola Delgado, Abd al-Aziz Al-Ahwan (...)

Description de la cité d’Almeria : Almeria n’est pas une ville de construction ancienne, sinon que le site fut utilisé par les Arabes (yéménites), comme lieu de ribât ; ils y construisirent des défenses. La population y trouvait refuge et y pratiquaient le ribât (yurâbitûna fihâ) sans autre édifice ni habitations16.

16Le second temps fut celui de la fondation de Pechina.

Pechina/Bajjâna

  • 17 Cyrille Aillet, Les mozarabes…, op. cit., p. 85-87.

17L’évêché d’Urci, comme Acci (Guadix), Beatia (Baeza) et Basti (Baza), dépendait initialement de Tolède mais, au moins à partir du ixe siècle, ces évêchés mozarabes avaient été captés par l’influence de Cordoue. En effet, l’on trouve mention de la présence de ces prélats aux conciles de la capitale omeyyade en 839 et 86217. Malgré les troubles provoqués par la crise des martyrs de Cordoue, au milieu du ixe siècle, les populations chrétiennes, mozarabes, constituaient des groupes actifs dans les régions de la Bétique, à Séville et dans les régions de l’Algarve, aussi bien que dans l’ancienne région de Carthagène, et les évêchés jouaient le rôle de point de fixation de ces populations, telle Urci. Toutefois, si l’on n’a pas de données précises sur le transfert des reliques de saint Indalèce dans la nouvelle ville construite par les chrétiens, il est sûr que cette translation ne put se faire sans l’autorisation de l’émir d’ériger une nouvelle cité en ces lieux stratégiques déjà investis.

  • 18 Evariste Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, 3 vol., Paris, Maisonneuve et Larose, 195 (...)
  • 19 Parmi de nombreux exemples, le sud du Portugal, étudié par Helena Catarino, O Algarve Oriental dura (...)

18Evariste Lévi-Provençal a mis en perspective la fondation de Pechina par les habitants d’Urci et d’autres groupes de populations de la région qui se sont installés dans la cité, dont un fort parti berbère, dans un contexte économique marqué par le développement des activités maritimes à la fin du ixe siècle18. La fondation de Pechina serait liée au dynamisme des marins berbères, naviguant sur les routes maritimes reliant le Maghreb au sud de la péninsule ; cette installation supposait l’entente spontanée entre les Yéménites et les habitants d’Urci, dans un contexte économique favorable. Dans le même temps, la naissance et la croissance de la cité, sous le règne de ‘Abd Allâh (888-912), coïncida avec ce qui est présenté comme la période la plus trouble de l’émirat de Cordoue, en proie à une rébellion des élites, militaires pour la plupart, de l’émirat omeyyade, depuis 875. Or, les mêmes textes qui rapportent le dynamisme de Pechina durant cette période, mettent en relief le dynamisme maritime et économique de l’ensemble des régions d’al-Andalus. Les « rebelles » qui s’opposent au pouvoir émiral, font alors construire ou reconstruire, aussi bien dans les régions périphériques comme le Gharb al-Andalus ou la vallée de l’Ebre, que dans les territoires centraux de l’émirat, cités et résidences fortifiées (husûn) à partir desquels se développent les terroirs agricoles19. Pendant la même période, les ports andalous, et en particulier Séville et Pechina, deux cités « autonomes », font preuve d’un dynamisme étonnant, et les relations commerciales maritimes entre la côte orientale d’al-Andalus et celles du Maghreb, central et occidental, mais aussi sur les côtes atlantiques de part et d’autre du détroit sont le résultat, depuis 875, d’un développement commercial qui annonce la période faste du califat omeyyade.

  • 20 Gabriel Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade, op. cit. ; id., Identité andalouse, op. cit. ; Manuel (...)

19Comme l’a montré Gabriel Martinez-Gros, ces informations apparemment contradictoires, émanant de la chronique d’Ahmad al-Râzî, écrite « sous la dictée du calife », à propos d’un territoire en croissance mais qui subit une grave crise de l’autorité omeyyade, découlent largement de la nécessité, pour le califat de Cordoue, de marquer une rupture entre l’époque émirale, caractérisée par les troubles politiques, en particulier ceux provoqués par Ibn Hafsûn, et les rivalités ethniques, suivi par le temps d’une remise en ordre, sous le règne de ‘Abd al-Rahmân III (912-961), du territoire califal20.

  • 21 Pierre Guichard (1999), « Omeyyades et Fatimides au Maghreb. Problématique d’un conflit politico-id (...)

