Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et urbanisation

L’implantation des monastères du mont Athos à Thessalonique

Xe-milieu du XIIIe siècle

Michel Kaplan

Résumé

Thessalonique est le débouché naturel, religieux comme économique, des monastères de Macédoine, à commencer par ceux de l’Athos. Il est donc nécessaire pour eux d’avoir dans la ville une dépendance qui permette à leurs moines de demeurer dans la ville pour vaquer à leurs affaires. Ils ne se contentent pas d’écouler la production de leurs terres : certains détiennent des boutiques et ateliers. Cet article vise à présenter les possessions des monastères athonites, au premier chef d’Iviron, et de tenter de saisir leur fonctionnement.

Texte intégral

  • 1 L’archevêque de Thessalonique, Grégoire, signe un simple accord entre les athonites et les habitant (...)

1Thessalonique est le débouché naturel des monastères de Macédoine, à commencer par ceux de l’Athos. Ceux-ci dépendent grandement de l’archevêque de la cité, auquel il faut avoir un accès commode1. Il est donc nécessaire pour eux d’avoir dans la ville un métoque qui permette à leurs moines de demeurer dans la ville pour vaquer à leurs affaires. Mais celles-ci ne sont pas seulement spirituelles : Thessalonique, avec ses marchés et sa foire de saint Dèmètrios, est le débouché principal des productions issues des domaines athonites. Les monastères ne se limitent pas à l’écoulement de leur production : leurs implantations thessaloniciennes comportent des activités proprement citadines, notamment sous forme d’immeubles de rapport, habitations et ateliers. Mais nous n’avons d’indications, au reste en nombre limité, que pour les monastères athonites.

  • 2 Christophe Giros, « Présence athonite à Thessalonique (xiiie-xve siècles) », DOP, no 57, 2003, p. 2 (...)

2Christophe Giros s’est déjà intéressé aux implantations thessaloniciennes des monastères athonites, mais pour une époque postérieure2, mentionnant au passage les implantations antérieures auxquelles nous allons nous intéresser ici. Nous allons tenter d’exploiter les documents, peu nombreux pour notre époque, qui présentent l’implantation des moines athonites dans la grande cité macédonienne.

Les dépendances des monastères de Xénophon et de Docheiariou à Thessalonique

  • 3 Raymond Janin, Géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, t. 2 : Les églises et les monastères (...)
  • 4 Actes de Xénophon, éd. Denise Papachryssanthou, Paris, 1986 (Archives de l’Athos 15), n° 1 (juillet (...)

3Le monastère Saint-Georges de Xénophon porte le nom de son fondateur, qui vivait à l’époque d’Athanase ; il reste modeste jusqu’à l’intervention de celui qui sera son second fondateur, le grand drongaire de la Veille Étienne, un eunuque, qui deviendra le moine Syméon. Syméon obtient d’Alexis Comnène un horismos dont le prôtos Paul tire les conséquences en 1089 : il met Syméon en possession (παράδοσις) du monastère, avec ses biens à l’intérieur et à l’extérieur de l’Athos. Parmi ceux-ci : « à l’intérieur de Thessalonique, trois aulai, l’une appartenant [auparavant] au monastère et les deux autres achetées [par Syméon], et d’autres maisons (ὀσπήτια) proches de Saint-Ménas3 achetées par lui4 ». On notera l’absence de métoque en bonne et due forme. Les aulai sont des ensembles de bâtiments entourant une cour, comportant ateliers, boutiques et habitations, évidemment louées, même si l’une des habitations peut servir de pied-à-terre aux moines de Xénophon se rendant à Thessalonique ; il en va de même pour les maisons. Avant Syméon, Xénophon ne possédait qu’une aulè, sans doute celle du pied-à-terre potentiel ; Syméon investit de façon importante dans des immeubles de rapport à l’intérieur de la prospère cité, afin d’en tirer des revenus.

