Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Y a-t-il une culture périurbaine ?

Texte intégral

1Dans le contexte d’une zone périurbaine en mutation, les changements dans la culture ne vont pas au même rythme que les changements socio-économiques ou ceux dans le mode de vie. Dans ce chapitre, il est question du phénomène d’urbanisation du point de vue culturel. Le processus de changement et de transformation d’une zone rurale en une zone urbaine, d’un espace villageois en un quartier urbain est à l’œuvre, influencé en grande partie par les populations de migrants. Cette étude vise à saisir les transformations de la culture traditionnelle sous l’effet de l’urbanisation, afin de contribuer à l’élaboration d’une politique culturelle qui mette l’accent sur les valeurs culturelles traditionnelles dans le contexte de l’urbanisation généralisée à Hô Chi Minh-Ville.

Des théories sur l’étude de la culture et du changement culturel

Définition

2Il existe plusieurs définitions de la culture. Chaque définition est basée sur une vision et un jugement sur les activités humaines.

3La définition de l’UNESCO considère la culture comme la somme des caractéristiques spirituelles et matérielles, intellectuelles et émotionnelles, qui conditionnent le caractère d’une société, ou d’un groupe d’individus dans une société :

Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. (UNESCO, 1982 : 1.)

La culture ainsi définie inclut non seulement les arts et la littérature, mais encore le mode de vie, les droits fondamentaux de l’homme, le système de valeurs, de coutumes et de croyances religieuses. En particulier :

4La culture donne à l’homme la capacité de réflexion sur lui-même. C’est elle qui fait de nous des êtres spécifiquement humains, rationnels, critiques et éthiquement engagés. C’est par elle que nous discernons des valeurs et effectuons des choix. C’est par elle que l’homme s’exprime, prend conscience de lui-même, se reconnaît comme un projet inachevé, remet en question ses propres réalisations, recherche inlassablement de nouvelles significations et crée des œuvres qui le transcendent (UNESCO, 1982 : 1).

5La définition de l’UNESCO précise donc les éléments constitutifs d’une culture et définit également le rôle directeur de la culture dans la vie de l’homme.

6Les chercheurs vietnamiens travaillant sur la culture du Vietnam proposent également des définitions différentes de la culture. Đào Duy Anh considère la culture à travers le filtre des activités quotidiennes de l’être humain incluant des activités économiques, sociales et intellectuelles (Đào Duy Anh, 2002). Quant à Trần Quốc Vượng, il propose une définition plus large de la culture qui inclut tous les aspects de la vie humaine, les modes de vie du point de vue matériel et spirituel de chaque communauté d’humains (Trần Quốc Vượng, 2002).

7Ces définitions diffèrent sur plusieurs points, mais on peut estimer que la plupart de chercheurs sont d’accord sur la distinction entre la culture matérielle et la culture immatérielle.

Théories sur le changement culturel

8La culture présente un caractère stable et durable, car pendant son évolution, la culture est accumulée, transmise et reproduite par la communauté. Cependant, aucune culture ne peut exister sous une forme complètement statique. Chaque culture subit des changements à des niveaux différents. Un changement mineur affecte des petits éléments, un grand changement se produit sur une grande échelle. Un changement peut être progressif ou brutal. Il peut avoir lieu dans un petit nombre d’individus ou affecter tout un groupe social. Cette capacité d’évoluer en permanence permet à la culture d’exister et de se développer d’une façon continue.

9Le changement dans la société entraîne le changement culturel. Chaque culture est une culture d’une société concrète. Selon Karl Marx, « Religion, famille, état, droit, vertu, science, art… ne sont que des formes propres à la production » (Marx, 1962). Dans l’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme (Weber, 1964), Max Weber montre que la culture (religieuse) peut aussi participer de manière active à la production.

10Le changement culturel se produit selon une échelle et un rythme propres à chaque communauté ou à chaque peuple. Chaque société change avec le temps, mais dans des conditions différentes.

11Les éléments agissant sur le changement culturel dépendent souvent du développement des sciences, des techniques et des technologies. Des découvertes scientifiques et technologiques ont contribué à changer en profondeur une société en modifiant la perception de l’homme par rapport à la nature, ainsi que son comportement. Parallèlement aux changements survenus dans la structure économique, comme le passage d’une économie basée sur l’agriculture et l’artisanat à une économie basée sur les industries et les services. Ce changement des métiers est accompagné par celui des rôles des membres de la famille, notamment le rôle des femmes et des personnes âgées. Le mode de vie et les divertissements des habitants s’en trouvent également modifiés.

12Le changement culturel est le résultat des contacts et des échanges entre les populations. Les échanges sociaux et économiques entre des groupes humains, des communautés ou des peuples, permettent les échanges culturels. Des éléments propres à une culture passent ainsi à une autre culture. Ce passage peut rencontrer deux types de réactions : le refus ou l’acceptation. Dans le cas de l’acceptation, les éléments diffusés peuvent exister d’une façon isolée, ou peuvent être assimilés, mais parfois ils provoquent de grands changements qui transforment la société d’origine.

13D’autres éléments, tels que le milieu naturel, le développement des institutions culturelles et sociales, le changement de la structure démographique, etc. peuvent avoir une influence sur le changement culturel. Dans le contexte urbain notamment, le changement démographique et de la composition de la population est parfois la raison principale modifiant la culture d’une communauté. L’augmentation rapide du nombre de migrants ayant des habitudes et un mode de vie différents peuvent changer en partie les caractéristiques culturelles de la communauté d’accueil.

14Le changement culturel peut être prévisible ou non. Cela veut dire que dans une certaine mesure, ces changements sont le résultat d’actions humaines. Le processus du changement culturel étant tributaire de l’économie, des technologies, de la situation sociale et politique, on peut donc orienter le changement culturel à partir de la planification du développement socio-économique. Cependant la culture étant liée aux croyances et aux symboles de chaque groupe social et de chaque communauté, elle présente un caractère suffisamment stable pour résister au processus de changement. D’autre part, les changements brutaux de la société peuvent contribuer au fait que le changement culturel est difficilement prévisible.

15D’un autre côté, les éléments constitutifs de la culture ne changent pas au même rythme. Des aspects de la culture matérielle changent avant et évoluent plus vite que les éléments de la culture spirituelle. Ce décalage amène à des contradictions entre les normes modifiées ou en voie de modification, et les normes toujours conservées. En général, l’homme accepte plus facilement les changements survenus dans la culture matérielle, notamment dans les technologies. Les changements sont plus difficiles à accepter dans la culture spirituelle, comme la foi, les valeurs sociales, les mœurs et les coutumes, les normes morales, etc.

16Dans Les Enfants de Sanchez : autobiographie d’une famille mexicaine publié en 1961, Oscar Lewis décrit la vie d’une famille pauvre au Mexique face aux changements sociaux, économiques et culturels de la société mexicaine. La « culture des pauvres » au Mexique, selon Lewis, n’est pas très différente de la culture des zones périurbaines du Hô Chi Minh-Ville actuel. La culture des quartiers pauvres du Saïgon colonial est décrite dans les textes littéraires de Hồ Biểu Chánh (Ông Cử, Lạc đường ou Vợ già chồng trẻ, 1937 : 83) ou de Vương Hồng Sển (Sài Gòn tạp Pín lù).

La culture matérielle

17La civilisation matérielle est produite par l’homme grâce à son travail intellectuel et manuel. Les produits de la culture matérielle peuvent être perçus et appréhendés par les sens. Il s’agit des objets de la vie quotidienne, des outils nécessaires à la production. Chaque produit de la civilisation matérielle contient une certaine part de la formation spirituelle. Elle se présente sous des formes variées : la nourriture, les objets, les vêtements, les habitations, les moyens de transport, y compris l’environnement naturel qui subit l’empreinte humaine. Le matériel, par rapport à l’idéel (Maurice Godelier), est la base d’une communauté, de sa cohésion et de son développement.

18On peut le voir dans le changement du paysage, dans le mode de vie des habitants de ces zones, dans leurs habitudes vestimentaires et alimentaires, dans l’architecture, dans les moyens de transport, etc.

Le paysage et l’environnement

Paysage

19Le processus d’urbanisation entraîne des changements dans plusieurs aspects de la zone périurbaine. Les changements les plus visibles sont ceux liés au paysage.

20Bà Điểm et Vĩnh Lộc A présentaient les caractéristiques du paysage de la campagne du Sud avec des petites collines, des rizières et des jardins fruitiers. Bà Điểm est connue pour la culture du bétel et des aréquiers qui verdissaient ses jardins. La commune est même mentionnée dans la célèbre monographie sur la région de Gia Định du lettré Trương Vĩnh Ký : « Cette terre convient à la culture du bétel, ses 18 hameaux répandent leur parfum dans les six provinces du Sud » (Nguyễn Đình Đầu, 1997 : 38).

21Aujourd’hui, l’urbanisation est en train de modifier tout l’écosystème composé des rizières, des champs et des jardins cultivés de génération en génération. La rizière est en train de disparaître pour laisser place à des immeubles bien alignés comme en ville. Les villages paisibles de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A étaient autrefois couverts du vert des champs et des plantes, traversés par des chemins de terre rouge. Les maisons étaient souvent séparées par une rangée d’aréquiers et par une haie d’hibiscus bien droite. Ce paysage calme et poétique est en voie de disparition, rogné par des usines, des bâtiments construits pour permettre le développement économique local, ainsi que par des logements occupés par les migrants. Des étangs et des mares sont remblayés par des particuliers qui veulent construire des maisons. Des champs sont laissés en friche car il n’existe plus de canaux d’irrigation nécessaire à la culture. Les terres agricoles sont morcelées et isolées au milieu des nouveaux quartiers d’habitation, et présentent un aspect de « peau de léopard » (da beo) difficile pour la mécanisation de la production.

  • 1 C’est une situation qui n’est pas limitée à notre terrain, mais qu’on peut voir également dans les (...)

22Un autre problème est que les paysans eux-mêmes « dépècent » la terre pour la vendre. Il s’agit de centaines d’hectares dont on a enlevé la couche supérieure pour la vente. D’anciennes rizières sont appauvries et devenues impropres à la culture du riz. L’absence de la couche supérieure fait que la terre ne peut plus garder l’eau. Le système des canaux d’irrigation est par ailleurs détruit à cause des pelleteuses et des tracteurs qui fonctionnent jour et nuit1.

23Beaucoup de gens vendent la terre de cette façon parce que les autres le font. Mais d’autres sont contraints de le faire car ils ne peuvent plus la cultiver. Mme Mai Thị Mướp, résidant au hameau de Tiền Lân de la commune de Bà Điểm explique :

  • 2 1 công = 1 000 m2.

Je viens de vendre 6 công2 au début de 2003. Voyez-vous, les autres parcelles autour sont maintenant plusieurs centimètres plus bas, comment peut-on garder l’eau pour une rizière plus haute ? Sans eau, ne parlons plus de la culture du riz. Ca me fait mal au cœur de vendre ma terre, mais j’y suis obligée, je ne peux pas laisser le champ en friche tout le temps… (Cửu Long, 2004.)

Et pourtant, sur la même parcelle, Mme Mướp récoltait auparavant environ 150 giạ de paddy, sans compter les légumes cultivés à différents moments dans l’année.

24Le développement des zones industrielles et la construction des quartiers d’habitation sont responsables de cette situation. Les terres préemptées par les autorités locales pour les projets de développement industriel ou les projets immobiliers rapportent très peu aux propriétaires. Plusieurs paysans expliquent ainsi la vente de la couche supérieure de leur terre :

  • 3 Interview de M. Phạm Văn Ba, vice-président du Comité populaire de la commune de Bà Điểm du 15 août (...)

Le prix de la préemption est fixé par l’État. Le prix du mètre carré est différent selon le type de terre : rizières, jardin, ou terrain constructible. Avec ou sans cette couche de terre, c’est le même prix. On peut vendre dix centimètres de terre, voir un mètre de terre en profondeur, le prix du mètre carré ne change pas. Autant vendre cette terre qui rapporte ainsi une somme supplémentaire3.

Le résultat de cette pratique d’enlèvement de la couche supérieure du sol depuis quelques années est que des centaines d’hectares de terres agricoles sont laissées à l’abandon (Cửu Long, ibid.).

25Une autre raison est le plan d’aménagement. Selon des paysans, le 10 septembre 2002, le Comité populaire du district de Hóc Môn a rendu publique la carte détaillée de la zone industrielle de 250 hectares dont la majeure partie est située sur le territoire de la commune de Xuân Thới Thượng et sur une partie de la commune de Bà Điểm. Le promoteur de cette zone industrielle est la société d’investissement par actions Tân Tạo. Cependant, pendant une longue période après la publication du plan d’occupation des sols, rien ne se passait. Les propriétaires des terrains situés dans cette zone sont en réalité en situation d’être « suspendus » de leur droit d’utilisation du sol. En effet, ils ne cultivent rien sur ces terres, étant dans l’incertitude totale : ils ne savent pas quand l’État va prendre leurs terres, ni à quel prix. Quand la « mode » de la vente de la couche supérieure du sol est arrivée, presque tous les paysans s’y sont mis.

  • 4 1 euro égale 23000 à 24000 VND (2007).
  • 5 Interview de M. Phạm Văn Ba, idem.