20C’est dans ce contexte particulier que surgit, dans l’histoire d’al-Andalus, le destin particulier de Pechina et Almeria, devenus à partir de 931, le principal port du califat de Cordoue, l’emblème de la puissance navale omeyyade sur la mer des Rûm. L’établissement de l’autorité califale sur la Méditerranée est un enjeu crucial pour ‘Abd al-Rahmân III, dans la mesure où, dans le sillage des califats précédents, depuis le règne de ‘Umar b. al-Khattâb (634-644), la mer à conquérir est devenue un espace essentiel de la démonstration du jihad califal. La rivalité maritime entre les Fatimides (909-1071), maîtres de l’Ifrîqiya, région maritime en plein essor depuis l’époque aghlabide (800-902), et les Omeyyades de Cordoue, se joue aussi bien au cœur du Maghreb que sur les eaux occidentales et centrales de la Méditerranée21. Dès lors, Pechina, dont le port est détruit par une escadre fatimide en 954, puis Almeria, port fondé dans la foulée par le calife, deviennent les emblèmes d’un pouvoir infaillible, sur mer comme sur terre, selon les époques.

21La naissance de Pechina puis la fondation d’Almeria, sont présentées dans les versions favorables au califat, comme le résultat d’une évolution, celle du port fondé par les gens d’Urci, renforcé par l’établissement de marins berbères et des Yéménites qui avaient reçu la concession des rivages de Pechina, sorte de fusion spontanée et réussie des populations d’al-Andalus sous la domination du pouvoir omeyyade, à partir de 912, qui ramène l’autorité, la paix et l’harmonie, et qui s’oppose à la situation de rivalités qu’avait connue la péninsule durant le dernier quart du ixe siècle. Cependant, cas rarissime, mais non unique, l’histoire de Pechina/Almeria échappe quelque peu des mains des auteurs acquis à la cause du califat, lorsqu’éclate la crise, au début du xie siècle, qui entraîne la fin du califat omeyyade. Ce sont les auteurs régionaux qui livrent alors une version « locale » du destin d’Almeria, devenue une capitale régionale et prospère, au point d’être considérée comme le plus grand port de l’Occident méditerranéen, au moins dans la sphère musulmane.

22Tout d’abord, le rôle de l’émir ‘Abd Allâh (888-912) apparaît décisif, après le règne de Muhammad (852-886), qui avait repris à son compte la politique maritime de son père et l’investissement sultanien des régions côtières, notamment à l’occasion de nouvelles incursions vikings. De la même façon, ‘Abd Allâh poursuivit cette politique marquée en particulier par le succès de l’expédition qui aboutit à l’annexion des Baléares en 902, après plusieurs tentatives avortées, notamment sous l’émirat de ‘Abd al-Rahmân II. Les sources évoquent le rôle d’un riche particulier qui aurait obtenu l’aval de l’émir pour cette entreprise, mais le nombre de 300 navires qui auraient été affrétés à cette occasion, chiffre conventionnel dans les sources arabes pour désigner une escadre considérable, implique une mobilisation que seul l’émir pouvait assurer. L’émir de Cordoue entendait poursuivre la politique d’investissement maritime de ses prédécesseurs depuis le début du ixe siècle, mais cela signifiait alors que la politique navale de son petit-fils et successeur, ‘Abd al-Rahmân III, le futur calife, s’inscrivait elle-même dans la continuité omeyyade, alors que la présentation des mesures prises par le souverain en matière de politique maritime, vise à montrer une rupture totale avec la période émirale. Parmi ces signaux d’une nouvelle impulsion, mis en scène par Ahmad puis par ‘Isâ al-Râzî, père et fils, la mainmise du califat sur les installations portuaires de Pechina, à partir de 931 et, après l’attaque de la flotte fatimide qui aboutit à la destruction du port de Pechina, en 954, l’érection d’Almeria constituent les symboles d’une nouvelle politique navale, dans le sillage de la proclamation du califat. Il faut noter que le calife avait également ordonné la construction de nouveaux ports, à Algeciras et à Tortosa, renforçant la défense d’al-Andalus et la force navale qui permit d’investir, en 931, la rive africaine avec l’annexion et les travaux de fortification de Ceuta. Nonobstant ces investissements de grande ampleur, et malgré les efforts des historiens du calife, d’autres sources révèlent une tradition qui met en avant la fortune de Pechina et d’Almeria, résultats d’une bonne relation entre le pouvoir omeyyade, à partir du ixe siècle, et les populations de la vallée d’Andarax.