  • 5 Pour l’histoire de ce monastère, cf. Actes de Docheiariou, éd. Nicolas Oikonomidès, Paris, 1984 (Ar (...)
  • 6 Actes de Docheiariou, n° 4, p. 73-88.

4En 1117, nous saisissons au moins une partie des biens possédés à Thessalonique par le monastère Saint-Michel de Docheiariou5 dans un acte d’échange : le proèdre Nicéphore Bourtzès et sa femme Anne cèdent à Docheiariou la moitié d’un domaine (proasteion) à Bryai, en échange de sept boutiques avec cour à Thessalonique et 50 hyperpères6. Voulant échanger des biens qu’il jugeait trop éloignés contre des biens situés à Thessalonique, Nicéphore Bourtzès reçoit des moines ce qui appartient au monastère à Thessalonique au lieu dit Sthlabomésè, les sept ateliers-boutiques (ergastèria) jointifs à deux niveaux dans le quartier (ῥεγεών) de Kataphygè (fig. 1), avec tous ses droits et privilèges, et la dite aulè avec son portail, plus les espèces. Deux de ces ergastèria étaient parvenus au monastère par donation de feu le curopalate Pantoulfos, les autres avaient été achetés au même Pantoulfos et à un certain Georges Limnaios.

  • 7 L’acte de Docheiariou no 1 de 1037 nous montre le monastère déjà à la tête d’un immense domaine à P (...)

5L’acte contient la description précise du bien dont se défait le monastère, que Nicolas Oikonomidès a étudié complètement dans l’édition des actes, étude que je résume. L’aulè comporte des bâtiments avec au rez-de-chaussée des boutiques ou ateliers et à l’étage des habitations, le tout étant vraisemblablement loué au bénéfice du monastère. Nous ne savons malheureusement pas de quand date la donation d’origine de Pantoulfos. Comme, simultanément, le monastère a acheté une autre partie de l’aulè au même Pantoulfos, il est aisé de comprendre que Pantoulfos a donné le seul immeuble nord, très ancien et construit en gros appareil ; les moines lui ont acheté le reste de sa propriété en ce lieu et acquis les autres immeubles entourant l’aulè (fig. 2) comme expliqué plus haut. À cette époque indéterminée, forcément au xie siècle7, le monastère investit dans des biens urbains à Thessalonique destinés à lui rapporter des loyers ; il se mêle donc de l’économie urbaine. Sans doute sans trop de succès, puisqu’il se défait de ceux-ci pour recevoir en échange, comme nous l’avons vu, un domaine (proasteion) voisin d’un autre acquis en 1112 également à Bryai pour 28 hyperpères.

Les dépendances du monastère d’Iviron à Thessalonique

6Si nous passons aux plus grands monastères athonites, nous constatons l’absence de données pour notre période pour le monastère de Vatopédi.

  • 8 Actes de Lavra I, Des origines à 1204, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Denise Papachryssanthou, Ni (...)
  • 9 Actes de Lavra, II, de 1204 à 1328, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Denise Papachryssanthou, Nicol (...)

7S’agissant de Lavra, nous n’avons aucun document direct sur des possessions thessaloniciennes avant 1259. Pourtant, un acte de 1162 mentionne l’économe de Thessalonique8. Il faut attendre un chrysobulle de Michel VIII de 1259 pour voir mentionner un métoque (dépendance) de Lavra à Thessalonique. Il est alors doté à l’intérieur de la ville d’immeubles de rapport (ἐνοικικά)9.

  • 10 Actes d’Iviron II, Du milieu du xie siècle à 1204, éd. Jacques Lefort, Nicolas Oikonomidès, Denise (...)
  • 11 Actes d’Iviron II, no 41, l 77-78, p. 134. Ce métoque n’est autre que le monastère de Léontia, donn (...)
  • 12 Fils aîné du sébastokratôr Isaac, frère d’Alexis Ier, et d’Irène d’Alanie.
  • 13 Actes d’Iviron II, no 52, p. 211-248. Le texte de ce très long praktikon se trouve aux p. 228-248. (...)

