Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et capitale

Pourquoi Marseille ne fut-elle jamais capitale ?

Thierry Pécout

Résumé

Au sujet de Marseille, s’interroger sur sa dimension de capitale repose sur le constat paradoxal de son poids démographique et économique, confronté à son rayonnement politique étriqué. Cette question induit celles de la nature des développements citadins en Provence médiévale et de la portée de l’épisode communal. L’auteur se demande si les élites traditionnelles ou communales ont élaboré un véritable projet politique, pourquoi cette ville en tant que communauté n’a pas su générer de territoire, si les institutions citadines y ont eu une dimension politique, ou bien si elles sont restées à l’état d’ébauche, sans autre fonction que d’exprimer et de consolider des intérêts économiques. Le terme de capitale nécessite de considérer les diverses fonctions urbaines – en premier lieu celle de résidence princière –, la centralité de la ville au regard de ses fonctions administrative et politique, induisant un personnel et des services spécialisés, le territoire où se projette le pouvoir urbain, l’attractivité et le rayonnement, la capacité à susciter des flux migratoires et économiques et, enfin, l’aura spirituelle.

Texte intégral

  • 1 Simone Balossino, I podestà sulle sponde del Rodano. Esperienze comunali e conflitti sociali nei co (...)

1Pareille question repose sur le constat paradoxal du poids démographique et économique de cette cité, confronté à un rayonnement politique étriqué. Elle induit celles de la nature des développements citadins en Provence médiévale et de la portée des expériences communales. La comparaison est riche d’enseignements avec l’Italie des communes, comme le montrent les travaux récents de Simone Balossino et de Riccardo Rao, notamment au regard des formes du pouvoir urbain, consulat et podestarie, à l’exception de l’expérience démocratique qui n’a pas connu en Provence de développement comparable1. Car le rapprochement avec la péninsule rencontre vite des limites pour la Provence en général et Marseille en particulier. Du reste, les élites traditionnelles ou communales y ont-elles élaboré un véritable projet politique ? En outre, pourquoi cette ville en tant que communauté n’a-t-elle pas su générer de territoire ? Et justement, les institutions citadines y ont-elles eu une dimension politique, ou sont-elles restées à l’état d’ébauche, sans autre fonction que d’exprimer et de consolider des intérêts économiques ? L’oligarchie marseillaise semble n’avoir pas su ou pu construire d’organe de gouvernement durable, se contentant finalement d’une structure décisionnelle où l’autonomie se réduit au privilège d’ordre fiscal, juridique et commercial. Dans ce contexte, parler de capitale, à quoi cela peut-il donc bien renvoyer ? Le terme suppose de questionner une séquence bien plus large que celle du seul âge communal (xiie et xiiie siècles). Il nécessite de considérer diverses fonctions urbaines qui recouvrent en premier lieu celle de résidence princière, combinant centre de décision, vie de cour et séjour du souverain. Il interroge la centralité de la ville au regard de ses fonctions administrative et politique, induisant un personnel et des services spécialisés, et par là disposition à former ou à attirer ce dernier. Il suppose un territoire où se projette le pouvoir urbain. Enfin, il suggère attractivité et rayonnement qui revêtent certes une dimension démographique, la capacité à susciter des flux migratoires et économiques, mais aussi une aura spirituelle. Durant la période médiévale, quelle fonction a donc pu exercer Marseille qui en fît une capitale ?

2Marseille a indéniablement connu une intense vie spirituelle, elle fut le foyer d’un monachisme précoce, illustré par Saint-Victor, et elle abrita des dévotions novatrices, liées aux ordres mendiants. Mais fut-elle une capitale religieuse pour autant ? La question articule deux dimensions pour la période médiévale. La première renvoie à la fonction de centre administratif provincial, tranchée précocement et qui ne revint plus jamais sur le devant de la scène. La seconde suppose un rayonnement spirituel, comme lieu de pèlerinage principalement.

  • 2 Au sujet du corpus de lettres pontificales tardo-antiques placées en tête des cartulaires de l’Égli (...)
  • 3 Jean-Rémi Palanque, Le diocèse de Marseille, Paris, 1969 et « Les évêchés provençaux à l’époque rom (...)
  • 4 Jean Guyon, « Marseille, baptistère Saint-Jean », dans Duval Noël, Les premiers monuments chrétiens (...)

3La question du chef-lieu provincial est réglée dès le ve siècle, et l’Église de Marseille ne conserve plus dans ses archives, au contraire de celle d’Arles, la mémoire de ce moment pourtant singulier2. Un évêque est attesté à Marseille dès 314, en un siècle qui marque vraisemblablement le développement de prétentions à la mesure de son poids démographique et économique. Le concile de Turin, probablement en 398, porte en effet la revendication de son pasteur d’alors, l’évêque Proculus, qui prétend créer des prêtres dans la zone d’influence de son Église, sans tenir compte des limites civiles et administratives3. Il obtient satisfaction à titre personnel sur la Narbonnaise Seconde. Un ressort se dessine alors : Proculus impose ainsi Lazare, sans doute un moine, sur le siège d’Aix en 408, et il désigne deux ministres du culte à Citharista et à Gargarius en 417, ce qui occasionne un conflit avec l’évêque d’Arles tranché par le pape Zosime cette même année. Cette prétention s’exprime du reste dans l’architecture religieuse : la cathédrale certes, dont on connaît peu de choses, et surtout le baptistère, trois fois plus vaste que le plus grand de Provence, comparable à ceux de Turin et de Milan, résidences impériales, et jouant de sa disposition sur le littoral, véritable mise en scène de son imposante visibilité4.

  • 5 Rudolf Buchner, Die Provence in Merowingischer Zeit. Verfassung-Wirtschaft-Kultur, Stuttgart, 1933. (...)
  • 6 Louis Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 181-194. Florian Mazel, « Fond (...)
  • 7 Florian Mazel, « Fondements et horizons », art. cit.
  • 8 Anke Krüger, Südfranzösische Lokalheilige zwischen Kirche, Dynastie und Stadt vom 5. bis zum 16. Ja (...)

4Mais ce rayonnement est éphémère. Certes, la ville trouve des compensations par la suite, compte tenu de son importance stratégique pour les Francs, comme principal accès à la Méditerranée, centre de perception et capitale administrative5. Le patrice de Provence y a très vraisemblablement résidé aux viie et viiie siècles. Mais c’est bien Arles qui profite des nouvelles conditions politiques à la fin du premier millénaire. C’est elle qui s’impose alors comme une authentique capitale ecclésiastique. La restauration du cadre provincial au concile de Francfort en 794 reste en partie lettre morte, ce qui laisse aux évêques arlésiens une primauté sur toute la Provence. En fait, l’installation en Arles du centre de gravité de la nouvelle dynastie comtale, dans la deuxième moitié du xe siècle, à la suite de celle du marquis Hugues († 947) et de son neveu Manassès, lui-même archevêque d’Arles (920-961), favorise l’éclosion d’une véritable hégémonie de la cité rhodanienne6. Les structures de l’assise fiscale et du comitatus, la proximité avec le pouvoir comtal dans l’exercice du gouvernement, la détention d’abbayes et de leurs droits, tout cela fonde une puissance considérable et assurent une domination juridictionnelle sur les autres Églises de Provence. Des serments d’obédience prêtés par les prélats s’articulent avec un véritable serment d’obéissance et de fidélité personnelle qui lie plusieurs évêques à leur collègue arlésien au xie siècle7. En outre, la restauration de la vie capitulaire, la consécration d’églises, l’activité conciliaire, la fondation d’établissements monastiques assurent à l’Église arlésienne une légitimité singulière. Raimbaud de Reillanne, archevêque entre 1030 et 1069, donne une dimension politique au rayonnement arlésien à travers le modèle réformateur qu’il concourt à promouvoir. Dès la fin du xe siècle, le culte de l’apôtre Trophime, qui se prolonge par la deuxième translation de ses reliques en 1152, consolide l’assise spirituelle de cette influence8. Y échappe cependant la zone comprise entre Marseille et Toulon, deux diocèses où se concentre le fisc détenu par la famille vicomtale marseillaise, qui contrôle alors l’épiscopat de ces deux cités. Si à la fin du xie siècle la crise grégorienne débouche sur l’affirmation des métropoles d’Aix et d’Embrun et le repli de l’archevêque et du chapitre sur l’espace diocésain arlésien, cela ne profite nullement à Marseille.

  • 9 Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale (879-1166), Paris, 1976, p. 83-84 et 101-103 po (...)
  • 10 Parmi une bibliographie fournie, nous citons l’une des études les plus récentes : Jean-Pierre Devro (...)
  • 11 Florian Mazel, La noblesse et l’Église en Provence (xie-xive siècle). L’exemple des familles d’Agou (...)
  • 12 Saint-Cannat, Bouches-du-Rhône, cant. Lambesc. GCNN, Marseille, no 146, diplôme d’Innocent II du 18 (...)

5Pourtant, l’Église marseillaise est l’une des plus puissantes de Provence. On perçoit dès la fin du viiie siècle au moins un rayonnement temporel considérable, qui résulte de l’absorption par la cathédrale des possessions de Saint-Victor9. Une Église de Marseille s’impose à l’échelle de la Provence. En 813-814, son patrimoine intègre alors le temporel de l’abbaye et rassemble treize villae ou agri, depuis Lambesc jusqu’à l’Ager Galadius, dans la région de Digne-les-Bains, et au centre du Var actuel, avec Bargemon, Sillans, Trigance10. Mais la réforme monastique du début du xie siècle, en assurant à Saint-Victor une autonomie patrimoniale, a recentré l’Église cathédrale marseillaise et son temporel sur l’espace diocésain11. Un seul héritage subsiste de cette grandeur passagère : l’enclave de Saint-Cannat dans le diocèse d’Aix, mais sans que l’on puisse en retracer l’histoire entre le début du ixe siècle et la première moitié du xiie siècle12. Quant au monastère victorin et à ses possessions, entre Catalogne et Sardaigne, s’il peut faire figure de chef d’ordre, il serait abusif de confondre son rayonnement avec celui de la ville sur les marges de laquelle il se situe.