26Les jardins de bétel de Bà Điểm, dont la réputation était établie de longue date, sont en train de disparaître à jamais dans le « typhon » de l’urbanisation. Selon les chiffres de l’association des paysans de la commune de Bà Điểm, autour de l’an 2000 la commune comptait encore plus de 700 hectares de bétels et d’aréquiers, avec des milliers de foyers vivant de la culture traditionnelle du bétel et de l’aréquier. Il y a cinq ans, la commune comptait encore environ 200 hectares de bétel. Ces dernières années, la commune de Bà Điểm étant l’un des territoires en voie d’urbanisation le plus rapide du district de Hóc Môn, le prix de son foncier a augmenté sans cesse. À titre d’exemple : dans les petites ruelles, le prix du mètre carré est de 2 à 3 millions de VNĐ4, tandis que sur les axes principaux le prix atteint 4 à 5 millions, voire 8 ou 9 millions. Il est compréhensible que plusieurs personnes aient vendu une partie de leurs terres et que les nouveaux habitants ne cultivent plus le bétel. M. Ba, vice- président du Comité populaire de la commune de Bà Điểm nous informe qu’en juin 2006, il ne reste que 10 hectares de bétel et d’aréquier sur le territoire de la commune. Les rares jardins qui résistent sont menacés de disparition dans les années à venir, car ils continuent à être partagés en lots pour être mis à la vente5.

27Dans la zone périurbaine, le système de transport s’est développé rapidement ces dernières années. Les communes et les hameaux sont reliés essentiellement par les routes goudronnées ou bétonnées. L’élargissement des routes est une raison pour développer la construction des habitations sur les deux côtés le long des routes. En général, la construction immobilière commence dès que l’aménagement des routes est rendu public. Le paysage change encore plus rapidement quand la route est terminée.

28Le long des chemins existants, notamment des ruelles dans les hameaux, les maisons sont construites les unes à côté des autres, ne laissant qu’un passage étroit. À certains endroits, des nouvelles maisons empiètent même sur les chemins de passage, créant ainsi de nouveaux passages encore plus étroits, tortueux et désordonnés. On a l’impression d’être dans les ruelles des quartiers fortement peuplés de Hô Chi Minh-Ville. Les statistiques montrent que jusqu’à 70 % des habitations construites ces dernières années dans la zone périurbaine le sont sur des terrains non remblayés ou remblayés d’une façon superficielle. Dans ces quartiers, les chemins sont couverts d’une mince couche de terre sur une largeur de 2 à 6 m, beaucoup plus rarement 8 m de largeur. Il n’existe bien évidemment pas de réseaux d’eau potable, de constructions publiques, ni d’espaces verts. L’électricité est installée par les habitants eux-mêmes. Ces quartiers d’habitation spontanée existent dans tous les arrondissements et les districts de la zone périurbaine, créant ainsi une ceinture de logements insalubres avec des milliers d’habitations de ce type (Trần Minh, 2002).

29Les hameaux les plus éloignés du centre de la commune de Bà Điểm et de celui de Vĩnh Lộc A, gardent encore un aspect rural, mais les changements y sont également perceptibles. Les rizières vertes sont en train de disparaître pour laisser la place à des terrains déjà divisés en lots prêts à vendre avec des poteaux en ciment, des barbelés, des murs en brique pour bien marquer les limites. On voit des parcelles abandonnées ou cultivées sans soins. Beaucoup d’habitants ne travaillent plus dans les champs, ils ont abandonné l’agriculture pour construire des logements à louer aux ouvriers ou à des migrants. Des maisons en « cube » poussent comme des champignons un peu partout dans la zone.

Tableau 7.1 : Les changements dans l’environnement et le paysage sur dix ans

Tableau 7.1 : Les changements dans l’environnement et le paysage sur dix ans

La construction de la zone industrielle et l’installation des usines changent radicalement le paysage de la zone, encore rurale il n’y a pas si longtemps. Sur les routes élargies, les camions passent en files ininterrompues toute la journée. Des milliers d’ouvriers se pressent pour se rendre aux usines. Autour de la zone industrielle, la population est en hausse constante et les boutiques, échoppes, cantines, cafés surgissent en grand nombre.

Figure 7.1 : Un marché né spontanément près de la zone industrielle de Vĩnh Lộc

Figure 7.1 : Un marché né spontanément près de la zone industrielle de Vĩnh Lộc

Environnement

30L’environnement de la zone subit une forte dégradation suite au développement rapide de la ville. Les ordures, les eaux stagnantes, la pollution par la poussière et par le bruit, sont les problèmes auxquels les habitants de la zone sont confrontés au quotidien. Une des raisons est que la densité de population devient de plus en plus forte, alors que les infrastructures manquent et que les problèmes d’hygiène publique deviennent aigus.

31On peut prendre l’exemple de la collecte et du traitement des ordures. La croissance rapide de la population entraîne mécaniquement la hausse du volume des ordures ménagères. En 2007, les autorités locales ont mis en place un système de collecte des ordures jusque dans chaque famille. Cependant, plusieurs familles ont encore l’habitude de jeter les ordures dans le jardin ou dans les canaux. Le problème est qu’en ville, les employeurs de la société chargée de la collecte des ordures nettoient tous les jours les rues, alors que ce n’est pas encore le cas dans les zones périurbaines. Le bord des routes et des canaux est donc jonché d’ordures qui polluent fortement l’environnement.

32Un autre problème est celui des eaux usées. Dans les quartiers d’habitation spontanée, les constructions sont de plus en plus denses, alors que les infrastructures ne sont pas, ou pas encore, installées. En règle générale, ces quartiers ne disposent pas de système pour évacuer les eaux usées qui sont donc versées directement dans les champs. M. Phan Văn Nhiều, habitant au hameau Deux de la commune de Vĩnh Lộc A explique :

  • 6 Interview de M. Phan Văn Nhiều, hameau Deux, Vĩnh Lộc A, le 15 octobre 2008.

Dans ces quartiers nouveaux il n’y a quasiment pas de système d’infrastructures. Le cas le plus courant est que l’acheteur achète un lot sur un terrain dont le propriétaire ne prévoit aucune infrastructure. Les gens qui achètent ce genre de terrain ont souvent des revenus moyens. Ils ne sont donc pas en mesure d’installer eux-mêmes un système d’évacuation d’eaux. Tout va directement dans les champs. C’est pour cela que ces quartiers d’habitation sont très pollués, en particulier pendant la saison des pluies6.

La pollution est également forte à cause des éleveurs de cochons et de bœufs. Ces foyers évacuent les eaux sales après le nettoyage des étables directement dans les canaux et les champs. Les quartiers d’habitation tels que Bắc Lân, Nam Lân, Tây Lân, Đông Lân à la commune de Bà Điểm, ainsi que les hameaux Deux, Quatre, Cinq de la commune de Vĩnh Lộc A, ne disposent pas du tout-à-l’égout. Les eaux usées et les eaux de pluie stagnent, répandent une odeur désagréable et contribuent à l’apparition de maladies.

Figure 7.2 : Eau stagnante polluant l’environnement des maisons, hameau de Bắc Lân, Bà Điểm

Figure 7.2 : Eau stagnante polluant l’environnement des maisons, hameau de Bắc Lân, Bà Điểm

Le réseau de canaux jouait auparavant un rôle important dans l’irrigation des rizières et des champs. Actuellement il est dans un état de dégradation déplorable : certains sont rétrécis, d’autres n’ont plus d’eaux, la plupart sont pollués. La pollution est due à l’évacuation des eaux usées et aux rejets sauvages des ordures. Mais le plus grave est que ces canaux accueillent également les ordures industrielles des usines installées sur le territoire communal. Selon un habitant du hameau Cinq de la commune de Vĩnh Lộc A : « Plusieurs habitants dans ce hameau doivent fermer leur porte en permanence pour se protéger de l’odeur venant de l’entreprise Quang Huy [de la zone industrielle Vĩnh Lộc] à 700-800 m d’ici. L’odeur se répand tous les jours de la semaine, sauf quand il y a une inspection ». (Q. Khải-N. Triều, 2008).

33Selon les chiffres en notre possession en 2008, la zone industrielle de Vĩnh Lộc disposera d’une usine de traitement des eaux usées à partir de septembre 2008. Cependant, l’usine fonctionne seulement à 50 % de sa capacité (soit la moitié des 4 500-6 000 m3 par 24 heures prévus). La raison en est que le système des tuyaux de collecte des eaux usées n’est pas encore achevé, car leur installation se heurte à des problèmes d’expulsion pour libérer les espaces nécessaires. D’autre part, sur 93 entreprises en activité, seulement 37 entreprises sont raccordées au réseau de collecte des eaux usées. Quarante entreprises libèrent des fumées toxiques, mais la plupart n’ont pas envisagé de mesures de traitement (Q. Khải-N. Triều, 2008, ibid.).

34Cela n’est qu’un cas parmi d’autres. La réalité est que le milieu rural de la zone périurbaine se dégrade rapidement. En 2008, le district de Bình Chánh compte deux zones industrielles, Lê Minh Xuân et Vĩnh Lộc, avec 496 sociétés à responsabilité limitée, 110 entreprises individuelles et 770 entreprises familiales (hộ sản xuất cá thể). La plupart de ces entreprises n’ont pas de système de traitement des eaux usées, ou si elles en ont un, ce dernier ne traite pas correctement les eaux selon les normes en vigueur. En 2008, les autorités compétentes ont contrôlé 720 entreprises représentant un risque pour l’environnement. 281 entreprises ont été sanctionnées administrati- vement. Il faut dire que la gestion de l’environnement n’est encore qu’à ses débuts et présente nombre de faiblesses. Les entreprises laissent « innocemment » leurs déchets non traités dans le milieu environnant. Le résultat est que 74 sur 226 cours d’eau (rivières, canaux, arroyos) sont pollués gravement. Parmi ces cours d’eau, six rivières et canaux sont d’importance régionale et relient plusieurs provinces, 39 canaux et arroyos relèvent de la compétence du district, enfin 29 canaux et arroyos de la compétence de la ville. 30 rivières, canaux et arroyos dont les arroyos Ông Ðồ, Tua Bể, Rạch Cung, les canaux A et B, etc. sont pollués au plus haut degré. Ces cours d’eau véhiculent maintenant une eau noire et malodorante, source de maladies. Les autres rivières, canaux et arroyos ne remplissent plus leur fonction dans la vie quotidienne, dans la production agricole et dans l’aquaculture (Service des Ressources naturelles et de l’Environnement, 2008).

35Les canaux aux eaux noires sont actuellement l’image courante de la zone périurbaine. Les canaux à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A sont tous noirs et charrient une quantité d’ordures. Le canal B, en bordure de la commune de Vĩnh Lộc A et de la commune de Lê Minh Xuân est particulièrement pollué. Les habitants regrettent maintenant l’ancien temps :

Ce canal B était gorgé autrefois de poissons et de crevettes. Le soir les enfants et les adultes venaient se baigner et s’amuser. Maintenant les déchets de la zone industrielle polluent l’eau qui est devenue pourrie et noire. Nous ne pouvons plus supporter l’odeur nauséabonde venant du canal, surtout quand le vent se lève. Parfois on ne finit même pas le repas. (Trọng Đạt, 2008.)

La pollution de l’environnement est due aux déchets rejetés par les unités de production, les usines et les zones industrielles dans les zones périurbaines qui ne se préoccupent pas du traitement de leurs déchets, ou qui le font, mais d’une façon non-conforme à la législation. Selon le Service des Ressources naturelles et de l’Environnement, la qualité de l’environnement de Hô Chi Minh-Ville se dégrade et les cours d’eaux (canaux, arroyos) sont gravement pollués à cause de l’activité industrielle et de la petite industrie, mais aussi des activités de service et de l’activité domestique. Le canal Thầy Cai - An Hạ est également pollué à cause des eaux rejetées par les 57 entreprises de production et de transformation du caoutchouc, de la colle industrielle, du papier recyclé, des teintures, des produits chimiques, des produits alimentaires pour les humains et pour les animaux, etc. La région Suối Cái - Suối Nhum a pour fonction d’évacuer l’eau pour un bassin de 16 000 ha dont 472 ha sur le territoire de Hô Chi Minh-Ville et 1126 ha sur le territoire de la province de Bình Dương. Actuellement, les 34 entreprises travaillant dans les secteurs divers (élevage et transformation des produits de la pisciculture, produits alimentaires, fabrication du papier, teinture et tissage, etc.) rejettent chaque jour environ 8 000 m3 d’eaux non traitées qui polluent fortement l’environnement. Le canal Ba Bò qui avait autrefois la fonction d’évacuer l’eau de la région des provinces de Bình Dương et Thủ Đức, doit accepter un grand volume d’eaux usées des trois zones industrielles de Đồng An, Sóng Thần I et Sóng Thần II, soit 15 000 m3 par 24 heures. Actuellement, ce canal ne peut plus évacuer normalement les eaux, il pollue l’environnement et inonde régulièrement les habitations des 3 000 personnes vivant sur ses rives.

Figure 7.3 : Canaux gravement pollués à cause des déchets de la zone d’industrie de Vĩnh Lộc

Figure 7.3 : Canaux gravement pollués à cause des déchets de la zone d’industrie de Vĩnh Lộc

La situation dans la commune de Bà Điểm n’est pas meilleure. Un habitant raconte : « Autrefois, mon enfant s’y lavait chaque soir avant de rentrer à la maison. Maintenant l’eau est noire comme l’huile de la machine. » (Trọng Đạt, 2008.) Devant cette situation, les autorités locales, soit ne sont pas bien au courant, soit, en raison d’intérêts divers, ne tiennent pas compte des plaintes formulées par les habitants. La pollution empire donc d’année en année. De leur côté, les habitants de la zone, occupés à gagner leur pain quotidien, ne sont pas conscients des conséquences sur leurs conditions de vie actuelles. Ils ne savent pas non plus comment se protéger, à quelles autorités s’adresser. Les plaintes n’aboutissant pas, ils se résignent à vivre dans ces conditions catastrophiques.