8Mais le monastère le mieux doté à Thessalonique pour notre période est sans aucun doute Iviron. Par chrysobulle, Basile II a donné à Iviron les monastères de Kolobou, Léontia, Polygyros et Abakoum. Or Léontia était un monastère consacré au Prodrome situé à l’intérieur même de Thessalonique. Il avait été fondé par des personnages de haut rang, parents de Constantin VII Porphyrogénète10. Iviron bénéficie par la suite d’un chrysobulle de Nicéphore Botaniate de juillet 1079, qui cite « le métoque situé à l’intérieur de Thessalonique, avec ses monastères, ses immeubles de rapport, ses parcelles et ses vignes et le reste de ses propriétés11 ». Comme de coutume, le chrysobulle ne décrit pas le détail de telles propriétés, et il faut attendre le praktikon du sébaste Jean Comnène12 de janvier 1104 qui met le monastère d’Iviron en possession de ses biens et parèques, pour avoir une description précise des propriétés d’Iviron à Thessalonique13.

  • 14 Il s’agit donc vraisemblablement de colonnes de marbre.
  • 15 Jean-Pierre Grélois, « À propos du monastère du Prodrome à Thessalonique », Byzantion, no 59, 1989, (...)

9La description commence ainsi : « Les biens à l’intérieur du kastron qui appartiennent depuis longtemps et jusqu’à aujourd’hui au monastère sont ainsi : le métoque appelé Léontia ; à l’intérieur de celui-ci, une église à plan basilical, en maçonnerie, dallée de marbre, décorée de peintures, couverte de tuiles, édifiée au nom de saint Jean Prodrome, à la toiture supportée par quatre colonnes, deux blanches et deux vertes14, et six arcs, avec trois absides ». Le texte établit donc la totale concordance entre Léontia et le monastère du Prodrome. Jean-Pierre Grélois, s’appuyant sur des fouilles récentes, a parfaitement localisé et décrit ce monastère15 : au coin nord-est de la rue Egnatia, qui n’est autre que la traversée de Thessalonique par la Via Egnatia, et de la rue Dikastèriôn (fig. 3 no 7 et fig. 4). Dans son tracé ancien, jusqu’au début du xxe siècle, cette rue, appelée Saint-Nicolas depuis le retour de Thessalonique à la Grèce, conduisait au chevet de Saint-Dèmètrios. Mais, à l’époque byzantine, il existait des espaces vides.

  • 16 Dèmètrios Euaggélidès, « Εἰκονομαχικἁ Μνημεῖα ἐν Θεσσαλονίκῇ », Αρχαιλογικὴ Ἐφημερίς, no 76, 1937, (...)

10À l’époque ottomane, les substructions de l’église ont été recouvertes par une mosquée dite de Soliman. Les fouilles menées à cet emplacement ont effectivement révélé trois absides, l’église mesurant environ quatorze mètres de large (fig. 5)16. La longueur de la basilique est impossible à déterminer, mais le nombre affiché de colonnes et d’arcs, toutes pour la nef principale, implique qu’elle n’ait pas été beaucoup plus longue que large, sans doute moins de vingt mètres.

  • 17 Contrairement à Jean-Pierre Grélois, ibid., p. 87, qui semble placer le verger enclos en dehors de (...)

11L’église était notable, faute d’être très grande, par sa construction en maçonnerie à mortier et sa décoration. Le narthex à tribune était précédé d’un auvent surmonté d’une véranda. L’église et les autres bâtiments et espaces alentour constituaient une petite cour (περιαυλίτζιον) entourée d’un mur. En fait, elle n’était pas si petite que cela. On y trouvait deux maisons proches de l’auvent, dont l’une, appelée Sphaira, sans doute parce que quatre piliers en pierre et briques soutenaient une coupole, était une salle à manger située à l’étage, indépendante du local situé au rez-de-chaussée, et l’on y accédait par un escalier de pierre. À côté de l’escalier, la cuisine. À l’ouest de l’église, on trouvait un verger entouré d’un mur aveugle en briques avec une ou plusieurs portes, contenant des arbres fruitiers17.

