Version classiqueVersion mobile

Villes méditerranéennes au Moyen Âge

 | 
Élisabeth Malamut
, 
Mohamed Ouerfelli

Ville et capitale

Aix capitale sous la première maison d’Anjou1

Noël Coulet

Résumé

Aix est devenue tardivement, à la fin du xiie siècle, la capitale des comtes catalans. Amorcée sous Raimond Bérenger V, la centralisation administrative du comté se renforce sous les premiers Angevins, ce qui se traduit principalement par la naissance de la chambre des comptes et par l’organisation des archives qui lui est étroitement liée. La Provence connaît une certaine forme d’autonomie administrative par rapport à Naples, mais on discerne les signes d’une tension permanente entre les deux capitales. Le renforcement de la fonction de capitale est à l’origine d’une forte croissance urbaine et se traduit par de profondes transformations du paysage monumental, avec notamment la transformation de l’église des Hospitaliers en nécropole royale et la création des couvents royaux des dominicaines et des clarisses.

Texte intégral

  • 1 Je me permets de renvoyer à ma thèse Aix en Provence. Espace et relations d’une capitale, milieu xi (...)
  • 2 Édouard Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 12 (...)

1La première mention d’un « chef de la Provence », caput Provinciae, figure dans la notice consacrée à Aix dans la grande enquête que Charles Ier d’Anjou fait réaliser en 1251-1252 sur les droits et revenus qu’il détient dans le comté de Provence : « est sua propria et caput Provinciae et ibi habet palatium2 ».

  • 3 Patrick Boucheron, Denis Menjot, Pierre Monnet, « Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin de (...)
  • 4 Jean-Pierre Poly, « La Provence et la société féodale », thèse dactylographiée, Paris II, 1972, Cat (...)

2Comme le notent les auteurs du rapport inaugural du colloque de la société des médiévistes sur les villes capitales, la capitale est un « lieu décidé » qui « naît d’une décision politique, au sens le plus tranchant du terme, comme acte de souveraineté3 ». Pour Aix on peut situer ce choix dans les années 1180. Si on examine les lieux d’expédition des actes des comtes de Provence de la maison de Barcelone faciles à repérer dans les éditions qu’en ont donné respectivement Jean-Pierre Poly, Martin Aurell et Fernand Benoît4, il apparaît que, jusqu’aux années 1180, ils sont rarement datés d’Aix. Ce sont surtout Arles et, à un moindre titre, Avignon qui concentrent la majorité des présences comtales. Au temps d’Alphonse II qui gouverne le comté de 1096 à 1209, le comte et sa cour sont présents à Aix chaque année entre 1199 et 1207. On observe une éclipse d’une dizaine d’années qui correspond à la minorité de Raymond Bérenger V, mais, avec le gouvernement personnel de ce prince, la ville retrouve à partir de 1217 une place privilégiée sur les itinéraires comtaux. C’est d’Aix que partent et c’est à Aix qu’aboutissent les expéditions conduites par le comte dans le centre et l’est du pays pour soumettre les récalcitrants, recevoir les hommages et publier des statuts. La ville, en effet, si elle n’est pas à proprement parler le centre géographique du comté (ce serait davantage le cas de Brignoles où s’élève aussi un palais comtal) est située au croisement de l’axe est-ouest qui relie Arles à Nice et, par delà les limites du comté, le Languedoc et l’Espagne à la Ligurie avec l’axe nord-sud qui conduit de Marseille à Sisteron et, au travers des Alpes du sud, vers le Piémont et le Dauphiné. Or le problème majeur des comtes catalans à partir de la fin du xiie siècle est de faire reconnaître leur autorité à l’est, dans la région de Grasse et de Nice, et au nord, dans le comté de Forcalquier, puis, une fois ce dernier uni à la Provence, dans la partie montagneuse de la Provence. Un autre choix confirme celui de l’implantation de la cour, la décision prise successivement par Alphonse II puis Raymond Bérenger V de faire élection de sépulture dans l’église des Hospitaliers d’Aix. Le choix d’Aix comme centre du pouvoir s’explique, outre sa position géographique, par l’absence dans cette ville de tout mouvement communal, à la différence d’Arles, Avignon et Marseille et par la faiblesse de l’implantation des grandes familles nobles, à part, mais modestement, les Porcelet.