36La commune de Bà Điểm était réputée pour ses jardins de bétel et d’aréquier, car elle est située sur une petite hauteur propice à leur culture. Actuellement la commune est menacée par les inondations à cause du rétrécissement des cours d’eau suite au remblayage des étangs et des mares afin de pouvoir construire. L’eau de pluie a donc du mal à s’évacuer. Des jardins de bétel commencent à être attaqués par les eaux polluées. La terre achetée pour nourrir le bétel étant prélevée sur des parcelles polluées, le résultat est catastrophique. Le jardin de M. Sáu Phì au hameau de Tiền Lân de la commune de Bà Điểm en est un exemple typique : après avoir répandu de la terre achetée ailleurs sur le jardin qui compte plusieurs centaines de pieds, il voit les grandes feuilles d’un vert brillant devenir jaunâtre, puis les lianes mourir.

37La poussière est une autre cause de la pollution. Les infrastructures de Bà Điểm qui manquaient déjà cruellement, doivent faire face maintenant à la hausse/croissance démographique et à l’augmentation de la circulation automobile. Le tronçon reliant la rue Phan Văn Hớn à la route nationale n° 22 à destination de Bà Điểm, Xuân Thới Thượng - Vĩnh Lộc A, est considéré comme la « route la plus poussiéreuse » de la commune. Depuis plus de dix ans, cette route large d’environ 4 mètres n’a jamais fait l’objet d’une rénovation. Et pourtant tous les jours, de 300 à 400 camions de toutes catégories passent ici pour rejoindre la zone industrielle de Vĩnh Lộc, limitrophe de la commune de Bà Điểm. La route est déformée et compte de nombreux trous au milieu de la route. Pendant la saison sèche, la poussière couvre les maisons de deux côtés, tandis qu’à la saison des pluies, ces « nids-de-poule » deviennent des « bassins » gardant l’eau pendant plusieurs jours.

38Notre enquête montre que la pollution des eaux, ainsi que le bruit, la fumée et la poussière, sont les causes de dégradation du cadre de vie les plus citées.

Tableau 7.2 : Les facteurs de nuisance dans l’environnement en 2007

Bà Điểm Vĩnh Lộc A
% %
Eau stagnante 52,7 38,0
Bruit 48,7 48,0
Poussières et fumée 40,0 49,3
Manque d’espaces verts 15,3 20,0

Les habitants de la zone périurbaine sont actuellement très préoccupés par la dégradation de l’environnement. Jusqu’à 48,6 % des personnes interrogées à Bà Điểm et 53,2 % de celles interrogées à Vĩnh Lộc A expriment l’idée qu’ils ont la sensation d’être à l’étroit et étouffées par le milieu environnant (tableau 7.2).

39La population des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A doit maintenant faire face à de multiples problèmes suite aux transformations de l’environnement. L’absence d’air pur, le manque d’eau propre, les déchets et les ordures, la poussière et la fumée, ainsi que les bruits engendrés par les véhicules motorisés, sont les premiers signes perceptibles d’une zone rurale en voie d’urbanisation.

Changements dans le paysage architectural

Habitation

40L’habitation reflète la relation de l’homme par rapport au milieu naturel. Les Vietnamiens considèrent qu’il faut d’abord s’installer pour ensuite pouvoir réussir sa vie (an cư, lạc nghiệp). La maison est donc tenue en haute considération. Ce n’est pas seulement le lieu d’habitation, c’est aussi le lieu de conservation des valeurs culturelles familiales transmises de génération en génération, le lieu où ont lieu les repas de fête et de commémoration, le lieu de réunion de tous les membres de la famille. Les efforts de toute une famille tendent donc vers la construction d’une maison familiale.

41L’habitation traditionnelle des familles riches dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A est construite en bois précieux. Les familles pauvres habitent des maisons au toit de chaume comme on peut le voir dans d’autres zones rurales du delta du Mékong. Notre enquête montre que sur les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A existent trois types de maisons locales typiques.

Maison en forme de caractère đinh (nhà chữ đinh)

42La maison en forme de caractère đinh compte plusieurs colonnes. Elle est composée de deux parties qui sont perpendiculaires pour former ce caractère, d’où son nom. La porte de la partie secondaire (nhà phụ) a la même orientation que la partie principale (nhà chính). Les deux parties se trouvant sur le même plan, il est très pratique d’aménager les lieux de réception pour les occasions diverses. Ce type de maison incorpore souvent un préau (dãy hàng ba) qui la protège du soleil et de la pluie. L’entrée dans la maison ne s’ouvre jamais directement sur la partie principale, mais on entre par une porte menant à la partie secondaire. Devant la maison, on dispose souvent des jarres de plantes décoratives. L’intérieur des maisons est souvent semblable. Dans la partie principale, l’autel des ancêtres est disposé dans la travée du milieu et dans les deux travées de côté. Deux divans sont posés devant l’autel, à gauche et à droite. Dans la travée du milieu, face à l’autel, on dispose une table rectangulaire avec 6 ou 8 chaises à dossier. L’espace de cette partie de la maison est réservé à la réception des invités de marque, des personnes âgées et respectées dans le village, ou bien lors des grandes occasions telles que le mariage, l’enterrement, l’anniversaire de la mort d’un ancêtre.

Figure 7.4 : Maison en forme du caractère đinh, hameau de Đông Lân, Bà Điểm

Figure 7.4 : Maison en forme du caractère đinh, hameau de Đông Lân, Bà Điểm

Maison cửa rống

43Ce type d’habitation est répandu à Vĩnh Lộc A et dans le district de Hóc Môn en général, dans les familles aisées. Il a fait son apparition à l’époque coloniale, notamment dans les années 1940. C’est un type de maison typique pour la région du Sud-Est du delta du Mékong, comme le dit le vers « Bình Dương cửa hông, Hóc Môn cửa rống », mentionnant deux architectures typiques de Bình Dương et de Hóc Môn. Une maison nhà cửa rống est souvent large de 10 m, avec un sol carrelé avec des carrelages dits « chinois » (gạch tàu). La porte principale se trouve au milieu et est faite en bois. Sur les côtés se trouvent deux portes cửa rống (qui donnent le nom à la maison) de forme rectangulaire avec dix barres en bois distantes de 5 cm les unes des autres. L’intérieur est similaire à celui d’une maison en forme de caractère đinh.

Maison à trois travées et deux pentes (nhà ba gian hai chái)

44Ces maisons se trouvent essentiellement à Bà Điểm. Ce sont les maisons anciennes, vieilles de plus de cent ans. Pour posséder une maison de ce type, le propriétaire devait être riche et avoir une responsabilité dans la commune, par exemple propriétaire terrien điền chủ, ou notable hương chức. La maison est construite en bois précieux (gõ, thau lau, etc.), avec une toiture en tuile ngói âm dương, et une fondation apparente (móng nổi) en pierre bleue (đá xanh). Une maison de petite taille compte environ 24 colonnes, une maison moyenne en compte 48. Une maison de grande taille, comme celle du M. Lê Văn Dương au hameau de Trung Lân, construite il y a 120 ans, compte 20 colonnes rondes et 60 colonnes carrées, plus 18 colonnes carrées dans la cuisine et 14 qui supportent le préau devant la maison. Dans sa maison, M. Lê Văn Dương conserve encore l’autel des ancêtres incrusté de nacre et du mobilier en bois précieux.

45La maison est richement décorée. Selon les personnes âgées, il faut un ou deux ans pour construire une maison de ce type. À l’intérieur, on décore souvent avec les caractères Phúc (Bonheur), Thọ (Longévité), Hỷ (Joie). Parfois on trouve le thème des huit objets précieux (bát bửu) symbolisant l’immortalité : ce sont l’éventail, l’épée, la corbeille de fleurs, la jarre d’alcool, le lotus (cái quạt, thanh gươm, giỏ hoa, bầu rượu, cây tre, hoa sen). Un autre thème peut être utilisé pour la décoration : les quatre amis (tứ hữu), qui comprend le prunier, l’orchidée, le chrysanthème, le bambou (mai, lan, cúc, trúc), ou encore les quatre saisons (tứ thời) avec le pin, le chrysanthème, le bambou, le prunier (tùng, cúc, trúc, mai), etc. Ces plantes ont également une forme : par exemple, un prunier a la forme du phénix (phượng), un bambou ou un pin ont la forme du dragon (rồng), etc. (Trần Quang Ánh, 2007, op. cit.).

46En dehors de ces trois types de maison, on trouve à Bà Điểm la maison dite nhà xếp đọi. Ce type de maison comprend deux parties parallèles. La partie dite « de devant » (nhà trên) est souvent plus large que la partie dite « de derrière » (nhà dưới), qui est plus longue et comporte une porte d’entrée.

47Ces maisons traditionnelles sont intégrées dans un ensemble harmonieux avec une cour à l’avant, un jardin à l’arrière, de grands arbres donnant de l’ombre selon le modèle « les bananiers sont derrière, les aréquiers sont devant » (chuối sau, cau trước) exprimant le souhait d’une vie en harmonie avec la nature.

48Depuis le début de l’urbanisation, ces maisons traditionnelles disparaissent peu à peu. En 1997, le Centre de recherches sur l’Asie du Sud-Est de l’Académie des Sciences sociales du Vietnam à Hô Chi Minh-Ville a fait une enquête de terrain (Tôn Nữ Quỳnh Trân, 1999) qui montre que la maison avec trois travées et deux pentes était encore répandue dans le hameau de Trung Lân de la commune de Bà Điểm. À l’heure actuelle, ce type de maison a presque disparu, car les jeunes générations ont fait des travaux ou ont reconstruit une autre maison. Quant à la maison nhà cửa rống, elle était encore en nombre en 1997 à Bà Điểm, telles les maisons du M. Tô Văn Tám, M. Lê Văn Kìa, M. Năm Kéo, etc. Actuellement la seule maison nhà cửa rống qui reste est celle de M. Năm Kéo au hameau de Tây Lân. Les maisons en forme de caractère đinh disparaissent également progressivement, car cette forme n’est plus appréciée par les habitants. Ceux qui ont les moyens souhaitent les démolir pour construire des maisons modernes comme en ville. À Vĩnh Lộc A, beaucoup de maisons qui gardent encore un aspect traditionnel sont en réalité réaménagées à l’intérieur pour être plus conformes à la vie moderne. La maison traditionnelle qui est un espace ouvert est donc transformée pour respecter l’espace de l’intimité de chaque membre de la famille. On voit également le changement dans des éléments architecturaux : la toiture en tuile est remplacée par des plaques de tôle, ou de la tôle imitation tuile, des colonnes en bois sont remplacées par des colonnes en ciment.

Tableau 7.3 : La tendance de la construction des habitations dans les deux communes en 2007

Tableau 7.3 : La tendance de la construction des habitations dans les deux communes en 2007

a. La maison en béton, ou villa.
b. Maison en forme du caractère đinh, Maison cửa rống, Maison avec trois travées et deux pentes (nhà ba gian hai chái).

La tendance majoritaire dans les deux communes enquêtées est à la construction d’habitations de type moderne (tableau 7.3). L’espace entourant les maisons traditionnelles a connu également un grand changement. Les villas, les maisons de type urbain sont en train de gagner du terrain et d’effacer l’espace ouvert des maisons traditionnelles. Beaucoup de maisons ont perdu leurs cours de devant et leurs jardins à l’arrière. Ces transformations sont partiellement motivées par le souhait des habitants des zones périurbaines d’être avec leur temps, de suivre le mouvement de la « nouvelle architecture », d’avoir des maisons plus modernes (des villas, des maisons à étage) alors que leurs conditions de vie se sont nettement améliorées. Une autre raison est liée au développement urbain qui rend plus cher le foncier, ce qui fait que les maisons traditionnelles construites sur le même plan semblent ne plus pouvoir s’adapter à la vie moderne.

Figure 7.5 : Maisons à architecture moderne dans la zone périurbaine à Bà Điểm

Figure 7.5 : Maisons à architecture moderne dans la zone périurbaine à Bà Điểm

À Vĩnh Lộc A où il y a de plus en plus de nouveaux habitants, des maisons au toit terrasse à la façon des maisons de ville remplacent au fur et à mesure les maisons traditionnelles. Ces nouvelles constructions sont souvent d’une architecture mélangée avec des couleurs criardes afin de répondre au goût des nouveaux riches. Les migrants de condition moyenne ou pauvre construisent des maisons basses et provisoires. Ces habitations sont de qualité inégale selon les revenus des propriétaires et selon leur situation juridique (légale ou illégale). Des jardins sont ainsi rasés, des étangs remblayés pour permettre la construction des maisons de type urbain avec une superficie variant entre 40 m2 et 80 m2. En résumé, ces maisons construites d’une façon anarchique contribuent à rendre chaotique le paysage de la zone.

Architecture des bâtiments publics

Le temple du génie tutélaire

49Le temple du génie tutélaire villageois (đình) fait partie de la culture villageoise traditionnelle. Le temple, qui était en même temps la maison commune villageoise, est indissociable de l’histoire du peuplement du territoire et de la fondation du village. La commune Bà Điểm a le đình Tân Thới Nhất. Vĩnh Lộc A a le đình Nam Hòa, qui est considéré comme un des đình les plus anciens de cette région car il date de la deuxième moitié du xixe siècle.

50Au début de la fondation des villages, chaque village avait un đình. Plus tard, en raison des fusions et des divisions administratives successives, un village peut avoir deux ou trois đình, alors qu’un autre n’a pas de đình.

51Dans le village d’autrefois, le đình était toujours situé dans un environnement arboré et paisible avec des arbres centenaires. Le đình Tân Thới Nhất à Bà Điểm était construit sur un très grand terrain qui abritait des oiseaux et des animaux sauvages. Pendant la résistance contre l’armée française, puis celle contre les Américains, ce đình était le lieu de repli pour les combattants vietnamiens.

52Le đình était un espace sacré respecté par toute la population. Les arbres qui poussent sur le territoire du đình étaient protégés par les habitants qui n’osaient pas les abattre sans autorisation de peur de commettre un sacrilège vis-à-vis des divinités.

