Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Conclusion

Texte intégral

1Le changement d’une communauté rurale qui vivait de l’agriculture traditionnelle en une communauté urbaine entraîne des transformations dans la vie des habitants. Les terres agricoles sont utilisées pour la construction des zones industrielles et des infrastructures routières. L’urbanisation et la modernisation augmentent le besoin de mains-d’œuvre dans les zones d’activités non agricoles et créent une attraction pour les migrations d’autres régions.

2Le processus d’urbanisation a pour conséquence des changements profonds dans la structure sociale, professionnelle et dans la vie culturelle, notamment chez les jeunes qui cherchent à s’intégrer dans un nouvel environnement urbain.

3Le modèle d’urbanisation de la communauté d’habitants à Bà Điểm permet de voir qu’il s’agit encore d’une communauté rurale, mais qui est déjà urbanisée à un degré important, ce dont attestent la structure des métiers exercés par les habitants et celle de leurs revenus. Dans cette commune, les revenus tirés des activités non agricoles sont plus importants que dans la commune voisine Vĩnh Lộc A. Le rythme d’urbanisation assez élevé de Bà Điểm aboutit à une forte diminution, puis à la disparition totale des métiers traditionnels comme en témoigne le déclin actuel de la culture du bétel. Le niveau d’instruction de la population de Bà Điểm est par ailleurs plus élevé que celui de Vĩnh Lộc A.

4La différence fondamentale entre les deux modèles d’urbanisation observés dans les communes Bà Điểm et Vĩnh Lộc A consiste en un décalage dans le temps du processus de modernisation : par rapport à Vĩnh Lộc A, Bà Điểm a amorcé son urbanisation plus tôt, ce qui fait que les changements économiques et professionnels dans les deux communes se déroulent différemment. Cependant, du point de vue socioculturel, le changement dans ces deux communes présente des points similaires. Plusieurs pratiques culturelles traditionnelles continuent à exister, comme à l’occasion d’un enterrement ou d’un mariage. Les changements dans la vie de tous les jours ne sont pas très différents d’une commune à une autre. Cependant on observe des différences dans la vie culturelle des habitants de ces deux communes, ce qui montre qu’ils s’adaptent différemment à un nouvel environnement en changeant les habitudes de déplacement, de consommation, voire dans les relations interpersonnelles, familiales et lignagères. Actuellement les deux communautés continuent à respecter nombre de coutumes ancestrales, mais on peut déceler les signes du changement. Les rituels se sont simplifiés et les participants à ces rituels le font avec un autre état d’esprit quand de plus en plus les services de type urbain commencent à s’immiscer de plus en plus dans les activités cultuelles ou culturelles, ce qui contribue à affaiblir les relations entre les habitants de la zone périurbaine.

5Depuis ces dernières dix années, le processus d’urbanisation et d’industrialisation a accéléré le rythme de développement économique local. Les changements ne se limitent au changement du statut foncier, mais encore dans le domaine social beaucoup plus complexe.

6La main-d’œuvre agricole diminue brutalement et la main-d’œuvre dans d’autres secteurs connaît des fluctuations quand les terres agricoles ont changé de destination. Le fait remarquable est que la main-d’œuvre pour répondre au besoin des industries est encore insuffisante. Trouver un travail dans le secteur économique officiel demande toujours un certain niveau d’études et de compétences, ce qui fait que les jeunes ont plus de chances dans le secteur non agricole.

7Parallèlement à ces changements, la démographie des zones périurbaines fluctue fortement en raison des flux de migrants issus des régions rurales et des flux de citadins qui cherchent un logement en périphérie. Les anciens habitants doivent désormais partager leur espace ancestral avec des nouveaux habitants. Il est important de noter que les migrants se regroupent sur les zones industrielles et, de ce fait, exercent une pression sur la structure démographique locale. Cet état des choses créé des problèmes liés à la saturation des infrastructures sociales, notamment l’éducation, la santé et la sécurité. Le changement de la structure démographique de ces communes qui étaient encore rurales il n’y pas si longtemps, est une des raisons pour la décomposition de ces communautés. La restructuration démographique fait que les anciens habitants sont redistribués selon les capacités financières de chaque foyer lui permettant de se reloger dans les conditions plus ou moins bonnes et en gardant ou non ses relations de voisinage ou de famille.

8L’urbanisation a un impact considérable sur l’environnement et le cadre de vie des habitants des zones périurbaines. Les conditions de l’hygiène se dégradent chaque jour en raison des déchets industriels, des eaux usagées stagnantes et des ordures ménagères qui ne sont pas ramassées complètement.

9L’urbanisation permet aux habitants des zones périurbaines d’avoir une vie culturelle plus riche et plus moderne. Selon le degré d’urbanisation et les infrastructures, les communautés d’habitants connaissent les changements à des niveaux différents.

10Parallèlement à l’amélioration des conditions de vie, les habitants de la zone urbanisée ressentent le besoin de s’adapter à la nouvelle vie. Les personnes âgées doivent s’habituer à un mode de vie plus moderne. Les relations entre les voisins se distendent. Les conflits au sein des familles, des lignages, ou entre les voisins deviennent de plus en plus fréquents.

11En un mot, l’urbanisation rapide des zones périurbaines avec un ensemble de relations en interaction est un grand défi que doivent affronter actuellement les populations. Du point de vue du développement durable, il faut élaborer une stratégie de développement à long terme pour les zones périurbaines en voie d’urbanisation dans lesquelles le problème de changement de structure économique, d’adaptation au nouveau mode de vie et au besoin de sauvegarder les valeurs culturelles traditionnelles.

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search