Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Vie sociale et formes de sociabilité périurbaines

Texte intégral

1Le processus d’urbanisation affecte les populations anciennement installées qui étaient pour la plupart paysannes, mais également un nombre de plus en plus important de migrants venant d’autres régions du pays, de Hô Chi Minh-Ville, ou même de l’étranger. La communauté d’habitants de la zone périurbaine ainsi constituée présente des différences du point de vue professionnel, culturel, social, et notamment une disparité en ce qui concerne les revenus et les niveaux de vie. Le décalage entre le groupe des riches et celui des pauvres témoigne de l’inégalité dans le partage des richesses. Il constitue également un moteur, ou au contraire, un obstacle, au développement socio-économique. Dans la zone périurbaine, la différenciation entre les pauvres et les riches accompagne le processus de réformes dans le cadre de l’économie de marché.

2Outre les changements dans la vie sociale, on observe également des changements dans les relations entre les individus, entre les membres d’une famille et ceux d’un lignage. Ces relations restent-elles proches ou deviennent-elles distendues dans les conditions d’un nouvel espace périurbain ?

La stratification sociale dans la société rurale en zone périurbaine

La stratification sociale

3La stratification sociale est un terme emprunté à la géologie pour parler du phénomène des strates dans la société. Cette notion n’est cependant pas tout à fait appropriée pour la description sociologique, car elle suppose un état statique alors que la société est dynamique. Elle peut néanmoins permettre de décrire l’état stratifié d’une société à un moment donné dans l’espace et dans le temps (Edgar F. Borgatta et Rhonda J. V. Montgomery, 2000). Max Weber propose une théorie de la stratification sociale basée sur trois critères : économique, politique et culturel. La stratification sociale est la différenciation de la société en groupes sociaux distincts : chaque groupe social est une entité homogène et différente des autres groupes et hiérarchisée. La stratification sociale résulte de la différenciation sociale issue de l’inégalité des richesses, du pouvoir, de l’autorité, et des savoirs. Cette notion est envisagée du point de vue théorique et au niveau de l’analyse macro-économique. L’analyse de la stratification sociale est basée en général sur les différences d’ordre économique, notamment le patrimoine et les revenus. Il n’est cependant pas facile d’analyser ces différences, surtout dans une société en voie de développement. La méthode utilisée actuellement par les chercheurs pour appréhender la stratification sociale est celle basée sur les revenus et les niveaux de vie.

Tableau 6.1 : Revenu par habitant et par mois (en VNĐ)

Tableau 6.1 : Revenu par habitant et par mois (en VNĐ)

Sources : Statistique du Vietnam, 2008, Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville.

4La plupart des travaux de recherche menés au Vietnam abordent en réalité le seul problème de la différenciation entre les pauvres et les riches (Trịnh Duy Luân, 2000).

5Dans un ouvrage sociologique portant sur les changements sociaux à l’époque de đổi mới à Hanoï paru en 1992 (Institut de Sociologie, 1992), la stratification sociale est appréhendée sur la base du niveau de vie, selon quatre critères objectifs et un critère subjectif : (1) Habitat (la superficie du logement et sa qualité) ; (2) Équipements de la maison (équipements principaux tels que télévision, lecteur vidéo, scooter, machine à laver, climatiseur) ; (3) Dépenses du foyer (combustible, eau et électricité, nourriture, autres besoins au quotidien, etc.) ; (4) Revenus (les sources de revenus, leur degré de stabilité ou d’instabilité, la somme totale des revenus et le revenu moyen du foyer selon la déclaration du chef de famille).

6Le critère subjectif comprend deux jugements, celui du chef de famille sur le niveau de vie de sa famille noté sur 5 niveaux, et celui de l’enquêteur noté également sur 5 niveaux qui est basé sur ses observations concernant le logement et les équipements de la maison, mais aussi sur d’autres sources d’information (par exemple, le voisinage, ou les représentants du quartier, etc.).

7Selon les résultats d’une enquête socio-économique annuelle sur des foyers habitant le territoire de Hô Chi Minh-Ville, le revenu moyen par habitant de cette ville a évolué de la façon suivante : 7 098 96 VNĐ (1996) ; 10 849200 VNĐ (2002) ; 13 977 600 VNĐ (2004) ; 17 583 600 VNĐ (2006) (Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville, 2008).

8Ces chiffres montrent que le revenu moyen par habitant à Hô Chi Minh-Ville est le plus élevé au Vietnam. Par rapport au revenu moyen par habitant de la région du Sud-Est du delta du Mékong, il était plus élevé de 1,45 fois en 2002 ; de 1,39 fois en 2004 ; de 1,37 fois en 2006. Par rapport au revenu moyen par habitant du Vietnam, il est plus élevé de 2,47 fois en 2002, de 2,40 fois en 2004 et 2,30 fois en 2006.

9Dans l’enquête que nous avons menée sur le terrain afin d’appréhender le décalage entre les riches et les pauvres, nous nous basons sur les revenus déclarés en 2007. Nous calculons le coefficient de différence de revenus entre le groupe des familles riches et celui des familles pauvres. Nous avons pu définir, sur la base des revenus, cinq groupes équivalents en nombre de foyers (chaque groupe comprenant 20 % de la totalité des foyers). Le premier groupe compte 20 % des foyers ayant les revenus les plus faibles – c’est le groupe pauvre (nhóm nghèo). Le deuxième groupe compte 20 % des foyers ayant les revenus en dessous de la moyenne – c’est le groupe proche de la pauvreté (nhóm cận nghèo). Le troisième groupe compte 20 % des foyers ayant les revenus moyens – c’est le groupe moyen (nhóm trung bình). Le quatrième groupe compte 20 % des foyers ayant les revenus au-dessus de la moyenne – c’est le groupe proche de la richesse (nhóm cận giàu). Le cinquième groupe compte 20 % des foyers ayant les revenus les plus élevés – c’est le groupe riche (nhóm giàu). Le revenu de ces groupes de foyers et les revenus moyens d’un foyer dans chaque groupe sont présentés dans le tableau suivant.

Tableau 6.2 : Revenu total et revenu moyen des groupes par an (en VNĐ)

Tableau 6.2 : Revenu total et revenu moyen des groupes par an (en VNĐ)

Le coefficient de différenciation entre les riches et les pauvres est calculé en divisant le revenu moyen du groupe des riches par le revenu moyen du groupe des pauvres. Plus le coefficient est fort, plus la disparité est grande entre les riches et les pauvres. Les résultats montrent qu’à Bà Điểm le revenu moyen du groupe des pauvres en 2007 s’élève à 26 124 138 VNĐ et celui des riches s’élève à 140 896 000 VNĐ. Le coefficient à Bà Điểm est donc de 5,4. Les résultats à Vĩnh Lộc A sont les suivants : le revenu moyen du groupe des pauvres est de 12 244 000 VNĐ et celui des riches est de 83260 000 VNĐ ; le coefficient est donc de 6,8. On voit ainsi que la disparité de richesses entre les deux communes n’est pas la même : le décalage entre les riches et les pauvres à Bà Điểm est un peu moins important que celui à Vĩnh Lộc A. Le coefficient de décalage entre Vĩnh Lộc A et Bà Điểm est 1,4. Ce coefficient est dans la moyenne nationale observée dans tout le territoire du Vietnam.

Le coefficient entre les riches et les pauvres du pays en 1990 est de 4,1 fois ; en 1991 : 4,2 fois ; en 1993 : 6,2 fois ; en 1994 : 6,5 fois ; en 1997 : 7 fois ; 1999 : 7,6 fois ; en 2002 : 8,1 fois ; en 2004 : 8,3 fois ; en 2006 : 8,4 fois. Le coefficient de Hô Chi Minh-Ville évolue de la façon suivante : en 2002 : 6,17 fois, en 2004 : 6,19 fois, en 2006 : 6,24 fois, en 2008 : 6,37 fois. (Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville, 2005, 2007, 2008 et Institut National de la Statistique, 2005, 2007, 2008.)

Selon les résultats de recherches récentes (Académie des Sciences sociales du Vietnam, 2007), en suivant l’axe Sud-Nord et l’axe plaine-montagne, la différenciation est plus marquée entre les provinces du Sud que dans les provinces du Nord, et elle est également plus marquée entre la plaine et les montagnes. Si l’on prend un centre urbain comme point de départ pour aller vers les zones rurales, la différenciation est la plus forte dans les zones urbaines et s’atténue au fur et à mesure qu’on s’éloigne du centre.

10Le coefficient de différenciation entre Vĩnh Lộc A et Bà Điểm ainsi calculé n’est pas très fort. Nous remarquons cependant que parmi les paysans anciennement installés dans les deux communes, la différenciation est très forte. Certains sont devenus riches, d’autres restent au même niveau, certains sont tombés dans la misère. D’autres ont pu changer de métier et ont une vie stable, mais certains n’ont pas pu s’adapter aux nouvelles conditions de vie et rencontrent des difficultés. C’est la réalité complexe d’une zone périurbaine dans un processus de changement rapide sous l’effet du développement de l’économie urbaine.

Tendances de différenciation pauvres-riches dans les zones périurbaines

11Ces dernières années, le prix du foncier dans les banlieues de Hô Chi Minh-Ville a augmenté de façon brutale. Par conséquent, certains paysans possédant des terres ont pu devenir de riches propriétaires, alors que d’autres, n’ayant pas de patrimoine foncier, rencontrent de grandes difficultés.

12On peut observer quelques tendances de différenciation entre les riches et les pauvres parmi les familles paysannes dans la zone périurbaine :

Le décalage de revenu entre les foyers

13Pour déterminer les modes de production utilisés dans les familles enquêtées à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, nous nous basons sur le pourcentage « consensuel » des sources de revenus du foyer en 2007. Le seuil est déterminé à 66,7 %, c’est-à-dire 2/3. Par exemple, si un foyer a des revenus agricoles s’élevant à plus de 66,7 % de ses revenus globaux, il appartient à la catégorie de « foyer agricole ». Au contraire, si 66,7 % des revenus proviennent des activités non agricoles, le foyer appartient à la catégorie des « foyers non agricoles ». Les foyers mixtes sont ceux qui ont les revenus provenant d’activités agricoles et non agricoles, chaque source de revenus se situant entre 33,3 % et 66,7 % des revenus globaux. Le tableau suivant précise la classification des foyers :

Type de foyer Revenu Note
Agricole Le revenu agricole est supérieur à 66,7 % du revenu total du foyer. Ce foyer peut avoir des revenus non agricoles, mais son pourcentage du revenu non agricole ne dépasse pas 33,3 % du revenu total du foyer.
Mixte Le pourcentage du revenu agricole ou non agricole se trouve entre 33,3 % et 66,7 % du revenu total du foyer. Ce type de foyer a des revenus provenant des deux sources (agricole et non agricole) mais leur taux est à peu près équivalent.
Non agricole Le revenu non agricole est supérieur à 66,7 % du revenu total du foyer. Ce foyer peut avoir des revenus agricoles, mais ne dépassant pas
33,3 % du revenu total du foyer.