53Aujourd’hui, l’espace autour des đình se rétrécit. Avec le temps, notamment depuis le début du processus d’urbanisation, des maisons sont même construites sur le terrain du đình qui n’a plus beaucoup d’arbres autour. Les maisons qui jouxtent le đình s’agrandissent, empiétant ainsi sur l’espace public du đình. L’espace public, comme l’espace communautaire, est ainsi détourné de son usage antérieur.

Pagode

  • 7 La branche Lâm Tế est d’origine chinoise. Au moment des troubles en Chine au XVIIe siècle liés au c (...)

54À Bà Điểm et Vĩnh Lộc A il existe plusieurs pagodes (chùa) telles que la pagode Giác Hoàng au hameau de Tiền Lân, la pagode Thiền Lâm au hameau de Đông Lân. Ces pagodes gardent globalement leur architecture d’origine, avec une toiture aux tuiles âm dương et des meubles en bois richement décorés. La pagode Giác Hoàng qui appartient à l’école Lâm Tế7 fut construite il y a environ 200 ans. Elle a une grande salle principale de 390 m2, et un grand jardin de 5 600 m2. Dans la pagode sont conservés six laqués rouges avec des décorations plaquées d’or qui datent de la fondation de la pagode, ainsi qu’une cloche haute de 1,40 m et large de 0,80 m fondue à l’époque de la dynastie Duy Tân au début du xxe siècle. La pagode contient de nombreuses statues, dont la statue du Bouddha et celle de l’Empereur de Jade, qui ont plus de 120 ans (Trần Quang Ánh, 2007, op. cit.).

55La pagode Thiền Lâm situé au n° 40/4 dans le hameau de Đông Lân sur la commune de Bà Điểm, ne respire plus le calme d’un lieu sacré. Des personnes se sont emparées du terrain devant l’entrée de la pagode. Le café Thanh Ly, dont la terrasse fait face à la pagode, diffuse une musique bruyante jour et nuit. Derrière la pagode se réunissent des jeunes qui viennent se droguer et se piquer.

Pagodon

56Le pagodon (miếu) est un des lieux de culte de la population locale. Le pagodon est souvent érigé sur un monticule, à proximité d’une route ou d’un buisson de bambous. Bien qu’il soit moins fréquenté que la pagode, le pagodon est construit et entretenu par la population de tout le village. Bà Điểm a un pagodon dédié à une divinité féminine, Bà Thiên Hậu (le pagodon est d’ailleurs appelé communément par la population locale comme la « pagode » de la déesse Thiên Hậu). À Vĩnh Lộc A, le pagodon Năm Bà (Cinq Dames) est dédié aux divinités féminines. Un pagodon peut être d’une petite superficie comme le sont ceux de ces deux communes. Avec le temps, si l’économie locale est prospère, le pagodon peut être agrandi. Cependant les pagodons subissent actuellement la pression de l’urbanisation. Dans les cours des pagodons Bà Thiên Hậu et Năm Bà, des gens s’installent pour vendre de la nourriture tous les matins.

Figure 7.6 : Des petits commerçants devant le temple Năm Bà

Figure 7.6 : Des petits commerçants devant le temple Năm Bà

Moyens de transport

57Les principaux moyens de locomotion de la population de la région Bà Điểm - Vĩnh Lộc étaient les véhicules tirés par les bœufs et par les chevaux, car la région est relativement haute par rapport au delta du Mékong. La charrette à cheval appelé « xe thổ mộ » était considérée comme le moyen de transport typique de la région. En effet, Bà Điểm était connu non seulement pour son bétel, mais encore pour ses charrettes à cheval. Dans la région de Hóc Môn on dénombrait jusqu’à 300 charrettes et 6 stations à charrettes qui fonctionnaient en permanence : Hóc Môn-Bùi Môn ; Hóc Môn - Đông Thạnh ; Hóc Môn - Thạnh Đông ; Hóc Môn - Thành Đông Năm ; Hóc Môn -Xuân Thới Thượng et Hóc Môn - Mỹ Hạnh (Sơn Nam, www.suutap.com). Conduire la charrette à cheval était un vrai métier qui nécessitait une autorisation spéciale. Le conducteur devait avoir plus de 18 ans être et en possession d’un permis de conduire. Ce permis pouvait être obtenu après un examen médical pour s’assurer de l’état de santé du candidat, ainsi qu’un examen des 36 signalisations routières devant un policier. Le conducteur de charrette à cheval était un métier reconnu et protégé par la loi (Trần Quang Ánh, 2007 : 68).

58En dehors de sa fonction principale qui est utilitaire, la charrette à cheval faisait partie du décor champêtre. L’écrivain Son Nam la compare à un orchestre :

Quand les chevaux allongent leurs pas, une symphonie monte au ciel dans l’harmonie de l’ambiance villageoise pour enlacer les sommets des feuilles d’aréquier. Le thème de cette symphonie est fait par le bruit des fers qui tapent joyeusement sur la route, par le son lốc cốc du fouet, par le lục lạc lắc cắc qui retentit au loin, le leng keng de la cloche, le hennissement du cheval en pleine puissance qui résonne dans la nuit profonde. (Sơn Nam, ibid.)

Vĩnh Lộc A connaissait également les charrettes à cheval. Bà Điểm étant relié à Vĩnh Lộc par les chemins intervillageois, les habitants se déplaçaient et transportaient des marchandises d’un lieu à un autre par charrettes à cheval. Avec le temps le cheval fut progressivement remplacé par le bœuf.

Figure 7.7 : Une des dernières charrettes à Vĩnh Lộc A

Figure 7.7 : Une des dernières charrettes à Vĩnh Lộc A

L’image de la charrette à cheval n’existe actuellement que dans le souvenir des personnes âgées. Les moyens de transport modernes comme la moto, le bus, la voiture, relèguent les charrettes tirées par les chevaux ou par les bœufs dans le passé. En 2007, presque toutes les communes de la zone périurbaine ont des lignes de bus. M. Trần Văn Tài, 63 ans, habitant du hameau de Đông Lân à Bà Điểm, a tout fait pour garder sa charrette à cheval comme un trait culturel du pays à bétel. Il a été obligé de vendre son cheval et sa charrette après vingt ans de métier, car aujourd’hui personne ne fait plus appel à ses services. Jusqu’au début de 2002, les habitants aux alentours du marché de Bà Điểm pouvaient encore voir tous les jours un cheval qui tirait une charrette chargée de marchandises arriver vers cinq heures du matin en provenance du marché de Trung Chánh. Puis un jour une agence de tourisme est venue l’acheter pour plus de dix millions de VNĐ. C’était sans doute la dernière charrette à cheval de la région.

59En 2007, à Bà Điểm nous avons encore vu des chevaux sur la route, mais c’étaient des chevaux de course. La charrette à cheval a vraiment disparu de Bà Điểm.

Tableau 7.4 : Moyens de transport principaux entre 1997-2007

Tableau 7.4 : Moyens de transport principaux entre 1997-2007

À dix ans de distance, entre 1997 et 2007, les moyens de transport ont considérablement changé à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A. En 1997 peu de personnes utilisaient les moyens de transport en commun, alors qu’en 2007 les chiffres sont en nette augmentation : à Bà Điểm la moto-taxi est passée de 4,3 % à 14,7 %, le taxi de 1,3 % à 10,7 %, le bus de 1,3 % à 41,3 %. Le nombre de personnes utilisant les transports en commun à Vĩnh Lộc A n’augmente pas aussi vite qu’à Bà Điểm, mais le changement n’est pas négligeable. Cependant, bien que les moyens de transport en commun deviennent de plus en plus courants, la plus grande part de la population se déplace par ses propres moyens, dont la moto est le moyen principal (92 % en 2007 à Bà Điểm et 82 % à Vĩnh Lộc A), comme d’ailleurs dans tout le Vietnam.

60On peut souligner les efforts des autorités locales et des autorités de Hô Chi Minh-Ville pour la modernisation des infrastructures routières et l’amélioration de leur qualité afin d’augmenter la qualité de vie des habitants.

La vie quotidienne

Alimentation et gastronomie

Alimentation quotidienne

61L’alimentation n’a pas seulement pour fonction de subvenir aux besoins énergétiques de l’homme, mais fait également partie de la culture. Chaque peuple, chaque région, chaque pays a ses spécificités dans le domaine culinaire. Les habitants des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A ont-ils une alimentation variée et une façon de préparer les plats spécifiques ?

La nourriture de tous les jours

  • 8 Liserons d’eau et autres légumes de même espèce.

62Bà Điểm et Vĩnh Lộc partagent la même caractéristique géographique : c’est une région assez vallonnée avec des étangs et des mares. À Vĩnh Lộc, on trouvait beaucoup de poissons, de crevettes, de grenouilles, des crabes de rizières, des escargots, des serpents, des rats des champs etc., ainsi que des légumes sauvages tels que rau đắng đất, rau muống, rau dừa8. Les aliments étaient cuits d’une façon simple à l’eau ou en potage. Les crevettes, les grenouilles, ou les crabes et les poissons pouvaient être également grillés sur le feu pour accompagner le riz blanc. Les légumes cultivés dans les jardins et les animaux domestiques enrichissaient encore le menu quotidien des habitants.

63Pendant la saison sèche, la nourriture était moins abondante, car les champs sont au sec. On cultivait les champignons et quelques autres légumes tels que les patates, les courges, etc. On faisait donc sécher les poissons et les crevettes pendant la saison des pluies pour les consommer pendant la saison sèche. Les plats populaires sont à base de poissons d’eau douce salés et séchés ou mis en saumure (cá lóc, cá sặc, cá rô phơi khô hoặc làm mắm).

64Pendant la saison des pluies, la nourriture était abondante : les légumes poussaient partout, les crevettes et les poissons pullulaient, notamment les poissons (, lóc, trê). Quand les grandes pluies arrivaient, on allait attraper les grenouilles et les rats des champs. Ces plats populaires, simples mais très goûteux, font la renommée de la région : grenouilles sautées aux pousses de bambous, rats des champs grillés ou mijotés (khìa) dans le lait de coco, anguilles grillées. La vie était facile et les habitants n’avaient pas besoin de se préoccuper de la nourriture de tous les jours. Selon l’écrivain Sơn Nam, Bà Điểm - Hóc Môn était une banlieue, loin de la grande ville, mais offrait un cadre de vie serein et prospère, d’une riche campagne du type « ruộng vườn » champs-jardin (Tạ Văn Thành, 1994).

65Actuellement les changements survenus dans l’environnement font que les sources de nourriture qu’on trouvait dans la nature n’existent quasiment plus. La pollution de l’environnement et l’abandon des champs font que les poissons d’eau douce et les grenouilles, etc., très nombreux auparavant, ont pratiquement disparu. Cela est également dû à l’utilisation excessive des insecticides et des désherbants notamment pendant la saison de reproduction. Aujourd’hui, les habitants de la zone doivent désormais acheter même les légumes au marché.

66Du point de vue culinaire, les plats du menu quotidien sont simples : souvent le riz est accompagné par un potage et un autre plat mijoté, revenu à la poêle, ou des légumes cuits à l’eau. On cherche avant tout l’équilibre entre les protéines et les légumes.

67Dans la zone périurbaine, une partie de la population est végétarienne et souvent bouddhiste pratiquante. Certains sont végétariens tous les jours, d’autres ne mangent les plats végétariens que deux fois par mois, au premier jour et au quinzième jour du mois du calendrier lunaire.

68Pour les habitants de cette région, la quantité est préférée à la qualité. Leurs manières sont simples et les plats sont décorés sommairement. Ils sont disposés sur la table, ou sur un plateau posé sur le grand lit de camp. Toute la famille mange à la même table sans distinction, mais on réserve les meilleures places pour les grands-parents et les parents. Dans le repas au quotidien, on buvait peu. Les personnes âgées « dégustent » parfois un petit verre d’alcool. Après le repas, les adultes ont l’habitude de boire le thé, alors que les enfants, les jeunes et les femmes n’y ont pas droit. Ce sont souvent les femmes qui sont chargées de débarrasser la table et de faire la vaisselle. On boit le thé plusieurs fois par jour, notamment tôt le matin ou après les repas. Dans chaque maison on garde toujours une théière au chaud, dans une coque de noix de coco ou enveloppée dans du tissu, pour offrir le thé aux invités quand ils arrivent.

69Globalement, les manières de manger des habitants de la zone périurbaine n’ont pas beaucoup changé. Cependant, on n’attache plus la même importance à certaines choses, par exemple les repas en commun qui réunissaient obligatoirement tous les membres de la famille. Maintenant si un membre doit partir plus tôt, il peut manger avant les autres, tout comme celui qui est encore occupé peut rentrer manger plus tard. Un repas réunissant la famille au complet devient de plus en plus rare… En ce qui concerne les boissons, en 1997 on buvait pendant le repas de l’eau ou du thé, alors que maintenant on boit plutôt le thé glacé, des boissons sucrées, ou de la bière, voire du vin « occidental » dans les familles aisées.

Les plats des jours de fête

70On peut dire que la nourriture au quotidien reflète la culture familiale, alors que les plats confectionnés lors des grandes occasions telles que les commémorations, le Nouvel An, etc. reflètent la culture communautaire.

71Un banquet est une occasion pour offrir à manger au voisinage et à la parentèle. Les plats sont plus riches et variés, on mange sans compter. En général, les invités sont nombreux, ce qui fait que la famille doit préparer de la nourriture pendant plusieurs mois, en élevant par exemple des poulets, des canards, des cochons ou des bœufs.

  • 9 Soupe acide à base de viande ou de poisson, du khổ qua mijoté, marinade de porc ou de poisson.

