Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et capitale

La ville capitale : Naples angevine

Giovanni Vitolo

Résumé

Naples angevine fut une ville capitale du fait de la présence de la Cour et de l’administration centrale, et parce qu’elle exerça un rôle de premier plan dans la vie politique du royaume, auquel elle diffusa des modèles culturels, religieux et artistiques. Les familles de la noblesse maîtrisaient l’administration municipale en dépit de la pression populaire et de la montée sociale des marchands et des fonctionnaires, qui toutefois prenaient part avec la noblesse à la direction des principales institutions d’assistance et des organismes représentatifs (balíe) de la ville dans les périodes de grande difficulté.

Texte intégral

1Mon ambition est de donner une idée de la Naples angevine, je ne voudrais pas dire différente, mais beaucoup plus articulée en comparaison de celle qui s’est formée jusqu’à aujourd’hui : une ville qui, d’un côté, participe pleinement au mouvement général de la société de l’Occident européen et, de l’autre, une ville avec des aspects particuliers, liés à son statut de capitale et au rôle de premier plan qu’elle réussit à jouer à des moments particulièrement délicats de la vie du royaume et de la dynastie.

2Quand je parle de capitale, j’entends non pas un titre ou un statut attribué à la ville par un acte officiel, qui n’a jamais existé, mais une situation de fait, liée à la résidence de la Cour. L’expression de « Royaume de Naples », que les historiens utilisent généralement pour désigner le Mezzogiorno continental, n’a jamais été pendant tout le Moyen-âge un titre officiel, étant donné que les Angevins ont toujours refusé la perte de la Sicile, suite à la révolte des Vêpres siciliennes, et continuèrent à se proclamer rois de Sicile, ainsi que les souverains aragonais, qui régnèrent sur l’île à partir de 1282. Quand Alphonse d’Aragon conquit Naples en 1442 et devint roi des deux royaumes, qui toutefois se divisèrent de nouveau après sa mort, on commença à utiliser deux expressions pour les distinguer :

  • Regnum Siciliae citra farum, autrement dit « en deçà du phare » (sous-entendu de Messine), pour indiquer la partie continentale de l’ancien Royaume de Sicile, ce qu’on désignera par la suite sous l’appellation de Royaume de Naples,
  • Regnum Siciliae ultra farum, autrement dit « au-delà du phare », pour indiquer l’île de ce nom.
  • 1 Giuseppe Galasso, Napoli capitale. Identità politica e identità cittadina. Studi e ricerche. 1266-1 (...)
  • 2 Giovanni Vitolo, « Ville et monarchie dans le Mezzogiorno angevin », dans L’Europe des Anjou. Avent (...)

3Mais Naples, capitale du fait de la présence de la Cour et de l’administration centrale, exerça également, dès le début de la période angevine, comme l’a souligné Giuseppe Galasso1, un rôle de premier plan dans la vie politique du royaume, influençant fortement le destin de la dynastie, qui réussit à se tirer d’affaire à plusieurs reprises grâce à l’appui de la ville ou d’une grande partie de celle-ci. On en eut une preuve éclatante en juin 1284, à l’occasion de la capture du prince Charles, suite à la défaite qu’une escadre siculo-aragonaise conduite par Roger de Lauria infligea à la flotte angevine dans le golfe de Naples. Dès que la nouvelle se répandit dans la ville, le peuple se souleva contre les Angevins, pour lesquels la perte de Naples aurait été fatale à un moment où l’ennemi contrôlait, outre la Sicile et la Calabre, une grande partie de la région au sud de Salerne, ainsi que la totalité de la bande côtière jusqu’à Sorrente. Comme le raconte le chroniqueur Saba Malaspina, les maisons des Français furent saccagées et incendiées et nombre d’entre eux tués. Les survivants préférèrent quitter la ville, même s’ils ne savaient trop quelle direction prendre, parce qu’ils estimaient le royaume désormais perdu pour leur roi. La situation était, en effet, particulièrement difficile si l’on considère que le peuple était alors en effervescence également tout au long de la côte de Sorrente à Gaète. Quelques nobles participèrent bien au soulèvement à Naples, mais dans son ensemble la noblesse resta fidèle à la dynastie régnante, bloquant ainsi le mouvement dès le début et favorisant le retour des Français, qui furent regroupés autour du château Capuano, en attendant que le roi Charles Ier, de retour de Provence avec une flotte, ne regagne le royaume2.

4Il y eut également d’autres moments très difficiles pour la monarchie, comme l’assassinat d’André de Hongrie en 1345 et l’invasion du royaume par son frère Louis, l’assassinat du roi Charles III de Duras en Hongrie en 1386 et la prise de la régence de sa femme Margherite au profit de son fils Ladislas, la mort prématurée de Ladislas en 1414 avec l’avènement au trône de Jeanne II et la longue guerre pour sa succession entre Alphonse d’Aragon et Louis d’Anjou, auquel succéda son frère René. Ce fut alors la communauté urbaine dans son ensemble – nobles, bourgeois, artisans – qui joua un rôle politique de premier plan, en décidant en substance du sort de la dynastie et en assumant face à la monarchie le rôle de représentant de l’ensemble du royaume.

  • 3 Giovanni Vitolo, Rosalba Di Meglio, Napoli angioino-aragonese. Confraternite, ospedali, dinamiche p (...)

