Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et urbanisation

Entre public et privé, l’alimentation en eau de Cordoue

VIIIe-XIIe siècles

Christine Mazzoli-Guintard

Résumé

À l’époque islamique (viiie-xiiie siècles), l’alimentation en eau de la ville de Cordoue dépendait des initiatives des particuliers et des interventions des autorités politiques : les particuliers ont assuré eux-mêmes l’approvisionnement de leur maison et ont géré les structures hydrauliques de leur quartier. Les autorités publiques se sont d’abord préoccupées de l’alimentation en eau de leurs palais et, ensuite, de l’intérêt général, en approvisionnant la grande-mosquée et en aménageant quelques fontaines.

Texte intégral

  • 1 Sylvie Denoix, « Autorités urbaines et gestion de la ville », dans Garcin Jean-Claude, Grandes vill (...)
  • 2 André Raymond, Grandes villes arabes de l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p. 118-167.
  • 3 Christine Mazzoli-Guintard, « Andalousie médiévale, Maghreb et Proche-Orient modernes : un même mod (...)

1Jusqu’à l’époque ottomane, le fonctionnement des grandes villes arabes a été assuré par une combinaison de divers éléments, l’intervention des autorités politiques, l’activité des communautés de métiers, de quartiers, de cultes, la participation des biens habous (fondations charitables), l’action des quidams ; c’est sur cette combinaison qu’a reposé le système de régulation des grandes villes arabes, système qui a permis à ces dernières de fonctionner, de se développer et de répondre aux besoins matériels de leurs habitants. Cette combinaison a rendu possible la vie urbaine « par un certain nombre d’institutions qui assurent le lien entre le pouvoir central et les acteurs sociaux désignés comme « la masse » (al-`âmma) », pour reprendre la formule de Sylvie Denoix à propos des grandes villes de l’Islam médiéval1 : magistralement décrit par André Raymond pour les quatre siècles ottomans (xvie-xixe siècles)2, l’équilibre entre autorités politiques et entreprises individuelles ne peut être connu avec autant de précision pour la période antérieure3, en raison de l’indigence des sources certes, mais aussi parce que la question du fonctionnement de la grande ville de l’Islam, à l’époque médiévale, n’a pas reçu toute l’attention qu’elle mérite.

  • 4 Ainsi Antonio Malpica Cuello, « El abastecimiento de agua en las ciudades de al-Andalus. Materiales (...)
  • 5 Depuis les travaux de Thomas Glick (Irrigation and Society in Medieval Valencia, Massachusetts, Har (...)
  • 6 Magdalena Valor Piechotta et Vicente Romero Muñoz, « El abastecimiento de agua », dans Valor Piecho (...)
  • 7 Carmen Peral Bejarano, « La infraestructura de aguas urbanas en la Málaga andalusí », dans II Coloq (...)
  • 8 Voir Antonio Torremocha Silva, « Abastecimiento y desalojo de aguas residuales en las ciudades anda (...)
  • 9 Doris Behrens-Abouseif, « Infrastructures et services », dans Garcin Jean-Claude, Grandes villes mé (...)
  • 10 André Raymond, Grandes villes arabes…, op. cit., p. 156.
  • 11 Les sources littéraires arabes, chroniques et œuvres géographiques, le manuel de hisba d’Ibn `Abd a (...)
  • 12 Pour les résultats des fouilles, cf. Anuario Arqueológico de Andalucía ; Arte, Arqueología e Histor (...)

2Pour s’en tenir à al-Andalus et à un aspect fondamental de la vie urbaine, l’approvisionnement en eau, la recherche a souvent signalé à quel point la question demeurait le parent pauvre de l’hydraulique4, alors que l’intérêt pour la maîtrise de l’eau dans le monde rural ne s’est jamais démenti5 : l’approvisionnement de Séville au moyen de la captation de l’eau du fleuve et des eaux pluviales, de puits et de l’aqueduc des Caños de Carmona est l’une des questions les plus mal connues de l’urbanisme sévillan6 ; l’inventaire des données archéologiques relatives à l’alimentation en eau de Málaga montre à quel point notre connaissance du système d’approvisionnement de la ville reste lacunaire7. Quoique balbutiante, la recherche relative à l’hydraulique des villes d’al-Andalus a néanmoins débouché sur le constat que l’alimentation en eau reposait sur deux acteurs, les autorités et les particuliers8, comme dans l’ensemble des grandes villes de l’Islam médiéval où elle « avait lieu à deux niveaux, un niveau collectif et un niveau privé9 », comme aussi dans les grandes villes arabes de l’époque ottomane où les autorités restèrent à l’écart d’une organisation qui fonctionnait sans elles, tout en ayant un rôle actif dans un service urbain aussi vital10. Poser à une grande ville d’al-Andalus la question de son approvisionnement en eau permettra-t-il de saisir l’équilibre entre autorités politiques et entreprises individuelles sur un point précis du fonctionnement de la ville ? C’est à propos de Cordoue, remarquable par l’abondance des sources, tant textuelles11 que matérielles12, susceptibles d’être interrogées sur l’approvisionnement en eau de la ville au moment islamique de son histoire, que nous faisons le pari de cette démarche : comment, sur un aspect précis du fonctionnement d’une ville andalusí, l’alimentation en eau de Cordoue, s’imbriquèrent les interventions des autorités politiques et celles des acteurs sociaux ?

Interventions des autorités politiques

  • 13 Rafael Pinilla Melguizo, « Saneamiento y medio ambiente en la Córdoba islámica (s. viii-xiii) », da (...)

3Depuis le viiie siècle et jusqu’au temps des dynasties africaines, les autorités qui ont gouverné Cordoue participèrent à la mise en place de structures d’adduction d’eau : un premier qanât fut mis en place au temps des gouverneurs, puis, sous les règnes de `Abd al-Rahmân II et d’al-Hakam II, furent aménagées des conduites qui prolongeaient les aqueducs antiques, toujours utilisés pour approvisionner la ville en eau de la Sierra13. Al-Mansûr fit construire une vaste citerne souterraine et, au xiie siècle, le gouverneur almoravide dota Cordoue d’une grande roue hydraulique. Ces interventions servirent bien évidemment les gouvernants, mais de quelle manière ?

Approvisionner les résidences des gouvernants

  • 14 L’épisode figure dans les Akhbâr Madjmû`a (Colección de Tradiciones), Crónica anónima del siglo xi, (...)
  • 15 Reinhardt Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, E. J. Brill, 1881, t. II, p. 414.
  • 16 Il a aussi laissé son nom, à l’ouest de Cordoue, à un cimetière et à une porte.
  • 17 Pour Ángel Ventura Villanueva (« Los acueductos romanos… », art. cit., p. 125), il ne s’agit que de (...)
  • 18 Ángel Ventura Villanueva, « Los acueductos romanos… », art. cit., p. 126.