  • 18 Je ne vois qu’une explication simple à ce nom : celui du propriétaire de qui avait été acquis le te (...)
  • 19 Jean-Pierre Grélois, « À propos du monastère du Prodrome », art. cit., p. 84.

12À cette église s’ajoutaient deux annexes indépendantes. D’abord, une autre aulè munie d’un portail. Près de celui-ci, un pressoir. À côté, un bâtiment barlong, divisé en trois maisons (ὀσπήτια) constituant respectivement une boulangerie, un entrepôt (ἀποθήκη) et une étable. Derrière ces maisons, donc plus proche de la clôture de l’aulè, et à l’est, la maison dite de Phakiolô18. À côté, un autre bâtiment barlong constituait le moulin. En face, à l’ouest, l’on trouvait un autre bâtiment barlong construit de même, divisé en sept maisons (ὀσπήτια). La disposition devient difficile à comprendre, car ces maisons servaient de tavernes et elles ouvraient sur une place publique par un portique couvert d’un toit monopente. Il me semble que ces bâtiments constituaient en fait la clôture ouest de l’aulè ; bien que cela ne soit pas dit, ils ne devaient pas ouvrir sur la cour à usage monastique. De l’autre côté de la place, Iviron possédait une maison semblable aux précédentes. Il me semble que cela faisait partie du lot acheté à Phakiolô et qu’il s’agit d’une maison de rapport. En dehors de ces tavernes, cet ensemble comportait des bâtiments de service du métoque et, comme le suggère Jean-Pierre Grélois19, sans doute l’habitation de ses employés, mais non des moines.

13Dernier ensemble dépendant de Léontia : une autre aulè, située tout près de l’abside, donc à l’est, séparée par le mur découvert lors de la fouille. Au nord, deux bâtiments barlongs, dont l’un était divisé en trois bâtiments (οἰκήματα). Au sud-ouest, trois autres kellia. À l’est, un autre bâtiment divisé en trois kellia, le tout avec aulè et portail. Cette fois-ci, il semble bien s’agir de bâtiments n’ouvrant pas vers l’extérieur et destinés à abriter les moines, car aucune habitation pour ceux-ci n’est prévue dans la cour entourant l’église du Prodrome.

  • 20 Raymond Janin, Géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, t. 2, p. 356, ne connaît pas notre d (...)
  • 21 Un modios vaut 40 litrai : Géométries du fisc byzantin, éd., trad. et commentaire Jacques Lefort, R (...)
  • 22 Dans le synodikon d’Iviron, contenant la liste des prières selon les jours, commencé en 1074 et san (...)

14En plus de ce métoque, déjà relativement impressionnant, Iviron possédait à Thessalonique quatre autres monastères dispersés dans la ville. Le plus détaillé dans le praktikon est le monastère Saint-Basile (c’est ainsi que le document le désigne), situé au lieu-dit τῆς Καμψαλοῦς, non localisé20. Il était entouré d’une cour (περιαυλίον) à portail. L’église, de plan basilical à deux absides et narthex à tribune, couverte de tuiles et dallée, elle aussi, de marbre, comportait deux nefs séparées comportant trois travées avant le chœur. L’église contenait d’anciennes peintures représentant différents saints. Dans la cour, près de la tribune, une maison (ὀσπήτιον). À l’ouest, un autre bâtiment barlong, divisé en deux bâtiments (οἰκήματα) et une autre maison attenante. Tout près un autre bâtiment barlong divisé en deux bâtiments (οἰκήματα). Au sud, un autre bâtiment barlong avec deux entrées. À l’est, en face du chevet de l’église, un autre kellion. Une autre maison proche du portail. La cour avait deux accès par portail, dont l’un au sud ; à proximité de celui-ci, un terrain clos, un jardin en friches, mesurant six litrai (150 m2)21. Cet ensemble ne possédait que des bâtiments pour les moines, logements et pièces de service. Le terrain en friche pouvait soit être remis en culture, soit revendu dans un but spéculatif, malgré sa faible superficie22.