5Il ne s’agit pas seulement d’un rôle politique de premier plan, car à la fin du xiiie et au début du xive siècle la capitale commença à diffuser des modèles culturels, religieux et artistiques à l’ensemble du royaume, surtout grâce aux officiers royaux et aux ecclésiastiques napolitains qui exerçaient leur charge dans plusieurs provinces et diocèses. À cet égard, le cas des plus importantes institutions d’assistance napolitaines, autrement dit les hôpitaux de Saint-Éloi et de l’Annonciation, est significatif, car ils servirent de modèle et furent « imités » à de nombreuses reprises3. Ce processus se développa pendant toute la période angevine et connut une véritable accélération à l’époque aragonaise.

6Il est dès lors indispensable de revenir en arrière au moment de l’arrivée des Angevins à Naples. On a mis l’accent, dans le passé, sur le renouvellement de l’architecture et de l’urbanisme réalisé par Charles Ier et son fils Charles II. Ce renouvellement s’est manifesté, d’une part, par l’édification de bâtiments imposants, tels que les églises des Ordres mendiants, la cathédrale, le nouvel arsenal, et d’autre part, par l’agrandissement des murailles de la ville vers le sud-est et le déplacement du centre de la ville depuis la zone du monastère de Saint-Laurent et de l’ancien forum romain jusqu’à la colline de Saint-Marie ad Palatium, sur laquelle s’élevait le nouveau château (Château-Neuf), que fit construire Charles d’Anjou et qui était destiné à devenir le symbole même de Naples. De plus, c’est l’ensemble de la physionomie de la ville qui fut bouleversé : à la ville, qui pendant plus d’un millénaire avait conservé à l’intérieur de l’enceinte de la cité antique sa structure géométrique de plan gréco-romain, axé sur les cardini et les decumani, viennent s’ajouter alors de nouveaux quartiers à plan radial, qui confèrent à la nouvelle capitale du royaume un aspect de plus en plus proche de celui de l’Occident européen.

7Tout cela est incontestable, mais les dernières recherches ont démontré que la ville connaissait une période de croissance avant l’arrivée des Angevins et que des personnalités ayant un rôle aussi important que celui des souverains interviennent, aux côtés de ces derniers, dans la construction de quelques-uns des bâtiments les plus grandioses construits à l’époque de Charles Ier et de Charles II.

  • 4 Leonardo Di Mauro, Giovanni Vitolo, Storia illustrata di Napoli, Pise, Pacini, 2006, p. 78-98

8Le premier élément de taille concerne l’extension des murailles vers l’est et le sud-est, qui ne fut pas le résultat de la politique urbaine de Charles d’Anjou, mais plutôt celui des mouvements de peuplement déjà en cours dans cette zone au xiie siècle. En effet, indépendamment de ceux effectués les siècles précédents, il y eut un agrandissement de la muraille entre 1258 et 1263, autrement dit, avant l’arrivée des Angevins, alors que l’intervention la plus importante, qui engloba l’actuelle Place du Marché, n’eut lieu que bien plus tard, entre 1348 et 1350. Il convient de reconsidérer également cette longue tradition historiographique bien établie consistant à attribuer au premier angevin le mérite d’avoir déplacé le marché hebdomadaire à l’extérieur des murs situés au sud de la ville, qui se tenait auparavant dans l’ancien forum romain et que l’on appelait justement « Vieux Marché », pour le distinguer du « Nouveau Marché ». En réalité, la vocation commerciale et productive de la zone du Nouveau Marché existait déjà depuis au moins deux siècles, dans un contexte de croissance économique globale de la ville, comme le prouvent les résultats de la plus récente campagne de fouilles qui apportent une documentation plus claire par rapport aux sources écrites et à tout ce qu’on croyait jusqu’à présent : en effet, cette croissance économique est corroborée par la présence dans cette zone, plusieurs décennies avant l’arrivée des Angevins, de colonies commerciales, parmi lesquelles des marchands français et en particulier marseillais, qui y possédaient des entrepôts et même une église4.

  • 5 Il Duomo di Napoli dal paleocristiano all’età angioina, sous la dir. de Serena Romano et Nicolas Bo (...)

9Concernant les grands bâtiments religieux des ordres mendiants, dont une grande partie fut construite dans les années 1290, à l’époque de Charles II, la tradition qui lui attribue le mérite d’en avoir encouragé la construction et de les avoir financés, comme je viens de le dire, doit être aujourd’hui nuancée, dans le sens où celui-ci agit parfois de sa propre initiative et en ayant entièrement recours à ses propres moyens financiers, comme dans le cas de la fondation de l’église et du couvent de Saint-Pierre-Martyr, qui furent des éléments déterminants pour le développement du quartier où ils furent construits. En revanche, dans d’autres cas, il ne fit que le premier pas ou bien il agit après avoir été sollicité par les autres, et son mérite consista à mettre en marche un mécanisme de stimulation voire même de concurrence entre l’Église séculière, les ordres religieux anciens et nouveaux, les associations laïques et des personnages influents, tels que Bartolomé de Capoue, protonotaire du royaume. Cette mise en concurrence se trouva être astucieuse et extrêmement bénéfique pour le renouvellement de l’architecture religieuse de la ville. Nous nous référons, d’une part, à l’église-hôpital de Saint-Éloi, fondée en 1270 par une confraternité de marchands français, à laquelle le roi Charles se contenta d’accorder un terrain dans la zone du marché, et d’autre part à la cathédrale, à laquelle un colloque d’histoire de l’art a été consacré il y a quelques années à l’université de Lausanne5.