  • 13 GCNN, Marseille, no 173.
  • 14 GCNN, Marseille, no 275. AD13, 5G 91, fol. 81v et 5G 9, no 57.
  • 15 GCNN, Marseille, no 384.
  • 16 AD13, 5G 20, no 18, en 1307.
  • 17 Florian Mazel, « Cujus dominus, cujus episcopatus ? Pouvoir seigneurial et territoire diocésain (xe(...)
  • 18 Belcodène, Bouches-du-Rhône, cant. Roquevaire.
  • 19 GCNN, Marseille, no 158.
  • 20 AD13, B 355 et GCNN, Marseille, no 283, col 152-156, et ind. AVM, no 549. Thierry Pécout, « L’évêqu (...)

6Ce processus de repli sur l’espace diocésain se prolonge jusqu’au xiiie siècle, qui le voit se stabiliser à l’occasion de plusieurs accords de bornage. À l’est tout d’abord, alors que le délitement de la famille vicomtale et l’essor des patrimoines des cathédrales de Marseille et de Toulon bouleversent des modalités de relations jusqu’alors imbriquées. Le 7 juin 1174, on procède ainsi à la délimitation des diocèses de Toulon et Marseille, à travers celles de la Chartreuse de Montrieux et de ses droits d’usage (bois, élevage)13. Le 24 février 1253, est établi le bornage des territoires du Beausset et d’Évenos par les procureurs du sénéchal et de l’évêque de Marseille14. Cette structuration se poursuit jusqu’au début du xive siècle, quand le 8 novembre 1309, un arbitrage entre les évêques de Toulon et de Marseille porte sur Évenos et Orvès15. L’ensemble est complété par d’autres démarcations dans la zone de Méounes et d’Ollioules16. Au nord, le mouvement concerne aussi les limites de la province. En 1255, est réglé le cas du Val de Trets, que réclamait la cathédrale de la Major, en jouant de son origine fiscale et de son intégration dans le patrimoine de Saint-Victor, ce que contestait l’archevêque d’Aix17. Subsistent deux enclaves qui manifestent la complexité de cette structuration. Celle de Saint-Martin d’Insoli près de Belcodène18, mentionnée en 1255, et celle de Saint-Cannat, castrum attesté en 1141 dans un diplôme d’Innocent II, et dont les seigneurs se placent sous le dominium de l’évêque en 115719. Si l’on excepte les droits seigneuriaux et juridictions que l’évêque a obtenus de Charles d’Anjou lors de la convention d’août 1257 en échange de son recul dans la cité elle-même, et qui concernent dans quelques cas des biens extérieurs à son diocèse20, l’Église de Marseille achève vers 1300 un lent processus de normalisation temporelle et juridictionnelle en se rétractant sur un espace diocésain par ailleurs modeste.

  • 21 Bérenger de Séguret († c. 1278), originaire du diocèse de Vaison, est clerc de la Chambre apostoliq (...)
  • 22 Jean Baussan, originaire d’une famille de marchands marseillais, chanoine, archidiacre en sa cité, (...)

7Certes, les bénéfices qu’il recèle sont loin d’être négligeables. Ils attirent au-delà des élites sociales de la ville elle-même. Les carrières épiscopales et prévôtales signalent Marseille comme un des pôles bénéficiaux principaux de la province d’Arles et de la Provence au xiiie siècle. Quelques individus caractérisent ce rayonnement. Ainsi du prévôt Bérenger de Séguret, un homme du pape, notaire de la Chambre apostolique, ou de son homologue Hugo de Mataplana, futur archevêque de Saragosse21. Mais il s’agit là de cas particuliers, qui désignent le rang notable de la cité, mais non pas une quelconque prééminence. Du reste, pour l’essentiel, les carrières manifestent peu de circulation bénéficiale : quasiment pas en direction de la métropole et en minorité en provenance d’autres provinces, l’essentiel des flux concernant Toulon et Marseille, et Toulon et Arles, tel Jean Baussan, d’origine marseillaise, évêque de Toulon puis archevêque d’Arles22.

  • 23 Sur l’œuvre hagiographique des moines victorins et son rayonnement : Vie d’Isarn, abbé de Saint-Vic (...)
  • 24 Jacques Paul, « Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d’Anjou », dans Cahie (...)
  • 25 Jean Gobi l’Ancien, Miracles de sainte Marie-Madeleine, Jacqueline Sclafer éd., Paris, 1996, de mêm (...)
  • 26 Christian Maurel, « Marseille en 1474 à la veille de son union à la France : entre le port de comme (...)

8Ces faiblesses institutionnelles expliquent sans doute la modestie de l’aura spirituelle de Marseille. Et ce, en dépit d’un corpus notable d’insignes reliques bien attestées dès le xie siècle, comme celles des Saints Innocents conservées en l’abbaye Saint-Victor, sans compter celles des patrons de cette dernière, Victor ou Cassien23. Si l’on examine les dévotions plus tardives envers Louis d’Anjou ou Urbain V, le territoire de la ville elle-même y est prépondérant, et leur rayonnement s’appuie toujours davantage sur les réseaux de Saint-Victor que sur ceux de la cité24. À compter de la fin du xiie siècle, au sein de la refondation de la légende magdalénienne, Marseille, avec Lazare, occupe une place non négligeable mais loin de s’avérer dominante. Une dizaine de miracles sont ainsi recensés dans le recueil de Jean Gobi25. Et si des pèlerins venus de Germanie visitent les reliques à la fin du xve siècle, celles de la cathédrale et celles de Saint-Victor avant tout, c’est dans l’orbite d’une dévotion envers la sainte de Béthanie dont le foyer principal se trouve auprès de la Sainte-Baume et qui irrigue bien d’autres cités ou simples villes26.

  • 27 Mais le rayonnement probable de la communauté juive marseillaise et sa vie intellectuelle sont fort (...)

9Marseille n’a su durablement se constituer en capitale religieuse, malgré le rayonnement de l’abbaye Saint-Victor et la puissance temporelle de son Église cathédrale jusqu’au milieu du xiiie siècle. Siège d’un riche mais petit diocèse de la province d’Arles, elle n’abrite de surcroît que des dévotions qui ne revêtent qu’imparfaitement ou tardivement une dimension universelle. De même, si les bénéfices marseillais suscitent des convoitises extérieures, souvent encouragés par la papauté, il ne s’agit pas d’une attraction exceptionnelle au regard d’autres sièges voisins, plus actifs sur ce plan-là du fait de leur proximité avec le pouvoir comtal, tel Aix. Du reste, après 1309, face à l’Avignon des papes, Marseille ne pouvait faire que pâle figure en ces domaines. Cependant, si pour les chrétiens ce foyer demeure secondaire, on ne saurait négliger la place importante que Marseille occupe pour la vie cultuelle et intellectuelle des communautés juives27. Mais nous touchons ici aux marges de ce qui peut constituer une capitale.

10Ces carences traduisent en partie une incapacité à jouer un rôle politique propre. L’épanouissement d’une autonomie urbaine s’est régulièrement heurté à des limites et des concurrences indépassables. Pourtant, après avoir joué le rôle de capitale administrative sous la domination franque et résidence probable du patrice et gouverneur de Provence entre le début du viie siècle et le viiie siècle, Marseille abrite des pouvoirs considérables, entre la fin du xe et le xiiie siècle. Au tournant de l’an mil, l’avènement de la dynastie vicomtale correspond sans doute au seul moment où la ville a pu jouer le rôle d’une capitale, aussi bien en tant que résidence princière que par l’aire de domination que ses seigneurs suscitent. Mais cette parenthèse favorable se referme dès le tournant du xiiie siècle, face à la rivalité des pouvoirs comtaux et épiscopaux. Puis, lorsqu’une commune se développe sur les bases de la seigneurie vicomtale, les conditions politiques sont telles qu’une affirmation territoriale de ce pouvoir ne s’avère guère possible. Aussi le théâtre de ce processus se cantonne-t-il pour l’essentiel à la ville elle-même, malgré l’intervention des milices et des subsides marseillais dans les conflits qui déchirent alors la Provence et le Languedoc, et malgré les traités d’alliance à l’échelle de la Provence urbaine.

  • 28 Ce sont les travaux de Florian Mazel, auxquels nous renvoyons pour ce développement, qui constituen (...)
  • 29 Édouard Baratier éd., Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 e (...)
  • 30 L’expression est de Florian Mazel, voir Michel Lauwers et Florian Mazel, « L’abbaye Saint-Victor », (...)