  • 23 Ces deux monastères ne sont pas davantage localisés : cf. Raymond Janin, Géographie ecclésiastique (...)

15Second monastère : Saint-Clément martyr, situé à proximité de Saint-Théodore23. Il a été donné à Iviron pour le salut de l’âme des donateurs, non spécifiés. Il est inclus dans une aulè avec portail, donc ceinte de murs. L’église, basilicale, comporte deux nefs et deux absides et un narthex sans tribunes. Le praktikon ne cite que différents bâtiments dans l’aulè, sans précision, évidemment à l’usage des moines.

  • 24 Ibid., p. 356.

16Iviron possédait aussi le monastère Sainte-Barbara24, dans le quartier de l’Hippodrome, donné lui aussi pour le salut d’âmes non spécifiées, avec une aulè ceinte de murs et un portail. L’église, de plan basilical, en maçonnerie et tuilée, comportait trois nefs et trois absides. Dans le périaulion, deux bâtiments jointifs et deux pressoirs, un jardin en friches et une roselière. À l’extérieur de l’aulè, au droit des absides, les moines possédaient deux bâtiments d’affectation inconnue. L’église Sainte-Barbara est relativement grande, mais les bâtiments pour les moines semblent de petite dimension.

  • 25 Ibid., p. 414-415 pour le métoque du Chortaïtès. Janin ignore le monastère féminin de Saint-Nicolas (...)

17Enfin Iviron possédait le monastère de femmes Saint-Nicolas, donné à Iviron, situé près de la muraille orientale de la ville, à proximité du métoque du monastère du Chortaïtès25, situé dans une aulè ceinte de murs avec un portail. L’église, basilicale, était décorée. En dépendaient à ce moment-là quatorze kellia pour les moniales. À l’extérieur de l’aulè, Saint-Nicolas possédait deux autres bâtiments donnés pour le salut de l’âme, nécessairement à proximité, mais sans autre précision.

18Léontia est donc à la fois le pied-à-terre nécessaire à Thessalonique et le centre de gestion des biens qu’Iviron y possède. Seul à être ainsi qualifié, le métoque possède des bâtiments ouvertement à usage commercial. Qu’il s’agisse avant tout de tavernes, les moines n’en ont cure, du moment qu’ils touchent des revenus. Pour les quatre autres monastères, les bâtiments éventuellement loués sont soit inexistants, soit douteux et en tout cas peu nombreux et peu profitables. À notre avis, l’intérêt se situe ailleurs : on peut estimer que ces monastères détenus par Iviron possédaient des terres situées à proximité de la grande cité et qui leur fournissaient un revenu. Une fois nourris les quelques moines présents dans ces établissements, les revenus allaient à Iviron.

  • 26 Il n’est pas question de citer tous les documents. Notons simplement ce que dit le chrysobulle de M (...)

19La gestion de ces monastères devait être lourde et Iviron n’hésita pas à recourir à la charistikè. Mais, contrairement à Docheiariou, Iviron ne s’en défait pas et l’on retrouve ces métoques dans les documents ultérieurs26. Bref, plus le monastère est puissant – et Iviron est au départ rapidement beaucoup plus riche que Lavra, même s’il connaîtra des fortunes diverses –, plus il s’implique dans l’économie de Thessalonique. La seule existence en 1104 de cinq établissements monastiques lui appartenant marque fortement la présence athonite dans cette ville, sans aucun doute plus économique et politique, au sens des rapports avec les autorités civiles et ecclésiastiques, que spirituelle.

Fig. 1 - Plan de Thessalonique, Actes de Docheiariou, Nicolas Oikonomidès éd., Paris, Lethielleux, 1984, p. 79.