À Vĩnh Lộc A, les foyers agricoles sont minoritaires avec 15,3 % du nombre total des foyers. Ce sont les foyers dont plus de 66,7 % des revenus proviennent en 2007 d’activités agricoles. Les foyers mixtes sont également minoritaires avec 22,7 % sur le nombre total des foyers. La plupart des foyers sont donc non agricoles (61,3 %) avec plus de 66,7 % des revenus provenant d’activités non agricoles.

14À Bà Điểm, la répartition des foyers selon leurs sources de revenus est similaire, avec 10 % de foyers agricoles, 9,3 % de foyers mixtes et 78,7 % de foyers non agricoles (tableau 6.3).

Tableau 6.3 : Répartition des CSP par localité en 2007

Tableau 6.3 : Répartition des CSP par localité en 2007

* Non classé : Foyer de Phan Thị Anh, 77 ans, seule.

Globalement, l’analyse des sources de revenus en 2007 des membres de familles de ces deux localités montre que la plupart des foyers sont non agricoles ; un petit nombre de foyers seulement tirent leurs revenus d’activités agricoles ou mixtes. On peut cependant déceler des différences entre les foyers de la même catégorie. À Vĩnh Lộc A, les foyers agricoles sont plus nombreux qu’à Bà Điểm, tandis que le nombre de foyers non agricoles est moins élevé. À Vĩnh Lộc A, les activités agricoles sont encore intenses et de nombreuses familles vivent encore de l’agriculture. À Bà Điểm la situation est différente : peu de familles vivent de revenus agricoles et dans ces familles des membres travaillent dans les activités non agricoles. À Bà Điểm on voit ainsi apparaître plus de foyers non agricoles qu’à Vĩnh Lộc A.

15Une autre caractéristique est que le nombre de foyers mixtes à Vĩnh Lộc A est deux fois plus important qu’à Bà Điểm. Ces foyers ont deux sources de revenus à peu près égales provenant d’activités agricoles et non agricoles. Cela témoigne d’un état transitoire, car dans un avenir proche, les activités non agricoles deviendront de plus en plus importantes et des membres de ces foyers pourront éventuellement changer d’activités pour se lancer dans le secteur non agricole. Cela entraînera des changements dans la répartition des sources de revenus des foyers. On peut dire que la tendance est que les foyers mixtes deviennent progressivement des foyers non agricoles jusqu’au moment où le nombre des foyers mixtes et non agricoles à Vĩnh Lộc A égalera celui de Bà Điểm. Dans quelques années, quand Vĩnh Lộc A et Bà Điểm s’intégreront dans la ville pour devenir de nouveaux quartiers urbains, de nombreux foyers agricoles et mixtes disparaîtront pour laisser la place aux foyers non agricoles. Le tableau ci-dessus nous montre également les différents degrés de transformation de ces deux localités sous l’effet de l’urbanisation et de l’introduction de l’économie urbaine : Vĩnh Lộc A est au début du processus de changement, tandis que Bà Điểm est déjà passé à l’étape suivante et connaît une diversification importante.

Tableau 6.4 : Revenu moyen des foyers suivant la catégorie socio-professionnelle en 2007

Tableau 6.4 : Revenu moyen des foyers suivant la catégorie socio-professionnelle en 2007

À Vĩnh Lộc A et Bà Điểm les foyers appartenant à la même catégorie n’ont pas les mêmes revenus. L’analyse des revenus des foyers montre les différences entre ces deux localités :

Foyers agricoles

16On observe une grande disparité des revenus à Vĩnh Lộc A et à Bà Điểm. À Bà Điểm le revenu moyen d’un foyer de ce type s’élève à 66 010 667 VNĐ, alors qu’à Vĩnh Lộc A, le chiffre correspondant n’est que de 12 443 478 VNĐ. Le revenu moyen d’un foyer agricole à Bà Điểm est donc cinq fois supérieur à celui de Vĩnh Lộc A, ce qui est une différence énorme.

17La raison de cette disparité peut être cherchée dans les produits agricoles et dans les méthodes de production utilisées dans ces localités. À Bà Điểm les activités agricoles sont l’élevage de vaches laitières, la culture d’aréquiers, la riziculture, la culture des légumes et des plantes ornementales telles que les orchidées, les pruniers et les bonsaïs. À Vĩnh Lộc A on élève essentiellement des cochons, on cultive du riz et des légumes. Les produits agricoles de Bà Điểm sont donc destinés au marché urbain et ont une rentabilité économique assez importante. Par exemple, à l’approche du Nouvel An, les fleurs et les plantes ornementales se vendent plus cher qu’en temps ordinaire, ce qui augmente considérablement les revenus des paysans de Bà Điểm. De même les vaches laitières contribuent, ces dernières années, à une augmentation importante de leurs revenus. Au contraire, les produits agricoles de Vĩnh Lộc A ne se distinguent pas par leur diversité et sont beaucoup moins rentables. Il faut dire que les terres inondées de Vĩnh Lộc A conviennent seulement à la riziculture et à la culture de légumes. D’autre part, ces dernières années, les changements survenus dans le foncier, notamment l’aménagement du territoire a eu pour conséquence la diminution de la production agricole. La pollution de l’environnement à cause des usines récemment installées sur le territoire a également pour résultat la baisse de la productivité agricole à Vĩnh Lộc A.

Foyers non agricoles

18Dans cette catégorie, la différence des revenus observés dans les deux localités est également grande. À Bà Điểm les revenus tirés des activités agricoles sont deux fois plus élevés qu’à Vĩnh Lộc A. L’enquête de terrain montre qu’à Vĩnh Lộc A, les activités non agricoles ne sont pas de grande envergure ; il s’agit notamment du petit commerce, comme ces petites boutiques d’épicerie qui ont une clientèle strictement locale, sauf quelques magasins que nous avons pu voir dans le quartier autour du marché. À Bà Điểm, les foyers de commerçants tiennent des magasins assez grands et bien placés sur la route intercommunale reliant Bà Điểm à Vĩnh Lộc A et Bà Điểm à Xuân Thới Thượng ; ils ont donc une clientèle beaucoup plus nombreuse. D’autre part, les activités non agricoles à Bà Điểm peuvent rapporter plus. À Bà Điểm une main-d’œuvre libre qui se loue pour traire les vaches, peut avoir un salaire mensuel moyen de 2 000 000 à 3 000 000 de VNĐ, alors qu’à Vĩnh Lộc A, une main-d’œuvre peut se louer pendant la moisson pour couper le riz ou faire la moto-taxi pour un revenu maximal de 1 500 000 VNĐ/mois.

19Cette disparité de revenus provenant des activités agricoles et non agricoles, ainsi que la disparité en général entre ces deux communes montrent le déséquilibre des activités économiques en zone périurbaine. Ce n’est donc pas un modèle de développement durable.

20Dans ces deux communes de la zone périurbaine et qui sont encore fortement agricoles, nous remarquons que les activités agricoles, bien que majoritaires, n’apportent qu’une part négligeable dans la structure des revenus des foyers. Leur source de revenu principale provient en fait des activités non agricoles, en particulier du commerce, des services, ou des activités économiques individuelles.

21Vĩnh Lộc A étant entré plus tardivement dans le processus d’urbanisation que Bà Điểm, les foyers de cette commune ont de faibles revenus et encore essentiellement agricoles comme on l’a démontré plus haut. Il est vrai que sur le territoire de la commune s’est installée une zone industrielle, mais les revenus tirés des locations immobilières et du commerce en relation avec ces nouvelles entreprises ne sont pas encore importants. À Bà Điểm, au contraire, les habitants ont des revenus plus importants grâce au commerce, à la vente du foncier et l’investissement dans des productions agricoles à forte valeur ajoutée.

22Dans le processus d’urbanisation et de transformation de la zone périurbaine, nous pouvons déceler des tendances de stratification sociale différentes.

Quelques tendances de stratification sociale dans la zone rurale périurbaine

Le groupe de paysans bénéficiaires de la vente des terres

23Avant l’urbanisation, au temps d’une vie entièrement tournée vers l’agriculture, les paysans disposant de terres riches et bien placées dans les réseaux d’irrigation, formaient un groupe d’habitants disposant de revenus importants. Aujourd’hui, les conditions ont changé. Les terrains ayant de la valeur ne sont plus les terres riches, mais doivent se trouver à proximité des grands axes de transport et être constructibles. Dans la zone où commence l’urbanisation, les terrains se trouvant à proximité d’une route, en particulier d’un axe routier important, peuvent coûter plusieurs fois le prix des terrains mal placés. Ce sont donc les paysans qui disposent de ces terres qui voient leurs revenus augmenter, indépendamment de leur valeur agricole. Beaucoup vendent leurs terres pour gagner une importante somme d’argent, tout en gardant une partie de leurs terres pour faire construire leur nouvelle maison. D’autres font construire des logements destinés à la location pour les populations migrantes, les ouvriers venant d’autres localités pour travailler dans les usines et les ateliers de la commune. Ceux qui ont la chance d’avoir un terrain longeant une route et d’avoir une « maison ayant pignon sur rue » peuvent ouvrir des magasins et des boutiques. Ils peuvent également faire encore plus simple, c’est-à-dire mettre leur maison en location pour des activités commerciales ou de services. Ces propriétaires ont des revenus élevés et une vie économiquement assurée.

24Cependant l’utilisation de l’argent tiré de la vente des terrains est très diverse. En général, les investissements souvent hétérogènes ne visent pas des objectifs durables.

Tableau 6.5 : Utilisation des revenus issus de la cession ou de l’indemnisation des terrains

Tableau 6.5 : Utilisation des revenus issus de la cession ou de l’indemnisation des terrains

Le tableau 6.5 montre des utilisations différentes des revenus tirés de la vente ou de l’indemnisation des terrains. On peut remarquer en premier lieu qu’environ la moitié des foyers utilise cet argent pour des travaux de rénovation du logement, ou pour la construction d’une nouvelle maison (le pourcentage à Bà Điểm s’élève à 50 %, tandis qu’à Vĩnh Lộc A ce chiffre est de 57,1 %). Il est vrai que la construction d’une maison, ou les travaux de rénovation, sont considérés comme faisant partie des plus grands moments de la vie d’un individu. Pour cette raison, quand on « réussit dans la vie » (ăn nên làm ra), la première idée d’un paysan concerne la construction de sa maison ou la rénovation d’un logement existant. Une autre part importante de l’argent est partagée entre les enfants (Bà Điểm : 55 % des foyers, Vĩnh Lộc A : 70 % des foyers). Autrement dit, les paysans de ces deux localités ont tous utilisé de façon prioritaire l’argent tiré de la vente de leurs terres pour des buts qui ne peuvent en aucun cas créer des revenus supplémentaires. Ils n’accordent pas d’attention à l’élaboration d’une « stratégie », d’un « investissement » qui permettraient d’apporter d’autres revenus. L’enquête a d’ailleurs mis en évidence un résultat surprenant : aucune des personnes interrogées n’a investi dans l’apprentissage d’un métier. La formation et l’apprentissage de nouveaux métiers pour les membres du foyer sont donc un terrain en jachère. Cela explique par ailleurs la raison pour laquelle la main-d’œuvre issue de la zone périurbaine ne peut être utilisée que pour des tâches simples ne demandant pas de qualification. Cela représente également le plus grand obstacle pour ces paysans, à savoir réussir leur reconversion et envisager d’autres avenirs professionnels.