  • 5 AD BDR B2 fo 89v.
  • 6 Fernand Benoît, Recueil des actes… op. cit, p. 248, 263, 276, 310, 312, 337, 349, 372, 427.

3Il est difficile de voir concrètement comment le comte et sa cour sont installés et comment s’exerce ce pouvoir central. Le palais a malheureusement été détruit de manière drastique au xviiie siècle et aucun témoin archéologique n’en subsiste. Il réutilisait les monuments élevés par les Romains au départ de la route d’Italie : deux tours encadrant une porte en demi-lune flanquée d’un mausolée. On peut penser qu’un corps de logis réunissait deux de ces tours, comme le laisse penser la souscription d’un acte de 1245 rédigé « in castro inter turres, post sagrerium ante salam novam5 ». Malheureusement si les antiquaires aixois témoins de la démolition du palais et le peintre Constantin nous ont laissé des relevés et dessins des monuments romains, nous avons peu de figurations du reste du bâtiment qui a d’ailleurs été plusieurs fois remanié, dès le xiiie siècle, comme le montrent la mention d’une sala nova dans le texte précité et une autre souscription « in domo Raynaldi pictori ubi curia tunc regebatur6 » qui laisse penser à une installation provisoire liée à des travaux. Le plan du palais dressé en 1775 montre un corps de logis qui réunit la tour du Chaperon et la chapelle de saint Mitre dont l’orientation est discordante avec celle des autres bâtiments. Ce pourrait être le palais primitif tel qu’on le discerne dans le texte daté de 1245 cité précédemment.

  • 7 Sur l’administration de la Provence sous les comtes catalans on se reportera à la riche synthèse de (...)

4La cour est à la fois mal et bien connue. Sa dimension sociale nous échappe. On sait qu’Alphonse Ier et Raymond Bérenger V s’adonnaient à la poésie et que certains troubadours comme Sordello de Mantoue ont été liés aux princes. Mais on ne peut rien dire de plus, à moins d’imaginer, ce dont on ne s’est d’ailleurs pas privé. En revanche, la cour au sens administratif, l’entourage et les grands serviteurs du comte, sont bien connus, grâce à l’exploitation des actes. On peut distinguer le noyau agissant des conseillers du comte parmi lesquels figurent les grands bailes, ces hommes de confiance entre les mains desquels le comte a concentré plusieurs de ces circonscriptions dénommées baillies apparues dès le début du xiiie siècle. Les grands services de la cour sont encore embryonnaires et mobilisent un personnel peu nombreux. Quelques juristes assistent le juge de Provence qui prendra plus tard le nom de juge mage. La chancellerie se réduit à deux personnes, un chancelier, chanoine de Riez, et un notaire qui porte le nom révélateur de Raymond Scriptor. C’est lui qui, à partir de 1249, rédige, avec le titre de trésorier, le premier registre de comptes du comté. La trésorerie ne s’est sans doute pas émancipée de la chancellerie. Et Raymond Scriptor est aussi notaire et trésorier de l’archevêché dont les comptes sont mêlés à ceux du comté7.

  • 8 Noël Coulet, Aix-en-Provence, op. cit., p. 884, cité par Patrick Boucheron, Denis Menjot, Pierre Mo (...)
  • 9 Bernard Guenée, « L’histoire de l’État en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, octobre (...)