4La première finalité de ces interventions fut d’approvisionner les résidences des détenteurs du pouvoir : lors du conflit entre le gouverneur Yûsuf al-Fihrî (747-756) et le prestigieux chef arabe `Âmir b. `Amr, ce dernier se fortifia dans une propriété (munya) qu’il possédait à l’ouest de Cordoue ; elle fut dès lors appelée Qanât `Âmir, nom qui rappelait la canalisation que `Âmir avait fait installer dans sa résidence convertie en base retranchée pour lutter contre le gouverneur14. Captation profonde et souterraine de l’eau, qanât désigne aussi une canalisation, une conduite d’eau15, variante sémantique liée au fait que tout qanât comporte un tronçon en surface pour amener l’eau jusqu’à l’habitat ; il est peu plausible que Âmir, certes possessionné à l’ouest de Cordoue16, ait pu entreprendre de lourds et complexes travaux souterrains : il dut se contenter de mettre en place une canalisation d’amenée d’eau, peut-être en dérivant un aqueduc antique17. Dès le milieu du viiie siècle, un membre de l’aristocratie cordouane qui prétendait au pouvoir se préoccupa donc de l’alimentation en eau de sa résidence ; quelques années plus tard, `Abd al-Rahmân Ier prit soin de l’adduction d’eau de sa demeure suburbaine, la munya al-Rusâfa, en faisant réhabiliter le caput aquae de l’aqueduc de Cercadilla18.

  • 19 Ibn Hayyân, Crónica de los emires Alhakam I y `Abdarrahmân II entre los años 796 y 847, trad. Mahmu (...)
  • 20 Selon Évariste Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, Leyde-Paris, Brill-Maisonneuve & Ci (...)
  • 21 Al-Maqqarî, The History of the Mohammedan dynasties in Spain, trad. Pascual de Gayangos, Londres, 1 (...)

5Les Omeyyades œuvrèrent en effet à l’approvisionnement en eau de leurs résidences cordouanes : `Abd al-Rahmân II (822-852) fit percer la roche pour amener le précieux liquide depuis la montagne jusqu’au palais urbain, l’Alcázar, et il obtint de grandes quantités d’eau tant pour l’alimentation que pour l’irrigation de ses jardins19 ; `Abd Allâh (888-912) fit construire une résidence d’agrément au bord du Guadalquivir, la Munyat al-Nâ`ûra, dont les jardins étaient irrigués par une noria qui puisait l’eau dans le fleuve20. La quantité fournie devait être insuffisante puisque `Abd al-Rahmân III (912-961) fit élever un magnifique aqueduc pour amener l’eau des montagnes jusqu’à la Munyat al-Nâ`ûra : un ensemble de canalisations posées sur des arcs conduisait le précieux liquide jusqu’à un bassin surmonté d’un lion superbe, couvert d’or et dont les yeux étaient des joyaux ; l’eau entrait par le dos de l’animal et sortait par la bouche de celui-ci, spectacle impressionnant pour tous ceux qui découvraient la fontaine21. L’aqueduc servait exclusivement à alimenter la résidence suburbaine du calife, tant le palais que les jardins, puisque l’excédent d’eau était déversé dans le fleuve.

  • 22 Rafael Pinilla Melguizo, « Saneamiento.. », art. cit., p. 45 émet un doute sur cette identification
  • 23 Leopoldo Torres Balbás, « La Albolafia de Córdoba y la gran noria toledana », Al-Andalus, no 7, 194 (...)

6Enfin, le gouverneur almoravide de Cordoue Tashufîn, fils de l’émir `Alî b. Yûsuf, fit construire en 1136-1137 une grande noria qui est peut-être l’Albolafia22 : appuyée sur une structure en pierre de taille, pourvue d’un canal servant à capter l’eau, cette roue hydraulique de 15 m de diamètre était posée sur des arcs outrepassés en partie conservés ; elle se trouvait au sud de l’Alcázar et servait à alimenter celui-ci23. Si les détenteurs du pouvoir se préoccupèrent d’alimenter en eau leurs résidences cordouanes, ils prirent soin également de la grande-mosquée de la ville.

Alimenter la mosquée des Omeyyades

  • 24 Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, trad. Edmond Fagnan, Alger, Imp. P. Fontana, 1904, p. 109, éd. Évarist (...)
  • 25 Lucien Golvin, L’art hispano-musulman, Paris, Klincksieck, 1979, p. 32.
  • 26 Al-Maqqarî, The History…, op. cit., p. 226 et p. 499 ; Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, trad. p. 396-39 (...)
  • 27 Maudilio Moreno, Juan F. Murillo, Ángel Ventura et Silvia Carmona, « Nuevos datos sobre el abasteci (...)

7Les infrastructures émirales n’ont laissé que des traces bien timides dans les sources : Hishâm Ier (788-796) fit aménager un bassin aux ablutions, qui était nécessairement pourvu d’un système d’adduction d’eau24 ; al-Mundhîr (886-888) remit à neuf le réservoir (siqâya) de la grande-mosquée25. En revanche, le calife al-Hakam II (961-980) ordonna d’importants travaux : il fit démolir l’ancienne mîda`a alimentée par une noria de sangre (bi’r al-saniya) et la remplaça par de nouveaux bassins aux ablutions, sur les côtés est et ouest de la cour ; il fit également prolonger la canalisation de `Abd al-Rahmân II, qui aboutissait au palais, jusqu’à la grande-mosquée afin d’alimenter ces nouveaux bassins et des réservoirs (siqâyât). L’eau, amenée au moyen d’un qanât de pierre garni de tuyaux de plomb pour éviter que l’eau ne se souillât, commença à couler le vendredi 25 janvier 96726. Un tronçon de cette canalisation a été mis au jour sur le site de Cercadilla, au nord-ouest de Cordoue : sur un aqueduc de la fin du IIe siècle fut mise en place une dérivation qui permit d’alimenter la grande-mosquée ; les deux phases, romaine et califale, de la canalisation souterraine voulue par al-Hakam II ont ainsi été documentées dans le faubourg nord-ouest de la ville27.

  • 28 L’information est transmise par plusieurs chroniqueurs, dont Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, op. cit., (...)
  • 29 Basilio Pavón Maldonado, Tratado de arquitectura hispanomusulmana, t. I, Agua, Madrid, CSIC, 1990, (...)