11À l’époque où Marseille passa sous le contrôle de ses vicomtes, jamais elle ne porta si bien les atours d’une capitale. Mais cette phase d’affirmation d’une autonomie, au xie et au début du xiie siècle, fut contrecarrée par le développement de la principauté territoriale des comtes catalans et celui d’une Église réformée. L’implantation des vicomtes, à l’origine relais probable des Rodolphides à Marseille, débouche en effet sur la constitution d’un pouvoir aristocratique singulier en Provence, alors qu’émerge aussi, à l’échelle de la principauté, la dynastie des comtes d’Arles28. La famille vicomtale est peut-être d’origine viennoise, avec son probable fondateur, Arlulf († av. 965), issu de la vassalité des derniers rois de Bourgogne. Son pouvoir repose d’abord sur un noyau allodial cédé par ces fragiles souverains, le Val de Trets et ses forteresses, puis il s’accroît des droits fiscaux du pagus de Marseille concédés vers 972-977 par le comte, de villæ des diocèses de Toulon et Fréjus tenues en fief du même dès avant 1038, et d’autres domaines excentrés situés dans les pagi d’Arles et de Sisteron. C’est là un vaste ensemble où les droits comtaux sont d’ailleurs encore clairsemés au milieu du xiiie siècle29. Cela caractérise une indépendance de fait, le comte traitant d’égal à égal avec les vicomtes, sans exigence d’aucune prestation de fidélité. Elle se manifeste par un processus de fortification gardant les accès de la ville, à Auriol, Gémenos, Ollières, dès les premières années du xie siècle. À ce premier ensemble, s’ajoute le contrôle de la dignité épiscopale et du domaine monastique de Saint-Victor, illustré par l’évêque Honorat, en 954, le fils d’Arlulf, en un véritable « co-gouvernement » jusqu’en 107330. Enfin, le titre vicomtal est attesté à compter de 977 et associé à Marseille au début du siècle suivant. Son hérédité dès la fin du xe siècle désigne une véritable dynastie, qui s’exprime aussi dans le renouveau du culte emblématique de saint Victor, martyr et miles. Il s’agit donc là d’un pouvoir qui s’exerce sans partage sur un ensemble territorial cohérent dont la titulature est l’expression. Cette puissance se manifeste aussi dans l’espace urbain, avec le palais du Tolonée, lieu de perception et centre de pouvoir, la résidence principale jusqu’à la fin du xiie siècle. Mais, signe de son inachèvement, nulle appellation ne vient énoncer la dimension politique de cet ensemble : terra vicecomitalis, expression sporadique, localisée, ne renvoie nullement à une acception territoriale globale, tandis que vicecomitatus est tardif (1212) et ne revêt pas non plus de dimension spatiale.

  • 31 Pour un aperçu, outre les travaux cités précédemment : Thierry Pécout, « L’évêque et le chapitre de (...)
  • 32 Florian Mazel, « Les vicomtes de Marseille », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 145-1 (...)
  • 33 GCNN, Marseille, no 221, col. 108-110, Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la (...)
  • 34 Florian Mazel, « Du modèle comtal à la “châtelainisation”. Les vicomtes provençaux aux xe-xiiie siè (...)

12La puissance vicomtale n’a qu’un temps, ce qui ne favorise ni l’émergence d’une principauté, ni la consolidation du rôle de Marseille comme véritable capitale. Dans la seconde moitié du xie siècle, les vicomtes subissent l’émergence d’un pouvoir monastique victorin, puis celle d’une Église cathédrale devenue autonome passé 1073. Certes, les liens de fidélité des vicomtes envers l’évêque permettent de maintenir un certain contrôle sur des possessions ecclésiastiques. Mais au milieu du xiie siècle, le prélat constitue sa propre puissance seigneuriale à l’appui du droit de fortifier. Cette emprise sur la ville haute se traduit par une partition topographique c. 1151-1152, puis par l’émergence de la seigneurie du chapitre cathédral en 116231. Ces reculs successifs se perçoivent à travers le désengagement des vicomtes de la cité, des branches cadettes s’implantant dans des castra, tels les Trets, les Peynier, ou dans des centres urbains secondaires, comme les Solliès à Toulon. Barral, disparu en 1192, est le dernier vicomte à avoir résidé à Marseille. Le délitement du lignage lui-même est ainsi rapide et trouve son paroxysme dans l’affaire Roncelin32. Cet abbé de Saint-Victor, soustrait à sa retraite et établi comme vicomte en 1193, doit affronter l’opposition de la papauté et de ses relais locaux entre 1207 et 1211. Il est finalement destitué par les légats, alliés aux Baux qui convoitent l’héritage vicomtal. Cette crise des élites traditionnelles débouche cependant sur l’affirmation de l’oligarchie urbaine et cristallise l’essor d’un pouvoir communal. C’est à l’appui du patient rachat des droits seigneuriaux autrefois détenus par les vicomtes qu’émerge ainsi en 1213-1215 une ville basse communale, tandis qu’en 1215 Roncelin abandonne ses droits au chapitre, concourant à consolider l’emprise de la seigneurie ecclésiastique sur la ville haute. C’est ainsi que la convention de 1220, qui procède à un bornage des dominations seigneuriales sur l’espace urbain, met aux prises évêque et représentants de la commune seulement33. Les derniers membres de la famille vicomtale, quant à eux, se « châtelainisent », disposant encore de droits ruraux éparpillés, et abandonnent tout rôle politique dans les années 1230, avec un titre vicomtal vidé de contenu34.

  • 35 L’accord du 23 janvier 1220 entre les recteurs et l’Église, évêque et chapitre, porte sur les relat (...)
  • 36 Sur ces points, voir la contribution à paraître d’Enrica Salvatori, ainsi que la mienne, dans Gilli (...)
  • 37 La seigneurie vicomtale est dispersée entre plusieurs héritiers au début du xiiie siècle. Tous fini (...)

13C’est ainsi que la ville communale hérite des forces et des faiblesses de la seigneurie vicomtale. Son gouvernement se substitue à celui des vicomtes dans la gestion de droits et revenus dont l’émiettement ne concourt guère à la formation d’une aire de domination territoriale. En outre, ils s’enchevêtrent avec ceux de l’Église de Marseille et du monastère Saint-Victor dont les seigneuries se structurent à la même époque : en 1215-1216, est parachevée celle de la ville prévôtale, ou de l’Œuvre, avec en particulier l’acquisition de Château Babon en avril 1215 des mains du vicomte Roncelin, d’Hugues de Baux et son épouse Barrale, et de Giraud Adhémar de Monteil, tandis que l’accord du 23 janvier 1220 entre recteurs de la commune et évêque délimite la ville épiscopale35. L’association des principaux acteurs de ce processus en une confrérie, vouée au Saint-Esprit et constituée sous l’égide du légat en 1212, facilite l’émergence d’une entité collective comme acteur politique, d’une personne morale sur le plan juridique, et d’un discours construit autour de l’utilitas et du bien commun, autant d’outils idéologiques qui énoncent et structurent le gouvernement urbain36. Les méthodes employées par la commune et l’oligarchie qui la dirige reposent tout d’abord sur la saisie de gages placés en échange de prêts, dont un grand nombre ne sont jamais remboursés, ainsi que sur des cessions négociées et formalisées. Ainsi sont acquises les parts du vicomte Roncelin entre 1205 et 1224, celles d’Hugues de Baux et Barrale entre 1206 et 1224, de Raymond de Baux entre 1213 et 1225, de Raymond Geoffroi de Trets entre 1193 et 1216, et de Giraud Adhémar entre 1212 et 1226. En 1226, la commune n’est en possession que des 7/24e de la seigneurie vicomtale, mais, dès la fin de la même année, elle atteint les 20/24e, tandis que les derniers 4/24e issus de l’héritage de Roncelin sont tenus par elle des moines de Saint-Victor37.

  • 38 Fernand Benoît, éd., Recueil des actes des comtes de Provence (1196-1245), Monaco-Paris, 1925, nos  (...)
  • 39 Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, Aix-en-Provence, (...)

14Cette seigneurie communale s’impose comme interlocuteur du pouvoir comtal et bénéficie de diplômes qui consolident et complètent non seulement des prérogatives confinant à l’exercice de la souveraineté, mais également sa dimension juridique de personne morale. Elles concernent des droits sur les cavalcades en 1214, à l’occasion d’une alliance militaire avec le représentant du comte Sancho, son fils Nuño Sánchez, puis, avec Raymond Bérenger V (1216-1245), sur le privilège monétaire en mai 1218 (création d’un gros et confirmation de la frappe du royal coronat menée depuis 1186), ainsi que des droits concernant les échanges en 1220, avec le pasquerium à proximité de la cité et une franchise de péages dans les deux comtés, outre les droits de ban et pulvérage, les leydes et des facilités pour le commerce38. Enfin, dans la continuité des privilèges accordés par son père en 1216, de Raymond VII (1222-1249) de Toulouse la commune obtient des garanties de circulation et la protection comtale en faveur de ses marchands en 123539. On est donc bien en présence d’un processus de construction d’une autonomie urbaine aux mains de groupes sociaux dont le pouvoir et la capacité d’action reposent sur l’échange et la valeur mobilière. Mais s’agit-il pour autant d’une construction politique aboutie ?

  • 40 Fernand Benoît, éd., Recueil des actes des comtes de Provence, nos 93 et 96. Pour une comparaison a (...)
  • 41 Martin Aurell, éd., Actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, 2001, no 292.
  • 42 Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, Aix-en-Provence, (...)
  • 43 Édouard Baratier, « Production et exportation du vin du terroir de Marseille du xiiie au xvie siècl (...)
  • 44 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, n° 67.
  • 45 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, no 123.
  • 46 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 383-393.

15Question associée, le développement du gouvernement communal s’est-il traduit par l’émergence d’une aire de domination politique, un territoire marseillais ? La ville gouverne certes quelques possessions, mais sans créer d’institution spécifique, y reproduisant les méthodes de la seigneurie à laquelle elle s’est substituée : elle nomme des bailes domaniaux et perçoit des cens. Si l’on peut observer un début d’expansion, elle est le plus souvent très éphémère. On y reconnaît quelque ébauche d’une stratégie offensive inspirée par des intérêts commerciaux, mais surtout des préoccupations défensives. Cet essor opère en direction de l’embouchure du Rhône, où elle rencontre la concurrence de la cité d’Arles et celle du comte de Provence. Bouc et Caronte, donnant accès à l’Étang de Berre et à ses pêcheries, lui sont confirmés par le comte le 17 décembre 1225 puis le 24 janvier 122640. À Fos, Saint-Mitre, Castelveyre et au Bourg Saint-Geniès, avec les pêcheries de Bouc et de Saint-Geniès, la confrérie du Saint-Esprit acquiert la part de Bertrand Porcelet en 1217, mais elle est révoquée dès juillet 121741. Il s’agit en outre de contrôler les points fortifiés gardant les accès de la ville elle-même. Roquevaire est acheté à Raymond de Baux en juin 1228, quand Roquefort est détenu par la ville au moins jusqu’en avril 1229, date à laquelle les moines de Saint-Victor en exigent la restitution, tout comme le tiers d’Aubagne42. On y adjoindra la forteresse de Saint-Marcel. Allauch et Aubagne sont anciennement détenus par le chapitre cathédral, mais les chanoines sont en grande partie issus de groupes sociaux urbains un temps proches des élites communales. Enfin, la ville a tenté de constituer un arrière-pays, en lien avec le littoral, suivant sans doute les intérêts d’un commerce de cabotage et les nécessités du ravitaillement43. Les salines motivent l’achat de Brégançon et du 1/12e d’Hyères par la confrérie du Saint-Esprit en avril 1217 à Raymond Geoffroi de Trets, tandis qu’en juin 1219 d’autres transactions consolident ces deux possessions, avant que le comte n’en investisse la commune en mai 122344. Elle se fait céder en gage Ceyreste, Le Castelet et La Cadière par Hugues de Baux et Barrale. Mais la plupart des points d’appui extérieurs sont perdus entre 1227 et 1230 : le 28 juillet 1227 pour Fos, Saint-Mitre, Castelveyre et Saint-Geniès, et le 23 décembre 1228 pour Roquevaire45. En 1243, lors du traité conclu avec Raymond Bérenger V, la ville exerce toujours d’importantes juridictions et se voit reconnaître Saint-Marcel, Roquefort, Roquevaire, Brégançon et Hyères46. Ce territoire marseillais est tributaire en partie de l’aire ancienne de domination vicomtale, à l’est de la cité, mais il demeure discontinu, fragile et au fond bien moins durable que les places commerciales outremer.