5La centralité du pouvoir se renforce avec l’avènement de Charles Ier. Un célèbre sirventès de Boniface de Castellane dénonce la nouveauté que constitue la présence insistante et exigeante des avocats et des prélats qui parcourent le comté pour revendiquer les droits du comte. Avec eux le pouvoir central est partout et se fait sentir partout. L’affermissement du pouvoir ne repose plus sur la fidélité des grand bailes ni sur les tournées que le prince fait de temps à autre. En une vingtaine d’années se met en place un réseau de baillies et de vigueries de plus petites dimensions qui ont chacune un baile ou viguier, un juge et un clavaire qui est à fois trésorier et payeur général. Charles Ier, en 1266, confie aux juges de ces différentes baillies le contrôle des comptes des clavaires de leur circonscription qu’ils doivent vérifier chaque mois. Dès les années 1270 semble se mettre en place une organisation centralisée de la vérification des comptes. En 1273, en effet, le même Raymond Scriptor que nous avons vu dans un rôle de trésorier, qualifié alors de rational de Provence, est chargé de vérifier si une certaine somme a été ou non versée à son bénéficiaire. Des statuts publiés en 1286 et 1289 imposent aux baillis et aux clavaires de venir à Aix à la fin de leur mandat, dans un délai d’un mois, sans autre convocation, pour rendre leurs comptes. En 1288, une ordonnance du sénéchal Jean Scott impose aussi aux péagers, aux receveurs de la gabelle et à tous ceux qui perçoivent de l’argent public la même obligation de « venire ad computos » en apportant deux exemplaires de leurs registres, « ita quod unum ex eis dimittatur in camera rationum ». C’est là, sous le règne de Charles II, un tournant capital. Les auteurs du rapport introductif sur les capitales du congrès de la SHMESP ont repris l’idée que j’avançais dans ma thèse : « le courant descendant qui achemine les ordres importe moins que le courant montant qui […] ramène régulièrement dans l’enceinte du palais […] les agents locaux du pouvoir portant avec eux les archives de leur gestion8. » Ce qui rejoint l’observation de Bernard Guenée pour qui « la centralisation médiévale […] centralise moins la décision que le contrôle9 ».

  • 10 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale au Moyen Âge (...)

6Deux institutions centrales apparaissent ainsi : la chambre des comptes et les archives. La chambre des comptes, après quelques fluctuations, sur lesquelles je reviendrai plus loin, prend sa forme définitive dans les premières années du règne de Robert. Elle comprend deux maîtres rationaux demeurant dans le comté, deux auditeurs des comptes qui prennent le nom de rational et un archivaire. Sa compétence déborde la seule vérification des comptes pour s’étendre au contrôle de toute l’administration fiscale. Les archives ont longtemps eu une organisation rudimentaire en restant liée à la personne de Raymond Scriptor. Pour ne donner qu’un exemple : en 1290, la cour royale de Digne voulant constituer un registre regroupant l’ensemble des pièces qui fondent son administration, fait établir une copie de la partie de l’enquête de 1252 qui concerne cette baillie à partir de l’original qu’elle a trouvé à Aix dans la maison de Raymond Scriptor « in archivio curie ». En 1302, Charles II fait effectuer des recherches dans les cartulaires des comptes des baillis de Toulon des dix dernières années « in archivio regio Aquensi ». Ces archives qualifiées de royales ne sont plus désormais liées à la personne voire à l’appartement de celui qui les garde. En outre, pour garantir leurs droits, les Provençaux prennent l’habitude, à partir des années 1310, de faire enregistrer par la chambre des comptes, pour les conserver « ad eternam memoriam », des privilèges qui les concernent. Ils sont inscrits dans ces mêmes registres auxquels Robert-Henri Bautier a donné le nom de « mémoriaux10 », dans lesquels les maîtres rationaux recueillent des documents qu’il leur paraît bon de conserver en raison de l’intérêt qu’ils présentent pour la défense des droits et revenus du comte. En 1312, apparaît la première mention d’un responsable de ces archives, l’archivaire. C’est aussi au tournant du xiiie au xive siècle que le juge de Provence, devenu juge mage, est flanqué d’un juge des premiers appels et d’un juge des seconds appels, la charge de ce dernier étant très vite réunie à celle du juge mage.

7Le personnel de l’administration centrale du comté s’est donc étoffé sous les premiers comtes de la première maison d’Anjou. Mais ses effectifs demeurent modestes. En 1336 la chambre des comptes comprend deux maîtres rationaux, un procureur fiscal, trois rationaux, un archivaire et deux juristes chargés de faire les enquêtes. Au total neuf personnes. Si l’on tente une estimation des autres services de la cour royale, on ne doit pas dépasser une trentaine de personnes. On connaît pour les années 1330 la composition du conseil royal qui assiste le sénéchal. Il réunit treize ou quatorze personnes. L’importance numérique de la cour tient aussi au nombre, difficile à dénombrer, mais plus important que celui des officiers, des notaires et des juristes qu’elle emploie et attire dans la ville.