8Le tout puissant al-Mansûr (978-1002), qui détient alors les rênes du pouvoir et est à l’origine du dernier agrandissement de la mosquée des Omeyyades, attache également son nom à l’aménagement d’une vaste citerne (al-djubb) destinée à recueillir l’eau des toitures de la salle de prières et des portiques28 : creusée sous la cour de la grande-mosquée, cette citerne de plan quadrangulaire, de 5 m de profondeur, pouvait contenir 390 m3 d’eau29. La mosquée était pourtant alimentée par une canalisation d’amenée d’eau et pourvue de réservoirs : l’approvisionnement existant s’avérait-il insuffisant ou al-Mansûr voulait-il manifester sa piété ? Veiller à l’adduction d’eau de la grande-mosquée participe en effet du souci d’œuvrer en faveur de l’intérêt général.

Installer des fontaines publiques au profit de tous

  • 30 Ibn Hayyân, Crónica de los emires…, op. cit., p. 171-172.
  • 31 La crónica de `Arib sobre al-Andalus, trad. Juan Castilla Brazales, Grenade, Impredisur, 1992, p. 1 (...)

9Par sa volonté d’œuvrer en faveur de l’intérêt de tous, le souverain s’efforçait bien entendu de se concilier la grâce divine et les fontaines publiques exprimaient clairement ce souci qui mêlait bien commun et piété personnelle : l’excédent de l’eau amenée jusqu’au palais par la canalisation de `Abd al-Rahmân II achevait sa course dans une vasque de marbre aménagée devant la porte méridionale de l’Alcázar ; elle commença à fonctionner en 886-887, pour le profit du plus grand nombre30. Une quarantaine d’années plus tard, `Abd al-Rahmân III fut à l’origine d’un aménagement similaire par le caractère public du dispositif et par l’emplacement devant l’une des portes du palais, celle du nord-est cette fois : en 918-919, al-Nâsir dota un jet de fontaine (al-fawwâra) d’un bassin (al-siqâya) à trois vasques, œuvre soignée qui fut de grande utilité (al-manfa`a)31.

  • 32 Alejandro García Sanjuán, Hasta que Dios herede la tierra, Los bienes habices en Al-Andalus (siglos (...)
  • 33 Clifford Edmund Bosworth et Doris Behrens-Abouseif, « Sabîl », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Ley (...)
  • 34 Rafael Castejón, « Córdoba califal », Bol. Real Academia de Ciencias, Bellas Letras y Nobles Artes (...)

10Les fontaines des deux Omeyyades font penser à une institution plus tardive, développée à partir du xiie siècle, le sabîl, point d’eau public aménagé et entretenu grâce à la générosité d’une personne privée qui la dote d’un habou : si les sources arabes n’évoquent rien de tel alors que l’institution du habou apparut au ixe siècle dans le milieu de l’élite cordouane32, la terminologie peut suggérer une telle institution, puisque sabîl est désigné par siqâya à Fès à l’époque almohade33. D’autres fontaines publiques durent exister à Cordoue : selon al-Râzî, depuis l’Alcázar, l’eau était conduite en divers endroits de la ville ; mais si nous connaissons les noms de quelques fontaines publiques de Cordoue, `Ayn Qubbas et `Ayn Funt Awrya dans le faubourg occidental, `Ayn Farqad dans le faubourg oriental, l’origine de la construction nous échappe. Quand un certain Farqad édifie une fontaine sur l’ordre et pour l’agrément de Hishâm Ier34, ou quand Muqaddam, proche serviteur d’al-Mansûr, dirige la construction de fontaines comme le rapporte Ibn Hazm, initiatives privée et étatique se conjuguent là, dans un équilibre qui reste difficile à cerner.

11Si les autorités de Cordoue se sont préoccupées, dès leur venue au pouvoir, de l’adduction d’eau de leurs résidences cordouanes, elles sont intervenues plus tardivement, à compter du dernier quart du ixe siècle, en faveur de l’intérêt général, en garantissant l’alimentation en eau de la grande-mosquée ou en faisant installer des fontaines publiques aux portes du palais. Ce souci de l’intérêt général resta timide : il est frappant de constater que l’excédent de l’eau amenée par l’aqueduc de `Abd al-Rahmân III jusqu’à sa résidence favorite venait grossir les eaux du fleuve et ne bénéficiait pas à l’intérêt général. Faut-il y voir le signe que les entreprises individuelles contribuaient alors bien davantage à l’approvisionnement quotidien en eau potable ?

Initiatives des acteurs sociaux

12Les acteurs sociaux intervenaient à deux niveaux, individuel et collectif, dans l’approvisionnement en eau de Cordoue, celui de la maison et celui du quartier.

Approvisionner la maison

  • 35 Ibn al-Faqîh al-Hamadhânî, Abrégé du Livre des pays, trad. Henri Massé (†), Damas, IFD, 1973, p. 10 (...)
  • 36 Elena Castro del Río, El arrabal de época califal de la zona arqueológica de Cercadilla : la arquit (...)
  • 37 Dolores Ruiz Lara, Juan Francisco Murillo Redondo et Maudilio Moreno Almenara, « Memoria de los tra (...)

13Les sources s’accordent autour du rôle essentiel des puits dans l’alimentation des maisons cordouanes : dans sa description du monde qui n’accorde pourtant guère d’importance à al-Andalus, l’Iranien Ibn al-Faqîh al-Hamadhânî (m. v. 902) notait que les puits d’eau potable de Cordoue fournissaient, y compris en été, une eau limpide et d’une extrême fraîcheur35. Dans le faubourg de Cercadilla, les maisons fouillées, d’époque califale, étaient dotées de puits qui atteignaient la nappe phréatique située à une profondeur de six à neuf mètres : des rangées superposées de calcaires et de galets de tailles diverses, assemblés avec de l’argile, formaient la cavité de puits au diamètre intérieur très variable, de 0,60 m à 0,94 m ; au puits était parfois associé un déversoir, de plan quadrangulaire ou circulaire, aux fonctions esthétiques et pratiques, et la margelle présentait parfois des traces de décoration, moulures appliquées au doigt par exemple36. Les puits étaient en général circulaires, même si un puits de plan quadrangulaire, de grandes dimensions et lié à une propriété périurbaine, à fonction de puits-citerne, a été mis au jour. Des puits ont aussi été découverts dans des maisons de la partie méridionale du faubourg occidental37. La diversité des puits, par leur emplacement dans la cour, le traitement de l’espace environnant et les caractéristiques des margelles, indique bien que le puits relevait de l’entreprise individuelle. L’eau des puits étant de bonne qualité et facile d’accès, beaucoup de maisons en furent dotées ; toutefois, le puits ne fut pas le seul mode d’approvisionnement en eau des maisons cordouanes, qui comptèrent également sur le stockage de l’eau de pluie et de l’eau amenée par des porteurs.