Fig. 1 - Plan de Thessalonique, Actes de Docheiariou, Nicolas Oikonomidès éd., Paris, Lethielleux, 1984, p. 79.

Fig. 2 - Plan de Thessalonique, Actes de Docheiariou, Nicolas Oikonomidès éd., Paris, Lethielleux, 1984, p. 81.

Fig. 2 - Plan de Thessalonique, Actes de Docheiariou, Nicolas Oikonomidès éd., Paris, Lethielleux, 1984, p. 81.

Fig. 3 - Le centre de Thessalonique, état antérieur à 1917, d’après B. Dèmètriadès, Topographie, plan hors-texte no 4.

Fig. 3 - Le centre de Thessalonique, état antérieur à 1917, d’après B. Dèmètriadès, Topographie, plan hors-texte no 4.

Fig. 4 - Le centre de Thessalonique, état actuel, d’après J. Ancel, La Macédoine, Paris, 1930, fig. 41, p. 306, d’après B. Dèmètriadès, Topographie, plan hors-texte no 5, et J.-M. Spieser, Thessalonique, fig. 3, p. 83.

Fig. 4 - Le centre de Thessalonique, état actuel, d’après J. Ancel, La Macédoine, Paris, 1930, fig. 41, p. 306, d’après B. Dèmètriadès, Topographie, plan hors-texte no 5, et J.-M. Spieser, Thessalonique, fig. 3, p. 83.

Fig. 5 - Plan de l’église fouillée à l’emplacement de la Süleyman Cami’i, d’après J. Euaggélidès, Mnèmeia, planche 1.

Fig. 5 - Plan de l’église fouillée à l’emplacement de la Süleyman Cami’i, d’après J. Euaggélidès, Mnèmeia, planche 1.

Notes

1 L’archevêque de Thessalonique, Grégoire, signe un simple accord entre les athonites et les habitants de Hiérissos en 942, cf. Actes du Prôtaton, éd. Denise Papachryssanthou, Paris, 1975 (Archives de l’Athos 7), no 4, p. 192 ; il appose son sceau, conservé, à côté de celui du stratège de Thessalonique Katakalôn et de Zôètos, ἐπὶ τῶν οἰκειακῶν, au bas de la délimitation de l’Athos de 943, ibid., no 6, p. 197-198. L’archevêque, ou, à défaut, un de ses suffragants, est souvent appelé ainsi à authentifier des documents, notamment lorsqu’il s’agit de copies d’actes authentiques.

2 Christophe Giros, « Présence athonite à Thessalonique (xiiie-xve siècles) », DOP, no 57, 2003, p. 265-278.

3 Raymond Janin, Géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, t. 2 : Les églises et les monastères des grands centres byzantins (Bithynie, Hellespont, Latros, Galèsios, Trébizonde, Athènes, Thessalonique), Paris, 1975, p. 397. L’église, toujours en place, mais reconstruite, se trouve à l’extrémité est de la rue Vasileos Irakleiou.

4 Actes de Xénophon, éd. Denise Papachryssanthou, Paris, 1986 (Archives de l’Athos 15), n° 1 (juillet 1089), l 152-153, p. 73.

5 Pour l’histoire de ce monastère, cf. Actes de Docheiariou, éd. Nicolas Oikonomidès, Paris, 1984 (Archives de l’Athos 13), introduction, p. 3-11. Le monastère avait d’abord été dédié à saint Nicolas. Son fondateur était sans aucun doute le cellérier (δοχειάριος) d’un autre monastère, Daphnè. Pour le plan des édifices possédés par Docheiariou à Thessalonique, cf. fig. 2.

6 Actes de Docheiariou, n° 4, p. 73-88.

7 L’acte de Docheiariou no 1 de 1037 nous montre le monastère déjà à la tête d’un immense domaine à Périgardikeia en Chalcidique : ibid., p. 49-53. Il est légitime de penser que les acquisitions de Docheiariou à Thessalonique datent à peu près de la même époque.