72Pendant le banquet, on consomme des boissons variées. Les hommes boivent le plus souvent de l’alcool de riz ou de la bière, alors que les femmes et les enfants boivent des boissons sucrées telles que Pepsi ou Coca Cola, etc. Bà Điểm est réputé de longue date dans toute la région pour son alcool de riz très parfumé et distillé à partir d’un riz onctueux choisi avec soin. Les plats traditionnels de la région tels que canh chua, khổ qua hầm, thịt kho9 sont préparés à ces grandes occasions. On voit apparaître d’autres plats nouveaux tels que le ragoût, les soupes, le bœuf grillé, les homards cuits à la vapeur de bière, la fondue aux viandes et aux légumes, ainsi que des plats préparés.

73À l’occasion d’un repas d’anniversaire de la mort d’un ancêtre, les familles pauvres préparent souvent quelques poulets ou canards, quelques plats pour faire l’offrande aux ancêtres. Tous partagent ensuite le repas. En général, aux repas d’anniversaire sont invités seulement les représentants de la lignée et les voisins proches.

74À l’occasion des fêtes, on confectionne également des gâteaux salés ou sucrés à partir du riz (bánh tét, bánh ít, bánh bò, etc.). Certaines familles préparent aussi le riz onctueux et le riz onctueux alcoolisé. Les gâteaux étaient autrefois confectionnés par les femmes et les filles de la maison. Aujourd’hui on les achète en général au marché, y compris les bánh tét et bánh ít considérés comme les gâteaux traditionnels. En fait, la confection de ces gâteaux est devenue chère, car tout doit s’acheter, alors qu’auparavant on avait tout dans sa maison et son jardin. Les jeunes ne savent plus faire ces gâteaux et les savoir-faire gastronomiques se perdent peu à peu. Une autre raison en est que, les contraintes sociales se multipliant, les familles subissent une pression chaque jour plus forte. La confection des gâteaux ou la préparation des plats ne signifie pas seulement la protection et la sauvegarde des plats traditionnels, mais ces repas de fête étaient et sont encore une occasion pour que toute la famille se réunisse autour d’un plateau. Pour cette raison, on portait une attention particulière à préparer les plats et à faire les gâteaux. La mode actuelle d’acheter des gâteaux au marché ne contribue certainement pas à donner plus de chaleur aux relations familiales.

75C’est également le cas des grands banquets qui étaient autrefois l’affaire de la famille. Actuellement, lors des fiançailles et des mariages, mais parfois lors des anniversaires de la mort des ancêtres, les habitants de la zone ont tendance à faire appel aux cuisiniers professionnels. Ceux-ci introduisent de plus en plus de nouveaux plats. On voit ainsi dans la zone périurbaine des banquets comprenant à la fois des plats traditionnels et des plats modernes.

Fumer

76Ce sont les hommes qui ont l’habitude de fumer. Autrefois, le tabac, appelé ici thuốc rê, était très courant car le tabac se cultivait largement à Vĩnh Lộc A et Bà Điểm. Le tabac de cette région était connu pour son goût et son arôme, car l’eau d’arrosage était tirée des sources souterraines limpides. À Vĩnh Lộc A, on cultivait le tabac pour sa consommation personnelle, mais également pour fournir en matière première les usines de tabac en ville. Le métier de cultivateur de tabac est un métier difficile. Les feuilles arrivées à maturité doivent être cueillies tôt le matin. On ne fait pas la cueillette les jours de pluie car les feuilles peuvent s’abîmer pendant l’étape de la fermentation, ce qui nuit à la qualité du tabac. Les feuilles sont mises en tas pour la fermentation entre 3 et 5 jours. Elles sont ensuite coupées en très fines lamelles, souvent pendant la nuit pour être séchées au soleil du matin. Le tabac est ainsi séché pendant quelques matinées, puis conditionné en paquets afin de garder l’arôme.

77À Bà Điểm comme à Vĩnh Lộc A, les hommes roulent de grosses cigarettes, sans doute parce que la matière première y est abondante. Autrefois, chaque famille, riche ou pauvre, avait toujours du bétel et de la noix d’arec, ainsi que du tabac thuốc rê pour en offrir aux invités.

78On cultive encore de nos jours le tabac à Bà Điểm et à Vĩnh Lộc A, mais beaucoup moins. Les fumeurs changent également leurs habitudes et les jeunes fument le plus souvent les cigarettes manufacturées pour des raisons de commodité.

Le bétel et la noix d’arec

79Les Vietnamiens disent que « le bétel et la noix d’arec entament la conversation » (miếng trầu là đầu câu chuyện). Le bétel et la noix d’arec (trầu cau) sont en effet porteurs de sentiments, comme le dit ce poème populaire :

À notre rencontre nous mâchons du bétel et de la noix d’arec
Afin de sceller notre relation qui durera

(Gặp nhau ăn một miếng trầu
Gọi là nghĩa cũ về sau mà chào)

Le bétel et la noix d’arec sont le symbole d’une relation amoureuse, d’une relation harmonieuse et durable comme celle du bétel et de la noix d’arec qui se mangent toujours ensemble. Les lianes de bétel bien vert et les aréquiers qui montent droit au ciel donnent une sensation paisible et sont les symboles du pays natal pour chaque Vietnamien.

80L’écrivain Sơn Nam écrit ainsi sur le bétel et la noix d’arec de la région de Bà Điểm - Hóc Môn :

Les marchands achètent le bétel à Hóc Môn-Bà Điểm pour le descendre jusqu’au grand marché de Chợ Lớn. Ils le transportaient à pied et parcouraient tous les jours 20 km à l’aller et autant au retour. Le bétel se cultivait en grandes quantités. Autrefois, les hommes comme les femmes, et même les jeunes, tous mangeaient du bétel, on offrait un morceau de bétel quand on rencontrait une connaissance. (Sơn Nam, www.suutap, ibid.)

Figure 7.8 : Mme Tư mange du bétel

Figure 7.8 : Mme Tư mange du bétel

Actuellement, les personnes âgées mangent encore du bétel. Les jeunes ne gardant plus cette coutume, le nombre de personnes consommant du bétel est en baisse constante.

81Globalement, les manières de manger et de fumer des habitants de la zone périurbaine changent avec le processus d’urbanisation. On peut regretter qu’un certain nombre de spécialités de la région soit en voie de disparition, mais en fait la manière de manger reste la même. En contrepartie, le menu s’est enrichi d’autres nouveaux plats et de nouvelles boissons. Les repas qui comprenaient autrefois seulement du riz blanc, du potage aigre et de la viande mijoté, sont plus riches et plus nourrissants. On peut noter également que les équipements de la cuisine facilitent le travail des ménagères. De ce point de vue, l’urbanisation représente un certain point positif et contribue à la sauvegarde d’une culture locale.

Habillement

Vêtements de femmes

82Autrefois, les femmes du Sud portaient, les jours ordinaires, l’ensemble noir áo bà ba, accompagné par l’écharpe noir et blanc khăn rằn, et un chapeau conique nón lá. C’était l’image habituelle qu’on pouvait voir à Bà Điểm - Vĩnh Lộc A. Pendant la guerre, c’était également l’image des femmes qui transportaient des munitions à Vĩnh Lộc A, ou bien celles des femmes combattantes à Củ Chi, célèbre par ses galeries souterraines abritant la guérilla. Ces « soldats de l’armée aux cheveux longs » de Bà Điểm portaient un chapeau souple en tissu, mũ tai bèo, au lieu du chapeau conique.

83Pour les fêtes ou le Nouvel An, les jeunes femmes s’habillent avec un ensemble áo bà ba ou une tunique áo dài de couleurs différentes. Dans les années 1930, la tunique áo dài a été modernisée pour avoir la forme de la tunique actuelle devenue un symbole de la culture vietnamienne. La tunique est un produit de la culture urbaine, mais est acceptée par les femmes des zones périurbaines qui aiment la mettre les jours de fêtes locales.

84En ce qui concerne la coiffure, les femmes des zones périurbaines laissaient souvent pousser les cheveux qui sont relevés en chignon. Elles les couvraient par un foulard ou par un chapeau conique.

85Actuellement, l’influence de la ville atteint également le domaine vestimentaire. Les jeunes femmes commencent à mettre des jeans, des chemises de couleurs, des tee-shirts, voire parfois des débardeurs. Globalement le style vestimentaire des femmes actuelles est plus simple et plus commode. Elles aiment également les bijoux et portent des bracelets et les boucles d’oreilles de styles variés. Plusieurs commencent à se parfumer et à se maquiller pour les sorties et les réceptions. Les chapeaux souples en tissu remplacent les chapeaux coniques traditionnels.

86Les vêtements traditionnels, l’ensemble áo bà ba et le chapeau conique, ne sont plus portés comme avant du fait principalement du changement d’activité. Maintenant très peu de femmes travaillent dans les champs. Le changement observé dans leur style vestimentaire montre que les femmes se soucient d’être avec leur temps. Le niveau de vie augmente, ce qui leur permet de penser aux soins de beauté. À plusieurs endroits tels que les rues Nguyễn Thị Tú, Quách Điêu, la route du hameau Cinq à Vĩnh Lộc A, et les rues Phan Văn Hớn, Nguyễn Ảnh Thủ à Bà Điểm, on voit s’ouvrir plusieurs boutiques de soins de beauté. Les salons de coiffure, de soins des ongles, etc. attirent un nombre important de clientes.

Vêtements d’hommes

87Les hommes portaient autrefois un ensemble en tissu noir avec une coupe large et confortable appelé également bà ba. Le haut est appelé áo bốn thân il est constitué d’un col droit et se boutonne au milieu. Pour les grandes occasions, les hommes mettaient le même ensemble, mais souvent de couleur blanche. Les notables portaient un ensemble bà ba blanc couvert par une tunique noire. Les cheveux longs étaient relevés en chignon du type « tête d’ail » (củ tỏi) et couverts par un foulard. À l’époque coloniale, les hommes ont adopté progressivement les vêtements occidentalisés. Dans les années 1960, les fonctionnaires portaient un ensemble constitué d’une chemise, d’un pantalon « occidental » et des chaussures « occidentales ».

88On peut dire que les vêtements sont un élément culturel qui se diffuse facilement et largement de la ville vers la zone rurale. Les nouvelles modes sont adoptées par les habitants, avec enthousiasme par la jeunesse. Cela est possible grâce aux contacts, au quotidien, des habitants de la ville et de la campagne. Beaucoup d’habitants de la zone périurbaine actuelle vont tous les jours travailler en ville. On peut mentionner également le contact entretenu par la télévision et le cinéma qui sont un vecteur de transmission rapide. Cependant la nouvelle tendance du style vestimentaire des jeunes n’est pas toujours une réussite. Influencés par les films commerciaux, notamment les films de Hongkong et de Corée, les jeunes, dont beaucoup ont abandonné l’école, s’habillent n’importe comment et laissent pousser les cheveux qu’ils font teindre de couleurs criardes.

  • 10 « Coiffure en salle climatisée pour homme et femme » comme les salons de Yến Nhi, Khánh Ly, Ngọc Qu (...)

89D’une façon générale on peut dire que les hommes ont actuellement des styles vestimentaires plus variés. À la maison ils mettent un short, un tee-shirt ou une chemise manches courtes, et portent des sandales en plastiques ou des tongs. Pour sortir ils mettent une chemise ou un tee-shirt de couleur, un pantalon ou un jean. Certains portent également une paire de lunettes de soleil ou autre type de lunettes à la mode. Les cheveux sont généralement coupés court, mais avec des coupes variées : avec une raie au milieu ou sur le côté, ou coupe au carré, etc. On voit de jeunes hommes se parfumer et utiliser un spray coiffant pour fixer les cheveux. Autrefois les hommes à Bà Điểm comme à Vĩnh Lộc A vivaient de l’agriculture et rares étaient ceux qui s’occupaient de problèmes esthétiques. Le plus souvent on allait chez un coiffeur à proximité de la maison pour raccourcir les cheveux. Maintenant les choses ont changé : la coupe de cheveux peut être accompagnée par d’autres services tels que curage d’oreilles, rasage, lavage des cheveux, coloration des cheveux, massage, etc. Le besoin de soins de « beauté » des messieurs est satisfait pleinement par un grand nombre de salons de coiffure. Sur la route nationale 1A, entre le carrefour An Sương et le quartier de Bình Hưng Hòa B, district de Bình Tân sur le territoire de la commune de Bà Điểm, on peut voir de nombreux salons de coiffure10.

90Une partie de la jeunesse de la zone périurbaine à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A se laisse aller à des modes extravagantes avec des habits dénudés qui choquent certains habitants. Le résultat de l’enquête montre que jusqu’à 52 % des personnes interrogées à Bà Điểm et 45,3 % à Vĩnh Lộc A expriment leur désapprobation par rapport au style vestimentaire trop « à la mode » des jeunes actuels. Cependant, d’un certain point de vue, il faut reconnaître que le style vestimentaire des jeunes répond au besoin de valoriser l’individu, le « moi », et reflète donc la tendance à intégrer plus facilement les nouveautés chez les populations jeunes.

91Les autorités locales se préoccupent de sauvegarder les habits traditionnels à l’occasion des fêtes. Le charme de l’ensemble bà ba est considéré comme un trait original de la culture des anciens paysans de la zone périurbaine. L’urbanisation contribue réellement à effacer la différence vestimentaire entre la ville et la campagne.

Changements dans la culture/vie spirituelle

92Les changements de la culture dans le domaine spirituel dans le processus d’urbanisation sont difficiles à mesurer et quantifier. Nous essayerons ici d’analyser les changements qualitatifs dans les coutumes et les habitudes de la population locale.

