Version classiqueVersion mobile

Le nu et le vêtu au Moyen Âge

« Le cuer n’est mie en l’ermin engoulez ». Revêtir une identité dans Aliscans

Jeanine Raidelet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’on est rarement nu dans la littérature médiévale où tout homme digne de porter ce nom se doit d’être vêtu, ainsi que le souligne admirablement Marie de France à travers le loup-garou dont s’inspire le Bisclavret1, loup-garou dont on a intentionnellement dérobé les vêtements afin qu’il ne lui soit jamais possible de recouvrer son identité première, celle du baron beau et bon chevalier. Plus qu’un signe évident de la condition humaine et de la reconnaissance d’autrui au sein de la société féodale, le vêtement fait sens parallèlement à sa conception esthétique et à la recherche du beau idéal dont la littérature médiévale ne s’est point détournée, à l’instar des moralistes qui plus tard ont octroyé à la mode une place non négligeable dans leurs pensées. Mais, si les somptueux manteaux d’hermine qui parent les épaules des héros des chansons de geste et de leurs compagnes sont inéluctablement de sublimes ambassadeurs de notre thématique du vêtu, nous préférons, en toute probité, souleve...

Auteur

Université de Toulouse Le Mirail

© Presses universitaires de Provence, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search