  • 38 Eduardo Ruíz Nieto, « El ensanche occidental de la Córdoba califal », Meridies, no 7, 2005, p. 68.
  • 39 Citerne découverte dans la zone du Plan Parcial 0-7 : Julio Navarro Palazón et Pedro Jiménez Castil (...)
  • 40 Rachel Arié, « Traduction annotée et commentée des traités de hisba d’Ibn `Abd al-Ra’ûf et de `Umar (...)

14Ainsi, certaines maisons du faubourg occidental étaient-elles pourvues d’une citerne38 : ce système d’approvisionnement, très peu documenté à Cordoue surtout par rapport aux puits, était propre à une maison et de petites dimensions, permettant de stocker de 30 à 40 m3 d’eau, à une exception près, une citerne qui recueillait les eaux pluviales de trois maisons au moins, grâce à un système complexe de canalisations39. L’eau ainsi stockée provenait de la pluie, l’auteur du Calendrier de Cordoue recommandant d’éviter son utilisation pour l’alimentation humaine, ou bien elle était amenée par des porteurs d’eau, profession réglementée, dans la Cordoue du premier xe siècle, par le manuel de hisba d’Ibn `Abd al-Ra’ûf : l’interdiction générale du négoce à l’heure de la prière obligeait à bien surveiller les vendeurs d’eau, qui ne pouvaient vendre le vendredi quand l’imâm commençait le prône40. En revanche, Ibn `Abd al-Ra’ûf n’a laissé aucune précision sur les lieux où s’approvisionnaient les porteurs d’eau, le Guadalquivir, et sans doute aussi les ruisseaux de la ville.

Servir le quartier

  • 41 Ma Teresa Casal García, « Características generales del urbanismo cordobés de la primera etapa emir (...)

15Les acteurs sociaux intervenaient également pour approvisionner en eau leur quartier, au moyen de puits ou de citernes. Les puits mis au jour dans le faubourg de Secunda, sur la rive gauche du fleuve, constituaient des structures collectives d’alimentation en eau des quartiers : ils se trouvaient sur des placettes, dans une zone où les maisons étaient dépourvues de puits, et étaient donc destinés à un usage communautaire41. Le faubourg de Secunda, peuplé d’artisans et d’ulémas, fut détruit après la révolte qui s’y fomenta en 818 : faut-il chercher dans la dimension temporelle l’absence de puits dans les maisons, cet habitat d’époque émirale présentant des infrastructures collectives disparues au profit de puits individuels à l’époque califale ? Ou faut-il chercher dans la nature du peuplement l’origine de cette différence ?

  • 42 Association bien connue pour une période plus tardive et mieux documentée, celle de la Grenade nasr (...)
  • 43 Ibn Hayyân, Crónica de los emires…, op. cit., p. 76.
  • 44 Évariste Lévi-Provençal, L’Espagne musulmane au xe siècle, Paris, Larose, 1932, p. 208.
  • 45 Christine Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam au (...)

16Quant à la citerne du quartier, elle apparaît associée à une mosquée42 : en 818, parmi les révoltés du faubourg, se trouvait un célèbre savant, Tâlût b. `Abd al-Djabbâr al-Ma`âfirî, qui a laissé son nom à une mosquée et à une citerne (al-hufrah)43 qu’il fit sans doute édifier, les deux édifices maintenant ainsi, par le nom, la mémoire de leur fondateur. La trace d’un couple mosquée-structure hydraulique est également conservée à travers le masdjid `Ayn Târ44 ou bien encore à travers la mosquée de `Adjab, mosquée de quartier au cœur d’une affaire juridique survenue à Cordoue avant 921 et relative au déplacement de la porte du bassin aux ablutions de la mosquée45.

  • 46 Quant à leur entretien, les sources sont muettes, alors que la littérature juridique fourmille de d (...)

17Dans la Cordoue andalusí, à en juger par les nombreux puits mis au jour par les fouilles, les particuliers ont donc joué un rôle essentiel pour mettre en place les structures d’alimentation en eau de leur maison ou de leur quartier46. Mais lorsqu’ils venaient s’approvisionner à la fontaine aménagée par l’Omeyyade, les deux initiatives, celle du prince et celle de l’individu, se rencontraient : quels furent les ressorts sur lesquels s’appuya, pour fonctionner, ce système dual d’alimentation en eau ?

Les ressorts du système

18Le poids respectif du public et du privé dans l’alimentation en eau de la Cordoue andalusí a parfois été jaugée à l’aune de la Cordoue romaine, dans une démarche proche du travers de l’École orientaliste qui examinait les villes de l’Islam médiéval non pour elles-mêmes mais en comparaison avec les villes de l’Antiquité. Cette démarche a aussi en toile de fond le débat sur la nature de l’État en al-Andalus, simple voile administratif ou puissance omniprésente. Entre acteurs sociaux et autorités cordouanes, la question est donc de savoir comment s’imbriquèrent les actions de ces deux initiatives pour faire fonctionner le système d’alimentation en eau de la ville.

Les bases juridiques

  • 47 Francisco Vidal Castro, « El agua en el derecho islámico. Introducción a sus orígenes, propiedad y (...)

19Le système reposait sur deux bases juridiques bien connues, le statut complexe de l’eau et le principe de l’absence de tort à autrui. Dans le droit malékite, comme l’a bien exposé Francisco Vidal, l’eau est publique, privée ou mixte47 : les grandes masses d’eau, celle du fleuve par exemple, sont communes à tous ; si celui qui fore un puits œuvre pour l’utilité publique, l’eau appartient à tous et le constructeur a les mêmes droits que les autres usagers. En revanche, l’eau d’une canalisation ou d’un puits est la propriété privée de l’individu ou du groupe à l’origine de l’aménagement. Quant aux puits et fontaines installés en dehors de la propriété privée, sans que soit formulée l’intention d’appropriation qui convertit la structure hydraulique en bien privé, le fondateur a le droit de se servir en premier, mais il n’a pas le droit de vendre l’eau.

20L’autre base juridique du système se trouve dans le hadîth « lâ darar wa lâ dirâr », « ne nuis point à autrui », sur lequel se fondent les juristes pour régler les litiges de voisinage : il protège des torts infligés par un tiers, tout en soulignant l’interdiction de causer un dommage à autrui ; un tort ne peut être supprimé par un mal plus grand encore.

