Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Les nouveaux travailleurs sont arrivés !

Texte intégral

1Le changement en cours de la production agricole, suite au processus d’urbanisation des zones périurbaines, est accompagné par l’apparition et le développement de certaines activités non agricoles. On peut se demander si ces nouveaux métiers, apparus dans un environnement qui présente de plus en plus un caractère urbain, contribuent ou non à l’amélioration des conditions de vie des habitants, en particulier en ce qui concerne les paysans qui sont contraints de changer de secteur d’activité. Une autre interrogation porte sur la durabilité de ces nouveaux métiers d’ouvrier, de commerçant, de chauffeur de moto-taxi, ou de main-d’œuvre libre, etc. dans ce nouvel environnement. En dix ans (1997-2007), comment ces nouveaux métiers ont-ils fait leur apparition et comment évoluent-ils dans les deux communes de notre enquête ? La réalité observée sur ces terrains offre-t-elle un paysage type des nouvelles activités économiques de la population des zones périurbaines de Hô Chi Minh-Ville ? Quelles sont les difficultés que les travailleurs rencontrent dans leur recherche d’un nouvel emploi dans les secteurs non agricoles ?

Les changements dans les activités économiques non agricoles

2En réalité, il n’y a pas une seule façon de distinguer les activités non agricoles des activités agricoles. Certains chercheurs et gestionnaires estiment que les activités non agricoles sont celles qui ne présentent aucune relation avec la culture et l’élevage, alors que les activités agricoles les concernent directement. D’autres considèrent que les activités non agricoles sont celles qui sont complètement en dehors du système de la production agricole. L’agriculture est considérée comme un vaste système qui inclut non seulement les activités qui agissent directement sur les cultures et sur l’élevage, mais également sur les activités qui sont en relation avec le domaine agricole, telles que la transformation des produits agricoles, la récolte, la main-d’œuvre agricole, car ces activités ne peuvent pas exister sans la production agricole (IAE-MISPA, 2006 : 8). Dans le cadre de notre étude, nous adoptons le deuxième point de vue et considérons que les activités non agricoles sont celles qui sont en dehors du système de production agricole.

3Nous distinguons, parmi les activités non agricoles, l’activité principale et l’activité secondaire sur la base des revenus qu’elles procurent au foyer. L’activité non agricole qui rapporte le plus de revenu est considérée ici comme l’activité principale, alors que cette activité demande parfois moins de temps de travail que l’activité secondaire.

La transformation des activités non agricoles de 1997 à 2007

4On a vu plus haut que les revenus tirés de la production agricole annuelle ne sont pas importants et irréguliers en raison des fluctuations du marché des produits agricoles. De plus en plus, les habitants abandonnent la production agricole pour aller travailler dans un autre secteur, par exemple en tant qu’ouvrier dans une usine.

5Pour comprendre ce changement, nous procédons à la comparaison des activités des habitants des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A ayant connu deux rythmes d’urbanisation différents, ainsi qu’à la comparaison entre les métiers exercés en 1997 et en 2007 pour mesurer le changement dans le temps.

Tableau 5.1 : Emploi en 1997 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Tableau 5.1 : Emploi en 1997 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

a. Il s’agit‚ dans la nomenclature vietnamienne‚ de la femme au foyer.
b. Les personnes âgées et malades (qui ont encore l’âge de travailler‚ mais sont dans l’incapacité de le faire pour cause de maladie)‚ les enfants (qui n’ont pas encore l’âge de travailler et qui ne vont pas à l’école‚ entre 6 et 15 ans)‚ enfin ceux qui font leur service militaire.