25La réalité est que la superficie des terres agricoles est en train de se réduire et de s’émietter sous l’effet du processus de développement urbain. Cependant des opportunités sont en train de se présenter. Il est vrai que les activités agricoles (agriculture et élevage, etc.) sont menacées de disparaître, mais comme dans un mécanisme d’adaptation pour la survie, d’autres métiers apparaissent. Des familles, pas encore très nombreuses, ont pris le risque d’investir dans l’immobilier, dans la location de logements meublés pour les ouvriers des zones industrielles et voient leur effort récompensé par une rentabilité économique considérable.

  • 1 La question du budget des foyers n’est pas étudiée dans les détails. La contrainte de temps nous ob (...)

26Le niveau de vie et les revenus présentent un élément important dans le choix des métiers futurs. Notre enquête n’a pas mis en évidence de différences notables entre les groupes d’habitants en ce qui concerne leurs dépenses1 pour la formation professionnelle et pour les études. En réponse à la question sur l’avenir professionnel des enfants, beaucoup de personnes interrogées disent qu’elles souhaitent voir leurs enfants « étudier jusqu’au bout » (học đến nơi đến chốn). « Étudier jusqu’au bout » fonctionnant comme un objectif à atteindre, une valeur affirmée, mais en réalité le niveau d’instruction dans ces deux localités reste bas et ne correspond pas à ces déclarations.

27Les critères objectifs tels que l’âge, le niveau d’études, ont une grande influence sur la reconversion des populations des zones en voie d’urbanisation. Savoir profiter de ses avantages est une des conditions pour réussir la reconversion dans les meilleures conditions. Un autre élément est le revenu et le niveau de vie, mais en réalité les habitants de ces deux localités n’ont pas su ou pu saisir les opportunités offertes par la vente de leurs terres pour investir dans le long terme.

Le groupe de paysans n’ayant pas tiré de bénéfice de la vente des terres

28Ce sont les paysans propriétaires de terres situées loin des grands axes routiers. L’accès se fait par des chemins ou des ruelles des hameaux du village. Autrefois ces chemins étaient étroits, tortueux, boueux. Même aujourd’hui ce sont des ruelles encore étroites qui ne laissent passer que les véhicules à deux ou trois roues. Les activités commerciales se limitent donc à la vente d’articles de petite épicerie aux habitants du hameau.

29À la campagne d’autrefois, les besoins d’une famille paysanne étaient peu nombreux. Une partie de la nourriture quotidienne était produite ou cueillie sur place et sans bourse déliée. Aujourd’hui les choses ont changé : tout s’achète. Le budget quotidien d’une famille augmente inexorablement. Ces familles ont souvent des économies, mais elles ne sont pas utilisées pour rapporter des rentes. Plusieurs familles sont donc obligées de dépenser leurs économies.

Les paysans sans terres

30Ce sont des paysans pauvres sans terre. Mais il y en a d’autres qui ont des petits terrains mal situés (dont vendus à bas prix), ou qui ont une petite somme d’argent grâce à la vente de la terre de leurs parents. Ils utilisent l’argent obtenu dans des travaux sur leurs maisons. Le paradoxe est qu’ils vivent dans des maisons qui ont une belle apparence, mais sont contraints de vivre au jour le jour.

31Outre les paysans qui n’ont jamais été propriétaires de quelque chose, les autres doivent faire face au déséquilibre budgétaire. Avec leurs revenus et leurs économies limités ils ont du mal à couvrir des dépenses plus importantes qu’autrefois. On ne parle même pas des tentations de la société de consommation urbaine. Ces paysans doivent en fait faire face au risque de rejoindre les populations pauvres de la ville.

32En raison de leurs conditions économiques différentes, ces paysans ont progressivement des modes de vie différents. Avant l’urbanisation, tous avaient, à quelque chose près, le même niveau de vie. Les travaux dans les rizières et dans les champs favorisaient également les échanges et les rencontres, par exemple afin de réfléchir à un problème commun. Actuellement, la vie dans la zone périurbaine n’offre plus d’occasions semblables. Le fossé entre les habitants se creuse d’une façon vertigineuse : ceux qui ont des terres à vendre ont soudainement des centaines de millions de VNĐ, voire des milliards de VNĐ, tandis que d’autres n’ont plus de travail et peinent pour gagner quelques dizaines de milliers de VNĐ par jour. La diversité des occupations et des métiers font que chacun est préoccupé désormais par ses propres problèmes et entretient son propre réseau de relations. Les habitants n’ont plus le sentiment d’appartenance à la même communauté.

Changements des relations dans la famille‚ le lignage et la communauté

Famille et lignage

Structure familiale

33Le développement de l’économie de marché, l’apparition des zones industrielles, ainsi qu’un ensemble d’éléments d’ordre économique, culturel et social, tendent à influer sur l’homogénéité de la structure familiale dans la zone urbaine en général et dans la zone périurbaine en particulier.

34À Bà Điểm et Vĩnh Lộc A le changement dans la taille des familles s’accompagne de la transformation de leur structure.

35En tant que cellule de base de la société, la famille remplit plusieurs fonctions importantes dont celle d’être un soutien affectif et économique pour tous ses membres. C’est dans la famille que s’effectuent l’éducation et la socialisation des jeunes, ce qui leur permet plus tard de s’intégrer sans heurts dans la vie sociale.

36La plupart des foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A étaient des familles élargies, c’est-à-dire ayant plusieurs générations vivant sous le même toit. Mais la tendance dominante est celle de famille nucléaire qui regroupe seulement les parents et les enfants. Ces familles sont de plus en plus nombreuses, favorisées par un ensemble de raisons dont les effets de l’urbanisation sur le mode de vie, ainsi que la migration de jeunes couples de la campagne à la ville.

37Dans l’ouvrage Étude et prévision sur la structure et les fonctions de la famille à Hô Chi Minh-Ville, élaboré à partir d’une enquête portant sur 100 îlots de population réunissant 4999 foyers sur le territoire de Hô Chi Minh-Ville, il apparaît que 2935 foyers ont une structure de famille nucléaire, soit 58,7 % des foyers enquêtés (Nguyễn Minh Hòa, 1998 : 53).

38Les résultats de notre enquête de terrain dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A confirment cette tendance. Actuellement, on peut y trouver les types de familles suivant : 1) Famille nucléaire regroupant deux générations, soit les parents et les enfants, ce type est majoritaire : 54,7 % à Bà Điểm et 59,3 % à Vĩnh Lộc A ; 2) Famille élargie à trois générations (parents, grands-parents, enfants) : 44,7 % à Bà Điểm et 38,0 % à Vĩnh Lộc A ; 3) Foyer de couple sans enfant : 0,7 % à Bà Điểm et 2 % à Vĩnh Lộc A ; 4). Enfin il existe quelques foyers constitués d’une personne à Vĩnh Lộc A, soit 0,7 %.

Tableau 6.6 : Classement des foyers

Tableau 6.6 : Classement des foyers

Le résultat de l’enquête montre que la famille nucléaire occupe plus de la moitié des foyers dans ces deux localités, suivie de la famille élargie. Dans l’ordre décroissant enfin : la famille de couple sans enfants, ainsi que le foyer de célibataire avec 0,7 %.

39La famille nucléaire, avec ses 4 ou 5 membres, est apte à la mobilité géographique. Elle peut changer facilement de lieu d’habitation et de travail. C’est le type de famille qui s’adapte le mieux aux changements socio-économiques actuels. La famille nucléaire dans la zone périurbaine actuelle présente des différences notables par rapport à la famille souche dans la société paysanne traditionnelle. En effet, la famille souche traditionnelle restait souvent liée à la famille élargie, donc à une communauté familiale ayant un grand nombre de membres et installée sur la terre qui est le patrimoine familial.

40Actuellement on observe deux facteurs favorisant l’émergence des familles nucléaires ayant deux générations vivant sous le même toit. Le changement dans les activités professionnelles, ainsi que la baisse des superficies disponibles sont les raisons principales influençant la baisse du nombre des membres d’une famille et donc le changement de la structure familiale traditionnelle dans la zone périurbaine. Le type de famille nucléaire majoritaire est celui du jeune couple qui se sépare de la grande famille et commence une vie indépendante après le mariage.

41Le tableau 6.6 montre que les familles nucléaires sont plus nombreuses que les familles élargies : respectivement 54,7 % et 44,7 % à Bà Điểm ; 59,3 % et 38 % à Vĩnh Lộc A. Cependant notre enquête de terrain permet d’observer que certains jeunes couples, bien que déjà installés de façon indépendante, gardent des relations étroites avec la famille élargie comme par le passé. En effet, ces jeunes couples vivent toujours avec leurs parents et grands-parents sur le même terrain dont le propriétaire (chủ đất) est le père ou le grand-père. Avec le mariage, ces jeunes ont obtenu leur part de la terre familiale (đất hương hỏa). Du point de vue de l’économie familiale, ces jeunes couples sont presque des foyers indépendants. Cependant, ils sont toujours inscrits sur le même registre du foyer (sổ hộ khẩu) et vivent sur le même terrain. On peut dire qu’en réalité ces foyers sont les familles nucléaires qui vivent dans le cadre d’une famille élargie.

42Certains jeunes couples ont la capacité financière d’acheter un terrain, construire une maison et vivre une vie complètement indépendante. Cependant ils préfèrent vivre près de leurs parents afin de pouvoir les aider en cas de maladie, mais aussi pour que ceux-ci puissent s’occuper de leurs enfants.

43Les jeunes couples ont des difficultés financières pour aller s’installer ailleurs et continuent à vivre sur le même terrain que la famille élargie, mais ils sont indépendants économiquement : ils travaillent et prennent leurs repas à part (làm riêng, ăn riêng).

44Les deux cas de jeunes couples présentés ci-dessus semblent bien illustrer une certaine mentalité traditionnelle des Vietnamiens par rapport à la famille, ce qui est exprimé dans ces vers d’une chanson populaire connue :

Si l’on a de la chance, on marie sa fille dans le voisinage
Même un petit bol de potage, elle peut nous l’offrir

(Có phúc gả con chồng gần
Có bát canh cần nó cũng mang cho)

  • 2 La famille de M. Năm Kéo, hameau de Tây Lân, M. Phan Thành Triệu, hameau de Tiền Lân, de la commune (...)

L’enquête de terrain montre que dans les deux communes le type de famille nucléaire se développe rapidement, mais les familles élargies comprenant trois ou quatre générations vivant sur le même toit sont toujours nombreuses. Ce type de famille élargie correspond souvent à des familles propriétaires de grands terrains. Avec des membres de paysans cultivateurs, les familles ont besoin d’une main-d’œuvre constante pour assurer l’activité économique familiale2. On peut prendre l’exemple de la famille de M. Năm Kéo au hameau de Tây Lân de la commune de Bà Điểm : il a 6 enfants et sa famille dispose d’environ 4 000 m2 de terre d’arbres fruitiers destinés au marché de la ville. Un autre exemple est celui de M. Trương Văn Thung, à Vĩnh Lộc A, qui a 5 enfants qui l’aident à cultiver plus de 6 000 m2 de terre.