Le rôle prépondérant du privé

21La gestion des structures hydrauliques du quartier incombait aux habitants de celui-ci : dans l’affaire de la mosquée de `Adjab, une partie des habitants du quartier, en l’occurrence les notables (al-wudjûh), voulut remettre la porte du bassin aux ablutions dans son état initial, en l’ouvrant directement sur la rue. Il est légitime de supposer que si les habitants du quartier ont pu faire des travaux dans la salle aux ablutions de leur mosquée, ils devaient être chargés de l’entretien de celle-ci. Le caractère lacunaire des sources à propos de la mise en place et de l’entretien des structures hydrauliques du quartier laisse le sentiment que ces questions étaient gérées par les particuliers ; lorsqu’un désaccord surgissait, comme dans le cas de la mosquée de `Adjab, il débordait le cadre du quartier pour se retrouver devant l’appareil judiciaire de la ville.

  • 48 Vincent Lagardère, op. cit., p. 286.
  • 49 Rachel Arié, art. cit., p. 34.

22Des habous ont-ils été constitués par des particuliers au profit des structures hydrauliques de leur quartier ? Dans l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas question de tels habous à Cordoue et le mécénat religieux dans le domaine de l’alimentation en eau apparut tardivement en al-Andalus ; la première fatwâ relative à une fondation pieuse dont les revenus étaient consacrés à l’alimentation en eau est une consultation juridique attribuée au Grenadin Ibn Manzûr (m. 1482) : une boutique a été constituée en habou au profit d’une jarre où s’abreuvaient les gens du souk, l’occupant de la boutique devant assurer l’alimentation de la jarre et son entretien48. En revanche, à Cordoue au Xe siècle, les gens du souk allaient boire chez les marchands, au grand dam d’Ibn `Abd al-Ra’ûf qui s’efforçait de leur interdire d’aller étancher leur soif chez les changeurs49.

Le rôle régulateur des autorités judiciaires

  • 50 Christine Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue…, op. cit., p. 214 et p. 238.

23Les autorités judiciaires n’intervenaient que pour régler des situations qui n’avaient pas trouvé d’issue au niveau du quartier, ce qui peut expliquer la rareté des litiges autour des structures d’approvisionnement en eau et l’absence d’un juge chargé des conflits sur l’eau. Les conflits relatifs à l’alimentation en eau dans la ville de Cordoue, dont Ibn Sahl ou al-Wansharîsî ont conservé le souvenir, sont en effet rarissimes : il s’agit, au plus tard en 926, de l’affaire relative au puits (bi’r) de `Umar, contaminé par des eaux qui stagnaient dans le four de son voisin Zakariyâ’50. Il s’agit, ensuite, d’un conflit autour d’un puits commun à deux maisons – indice de l’investissement nécessaire ou souvenir d’une structure familiale ?-, sur lequel émit un avis Ibn al-Hâdjdj, cadi de Cordoue (1127-1135) :

  • 51 Vincent Lagardère, Histoire et société…, op. cit., p. 181.

Un homme achète une maison dont le puits est commun à une maison voisine qu’il découvre ensuite être la propriété d’un Juif ou d’un Chrétien. Réponse. Ce n’est pas un vice, car Allâh a permis aux Musulmans de consommer la nourriture des tributaires51.

  • 52 Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, trad. p. 479, éd. p. 309.
  • 53 Le sultan de cette fatwâ peut être l’émir lui-même, `Alî b. Yûsuf (1106-1143), ou bien le gouverneu (...)

24Par ailleurs, le fleuve, dont l’eau appartient à tous, a suscité des appétits que l’autorité judiciaire a régulés de manière plus ou moins directe : en 988, pour construire un nouveau pont sur le Guadalquivir, al-Mansûr dut acquérir un terrain appartenant à un vieil homme de la plèbe ; il ordonna à ses intendants de dédommager fort honnêtement le propriétaire52. Le tout-puissant premier ministre gouvernait déjà sans partage al-Andalus en s’appuyant sur le groupe, très influent, des ulémas ; il se devait donc d’afficher un profond respect de la loi et une piété exemplaire. Lorsqu’à l’époque almoravide, l’émir affirma brutalement son droit de propriété sur le Guadalquivir, sa prétention à posséder le fleuve fut balayée d’un revers de main par le cadi de la ville, Ibn al-Hâdjdj : le propriétaire d’un terrain situé sur la rive avait construit une embarcation pour passer les gens de l’autre côté du Guadalquivir, mais le sultan s’y opposa, prétendant que le cours d’eau était sa propriété53. La réponse du cadi fut sans détour :

  • 54 Vincent Lagardère, Histoire et société…, op. cit., p. 362.

il en est des fleuves comme des routes antiques, on ne peut empêcher qui que ce soit d’en tirer profit. Le Sultan, qu’Allâh lui fasse la grâce de lui obéir, ne peut empêcher ce passeur de traverser le fleuve avec son bateau d’une rive à l’autre si toutes les deux lui appartiennent ou seulement l’une, le propriétaire de l’autre lui en accordant l’utilisation. Le Sultan, qu’Allâh lui fasse la grâce de lui obéir, n’a pas le droit de revendiquer la propriété du fleuve54.

  • 55 Ma Jesús Viguera Molins, « Historia política », dans Viguera Molins Ma Jesús, El retroceso territor (...)

25Au moment où Ibn al-Hâdjdj rendit cette consultation juridique, le pouvoir almoravide dans la Péninsule était en plein désarroi, après la révolte de Cordoue en 1121, l’opération de razzia en Andalousie menée par Alphonse Ier en 1125-1126, le désastre de Cullera en 112955. Affaibli, l’Almoravide était d’autant plus soumis au pouvoir des ulémas.

  • 56 Vincent Lagardère, Histoire et société…, op. cit., p. 453.
  • 57 Francisco Vidal Castro, « La transmisión del uso y gestión del agua de al-Andalus al mundo cristian (...)
  • 58 Ainsi l’alamín, de amîn al-mâ’, fonctionnaire chargé de la distribution des tours d’eau dans les pe (...)
  • 59 À partir de l’époque ottomane, un système d’adduction d’eau alimentant une trentaine de fontaines e (...)
  • 60 Un individu installe des latrines qui se déversent dans un cours d’eau servant à des jardins, des m (...)