  • 47 Ibid., p. 339-341 et p. 107.
  • 48 Thierry Pécout, « La commune, le droit et le comte excommunié », dans Pécout Thierry, dir., Marseil (...)
  • 49 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 106-107.
  • 50 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 217-222.
  • 51 Louis Stouff, « Marseille et Arles », dans Pécout Thierry, dir., Marseille au Moyen Âge, p. 358-361
  • 52 Simone Balossino, « Fraternitas et amor inter civitates : une société communale entre Avignon et Ma (...)
  • 53 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 301-304 et p. 107.
  • 54 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 44. Dino Puncuh éd., I Libri jurium della Repubblica di Genova(...)

16Un espace de domination ne se confond pas avec un territoire. Des alliances politiques tissées par la commune en Provence et au-delà constituent aussi un réseau et structurent un parti, sans pour autant refléter une dynamique territoriale ou un système hiérarchisé dont la ville serait la tête. Après un traité d’alliance avec Raymond Bérenger V en 1225, voici qu’en 1226, ses élites se rapprochent de Guillaume de Sabran Forcalquier, qui conteste au prince son titre de « comte de Forcalquier » issu de l’héritage maternel47. Avec les Raymondins de Toulouse, dès 1216 et le siège de Beaucaire, c’est une alliance militaire qui s’impose. D’abord offensive, au service de la reconquête toulousaine dans le bas Rhône, elle devient défensive, quand il s’agit de se prémunir des visées du comte de Provence. Le 7 novembre 1230, Raymond vii devient ainsi le seigneur de la ville basse à titre personnel, et le demeure jusqu’à sa mort en 124948. D’autres alliances sont plus ponctuelles et servent des stratégies précises. Le comte Thomas de Savoie paraît comme un recours, quand en 1226 la ville souhaite user de sa médiation pour recevoir de l’empereur Frédéric II pleine juridiction sur la totalité de la cité, le merum imperium, les droits de fortifier et de battre monnaie, et envisage de contrôler une partie du littoral provençal et de bénéficier de franchises commerciales dans la péninsule Italienne49. Pour Alphonse de Castille, la commune représente une assistance militaire et politique dans ses ambitions impériales, lors des traités de janvier et septembre 1256, quand la ville ne reçoit en contrepartie que des privilèges commerciaux50. Avec les autres communes de Provence, les rapports demeurent discontinus. Il est difficile de parler d’une Provence des communes, tant les relations s’avèrent mouvantes. Arles conclut une alliance avec Marseille en 1214, mais en 1228 les Arlésiens se rapprochent de Raymond Bérenger en guerre contre les Marseillais51. Avignon et Marseille se lient en 122452. Avec Nice, une alliance est scellée en août 1218, et une assistance militaire est envisagée avec Grasse en mai 122753. Avec les puissances maritimes méditerranéennes, dominent avant tout des intérêts commerciaux plutôt qu’une alliance politique et militaire. La commune conclut ainsi un traité de paix et de commerce avec Gênes en 1203 puis le 7 mai 1229, avec Pise en 1210 puis en septembre 1256, avec Savone en 1207 ou Gaète en 120854.

  • 55 Sur les forgeries des privilèges commerciaux marseillais du xiie siècle, attribuables au siècle sui (...)
  • 56 André-Émile Sayous, « Le commerce de Marseille avec la Syrie au milieu du xiiie siècle », dans Revu (...)
  • 57 Georges Lesage, Marseille angevine. Recherches sur son évolution administrative économique et urbai (...)

17Ce qui semble l’emporter, c’est moins le projet abouti d’une autonomie citadine que la préservation des intérêts commerciaux méditerranéens. La commune sait mettre en avant les fondements de sa présence outremer, quitte à en fabriquer les preuves55. C’est là l’espace commercial de la cité qui se dessine, mais nullement celui d’une expansion politique. Faute de moyens, Marseille demeure toujours en deçà des processus que mettent précocement en œuvre les cités portuaires italiennes. Plusieurs diplômes apportent ainsi des garanties à ses prétentions commerciales : celui de 1117, pour un établissement à Jérusalem, celui de 1187, pour Tyr, aux côtés des autres Provençaux, celui de 1136, pour une rue à Acre et une place à Jaffa, celui de 1152, pour le casale de Ramie, et en 1163 pour celui de Romadet. En 1190, elle consolide son consulat d’Acre et la détention du casale de Flacie à Chypre, en 1213 ses positions à Beyrouth, en 1200 ses consulats de Messine et de Syracuse, et en 1230 ses intérêts à Majorque et en Sardaigne (Oristano et Bosa). Au total, Marseille dispose alors d’établissements à Famagouste, Tripoli, Alep et Antioche, Alexandrie et Damiette, Tunis, Bougie, Oran, Tlemcen, Ténès et Ceuta, Barcelone et Valence, et enfin Cagliari56. La domination angevine inaugure une série de privilèges en Italie du sud octroyés par Charles d’Anjou : à Messine et Syracuse, en 1269 et 1275, et à Palerme en 127557.

  • 58 En particulier, Nicolas-Jules-Raymond de Soliers, Antiquitez de la ville de Marseille, où il est tr (...)
  • 59 Régine Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Monaco-Paris, 1949.
  • 60 « Nullus litigantium cogatur exire propter hujusmodi causam civitatem Massilie ».
  • 61 Gérard Giordanengo, « Jeux de pouvoir et science juridique à Marseille. Une consultation de Bernard (...)

18En définitive, à défaut d’avoir pu ou su élaborer d’autonomie politique, les efforts des oligarchies citadines se sont portés sur le domaine judiciaire. Au sein de la Provence comtale, et sous les deux dynasties angevines, le statut administratif et judiciaire de Marseille est fondé sur des privilèges qui confèrent à la ville une spécificité. Rien là de structurant sur le plan institutionnel, sans doute plutôt le résultat d’un équilibre entre volonté comtale de tenir la ville à sa merci et de satisfaire en contrepartie l’illusion d’une liberté. L’historiographie urbaine, à défaut d’une véritable indépendance, a su monter en épingle cette caractérisation pour valoriser le patriotisme municipal des familles dirigeantes58. Dès le traité du 22 juin 1243, puis lors des statuts de 1253, et enfin dans les chapitres de paix de 1257 se formule le cadre général du privilège59. Les citoyens de Marseille ne peuvent être jugés en première instance ou appel que dans le territoire de la ville, qu’elle que soit la nature de la procédure en cours60. Charles d’Anjou, qui a besoin du port dans ses efforts face aux Catalans, y ajoute une clause le 30 septembre 1284 : les citoyens ne sont plus tenus non plus de porter appel devant le juge mage à la cour d’Aix61. Aussi, Marseille ne sera jamais au Moyen Âge la capitale d’une ambition politique. Elle doit compter avec l’affirmation de la principauté de Provence, le véritable foyer structurant de toute élaboration idéologique et institutionnelle. La Provence n’est décidément pas une terre propice à la cité-État.

19 Au sein du cadre politique de la principauté angevine, Marseille demeure désormais marquée de l’empreinte du pouvoir royal. Ce dernier bride toute capacité à générer une autonomie qui se projetterait dans un territoire, mais il tolère des spécificités dans le champ judiciaire qui concernent celui de la ville dans son sens le plus étroit. Il n’intègre pas cette dernière dans le droit commun des autres agglomérations de Provence, dans la mesure où le soutien de ses élites lui est acquis. Il est confronté à un organisme urbain et à une structure sociale assez cohérentes et hiérarchisées pour imposer à la monarchie la reconnaissance de ses spécificités fiscales, judicaires et militaires.

  • 62 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 124-156, notamment 126, et p. 213-240 ; André-Émile Sayous, «  (...)
  • 63 On doit cette relecture des premières temps de la période angevine à Jean-Paul Boyer, « Entre soumi (...)
  • 64 Martin Aurell et Jean-Paul Boyer, « Une journée qui fit Marseille : le 5 décembre 1288 », dans Péco (...)
  • 65 Louis Barthélemy, « Procès verbal de visite, en 1323, des fortifications des côtes de Provence et d (...)