Changement de certaines traditions

Mariage

Rôle des intermédiaires

93Le mariage demandait autrefois des rites complexes. Le garçon et la fille qui voulaient se marier étaient obligés de passer par des intermédiaires (ông mai bà mối). Ce sont des hommes et des femmes d’un âge avancé sachant bien parler, ayant une large culture et du prestige. En général, les intermédiaires représentent la famille du garçon. Ils choisissent un jour faste pour prendre contact avec la famille de la fille. Le rôle des intermédiaires est très important pour l’avenir du couple. C’est pour cela, qu’avant d’accepter la mission, ils essaient de connaître au mieux les familles de la fille et du garçon, notamment pour voir si les deux familles sont du même niveau social (môn đăng hổ đối) et si le couple s’aime vraiment. Car s’il y a des problèmes ultérieurs dans le couple (on dit alors que « le riz n’est pas cuit, le potage n’est pas bon », (cơm không lành canh không ngọt) la faute sera attribuée aux intermédiaires.

94Dans la zone périurbaine actuellement le rôle des intermédiaires n’est plus aussi important, et l’on peut même dire que leur présence est purement formelle. Notre enquête de terrain sur les deux localités de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A confirme cette tendance.

Tableau 7.5 : Le rôle de l’entremetteur dans le mariage actuel en 2007

Tableau 7.5 : Le rôle de l’entremetteur dans le mariage actuel en 2007

Jusqu’à 72,2 % de personnes interrogées à Bà Điểm et seulement 32,7 % à Vĩnh Lộc A disent qu’on ne recourt plus aux intermédiaires dans le mariage. Bà Điểm a donc nettement plus changé dans ce domaine que Vĩnh Lộc A.

Conception du mariage

95Les grands-parents et les parents avaient un rôle décisif dans le choix du conjoint de leur enfant. On suivait le principe « l’enfant reste là où les parents le mettent » (cha mẹ đặt đâu thì con ngồi đấy). Les parents recouraient aux médiums pour savoir si les années de naissance des jeunes leur assureraient une vie de couple durable. Dans les bonnes familles (gia đình gia giáo) le mariage était une affaire extrêmement importante. On considérait que la fiancée devait être conforme aux enseignements confucéens « trois obéissances, quatre vertus » (tam tòng, tứ đức).

96Dans la société actuelle les choses sont devenues plus simples. Plusieurs familles de Bà Điểm et de Vĩnh Lộc A reconnaissent, lors de notre enquête, que le rôle des parents dans le mariage de leurs enfants n’est plus comme avant. On a des cas où le couple s’occupe même de la date et du lieu du mariage. Les parents sont alors invités pour être témoins du mariage.

97Même dans les bonnes familles, le choix de la bru n’est plus aussi sévère. Selon les personnes âgées, les filles de la région Bà Điểm - Hóc Môn recevaient une éducation complète et stricte ; elles étaient réputées pour leur vertu et leur douceur. Dans le processus d’urbanisation actuel, le mode de vie urbain influe d’une façon certaine sur l’éducation familiale traditionnelle. On a vu que les banquets ne sont plus confectionnés par la famille, car on peut faire appel à des professionnels, et les gâteaux s’achètent désormais au marché. La couture et la broderie se perdent également car la plupart des femmes achètent des vêtements prêt-à-porter au marché. Les changements objectifs dans la vie quotidienne contribuent au changement des conceptions sur le mariage.

Rites du mariage

98Les rites du mariage traditionnels dans le milieu rural en général et à Bà Điểm - Vĩnh Lộc A en particulier, étaient très complexes. Un mariage ne comptait pas moins de six rites lễ. Chaque rite comprenait plusieurs rituels nghi thức tels que l’allumage des lampes, l’ouverture du plateau de bétel, le remerciement à l’adresse des parents, etc.

99Six rites suivants : 1/ Nạp thái : la famille du garçon rend visite à la famille de la fille pour annoncer l’intention de se lier par une alliance ; on l’appelle parfois le rite de coi mắt ; 2/ Vấn danh : c’est le rite pour demander le nom de la fille et celui de sa mère ; 3/ Nạp cát : la famille rend visite à la famille de la fille pour confirmer que les années de naissance de la fille et du garçon sont en harmonie, hợp tuổi ; 4/ Nạp trưng : la famille du garçon apporte des cadeaux à la famille de la fille pour confirmer la demande en mariage ; 5/ Thỉnh kỳ : la famille du marié demande de fixer le jour et l’heure du mariage ; on apporte les vêtements et les bijoux en cadeau à la mariée ; 6/ Thân nghinh : cérémonie de mariage, rước dâu.

100Aujourd’hui le mariage s’est beaucoup simplifié. De six rites, il n’en reste que trois, voire deux rites seulement. Les rites nạp thái et vấn danh sont regroupés en un seul rite, celui de la demande en mariage (lễ dạm ngõ). Les rites nạp cát et thỉnh kỳ sont regroupés en un seul rite des fiançailles (lễ hỏi). En dernier lieu intervient le rite du mariage (lễ cưới). Certaines familles ne pratiquent plus le rite de la demande en mariage. Le rituel de l’ouverture du plateau de bétel (giở mâm trầu) est inclus également pendant qu’on allait chercher la fiancée (lễ đón dâu) lors du mariage.

101Le changement de rituel est accompagné par le changement de la nature des offrandes. Autrefois un plateau de bétel et un régime de noix d’arec étaient obligatoires. On apportait un soin particulier à la préparation de ces offrandes : le bétel et la noix d’arec devaient être soigneusement choisis, les feuilles de bétel devaient être fraîchement cueillies. Maintenant, quelques noix d’arec suffisent, bien que Bà Điểm ne manque pas de noix d’arec. C’est plutôt leur valeur symbolique qui compte. On présente des chiques de bétel et quelques noix d’arec coupées en quartiers sur une assiette, le tout est accompagné par deux bouteilles d’alcool. Autrefois on offrait l’alcool distillé sur place, mais maintenant ce sont les alcools importés coûteux.

102Les rituels pendant le mariage sont simplifiés. Les mariés ne sont plus obligés d’apprendre à s’agenouiller, mais vont simplement saluer les ancêtres (xá tổ tiên), les grands-parents et parents (ông bà và bố mẹ). Le rituel d’invitation à boire l’alcool est également une invitation symbolique qui ne demande pas de boire vraiment de l’alcool. En somme, tout est plus simple et prend moins de temps.

103Autrefois, le mariage avait lieu le plus souvent dans les maisons familiales. Avant le mariage, les amis des mariés venaient s’occuper de la décoration, du montage des bâches dans les cours, de l’installation des tables et des chaises, etc. Maintenant les choses commencent à changer. On fait appel à des professionnels qui proposent tous les services nécessaires à un mariage, du type « forfait ». Les amis des mariés ne sont plus sollicités pour l’organisation de la cérémonie, et viennent seulement en tant qu’invités. Auparavant on venait à l’heure qu’on veut, mais maintenant l’heure à respecter est imprimée sur le carton d’invitation. Selon des habitants :

  • 11 Interview du M. Phan Văn Nhiều, hameau Deux, Vĩnh Lộc A, le 15 octobre 2008.

Un mariage demandait une préparation de plusieurs jours dans les deux familles. On engraissait les cochons et les volailles depuis des mois. Les voisins venaient aider trois ou quatre jours avant le mariage. Les jeunes s’occupaient d’aller emprunter des tables et des chaises, les verres, la vaisselle, etc. D’autres montaient les bâches pour abriter l’endroit de réception des invités, décoraient la maison, etc. Les filles préparaient les gâteaux et les légumes, décoraient les plats. Le soir des chanteurs venaient distraire ceux qui faisaient bouillir l’eau tard dans la nuit. On projetait également des films, mettait de la musique pour les enfants. Maintenant tout a changé, les agences de services s’occupent
de tout11.Ce changement n’est pas seulement regretté par les personnes âgées, mais aussi par les jeunes.

Cependant la tendance est irrésistible :

  • 12 Interview du M. Nguyễn Văn Phúc, hameau de Đông Lân, Bà Điểm, le 22 octobre 2008.

Les services de location des bâches et de mobilier sont disponibles et efficaces. Cependant il est triste de voir que les jeunes n’ont plus maintenant l’habitude d’aider les familles des mariés dans la préparation du mariage. Et pourtant c’est dans ces occasions que les relations amicales et de voisinage s’expriment12.

Figure 7.9 : Un mariage à Bà Điểm

Figure 7.9 : Un mariage à Bà Điểm

Enterrement

104L’idée selon laquelle : « l’attachement aux morts donne du sens à la vie » (nghĩa tử là nghĩa tận) exprime les sentiments des vivants vis-à-vis des morts. Indépendamment de sa situation sociale et de sa fortune, chacun éprouve la même douleur à la disparition d’un être cher.

  • 13 Province limitrophe de Hô Chi Minh-Ville, dans le Sud Est du delta.

105À Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, l’enterrement était considéré comme une affaire de toute la communauté. À l’annonce du décès d’un membre de la communauté, tout le voisinage venait aider. Le rite de déplacer le cercueil devait être effectué en présence de tous les membres de la famille, du lignage, du voisinage. On enterrait les morts soit dans les terres appartenant à la famille, soit dans celles appartenant au lignage. À Vĩnh Lộc A, les tombes se trouvent souvent sur les terres familiales, tandis qu’à Bà Điểm on les trouve plus souvent sur les terres lignagères. Chaque lignage réserve une parcelle pour enterrer ses morts. Selon son statut et sa place dans la hiérarchie, le mort est enterré dans un emplacement défini. Dans cette région les tombes sont construites en général en pierre en provenance de Biên Hòa13, souvent selon le même modèle large de 2 m environ et long de 3 à 4 m, avec quatre colonnes aux coins. À Vĩnh Lộc A on trouve également des groupes de tombes appartenant à un même lignage, mais c’est plus rare qu’à Bà Điểm.

106Les rites d’enterrement sont en train de changer. Certaines familles confient l’organisation à des professionnels (nhà đòn ou nhà quàn) qui se sont spécialisés récemment dans ce domaine. Ils s’occupent du cercueil jusqu’aux suaires, aux drapeaux. C’est également eux qui habillent le mort et choisissent la musique funèbre. Le mobilier et la vaisselle sont loués. Tous ces frais sont payés par la famille une fois l’enterrement achevé. Les voisins, contrairement aux coutumes d’autrefois, viennent présenter leurs condoléances mais ne restent plus veiller dans la maison en deuil. Le sentiment entre les membres de la communauté se trouve ainsi affaibli.

Tableau 7.6 : Les formes d’organisation des funérailles

Tableau 7.6 : Les formes d’organisation des funérailles

a. Nous estimons que la forme ancienne d’organiser les funérailles se compose des éléments suivants : musique traditionnelle et repas offerts aux personnes venant faire des visites de condoléances.
b. La musique occidentale en accompagnement et couronne funéraire.

Bien que les rituels traditionnels soient toujours maintenus dans la zone périurbaine, d’autres formes sont apparues. On voit ainsi de la musique occidentale jouée par des groupes de professionnels de kèn Tây dans les enterrements. Jusqu’à 59,3 % de personnes interrogées à Bà Điểm et 68,7 % à Vĩnh Lộc A pensent que les rites d’enterrement changent. Notre enquête montre que la plupart de la population dans cette région pensent qu’il faut « vivre avec son temps » et estiment que les nouvelles pratiques sont souhaitables.

Commémoration des ancêtres

107Les anniversaires de la mort des ancêtres ont pour fonction de perpétuer la mémoire des anciens chez les descendants. À Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, ces anniversaires duraient deux ou trois jours. Les membres de la famille qui habitaient loin venaient la veille du jour principal pour aider à l’organisation. Les voisins étaient également présents pour prêter la main.

108Le jour d’anniversaire de l’ancêtre, le voisinage apportait de la nourriture à offrir sur l’autel des ancêtres. Après la cérémonie, on descendait les plats de l’autel pour le repas commun. On donnait des gâteaux aux visiteurs qui pouvaient ainsi les apporter chez eux pour la famille ; c’est la coutume dite trả lễ, rendre l’offrande. C’est pour cela qu’on faisait un grand nombre de gâteaux lors de l’anniversaire de la mort d’un proche. Cette coutume exprime la reconnaissance de la famille vis-à-vis des voisins.

109Actuellement, les jours d’anniversaire de la mort sont organisés d’une façon beaucoup plus simple à Bà Điểm et à Vĩnh Lộc A. Personne n’a plus le temps de confectionner les gâteaux. Les invités sont beaucoup moins nombreux et se limitent aux gens du lignage et à quelques voisins proches.

110Les gâteaux et les plats destinés à l’offrande sont également achetés au marché dans la plupart des cas. Certaines familles mettent également des boîtes de biscuits manufacturées sur l’autel des ancêtres et offrent aux invités de la bière et des boissons sucrées. Les invités n’apportent plus d’alcool de riz local, une poule ou un canard, mais de la bière et des boissons. La coutume trả lễ a également changé : la famille ne préparant plus de gâteaux, on donne aux invités des boîtes de biscuits ou parfois on ne leur donne rien. Globalement, la vie urbanisée accentue la tendance à la simplification.

Changement dans les fêtes du calendrier

111Les fêtes du calendrier, notamment le Tết, le Nouvel An traditionnel, sont des moments particulièrement importants. Chez les Viets, les fêtes marquant les saisons font partie de la vie culturelle.

Le Nouvel An‚ Tết Nguyên Đán

112Pour les habitants de Bà Điểm comme pour ceux de Vĩnh Lộc A, le Tết Nguyên Đán est considéré comme la fête la plus importante de l’année. Les derniers jours de l’année étaient consacrés à la préparation du Tết. On laissait les travaux des champs pour confectionner les fruits confits et de nombreux plats à offrir aux ancêtres et aux invités pendant les quelques jours de fête. Certaines familles vendaient quelques dizaines de régimes de noix d’arec et quelques palanches de feuilles de bétel pour avoir de quoi acheter des vêtements neufs pour les enfants.