Le tableau 5.1 compare la part des activités principales exercées par les habitants de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 1997. À Bà Điểm le nombre de personnes exerçant une activité principale non agricole est presque deux fois celui de Vĩnh Lộc A (respectivement 40,3 % et 21,8 %). À l’inverse, le nombre de personnes travaillant essentiellement dans l’agriculture à Vĩnh Lộc A est presque le double de celui de Bà Điểm (respectivement 39,7 % à Vĩnh Lộc A et 19,6 % à Bà Điểm). En 1997, l’activité agricole à Bà Điểm est donc moins importante que l’activité non agricole, alors qu’à Vĩnh Lộc A un nombre considérable de personnes continuent à travailler dans l’agriculture et ne semble pas subir l’impact de l’urbanisation. L’enquête de terrain montre en effet qu’en 1997 la construction de la zone industrielle de Vĩnh Lộc n’était pas encore achevée et les usines n’avaient pas encore commencé leur production. La commune comptait quelques unités de production de petite taille qui n’avaient pas un grand besoin de main-d’œuvre. Au même moment, Bà Điểm n’avait accueilli aucune entreprise industrielle de grande taille, mais disposait déjà d’un nombre important des projets d’infrastructures à caractère urbain et subissait les effets du développement de Hô Chi Minh-Ville. En 1997, Bà Điểm était considéré par les acheteurs potentiels comme une « terre favorable » (đất lành) située sur un bon emplacement, d’autant plus que la commune n’avait pas encore souffert des problèmes de pollution environnementale. Un grand nombre de migrants et des citadins ont donc choisi cette commune pour venir s’installer. Pour l’ensemble de ces raisons, Bà Điểm a connu une concentration démographique et un développement des infrastructures bien plus précoce que Vĩnh Lộc A.

6En 2007, les activités non agricoles à Bà Điểm se sont développées par rapport à 1997 et parallèlement les activités agricoles baissent. La même tendance est observée à Vĩnh Lộc A.

Tableau 5.2 : Emploi en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Tableau 5.2 : Emploi en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Graphique 5.1 : Emploi en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A.

Graphique 5.1 : Emploi en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A.

Le tableau 5.2 montre que la part des activités non agricoles à Vĩnh Lộc A augmente plus vite qu’à Bà Điểm (respectivement 39,5 % et 47,6 %). En effet, à partir de 1998, Vĩnh Lộc A subit une forte pression suite à la mise en place du projet de construction d’une grande zone industrielle comprenant 90 entreprises vietnamiennes et étrangères. La zone industrielle de Lê Minh Xuân située sur le territoire de la commune de Lê Minh Xuân, limitrophe de la commune de Vĩnh Lộc A, contribue également au changement radical du paysage de cette région qui était encore rurale il y a peu de temps. En même temps, plusieurs petites et moyennes entreprises se sont déplacées du centre de Hô Chi Minh-Ville vers les périphéries conformément à la politique adoptée par la ville. Ce mouvement est accompagné par le développement d’infrastructures urbaines ; on investit plus dans la construction des quartiers d’habitation, des routes, des bâtiments publics, etc., par rapport à la période d’avant 1997. La production agricole devient ainsi de plus en plus difficile et les paysans se sentent de plus en plus obligés de s’orienter vers d’autres activités. Ici les paysans sont contraints de s’adapter à l’urbanisation et de devenir des citadins.

  • 1 Le chiffre de 899 personnes (1997) est obtenu de cette façon : du total du tableau 1, soit 1382, on (...)

7Les tableaux 5.1 et 5.2 montrent qu’en une décennie, de 1997 à 2007, le nombre de personnes dans les foyers enquêtés sur les deux communes passe de 899 personnes en 1997 à 1027 personnes en 20071. Les deux communes présentent la même tendance démographique. Globalement, le nombre de travailleurs augmente, mais si l’on considère la production agricole comme activité principale, la tendance qui se dégage est la baisse rapide de cette activité dans les deux communes. En 1997, 407 sur un total de 1 382 personnes travaillent dans l’agriculture (soit 29,6 %), mais en 2007 il n’y en a plus que 201 sur un total de 1 559 personnes (soit 13 %). En même temps, l’activité principale relève de plus en plus des secteurs non agricoles. En 1997, le pourcentage des personnes exerçant l’activité principale en dehors de l’agriculture s’élève à 31 % (432 sur 1 382 personnes), alors qu’en 2007, ce chiffre s’élève à 43,6 % (682 sur 1 559 personnes).

8À Hóc Môn, en 2004, la main-d’œuvre du district s’élève à 113 323 personnes, le rythme d’augmentation entre 1999 et 2004 est de 4,6 %. Sur ce total, la part de la main-d’œuvre dans les secteurs industriels et de la petite industrie augmente chaque année : de 34,9 % en 1998, ce chiffre s’élève à 36,6 % en 2000 et 43,2 % en 2004. La main-d’œuvre travaillant dans le commerce augmente également, avec un rythme moyen de 7,6 % entre 1994 et 2004 (Comité populaire du district de Hóc Môn, 1999, 2000, 2005).