20Du reste, nous avons vu combien on peut douter d’un véritable projet politique de la part de l’oligarchie urbaine qui dirigea Marseille pendant la période communale. C’est d’abord qu’elle ne fit guère preuve de cohésion face au pouvoir comtal et, depuis la conjuration des Mascarats jusqu’au coup d’État de Raolin d’Aix, entre 1230 et 1257, le comte a toujours su y trouver des alliés sûrs62. Bien plus, après la soumission de 1257-1264, il semble qu’un consensus soit identifiable en son sein autour d’une collaboration profitable avec le souverain angevin, dans laquelle, dès le règne de Charles d’Anjou, les rapports de force ne jouent plus forcément en défaveur de la ville. Les chapitres de paix de 1257, intégrés au corpus des statuts urbains, constituent désormais comme un mole de reconnaissance de la particularité de Marseille, notamment en matière fiscale63. Les serments du roi, en 1288, 1309, 1348 et 1385, tout comme ceux de son représentant, le viguier, lors de son entrée en fonction, montrent des rapports de force favorables64. Aussi bien, la documentation postérieure atteste les capacités de résistance de l’oligarchie face aux exigences de la monarchie. L’enquête sur les fortifications de 1323 en est un bon exemple, certes dans un contexte de crise frumentaire nécessitant de ménager la ville65.

  • 66 AD13, B 1501, fol. 22 : le rationnaire évoque alors la « vicaria Massilie ». Marie-Joseph Bry, Les (...)
  • 67 Jean-Luc Bonnaud, « La “fonction publique” locale en Provence au xive siècle selon l’informatio de (...)

21 Jamais les liens avec le souverain sous les deux maisons d’Anjou ne se traduiront par l’implantation à Marseille d’un quelconque centre de décision politique ni même administrative. Au mieux, la ville est alors le chef-lieu d’une viguerie particulière. Dès 1263-1264, cette circonscription est attestée pour la première fois66. Comme pour Avignon, le viguier dispose du traitement le plus élevé parmi ceux des officiers locaux (200 livres annuelles au milieu du xiiie siècle et 396 livres de royaux en 1345)67 et le territoire de la viguerie, ultime rétrécissement de l’espace marseillais, se réduit aux abords immédiats de la ville.

  • 68 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, p. lxxxvi-lxxxvii.
  • 69 Mai 1218, janvier 1219, mai 1223, janvier 1224, décembre 1225, janvier 1226, et il y réside en août (...)
  • 70 Richard Sternfeld, Karl von Anjou, als Graf der Provence (1245-1265), Berlin, 1888, p. 86-90. Victo (...)
  • 71 Andreas Kiesewetter, « Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309) » dans Archiv für Diploma (...)
  • 72 Thierry Pécout, « les deux séjours du roi Robert en Provence : 1309-1310 et 1319-1324 », dans Prove (...)
  • 73 Émile-Guillaume Léonard, La jeunesse de Jeanne Ire, reine de Naples et comtesse de Provence, 2, Mon (...)

22Mais Marseille ne fut pas pour autant une capitale princière. Les comtes catalans ne l’ont fréquenté qu’épisodiquement. Alphonse Ier n’y est signalé qu’en 1177, Alphonse II y a fait quatre passages (1202, 1204, 1207 et 1209)68. Bien qu’il y ait élu sépulture avant de s’embarquer pour Palerme où il décède, c’est sans doute davantage l’ordre religieux des Hospitaliers qui prime dans ce choix, plutôt que le site urbain. Raymond Bérenger V y séjourne plus régulièrement, du moins au début de son règne, quand il entretient encore des relations diplomatiques avec Marseille69. Chez les Angevins, Charles d’Anjou se manifeste par un certain désintérêt pour la ville rebelle qu’il ne visite que pour la mater, lors de sa campagne du 30 juillet au 2 août 1252, tandis qu’en 1257 il ne semble pas s’y être personnellement rendu70. Parmi les Angevins de la première maison, c’est Charles II qui y passe le plus de temps. On enregistre une quinzaine de séjours entre 1282 et 1308, assortis de longues périodes de résidence : en juin 1298, puis à la fin de son règne, entre août et décembre 1306, entre mars et décembre 1307 et de janvier à avril 130871. Le roi y rédige lui aussi son testament. En revanche, Robert n’y séjourne qu’en 1309 et au début de 1310, pendant neuf mois, et il y repasse le 23 mai 1319 à l’occasion de son retour en Provence, pour une entrée solennelle, puis le 8 mars de la même année, pour la translation des reliques de son frère Louis72. Quant à Jeanne, elle n’y réside qu’entre le 20 et le 31 janvier 1348, lors de son repli en Provence73.

  • 74 Christian Maurel, « Pouvoir royal et pouvoir municipal (xive-xve siècles) », dans Pécout Thierry, M (...)
  • 75 Marquis de Forbin, « L’union de la Provence à la France, 11 décembre 1481 », dans Mémoires de l’Aca (...)
  • 76 Le 30 octobre 1447, il accorde deux foires de 10 jours ; il favorise la ville lors des traités avec (...)
  • 77 Louis Stouff, « L’homme d’affaires et l’air du large : Jacques Cœur et Marseille », dans Pécout Thi (...)
  • 78 Françoise Robin, « La cour du roi René en Provence : demeures, itinéraires et séjours », dans Coule (...)

23La seconde maison d’Anjou ne prise la cité qu’à l’occasion de circonstances exceptionnelles. Marie et son fils Louis II y font leur entrée le 19 août 1385, et accordent une réforme institutionnelle le 28 suivant, dans le contexte de la guerre de l’Union d’Aix et de la pacification qu’ils s’efforcent de mener74. René s’y embarque le 22 avril 1437 pour Naples et y revient vaincu en octobre 1442. Charles III, en revanche, y réside en juillet 1480, y teste le 10 décembre 1481 et y meurt le lendemain75. C’est René qui se distingue parmi tous ces souverains par l’importance de ses séjours, entre août 1475 et avril 1476, de novembre 1477 à mars 1478, et en mars 1480. Son intérêt se concrétise par la fortification du port, la construction de la tour qui en garde l’accès en 1447-1448, et il favorise le commerce et la renaissance économique de la ville76. Cet essor se manifeste par l’implantation du siège des affaires de Jacques Cœur et de son neveu Jean de Villages en 144977. René renoue avec la vocation d’armement de navires de guerre qu’avaient initiée les premiers Angevins. Enfin, il acquiert plusieurs résidences : une bastide près de Saint-Jérôme, au nord du territoire marseillais, ainsi que le jardin du Couvent ou de Saint-Pierre, sur la rive sud du port, acheté à l’abbé de Saint-Victor le 8 novembre 1449 et qui abrite le séjour du roi lors de ses divers passages entre 1459 et 1474. En outre, René dispose d’un hôtel sur la rive nord, près du quai, acquis en janvier 1474, la future « maison du roi », qui fut l’ancien hôtel des comtes de Provence signalé depuis 128978.

  • 79 Michel Hébert, Regeste des états de Provence, 1347-1480, Paris, 2007, p. 160-161, 172, 390-392, 411 (...)

24Ce n’est pas non plus Marseille que choisissent les états de Provence pour délibérer79. À compter de 1347, cinq assemblées s’y tiennent seulement, c’est moins que pour Apt et Brignoles (6) et Aix (91 réunions, soit 69 % du total). Deux de celles-ci ont pour cadre une période de guerre, en novembre 1392, en l’église des Accoules, où il est question de fiscalité, et en juin 1399, en présence de la reine Marie. Les trois autres ont lieu sous René : en novembre 1442, au palais du roi puis au couvent des Prêcheurs, pour soutenir l’infortuné souverain après la perte de Naples ; en avril 1470, pour appuyer l’expédition de Catalogne ; et en octobre 1473, en présence du roi, à la claverie puis dans un hôtel particulier, afin de voter un nouveau subside. Malgré ses privilèges judiciaires, Marseille ne s’impose nullement comme la capitale de l’autonomie provençale au sein des élites des deux comtés.

  • 80 Anke Napp, « Urbain V et Marseille : une relation spirituelle profitable », dans Pécout Thierry, Ma (...)
  • 81 Hélène Millet, « Marseille au cœur de la crise du Grand Schisme : le séjour du pape Benoît xiii et (...)

25Ce fut à l’occasion de concours de circonstances où sa fonction portuaire fut déterminante que la ville exerça à quelques reprises la fonction de résidence princière. Elle accueille ainsi le pape au monastère Saint-Victor par deux fois. Urbain vi, qui en fut l’abbé, visite la cité en 1365 pour consacrer l’abbatiale, puis à nouveau, lors de son passage en 1367 sur le chemin de Rome80. Benoît xiii y séjourne une première fois du 9 février au 3 décembre 1404, puis du 6 novembre 1406 au 3 août 1407, avant de s’embarquer pour Savone81. C’est alors un pape aux abois, dépourvu de résidence fixe depuis le siège de son palais d’Avignon, et s’efforçant de mener des tractations diplomatiques avec Grégoire xii pour ne pas se couper une nouvelle fois de l’obédience des Valois.

  • 82 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, no 66 ; Martin Aurell, « Nécropoles e (...)
  • 83 Ce développement est issu de Noël Coulet, « Marseille ou Aix : les transferts de la capitale comtal (...)
  • 84 Alain Venturini, « La guerre de l’Union d’Aix », dans 1388, la dédition de Nice à la Savoie, Actes (...)

26Enfin, si la ville fut à plusieurs reprises proposée comme capitale administrative de la Provence, au détriment d’Aix, ce fut toujours sans résultat. Déjà, à l’occasion du testament d’Alphonse II, le 11 septembre 1209, elle devient momentanément nécropole royale, mais le corps du comte est finalement déplacé à Aix avant 1238 par son fils qui implante son mausolée familial en l’église des Hospitaliers82. Plus formellement, le 14 février 1331, une première tentative du conseil de ville auprès du sénéchal vise à y installer la cour royale83. Mais c’est pendant la guerre de l’Union d’Aix que cette opération se concrétise, pour des raisons politiques et militaires, sur fond de rivalité pour la couronne de Naples. En opposition à Louis d’Anjou, la capitale comtale s’est très vite ralliée à son adversaire Charles de Durazzo, tandis qu’une guerre ouverte s’installe en Provence à partir de mars 138384. Louis d’Anjou réplique dès le 8 mars 1384 face à la trahison aixoise. Il demande au sénéchal de transférer la cour et ses services à Marseille, qui devient du même coup chef-lieu du territoire de l’ancienne viguerie d’Aix. Sa veuve Marie de Blois réitère le châtiment en août 1385, après son entrée solennelle à Marseille. En 1386, le territoire de la nouvelle viguerie est constitué, Pertuis est rattaché à celle de Forcalquier, le reste demeurant sous le contrôle de Marseille. Mais avec la fin de la guerre civile, les négociations de paix remettent en cause cette géographie administrative de circonstance : en juin 1387, le transfert est abrogé et le 21 octobre suivant, Marie de Blois fait son entrée solennelle à Aix, qui recouvre du coup toutes ses anciennes prérogatives.