  • 6 Caroline Bruzelius, Le pietre di Napoli. L’architettura religiosa nell’Italia angioina. 1266-1343, (...)
  • 7 Serena Romano, « Introduzione : la cattedrale di Napoli, i vescovi e l’immagine » ; Nicolas Bock, « (...)
  • 8 Giovanni Vitolo, « Esperienze religiose nella Napoli dei secoli xii-xiv », dans Rossetti Gabriella (...)

10Deux éléments très intéressants pour notre propos ont été soulignés à cette occasion. L’intervention de Caroline Bruzelius donne l’image d’une ville qui accueille les tentatives d’implanter le style gothique français réalisées par les premiers architectes angevins venus à la suite de Charles, mais que Naples développe ensuite de façon originale en les greffant sur les techniques de construction de tradition plus ancienne. C’est la raison pour laquelle l’architecture de la cathédrale de Naples, qui est l’œuvre d’architectes locaux, est si peu gothique6. Pour l’historien, les interventions de Serena Romano et Nicolas Bock sur le rôle de premier plan joué par l’épiscopat dans la construction de la nouvelle cathédrale étaient de ce point de vue encore plus intéressantes. Depuis longtemps il est établi qu’elle fut construite sous Charles II et non pas Charles Ier, mais aujourd’hui il apparaît clairement que la construction ne fut pas tant l’initiative de la monarchie que celle des archevêques et, en particulier, de Philippe Minutolo et de Humbert d’Ormont, qui étaient extrêmement fidèles à la tradition de l’Église napolitaine et qui organisèrent l’espace du transept en privilégiant les exigences d’autoreprésentation de l’épiscopat local par rapport à celles de la dynastie angevine7. Le chapitre de la cathédrale ne fut pas en reste. Tout d’abord, il imposa un changement du projet original de la nouvelle cathédrale, pour sauver de la destruction l’ancienne dédiée à Sainte Restitute, qui devint une chapelle latérale et dont il assuma la gestion de façon complètement autonome. Ensuite, il démontra également qu’il était capable d’être la référence dans le domaine des formes les plus avancées en matière de religiosité laïque, en sponsorisant le culte de l’ermite Nicolas Lombard et en accueillant dans l’espace autour de la cathédrale les cellules des incarcérés, les ermites urbains dont l’extrême ascétisme suscitait partout au xiiie siècle l’admiration des laïcs et des ecclésiastiques8. Ce passage du rôle moteur de la monarchie aux archevêques et au chapitre de la cathédrale a une résonance particulière et il ouvre de nouvelles perspectives pour l’histoire de Naples au xiie et au xiiie siècle : une ville dont de nombreuses facettes sont encore aujourd’hui à découvrir, mais qui était sans aucun doute en mesure d’apporter des réponses originales aux stimulations venant de l’extérieur et aux défis des temps nouveaux.

11Cette « soudure » entre les nouveautés produites par l’arrivée des Angevins et la capacité de réaction de l’environnement urbain local apparaît également au niveau politico-social. Dans ce domaine les dynamiques sont beaucoup plus intenses que ce qu’on a tendance à croire. La tradition historiographique a très justement et très clairement souligné avec vigueur comment l’implantation de la nouvelle dynastie, – avec l’élévation de la ville au rang de capitale, avec la concentration des administrations centrales du royaume dont la direction au départ a été confiée à des sujets français, avec la formation de nouvelles colonies de marchands étrangers dont les Marseillais et le renforcement de celles existant déjà –, a créé les conditions préalables pour une transformation radicale non seulement de la « ville de pierre », mais aussi de la « ville des hommes ». Il ne faut pas non plus oublier le rapport qui unit à l’État la ville et surtout les familles de la noblesse, aussi bien celles de noblesse urbaine ancienne que celles d’origine bourgeoise et immigrées depuis peu, parmi lesquelles surtout celles provenant d’Amalfi et de Gaète. Elles comprirent bien vite les perspectives de carrière dans les bureaux centraux et périphériques du royaume et les nouveaux espaces d’activité qui s’ouvraient dans le domaine militaire et elles unirent de façon indissoluble leur destinée à cette dynastie, au point d’en devenir un soutien indispensable.

  • 9 Alfonso Leone, Filena Patroni Griffi, Le origini di Napoli capitale, Altavilla Silentina (SA), Ediz (...)

12Le nouveau champ d’action qui s’ouvrait alors à la noblesse napolitaine dans les structures centrales et périphériques de l’État, lui offrant la possibilité d’embrasser des carrières rapides et d’obtenir des fiefs et des honneurs, fut précisément ce qui vint déranger, à cause du caractère de plus en plus complexe de l’administration citadine, l’organisation sociale préexistante. Au moment de la conquête angevine, les nobles étaient répartis dans une vingtaine de quartiers, dits « régions » (terme destiné à être remplacé d’abord par celui de platee ou places, puis, de façon définitive, par celui de sedili ou seggi). Dans chacun de ces quartiers s’élevaient des galeries couvertes, fermées par des grilles, où les nobles se réunissaient pour passer le temps, traiter leurs affaires ou établir une ligne d’action commune pour la défense de leurs privilèges9.