26L’approvisionnement en eau ne semble donc pas avoir suscité de nombreux litiges à Cordoue, sans doute parce qu’il reposait davantage sur des infrastructures privées que sur des aménagements collectifs et sur le partage de l’eau. Cette rareté des conflits explique peut-être l’absence d’un juge chargé des conflits sur l’eau : dans son énumération des charges judiciaires depuis le cadi jusqu’au juge du marché, Ibn Sahl (m. 1093) n’a pas mentionné de juge chargé des conflits liés à l’eau56. Une charge spécifique pour les questions liées à l’eau a pu apparaître à l’époque nasride, ainsi que l’explique prudemment F. Vidal57 : un juge des eaux est attesté dans le monde malékite du xviie siècle, ainsi que dans plusieurs villes des royaumes chrétiens ibériques où des institutions liées à l’eau et à l’irrigation portaient des noms d’indiscutable étymologie arabe58 ; cependant, aucune mention relative à un juge des eaux n’a été relevée pour l’histoire d’al-Andalus. L’existence d’un juge spécifique aux conflits sur l’eau paraît donc être une donnée tardive des institutions judiciaires de l’Islam59 ; l’affaire du puits de `Umar échut au cadi ou au sâhib al-hisba, Ibn Sahl ne donnant que les noms des conseillers du juge ayant rendu un avis sur le litige. Et lors d’un conflit sur l’eau dans le monde rural, sur lequel fut consulté le cadi de Cordoue Ibn Rushd, apparaît tout simplement un hâkim, juge secondaire, auquel le cadi peut déléguer l’exercice de la justice dans les campagnes60.

Conclusion

27L’alimentation en eau de la Cordoue andalusí reposait sur un équilibre entre initiatives des particuliers et interventions des autorités politiques ; la rareté des conflits dont les sources juridiques ont conservé la mémoire n’est-elle pas l’indice d’un système au fonctionnement satisfaisant ? Les particuliers ont assuré eux-mêmes l’approvisionnement de leur maison, au moyen d’un puits, en recueillant les eaux pluviales ou en payant les services d’un porteur d’eau. Les communautés de quartier ont géré les structures hydrauliques de la salle aux ablutions de leur mosquée et, le cas échéant, le puits ou la citerne à usage communautaire : l’indigence des sources ne permet pas toujours de faire la part entre le rôle de l’État et celui des individus dans leur mise en place et leur gestion et de saisir ce qui distingue, par exemple, la fontaine de Farqad de la citerne d’al-Ma`âfirî . Les autorités politiques, enfin, se sont en premier lieu préoccupées de l’alimentation en eau de leur palais, puis de l’intérêt général, en approvisionnant la grande-mosquée et en aménageant quelques fontaines, afin de faire œuvre pie plutôt qu’animées d’une véritable intention de ne pas rester à l’écart d’une structure vitale pour la ville.

  • 61 Dans Oriental Despotism (1957), Karl Wittfogel avait soutenu la thèse de l’existence d’une forme so (...)
  • 62 Mohammed El Faïz, Les maîtres de l’eau, Histoire de l’hydraulique arabe, Arles, Actes Sud, 2005, p. (...)

28Entre postulat wittfogélien du despotisme oriental61 et thèses soulignant le rôle primordial des individus et des communautés, Mohammed El Faïz avait suggéré l’hypothèse d’une cohabitation des deux instances où le pouvoir politique central, loin d’annihiler le rôle et l’initiative des communautés, avait tout intérêt à les stimuler et à les utiliser, afin d’arriver à une gestion plus efficace du réseau hydraulique62 : en ce qui concerne Cordoue, sans minimiser le rôle de l’appareil d’État omeyyade, il convient de constater que le pouvoir se contenta de laisser fonctionner ce qui était parfaitement géré sans lui et limita ses interventions en faveur de l’intérêt général, dans l’hydraulique urbaine, à quelques travaux non indispensables, mais qui rendait l’émir ou le calife méritant aux yeux du Tout-Puissant.

Fig. 1 - Les émirs omeyyades de Cordoue

Fig. 1 - Les émirs omeyyades de Cordoue

Fig. 2 - Les califes omeyyades de Cordoue

Fig. 2 - Les califes omeyyades de Cordoue

Notes

1 Sylvie Denoix, « Autorités urbaines et gestion de la ville », dans Garcin Jean-Claude, Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, EFR, 2000, p. 292.

2 André Raymond, Grandes villes arabes de l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985, p. 118-167.

3 Christine Mazzoli-Guintard, « Andalousie médiévale, Maghreb et Proche-Orient modernes : un même modèle de grande ville arabe ? », dans Acerra Martine et al., Les villes et le monde du Moyen Âge au xxe siècle, Rennes, PUR, 2011, p. 293-309.

4 Ainsi Antonio Malpica Cuello, « El abastecimiento de agua en las ciudades de al-Andalus. Materiales para el inicio de un debate », dans del Val Valdivieso María Isabel, Usos sociales del agua en las ciudades hispánicas a fines de la edad media, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2002, p. 171-215.

5 Depuis les travaux de Thomas Glick (Irrigation and Society in Medieval Valencia, Massachusetts, Harvard University, 1970) jusqu’à la récente synthèse d’André Bazzana et de Johnny de Meulemeester (La noria, l’aubergine et le fellah, Archéologie des espaces irrigués dans l’Occident musulman médiéval (9e-15e siècles), Gand, Academia Press, 2009.

6 Magdalena Valor Piechotta et Vicente Romero Muñoz, « El abastecimiento de agua », dans Valor Piechotta Magdalena et Tahiri Ahmad, Sevilla almohade, Séville-Rabat, Fundación de las Tres Culturas del Mediterráneo, 1999, p. 178-184.

7 Carmen Peral Bejarano, « La infraestructura de aguas urbanas en la Málaga andalusí », dans II Coloquio Historia y Medio Físico, Agricultura y regadío en al-Andalus, Alméria, Instituto de Estudios Almerienses de la Diputación Provincial, 1996, p. 117-132.

8 Voir Antonio Torremocha Silva, « Abastecimiento y desalojo de aguas residuales en las ciudades andalusíes (siglos x-xv) », Estudios sobre patrimonio, cultura y ciencia medievales, ix-x, 2007-2008, p. 225-272 ; Julio Navarro Palazón et Pedro Jiménez Castillo, « El agua en la ciudad andalusí », dans Sobrino Simal Julián et Cervera Pozo Lara, 2o Coloquio Internacional Irrigación, Energía y Abastecimiento de Agua : La Cultura del Agua en el Arco Mediterráneo, Séville, Ayuntamiento de Alcalá de Guadaira, 2010, p. 147-254 ; Carmen Trillo San José, El agua en al-Andalus, Málaga, Ed. Sarriá, 2009.

9 Doris Behrens-Abouseif, « Infrastructures et services », dans Garcin Jean-Claude, Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, EFR, 2000, p. 283-285 (ici p. 284).

10 André Raymond, Grandes villes arabes…, op. cit., p. 156.

11 Les sources littéraires arabes, chroniques et œuvres géographiques, le manuel de hisba d’Ibn `Abd al-Ra’ûf et le remarquable recueil juridique d’Ibn Sahl (1022-1093).

12 Pour les résultats des fouilles, cf. Anuario Arqueológico de Andalucía ; Arte, Arqueología e Historia ; le site d’Arqueo Córdoba (PAI HUM 236) de l’université de Cordoue, http://www.arqueocordoba.com.