45En résumé, on peut dire que dans la zone périurbaine, les types de famille élargie et famille nucléaire sont encore mélangés, avec une légère prédominance de la famille noyau.

Relations familiales

Contacts entre les membres de la famille

46L’enquête de terrain montre que les familles ont tendance à diminuer les repas pris en commun le matin et à midi. Entre 1997 et 2007, le pourcentage de familles dont les membres prennent leurs dîners en commun a diminué de 8,7 % à Bà Điểm et 8 % à Vĩnh Lộc A. Sur la même période, le pourcentage des familles dont les membres déjeunent ensemble diminue plus fortement que le petit-déjeuner, soit une diminution de 23,4 % à Bà Điểm et 34 % à Vĩnh Lộc A. Les familles dont les membres ne prennent pas de repas en commun augmentent également de 8 % à Bà Điểm et 9,4 % à Vĩnh Lộc A (tableau 6.7).

Tableau 6.7 : Repas pris en commun par les membres du foyer entre 1997 et 2007

Tableau 6.7 : Repas pris en commun par les membres du foyer entre 1997 et 2007

D’une façon générale, le pourcentage des familles dont les membres prennent ensemble les repas a tendance à diminuer avec l’urbanisation. Le traditionnel petit-déjeuner pris en commun devient moins fréquent à Bà Điểm qu’à Vĩnh Lộc A et la situation est semblable pour les autres repas.

47L’urbanisation introduit beaucoup de changements dans la vie quotidienne des habitants de cette zone. L’heure des repas familiaux s’est modifiée pour s’adapter à leur activité actuelle. « Autrefois, pendant la période des travaux de champs, les paysans se levaient à 4 heures ou 5 heures du matin pour préparer le repas. Au chant du coq, avant le lever du soleil, tous partaient déjà aux champs. Les jours ordinaires, par habitude, ils se levaient tôt, vers 5 heures du matin, mais prenaient leurs repas plus tard. Ils s’arrêtaient de travailler dans les rizières vers 10 heures pour faire la pause du déjeuner. À 1 heure dans l’après-midi, ils repartaient aux champs jusqu’à 4 heures et demie ou 5 heures, l’heure du dîner » (Lê Văn Năm, Hoàng Trương, 2007 : 122). L’activité principale de toute la famille étant les travaux agricoles, les membres avaient souvent l’occasion de prendre en commun les repas. Les choses ont beaucoup changé aujourd’hui. Dans une même famille, l’un continue à travailler dans l’agriculture, l’autre est devenu ouvrier, le troisième fait le moto-taxi, le quatrième travaille comme apprenti maçon. Les métiers étant plus diversifiés, les rythmes et les horaires de travail n’étant plus les mêmes pour tous, les membres de la famille n’ont plus beaucoup d’occasions pour prendre en commun leurs repas.

Les changements dans le comportement quotidien

48Dans une famille d’autrefois, les décisions importantes étaient prises par les grands-parents ou les parents. Les enfants de bonnes familles devaient même demander l’autorisation pour sortir (đi thưa về trình) et attendre que les aînés aient commencé le repas pour manger à leur tour selon le principe « respect vis-à-vis des aînés, tolérance vis-à-vis des cadets » (kính trên, nhường dưới). Dans la vie quotidienne, c’étaient les femmes qui s’occupaient de la maison, de la cuisine et du ménage, et les hommes ne faisaient jamais attention à ces choses-là. Pourtant dans un couple, c’était habituellement le mari qui avait le dernier mot.

49La famille dans la zone périurbaine est aujourd’hui toujours le repère de tous les membres qui continuent à s’entraider. Face à une difficulté, on sollicite tout d’abord l’avis des membres de la famille avant de prendre conseil auprès du lignage, du voisinage et des amis. Cependant, dans la famille actuelle on observe des changements. Les enfants sont désormais plus respectés et traités avec plus de considération. Ils peuvent participer aux réunions familiales et donner leur avis sur les questions concernant toute la famille ou eux-mêmes. Le choix du conjoint en particulier appartient à l’intéressé qui ne subit plus la pression de ses parents et de ses grands-parents. Dans une certaine mesure, ce changement est positif car il développe l’autonomie de l’individu. Dans un couple, notamment dans un jeune couple, les époux sont également plus sur un pied d’égalité par rapport à la génération précédente. Les décisions importantes sont désormais l’objet de discussion entre époux, voire entre parents et enfants. Cela est particulièrement vrai dans les familles ayant un niveau culturel élevé. On peut voir également le changement dans le comportement de certains maris qui sont prêts à partager les tâches domestiques avec leurs femmes.

  • 3 Même remarque que pour le tableau 6.5.

Tableau 6.8 : Personnes s’occupant des tâches ménagères3

Tableau 6.8 : Personnes s’occupant des tâches ménagères3

Le tableau 6.8 montre que la participation du mari aux tâches domestiques s’élève à seulement 10 % à Bà Điểm et 8 % à Vĩnh Lộc A.

50Parallèlement à ce changement positif, on observe une montée de tensions et de conflits entre les générations qui aboutissent parfois à un renversement des valeurs familiales. Les conflits concernent souvent des aspects de la vie quotidienne telles que l’habillement, les comportements des enfants par rapport aux adultes. Les personnes âgées reconnaissent qu’elles ont souvent du mal à accepter le mode de vie des jeunes de maintenant. Elles sont choquées par les habits qu’elles estiment trop dénudés, comme par la façon de parler des jeunes. Cependant on peut avancer que ces conflits ne sont que les effets inévitables d’un changement de génération qui devraient s’atténuer lorsque les anciens et que les jeunes dépasseront le stade du « choc » de l’acculturation à la vie urbaine. Il existe d’autres conflits, autrement plus graves, qui se nouent autour des questions de partage des terres et d’héritage. Plusieurs familles connaissent la discorde en raison de conflits fonciers entre les enfants et les parents, entre les frères et sœurs.

  • 4 Terre dont le revenu est consacré au culte des ancêtres.

51La réalité est que certaines familles sont secouées par les changements dans le domaine du foncier. La vente des terres ancestrales dites « de l’encens et du feu »4 peut diviser les membres d’une famille. Ainsi, on voit un membre qui depuis longtemps n’habite plus au village, laissant aux autres parents le soin de cultiver sa terre, se manifester brusquement pour réclamer sa part en raison de la hausse du foncier.

52Plusieurs habitants de Bà Điểm et de Vĩnh Lộc A reconnaissent cette dégradation des relations familiales et en cherchent la raison. Selon M. Nguyễn Văn Phúc, du hameau de Đông Lân, de la commune de Bà Điểm :

  • 5 Interview de M. Nguyễn Văn Phúc, hameau de Đông Lân, de la commune de Bà Điểm, (déjà cité).

La hausse du prix du foncier suite à l’urbanisation est une raison des conflits familiaux et lignagers dans certaines familles paysannes. Les désaccords, voire les agressions, ont lieu dans certaines familles, voire dans le lignage, à cause des problèmes fonciers. En général, la cause est le mécontentement dans le partage des terres ou de l’argent tiré de la vente des terres entre les membres de la famille, ou le conflit pour le partage des terres héritées des parents et des grands-parents. Cela est de plus en plus courant5.

Les conflits liés aux terres héritées des parents et des grands-parents ont plusieurs raisons. Selon la coutume, les terres dites « de l’encens et du feu » (đất hương hỏa), destinées autrefois au culte des ancêtres, sont confiées à un fils ou à un petit-fils pour les cultiver ; en contrepartie, le bénéficiaire est chargé d’organiser les repas d’anniversaires de la mort des ancêtres pour toute la famille, alors que les autres membres de la famille n’ont pas besoin d’y participer financièrement. Le bénéficiaire des terres ancestrales n’a que l’usufruit, et non pas la propriété. Il n’a pas le droit de vendre ces terres qui restent la propriété commune de tous les membres de la famille ou du lignage.

Un cas observé en 2007 à Bà Điểm : M. Năm et Mme Hai ont eu six enfants, trois filles et trois fils. Quand les enfants se sont mariés, ils ont donné des terres seulement aux trois fils, les filles étant nées « pour [partir dans] les familles de leurs maris ». Ils ont gardé un terrain de 1 000 m2 pour leurs vieux jours. Cependant le prix de la terre a commencé à monter. Leur terrain a pris beaucoup de valeur grâce à sa proximité d’une nouvelle route. En voyant que les trois filles avaient du mal à gagner leur vie, ils ont décidé de donner un terrain de 150 m2 à chacune. Les sœurs en étaient heureuses. Mais les trois frères protestèrent d’une façon véhémente, bien que les parents essayent de les raisonner : « Vous avez déjà eu vos parts. Vos sœurs n’ont jamais eu quoi que ce soit et elles ont une vie difficile. Vous êtes frères et sœurs, et non pas des étrangers. Pourquoi êtes-vous jaloux comme cela envers elles ? »
Mais les fils n’étaient pas d’accord avec le père et estimaient que « le partage des terres dans le passé ne compte pas. Maintenant si vous voulez partager, il faut le faire d’une façon équitable. Pourquoi aux unes et pas aux autres ? Ce n’est pas juste. »
À l’occasion de l’anniversaire de la mort du père de M. Năm, toute la famille s’est réunie. Profitant de la présence de tous, deux des trois fils commencèrent à revenir sur l’histoire du partage. Ils reprochaient à leurs parents d’avoir fait « un partage inéquitable » et provoquaient ouvertement les trois sœurs en disant : « On ne vous laissera pas vous gaver tranquillement avec ces terrains ! » Les mots ont fusé et ils en sont venus aux mains. Les deux frères, en proférant des insultes, cassèrent les meubles et de la vaisselle avec leurs bâtons. Ils ont poursuivi les trois sœurs cadettes qui se sont enfuies chez elles.
Un des beaux-frères, M. Năm, en les voyant poursuivre sa femme, leur a barré la route en essayant de calmer le jeu en disant : « S’il y a un problème, entrez chez nous, on peut en parler tranquillement en buvant le thé. Ne faites pas du bruit comme ça, qu’est-ce que les gens diront ? » Ces paroles n’ont pas eu l’effet escompté. Au contraire, ses beaux-frères se sont énervés. Le résultat de la bagarre fut extrêmement grave, car M. Năm a reçu des coups et des blessures l’invalidant à 45 %. Il eut un grave traumatisme crânien entraînant des troubles nerveux.
Le jour du procès, sa femme, présente en tant que famille de la victime, n’a pas demandé les 30 millions de VNĐ nécessaires aux soins de son mari ; au contraire elle a imploré la clémence du tribunal en faveur de ses frères (Hoàng Tuấn, 2007).

Dans le Vietnam actuel, l’État est propriétaire des terres et reconnaît le droit d’utilisation des terres par l’individu. Le paysan cultivant les terres dites « de l’encens et du feu » voit son droit d’utilisation de ces terres reconnu par l’État et de fait il devient le propriétaire de ces terres. Cependant, les autres membres de la famille ou du lignage considèrent toujours qu’il s’agit d’une propriété collective et réclament leurs parts. Auparavant, le prix du foncier étant bas et leur part étant négligeable, personne ne faisait attention à ces biens cultuels. Maintenant, avec l’urbanisation galopante, chaque mètre carré compte, un terrain peut alors représenter une fortune et attirer les convoitises. C’est une source de tensions et de conflits qui nuisent aux relations familiales, parfois gravement comme le cas déjà rapporté.