9À Bình Chánh, les travailleurs ayant trouvé un emploi augmentent rapidement : 78 150 personnes en 1998, 106 159 en 2000 et 137 264 en 2004. Sur la population active, celle qui a un emploi effectif augmente de 9,8 % par an entre 1999 et 2004 et représentent 73 % en 1998, 74,5 % en 2004. Le nombre des travailleurs dans l’industrie et la petite industrie augmente rapidement : 18,7 % en 1998, 31,7 % en 2004. C’est également le cas du commerce : 19,6 % des travailleurs ayant un travail en 1998, 25,9 % en 2004 (Comité populaire du district de Bình Chánh, 1999, 2000, 2005).

Graphique 5.2 : Le changement d’emploi en 1997 et en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Loc A

Graphique 5.2 : Le changement d’emploi en 1997 et en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Loc A

Sur les deux communes, le chômage ne connaît pas de fluctuations importantes pendant la période de 1997 à 2007. En 1997, sur un total de 1 382 personnes, 16 personnes n’ont pas d’activité, soit 1,2 % (plus concrètement 0,8 % à Bà Điểm et 1,6 % à Vĩnh Lộc A). En 2006, le chiffre s’élève à 51 chômeurs sur un total de 1 559 personnes, soit 3,3 %. Le fait que le chômage ne soit pas devenu un phénomène important est un des points remarquables de cette région.

Le taux de chômage au Vietnam est actuellement de 4,65 %, soit une augmentation de 0,01 % par rapport à 2007. En même temps, le taux des travailleurs qui n’ont pas suffisamment de travail est actuellement de 5,1 %, soit 0,2 % d’augmentation par rapport à 2007. Il est remarquable que le taux des personnes qui n’ont pas suffisamment de travail monte à 6,1 % dans le milieu rural, alors que ce chiffre est de 2,3 % dans le milieu urbain. Notons enfin la tendance générale à sous-estimer le chômage dans tous les pays ! (Institut national de Statistique, 2008.)

En résumé, l’analyse des activités principales sur les deux communes enquêtées montre le développement progressif des secteurs non agricoles et en parallèle la diminution des activités agricoles. On peut voir également que le décalage entre ces deux communes est lié au moment de démarrage du processus d’urbanisation, Bà Điểm étant entré plus tôt sur la voie de l’urbanisation.

Augmentation des activités non agricoles (la main-d’œuvre sur le marché non agricole)

10Le développement des usines et des entreprises, des routes et des quartiers d’habitation, etc. fournit à la population locale des occasions de travail et lui permet de se familiariser avec de nouveaux métiers. Quels sont ces nouveaux métiers proposés par l’urbanisation ? Quels sont les avantages que représente l’urbanisation pour la population dans cette zone en voie d’urbanisation ?

11Globalement, sur une décennie (1997-2007), la production agricole connaît une diminution évidente. Apparaissent des métiers en dehors du secteur agricole : ouvriers, fonctionnaires, main-d’œuvre libre, commerçants, artisans.

Tableau 5.3 : Emploi non agricole en 1997

Tableau 5.3 : Emploi non agricole en 1997

* Ce sont des travailleurs indépendants ne travaillant que pour leur compte, ne pas confondre avec des professions libérales comme médecins, avocats, etc.

En 1997, la structure des métiers hors secteur agricole dans les deux communes présente la particularité suivante : à Bà Điểm les ouvriers qui travaillent dans les usines sont majoritaires, alors qu’à Vĩnh Lộc A, ce sont les personnes qui peuvent être qualifiées de « main-d’œuvre libre » (lao động tự do) qui sont les plus nombreuses.

12Si l’on considère chaque métier, on peut remarquer des différences dans chaque commune.

13En ce qui concerne les ouvriers travaillant dans le secteur industriel, les deux communes présentent un décalage important. À Bà Điểm, en 1997, notre échantillon en compte 118 sur un total de 284 personnes travaillant hors du secteur agricole, soit 41,5 %. Au même moment, Vĩnh Lộc A n’en compte que 29 sur un total de 148 personnes, soit 19,6 %. À Bà Điểm le nombre d’ouvriers est donc beaucoup plus important qu’à Vĩnh Lộc A (tableau 5.3).

14Quant aux fonctionnaires, ils sont assez nombreux à Bà Điểm et arrivent en troisième position sur l’ensemble des activités non agricoles (avec 19,4 %), alors qu’à Vĩnh Lộc A ils représentent seulement 7,4 % et occupent la quatrième position.