13 Rafael Pinilla Melguizo, « Saneamiento y medio ambiente en la Córdoba islámica (s. viii-xiii) », dans Las ordenanzas de limpieza de Córdoba (1498) y su proyección, Cordoue, Universidad de Córdoba, 1999, p. 39-54 ; Ángel Ventura Villanueva, « Los acueductos romanos de Córdoba y su rehabilitación omeya », Empúries, 53, 2002, p. 113-128.

14 L’épisode figure dans les Akhbâr Madjmû`a (Colección de Tradiciones), Crónica anónima del siglo xi, dada a luz por primera vez, traducida y anotada por don Emilio Lafuente y Alcántara, Madrid, Imprenta y Estereotipia de M. Rivadeneyra, 1867, p. 67-68 ; sur le lien entre le nom de la munya et la canalisation, cf. Miquel Barceló, « Qanât(s) a al-Andalus », Documents d’anàlisi geogràfica, 2, 1983, p. 3-22.

15 Reinhardt Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, E. J. Brill, 1881, t. II, p. 414.

16 Il a aussi laissé son nom, à l’ouest de Cordoue, à un cimetière et à une porte.

17 Pour Ángel Ventura Villanueva (« Los acueductos romanos… », art. cit., p. 125), il ne s’agit que de la réutilisation d’une structure romaine.

18 Ángel Ventura Villanueva, « Los acueductos romanos… », art. cit., p. 126.

19 Ibn Hayyân, Crónica de los emires Alhakam I y `Abdarrahmân II entre los años 796 y 847, trad. Mahmud `Alî Makkî et Federico Corriente, Saragosse, Instituto de Estudios Islámicos y del Oriente Próximo, 2001, p. 171-172. Ángel Ventura Villanueva (« Los acueductos romanos… », art. cit., p. 126) ne voit là qu’une simple restauration d’une structure romaine.

20 Selon Évariste Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, Leyde-Paris, Brill-Maisonneuve & Cie, 1950, t. 1, p. 132-133, qui omet d’indiquer la source de l’information.

21 Al-Maqqarî, The History of the Mohammedan dynasties in Spain, trad. Pascual de Gayangos, Londres, 1840, rééd. Londres-New York, Routledge Curzon, 2002, t. I, p. 241. Pour Ángel Ventura Villanueva (« Los acueductos romanos… », art. cit., p. 126), il s’agit de la restauration du tronçon initial du premier aqueduc de Cordoue, mis en place au temps d’Auguste.

22 Rafael Pinilla Melguizo, « Saneamiento.. », art. cit., p. 45 émet un doute sur cette identification.

23 Leopoldo Torres Balbás, « La Albolafia de Córdoba y la gran noria toledana », Al-Andalus, no 7, 1942, p. 461-469.

24 Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, trad. Edmond Fagnan, Alger, Imp. P. Fontana, 1904, p. 109, éd. Évariste Lévi-Provençal et Georges S. Colin, Leyde, Brill, 1951, p. 70.

25 Lucien Golvin, L’art hispano-musulman, Paris, Klincksieck, 1979, p. 32.

26 Al-Maqqarî, The History…, op. cit., p. 226 et p. 499 ; Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, trad. p. 396-397, éd. p. 256.

27 Maudilio Moreno, Juan F. Murillo, Ángel Ventura et Silvia Carmona, « Nuevos datos sobre el abastecimiento de agua a la Córdoba romana e islámica », Arte y Arqueología, no 4, 1997, p. 13-23 ; Silvia Carmona Berenguer, Marina Leonor González Vírseda, Alberto León Muñoz, Maudilio Moreno Almenara et Juan F. Murillo Redondo, « Seguimiento arqueológico del vaciado del sótano de la Estación de Autobuses de Córdoba y de la urbanización de los viales adyacentes », Anuario Arqueológico de Andalucía 2000, Séville, 2003, t. III, p. 268-282.

28 L’information est transmise par plusieurs chroniqueurs, dont Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, op. cit., trad. p. 478, éd. p. 308.

29 Basilio Pavón Maldonado, Tratado de arquitectura hispanomusulmana, t. I, Agua, Madrid, CSIC, 1990, p. 20-22.

30 Ibn Hayyân, Crónica de los emires…, op. cit., p. 171-172.

31 La crónica de `Arib sobre al-Andalus, trad. Juan Castilla Brazales, Grenade, Impredisur, 1992, p. 154 ; Una crónica anónima de `Abd al-Rahmân III al-Nâsir, éd. et trad. Évariste Lévi-Provençal et Emilio García Gómez, Madrid-Grenade, CSIC, 1950, éd. p. 57 et trad. p. 126.

32 Alejandro García Sanjuán, Hasta que Dios herede la tierra, Los bienes habices en Al-Andalus (siglos X al XV), Huelva-Séville, Universidad de Huelva-Mergablum, 2002, p. 87-93.

33 Clifford Edmund Bosworth et Doris Behrens-Abouseif, « Sabîl », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, Brill, 1995, t. VIII, p. 699-702.

34 Rafael Castejón, « Córdoba califal », Bol. Real Academia de Ciencias, Bellas Letras y Nobles Artes de Córdoba, 25, 1929, p. 255-339 (ici p. 318).

35 Ibn al-Faqîh al-Hamadhânî, Abrégé du Livre des pays, trad. Henri Massé (†), Damas, IFD, 1973, p. 108.

36 Elena Castro del Río, El arrabal de época califal de la zona arqueológica de Cercadilla : la arquitectura doméstica, Cordoue, Universidad de Córdoba, 2005, p. 104-106 ; Ma del Carmen Fuertes Santos, « Aproximación al urbanismo y a la arquitectura doméstica de época califal del yacimiento de Cercadilla », Arqueología y Territorio Medieval, no 9, 2002, p. 105-126 ; Santiago Rodero Pérez et Ma José Asensi Llácer, « Un sector de la expansión occidental de la Córdoba islámica : el arrabal de la carretera de Trassierra (II). Sector central », Romula, no 5, 2006, p. 295-366 ; Juan Francisco Murillo, Ma del Carmen Fuertes et Dolores Luna, « Aproximación al análisis de los espacios domésticos en la Córdoba andalusí », dans Acosta Ramírez Francisco et García Verdugo Francisco, Cór doba en la Historia, La construcción de la Urbe, Cordoue, Ayuntamiento de Córdoba, 1999, p. 129-154.

37 Dolores Ruiz Lara, Juan Francisco Murillo Redondo et Maudilio Moreno Almenara, « Memoria de los trabajos arqueológicos efectuados por la GMU en el ‘Vial H’ del polígono 3 del Plan Parcial de Poniente y en la Unidad de actuación P-6 del PGOU de Córdoba (1995- 1997) », Anuario Arqueológico de Andalucía 1997, Séville, 2001, t. III, p. 148-162.