23Al-Himyârî rappelle d’abord que le site de Pechina/Bajjâna, fondé par les mozarabes d’Urci, était une dépendance d’Arsh al-Yaman, la zone concédée par ‘Abd al-Rahmân II aux Yéménites vers 844 ; cela signifie que l’émirat de Cordoue entendait poursuivre et renforcer l’implantation musulmane sur la baie d’Almeria, dans le mouvement général d’un investissement maritime et commercial de la Méditerranée, et décida que des marins (bahriyyîn) s’établissent sur le site de la future cité de Pechina, sans que l’on connaisse la date. Ainsi, le mouillage concédé aux murâbitûn yéménites, devenait un site portuaire qui marqua le point de départ de la fortune de Pechina-Almeria, dans le cadre très favorable d’un développement global des activités marchandes, en particulier avec le Maghreb, et qui explique probablement la venue de marins berbères et leur établissement sur les côtes andalouses, à tel point que cet élan obligea l’émir à mettre sur pieds une administration spécifique de la circulation maritime, afin de bénéficier d’une taxation devenue intéressante et de contrôler les mouvements maritimes :

  • 22 Al-Himyarî (m. v. 1325), Kitâb al-rawd al-Mi’târ fî khabar al-aqtâr, éd. et trad. esp. Jorge Lirola (...)

Le motif de l’installation des marins dans la ville de Pechina fut le suivant. Lorsque le pouvoir des Idrissides, descendants d’al-Hasan, se fut renforcé au Maghreb, les Omeyyades ordonnèrent de garder les côtes et d’empêcher toute embarcation (jâriya) de naviguer sans avoir été repérée et contrôlée. Nul ne s’éloignait d’al-Andalus sans autorisation et nul n’entrait sans avoir donné de renseignements sur les raisons [du voyage] et sur la cargaison. Aucun n’appareillait sans que tous les contrôles aient été effectués et les investigations faites sur sa destination. Lorsqu’une embarcation (qârib) de plus de 12 coudées (8 m. 52) et munie d’une poupe recourbée, était appréhendée, on la démantelait pour la reconstruire selon les normes22.

24L’autre activité navale, plus souvent citée, était consacrée à l’attaque des Baléares déjà mentionnée, en 848 et aux razzias contre les côtes latines, également programmées par l’émir, dans les années 840. Plusieurs passages des annales omeyyades montrent que l’émir Muhammad, notamment pour contrer de nouvelles attaques vikings, poursuivit la politique de son père. ‘Abd allâh, malgré la multiplication des dissidences, et pour profiter de revenus de plus en plus substantiels du commerce maritime poursuivit sur le même rythme, l’investissement côtier et maritime. Il faut replacer la fondation de Pechina dans ce cadre, économique surtout.

25Evariste Lévi-Provençal déduit de ses lectures des sources, que la fondation de la cité par les gens d’Urci, eut lieu durant les années 880-890, entraînant la fusion de Pechina et du ribât en une seule circonscription administrative. L’émir accepta ou décida que les gens de Pechina, après avoir construit la cité épiscopale à douze kilomètres de la côte, le port et un arsenal à ciel ouvert, pouvaient investir et fortifier les hauteurs de la vallée d’Andarax et des zones voisines, les séparant ainsi de la province (kûra) de Jaen, dont ils dépendaient jusque-là. Le montage d’une nouvelle circonscription de l’État andalou, dans le contexte des troubles opposant les autorités émirales aux « lobbies » muwalladûn et arabes, en particulier ceux de Jaen, ne fut possible qu’avec l’appui de la dynastie et l’intervention de l’émir ‘Abd Allâh et permit dans le même temps de disposer d’une base navale solide, arrimée à l’émirat de Cordoue.

Conclusion

26Certes, la position stratégique comme l’élan économique et maritime de Pechina dans le cadre d’une conjoncture économique très favorable, jouèrent beaucoup dans le choix du calife de faire du port, l’arsenal du calife –, sur le versant méditerranéen. Il disposait des infrastructures, et d’une flotte déjà considérable, selon les dires de marins catalans venus razzier la vallée et qui y renoncèrent, se transformant en pacifiques marchands, lorsqu’ils comptèrent le nombre impressionnant de navires échoués sur la grève. Seulement, les sources arabes laissent apparaître un autre paramètre qui pourrait s’avérer décisif dans le choix du calife : des lettrés arabes de la cité, revenant sur les temps glorieux de leur cité, ont fait apparaître un autre scénario dans lequel ce sont les populations établies dans la région qui furent à l’initiative de l’essor et de la richesse d’Almeria, en jouant de leurs bonnes relations avec les émirs puis les califes omeyyades : les murâbitûn Yéménites, les mozarabes d’Urci et les Berbères, établis dans la région depuis le début du ixe siècle, fondateurs de Pechina, puis les marins, tour à tour marchands et membres des équipages des escadres omeyyades, ne furent-ils pas les véritables fondateurs d’Almeria et les véritables acteurs de la fortune de la cité, jusqu’au désastre de 947 ? C’est en tout état de cause, le message que veulent faire passer les deux lettrés de la cité, al-Udhrî (m. 1085) et al-Rushâtî (m. 1147), dans l’histoire de la cité, en déclarant qu’Almeria fut véritablement la cité, capitale de la région, lorsque les habitants de Pechina s’installèrent dans la ville nouvelle au début du xie siècle.