13Il en était de même du peuple au temps de Robert, où s’opérait la distinction entre le petit peuple (populus minutus) constitué d’artisans, qui ne s’étaient probablement pas encore regroupés en corporations, et la haute bourgeoisie (populus grassus) formée de notaires, de juges, de médecins et de marchands, à laquelle seule le roi Robert, dans la sentence arbitrale de 1339, reconnaissait le droit de s’occuper des affaires citadines et l’aptitude à le faire. Le peuple était alors réparti en vingt-cinq places ; dans certaines habitaient aussi quelques nobles, si bien qu’il pouvait y avoir deux places homonymes, l’une pour les nobles, l’autre pour le peuple. En 1301 les places étaient au total au nombre de trente-et-un, dont cinq habitées uniquement par des nobles, quinze uniquement par le peuple et onze mixtes. Par rapport au xiiie siècle caractérisé par l’existence d’un grand nombre de places mono-familiales et donc par des rivalités plus grandes à l’intérieur de la classe aristocratique, la situation au début du xive constituait déjà pour les nobles une simplification appelée à s’accentuer. En effet, pour mieux défendre ses propres intérêts face à la pression populaire et pour empêcher la montée sociale des marchands, locaux ou non, et d’étrangers en général, la noblesse opéra, dans la première moitié du xive siècle, un véritable resserrement : la noblesse plus ancienne se regroupant dans les deux places de Capuana et Nido et celle qui était d’extraction plus récente dans les places de Montagna, de Porto et de Portanova.

14L’appartenance à une place nobiliaire ou populaire, outre qu’elle dénotait un statut social déterminé auquel était attaché un certain nombre de prérogatives, était une question importante, car c’est par le biais de ces places que l’on participait à la gestion de l’administration urbaine, dont les compétences s’amplifiaient sans cesse et, mieux encore, ce sont elles qui répartissaient la charge fiscale à l’intérieur de la ville. En effet, la « collecte » annuelle, c’est-à-dire le montant des impôts que le roi demandait chaque année pour ses guerres et ses autres besoins et qui en théorie était levée selon le nombre des feux, était divisée en deux quotes-parts, l’une pour les places nobles, qui constituaient l’universitas nobilium, l’autre pour le places populaires (universitas popularium), ce qui entraînait immanquablement des luttes et des contestations sur la manière dont on procédait à la répartition. On peut comprendre les protestations du peuple quand on constate qu’en 1301, les 692 onces demandées par la Cour étaient réparties ainsi : 71 pour les places nobles, 170 pour les mixtes et 450 pour les places populaires. L’origine d’une inégalité aussi flagrante résidait dans le privilège dont bénéficiaient les nobles, qui étaient les seuls à avoir le pouvoir de procéder à l’élection des taxateurs fiscaux et des collecteurs, alors que toutes les classes participaient à l’élection des autres charges collectives (juges, maires, maîtres assermentés et appréciateurs).

15Les litiges ne s’arrêtaient pas là. En effet, les nobles comme le peuple devaient répartir en leur sein les quotes-parts d’impôt, c’est pourquoi il n’était pas rare de constater des cas d’injustice provoqués aussi bien par l’exigence de faire payer à une place dépeuplée la même somme qu’elle payait quand elle comptait un nombre d’habitants supérieur, que par la prétention de certains membres du peuple d’être considérés comme des nobles et donc de payer la même contribution qu’eux, faisant du même coup augmenter la charge fiscale qui pesait sur les autres contribuables.

  • 10 Jean-Paul Boyer, « 1245-1380. L’éphémère paix du prince », dans Aurell Martin, Boyer Jean-Paul et C (...)

16À la même époque, Naples entreprit, comme les autres villes du royaume, des changements constitutionnels et administratifs, parce que le besoin d’avoir un organe collégial (mais non pléthorique), qui prit soin des intérêts de la ville, se faisait sentir. Il en était de même des villes de la Provence, où Charles II et Robert dotaient diverses communautés d’un conseil restreint stable : par exemple, Tarascon (1292), Aix (1293), Toulon (1314), Brignoles (1322), Nice (1324)10. En 1339 le roi Robert, voulant mettre fin aux discordes qui avaient opposé les nobles de Capuana et de Nido au reste de la ville, décida que, dans le conseil des six « Élus » (Eletti), l’organe collégial qui depuis les premières années du xive siècle avait en charge la gestion de l’administration urbaine, parmi les représentants, deux devaient être désignés par les deux sièges susdits de Capuana et de Nido et les quatre autres par le reste de la noblesse et par le peuple. Cette situation dura jusqu’aux environ de 1380, lorsque les Six furent élus par les seuls nobles des cinq places, où la noblesse, même la plus récente, avait fini par s’enfermer.

17Beaucoup de recherches fondées sur la méthode prosopographique ont été consacrées aux familles de la noblesse napolitaine ces dernières années. C’est ainsi qu’ont été reconstituées les vicissitudes de nombreuses familles, aussi bien originaires de la ville et détentrices de charges administratives depuis l’époque ducale, que des familles émigrées d’autres régions du royaume, qui mirent au service de la Couronne non seulement leurs ressources financières, mais aussi leurs compétences technico-professionnelles, leurs qualités entre-preneuriales et leur doctrine juridique. En échange, elles obtinrent des charges publiques dans la ville comme dans le reste du royaume et bientôt aussi des fiefs. Les places napolitaines, qui étaient unies lorsqu’il s’agissait de résister à la pression des familles d’origine bourgeoise et plus généralement à celle du peuple dans son ensemble, n’étaient pas toutefois d’accord entre elles, car leurs membres s’inspiraient du même code de conduite qui caractérisait l’élite nobiliaire des autres villes italiennes et européennes, y compris les manifestations ordinaires des conflits aristocratiques, où prédominait la vengeance. Ainsi, il y avait périodiquement des épisodes de violence, qui devenaient plus graves et fréquents quand s’accroissait la tension politique et, comme dans les autres villes du royaume, les événements extérieurs donnaient lieu à la remise en cause des équilibres politiques locaux toujours précaires.