27Il faut attendre le règne de René pour trouver un projet comparable et sans doute davantage pensé. La ville et son port, qui sont à reconstruire après le sac de 1423, paraissent plus aptes à mener la guerre contre le roi d’Aragon. Le 20 mars 1438, avant son départ pour le Regno, le roi finance la modernisation de sa résidence marseillaise pour y accueillir les divers services centraux : le sénéchal, le juge mage, les maîtres rationaux, la Chambre des comptes, les cours des premières et secondes appellations, le conseil et les archives. Lors des états de février 1439, les représentants de la ville d’Aix protestent contre ce projet de transfert, en invoquant le caractère immémorial de la capitale comtale, sa situation centrale en Provence et la présence de toute une population d’hommes de lois, pépinière de serviteurs de l’administration royale. Selon eux, ce serait là un grand préjudice pour les justiciables qui auraient à accomplir à leurs frais deux jours de trajet supplémentaires pour venir porter leurs affaires devant les juridictions centrales. En fait, dès le 27 juillet 1438, le roi a révoqué un transfert qui pouvait lui aliéner les élites aixoises, très impliquées dans les organes de gouvernement et les états. C’est ainsi que Marseille ne fut jamais la capitale de la Provence médiévale.

28Au terme de ce rapide parcours, nous voici parvenus peut-être au bout du paradoxe marseillais. Une capitale est avant tout le résultat d’une alchimie, celle de processus politiques et économiques complexes dont aucun n’y a abouti ni duré. Au demeurant, jamais l’oligarchie qui la domina ne parvint à parachever le projet d’une autonomie dont la capitale aurait été l’émanation. Captivée qu’elle fut par ses intérêts particuliers qui s’accommodèrent de toute domination extérieure tant qu’elle était profitable. Pourtant, la fin du Moyen Âge prise assez cette notion qui ne lui est pas étrangère, à l’heure où princes apanagés et souverains impriment dans la pierre et les arts le pouvoir de leur marque ou l’inquiétude pour leur légitimité. C’est cette volonté qui a manqué à Marseille, parce que ses intérêts résidaient ailleurs, sans doute au large, et que ses princes angevins en avaient déjà plusieurs, de capitales. Du reste, quelle importance ? Quelle ville puissante et rayonnante éprouve le besoin de se proclamer capitale urbi et orbi ? Entre le réel du pouvoir ou du charisme, et les déboires de l’image, la notion de capitale recèle beaucoup d’artifices et ne saurait constituer une fin en soi, sauf à se perdre dans l’illusion de la communication. Capitale, ce ne fut jamais pour la ville de Marseille qu’une aspiration inquiète, souvent formulée aux heures de déclin, tel un complexe mal assumé, comme en cette année 2013 qui s’acheva sur le thème d’une capitale dont on n’a jamais su au juste de quoi ni pour qui.

Notes

1 Simone Balossino, I podestà sulle sponde del Rodano. Esperienze comunali e conflitti sociali nei comuni di Arles e Avignone tra i secoli xii e xiii, Bologne, à paraître. Riccardo Rao, « La domination angevine en Italie du Nord (xiiie-xive siècle) », dans Mémoire des princes angevins, no 8, 2011, p. 15-33.

2 Au sujet du corpus de lettres pontificales tardo-antiques placées en tête des cartulaires de l’Église d’Arles à partir de la fin du xiie siècle : Estelle Bœuf, Édition du chartrier de l’archevêque d’Arles (417-1202), thèse de l’école nationale des chartes, 1996 (dactylographié), et Florian Mazel, « Cartulaires d’Église, réforme et aristocratie : les exemples d’Arles (v. 1093-1095) et d’Apt (v. 1122-1124) », dans Le Blévec Daniel, Les cartulaires méridionaux. Actes du colloque de Béziers, septembre 2002, Paris, 2006, p. 61-90.

3 Jean-Rémi Palanque, Le diocèse de Marseille, Paris, 1969 et « Les évêchés provençaux à l’époque romaine », dans Provence historique, no 1, 1951, p. 103-143 ; Jean-Marie Roux, « Les évêchés provençaux de la fin de l’époque romaine à l’avènement des Carolingiens », dans Provence historique, no 21, 1971, p. 373-421. Paul-Albert Février, Michel Bats, Gabriel Camps, Michel Fixot, Jean Guyon, Jean Riser, La Provence des origines à l’an mil, Rennes, 1987, p. 401-403.

4 Jean Guyon, « Marseille, baptistère Saint-Jean », dans Duval Noël, Les premiers monuments chrétiens de la France, 1, Sud-Est et Corse, Paris, 1995, p. 142-146.

5 Rudolf Buchner, Die Provence in Merowingischer Zeit. Verfassung-Wirtschaft-Kultur, Stuttgart, 1933. François-Louis Ganshoff, « Les bureaux de tonlieu de Marseille et de Fos. Contribution à l’histoire des institutions financières de la monarchie franque », dans Études historiques à la mémoire de Noël Didier, Paris, 1960, p. 125-133.

6 Louis Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 181-194. Florian Mazel, « Fondements et horizons d’une hégémonie archiépiscopale. L’Église d’Arles d’Ithier (961-985) à Raimbaud (1030-1069) », dans Balossino Simone et Gian Battista Garbarino, L’organizzazione ecclesiastica nel tempo di san Guido. Istituzioni et territorio nel secolo xi. Atti del convegno Acqui Terme, 17 e 18 settembre 2004, Acqui Terme, 2007, p. 105-138.

7 Florian Mazel, « Fondements et horizons », art. cit.

8 Anke Krüger, Südfranzösische Lokalheilige zwischen Kirche, Dynastie und Stadt vom 5. bis zum 16. Jahrhundert, Stuttgart, 2002, p. 29-114.

9 Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale (879-1166), Paris, 1976, p. 83-84 et 101-103 pour une présentation de ce temporel.

10 Parmi une bibliographie fournie, nous citons l’une des études les plus récentes : Jean-Pierre Devroey, « Élaboration et usage des polyptiques. Quelques éléments de réflexion à partir de l’exemple des descriptions de l’Église de Marseille (viiie-ixe siècles) », dans Hägermann Dieter, Haubrichs Wolfgang, Jarnut Jörg, Akkulturation. Probleme einer germanisch-romanischen Kultursynthese in Spätantike und frühen Mittelalter, Berlin-New-York, 2004, p. 436-472. Pour les domaines de la région de Digne : Hélène Aulagnier, « Polyptyque de Wadalde : l’assise territoriale de l’Ager Galadius. Nouvelles hypothèses à la lumière de la microtoponymie ancienne », dans Chroniques de haute Provence, 133, 2013, p. 97-149.

11 Florian Mazel, La noblesse et l’Église en Provence (xie-xive siècle). L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, doctorat, université d’Aix-Marseille I, 2000 (dactylographié), p. 197-207.

12 Saint-Cannat, Bouches-du-Rhône, cant. Lambesc. GCNN, Marseille, no 146, diplôme d’Innocent II du 18 mai 1141, confirmant les possessions de l’Église de Marseille.

13 GCNN, Marseille, no 173.

14 GCNN, Marseille, no 275. AD13, 5G 91, fol. 81v et 5G 9, no 57.

15 GCNN, Marseille, no 384.

16 AD13, 5G 20, no 18, en 1307.

17 Florian Mazel, « Cujus dominus, cujus episcopatus ? Pouvoir seigneurial et territoire diocésain (xe-xiiie siècle) », dans Mazel Florian, L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (ve-xiiie siècle), Rennes, 2008, p. 213-252.

18 Belcodène, Bouches-du-Rhône, cant. Roquevaire.

19 GCNN, Marseille, no 158.

20 AD13, B 355 et GCNN, Marseille, no 283, col 152-156, et ind. AVM, no 549. Thierry Pécout, « L’évêque et le chapitre de la Major », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans, 2009, p. 175 et carte p. 173. Les localités alors concernées sont Châteauvert, Néoules, Var ; La Roquebrussane, ch.-l. cant., Var ; les castra du Val de Signes, cant. Beausset, Var. Mallemort, Alleins, cant. Eyguières, Bouches-du-Rhône. Valbonnette, com. Lambesc, ch.-l. cant., Bouches-du-Rhône. Saint-Cannat, cant. Lambesc, Bouches-du-Rhône. Ners, Pichauris, auj. com. Allauch, cant. Marseille, Bouches-du-Rhône. Meynarguettes, auj. com. Mazaugues, Var. Méounes, cant. La Roquebrussane, Var. le Bausset, ch.-l. cant., Var. Orvès, auj. com. d’Évenos, Var. Mérindol, cant. Cadenet, Vaucluse. Sont extérieurs au diocèse de Marseille : Mérindol (diocèse de Cavaillon), Alleins, Mallemort, Valbonnette, Châteauvert, Meynarguettes, La Roquebrussanne (diocèse d’Aix) et Orvès (diocèse de Toulon).