38 Eduardo Ruíz Nieto, « El ensanche occidental de la Córdoba califal », Meridies, no 7, 2005, p. 68.

39 Citerne découverte dans la zone du Plan Parcial 0-7 : Julio Navarro Palazón et Pedro Jiménez Castillo, « El agua en la ciudad andalusí », dans Sobrino Simal Julián et Cervera Pozo Lara, 2o Coloquio Internacional Irrigación, Energía y Abastecimiento de Agua : La Cultura del Agua en el Arco Mediterráneo, Séville, Ayuntamiento de Alcalá de Guadaira, 2010, p. 147-254 (ici p. 177). Par ailleurs, la tinaja permet de conserver l’eau potable, pour la consommation ou les ablutions rituelles : un espace rectangulaire rempli de terre destiné à encastrer la grosse jarre a été découvert dans la maison no21 du faubourg de Cercadilla (Elena Castro del Río, El arrabal de época califal…, op. cit., p. 107).

40 Rachel Arié, « Traduction annotée et commentée des traités de hisba d’Ibn `Abd al-Ra’ûf et de `Umar al-Garsîfî », Hespéris-Tamuda, 1, 1960, p. 20.

41 Ma Teresa Casal García, « Características generales del urbanismo cordobés de la primera etapa emiral : el arrabal de Saqunda », Anejos de Anales de Arqueología Cordobesa, 1, 2008, p. 109-134.

42 Association bien connue pour une période plus tardive et mieux documentée, celle de la Grenade nasride : les deux bâtiments entretenaient une étroite relation topographique, permettant d’accomplir les ablutions avant la prière et plaçant l’eau sous la protection de l’autorité religieuse qui en assurait la gestion, cf. Carmen Trillo San José, El agua en al-Andalus, Málaga, Ed. Sarriá, 2009, p. 156-172.

43 Ibn Hayyân, Crónica de los emires…, op. cit., p. 76.

44 Évariste Lévi-Provençal, L’Espagne musulmane au xe siècle, Paris, Larose, 1932, p. 208.

45 Christine Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam aux xe-xie siècles, Rennes, PUR, 2003, p. 113-114 et p. 224. L’entretien quotidien d’un bassin aux ablutions implique un approvisionnement en eau suffisant pour alimenter la canalisation qui fait le tour de l’édifice, à l’intérieur de celui-ci : Alberto Javier Montejo Córdoba, « El pabellón de abluciones oriental de la mezquita aljama de Córdoba correspondiente a la ampliación de Almanzor », Cuadernos de la Alhambra, 4, 1999, p. 209-234.

46 Quant à leur entretien, les sources sont muettes, alors que la littérature juridique fourmille de données sur les modalités de l’utilisation et de l’entretien des citernes des mosquées au Maghreb : Vincent Lagardère, « Droit des eaux et des installations hydrauliques au Magreb et en Andalus aux xie et xiie siècles dans le Mi`yâr d’al-Wansharîsî », Cahiers de Tunisie, no 145-148, 1988-1989, p. 83-122 et Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, Analyse du Mi`yâr d’al-Wansharîsî, Madrid, Casa de Velázquez-CSIC, 1995, p. 245.

47 Francisco Vidal Castro, « El agua en el derecho islámico. Introducción a sus orígenes, propiedad y uso », dans El agua en la agricultura de al-Andalus, Grenade, El Legado andalusí, 1995, p. 99-117.

48 Vincent Lagardère, op. cit., p. 286.

49 Rachel Arié, art. cit., p. 34.

50 Christine Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue…, op. cit., p. 214 et p. 238.

51 Vincent Lagardère, Histoire et société…, op. cit., p. 181.

52 Ibn `Idhârî, Kitâb al-Bayân, trad. p. 479, éd. p. 309.

53 Le sultan de cette fatwâ peut être l’émir lui-même, `Alî b. Yûsuf (1106-1143), ou bien le gouverneur almoravide de la ville, soit Ibn Ghanûna, en poste en 1131, soit Tâshufîn, nommé en 1132.

54 Vincent Lagardère, Histoire et société…, op. cit., p. 362.

55 Ma Jesús Viguera Molins, « Historia política », dans Viguera Molins Ma Jesús, El retroceso territorial de al-Andalus, almorávides y almohades, siglos xi al xiii, Madrid, Espasa-Calpe, 1997, p. 57-58.

56 Vincent Lagardère, Histoire et société…, op. cit., p. 453.

57 Francisco Vidal Castro, « La transmisión del uso y gestión del agua de al-Andalus al mundo cristiano », dans Roldán Castro Fátima, Las huellas del Islam, Huelva, Universidad de Huelva, 2008, p. 163-187.

58 Ainsi l’alamín, de amîn al-mâ’, fonctionnaire chargé de la distribution des tours d’eau dans les petits systèmes d’irrigation ou le zabacequia, de sâhib al-sâqiya, l’inspecteur du canal d’irrigation (acequia).

59 À partir de l’époque ottomane, un système d’adduction d’eau alimentant une trentaine de fontaines est mis en place à Alger qui connaît alors une sorte d’administration des eaux, dirigée par un secrétaire aux fontaines qui s’occupait de l’adduction d’eau et gérait les habous constitués à cet effet » (André Raymond, Grandes villes arabes…, op. cit., p. 166).

60 Un individu installe des latrines qui se déversent dans un cours d’eau servant à des jardins, des moulins et à l’alimentation humaine. Le cadi estime qu’il y a là « un préjudice relevant de l’édilité auquel le magistrat (hâkim) doit mettre un terme » (Vincent Lagardère, Histoire et société…, op. cit., p. 357).

61 Dans Oriental Despotism (1957), Karl Wittfogel avait soutenu la thèse de l’existence d’une forme sociale particulière, dite despotisme oriental, présente dans différentes sociétés tout au long de l’histoire ; la classe dirigeante y était définie par son rôle d’appareil d’État bénéficiant du surplus du travail paysan et son origine se trouvait dans la nécessité d’une organisation centralisée des grands travaux hydrauliques. Pour combattre la thèse de Wittfogel, des auteurs ont au contraire souligné le rôle joué par les communautés rurales pour mettre en place leur système d’irrigation, hors de tout cadre étatique.

62 Mohammed El Faïz, Les maîtres de l’eau, Histoire de l’hydraulique arabe, Arles, Actes Sud, 2005, p. 227.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les émirs omeyyades de Cordoue
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 2 - Les califes omeyyades de Cordoue
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search