8Il est tout aussi malaisé d’apprécier en termes quantitatifs les retombées du développement de l’administration comtale et de la centralisation sur les activités urbaines. La cour est le foyer d’un mouvement de va et vient au travers du comté qui ne se réduit pas aux séjours des officiers qui viennent rendre leurs comptes, mais comprend tout un flot de plaideurs, solliciteurs, messagers, une population intermittente qu’il faut loger et nourrir. Le premier dénombrement fiscal de la ville, le relevé des feux d’albergue de 1337, atteste l’existence d’une rue des auberges déjà bien peuplée. Il permet aussi de dénombrer une trentaine de drapiers et une dizaine d’épiciers. Ce que les rares documents notariés conservés des années 1320-1340 révèle de leurs activités montre que la capitale politique n’est pas devenue une véritable capitale économique et financière. Ces marchands ne sont certes pas étrangers aux grands courants commerciaux : ils s’approvisionnent aux foires de Champagne et de Brie et la cour fait appel à leur expertise lorsque, dans les périodes de fluctuation monétaire des premières décennies du xive siècle, elle veut déterminer les taux de change pour en informer les percepteurs des droits comtaux. Mais leur trafic est surtout fait de redistribution à l’échelle régionale. Le principal foyer du négoce et de la finance est Avignon où sont établies les compagnies marchandes italiennes. Tout au plus peut on noter que les Bardi ont un temps une agence aixoise établie dans une maison que Charles II leur a donnée. La capitale se développe essentiellement comme une ville de services.

9Son développement n’en est pas moins spectaculaire. Aix a, à la fin du règne de Robert, une population que l’on peut chiffrer à 15 000 habitants. Elle a connu une forte croissance topographique avec un doublement de la superficie bâtie entre 1200 et 1340, en dates rondes. Cette extension s’accompagne de profondes transformations du paysage monumental.

  • 11 Sur cette enquête, cf. Noël Coulet, « L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix (1379) » (...)

10Le palais, centre matériel du pouvoir, abrite les séjours du souverain qui n’y réside pas en permanence, parce qu’il est le plus souvent à Naples et que, lors de ses séjours en Provence, il occupe aussi d’autres châteaux comme ceux de Brignoles ou de Tarascon et enfin parce qu’il est conduit par les nécessités de sa politique à se rendre à Marseille ou à Avignon. C’est au palais d’Aix que réside également le sénéchal qui représente le roi en son absence. Charles Ier ne semble pas avoir apporté de transformations au palais. Il y a certainement eu une campagne de travaux sous Charles II qui affranchit de toute charge fiscale en 1305 un architecte qu’il a également employé à la construction de la basilique de Saint-Maximin, Jean Baudici. Le privilège qu’il reçoit lui est accordé en raison des services qu’il a rendus, particulièrement « in opere palatii Aquensis confecti de novo. » Mais il est difficile de connaître ces remaniements. L’examen de la souscription des actes fournit des noms de pièces. Beaucoup plus que des pièces à vivre comme la salle neuve mentionnée en 1309 ou la grande salle citée en 1326, il s’agit des locaux affectés à l’administration, au trésor, aux comptes et aux archives. Ce sont ces salles qui font l’objet d’une description plus détaillée dans l’enquête de Véran d’Esclapon en 1379 sous le règne de Jeanne qui est notre meilleure source sur l’administration centrale du comté11. Mieux connu est le nouveau palais épiscopal que l’archevêque Guillaume Visdomini, un des conseillers de Charles Ier, fait bâtir dans les années 1260. Il en subsiste une belle salle basse sous le musée des tapisseries. C’est dans les années 1270-80 que, successivement, les Prêcheurs, près du palais, les Augustins, à la périphérie de la ville, et les Carmes à l’écart de la cité, s’installent et édifient leurs couvents. Dans les années 1290 s’ouvre une campagne de construction qui remodèle la nef Sainte-Marie du Siège de la cathédrale Saint-Sauveur dans un style nouveau inspiré de l’art français et du monument qui relaye son influence, l’église Saint-Jean des hospitaliers.

11Trois chantiers doivent retenir plus particulièrement l’attention parce qu’étroitement liés au pouvoir comtal : la nécropole de l’église Saint-Jean et les couvents royaux de Nazareth et de Sainte Claire.