21 Bérenger de Séguret († c. 1278), originaire du diocèse de Vaison, est clerc de la Chambre apostolique puis vice-camérier en 1272, il obtient la prébende de l’ouvrier à Marseille en 1266, puis des canonicats à Digne, à Saint-Géry de Cambrai, Orléans, la précentorie de Digne, et enfin la prévôté de Marseille en 1274. Hugo de Mataplana († 1296), issu d’un lignage catalan, est prévôt de Marseille en 1279, puis, après une tentative infructueuse au siège de Lérida, il est pourvu de celui de Saragosse en 1289. Pour l’ensemble des carrières bénéficiales provençales au xiiie siècle, je renvoie à Thierry Pécout, Ultima ratio. Vers un État de raison. L’épiscopat, les chanoines et le pouvoir des années 1230 au début du xive siècle (provinces ecclésiastiques d’Arles, Aix et Embrun), Université de Paris I, 2011 (dactylographié).

22 Jean Baussan, originaire d’une famille de marchands marseillais, chanoine, archidiacre en sa cité, puis évêque de Toulon en 1224, archevêque d’Arles en 1233 jusqu’à sa mort en 1258. L’Église de Marseille attire aussi plusieurs générations de Languedociens : Paul Amargier, « Évêques et prévôts languedociens de l’Église de Marseille », dans Cahiers de Fanjeaux, 7, Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), 1972, p. 149-162.

23 Sur l’œuvre hagiographique des moines victorins et son rayonnement : Vie d’Isarn, abbé de Saint-Victor de Marseille (xie siècle), Paris, 2010, p. xxx-lxiii ; Noël Coulet, « Dévotions communales : Marseille, entre saint Victor, saint Lazare et saint Louis (xiiie-xve siècle) », dans Vauchez André, La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Paris-Rome, 1995, p. 119-133. On connaît aussi les reliques de la cathédrale inventoriées en août 1122 : GCNN, Marseille, n° 139.

24 Jacques Paul, « Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d’Anjou », dans Cahiers de Fanjeaux, n° 15, 1980, p. 137-158. Gérard Veyssière, Vivre en Provence au xive siècle, Paris-Saint-Denis, 1998 ; Anke Krüger, Südfranzösische Lokalheilige zwischen Kirche, Dynastie und Stadt vom 5. bis zum 16. Jahrhundert, Stuttgart, 2002.

25 Jean Gobi l’Ancien, Miracles de sainte Marie-Madeleine, Jacqueline Sclafer éd., Paris, 1996, de même chez Gervais de Tilbury, Le Livre des Merveilles. Divertissement pour un empereur (troisième partie), Annie Duchesne éd., Paris, 1992.

26 Christian Maurel, « Marseille en 1474 à la veille de son union à la France : entre le port de commerce et le foyer de pèlerinage », dans Provence historique, n° 41, 1991, p. 543-566.

27 Mais le rayonnement probable de la communauté juive marseillaise et sa vie intellectuelle sont fort mal documentés, au contraire de ses activités économiques : Adolphe Crémieux, « Les juifs de Marseille au Moyen Âge », dans Revue des études juives, 46, 1903, p. 1-47 et 246-268, et 47, 1903, p. 62-86 et 243-261 ; Juliette Sibon, Les Juifs de Marseille au xive siècle, Paris, 2011.

28 Ce sont les travaux de Florian Mazel, auxquels nous renvoyons pour ce développement, qui constituent l’apport le plus récent sur la question. Nous n’en citerons que trois, qui permettent de jalonner l’essor de la dynastie vicomtale, la bibliographie et les sources qui l’éclairent : Florian Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin xe - début xive siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002 ; « Noms propres, dévolution du nom et dévolution du pouvoir dans l’aristocratie provençale (milieu xe-fin xiie siècle) », dans Provence historique, n° 53, 2003, p. 131-174 ; « Les vicomtes de Marseille », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans, 2009, p. 145-166.

29 Édouard Baratier éd., Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969, p. 130-131, 161-163.

30 L’expression est de Florian Mazel, voir Michel Lauwers et Florian Mazel, « L’abbaye Saint-Victor », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 125-144.

31 Pour un aperçu, outre les travaux cités précédemment : Thierry Pécout, « L’évêque et le chapitre de la Major », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 175-177 ; id., « Les évêques de Marseille, de la seigneurie urbaine au service du prince, xie-xive s. », dans Bouiron Marc, Paone Françoise, Sillano Bernard, Castrucci Colette, Scherrer Nadine, Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne, Aix-en-Provence, 2011, p. 42-46.

32 Florian Mazel, « Les vicomtes de Marseille », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 145-166.

33 GCNN, Marseille, no 221, col. 108-110, Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, Aix-en-Provence, 1925, p. 315-325, et Marc Bouiron, « Les fortifications médiévales de Marseille », dans Bouiron Marc et Tréziny Henri, Marseille, trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, actes du colloque international d’archéologie, Marseille, 3-5 novembre 1999, Études massaliètes, 7, Aix-en-Provence, 2001, p. 75-92.

34 Florian Mazel, « Du modèle comtal à la “châtelainisation”. Les vicomtes provençaux aux xe-xiiie siècles », dans Débax Hélène, Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, 2008, p. 251-264.

35 L’accord du 23 janvier 1220 entre les recteurs et l’Église, évêque et chapitre, porte sur les relations entre ville vicomtale et ville épiscopale. La délimitation est alors effective, depuis la colline de Roquebarbe jusqu’à Saint-Jean, avec des précisions plus grandes qu’en 1164, diplôme qui ne concernait que la ville épiscopale. Voir supra n. 33. Raoul Busquet, « La date de la destruction du Tolonée. Un épisode dramatique de l’histoire de Marseille au xiiie siècle », dans id., Études sur l’ancienne Provence. Institutions et points d’histoire, Paris, 1930, p. 17-24.

36 Sur ces points, voir la contribution à paraître d’Enrica Salvatori, ainsi que la mienne, dans Gilli Patrick et Salvatori Enrica, Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français, Turnhout, 2014.

37 La seigneurie vicomtale est dispersée entre plusieurs héritiers au début du xiiie siècle. Tous finissent par abandonner leurs droits à la commune. Roncelin tout d’abord. Entre 1205 et 1208, il engage les revenus portant sur la millerolle et ses droits sur le port, avec leydes et justices. Le 30 mars 1213, il vend son huitième de seigneurie et en juillet 1215 il cède au prévôt sa part du Château Babon. En 1212, il engage ses droits sur Aubagne et en novembre ses droits de représailles. Enfin, en octobre 1220, ses juridictions sont acquises par la ville. Pourtant, la sentence du 30 novembre 1218 confie à Saint-Victor l’ensemble de sa part : le tiers du palais du Tolonée et de ses revenus, le sixième du port et le castrum de Saint-Marcel. En février 1224, l’abbé finit par concéder ces droits à la commune, moyennant un cens et pour une durée de six années. L’abbaye conserve le majus dominium sur ces revenus. Enfin, c’est la commune qui détient les gages des divers emprunts de Roncelin : les castra de Roquefort, d’Aubagne (un tiers), ainsi que le sixième des droits sur le port et le huitième des leydes. Hugues de Baux et Barrale cèdent dès 1206 leurs droits sur la millerolle, en avril de la même année leur part du Château Babon au prévôt, puis les 9/24e de la seigneurie le 8 mai 1224. Leur neveu Raymond de Baux abandonne le quart des leydes en avril 1213, outre les lods, trézains et cens. Il engage pour trois ans Vitrolles et Châteauneuf, le 20 novembre 1225. Hugues Geoffroi de Trets avait placé en gage le quart des revenus du port, Raymond Geoffroi vend en mars 1213 le 24e de la seigneurie et en avril 1216 le 8e. Giraud Adhémar de Monteil cède avant janvier 1226 le 6e de la seigneurie et en novembre 1212 les droits de représailles ; en 1215 il abandonne au prévôt sa part de Château Babon et enfin Mabile, son épouse, cède en 1226 les 4/24e des droits vicomtaux. Quant à Hugues de Baux, il vend ses parts de seigneurie en 1224. En 1227, la commune rachète les anciennes créances de Roncelin, avec ses parts sur le port, les leydes et le droit d’attache. La chronologie et les sources précises de ces transactions ont été dégagées par Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, Aix-en-Provence, 1925, p. 40-42, 60-70, et par Mireille Zarb, Histoire d’une autonomie communale. Les privilèges de Marseille du xe siècle à la Révolution, Paris, 1961, p. 55-57.

38 Fernand Benoît, éd., Recueil des actes des comtes de Provence (1196-1245), Monaco-Paris, 1925, nos 19 et 30, et Mireille Zarb, Histoire d’une autonomie communale. Les privilèges de Marseille du xe siècle à la Révolution, Paris, 1961, p. 58-63.

39 Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, Aix-en-Provence, 1925, p. 297-300, et Mireille Zarb, Histoire d’une autonomie communale, p. 70.

40 Fernand Benoît, éd., Recueil des actes des comtes de Provence, nos 93 et 96. Pour une comparaison avec les processus territoriaux à l’œuvre en la commune d’Avignon : Simone Balossino, « Un territorio conteso : l’espansione del comune di Avignone nelle aree extracittadine (prima metà del secolo xiii) », dans Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge, 132-2, 2012, p. 397-416.

41 Martin Aurell, éd., Actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, 2001, no 292.

42 Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, Aix-en-Provence, 1925, p. 118-121.

43 Édouard Baratier, « Production et exportation du vin du terroir de Marseille du xiiie au xvie siècle », dans Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1959, Paris, 1960, p. 239-249 ; José-Valérie Murat, « Pratiques et succès du cabotage en Méditerranée nord-occidentale au xive siècle », dans Cabotage et réseaux portuaires (xve-xixe siècle), Rives nord-méditerranéennes, n° 13, 2003, p. 23-32.

44 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, n° 67.

45 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, no 123.

46 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 383-393.

47 Ibid., p. 339-341 et p. 107.

48 Thierry Pécout, « La commune, le droit et le comte excommunié », dans Pécout Thierry, dir., Marseille au Moyen Âge, p. 193-196.

49 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 106-107.

50 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 217-222.