15La main-d’œuvre libre est la situation principale d’un grand nombre de personnes en 1997. À Vĩnh Lộc A, les personnes qui travaillent comme main-d’œuvre libre sont majoritaires (56,7 %), alors qu’à Bà Điểm ils sont moins nombreux avec seulement 19,7 % (tableau 5.3).

16En 2007, les activités non agricoles dans ces deux communes ont changé d’une façon considérable, bien que les ouvriers industriels et la main-d’œuvre libre arrivent toujours en tête. On peut remarquer la percée du nombre d’ouvriers industriels à Vĩnh Lộc A qui atteint le même niveau qu’à Bà Điểm (à Bà Điểm : 33,1 % et à Vĩnh Lộc A : 34,2 %). Quant à la main-d’œuvre libre, elle représente 34,2 % à Vĩnh Lộc A et seulement 25,3 % à Bà Điểm. Cette donnée corrobore l’analyse du marché du travail dans les secteurs agricole et non agricole dans les deux communes entre 1997 et 2007 (voir 2.1), (tableau 5.4).

Tableau 5.4 : Emploi non agricole en 2007

Tableau 5.4 : Emploi non agricole en 2007

Graphique 5.3 : Emploi non agricole en 2007

Graphique 5.3 : Emploi non agricole en 2007

Globalement, entre 1997 et 2007, le nombre de personnes travaillant dans les secteurs non agricoles augmente nettement. On peut remarquer que les travailleurs ayant un niveau d’instruction bas peuvent trouver facilement un emploi en tant que main-d’œuvre libre dans leur commune, tandis que les travailleurs ayant le niveau d’études secondaires du premier et du second degré ont plus de facilité pour trouver un emploi dans les usines. D’autre part, le nombre de fonctionnaires est en augmentation. Cependant c’est un secteur qui demande un niveau d’études élevé (études secondaires du second degré ou études supérieures). Pour cette raison, sur la décennie analysée, on n’observe pas de changement notable du point de vue quantitatif et qualitatif du nombre de fonctionnaires.

17L’analyse de la structure des activités non agricoles permet de mieux comprendre la transformation opérée dans l’économie des zones périurbaines, ainsi que le changement d’activités des habitants de ces zones. Nous accordons une attention particulière aux ouvriers, à la main-d’œuvre libre, aux fonctionnaires, aux commerçants, etc.

Structure des ressources humaines dans l’économie non agricole

Ouvriers

18Du point de vue des sexes, sur les deux communes, les femmes travaillant dans les usines sont majoritaires : les hommes sont donc 45,5 % parmi les ouvriers, alors que les femmes sont 54,5 % (tableau 5.5).

19Par rapport aux hommes, les femmes ont une plus grande capacité d’adaptation et acceptent plus facilement le changement d’activité. Cela est sans doute dû au fait que les femmes vietnamiennes sont éduquées pour être patiente, persévérante et souple au travail. Ce sont elles qui doivent subvenir aux besoins de la famille, s’occuper de la maison et des enfants, etc. Objectivement, la plupart des emplois proposés actuellement par les usines convient aux femmes : le textile, les chaussures, la couture, etc. Pour cette raison les femmes dans les zones périurbaines ont plus de facilités que les hommes pour trouver du travail.

Tableau 5.5 : Ouvriers et sexe

Tableau 5.5 : Ouvriers et sexe

Quant à l’âge, dans l’échantillon de notre enquête en 2007, la majorité des ouvriers ont entre 18 et 40 ans (Bà Điểm : 84,9 ; Vĩnh Lộc A : 92,2). Les ouvriers de plus de 40 ans sont peu nombreux (Bà Điểm : 13,5 ; Vĩnh Lộc A : 5,8). Quelques jeunes ont moins de 18 ans (Bà Điểm : 1,6 ; Vĩnh Lộc A : 1,9) ; ce sont ceux qui ont abandonné les études pour rejoindre l’usine. Le pourcentage des groupes d’âge parmi les ouvriers dans les deux communes est comparable. On peut voir ainsi que les ouvriers sont, dans leur très grande majorité, jeunes et ont moins de 40 ans (tableau 5.6). Il faut dire que la plupart des usines n’embauchent que les gens qui ont entre 18 et 30 ans. C’est l’âge qui convient le mieux aux exigences du travail en usine, notamment dans les cas où il faut augmenter les cadences de travail.