53Si les conflits ne peuvent pas être réglés au sein de la famille ou du lignage, ils sont portés devant le Comité populaire de la commune. Le plus souvent le Comité populaire règle ces différences selon la loi et appelle les parties au compromis. Parfois, le problème ne peut pas être résolu au niveau communal et est alors porté devant le Comité populaire du district, ou dans certains cas, devant celui de Hô Chi Minh-Ville.

54Le travail des autorités locales, dans les conflits fonciers, est d’inciter les protagonistes à chercher un compromis basé sur la loi. Depuis l’apparition des certificats d’utilisation des terres qui permettent de déterminer le droit d’utilisation de tel ou tel terrain, les conflits familiaux pour cette raison diminuent considérablement. Cependant, le partage d’une somme importante d’argent tirée de la vente des terres ou de la compensation lors d’une préemption, est toujours source des conflits entre les membres de la famille ou du lignage.

Les changements relationnels dans la communauté

55Les relations étroites entre les membres d’une communauté constituent une caractéristique de la campagne vietnamienne. Chez les gens qui vivent essentiellement de l’agriculture, ces relations sont fortement valorisées comme en témoignent ces proverbes : « Vendre la parentèle qui est loin pour acheter le voisinage proche » (Bán anh em xa, mua láng giềng gần) ; « Les voisins sont ensemble quand le soir tombe et quand la lampe est éteinte » (Hàng xóm láng giềng tối lửa, tắt đèn có nhau).

  • 6 L’entraide est mutuelle et basée sur un accord entre deux parties. En général, l’entraide est calcu (...)

56À Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, les habitants vivaient autrefois essentiellement des rizières et des potagers. Ils mettaient à l’honneur les bonnes relations entre les habitants du village et du hameau. Il faut rappeler que l’activité agricole a besoin de main-d’œuvre, notamment au moment de semer (xuống giống) ou de récolter. Les voisins avaient donc besoin de s’entraider pour respecter le calendrier. L’« entraide » (vần công)6 était alors une pratique très courante.

57En dehors de l’entraide dans le cadre de la production, les voisins avaient également l’habitude de s’entraider dans la vie quotidienne, notamment lors des moments difficiles. On pouvait emprunter au voisin des objets dont on avait besoin. On pouvait même emprunter du paddy, du riz, ou de l’argent si nécessaire. Dans la vie de tous les jours, on offrait les bons plats ou les choses apportées de loin à tout le voisinage. Quand on faisait des gâteaux pour une occasion particulière, on en faisait toujours plus pour en donner aux voisins afin qu’ils puissent « goûter à la générosité » (ăn lấy thảo). Dans les moments de joie comme de tristesse, ou de maladie, on informait d’abord le voisinage pour y chercher de la solidarité, avant d’informer la parentèle qui habitait plus loin.

58On observe particulièrement l’importance de la communauté et du voisinage lors des occasions telles que le mariage, l’enterrement, l’anniversaire de la mort d’un ancêtre. Ce n’était pas l’affaire d’une seule famille, mais de toute la communauté. Les uns venaient volontairement pour aider, les autres apportaient de l’argent pour alléger le fardeau de la famille.

59Dans cette société, ce qu’on redoute le plus, c’est de « contrarier » (mích lòng) le voisinage. Contrarier les voisins était une chose encore plus grave que les conflits familiaux. Dans la vie quotidienne qui n’exclut pas les tensions, la plupart du temps on était prêt à prendre sur soi les choses désagréables pour ne pas « contrarier » le voisin. Cette attitude permettait aux paysans de franchir les obstacles dans leurs durs travaux des champs en particulier et dans la vie en général.

60On peut dire que la communauté rurale présente des caractéristiques différentes de la communauté urbaine. En ville, les relations avec le voisinage sont faibles et l’habitant de la ville, sous la pression du mode de vie urbain, ne fait pas attention à ses voisins.

61Dans une zone périurbaine, les relations entre les voisins ne sont pas désunies comme dans une zone urbaine. On y observe cependant des changements dans la vie quotidienne. Tout d’abord, l’activité agricole n’a plus besoin d’autant de main-d’œuvre qu’avant, grâce aux machines qui remplacent la force humaine. Les groupes d’entraide n’existent plus. Une famille ayant besoin de la main-d’œuvre va désormais la louer aux alentours et la payer comptant selon les nouvelles règles.

Tableau 6.9 : Changement dans les relations de voisinage entre 1997 et 2007

Tableau 6.9 : Changement dans les relations de voisinage entre 1997 et 2007

Si en 1997, le pourcentage de personnes ayant reconnu qu’elles ont des relations amicales étroites avec les voisins s’élève à 57 %, il a baissé pour atteindre en 2007 seulement 48,6 %. Le fait le plus important est que le nombre de personnes qui ont peu de relations avec le voisinage augmente rapidement : de 37,7 % en 1997, le pourcentage est 45 % en 2007. Il est évident que les relations entre les habitants deviennent de moins en moins fréquentes.

62Le mode de vie moderne fait que les gens vivent d’une façon plus repliée sur eux-mêmes. La solidarité entre les gens d’une même communauté, entre les voisins, les sentiments de générosité et d’entraide, tout cela devient de moins en moins important pour les habitants de la zone périurbaine.

  • 7 Interview de M. Phan Văn Nhiều, idem.

63Nous avons fait l’hypothèse que l’arrivée des migrants qui s’installent sur le territoire pouvait distendre les relations entre les habitants. La réponse reçue est la suivante : « Les nouveaux habitants de la commune ne font pas changer tellement les relations de la communauté. Mais on peut dire qu’il y a quelques petits changements7 ».

64Ces dernières années, les hameaux de Nam Lân, Hậu Lân, Đông Lân de la commune de Bà Điểm, et les hameaux Deux, Six, Quatre, Cinq de la commune de Vĩnh Lộc A, ont accueilli un nombre important de migrants qui sont maintenant deux ou trois fois plus nombreux que les habitants anciennement installés. Ces nouveaux habitants ont des origines diverses : certains sont arrivés de la ville, d’autres de la campagne. Ils apportent avec eux leurs modes de vie d’origine, par exemple ceux venant de la ville ne considèrent pas que les relations de voisinage sont importantes.

65D’autre part, la répartition géographique a également une certaine importance. L’arrivée des nouveaux habitants qui vivent sur les terrains situés entre les anciennes maisons ne favorise pas l’intégration. Au contraire, les habitants anciennement installés sont en quelque sorte divisés par ces nouvelles maisons qui ne permettent plus le passage aisé d’une maison à une autre comme auparavant. Il est vrai que les nouveaux habitants adoptent souvent un mode de vie « porte close, murs hauts » (kín cổng cao tường). Il en résulte que les nouveaux habitants, malgré la proximité géographique, restent des étrangers pour les habitants anciennement installés dans les deux localités enquêtées. Cela a une influence certaine sur la cohésion sociale.

Tableau 6.10 : Nombre de nouveaux voisins

Tableau 6.10 : Nombre de nouveaux voisins

Le résultat d’enquête montre que 66,3 % des chefs de famille disent qu’ils ont de nouveaux voisins. Le pourcentage à Vĩnh Lộc A (71,3 %) est plus important qu’à Bà Điểm (61,3 %) (tableau 6.10).

Tableau 6.11 : Fréquence des visites chez les nouveaux voisins

Tableau 6.11 : Fréquence des visites chez les nouveaux voisins

Le résultat d’enquête montre que jusqu’à 42,8 % de personnes interrogées disent qu’elles n’ont pas beaucoup de relations avec leurs nouveaux voisins. Seulement 15,2 % de personnes fréquentent leurs nouveaux voisins. 42 % de personnes ignorent tout de leurs nouveaux voisins (tableau 6.11).

66Dans la vie quotidienne, les nouveaux habitants ont peu d’occasions de fréquenter les habitants anciennement installés. Ils partent souvent travailler tôt et rentrent tard, ce qui fait qu’objectivement ils n’ont pas beaucoup de temps, ni d’occasions pour rencontrer et échanger avec la population locale.

Mme Mai Thị Đào, 46 ans, est originaire de Thanh Hóa. Son mari est originaire de Quảng Trị. Ils ont deux enfants et sont installés à Bà Điểm depuis 1997. Elle dit qu’ils sont arrivés ici pour chercher du travail. À Thanh Hóa, dans son village d’origine, ils travaillaient dans l’agriculture, mais les revenus étaient négligeables. Redoutant que leurs enfants laissent passer l’occasion de faire les études, ils ont pris la décision de partir loin dans le Sud pour tenter leur chance. Actuellement ils vendent des légumes au marché. Ils ont des voisins qui sont des nouveaux migrants comme eux, car l’ancien propriétaire a partagé son terrain en plusieurs lots. Cependant ils ont peu d’occasions pour rencontrer les voisins, car ils partent très tôt avec leurs palanches de légumes au marché et rentrent seulement à midi. Après le déjeuner, ils partent acheter d’autres légumes pour le lendemain. Ils racontent que c’est la même chose pour leurs voisins qui partent travailler toute la journée et ne rentrent que tard le soir. Après une journée de travail harassant, tout le monde aspire au repos et n’est pas en mesure de penser aux échanges de voisinage. Quand ils se croisent, ils échangent juste quelques politesses. « En général, les nouveaux arrivants, comme nous-mêmes, doivent travailler dur et n’ont pas de temps libre pour aller voir les voisins. » (Mme Mai Thị Đào, hameau de Đông Lân, de la commune de Bà Điểm, interviewée par Hoàng Trương, 15/9/2009.)

On peut voir ainsi que dans la société actuelle de la zone périurbaine, les voisins ayant les murs mitoyens et se croisant parfois chaque jour peuvent se comporter comme des étrangers, faute d’avoir du temps, car chacun travaille beaucoup pour gagner sa vie. Certaines personnes auraient voulu avoir une relation plus amicale avec le voisinage, mais ont peur d’être taxées de curieuses et ne veulent pas qu’on les soupçonne de vouloir s’immiscer dans les affaires des autres. Le nombre croissant de nouveaux habitants affaiblit au fur et à mesure les relations entre les habitants qui se divisent entre les « nouveaux » et les « anciens ». Cela a des conséquences directes sur la sécurité dans la commune, car des personnes mal intentionnées profitent de cette situation dite « la lampe de chacun éclaire sa maison » (đèn nhà ai nấy rạng) pour faire des cambriolages dans les quartiers où les nouveaux habitants sont nombreux. La dégradation de la sécurité empire encore la situation, car les voisins n’ont plus confiance les uns envers les autres comme auparavant. Chaque famille se préoccupe donc de se protéger d’une façon individuelle par l’installation de grillages, l’élévation de murs et l’installation de portes de plus en plus sécurisées.