8 Actes de Lavra I, Des origines à 1204, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Denise Papachryssanthou, Nicolas Svoronos, Paris, 1970 (Archives de l’Athos 5), no 64 : Jean Kontostéphanos, sur ordre de Manuel Ier Comnène, rend justice à Lavra dans un conflit l’opposant à un détenteur de pronoïa. L’économe Dosithée est cité l 30-31, p. 331.

9 Actes de Lavra, II, de 1204 à 1328, éd. Paul Lemerle, André Guillou, Denise Papachryssanthou, Nicolas Svoronos, Paris, 1977 (Archives de l’Athos 8), no 71, l 70-71, p. 10.

10 Actes d’Iviron II, Du milieu du xie siècle à 1204, éd. Jacques Lefort, Nicolas Oikonomidès, Denise Papachryssanthou, Vassiliki Kravari, Hélène Métrévéli, Paris, 1990 (Archives de l’Athos 16), no 32, l 3-5, p. 85 : référence à un chrysobulle donné par Constantin VII Porphyrogénète en 945-946 (Franz Dölger, Andreas E. Müller, Alexander Beihammer, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565 bis 1453, t. 1.2, Munich, 2003, no 652) « en faveur du monastère du vénérable Prodrome situé à Thessalonique, fondé par le moine Nicolas, frère du patrice Kalônas et sa nièce Agapè, parents du susmentionné basileus ».

11 Actes d’Iviron II, no 41, l 77-78, p. 134. Ce métoque n’est autre que le monastère de Léontia, donné aux Ibères en 979/980 (cf. ibid., introduction p. 50 et n. 76). Mais les annexes dénommées monastères ont été données indépendamment et n’étaient sans doute pas la propriété de Léontia au moment de cette donation.

12 Fils aîné du sébastokratôr Isaac, frère d’Alexis Ier, et d’Irène d’Alanie.

13 Actes d’Iviron II, no 52, p. 211-248. Le texte de ce très long praktikon se trouve aux p. 228-248. Le manuscrit le plus complet, une copie authentifiée du début, rassemble neuf feuilles de parchemin collées haut sur bas, de 29 cm de large pour une longueur totale de presque 6,5 m. Il comporte 626 lignes. Le passage qui nous intéresse se trouve aux l 327-384, p. 237-239.

14 Il s’agit donc vraisemblablement de colonnes de marbre.

15 Jean-Pierre Grélois, « À propos du monastère du Prodrome à Thessalonique », Byzantion, no 59, 1989, p. 78-87. Nous empruntons à cet excellent article les fig. 3, 4 et 5 et les traductions concernant ce métoque, en les modifiant parfois très légèrement ; l’auteur a traduit avec acribie et élégance la totalité du passage du praktikon de 1104 concerné.

16 Dèmètrios Euaggélidès, « Εἰκονομαχικἁ Μνημεῖα ἐν Θεσσαλονίκῇ », Αρχαιλογικὴ Ἐφημερίς, no 76, 1937, p. 341-351 ; cf. Jean-Pierre Grélois, « À propos du monastère du Prodrome », cité n. précédente, fig. 3, p. 82.

17 Contrairement à Jean-Pierre Grélois, ibid., p. 87, qui semble placer le verger enclos en dehors de la petite aulè contenant l’église, je ne puis exclure que le verger se trouve à l’intérieur de celle-ci. Le mur serait alors destiné à éviter que les moines ne se servent directement sur les arbres.

18 Je ne vois qu’une explication simple à ce nom : celui du propriétaire de qui avait été acquis le terrain de l’aulè.

19 Jean-Pierre Grélois, « À propos du monastère du Prodrome », art. cit., p. 84.

20 Raymond Janin, Géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, t. 2, p. 356, ne connaît pas notre document ; il note un monastère Saint-Basile apparu dans les sources vers 1400, qu’il ne parvient pas à situer.