113L’ambiance du Tết s’animait à partir du23e jour du 12e mois, le jour où l’on congédie le dieu du Foyer, ông Táo, qui devait remonter au ciel faire à l’Empereur de Jade son rapport annuel sur la famille dont il était chargé. Dans les zones périurbaines, la cérémonie de congédiement était plus simple qu’en ville : on ne pratiquait pas le rite du lâcher de carpes. Chaque famille préparait un plateau d’offrandes comprenant un dessert sucré chè, quelques fruits, des fleurs et quelques objets votifs dont un ensemble de vêtements neufs pour le dieu du Foyer. La cérémonie avait lieu souvent tôt le matin ou le soir, les habitants estimant que l’air frais était propice au voyage du dieu du Foyer.

114Après ce jour, les familles commençaient à aller sur les tombes des ancêtres. On nettoyait et entretenait les tombes qui étaient fleuries. Trương Vĩnh Ký décrit cette coutume de la façon suivante :

À Gia Định le dernier mois de l’année est consacré aux soins des tombes des ancêtres, selon le règlement édité par l’État. À l’approche du Têt, tout le monde décore sa maison, alors pourquoi laisser les tombes se détériorer et être envahies par la végétation sauvage, quand la coutume veut que les morts soient respectés comme les vivants ? (Nguyễn Đình Đầu, 1997.)

Au début de l’année, dans les familles de lettrés à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, on pratiquait le rituel de salutation des ancêtres et des ascendants. Les grands-parents ou les parents, assis au milieu de la pièce principale en costumes traditionnels, recevaient les génuflexions des enfants et des petits-enfants qui leur apportaient des plateaux de bétel et d’alcool et leur adressaient les voeux du Nouvel An. C’est seulement après ce rituel qu’on pouvait sortir de la maison pour aller rendre visite au voisinage et à la parentèle.

115Les interdits étaient strictement observés pendant les premiers jours de l’An. Par exemple, on ne balayait pas dans la maison, on ne cassait pas de branches, on ne labourait pas son champ, etc. La période durait jusqu’à sept jours, après la cérémonie de hạ nêu qui consistait à descendre le mât du Têt.

116Selon la coutume, le premier jour de l’an on allait d’abord au temple du génie tutélaire en emportant des gâteaux et des fruits confits pour offrir aux génies, puis on allait à la pagode et au pagodon. Actuellement seuls les membres du comité Ban quý tế vont au temple du génie tutélaire pour faire les offrandes. Les habitants vont plutôt à la pagode et au pagodon. La plupart des habitants y vont pour demander une année sereine et prospère.

117Grâce à l’urbanisation, le paysage de la zone périurbaine présente un aspect prospère avec les rues animées. Cependant la plupart des habitants estiment que le Tết actuel n’est plus aussi joyeux qu’auparavant. La préparation du Tết par la famille prenait certes du temps, mais créait une atmosphère agréable pour tout le monde, petits et grands, qui attendaient avec enthousiasme la venue du Nouvel An. Alors que maintenant les gâteaux et les fruits confits ne sont plus confectionnés à la maison, mais achetés au marché et conditionnés dans des emballages très élégants. La famille de M. Năm Kéo au hameau de Tây Lân, de la commune de Bà Điểm faisait beaucoup de courges et de gingembres confits pour offrir aux voisins et aux familles alliées, ainsi que des gâteaux bánh tét, bánh cắp, bánh ổ pour les enfants et les petits-enfants. Mais aujourd’hui cette famille n’achète plus que deux gâteaux bánh tét chez un marchand à côté pour mettre sur l’autel des ancêtres.

Le Tết Đoan Ngọ

118On l’appelle encore la fête du 5e jour du 5e mois, ou le Tết du milieu de l’année. C’est une coutume qui a une origine chinoise (Nguyễn Hồng Dương, 2000). Cependant, la plupart des familles de la région de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A observe cette fête qu’ils appellent simplement le Tết du milieu de l’année, ou la fête pour « tuer les vers » (tết giết sâu bọ) selon une conception populaire des Viêt sans aucun lien avec la légende chinoise.

119Ce jour-là, les habitants de Bà Điểm préparent des gâteaux bánh ít lá tre pour offrir aux ancêtres. Tous les membres de la famille, y compris ceux qui habitent loin, viennent se retrouver. Les habitants de Bà Điểm préparent encore une autre sorte de gâteau, le bánh ú, qui n’est pas seulement destiné aux ancêtres, mais se vend également en dehors de la commune, y compris à Hô Chi Minh-Ville. La préparation des bánh ú mobilise des centaines de familles aux hameaux de Đông Lân, Nam Lân, et Hưng Lân, de la commune de Bà Điểm. Les enfants vont couper les feuilles lá dong dans le jardin, puis ils les font bouillir avant de les faire sécher. Les adultes préparent le riz onctueux et la garniture, puis confectionnent les gâteaux. Depuis ces dernières années, les bánh ú enveloppés dans les feuilles lá dong en provenance de Bà Điểm se vendent en grande quantité et procurent une source de revenu considérable pour la population locale.

120Aujourd’hui, malgré leurs occupations, les familles de cette région continuent à fêter le 5e jour du 5e mois en préparant les plats pour offrir aux ancêtres. Pour la plupart des habitants, cette fête est simplement une occasion de réunion des membres de la famille au milieu de l’année.

La Mi-Automne‚ Tết Trung thu

121La fête de la Mi-Automne ne jouait pas un rôle important dans la vie des habitants de la zone périurbaine, car on pensait que c’était une fête pour les enfants et on n’y accordait pas d’attention. Les enfants prenaient le bambou de la haie pour fabriquer eux-mêmes les lampions en forme d’étoiles. Ils se regroupaient par petits groupes entre voisins et se promenaient sous la lumière de la pleine lune d’automne dans la cour avec leurs lampions allumés.

122Depuis quelques années, les enfants sont l’objet d’une plus grande attention de la part des familles, de l’école et des organisations sociales. À partir du début du 8e mois du calendrier traditionnel, on vend des lampions de toutes les couleurs, c’est pour cela que les enfants n’en fabriquent plus eux-mêmes.

Changement de mode de vie dans un milieu urbanisé

Le temps libre et les loisirs

123Les distractions dans la vie moderne actuelle sont incomparablement plus nombreuses par rapport à la période d’avant le renouveau. Presque tous les foyers disposent d’un poste de télévision, d’une radio ou radio-cassette, d’un lecteur de vidéo. On ne trouve pas aussi facilement les journaux et les livres qu’en ville, mais les habitants peuvent en lire plus régulièrement pour se distraire, ou pour s’informer.

124Notre enquête montre que les besoins des habitants se répartissent comme suit :

Tableau 7.7 : Comparaison des formes de divertissement des gens entre 1997 et 2007

Tableau 7.7 : Comparaison des formes de divertissement des gens entre 1997 et 2007

a. « Apéritif » ou « tapas », arrosé entre les repas habituels.

Regarder la télévision s’avère donc la distraction la plus populaire dans la zone. Si en 1997 seulement 66 % de personnes interrogées à Bà Điểm et 44 % à Vĩnh Lộc A disaient que c’est leur loisir préféré et journalier, en 2007 ce nombre atteint 96 % et 90 % respectivement à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A. Presque toutes les familles ont leur télévision. Certaines familles aisées ont même deux postes de télévision pour pouvoir regarder deux programmes différents. Des familles de paysans achètent le karaoké pour divertir leurs enfants.

125L’habitude de se coucher tôt des habitants de la zone s’en trouve modifiée. Auparavant, après une journée de travail fatigant, ils se couchaient à 7 heures-8 heures du soir. Aujourd’hui, la plupart des familles réservent leur soirée aux programmes télévisés. La démocratisation des moyens audiovisuels fait également chuter la fréquentation des activités culturelles communautaires au niveau de la commune ou du district. En général, les représentations ont lieu seulement à de grandes occasions. Bà Điểm avait un théâtre qui accueillait de temps à autre des troupes de théâtre chanté engagées par contrat avec le Comité de la culture. Maintenant ce théâtre est reconverti en gymnase pour les activités sportives.

126Lire les journaux est également une activité prisée. Les habitants n’avaient pas l’habitude de suivre les actualités dans les journaux (le chiffre de 1997 à Bà Điểm est 26,7 %), mais ils le font de plus en plus (en 2007 le chiffre atteint 46,7 %). À Vĩnh Lộc A la part des lecteurs de journaux, bien que moindre, augmente (14,7 % en 1997 et 20,7 % en 2007, soit une augmentation de 10 %). La différence est considérable entre Bà Điểm fortement urbanisé et Vĩnh Lộc A qui l’est moins. La raison de ce décalage est sans doute liée au niveau d’instruction des habitants, et dans une certaine mesure, à l’efficacité de la diffusion des journaux qui est meilleure à Bà Điểm qu’à Vĩnh Lộc A. Globalement on peut dire que la presse est un loisir important des habitants dans ces deux communes.

127Pendant leur temps libre, outre la télévision et les journaux, les habitants de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A rendent visite au voisinage (29,4 % en 1997 et 34 % en 2007). C’est une pratique courante dans le milieu rural et dans les zones périurbaines. On peut dire que le processus d’urbanisation dans les dernières années n’a pas eu d’influence notable sur cette pratique.

128Parmi les loisirs, on trouve d’autres formes de divertissement telles que « sortir boire de l’alcool et du café », assez répandues chez les hommes. On sort pour boire de l’alcool dans des lieux différents selon son statut social. Les fonctionnaires sortent souvent dans des restaurants corrects, car ils estiment que c’est une activité qui fait partie de leur travail et favorise les contacts. Les travailleurs indépendants, ou les ouvriers, choisissent généralement les petits restaurants et les bars qui correspondent à leurs besoins.

  • 14 Depuis 1995, le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville a publié une décision chỉ thị 54/CT-UB- NCVX (...)

129On doit également mentionner un nouveau loisir. Au moment de grandes fêtes, notamment le Tết, des sociétés privées organisent des distractions dans ces zones. Dans les foires, on propose des jeux avec récompense dont plusieurs sont des jeux de hasard et d’argent14.

130Les cafés musicaux et les cafés proposant des projections de films sont des lieux de divertissement habituels de la jeunesse. C’est également le lieu de rassemblement de jeunes sans activité. Ils viennent boire un café, regarder un film et bavarder. Les rues concentrant des cafés appelés « maisons à l’étage » (cà phê « nhà lầu ») dans la cité de Bà Điểm, et la rue des cafés appelée « l’arbre cây trứng cá » entre la route Nguyễn Thị Tú et Vĩnh Lộc A (en face de la zone industrielle Vĩnh Lộc), sont les lieux préférés de ces jeunes. Un journaliste d’investigation, après plusieurs nuits passées au milieu d’adolescents des communes de Vĩnh Lộc A et Vĩnh Lộc B (district de Bình Chánh), Bình Hưng Hòa, Tân Tạo (district de Bình Tân), de Bà Điểm, Thới Tam Thôn, Tân Xuân (district de Hóc de Môn), etc. raconte :

Nous avons l’impression d’être en retard par rapport aux pratiques de loisir de la jeunesse dans les banlieues actuelles. Certains garçons et filles d’environ 16-17 ans sont déjà des habitués des lieux de divertissement. Au bar Thiên Sứ sur la route Nguyễn Ảnh Thủ, commune de Bà Điểm, à 19 h 20… les sons des musiques rock et rap montent et font vibrer l’air. Le groupe de jeunes adolescents qui marche devant nous devient comme possédé, ils se tortillent, secouent leurs chevelures teintées en bleu, en rouge… Parmi les jeunes clients de ce bar, on voit quelques dizaines de filles qui boivent de la bière et fument des cigarettes autant que les garçons… Pour certains jeunes de la banlieue, les bars comme celui-ci sont un lieu à la mode et convient le plus à leur « goût ». (Đinh Văn Hạnh, 2001.)

Globalement, les loisirs des habitants de la zone connaissent des changements importants. Des pratiques culturelles communautaires dans le milieu rural sont en train d’être remplacées par des pratiques culturelles individuelles marquées par le mode de vie urbain.

Jeux des enfants

131Les jeux d’enfants sont également en voie de transformation sous l’effet du processus d’urbanisation. Auparavant, les enfants jouaient aux cerfs-volants, aux billes, à cache-cache, au saut à la corde, etc. Aujourd’hui, on les trouve très rarement, car les enfants préfèrent les jeux modernes comme les jeux électroniques, les jeux en ligne sur Internet, etc.

Tableau 7.8 : Comparaison des jeux des enfants entre 1997 et 2007

Tableau 7.8 : Comparaison des jeux des enfants entre 1997 et 2007

L’enquête montre que parmi les trois jeux les plus populaires d’autrefois et d’aujourd’hui, les jeux traditionnels tels que le cerf-volant et le jeu de cache-cache diminuent fortement au profit des jeux vidéo qui emportent l’adhésion de la majorité des enfants.

132La réalité est que l’espace rural a tellement changé qu’on a du mal à trouver de la place pour jouer aux jeux d’autrefois. Les enfants jouaient autour de la maison : les garçons choisissaient les jeux de bataille, de ballon, de volants, ils jouaient aux billes ou jetaient des bouteilles, alors que les filles sautaient à la corde. À la période de moisson aux environs du troisième mois du calendrier, les vents étaient propices au jeu de cerf-volant. Les cerfs-volants en papier fabriqués par les enfants eux-mêmes animaient tout un coin du ciel. Les jeux populaires d’autrefois étaient simples à fabriquer et peu onéreux, car souvent réalisés par les enfants à partir des matériaux qu’ils pouvaient trouver chez eux. La fabrication des jouets et les jeux traditionnels n’avaient pas seulement la fonction de distraction après l’école, mais contribuaient également à développer l’habileté manuelle depuis la petite enfance.