Tableau 5.6 : Groupe d’âge des ouvriers en 2007

Tableau 5.6 : Groupe d’âge des ouvriers en 2007

Quant au niveau d’études des ouvriers, on peut dire qu’il est généralement moyen. On observe cependant un décalage entre Bà Điểm et Vĩnh Lộc A. Les ouvriers ayant le diplôme d’études secondaires du premier degré (cấp II) sont majoritaires dans les deux communes (Bà Điểm : 44,4 ; Vĩnh Lộc A : 54,4). Les ouvriers diplômés des études secondaires du second degré sont deux fois plus nombreux à Bà Điểm qu’à Vĩnh Lộc A (respectivement 38,9 et 20,4). Les ouvriers qui ont le niveau d’études supérieures avec les diplômes des écoles supérieures cao đẳng (niveau Bac+2 ou +3) ou des établissements de l’enseignement supérieur (đại học, Bac+4) sont plus nombreux à Bà Điểm qu’à Vĩnh Lộc A (respectivement 5,6 % et 2,9) (tableau 5.7). Ces ouvriers ayant le niveau d’études supérieures travaillent en réalité en tant qu’agents de maîtrise de haut niveau et sont affectés aux postes de surveillance, de gestion ou de responsables techniques.

Tableau 5.7 : Groupes de niveau scolaire des ouvriers en 2007

Tableau 5.7 : Groupes de niveau scolaire des ouvriers en 2007

Globalement, l’enquête montre que le total des ouvriers ayant leur diplôme d’études secondaires du premier degré s’élève dans les deux communes à 49,4 %, alors que ceux qui ont leur diplôme d’études secondaires du second degré sont 29,6 %, tandis que ceux qui ont seulement le diplôme de fin d’études primaires ne sont que 16,7 %. Les deux premiers groupes d’ouvriers (diplômés des études secondaires du premier et du second degré) sont composés d’élèves qui viennent d’avoir leur diplôme ou qui abandonnent leurs études en cours de route. Leur jeune âge correspond aux besoins des employeurs.

20Nous remarquons qu’avant de trouver un travail en usine, une partie de ces ouvriers a déjà exercé plusieurs métiers. L’enquête montre qu’à Bà Điểm, 45,2 % étaient déjà ouvriers et 46,8 % étaient encore sur les bancs de l’école en 1997. Le même phénomène est observé à Vĩnh Lộc A : le pourcentage d’ouvriers qui sont entrés dans l’usine à la sortie de l’école est important (45,6 %), alors que ceux qui étaient déjà ouvriers en 1997 ne sont que 17,5 %, donc beaucoup moins nombreux qu’à Bà Điểm. Globalement, on peut dire qu’un grand nombre d’ouvriers le sont devenus juste après la fin des études.

21Un certain nombre de personnes qui étaient encore paysans en 1997 ont abandonné l’agriculture pour aller travailler à l’usine en 2007 : 4 % à Bà Điểm et 17,5 % à Vĩnh Lộc A. Ces chiffres montrent qu’en une décennie, le nombre de travailleurs à Bà Điểm ayant quitté l’agriculture pour le travail en usine est peu important. On a vu précédemment qu’en 1997 le nombre de travailleurs dans les secteurs non agricoles à Bà Điểm était plus important qu’à Vĩnh Lộc A, le changement n’est donc pas si grand dans cette commune. Au contraire, à Vĩnh Lộc A, le nombre de travailleurs qui ont changé de métier pour aller travailler en usine en 2007 est quatre fois plus important qu’à Bà Điểm. La réalité est qu’à Vĩnh Lộc A, le changement professionnel est plus rapide qu’à Bà Điểm.

22En dehors des ouvriers, d’autres travailleurs ont choisi des métiers différents : main-d’œuvre libre, fonctionnaire, chômage et au foyer, mais il s’agit d’un petit nombre de personnes comme le montre le tableau suivant (5.8).

Tableau 5.8 : Emploi occupé en 1997 par les ouvriers de 2007

Tableau 5.8 : Emploi occupé en 1997 par les ouvriers de 2007

L’ensemble de ces données nous permet d’établir dans une certaine mesure le portrait type de l’ouvrier dans les zones périurbaines en voie d’urbanisation. C’est un jeune homme qui a un niveau d’études moyen et qui a déjà essayé plusieurs métiers avant de travailler en usine. L’origine sociale de ces ouvriers n’est pas homogène, mais on observe l’émergence d’anciens paysans qui sont de plus en plus nombreux, notamment à Vĩnh Lộc A.