27Par conséquent et pour une bonne part, les différentes versions de l’avènement et de la croissance de Pechina puis d’Almeria, peuvent apparaître dans un premier temps comme contradictoires. Les annales d’Ahmad al-Râzî, connues au travers de l’œuvre d’Ibn Hayyân, mettent en avant la rupture nécessaire entre la période émirale et celle du califat, l’avènement du califat de ‘Abd al-Rahmân III modifiant totalement le statut de la mer des Rûm d’un espace hostile nécessitant la vigilance des émirs andalous, à celui d’une mer légitimatrice et qu’il fallait conquérir pour atteindre Bagdad, siège du califat universel, après avoir éliminé le califat shiite, impie. Dès lors, la transformation de Pechina en port et arsenal du calife, devait marquer une nouvelle phase, conquérante, de l’investissement omeyyade de la Méditerranée.

  • 23 Emmanuelle Tixier du Mesnil, Géographes d’al-Andalus, op. cit.

28Toutefois, l’appropriation califale du port de Pechina apparaît sous des traits différents qui expliquent les imprécisions et les confusions, dans la mesure où le calife veut aussi faire apparaître le développement maritime d’Almeria, sous la protection constante de la dynastie, comme le symbole d’un développement durable et réussi d’al-Andalus, reconnaissable dans la courte introduction géographique du chroniqueur Ahmad al-Râzî, qui précède la chronique, prélude à la phase de la reconquête du siège califal en faveur des Omeyyades23.

Notes

1 Jorge Lirola Delgado, Almería andalusí y su territorio. Textos geográficos I, éd. Fundación Ibn Tufayl de Estudios árabes et Instituto de Estudios almerienses, 2005, éd. p. 134, trad. esp. p. 135. Pour les aspects maritimes, également, Christophe Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Âge (viiie -xiiie siècle), Islamiques, PUF, Paris, 1997 ; id., « Les arsenaux musulmans de la Méditerranée et de l’océan Atlantique (viie-xve siècle) », dans Chemins d’outre-mer. Études sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, 2 vol., Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, II, p. 691-710.

2 Jorge Lirola Delgado, El poder naval de al-Andalus en la época del califato omeya, Grenade, 1993, p. 190-194. Ibn Hayyân (m. 1076), Kitâb al-Muqtabis fi ta’rîkh rijal al-Andalus : Muqtabis II. Anales de los Emires de Córdoba Alhaqam I (180-206H/796-822 J. C.) y Abderramán II (206-232/822-847), éd. Joachim Vallvé Bermejo, Madrid, 1999 ; trad. esp. Mahmud Ali Makki, Federico Corriente, Crónica de los emires Alhakam I y Abdarrahmân II entre los años 796 y 847, Saragosse, 2001 ; Crónica del califa ‘Abd al-Rahmân III al-Nâsir entre los años 912-942, éd. Chalmeta, Corriente, Subh, Madrid, 1979 ; trad. Viguera, Corriente, Saragosse, coll. « Textos Medievales », no 64, 1981.

3 Gabriel Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade. La construction de la légitimité du Califat de Cordoue (xe-xie siècles), Madrid, 1992 ; id., Identité andalouse, Sindbad, Paris, 1997 ; Emmanuelle Tixier du Mesnil, Géographes d’al-Andalus. De l’inventaire d’un territoire à la construction d’une mémoire, Paris, 2014.

4 Cyrille Aillet, Les mozarabes : christianisme, islamisation et arabisation en péninsule Ibérique (ixe-xiie siècle), Casa de Velazquez, Madrid, 2010.

5 Cité par Pierre Guichard, dans Les musulmans de Valence et la reconquête xie-Xiiie siècles, 2 vol., Damas, 1990-1991, d’après Ibn al- Abbâr, p. 114.

6 Al-Himyarî (m. 1325), Kitâb al-Rawd al-mi’tar fî ‘abr al-Iqtâr, éd. et trad., Jorge Lirola Delgado, op. cit., p. 135 et suiv.