18Récemment ont été soulignés d’autres phénomènes importants, que l’on peut ainsi synthétiser :

  • la capacité des familles de la noblesse napolitaine à maintenir leur solidarité clanique avec un fort enracinement territorial urbain, et ceci malgré les divisions de leurs lignages.
  • l’attraction que, dès la période angevine, Naples exerça sur la féodalité du royaume, qui aspira à être accueillie parmi les places, qui, comme nous l’avons dit, avaient le contrôle de l’administration de la ville.
  • le rôle principal, mais non exclusif, de la monarchie comme source de promotion sociale à travers l’attribution de la militia, le service royal et, surtout, à travers l’entrée dans l’administration royale (centrale ou pas) et avec la constitution d’une élite bureaucratique, dont nous connaissons aujourd’hui, en particulier pendant la période de Ladislas de Durazzo (1386-1414), l’origine, les phases de l’ascension sociale et les modalités d’enracinement dans l’espace dominé par les familles de la noblesse qui faisait partie des places11.
  • 12 Giovanni Vitolo, « La noblesse, les Ordres mendiants et les mouvements de réforme dans le royaume d (...)
  • 13 Jean-Paul Boyer, « Prédication et État napolitain dans la première moitié du xive siècle », dans L’ (...)

19Un des instruments à travers lequel les familles de l’ancienne et de la nouvelle noblesse urbaine tentèrent de renforcer leur cohésion interne et leur contrôle sur le quartier où elles étaient établies était le lien étroit qu’elles entretenaient avec les grandes églises des Ordres mendiants. La dynastie angevine et l’aristocratie rivalisèrent en effet pour y construire leurs chapelles, mais surtout pour y ériger leurs tombeaux et de véritables monuments funéraires qui donnèrent lieu à une intense circulation de sculpteurs et d’artistes, appelés à exécuter des œuvres de grande valeur artistique et à traduire dans le marbre ou la pierre des programmes iconographiques et idéologiques complexes. Les nobles de la place de Nido entretinrent des rapports particulièrement étroits avec les Prédicateurs du couvent de Saint-Dominique-Majeur et ce, non seulement en raison de son prestige et de sa situation centrale au sein de leur territoire, mais aussi du zèle dont firent preuve les frères pour éveiller dans la noblesse une conscience nouvelle de son rôle en commençant par ses propres responsabilités12. C’est Jean-Paul Boyer qui, ces dernières années, a reconnu en Jean Regina (actif entre 1309 et 1348) et Frédéric Franconi (actif de 1334 à 1343) les frères les plus impliqués à cet égard durant les années trente et quarante du xive siècle, la période précisément au cours de laquelle la monarchie angevine atteignit l’apogée de son prestige et où la noblesse napolitaine, surtout celle de Nido et Capuana, s’appliqua avec zèle à définir son status, avec les prérogatives et les responsabilités que cela impliquait dans le cadre du gouvernement de la ville et du service du royaume13.

  • 14 Rosalba Di Meglio, Il convento francescano di S. Lorenzo di Napoli. Regesti dei documenti dei secol (...)

20L’importance des liens de la noblesse des places avec les ordres mendiants est soulignée dans l’ouvrage de Rosalba Di Meglio consacré au couvent de Saint-Laurent des frères mineurs, un des premiers établissements mendiants à Naples et le point central de la ville puisque le gouvernement résidait à côté. L’intérêt de l’historien pour le couvent de Saint-Laurent découle de la multiplicité de ses relations. Outre la monarchie et le gouvernement municipal, le couvent entretenait aussi des rapports assez étroits avec la place de Montagna, qui nommait les procureurs laïcs chargés d’administrer le patrimoine et les ressources financières de la communauté conventuelle, celle-ci ne pouvant disposer de biens propres car liée au vœu de pauvreté prévu par la règle des frères mineurs. Ces rapports n’aboutirent jamais vraiment à des épisodes de prévarication, comme en témoignent par moment les relations entre les Prédicateurs de Saint-Dominique Majeur et les nobles de la place de Nido, qui prétendaient participer aux décisions concernant la concession des chapelles et des sépultures. Cette prétention des nobles de Nido venait aussi du fait qu’ils avaient conscience de l’influence sociale et politique liée à la possession d’une chapelle dans l’église du couvent14.

21La scène politique n’était pas seulement occupée par la noblesse. Le travail de consolidation de la monarchie, commencé dès le début du règne de Charles d’Anjou à travers l’adoption de moyens de gouvernement importés de France et poursuivi par son fils Charles II avec le recrutement toujours plus important de fonctionnaires napolitains, fournit, comme nous l’avons dit, à de nombreuses personnes l’opportunité de gravir les échelons de l’échelle sociale, jusqu’à des niveaux très élevés, qui leur permettaient d’être intégrées aux organisations de la noblesse urbaine. Parallèlement, des opérateurs économiques principalement originaires des villes de la côte tyrrhénienne trouvaient à Naples l’opportunité de prospérer aussi bien grâce à l’activité marchande qu’à travers les appels d’offre pour la levée des impôts. Ils faisaient souvent partie de sociétés d’affaires avec les souverains ainsi qu’avec les représentants de l’aristocratie, avec lesquels les contacts et les occasions de collaboration étaient en réalité plus fréquents que ne le laisseraient croire les distinctions de classes.