67Il faut dire que la disparité des richesses toujours plus visible influence également les relations de voisinage. Autrefois, dans un hameau, entre les maisons, il n’existait pas de haies, ou seulement des haies d’hibiscus. Il était fréquent que les maisons aient des cours qui se prolongeaient, créant ainsi un espace continu propice aux jeux des enfants. Les voisins pouvaient aller chez les uns et chez les autres librement pour se parler et échanger. Aujourd’hui on profite de chaque pouce de terre pour construire, ce qui fait que les anciens espaces communs ont disparu. Dans le paysage actuel, on voit de nouvelles maisons, grandes et solides, portes fermées, qui sont entourées par des murs en béton ou des grillages en barbelé. Les murs et les portes ont pour fonction de protéger les familles contre les cambrioleurs, mais ils les séparent également de leurs voisins.

68Le mode de vie des habitants de la zone périurbaine subit également des changements dans le processus d’urbanisation. Le rythme accéléré de la vie urbaine ne leur laisse pas beaucoup de temps pour être attentifs aux voisins.

69En effet, les familles paysannes avaient coutume de s’entraider aux moments difficiles. Par exemple, une mauvaise récolte pouvait être atténuée par l’aide d’une famille voisine qui prêtait du riz. Ces formes de solidarité sont devenues rares. Cela est dû peut-être à la dégradation des relations de voisinage et de la cohésion sociale dans la communauté. Une autre raison est l’amélioration générale de la situation économique dans la zone, ce qui fait qu’on n’a plus besoin des petits coups de pouce. Dans certains cas, une personne peut avoir besoin des fonds pour commencer une affaire, mais la somme nécessaire est souvent importante et au-dessus des capacités que le voisinage peut mobiliser. D’autre part, le système bancaire permet actuellement aux particuliers de faire des emprunts pour des projets de production dans des conditions administratives simplifiées. Des organisations de masse locales telles que l’Association des Paysans, l’Association des Femmes, l’Association des Anciens Combattants, etc. peuvent également venir en aide en accordant des prêts.

70Dans la société moderne, les relations de voisinage sont également en quelque sorte « diluées » à cause de l’intervention des autorités locales et de l’existence des organisations de masse. Celles-ci permettent en même temps aux habitants de nouer des relations plus larges en dehors de la communauté villageoise.

71Auparavant, les personnes âgées ou malades vivant seules ou dans une famille peu nombreuse se voyaient aider par le voisinage qui allait acheter des médicaments au marché ou faire la cuisine. Dans les hameaux existaient des groupes d’entraide spécialisés dans les enterrements appelés « âm công ». Ces groupes étaient constitués d’habitants de la localité qui venaient aider les familles en deuil. Les voisins proches ou moins proches venaient volontairement pour aider dans l’organisation de l’enterrement : mettre les bâches, emprunter des tables et des chaises, nettoyer la maison, etc. L’aide durait tout le temps des cérémonies funéraires qui pouvaient s’étaler sur plusieurs jours.

72Aujourd’hui les habitants sont plus nombreux, mais ne s’entraident plus comme avant. L’apparition des sociétés de pompes funèbres joue également un rôle dans la disparition des groupes d’entraide « âm công ». La famille préfère faire appel à ces sociétés en comptant sur l’aspect pratique et professionnel de leurs services. Les groupes d’entraide « âm công » n’ont plus de fonction à remplir, mais les voisins continuent à venir aider la famille en deuil. Partager les peines d’une famille à ce moment difficile est toujours considéré comme un devoir et une manifestation de l’amitié de la part d’un voisin.

73En dehors des tensions et des conflits entre les voisins qui contestent les limites de leurs terrains mitoyens, les amitiés anciennes sont gardées intactes avec beaucoup de sérieux. Ces familles continuent à se rendre des visites, bien que moins fréquemment. Dans la vie moderne, les hommes peuvent se rencontrer chez eux ou au café, ou lors des apéritifs, tandis que les femmes peuvent se voir en allant au marché.

74Globalement dans un milieu urbanisé, les effets du développement économique se font sentir dans les relations entre les membres d’une famille ou d’un lignage, entre les voisins et les membres de la communauté villageoise, qui sont devenues plus distendues. Les associations et les groupements d’habitants sur la base du volontariat disparaissent peu à peu pour laisser la place aux nouveaux services, notamment lors des mariages ou des enterrements.

Les difficultés dans l’urbanisation de la zone périurbaine

Logement

  • 8 On compare Hô Chi Minh-Ville à un donut (beignet avec un trou au milieu), c’est-à-dire que la popul (...)

75La croissance rapide de la population de Hô Chi Minh-Ville entraine l’explosion des constructions dans les zones périurbaines. La ville est en train de pousser les habitants en dehors du centre-ville. Un rapport privé récent estime que Hô Chi Minh-Ville est en train de devenir une ville ayant la forme d’un donut rond avec un trou au milieu8, car dans le centre-ville les constructions concernent uniquement les centres commerciaux, tandis que la population est poussée vers les banlieues.

76Dans les zones périurbaines, les logements sont d’une grande diversité. On peut les classer en deux types : le logement dû à l’initiative privée et le logement planifié.

Logement spontané dû à l’initiative privée

77Ces logements sont construits sur les terrains selon le modèle des maisons rurales : sur chaque terrain on a construit quelques maisons dans la perspective de permettre aux enfants de s’installer après le mariage, mais la hausse du foncier a fait que le chef de famille a vendu une partie de son terrain aux gens qui en ont besoin. D’autre part, il y a une autre forme de ce type de logement appelé « groupé » (hợp thửa) sur le modèle d’un quartier urbain. Dans ce cas les terrains sont regroupés pour former une superficie assez grande, puis partagés en plusieurs lots pour vendre aux personnes ayant de bas revenus.

Figure 6.1 : Maison construite sur un terrain agricole ayant l’aspect mi-urbain mi-rural

Figure 6.1 : Maison construite sur un terrain agricole ayant l’aspect mi-urbain mi-rural

La formation de ces types de logement, due à l’initiative privée, ne tient absolument pas compte du plan d’aménagement élaboré par les collectivités locales. Le résultat est que les réserves de terrains nécessaires à la construction des infrastructures urbaines communes sont occupées par des constructions spontanées. Ce qui se passe va à l’encontre du projet d’une zone d’habitation planifiée ayant un réseau d’infrastructure complet. Ces quartiers d’habitation sont issus des logements construits sur les terrains agricoles partagés par les propriétaires eux-mêmes sans tenir compte d’aucune infrastructure autre que les modestes espaces réservés à la circulation. Le tout-à-l’égout n’existant pas, les eaux usagées qui ne sont pas traitées coulent directement dans les canaux. L’eau pour la consommation domestique provient des sources souterraines présentes sur le terrain, ou bien les habitants doivent acheter de l’eau venant d’ailleurs. L’électricité est obtenue simplement par un branchement non sécurisé sur le fil de l’ancien propriétaire du terrain ou d’un voisin.

78Ces quartiers d’habitation spontanée dans les zones périurbaines suscitent des problèmes évidents à court terme et à long terme. Les infrastructures y manquent ou sont bricolées présentant un paysage émietté et enlaidi. Tout cela entraînera des conséquences pour l’urbanisation dans le futur. Cependant du point de vue socio-économique, la formation de ces quartiers présente des effets à la fois négatifs et positifs sur le développement de la ville. D’une part leur existence nuit au développement durable de ces zones qui seront intégrées dans l’avenir à l’espace urbain de la ville. D’autre part, ils contribuent à entretenir l’équilibre social dans la mesure où les fonds de logements sociaux de Hô Chi Minh-Ville ne peuvent pas encore répondre à une demande très forte d’une population dont les revenus sont faibles.

79Une des formes de ces logements « spontanés » est le logement de location qui se développe rapidement. Du point de vue de la gestion, la construction de ces logements destinés à la location est une forme de commerce illégal, car elle ne correspond pas au plan d’urbanisme et il n’existe pas de contrats de location, etc. Cependant, c’est une réalité qui est tolérée par les autorités locales car les loueurs et les locataires sont déclarés et enregistrés au Comité populaire de l’arrondissement ou de la commune. D’une part, les autorités locales ont le droit de donner ces autorisations, d’autre part, elles doivent faire face à une forte pression financière, étant dans l’obligation de contribuer par une somme annuelle au budget de la ville. Plus la somme versée est importante, plus importante est la part reversée par le budget de la ville. Enfin, dans cette zone, les relations interpersonnelles pèsent plus lourd que les lois. Bien qu’illégale, la construction des logements est néanmoins autorisée de facto et devient une pratique courante. Cela entraîne des cas de corruption avérés dans la planification des constructions de logements et de logements destinés à la location dans les zones périurbaines. Vĩnh Lộc A et Bà Điểm ne sont que deux cas parmi d’autres.

Le 11 juillet 2007, le Tribunal populaire de Hô Chi Minh-Ville a jugé l’affaire de quatre cadres de la commune de Vĩnh Lộc A accusés de corruption et d’être les intermédiaires dans des affaires de corruption, en même temps que d’abus de pouvoir pour accaparer les biens d’autrui. C’est une affaire importante, car les accusés étaient des dirigeants locaux qui étaient complices pour légaliser les constructions illégales en contrepartie des sommes d’argent. Depuis 2003, Vĩnh Lộc A voit arriver un grand nombre de foyers de migrants et de personnes habitant dans d’autres localités pour acheter des terrains. Les entorses à la loi étaient nombreuses, mais le Comité populaire et les autorités compétentes au niveau local n’avaient pas pris rapidement les décisions nécessaires pour arrêter cette situation. L’ancien vice-président du Comité populaire N.V.C. qui était en même temps responsable de la commission de la gestion urbaine, ainsi qu’un ancien policier N.V.H. et un ancien employé du service d’urbanisme N.V.T., recevaient des pots-de-vin et fermaient les yeux sur les constructions illégales. (Journal Sài Gòn Giải phóng, 12 juillet 2007.)

Figure 6.2 : Aspect intérieur des maisons louées en meublé dans les zones périurbaines

Figure 6.2 : Aspect intérieur des maisons louées en meublé dans les zones périurbaines

On peut dire que presque toutes les zones périurbaines autour de Hô Chi Minh-Ville sont dans cette situation, notamment sur les communes ayant plusieurs zones industrielles dont les entreprises emploient un grand nombre de migrants qui ont besoin de louer leur logement. Vĩnh Lộc A, comme plusieurs autres localités, est surnommé le territoire des « maisons d’une nuit » (nhà một đêm), c’est-à-dire construites en une seule nuit. Selon la loi, les constructions illégales sont arrêtées pour attendre l’autorisation. Mais comment faire dans le cas d’une maison déjà construite et déjà habitée ? Pour cette raison, on voit apparaître les quartiers d’habitation « trois non » (khu dân cư ba không) : pas de numéro de maison, pas de nom de rue, l’occupant n’est pas inscrit sur le registre des foyers (hộ khẩu), la maison ne respecte pas le plan d’urbanisme et est construite sans style et sans infrastructure.