51 Louis Stouff, « Marseille et Arles », dans Pécout Thierry, dir., Marseille au Moyen Âge, p. 358-361.

52 Simone Balossino, « Fraternitas et amor inter civitates : une société communale entre Avignon et Marseille au début du xiiie siècle », dans Pécout Thierry, dir., Marseille au Moyen Âge, p. 327-330.

53 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 301-304 et p. 107.

54 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 44. Dino Puncuh éd., I Libri jurium della Repubblica di Genova, 1-2, Gênes, 1996, no 375, p. 289-302. Sur ces relations : Georges Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale (fin xie -début xive s.). Ébauche d’une stratégie pour un empire, Paris, 1993, p. 53-57 ; Enrica Salvatori, Boni amici et vicini. Le relazioni tra Pisa e le città della Francia meridionale dall’XI alla fine del XIII secolo, Pise, 2002, p. 127-144 ; Sylvie Clair, « La commune au xiiie siècle », dans Pécout Thierry, dir., Marseille au Moyen Âge, p. 185.

55 Sur les forgeries des privilèges commerciaux marseillais du xiie siècle, attribuables au siècle suivant : Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 32-34 et 241-254 ; Raoul Busquet et Régine Pernoud, Histoire du commerce de Marseille, 1, L’Antiquité. Le Moyen Âge jusqu’en 1291, Paris, 1949, p. 138-139.

56 André-Émile Sayous, « Le commerce de Marseille avec la Syrie au milieu du xiiie siècle », dans Revue des études historiques, no 95, 1929, 4, p. 391-408 ; David Abulafia, « Marseilles, Acre and the Mediterranean, 1200-1291 », dans Edburry Peter West et Metcalf David Michael, Coinage in the Latin East, Oxford, 1980, p. 19-39.

57 Georges Lesage, Marseille angevine. Recherches sur son évolution administrative économique et urbaine de la victoire de Charles d’Anjou à l’arrivée de Jeanne Ire (1264-1348), Paris, 1950, p. 100-102.

58 En particulier, Nicolas-Jules-Raymond de Soliers, Antiquitez de la ville de Marseille, où il est traicté de l’ancienne République des Marseillois, et des choses plus remarquables de leur estat, Cologne, 1615.

59 Régine Pernoud, Les statuts municipaux de Marseille, Monaco-Paris, 1949.

60 « Nullus litigantium cogatur exire propter hujusmodi causam civitatem Massilie ».

61 Gérard Giordanengo, « Jeux de pouvoir et science juridique à Marseille. Une consultation de Bernard Sabors et de Thomas de Sauteyrargues (1323) », dans Provence historique, no 54, 2004, p. 55-72 ; Thierry Pécout, « Un cadre judiciaire spécifique », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 203-204.

62 Victor-Louis Bourrilly, op. cit., p. 124-156, notamment 126, et p. 213-240 ; André-Émile Sayous, « L’activité de deux capitalistes commerçants marseillais du xiiie siècle : Bernard de Manduel (1227-1237) et Jean de Manduel (1233-1263) », dans Revue d’histoire économique et sociale, no 17, 1929, p. 137-155 ; Madeleine Villard, « Vaudois marseillais au xiiie siècle », dans Provence historique, no 31, 1981, p. 341-354.

63 On doit cette relecture des premières temps de la période angevine à Jean-Paul Boyer, « Entre soumission au prince et consentement : le rituel d’échange des serments à Marseille (1252-1348) », dans Coulet Noël et Guoytjeannin Olivier, La ville au Moyen Âge, Paris, 1998, p. 515-527. Voir aussi Noël Coulet, « Entrées royales au xive siècle : un rituel du faste et de la cohésion municipale », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 223-224 ; Christian Maurel, « Pouvoir royal et pouvoir municipal (xive-xve siècle) », dans ibidem, p. 225-231.

64 Martin Aurell et Jean-Paul Boyer, « Une journée qui fit Marseille : le 5 décembre 1288 », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 207-213. Jean-Paul Boyer, « René et Marseille : les serments de 1437 », dans Matz Jean-Michel et Tonnerre Noël-Yves, René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, 2011, p. 47-76.

65 Louis Barthélemy, « Procès verbal de visite, en 1323, des fortifications des côtes de Provence et des munitions d’armes et de vivres, depuis Albaron (Bouches-du-Rhône) jusqu’à La Turbie (Alpes-Maritimes). Résistance de Marseille aux ordres du roi », dans Mélanges historiques. Choix de documents, Paris, 1882, p. 659-687. Gérard Giordanengo, « Jeux de pouvoir et science juridique à Marseille. Une consultation de Bernard Sabors et de Thomas de Sauteyrargues (1323) », dans Provence historique, no 54, 2004, p. 55-72. Thierry Pécout, « Les forteresses du comté de Provence, du littoral aux Alpes : réseaux, modalités de mise en défense et financements, de la visite de 1323 à celle de 1408 », dans Peduto Paolo et Alfredo Santoro Maria, Archeologia dei castelli nell’Europa angioina (xiii-xiv secolo), Convegno internazionale, Università degli Studi di Salerno, 10-12 novembre 2008, Salerno, 2011, p. 166-178.

66 AD13, B 1501, fol. 22 : le rationnaire évoque alors la « vicaria Massilie ». Marie-Joseph Bry, Les vigueries de Provence. Aperçu de leur histoire jusqu’à la fin du xvie siècle. Leur organisation et leur rôle aux xviie et xviiie siècles, d’après les archives de la viguerie d’Aix, Paris, 1910, p. 71, 126 et 143.

67 Jean-Luc Bonnaud, « La “fonction publique” locale en Provence au xive siècle selon l’informatio de gagiis », dans Memini. Travaux et documents publiés par la société des études médiévales du Québec, 1, 1997, p. 43-71.

68 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, p. lxxxvi-lxxxvii.

69 Mai 1218, janvier 1219, mai 1223, janvier 1224, décembre 1225, janvier 1226, et il y réside en août et septembre 1230. Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, p. lxxxvii-xcii.

70 Richard Sternfeld, Karl von Anjou, als Graf der Provence (1245-1265), Berlin, 1888, p. 86-90. Victor-Louis Bourrilly, Essai sur l’histoire politique, p. 213-240.

71 Andreas Kiesewetter, « Das Itinerar König Karls II. von Anjou (1271-1309) » dans Archiv für Diplomatik, no 43, 1997, p. 85-284 ; id., « Karl II. von Anjou, Marseille und Neapel », dans Bonnot Isabelle, Marseille et ses rois de Naples. La diagonale angevine (1265-1382), Marseille, 1988, p. 61-75.

72 Thierry Pécout, « les deux séjours du roi Robert en Provence : 1309-1310 et 1319-1324 », dans Provence historique, no 64, 2014, à paraître.

73 Émile-Guillaume Léonard, La jeunesse de Jeanne Ire, reine de Naples et comtesse de Provence, 2, Monaco-Paris, 1932, p. 52-54 ; id., « Marseille et la reine Jeanne », dans Marseille, Revue municipale, no 5, 1948, p. 33-36 ; « Marseille et Jeanne Ire de Naples (1343-1370) », dans Bonnot Isabelle, Marseille et ses rois de Naples… op. cit., p. 139-146.

74 Christian Maurel, « Pouvoir royal et pouvoir municipal (xive-xve siècles) », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 225-231.

75 Marquis de Forbin, « L’union de la Provence à la France, 11 décembre 1481 », dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 7e sér., 2, 1981, p. 19-112.

76 Le 30 octobre 1447, il accorde deux foires de 10 jours ; il favorise la ville lors des traités avec Gênes en 1448 et 1455 et il accorde sa protection aux marchands venant à Marseille en 1472. En mars 1474, il autorise la création d’un tribunal pour connaître des litiges commerciaux avec une instance d’appel. Édouard Baratier et Félix Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, 2, De 1291 à 1448, Paris, 1951 ; Christian Maurel, « Grands marchands et “petites et moyennes industries” à Marseille au Bas Moyen Âge (1350-1480) », dans Le Marchand au Moyen Âge, 19e Congrès de la Société des Historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Paris, 1991, p. 105-112 ; id., « Fractures et renouveau d’un organisme urbain médiéval : la société marseillaise à l’épreuve du sac des Aragonais (1423) », dans Dolan Claire, Événement, identité et histoire, Québec, 1991, p. 39-63.

77 Louis Stouff, « L’homme d’affaires et l’air du large : Jacques Cœur et Marseille », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge, p. 397-398.

78 Françoise Robin, « La cour du roi René en Provence : demeures, itinéraires et séjours », dans Coulet Noël et Matz Jean-Michel, La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, colloque international d’Angers et Saumur (3-6 juin 1998), Rome, 2000, p. 175-187.

79 Michel Hébert, Regeste des états de Provence, 1347-1480, Paris, 2007, p. 160-161, 172, 390-392, 411-413, et 414-415.

80 Anke Napp, « Urbain V et Marseille : une relation spirituelle profitable », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge…, op. cit., p. 407-410.

81 Hélène Millet, « Marseille au cœur de la crise du Grand Schisme : le séjour du pape Benoît xiii et le traité de Marseille, 21 avril 1407 », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge…, op. cit., p. 411-413.

82 Fernand Benoît éd., Recueil des actes des comtes de Provence, no 66 ; Martin Aurell, « Nécropoles et donats : les comtes de la maison de Barcelone et l’Hôpital (xiie-xiiie siècles) », dans Provence historique, no 45, 1995, p. 7-24 ; Thierry Pécout, Raymond Bérenger V (1209-1245). L’invention de la Provence, Paris, 2004.

83 Ce développement est issu de Noël Coulet, « Marseille ou Aix : les transferts de la capitale comtale », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge…, op. cit., p. 368-371. Voir aussi la contribution du même auteur dans le présent ouvrage.

84 Alain Venturini, « La guerre de l’Union d’Aix », dans 1388, la dédition de Nice à la Savoie, Actes du colloque international de Nice (septembre 1988), Paris, 1990, p. 36-142.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search