21 Un modios vaut 40 litrai : Géométries du fisc byzantin, éd., trad. et commentaire Jacques Lefort, René Bondoux, Jean-Claude Cheynet, Jean-Pierre Grélois, Vassiliki Kravari, Jean-Marie Martin, Paris, 1991 (Réalités byzantines, 4), p. 216. Ce jardin en friche faisait donc environ (la superficie du modios peut varier) 150 m2.

22 Dans le synodikon d’Iviron, contenant la liste des prières selon les jours, commencé en 1074 et sans cesse remanié jusque dans les années 1180, on trouve au no 112, au jour du 23 septembre (Actes d’Iviron, II, p. 7), dans un ajout des années 1120-1140 : prière pour Phantinos, qui a pris Saint-Basile pour deux personnes (lui-même et un successeur), mais ne l’a conservé que pour lui. Il a amélioré Saint-Basile, a acheté un champ de 500 modioi (50 ha environ, une dizaine de tenures de parèques) et d’une vigne de 10 modioi (de quoi abreuver les moines quasiment pour toute l’année). Il a reconstruit l’église et la maison (sans doute les maisons), sans compter un don de 200 pièces d’or (soit des hyperpères, soit des trachéa valant le tiers). Ce type de donation conditionnelle et à durée déterminée en terme de générations ressemble à s’y méprendre à une charistikè. Et Phantinos est le prototype du bon charisticaire, d’où son inscription au synodikon. Il se peut d’ailleurs que celle-ci fît partie du contrat. Sur la charisitkè, cf. entre autres, Michel Kaplan, « Les monastères et le siècle à Byzance : les investissements des laïques au xie siècle », Actes du xive congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Cahiers de Civilisation Médiévale, no 27, 1984, p. 71-83 (= Byzance, Villes et campagnes, Paris, 2006, Les médiévistes français 7, p. 123-137) et Rosemary Morris, Monks and Laymen in Byzantium, 843-1118, Cambridge, 1995, p. 263-366.

23 Ces deux monastères ne sont pas davantage localisés : cf. Raymond Janin, Géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, t. 2, p. 391 et 375

24 Ibid., p. 356.

25 Ibid., p. 414-415 pour le métoque du Chortaïtès. Janin ignore le monastère féminin de Saint-Nicolas, bien qu’il note des biens d’Iviron échangés avec le métoque en question.

26 Il n’est pas question de citer tous les documents. Notons simplement ce que dit le chrysobulle de Michel VIII en date de janvier 1259 (no 58), qui confirme à Lavra ses droits sur ses domaines : « le métoque à l’intérieur du kastron de Thessalonique avec ses monastères, ses maisons de rapport, ses parcelles, ses vignes et le reste de ce qui lui appartient » (l 70-72). Le côté laconique du document recouvre à la fois au moins deux monastères, des immeubles de rapport et des parcelles cultivées : Actes d’Iviron III, de 1204 à 1328, éd. Jacques Lefort, Nicolas Oikonomidès, Denise Papachryssanthou, Vassiliki Kravari, Hélène Métrévéli, Paris, 1994 (Archives de l’Athos 18), p. 91.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Plan de Thessalonique, Actes de Docheiariou, Nicolas Oikonomidès éd., Paris, Lethielleux, 1984, p. 79.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 2 - Plan de Thessalonique, Actes de Docheiariou, Nicolas Oikonomidès éd., Paris, Lethielleux, 1984, p. 81.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 3 - Le centre de Thessalonique, état antérieur à 1917, d’après B. Dèmètriadès, Topographie, plan hors-texte no 4.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25489/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 4 - Le centre de Thessalonique, état actuel, d’après J. Ancel, La Macédoine, Paris, 1930, fig. 41, p. 306, d’après B. Dèmètriadès, Topographie, plan hors-texte no 5, et J.-M. Spieser, Thessalonique, fig. 3, p. 83.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25489/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 - Plan de l’église fouillée à l’emplacement de la Süleyman Cami’i, d’après J. Euaggélidès, Mnèmeia, planche 1.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/25489/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search