Selon la réglementation, la démolition d’un bâtiment exige au préalable la constitution d’une commission compétente pour établir un projet de démolition, puis le faire valider. Le temps imparti aux autorités communales pour la démolition est de dix jours, puis si l’affaire est portée devant les autorités du district ou de l’arrondissement, le délai est prolongé de cinq jours. Dans le cas d’une construction illégale, il suffit que le maître d’œuvre et le maître d’ouvrage soient absents pour que la décision de démolition soit impossible à mettre en application. L’inspecteur principal des bâtiments au niveau de l’arrondissement a le droit de donner une amende jusqu’à 10 millions de VNĐ suivant la décision n° 89 du 8 juin 2007 du Premier ministre. Mais en même temps, l’ordonnance sur les infractions administratives et le décret Nghị định n° 126 ne définissent pas les compétences de l’inspecteur des bâtiments au niveau du district et de l’arrondissement. Même la décision n° 89 du Premier ministre et la décision n° 133 du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville portant sur la création d’une inspection des bâtiments au niveau de l’arrondissement, des phường et des communes xã, ne définissent pas clairement les cas qui peuvent être sanctionnés par l’inspecteur.

C’est évidemment le contraire de nouveaux quartiers haut de gamme tels que Phú Mỹ Hưng, Tây Bắc Củ Chi, Thủ Thiêm. Destinés à une clientèle fortunée, ils sont l’objet d’une planification rigoureuse et dotés des infrastructures complètes avec une panoplie de services. Dans ces quartiers, il n’y a évidement pas de logements insalubres, de marchés « sauvages » sur les trottoirs de marchands ambulants, ni d’inondations ou de problèmes environnementaux.

Nouveaux quartiers urbains dans la zone périurbaine

80Un nouveau quartier de ce type fait généralement partie d’un grand projet d’aménagement urbain d’une grande société ou d’une organisation. La caractéristique principale de ces quartiers est qu’ils s’adressent aux clients riches. Un exemple typique de ces quartiers ayant des complexes haut de gamme est le nouveau quartier urbain Phú Mỹ Hưng au sud de Hô Chi Minh-Ville, construit pour accueillir un million d’habitants. Le nouveau quartier de la région de Nhà Bè Sud, prévu pour 68 000 habitants, sera construit selon le modèle des nouveaux centres urbains de la Corée du Sud. Le nouveau quartier Củ Chi Nord-Ouest situé, à 30 km du centre de Hô Chi Minh-Ville est planifié pour devenir un quartier ultramoderne avec une superficie de 6 000 ha (3-5 km de largeur et 18 km de profondeur) à proximité de la route rapide transasiatique. Environ 3 000 personnes qui y habitent actuellement seront déplacées pour laisser la place aux 300 000 nouveaux résidents. Tout près du centre de Hô Chi Minh-Ville, sur l’autre rive du fleuve de Saïgon, se construit actuellement le nouveau quartier urbain de Thủ Thiêm qui s’étend sur 800 ha.

81Ces nouveaux quartiers font partie des grands projets d’aménagement. Mike Douglass, dans sa récente étude sur l’urbanisation dans les zones périurbaines de l’Asie du Sud-Est, estime que ces quartiers présentent une caractéristique commune : ils n’ont pas, ou très peu, d’espaces collectifs. En effet, ces quartiers ne sont pas gérés par les autorités de la ville, mais par des sociétés privées. Celles-ci tiennent à conserver l’autonomie de ces quartiers par rapport aux quartiers voisins et aux autorités locales. Elles élaborent donc des projets qui sont pensés comme complètement autonomes avec les réseaux d’eau et d’électricité indépendants, leurs propres services d’ordre et d’entretien, ainsi que les lieux de divertissement. Le résultat est que les espaces qui sont normalement publics tels que les rues, les trottoirs, les places, les parcs où ont lieu des manifestations de la vie sociale et culturelle de la collectivité, sont devenus des espaces privés. Ces espaces sont créés et entretenus dans l’esprit mercantile qui considère tout comme des marchandises. Tout cela est présent dans l’espace urbain des zones périurbaines (Mike Douglass, 2008).

La question de la sécurité dans les zones périurbaines

82Actuellement Vĩnh Lộc A compte 46 000 habitants dont les deux tiers sont des migrants. La commune est classée dans la catégorie 1 à Hô Chi Minh-Ville et est considérée comme le territoire du district de Bình Chánh qui pose le plus de problèmes (Journal Công An Nhân dân, 9/5/2009). Les habitants de Vĩnh Lộc A estiment que les problèmes commencent avec l’installation des usines et des fabriques qui ont attiré un grand nombre de travailleurs venant des quatre coins du pays. Les logements de location et les cantines ont poussé comme des champignons. Parallèlement à ce développement socio-économique, le nombre d’infractions pénales augmente et présente des caractéristiques différentes des petits vols ou bagarres en état d’ivresse comme on peut le voir dans les zones rurales.

83Selon les statistiques de la police de la commune de Vĩnh Lộc A, en 2009 au premier trimestre sur le territoire communal, il y a eu 10 infractions pénales et plus de 20 incidents violents, ainsi qu’un certain nombre de combats de coq pour l’argent (đá gà) et de lotos illégaux (đánh đề). Ce chiffre est tout à fait inquiétant pour une seule commune (Rapport annuel du Comité populaire de la commune de Vĩnh Lộc A, 2009).

84Notre propre enquête montre que l’augmentation des délits sociaux inquiète sérieusement la population. Tout ce qu’on trouve en ville (drogues, vols et cambriolages, jeux d’argent, prostitution dans les bars bia ôm) est présent à Vĩnh Lộc A. L’apparition de ces problèmes sociaux témoigne des changements brutaux d’une région qui était, il n’y a pas si longtemps, une campagne paisible. Nous avons découvert ainsi que les habitants doivent s’adapter non seulement à un changement d’activités de production et à un nouveau mode de vie, mais également à l’existence des problèmes sociaux.

Tableau 6.12 : Délits sociaux qui provoquent le plus d’inquiétude chez les habitants en 2007

Tableau 6.12 : Délits sociaux qui provoquent le plus d’inquiétude chez les habitants en 2007

Figure 6.3 : Pendant le déroulement de l’interview, un groupe de petits gamins est en train de jouer avec de l’argent

Figure 6.3 : Pendant le déroulement de l’interview, un groupe de petits gamins est en train de jouer avec de l’argent

Parmi les délits sociaux répertoriés dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 2007, le vol et le cambriolage inquiètent le plus la population : 47 % des personnes interrogées estiment que c’est le problème le plus grave. Les drogues inquiètent 30,6 % des personnes interrogées, plus particulièrement à Bà Điểm (42 %). Globalement, dans les deux communes, le vol et le cambriolage, ainsi que les drogues sont considérés comme les problèmes les plus préoccupants. À Vĩnh Lộc A, selon les statistiques annuelles portant sur la sécurité dans le territoire communal, ces problèmes s’aggravent régulièrement, le chiffre de l’année suivante est toujours plus important que l’année précédente. En 2006, on a recensé 23 infractions (vol et cambriolage, drogues, prostitution), alors que deux ans plus tard, en 2008, ce chiffre a presque doublé avec 43 infractions. À Bà Điểm, dans le courant de 2007, seulement 31 infractions (vol et cambriolage, drogues, prostitution) ont eu lieu, mais ce qui est grave, c’est que ce chiffre inclut 10 infractions concernant les ventes de drogues. Il faut noter également que le développement des jeux d’argent et de loto illégal a une influence négative sur le travail et la sécurité dans ces deux communes.

Vol et cambriolage‚ vol à l’arraché

85Dans le processus d’urbanisation, la population des banlieues augmente rapidement. L’insécurité se développe, notamment la nuit, mais de plus en plus le jour également. C’est un changement notable mentionné par les habitants de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A qui racontent qu’auparavant, quand leurs communes étaient encore une zone rurale, les vols étaient rares et la nuit on n’avait pas besoin de fermer la porte à clé.

86Dans une commune rurale, le problème d’insécurité se posait rarement pour plusieurs raisons. La densité était moins forte, les gens se connaissaient, ils avaient en général le même niveau de vie et ne possédaient pas beaucoup de biens. Dans la zone périurbaine, la forte croissance de la population qui est d’origine mélangée avec beaucoup de gens de passage fait que les autorités locales n’ont plus la capacité de tout contrôler et maîtriser. Le changement de mode de vie, l’extériorisation des relations de voisinage, le désintéressement à tout ce qui est collectif, tout cela fait que les voisins ne se sentent plus tenus de surveiller les biens, les maisons et les arbres fruitiers des autres. Cela encourage bien évidemment les gens mal intentionnés.

87Outre le problème des gens de passage, on assiste à un nouveau phénomène : les parents travaillant beaucoup plus en dehors, les jeunes sont actuellement moins encadrés et sont plus susceptibles de se laisser entraîner dans les vols et les cambriolages. Leur cible est constituée par les familles qui commencent à connaître l’aisance et qui achètent des équipements et des mobiliers de valeur.

  • 9 Événement vu par l’auteur lors de l’enquête à Bà Điểm.

88Les vols à l’arraché et le vol de moto sont également en augmentation. La presse fait état régulièrement de vols avec violence. Par exemple, le 29 décembre 2006, sur une route peu fréquentée du hameau Six de la commune de Vĩnh Lộc A, M. Q. Hải a été menacé par un groupe de malfaiteurs qui lui ont pris sa moto (Journal Công an Nhân dân, 1/1/2007). Quelques jours plus tard, le 5 janvier 2007, sur la route intercommunale entre les hameaux Deux et Cinq de la commune de Vĩnh Lộc A, M. T., 39 ans, qui amenait son épouse vendre des marchandises, fut arrêté par deux jeunes de 21 ans, P. V. Thành và P.H. Tâm, résidant dans la commune, qui le menacèrent avec un grand couteau et lui réclamèrent de l’argent (Journal Công an Nhân dân, 8/1/2007). Le 13 mars 2007, M. B. X. Vĩnh, en sortant du magasin situé sur la route communale 10 dans le hameau Six de Vĩnh Lộc A, n’a plus retrouvé sa moto (Journal Thanh Niên, 14/3/ 2007). Plus récemment, le 5 août 2009, les malfaiteurs Q, H et T, résidents au hameau Quatre de Vĩnh Lộc A, armés de couteaux, ont menacé M. LH. An qui discutait avec son amie, pour lui voler sa moto Air Blade (Journal Pháp Luật, 13/8/2009). À Bà Điểm la situation n’est pas meilleure. Le 18 janvier 2009, en plein jour, des cambrioleurs armés de pistolets sont entrés dans la maison n° 49/3, du hameau Đông Lân, ont menacé les personnes présentes et volé la moto Attila garée dans la maison (Journal en ligne Vietnamnet, 20/1/2007). Le 25 août 2008, rue Nguyễn Ảnh Thủ au hameau de Bắc Lân, M. NV. Quân s’est garé pour entrer dans la boutique faire une photocopie de sa carte d’identité, en laissant la clé sur la moto. Un voleur a sauté sur sa Honda et s’est enfui bien que lui-même et d’autres personnes aient essayé de le poursuivre9.