133Aujourd’hui, ces jeux traditionnels ne sont plus pratiqués et sont menacés de disparition, comme le montre notre enquête, face à la concurrence des jeux vidéo, des jeux d’ordinateur et des jeux en ligne sur Internet.

134L’espace qui peut être dédié aux jeux d’enfants est actuellement en diminution dramatique suite aux constructions sans aucune planification. Les cours disparaissent. Dans les nouveaux quartiers, les enfants ne peuvent plus jouer ensemble d’une cour à une autre, car ils dérangent les voisins. Le rétrécissement de l’espace social dans la zone périurbaine concerne donc aussi l’espace dédié aux enfants et à leurs jeux.

135Une réalité préoccupante est l’engouement pour les jeux électroniques, notamment les jeux en ligne qui commencent à devenir populaires dans les zones périurbaines. Ce chiffre augmente rapidement comme le montre notre enquête. En 1997 à Bà Điểm seulement 0,7 % d’enfants jouaient à ces jeux, alors que ce chiffre atteint 79,3 % en 2007. À Vĩnh Lộc A ces chiffres sont respectivement de 1,3 % et 44,7 %. À chaque fois, la baisse des jeux traditionnels est accompagnée de l’augmentation des jeux modernes. À Bà Điểm sur les axes principaux tels que Nguyễn Ảnh Thủ, Phan Văn Hớn, comme à Vĩnh Lộc A sur les routes Quách Điêu, Nguyễn Thị Tú, on trouve un grand nombre de boutiques qui proposent un accès internet. Chaque boutique dispose de plus de dix ordinateurs qui fonctionnent sans interruption de 7-8 heures du matin jusqu’à tard le soir pour satisfaire une nombreuse clientèle de jeunes adolescents.

Nous avons visité, le 25 août 2008, une boutique internet située sur la route Nguyễn Ảnh Thủ de la commune de Bà Điểm. Il était seulement 8 heures du matin, mais tous les postes d’ordinateurs étaient occupés, essentiellement par des adolescents. Un garçon d’environ 14-15 ans, tout en jouant, nous a expliqué : « Pendant l’année scolaire je ne pouvais jouer que l’après-midi, car j’avais l’école le matin. Mais maintenant que c’est les vacances, je peux jouer plus. Sans le jeu il me manque quelque chose. »
Le patron de la boutique a rajouté : « Les clients sont essentiellement les adolescents. Les garçons jouent aux jeux, alors que les filles préfèrent “tchater”, écouter de la musique ou regarder des films, etc. Très peu viennent pour chercher des informations sur Internet ». (Observation et interview de l’auteur lors de la visite de terrain à la commune de Bà Điểm).

En dehors des boutiques internet, certaines familles aisées achètent un ordinateur pour aider leurs enfants dans leurs études, ce qui leur permet de jouer à la maison. À notre avis, il s’agit d’un changement inéluctable de la société. Cependant il est important de faire en sorte que ces jeux ne nuisent pas aux études, à la santé et au comportement des enfants.

Les jeux d’enfants d’autrefois et d’aujourd’hui ne se ressemblent pas. Le premier changement que je remarque c’est que les jeux populaires ne sont plus pratiqués. Il y a encore cinq ou sept ans, au moment de la récolte du riz, les enfants du hameau organisaient des concours de cerf-volant et allaient attraper des grillons dans les champs. Maintenant on ne les voit plus jouer à ces jeux. D’une part les enfants sont plus occupés par les études. En dehors de la classe principale, ils ont encore des cours complémentaires et d’autres activités. Autrefois, les vacances d’été duraient vraiment trois mois. Maintenant ils doivent aller en cours complémentaires, ou participer à des ateliers dans les centres culturels de l’arrondissement ou du district. Ils n’ont plus beaucoup de temps. Maintenant on a plus de possibilités aussi. Les parents peuvent les amener à la librairie ou sortir au centre-ville. Enfin, je trouve que s’ils ne jouent plus aux jeux d’autrefois, c’est aussi parce qu’il y a des jeux nouveaux, plus modernes et plus attractifs. Par exemple, les jeux électroniques, ce qu’ils appellent le « tchat » sur Internet, le cinéma, la musique, etc. Plusieurs familles aisées ont la télévision et le lecteur de vidéo à la maison, ils peuvent donc avoir ces divertissements à la maison. (Interview de M. Phan Văn Nhiều, hameau Deux, de la commune de Vĩnh Lộc A, 25 août 2008, Observation et notes d’entretien prises lors de la visite de Vĩnh Lộc A.)

De nos jours les jeux modernes ont un impact certain sur le comportement, la mentalité et la vie sentimentale des enfants. Les jeux traditionnels nécessitent un certain nombre de joueurs, ce qui développe l’esprit d’équipe, alors que les jeux sur ordinateur isolent l’enfant qui ne fait plus attention au monde qui l’entoure. Ces jeux ne développent aucun esprit d’équipe et aucune solidarité, mais au contraire, ils rendent l’enfant plus égoïste et individualiste. Il lui faut seulement avoir de l’argent pour pouvoir jouer à loisir, sans aucun partenaire. Il existe déjà plusieurs cas d’accros aux Games online jusqu’à abandonner l’école et voler l’argent de la famille. La santé de ces nouveaux « drogués » se détériore : ils ont l’air hébété en permanence et ont une mauvaise vision en raison du contact trop prolongé avec l’écran d’ordinateur.

136La création d’espaces de jeux et l’encouragement de l’investissement dans les parcs d’attractions réservés aux enfants et aux adolescents (qui manquent cruellement dans les zones) est une nécessité. Il faut également exercer une gestion plus attentive de la santé physique et morale des jeunes.

Conclusion

137Le développement des zones périurbaines autour de Hô Chi Minh-Ville contribue à leur donner un nouveau visage qui présente à la fois des aspects positifs et négatifs. Les changements ont bouleversé l’harmonie entre l’homme et la nature. Le paysage actuel de ces zones est celui d’un espace en transition avec des constructions hétéroclites et bigarrées de toutes les couleurs. Il semble que c’est dans le domaine architectural et urbanistique que les habitants peuvent laisser cours à leur imagination. Entre ces nouvelles constructions, sont coincées des cabanes construites au bord des chemins tortueux et boueux. L’architecture traditionnelle et l’environnement naturel (lacs et étangs, espaces verts) n’ont plus de place dans le milieu urbain contemporain. Cependant, il est possible et nécessaire de sauvegarder cet esprit d’harmonie entre les activités humaines et la nature.

138En ce qui concerne le domaine vestimentaire, on peut observer des changements positifs. L’ensemble traditionnel áo bà ba n’est plus mis tous les jours par les jeunes, mais dans les occasions festives et les manifestations culturelles.

139Avec le temps, les anciennes mœurs et coutumes s’effacent dans la société des zones périurbaines. Les membres d’une famille, comme les voisins, ont moins d’occasion de se rencontrer. Le temps manque et tous ont des activités prenantes qui leur laissent peu de temps libre.

140La transformation d’une économie agricole vers une économie non agricole a pour corollaire la diminution du rôle du temple du génie tutélaire, le đình. Le temple villageois dans la zone périurbaine n’est plus le lieu des réunions et des décisions des notables du village, ni le lieu de fréquentation habituelle pour la plupart des habitants. L’urbanisation a effacé le caractère sacré du temple du génie tutélaire et l’a transformé en un lieu dédié aux pratiques cultuelles plutôt qu’à la vie quotidienne de la communauté.

141Les petits terrains des zones périurbaines en voie d’urbanisation ne permettent pas aux résidents de construire leurs habitations selon les modèles traditionnels. En effet, les habitations typiques de cette région qui mettaient l’accent sur l’harmonie entre l’homme et la nature ne conviennent pas vraiment à un environnement urbain. L’architecture traditionnelle disparaît peu à peu, mais un autre style architectural n’a pas encore vu le jour. Personne n’a étudié une architecture propre à la zone périurbaine qui inclurait des traits de l’architecture traditionnelle tout en respectant les besoins de la vie moderne et urbaine.

142L’ouverture au marché mondial permet aux produits importés de conquérir le marché des zones périurbaines en voie d’urbanisation. Les marchandises d’origine étrangère concurrencent les artisanats traditionnels. Dans les foyers, le plastique remplace les vanneries en bambou et en rotin, les fleurs plastiques, les lampions pour la fête de la Mi-Automne, ainsi que les jeux électroniques sont en train d’évincer les jeux populaires d’autrefois.

143Le changement de mode de vie, ainsi que les distractions modernes influencent la vie culturelle, les chansons et les arts populaires. La musique moderne telle que le rap, le hip-hop, etc. est plus écoutée que le théâtre chanté cải lương et les chants traditionnels, comme le karaoké a remplacé les chants alternés hò vè… L’indifférence de la jeunesse par rapport à la culture traditionnelle a tendance à s’accentuer. La civilisation matérielle de la ville exerce un attrait particulièrement fort par rapport aux jeunes qui s’éloignent de la culture traditionnelle.

144Globalement, la culture des zones périurbaines de Hô Chi Minh-Ville est en voie de transformation, passant d’une culture rurale à une culture urbaine :

145La culture périurbaine s’impose et a tendance à valoriser l’esprit individualiste : la famille nucléaire y est majoritaire, les enfants commencent à faire valoir leurs décisions et leurs centres d’intérêt personnels, ils accordent moins d’attention aux relations familiales et lignagères, etc.

146La société périurbaine accentue le processus de professionnalisation qui privilégie les services (par exemple dans les mariages et les enterrements), etc.

147La société périurbaine se transforme enfin en une société de consommation. travées et deux pentes (nhà ba gian hai chái).

Notes

1 C’est une situation qui n’est pas limitée à notre terrain, mais qu’on peut voir également dans les communes limitrophes comme de Vĩnh Lộc B (Bình Chánh), Xuân Thới Thượng (Hóc Môn). Cette couche de terre est vendue aux marchands de plantes décoratives, ou pour remblayer.

2 1 công = 1 000 m2.

3 Interview de M. Phạm Văn Ba, vice-président du Comité populaire de la commune de Bà Điểm du 15 août 2008.

4 1 euro égale 23000 à 24000 VND (2007).

5 Interview de M. Phạm Văn Ba, idem.

6 Interview de M. Phan Văn Nhiều, hameau Deux, Vĩnh Lộc A, le 15 octobre 2008.

7 La branche Lâm Tế est d’origine chinoise. Au moment des troubles en Chine au XVIIe siècle liés au changement de dynasties, quelques maîtres chinois, d’origine de Guangdong en général, se sont réfugiés au Vietnam dans la région du Mékong. La philosophie de la branche Lâm Tế s’est depuis répandue dans tout le sud du pays.

8 Liserons d’eau et autres légumes de même espèce.

9 Soupe acide à base de viande ou de poisson, du khổ qua mijoté, marinade de porc ou de poisson.

10 « Coiffure en salle climatisée pour homme et femme » comme les salons de Yến Nhi, Khánh Ly, Ngọc Quyên dans le hameau de Đông Lân ; les salons Mỹ Kiều, Mỹ Duyên au hameau Nam Lân ; les salons Cẩm Ly, Vân Khanh, Phương Trang, Phương Linh, etc., dans le hameau de Tiền Lân. Sur la rue Nguyễn Thị Tú de la commune de Vĩnh Lộc A on trouve les salons de coiffure similaires.

11 Interview du M. Phan Văn Nhiều, hameau Deux, Vĩnh Lộc A, le 15 octobre 2008.

12 Interview du M. Nguyễn Văn Phúc, hameau de Đông Lân, Bà Điểm, le 22 octobre 2008.

13 Province limitrophe de Hô Chi Minh-Ville, dans le Sud Est du delta.

14 Depuis 1995, le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville a publié une décision chỉ thị 54/CT-UB- NCVX pour interdire ces jeux de hasard, puis la note thông báo n° 1750/TP - SVHTT pour exiger des autorités locales (quận/huyện, phường/xã) qu’ils n’autorisent pas ces jeux sur leur territoire, qu’ils fassent des contrôles réguliers et qu’ils sanctionnent les infractions.

Table des illustrations

Titre Tableau 7.1 : Les changements dans l’environnement et le paysage sur dix ans
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 7.1 : Un marché né spontanément près de la zone industrielle de Vĩnh Lộc
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 7.2 : Eau stagnante polluant l’environnement des maisons, hameau de Bắc Lân, Bà Điểm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 7.3 : Canaux gravement pollués à cause des déchets de la zone d’industrie de Vĩnh Lộc
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Figure 7.4 : Maison en forme du caractère đinh, hameau de Đông Lân, Bà Điểm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 7.3 : La tendance de la construction des habitations dans les deux communes en 2007
Légende a. La maison en béton, ou villa.b. Maison en forme du caractère đinh, Maison cửa rống, Maison avec trois travées et deux pentes (nhà ba gian hai chái).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 7.5 : Maisons à architecture moderne dans la zone périurbaine à Bà Điểm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 7.6 : Des petits commerçants devant le temple Năm Bà
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure 7.7 : Une des dernières charrettes à Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau 7.4 : Moyens de transport principaux entre 1997-2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 7.8 : Mme Tư mange du bétel
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 7.5 : Le rôle de l’entremetteur dans le mariage actuel en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 7.9 : Un mariage à Bà Điểm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 7.6 : Les formes d’organisation des funérailles
Légende a. Nous estimons que la forme ancienne d’organiser les funérailles se compose des éléments suivants : musique traditionnelle et repas offerts aux personnes venant faire des visites de condoléances.b. La musique occidentale en accompagnement et couronne funéraire.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 7.7 : Comparaison des formes de divertissement des gens entre 1997 et 2007
Légende a. « Apéritif » ou « tapas », arrosé entre les repas habituels.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 7.8 : Comparaison des jeux des enfants entre 1997 et 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23807/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search