12L’implantation de la nécropole des comtes de Provence à Aix résulte du choix du dernier comte catalan Raymond Bérenger V qui a voulu être enseveli dans l’église des hospitaliers d’Aix « où reposait son père. » Comme Alphonse II avait fait dans son testament élection de sépulture dans l’église des hospitaliers de Marseille, on doit penser que Raymond Bérenger a fait transférer son corps à Aix, marquant ainsi l’intention d’y établir une nécropole familiale. Le sanctuaire choisi, situé hors les murs à quelques centaines de mètres au sud du palais comtal était alors, au témoignage de Salimbene, une « toute petite église », soigneusement marginalisée par les chanoines de Saint-Sauveur qui s’étaient opposés en 1234 à son agrandissement, refusant qu’elle ait plus d’un autel et de deux cloches. Selon Salimbene, Marguerite de Provence, fille de Raymond Bérenger V et femme de saint Louis, y fit édifier un monument somptueux pour recevoir les dépouilles de son père et de son grand-père. Béatrix, la fille de Raymond Bérenger V, qui a épousé Charles Ier en lui transmettant le comté, marque son attachement à cette nécropole en choisissant de reposer auprès de son père. Charles Ier en fut surpris, comme en témoigne la lettre qu’il adresse aux prélats provençaux pour leur annoncer le prochain transfert des restes d’une épouse qui a préféré les solidarités familiales à la splendeur des églises du Royaume et au voisinage des saints qui y reposent. Il fallut d’ailleurs d’insistantes pressions pontificales pour que le roi s’y résigne. Mais il fait alors les choses en grand et entend donner à cette sépulture royale un cadre digne d’elle. Il obtient du chapitre en 1272 l’autorisation d’agrandir l’église et d’y établir trois autels. Il suit de près les travaux qui, très rapidement, dans le dernier quart du xiiie siècle, élèvent un édifice considérable par ses dimensions et novateur par son style gothique, non méridional mais francilien. Le tombeau de Béatrix est placé, sans doute en 1277, dans un second mausolée bâti face à celui des comtes catalans, de l’autre côté du transept. Charles II se montre, lui aussi, très attaché à cette église, obtenant pour elle du chapitre qu’elle puisse avoir deux cloches de plus et lui assignant des revenus qui permettent d’entretenir, pour assurer la prière perpétuelle autour de la nécropole, cinq chapelains, un diacre et un sous-diacre. Le choix de Béatrix n’est pas repris par les autres princes angevins. Charles I n’est pas enseveli en Provence. Charles II fait élection de sépulture dans un autre sanctuaire aixois : l’église du couvent Notre-Dame de Nazareth des dominicaines d’Aix. Son testament de 1308 réaffirme la fonction de nécropole comtale dévolue à Aix, puisqu’il stipule que, si son héritier ne procédait pas au transfert de son corps de Naples au couvent aixois, il perdrait ses droits sur les comtés de Provence, Forcalquier et Piémont. Son corps est transféré à Aix en 1310, un an après sa mort.

13La construction de ce couvent de Nazareth est une autre des transformations du paysage urbain que l’on doit aux Angevins. Charles II, fortement impressionné par son passage à Prouille, fit venir quelques religieuses de ce couvent à Marseille à la fin des années 1280, puis les établit dans une bastide de la campagne aixoise avant d’acheter pour elles, en 1290, les bâtiments laissés vides par la suppression de l’ordre des sachets et, en 1293, les locaux de l’hôpital Saint-Jacques. La charge d’acquérir ces terrains et de surveiller la construction d’un couvent destiné à recevoir cent sœurs fut confiée à l’évêque de Sisteron Pierre de Lamanon, un dominicain issu d’une famille noble provençale, qu’il a chargé aussi d’édifier, dans le même temps, à Saint-Maximin un grand couvent de dominicains destiné à abriter cent frères. La construction de Nazareth dure une dizaine d’années et semble achevée en 1303. Les bâtiments ont été détruits au milieu du xive siècle par mesure de précaution au temps des incursions de routiers et le peu qui en subsistait a disparu à la Révolution. L’enquête de Véran d’Esclapon de 1379 en fournit une description, fondée sur des souvenirs encore récents, indiquant qu’outre les bâtiments conventuels, ce couvent, qui occupait un très vaste espace, avec des jardins, des fontaines et des prés, renfermait ce qui semble être un second palais royal, « quedam magna edificia ad usum domini regis. » Charles II a comblé cette communauté de largesses matérielles (donations et privilèges) et spirituelles (il a doté son église de très nombreuses reliques). Notre-Dame de Nazareth est placée sous la protection du roi qui confie son patrimoine à la garde de ses grands officiers et de ses juges. Le souverain choisit le prieur de Notre-Dame de Nazareth, nommé par le maître général de l’ordre des prêcheurs à l’origine, puis par le prieur provincial, mais toujours « procurante rege ». Cette communauté porte à juste titre le nom de « couvent royal. » Le tombeau de Charles II échappera à la destruction. Il sera transféré dans la nouvelle implantation des religieuses qui s’installent près du couvent des prêcheurs.