22Davantage encore et indépendamment de tout cela, les forces émergentes de la société napolitaine jouèrent un rôle politique et social de premier plan à travers la direction des principales institutions associatives et surtout de celles qui se consacraient à l’assistance dans le secteur laïc. Ces dernières se caractérisaient par la mixité sociale au niveau du recrutement de leurs membres, mais surtout au niveau de la composition des organes de direction, où coexistaient des responsabilités de représentation et de gestion proprement dite : les premières étaient réservées aux membres de la noblesse, les secondes confiées aux membres de la classe bourgeoise et entrepreneuriale.

23Le cas le plus significatif est incontestablement celui de la confraternité de Sainte-Marthe. Aujourd’hui, nous connaissons bien l’origine sociale de ses membres, mais surtout son rôle d’observatoire privilégié des dynamiques politico-sociales en cours à Naples dans les dernières décennies de la période angevine. En effet, même si cette confraternité était née des classes productives et des professions libérales de la ville, elle était enracinée dans la mouvance du pouvoir au sens propre comme au sens figuré, étant donné qu’elle avait eu dès le début des liens privilégiés avec la famille royale et les membres de la noblesse. Son siège se trouvait à l’origine presque en face du palais-château royal du Château Nouveau, dans la zone des Corregge (aujourd’hui rue Medina). En 1426, suite à une donation de la reine Jeanne II, elle se déplaça pour s’installer en face du clocher de Sainte-Claire, dans une zone faisant partie du territoire de Nido. Louis III, René d’Anjou aussi bien qu’Alphonse d’Aragon affirmaient qu’ils étaient les fils dévoués et les héritiers légitimes de la reine Jeanne II. Ce lien très étroit avec la reine créa les conditions favorables pour que la confraternité se trouve dans une position de premier plan dans les événements politiques et militaires qui marquèrent le passage des Angevins aux Aragonais. Non seulement la confraternité ne subit aucun dommage important, mais elle renforça son image et son prestige politique. La courte période de la régence d’Isabelle de Lorraine et du règne de René d’Anjou fut particulièrement délicate. Ces deux souverains firent don de leurs blasons à la confraternité, témoignant par là de toute leur considération à son égard. Ils donnèrent ainsi naissance à une pratique qui serait perpétuée par les souverains aragonais et par la noblesse qui suivit leur exemple.

  • 15 Rosalba Di Meglio, « Ordini mendicanti e associazionismo religioso dei laici a Napoli nel tardo Med (...)

24La confraternité-hôpital de la Madeleine, fondée en 1330 (ou quelques années auparavant) près du pont du même nom (aujourd’hui rue Ponte della Maddalena) est à ce titre un exemple très intéressant. Elle fut administrée au moins jusqu’aux premières décennies du quinzième siècle aussi bien par des membres de la noblesse que par des membres de la classe bourgeoise et entrepreneuriale, qui est de plus en plus représentée à son sommet. En effet, en 1347, deux armuriers et un gantier se trouvent à la tête de l’institution. Dans les milieux bourgeois compétents en matière de gestion étaient également recrutés les administrateurs des susdits hôpitaux de Saint-Éloi et de l’Annonciation, et de celui de Sainte-Marie-des-Vierges, qui se déplaçaient d’un hôpital à un autre15.

25La collaboration entre la classe bourgeoise et entrepreneuriale et la noblesse dans le gouvernement des confréries et des hôpitaux contribuait, comme l’a souligné Jean-Paul Boyer pour les confréries liées aux communautés provençales, non seulement à développer une concorde de nature spirituelle et donc la cohésion entre les individus les plus influents de la société napolitaine, mais aussi à accroître le développement des institutions municipales. Dans le Royaume il n’y avait pas de villes où, comme à Digne à la fin du xiiie siècle, les confréries se trouvaient associées à la gestion municipale, mais à Naples il est évident que les représentants des plus importantes d’entre elles avaient voix au chapitre dans les moments décisifs. Mais sur ce point je compte y revenir plus bas.

26À présent je voudrais souligner que les plus petits artisans et la plèbe n’avaient aucune représentation dans les organismes directifs des hôpitaux et des plus influentes confréries et en général aucune représentation politique, mais ils jouèrent toutefois un rôle important, sinon décisif, dans les vicissitudes embrouillées de la capitale. La force de la plèbe était représentée par le nombre. Elle constituait, en effet, la plus grande partie de ces 40 000 habitants que les estimations les plus sûres attribuent à Naples dans les premières décennies du xive siècle. La vie dispendieuse que menait la noblesse, les possibilités offertes par le rôle de Naples comme importante place commerciale et les fréquentes largesses aux pauvres, assurées par la cour et par les nombreux monastères et instituts de bienfaisance, avaient attiré dans la ville un grand nombre d’habitants des terres voisines et d’autres plus éloignées. Certains avaient trouvé des emplois comme cochers, palefreniers, porteurs, serviteurs, vendeurs ambulants, maçons, charpentiers, mais beaucoup d’autres vivaient d’expédients et de petits larcins, rendant mal famés certains quartiers, comme le Malpertugio, près de la rua Catalana, devenu célèbre grâce à une nouvelle de Boccace.