La drogue

89Depuis le début de l’année 2000, le commerce illégal de drogue se développe rapidement dans les zones périurbaines. Certains lieux sont devenus les lieux « chauds » de Hô Chi Minh-Ville, comme le carrefour An Sương à la lisière de la commune de Bà Điểm, ou les hameaux de Đông Lân, Nam Lân de Bà Điểm qui sont les lieux les plus problématiques de la commune. Ces hameaux, avec leurs quartiers « Bananeraies » (Vườn Chuối) et « Fabrique de Sel » (Khu Lò Muối), sont connus pour être les lieux où se réunissent les jeunes qui consomment ou qui font du commerce de drogue.

90Cette situation préoccupe fortement les familles. Les parents ont constamment peur que leurs enfants soient entraînés par les malfaiteurs et succombent à la drogue et aux vols. Leur souci est d’autant plus grand que les changements dans le travail et dans la vie quotidienne ne laissent pas aux parents beaucoup de temps pour l’éducation des enfants. À Vĩnh Lộc A en 2007, on a recensé 28 cas de drogués dont certains étaient contaminés par le virus HIV et sont décédés depuis. Parmi ces cas on trouve quelques jeunes issus des familles paysannes.

91Malgré un contrôle strict, la consommation de la drogue à Bà Điểm continue à progresser et la commune est toujours un lieu problématique du district de Hóc Môn. On peut également citer d’autres lieux tels que le carrefour An Sương, qui est limitrophe aux quartiers Đông Hưng Thuận, Tân Thới Nhứt, Trung Mỹ Tây du 12e arrondissement et la commune de Bà Điểm, ou bien l’espace sous le pont de An Sương traversant un carrefour, qui est un lieu discret et facile à évacuer.

92Les campagnes de répression menées par les autorités locales n’ont pas pu éradiquer la drogue. Les vendeurs et les acheteurs continuent à se retrouver ouvertement. Selon un reportage d’investigation d’un groupe de journalistes du journal Les Travailleurs (Thu Hồng, 2009), sous le pont de An Sương dès 9 heures du matin, on peut observer un grand nombre de personnes qui se promènent en attendant les clients qui ont l’habitude de venir acheter la marchandise sous le pont. Les vendeurs sont déguisés sous des habits bleus d’ouvrier, communiquent par téléphone portable et se déplacent en scooter.

93Les acheteurs de drogue sont également très divers. Ils se déguisent en ouvrier, ou en écoliers. Parfois c’est une femme portant un bébé aux bras pour ne pas éveiller l’attention de la police. Les vendeurs agissent d’une façon professionnelle et cachent les petits sachets dans les racines d’arbres, dans la pelouse, ou aux pieds des poteaux électriques devant les habitations. De cette façon, ils fonctionnent ouvertement du matin au soir. La population environnante le sait et s’en préoccupe, mais n’ose pas intervenir.

94Notre enquête montre que la plupart des vendeurs et des acheteurs dans ces lieux sont fortement dépendants de la drogue et certains sont porteurs du virus HIV ou malades du sida. Certains vendent de la drogue tout en se piquant. De temps en temps on voit un jeune quittant « sa place » pour aller se cacher dans un buisson proche et se piquer. Les femmes se comportent également de la même façon, bien que le carrefour soit très passant. Mme B., qui habite près du carrefour An Sương, nous exprime son inquiétude :

  • 10 Notes de terrain du 25 octobre 2008.

Ceux-là se droguent trop ouvertement. Hier il y en avait un qui s’en est trop injecté et était terriblement convulsé, on pensait qu’il allait mourir. Parfois ils se mettent devant les maisons pour faire leur commerce, mais personne n’ose les chasser, parce qu’on a peur qu’ils se vengent10 !

Sur la route intercommunale reliant le pont traversant le carrefour An Sương et le hameau de Đông Lân de la commune de Bà Điểm, il existe plusieurs endroits où les drogués ont l’habitude de jeter les seringues. En nous amenant dans la ruelle près de leur maison, M. et Mme T. expliquent :

  • 11 Idem.

Il n’y a pas longtemps, en ouvrant la porte, nous avons vu trois jeunes en train de se piquer. Alertés, ils ont tous jeté leurs seringues et se sont enfuis. Le problème, c’est que dans la ruelle il y a des enfants. Nous avons peur qu’ils se fassent piquer aux pieds et tous les matins nous ramassons des seringues. Nous sommes excédés et avons cotisé avant le Nouvel An pour mettre un portail jour et nuit. Maintenant les drogués ont changé d’endroit, ils le font dans d’autres ruelles !11.

Outre le carrefour An Sương, les quartiers n° 20 et 21, dans le quartier Bình Hưng Hòa A, du district de Bình Tân et le quartier limitrophe avec la route Nguyễn Thị Tú menant à la commune de Vĩnh Lộc A, sont également les lieux où les drogués qui ont l’habitude de se retrouver pour se piquer et vendre de la drogue aux autres drogués.

Autres délits sociaux

95Outre la drogue, le vol et le cambriolage, Bà Điểm et Vĩnh Lộc A connaissent d’autres délits sociaux apparus, selon les habitants, il y a cinq ou dix ans seulement. Il s’agit de la prostitution (mại dâm) et des jeux dans les cafés à l’ambiance feutrée qu’on appelle « bia ôm » (bière, s’enlacer), « cà phê đèn mờ » (café, lumière tamisée), notamment dans les quartiers peuplés ou près des zones industrielles. Les clients de ces lieux sont les jeunes de la région.

96Bà Điểm compte un quartier appelé « nouveau quartier urbain » avec des immeubles à étages cossus et mitoyens. Cependant, avec le temps, ces logements sont devenus des immeubles de location à bas prix et les chambres sont louées également à l’heure. De la route nationale n° 22, on peut voir une trentaine de panneaux avec des noms racoleurs devant des immeubles, qui ont transformé ce quartier désormais nommé « quartier urbain de l’amour ». La nuit, ce quartier est illuminé de toutes les couleurs et les passants sont accostés dans la rue par des professionnelles. Le prix y est affiché ouvertement, très « compétitif » avec seulement 50 000 VNĐ (soit environ 2 €) par jour.

Conclusion

97La stratification sociale basée sur le critère des revenus des ménages présente deux types de déséquilibre. Le premier est celui des activités de production entre les trois types de foyers : foyers mixtes, foyers agricoles et foyers non agricoles. Le deuxième déséquilibre entre les deux communes est d’ordre géographique. En 2007, les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A étaient encore essentiellement rurales avec une production agricole qui reste une activité principale, mais apportant une part limitée dans les revenus globaux du foyer. Les sources de revenus tirés des activités non agricoles telles que le commerce, les services, ou les activités individuelles occupent une part importante.

98Vĩnh Lộc A est entré dans le processus d’urbanisation plus tardivement que Bà Điểm. Les activités des habitants de la commune sont essentiellement agricoles, c’est pour cela que le revenu moyen par habitant à Vĩnh Lộc A y est moins élevé qu’à Bà Điểm. Vĩnh Lộc A compte une zone industrielle sur son territoire, mais les revenus provenant des services et de la location immobilière ne sont pas encore élevés ni très répandus, tandis que les revenus des habitants de Bà Điểm sont plus importants grâce aux activités de commerce et d’une production agricole de qualité supérieure.

99On observe quelques tendances à la stratification sociale dans ces deux communes. En premier lieu, les bénéficiaires de la vente de terres voient leur niveau de vie augmenter. Au contraire, d’autres ont une vie difficile, ce sont ceux qui ne peuvent pas vendre leurs terres ; ils rencontrent des difficultés dans la production agricole, mais ne peuvent pas changer de métier. Le changement d’activités professionnelles aboutit à un changement des conditions de vie, du mode de vie et des comportements. Ce sont les conditions objectives d’un changement dans les relations familiales et de voisinage. Les habitants qui étaient autrefois solidaires en tant que membres d’une même communauté ne le sont plus, en tout cas, pas de la même façon. Les associations et les groupements traditionnels basés sur le volontariat changent de nature ou disparaissent au profit des services de type urbain qui répondent aux nouveaux besoins de la population de la zone.

100Le changement social est nettement perceptible dans l’apparition et le développement de problèmes sociaux qui créent un sentiment d’insécurité comparable à celui qu’éprouvent les habitants de la ville. La drogue, les jeux d’argent, les vols et les cambriolages, apparus il y a une dizaine d’années, sont contenus par la surveillance exercée par les autorités locales, mais en constante progression.

101Enfin, l’étude des changements dans les zones périurbaines montre qu’un nouvel élément est apparu : c’est la présence des migrants. Ceux-ci, en se fondant dans la population anciennement installée, contribuent à la création d’une population nouvelle plus complexe.

Notes

1 La question du budget des foyers n’est pas étudiée dans les détails. La contrainte de temps nous oblige à analyser seulement les budgets des familles ayant fait des ventes de terres.

2 La famille de M. Năm Kéo, hameau de Tây Lân, M. Phan Thành Triệu, hameau de Tiền Lân, de la commune de Bà Điểm, familles de M. Phan Văn Nhàn et M. Trương Văn Thung, etc., à Vĩnh Lộc A.

3 Même remarque que pour le tableau 6.5.

4 Terre dont le revenu est consacré au culte des ancêtres.

5 Interview de M. Nguyễn Văn Phúc, hameau de Đông Lân, de la commune de Bà Điểm, (déjà cité).

6 L’entraide est mutuelle et basée sur un accord entre deux parties. En général, l’entraide est calculée en journées de travail (Olivier Tessier, 2009).

7 Interview de M. Phan Văn Nhiều, idem.

8 On compare Hô Chi Minh-Ville à un donut (beignet avec un trou au milieu), c’est-à-dire que la population au centre-ville baisse, alors que la population des zones périurbaines augmente rapidement (Michel Leaf, 2008, Ibid).

9 Événement vu par l’auteur lors de l’enquête à Bà Điểm.

10 Notes de terrain du 25 octobre 2008.

11 Idem.

Table des illustrations

Titre Tableau 6.1 : Revenu par habitant et par mois (en VNĐ)
Crédits Sources : Statistique du Vietnam, 2008, Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 6.2 : Revenu total et revenu moyen des groupes par an (en VNĐ)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 6.3 : Répartition des CSP par localité en 2007
Légende * Non classé : Foyer de Phan Thị Anh, 77 ans, seule.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 6.4 : Revenu moyen des foyers suivant la catégorie socio-professionnelle en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Tableau 6.5 : Utilisation des revenus issus de la cession ou de l’indemnisation des terrains
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 6.6 : Classement des foyers
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 6.7 : Repas pris en commun par les membres du foyer entre 1997 et 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 6.8 : Personnes s’occupant des tâches ménagères3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Tableau 6.9 : Changement dans les relations de voisinage entre 1997 et 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 6.10 : Nombre de nouveaux voisins
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 6.11 : Fréquence des visites chez les nouveaux voisins
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 6.1 : Maison construite sur un terrain agricole ayant l’aspect mi-urbain mi-rural
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Figure 6.2 : Aspect intérieur des maisons louées en meublé dans les zones périurbaines
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 6.12 : Délits sociaux qui provoquent le plus d’inquiétude chez les habitants en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 6.3 : Pendant le déroulement de l’interview, un groupe de petits gamins est en train de jouer avec de l’argent
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23792/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search