14Un second couvent royal, moins bien éclairé par la documentation, a été fondé par le roi Robert et la reine Sanche sans doute en 1339. Lui aussi est hors les murs, cette fois à l’ouest de la ville. Lui aussi est détruit et abandonné au milieu du xive siècle. L’enquête de Véran d’Esclapon le décrit dans des termes assez semblables à ceux qu’elle utilise pour Notre-Dame de Nazareth : vaste espace, jardins, fontaines... Son patrimoine est lui aussi sous le contrôle et la protection de l’administration comtale. Il n’est pas une nécropole, mais il est remarquable que la déploration en vers provençaux écrite à la mort du roi Robert choisisse, comme station aixoise du pèlerinage funèbre que cette complainte accomplit en Provence, ce couvent où elle prie sainte Claire pour le bon roi avant d’achever son trajet à Marseille sur le sépulcre de saint Louis qui, dans les années 1340, concentre toute la sacralité royale du comté.

  • 12 Gennaro Mario Monti, « Da Carlo Io a Roberto di Angio. Ricerche e documenti », dans Archivio storic (...)
  • 13 Noël Coulet, « Le premier siècle de l’Université d’Aix », Provence historique, n° 248, 2012, p. 159 (...)

15Il manque une dimension à ces manifestations de la prédilection du prince pour sa capitale : l’existence d’une université. L’université du comté de Provence est à Avignon où Charles II a soutenu la fondation (1303) d’un studium generale. Mais l’installation de la papauté à Avignon change la donne. Elle modifie les conditions de vie dans une capitale pontificale où l’afflux de population provoque une hausse des prix et des loyers qui perturbe la vie universitaire. Le roi Robert conçoit alors le dessein de transférer l’université à Aix, au moins provisoirement. Une lettre du souverain, qui n’est pas datée, mais qui a été écrite sans doute en 1318, entend « réformer » le studium avignonnais « déformé » et « empêché » en l’installant à Aix où les maîtres et les étudiants jouiront des mêmes privilèges et où les autorités municipales devront s’attacher à garantir la modicité des loyers et le juste prix des vivres12. On ne sait si cet ordre eut une quelconque application. La création d’une université à Aix ne sera effective que sous la seconde maison d’Anjou en 140913.

16Il nous faut, pour terminer ce portrait d’Aix en capitale, envisager trois questions.

  • 14 Paul Durrieu, Les archives angevines de Naples. Etude sur les registres du roi Charles Ier (1265- 1 (...)
  • 15 Andreas Kiesewetter, « Das Itinerar König Karles II. Von Anjou (1271-1309) », dans Archiv für Diplo (...)
  • 16 Ibid., p. 122.
  • 17 Ibid., p. 102-103.

17Tout d’abord, les rois de Naples sont-ils présents dans leur capitale provençale ? L’itinéraire de Charles Ier établi par Durrieu se borne à signaler deux séjours en Provence dans l’été et l’hiver 1282 et la première moitié de 1284 sans autres précisions14. Pour le règne de Charles II le travail d’Andreas Kiesewetter est heureusement beaucoup plus riche d’informations15. Ce souverain est le plus provençal des Angevins. Il séjourne en Provence d’abord comme vicaire de son père en 1278-1282. Il y revient assez vite après avoir pris le titre royal de 1289 à 1294. Il y séjourne à nouveau en 1297-8 et de l’été 1306 au printemps 1308. Jusqu’à ce dernier séjour le roi est surtout présent à Aix, même s’il s’installe parfois pour quelques jours à Tarascon et s’il prend ses quartiers d’été à Brignoles (près d’un mois en 1292 et en 1297). Lors de son dernier séjour, il privilégie nettement Marseille où il passe trois fois plus de temps qu’à Aix (336 jours contre 122). Je ne pense pas que l’on puisse en conclure que Marseille remplace Aix comme résidence princière « pendant le règne de Charles II16 ». Il ne semble pas que les rouages administratifs d’Aix aient suivi le souverain. On peut penser avec Kiesewetter que cette préférence marquée pour Marseille lors de ce séjour tient à ce qu’elle offre avec son port une plus grande facilité des relations avec Naples17. Personne n’a établi l’itinéraire du roi Robert dont les rares séjours provençaux se partagent entre Avignon, Marseille et Aix.