27Le fait est que la ville n’avait pas connu et ne connaîtrait pas par la suite un véritable développement industriel, malgré les tentatives répétées des souverains angevins pour implanter des manufactures d’étoffes de laine. Mais il s’agissait d’une production modeste, qui ne suffit pas à empêcher une pénétration de plus en plus massive de tissus étrangers, mais qui surtout ne modifia pas le rôle de grande place commerciale et donc de foire permanente que Naples avait commencé à acquérir à la fin du xiiie siècle dans le cadre de ce grand espace économique méditerranéen que créaient alors les marchands et les banquiers toscans.

28Le réseau de relations au sein de la classe bourgeoise et entrepreneuriale et entre cette dernière et la noblesse, ancienne ou plus récente, qui s’était développé dans les places de Montagna, Porto, Portanova, permet de mieux comprendre certains événements politiques, qui jusqu’à maintenant n’ont pas été perçus dans toute leur complexité. Nous nous référons à la formation périodique, – comme cela se passait quelquefois y compris dans les Communes de l’Italie du Centre et du Nord –, d’organismes représentatifs de la ville, fondés dans des périodes de grandes difficultés et destinés à disparaître immédiatement après la fin de l’urgence. En effet, la rapidité avec laquelle ils furent constitués ainsi que l’évolution permanente de leur composition sont des indicateurs des rapports de force réels existant à l’intérieur de la société napolitaine, eux-mêmes en mutation constante, rapports de force qui remontaient à la surface pour devenir visibles lors de circonstances particulières.

  • 16 Michelangelo Schipa, Contese sociali napoletane nel Medio Evo, Naples, Pierro, 1906, p. 221-285 ; G (...)

29Il s’agit d’organismes dotés de pouvoirs extraordinaires et nommés balìe, créés dans les susdits moments difficiles pour la ville : le 10 novembre 1386 (au début de la régence de Marguerite de Durazzo), le 5 octobre 1418 (dans un moment difficile du règne de Jeanne II) et le 16 février 1435, au lendemain de la mort de la reine. Ce qui apparaît immédiatement, outre la rapidité avec laquelle ils furent constitués, c’est le changement de rapport de forces qui s’effectue entre la noblesse et le peuple. En 1386 furent élus huit « députés » ou « gouverneurs », dont 6 nobles et deux populares ; en 1418 vingt « gouverneurs du Bon État », dont dix nobles et dix roturiers ; en 1435 dix nobles et huit roturiers. Il faut ajouter à cela un autre élément, qui n’a pas été jusqu’à maintenant suffisamment pris en compte. Il s’agit du siège choisi pour les assemblées citadines plénières qui nommèrent les « gouverneurs du Bon État » : le choix pourrait apparaître comme le résultat du hasard, mais il a une signification politique indiscutable. En effet, en 1386, l’assemblée s’était tenue dans l’église Saint-Georges, où les nobles se réunissaient depuis au moins 1280 comme l’attestent les documents. C’est également là que se réunirent les Huit représentants du Bon État, alors qu’en octobre 1418 l’assemblée eut lieu dans l’église Saint-Augustin, qui était devenue peu de temps auparavant la place du Peuple après son transfert de l’église de Sainte-Marie-du-Carmel. Il est indiscutable que le peuple marquait un point en faisant reconnaître à la noblesse son rôle de co-protagoniste dans les affaires politiques de la ville. Nous ne savons pas où se tinrent les assemblées plénières de la noblesse et du peuple en 1435, mais le choix pour la balìa de cette année-là du couvent de Saint-Laurent, destiné à devenir le siège définitif de l’administration citadine, est révélateur. L’église-couvent des frères Mineurs était, comme nous le savons, la référence spirituelle de la place de Montagna, mais elle exerçait, en même temps, une influence beaucoup plus large sur la communauté citadine, raison pour laquelle son choix allait justement dans le sens d’une prise en charge collective de responsabilités en vue du bien commun16.

30Si cette interprétation est exacte, les dispositions prises par Charles VIII le 19 mai 1495 pour intégrer un représentant du peuple dans le Conseil des Six, c’est-à-dire dans l’administration ordinaire de la ville, auraient une signification légèrement différente de celle qu’en donne la tradition historiographique. Il ne s’agit pas seulement d’une manœuvre politique intelligente de la part du souverain français, soucieux de fonder son pouvoir sur un plus large consensus social, et de la reconnaissance qu’il manifesta pour la participation majoritaire du peuple (60 %) au prêt de 100 000 écus, qu’il avait demandé à la ville pour payer la solde des soldats. Il faut ajouter à ces éléments la convergence de deux phénomènes : d’un côté, l’essor d’une bourgeoisie issue des professions libérales, de la bureaucratie royale et du commerce, dont les représentants les plus en vue ne pouvaient pas tous aspirer à être intégrés dans les places nobiliaires ; de l’autre, la tendance de ces mêmes places à se fermer pour contenir les demandes toujours plus nombreuses d’admission. La conséquence en est la modification de cette fenêtre de communication entre les classes nobiliaires et populaires, et donc de la marge de manœuvre politique qui s’était formée au cours de la seconde moitié du xive siècle et de la première moitié du xve, entre les familles de Porto, Portanova, Montagna et les personnes les plus influentes de l’Université populaire. Charles VIII, étranger au contexte napolitain et donc en état de saisir, sur la base de l’expérience acquise en France, les anomalies de cette situation, prit la seule mesure qui lui sembla logique, éliminant ainsi l’obstacle qui empêchait l’instauration d’une dialectique politique capable de mieux répondre aux dynamiques sociales, déjà visibles à l’époque souabe, mais qui avaient connu une progressive accélération avec l’arrivée des Angevins et qui n’avaient pas été arrêtées même dans les moments difficiles de l’histoire de la ville.