7 Pedro Chalmeta, Invasión e Islamización. La sumisión de Hispania y la formación de al-Andalus, Jaen, 2003.

8 Ibn Hayyân, Muqtabis II, éd. p. 89v, trad. p. 19.

9 Vassilios Christides, The Conquest of Crete by the Arabs (ca 824). A Turning Point in the Struggle between Byzantium and Islam, Athènes, 1984.

10 Michael Bonner, Aristocratic violence and holy war : studies in the Jihad and the Arab-Byzantine frontier, New Haven, Connecticut, 1996 ; Christophe Picard, La mer des califes. La Méditerranée musulmane aux premiers siècles du Moyen Âge (viie-xiie s.), Paris, Seuil, 2014 (à paraître).

11 Cristina De La Puente, « El ŷihâd en el califato omeya de al-Andalus y su culminación bajo Hishâm II », dans Almanzor y los terrores del milenio. Actas II Curso sobre Península Ibérica y el Mediterráneo durante los siglos xi y xii, 8 vol., F. Valdés Fernandez, éd., Aguilar de Campo, 1999, II : Almanzor y los terrores del milenio, p. 25-38 ; Christophe Picard, « Regards croisés sur l’élaboration du jihad entre Occident et Orient musulman (viiie-ixe siècle). Perspectives et réflexions sur une origine commune », actes du colloque international Casa de Velázquez, Madrid, 11-13 avril 2005, dans Regards croisés sur la guerre sainte. Guerre, religion et idéologie dans l’espace méditerranéen latin (xie-xiiie s.), p. 33-66, Toulouse, 2006.

12 Christophe Picard, « Les ribats au Portugal à l’époque musulmane : sources et définitions », Mil anos de fortificações na Península Ibérica et no Magreb (500-1500) : Actas do Simpósio Internacional sobre Castelos, Lisbonne, éd. Colibri/Camara Municipal de Palmela, 2002, p. 203-212.

13 Ibn al-Qûtiya, éd. p. 66, trad. p. 53.

14 Christophe Picard, « Les arsenaux musulmans », art. cit.

15 Pour Paykent, Etienne de La Vaissière, « Le ribât d’Asie Centrale », Cahiers de Studia Iranica, no 39, 2008, p. 71-94.

16 Al-’Udhrî (m. 1085), Tarsî’ al-akhbâr, éd. et trad. esp. Jorge Lirola Delgado, Abd al-Aziz Al-Ahwani, Fragmentos geográfico-históricos de ilâ jami’a l-mamâlik wa-l-masâlik, Madrid, 1965 ; trad. Manuel Sanchez Martinez, « La Cora de Ilbira (Granada y Almería) en los siglos x e xi, segun al-’Udhrî (1003-1085) », Cuadernos de Historia del Islam, 7, 1975-1976.

17 Cyrille Aillet, Les mozarabes…, op. cit., p. 85-87.

18 Evariste Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, 3 vol., Paris, Maisonneuve et Larose, 1950-1967, rééd. 1999, I, p. 348-356.

19 Parmi de nombreux exemples, le sud du Portugal, étudié par Helena Catarino, O Algarve Oriental durante a ocupação islâmica, Loulé, 1997-1998, 3 vol. ; pour un état plus large, Christophe Picard, « Le renouveau urbain en Occident ibérique aux ixe-xe siècles, sous l’impulsion de seigneurs muwalladûn », 23e congrès de la S.H.M.E.S, Brest, 1992, Princes et pouvoirs au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 49-67.

20 Gabriel Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade, op. cit. ; id., Identité andalouse, op. cit. ; Manuel Acíen Almensa, Entre el feudalismo y el Islam. ‘Umar Ibn Hafsûn en los historiadores, en la fuentes y en la historia, Jaén, 1994 (nouvelle éd. 1997).

21 Pierre Guichard (1999), « Omeyyades et Fatimides au Maghreb. Problématique d’un conflit politico-idéologique (vers 929-vers 980) », dans Barrucand M., L’Égypte fatimide. Son art et son histoire, actes du colloque de mai 1998 de Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 1999, p. 55-67.

22 Al-Himyarî (m. v. 1325), Kitâb al-rawd al-Mi’târ fî khabar al-aqtâr, éd. et trad. esp. Jorge Lirola Delgado, dans Almería Andalusí y su territorio. Textos geográphicos, Almería, 2005, p. 141.

23 Emmanuelle Tixier du Mesnil, Géographes d’al-Andalus, op. cit.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search