  • 18 Noël Coulet, « Un fragment de registre de la cour du juge mage de Provence à la fin du xiiie siècle (...)
  • 19 AD BDR B 526, édité par Gérard Giordanengo, « Vocabulaire romanisant et réalité féodale en Provence (...)

18Il convient aussi de s’interroger sur les rapports entre la capitale du comté et la capitale du royaume. La Provence semble avoir connu sous Charles Ier une certaine forme d’autonomie administrative. Le personnel de la chambre des comptes, l’institution la mieux connue, ne semble pas rattaché aux institutions centrales du royaume à Naples. Les documents de la chancellerie napolitaine attribuent à Raymond Scriptor dès 1269 le titre de maître rational en Provence et lui donnent le titre de rational de Provence en 1273. Une lettre de Charles Ier à la même date est adressée à Alain de Luzarches, évêque de Sisteron, homme de confiance du souverain, au sénéchal et aux autres maîtres rationaux de Provence. La même année, des maîtres rationaux de Provence sont chargés de vérifier les comptes du rational de Lombardie, c’est-à-dire des terres piémontaises récemment conquises par Charles Ier. La situation change au cours du règne de Charles II avec l’ordonnance de Brignoles de 1297, prise au moment où Charles II va quitter la Provence. Désormais, il y a un rational des comtés de Provence et de Forcalquier qui est tenu de transmettre chaque année aux maîtres rationaux de Naples, après avoir vérifié les comptes des officiers des comtés, un compte général détaillant les recettes et dépenses de chaque circonscription. Ces maîtres rationaux de Naples font des séjours en Provence puisque l’ordonnance prévoit que le rational de Provence doit leur faire, lors de leur venue, de fréquents rapports oraux. La titulature traduit cette mutation : Pierre de Toulouse, en fonction en 1298 est désigné en 1302 comme « rational de la grande cour royale », puis, au début du règne de Robert, « rational de la grande cour royale dans les comtés de Provence et de Forcalquier ». On discerne ainsi des tensions entre Aix et Naples qu’il faudrait étudier de plus près. On les retrouve à propos de la juridiction sur les questions fiscales, avec une chronologie voisine. Un registre de la cour du juge mage de Provence de 1281-1285 que j’ai étudié il y a quelques années montre que ces litiges sont tranchés en Provence18. Mais un document de 1341 indique que le roi Robert a récemment ordonné que, lorsqu’il n’est pas en Provence, ces procès soient jugés à Naples. Les barons et les nobles de Provence protestent contre cette nouveauté. Mais les deux juristes napolitains que le roi consulte défendent l’ordonnance royale à coup d’autorités tirées du droit romain et d’exemples empruntés à la pratique de l’Empire au temps de Frédéric II et de celle du roi d’Angleterre, duc d’Aquitaine19.

  • 20 Noël Coulet, « Marseille ou Aix : les transferts de la capitale comtale », dans Pécout Thierry, Mar (...)

19Il reste à s’interroger sur la conscience de capitale de la ville d’Aix. J’en relève deux manifestations. D’une part, la décision de Charles II, prise à la demande des syndics de la ville en 1295, de fixer la date de l’entrée en fonctions des officiers du comté le jour de la fête du saint Sauveur, patron de la cathédrale d’Aix. D’autre part, le privilège obtenu par ces mêmes syndics en 1310 qui astreint les officiers du comté à demeurer à Aix et y faire résidence plus longtemps qu’en tout autre lieu « cum eadem civitas locus communior et propterea locis ceteris aptior censeatur ». Cette formulation qui sera reprise toutes les fois où la localisation à Aix des organes centraux du pouvoir paraît menacée traduit la conviction qu’il ne peut y avoir en Provence d’autre capitale qu’Aix20. Mais elle le fait sans prononcer ce mot de caput qui est apparu au moment où Charles d’Anjou prenait en mains la Provence, mais qui disparaît de la documentation une fois que le comte de Provence est devenu roi de Naples. Cette observation est un élément de réponse complémentaire à la question portant sur les rapports entre les deux capitales.