Notes

1 Giuseppe Galasso, Napoli capitale. Identità politica e identità cittadina. Studi e ricerche. 1266-1860, Naples, Electa Napoli, 1998.

2 Giovanni Vitolo, « Ville et monarchie dans le Mezzogiorno angevin », dans L’Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du xiiie au xve siècle, Paris, Somogy éditions d’art, 2001, p. 38-48, ici p. 41 ; Mario Gaglione, Converà ti que aptengas la flor : Profili di sovrani angioini da Carlo I a Renato (1266-1442), Milan, Lampi di stampa, 2009.

3 Giovanni Vitolo, Rosalba Di Meglio, Napoli angioino-aragonese. Confraternite, ospedali, dinamiche politico-sociali, Salerne, Carlone, 2003, p. 90-91.

4 Leonardo Di Mauro, Giovanni Vitolo, Storia illustrata di Napoli, Pise, Pacini, 2006, p. 78-98

5 Il Duomo di Napoli dal paleocristiano all’età angioina, sous la dir. de Serena Romano et Nicolas Bock, Naples, Electa Napoli, 2005

6 Caroline Bruzelius, Le pietre di Napoli. L’architettura religiosa nell’Italia angioina. 1266-1343, Rome, Viella, 2005 (éd. orig. The Stones of Naples. Church Building in Angevin Italy 1266-1343, New Haven-London, Yale University Press, 2004), p. 91-110.

7 Serena Romano, « Introduzione : la cattedrale di Napoli, i vescovi e l’immagine » ; Nicolas Bock, « I re, i vescovi e la cattedrale : sepolture e costruzione architettonica », dans Il Duomo di Napoli dal paleocristiano all’età angioina, op. cit., p. 7-20, 132-147.

8 Giovanni Vitolo, « Esperienze religiose nella Napoli dei secoli xii-xiv », dans Rossetti Gabriella et Vitolo Giovanni, Medioevo Mezzogiorno Mediterraneo. Studi in onore di Mario Del Treppo, Naples, Liguori, 2000, p. 3-34

9 Alfonso Leone, Filena Patroni Griffi, Le origini di Napoli capitale, Altavilla Silentina (SA), Edizioni Studi Storici Meridionali, 1988.

10 Jean-Paul Boyer, « 1245-1380. L’éphémère paix du prince », dans Aurell Martin, Boyer Jean-Paul et Coulet Noël, La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, PUP, 2005, p. 252.

11 Giuliana Vitale, Élite burocratica e famiglia. Dinamiche nobiliari e processi di costruzione statale nella Napoli angioino-aragonese, Naples, Liguori, 2003.

12 Giovanni Vitolo, « La noblesse, les Ordres mendiants et les mouvements de réforme dans le royaume de Sicile », dans Coulet Noël et Matz Jean-Michel, La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Actes du colloque international organisé par l’université d’Angers (Angers-Saumur, 3-6 juin 1998), Rome, École Française de Rome, 2000, p. 553-566.

13 Jean-Paul Boyer, « Prédication et État napolitain dans la première moitié du xive siècle », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Actes du colloque international (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Rome, Collection de École Française de Rome, 1998, p. 127-157 ; Jean-Paul Boyer, « La noblesse dans les sermons des Dominicains de Naples (première moitié du xive siècle) », dans Coulet Noël et Matz Jean-Michel, La noblesse, op. cit., p. 567-583. Cf. aussi T. Käppeli, « Giovanni Regina di Napoli », dans Archivum Fratrum Praedicatorum, n° 10, 1940, p. 48-71 ; Th. Turley, « An Unnoticed Quaestio of Giovanni Regina di Napoli », dans Archivum Fratrum Praedicatorum, n° 54, 1984, p. 281-291.

14 Rosalba Di Meglio, Il convento francescano di S. Lorenzo di Napoli. Regesti dei documenti dei secoli xiii-xv, Salerno, Carlone, coll. « Documenti per la storia degli Ordini Mendicanti nel Mezzogiorno », 2003.

15 Rosalba Di Meglio, « Ordini mendicanti e associazionismo religioso dei laici a Napoli nel tardo Medioevo », dans Escher-Apsner Monika, Mittelalterliche Bruderschaften ineuropäischen Städten. Medieval Confraternities in European Towns. Funktionen, Formen, Akteure. Functions, Forms, Protagonists, Frankfort sur le Main, Peter Lang, 2009, p. 349-382.

16 Michelangelo Schipa, Contese sociali napoletane nel Medio Evo, Naples, Pierro, 1906, p. 221-285 ; Giovanni Vitolo, « Associations religieuses et dynamiques sociales et politiques à Naples dans la première moitié du xve siècle », dans Matz Jean-Michel et Tonnerre Noël-Yves, René d’Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, PUR, 2011, p. 269-286, ici p. 282-283.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search