Notes

1 Je me permets de renvoyer à ma thèse Aix en Provence. Espace et relations d’une capitale, milieu xive-milieu xve siècles », Aix, 1968 et à mon article « Aix, capitale de la Provence angevine », dans L’État angevin, Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, 1998, p. 317-338, partiellement repris ici.

2 Édouard Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969, p. 324, no 425.

3 Patrick Boucheron, Denis Menjot, Pierre Monnet, « Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin des capitales », dans Les villes capitales au Moyen Âge, XXXVIe Congrès de la SHMESP (Istanbul 1er-6 juin 2005), Paris, 2006, p. 34.

4 Jean-Pierre Poly, « La Provence et la société féodale », thèse dactylographiée, Paris II, 1972, Catalogue des actes des comtes de Provence (jusqu’en 1166), annexe non reproduite dans la version imprimée parue en 1976 ; Martì Aurell i Cardona, Le pouvoir comtal en Provence sous Alphonse Ier, Mémoire de maîtrise Aix, 1980, t. II, « Catalogue d’actes » ; Fernand Benoît, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone.- Alphonse II et Raimond Béranger V, Monaco-Paris, 1925.

5 AD BDR B2 fo 89v.

6 Fernand Benoît, Recueil des actes… op. cit, p. 248, 263, 276, 310, 312, 337, 349, 372, 427.

7 Sur l’administration de la Provence sous les comtes catalans on se reportera à la riche synthèse de Gérard Giordanengo, « Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence 1246-1343) », dans L’État angevin… op. cit., p. 35 sq.

8 Noël Coulet, Aix-en-Provence, op. cit., p. 884, cité par Patrick Boucheron, Denis Menjot, Pierre Monnet, art. cit., p. 46.

9 Bernard Guenée, « L’histoire de l’État en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, octobre-décembre 1964, p. 347.

10 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale au Moyen Âge, Provence-Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la maison de Savoie. Vol. 1 Archives des principautés territoriales et archives seigneuriales, Paris, 1968, p. 11-12.

11 Sur cette enquête, cf. Noël Coulet, « L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix (1379) », dans Pécout Thierry, Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, xiiie-xive siècle), Paris, 2010, p. 443-457 .

12 Gennaro Mario Monti, « Da Carlo Io a Roberto di Angio. Ricerche e documenti », dans Archivio storico per le provinzie napoletane, 1932, p. 127-137.

13 Noël Coulet, « Le premier siècle de l’Université d’Aix », Provence historique, n° 248, 2012, p. 159-170.

14 Paul Durrieu, Les archives angevines de Naples. Etude sur les registres du roi Charles Ier (1265- 1285), Paris, 1886, p. 163-189.

15 Andreas Kiesewetter, « Das Itinerar König Karles II. Von Anjou (1271-1309) », dans Archiv für Diplomatik Schrifgeschichte Siegel-und Wappenkunde, n° 43, 1997, p. 85-283.

16 Ibid., p. 122.

17 Ibid., p. 102-103.

18 Noël Coulet, « Un fragment de registre de la cour du juge mage de Provence à la fin du xiiie siècle » dans Boyer Jean-Paul, Mailloux Anne et Verdon Laure, La justice temporelle dans les territoires angevins au xiiie et xive siècles. Théories et pratiques, Rome, 2005, p. 187-203.

19 AD BDR B 526, édité par Gérard Giordanengo, « Vocabulaire romanisant et réalité féodale en Provence », Provence historique, n° 100, 1975, p. 255-273, le texte de la consultation est aux pages 267-273.

20 Noël Coulet, « Marseille ou Aix : les transferts de la capitale comtale », dans Pécout Thierry, Marseille au Moyen Âge entre Provence et Méditerranée, Méolans, 2009, p. 368-371.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search