Situations d’entrée dans le métier d’ouvrier

23Quand nous leur posons la question de leur motivation, plusieurs ouvriers disent qu’ils sont ouvriers, parce qu’ils « ne savaient pas quoi faire d’autre ». C’est la principale raison pour la plupart des ouvriers que nous avons rencontrés. Selon eux, le travail dans l’agriculture ne convient plus dans la société actuelle pour plusieurs raisons. D’une part, les revenus agricoles sont très bas, car les frais de production sont importants, alors que les prix des produits agricoles sont bas et instables. D’autre part, le travail d’agriculteur est beaucoup plus pénible que les autres métiers. Enfin, leur niveau d’études et leurs conditions matérielles ne leur donnent pas la possibilité de tenter une autre activité non agricole (commerce par exemple) ou d’essayer d’entrer dans une administration. Pour cette raison, devenir ouvrier représente pour eux la meilleure solution possible.

24Cette première raison « ne pas savoir quoi faire » est liée à des besoins réels du travailleur. La quasi-totalité des ouvriers estiment qu’ils ont choisi le métier d’ouvrier pour avoir un travail qui leur procure des revenus stables afin de ne pas être dépendant de la famille.

25Ainsi, la principale motivation d’un travailleur qui se tourne vers l’usine est un besoin de travail et de revenu. Il existe plusieurs solutions pour répondre à ce besoin, mais ici le métier d’ouvrier a été choisi car il correspond à ses capacités.

Cas 5.1 Le métier d’ouvrier est meilleur que tout
Mme Hồng, 30 ans, niveau d’études moyen (elle a fait 7 d’études et a le niveau de la 7e classe de l’école secondaire), résidant à l’avenue Phan Văn Hớn, hameau de Tây Lân, de la commune de Bà Điểm. Elle vit dans la famille de son mari qui compte 9 personnes. Elle s’est mariée en 2004. La famille de son mari n’a que 382 m2 de terre et a abandonné l’agriculture depuis longtemps. Les membres de la famille travaillent essentiellement dans les secteurs non agricoles.
Son mari, M. Tiến, travaille comme chauffeur de moto-taxi et a comme clients des habitants du hameau.
Mme Hồng travaille comme ouvrière depuis 1997. Elle est passée par plusieurs entreprises, mais toujours dans la couture, c’est pour cette raison qu’elle n’a pas eu besoin d’une nouvelle formation quand elle est entrée dans l’entreprise où elle travaille actuellement. Elle a un revenu mensuel de 1200 000 VNĐ/mois (soit environ 50 euros). Elle estime que le métier d’ouvrier est difficile, mais procure un revenu stable. Elle participe aux dépenses mensuelles de la famille. Par rapport à son mari son revenu est deux fois plus élevé.
Avant d’aller en usine, Mme Hồng travaillait comme aide de commerçants au marché. Elle ne gagnait pas beaucoup, de 500 000 à 700 000 VNĐ/mois, et surtout ce n’était pas stable. Pour elle, il est évident qu’actuellement aucune autre activité n’est aussi intéressante que le métier d’ouvrier. (Interview du 15/09/2008.)

Tableau 5.9 : Revenu moyen par métier en 2007

Tableau 5.9 : Revenu moyen par métier en 2007

Par rapport à d’autres activités non agricoles, le travail à l’usine rapporte moins.

  • 2 Interview de M. Bùi Quang Tùng, hameau de Đông Lân de Bà Điểm (15 octobre 2008 par Nguyễn Văn Lăng)

26Avec ces revenus bas, les ouvriers doivent être économes. M. Bùi Quang Tùng, du hameau de Đông Lân, raconte que sa famille compte quatre personnes : son père, sa femme et son enfant. Il est ouvrier dans l’électronique et gagne 2 500 000 VNĐ/mois (soit environ 100 euros). Chaque mois, après avoir payé l’électricité, l’eau, les frais de l’école, les frais liés à la vie sociale (repas etc.), il ne lui reste plus rien. Sa femme vient d’ouvrir une épicerie chez eux et pourra ainsi le soutenir. Il n’épargne pas, il arrive juste à assurer les dépenses courantes2.

Les difficultés pour devenir ouvrier

27Les ouvriers qui nous intéressent ici peuvent être divisés en deux groupes : ceux qui travaillent en dehors des entreprises et ceux qui travaillent dans les usines.

  • 3 Les maladies les plus fréquentes sont le mal de dos (en raison de la position de travail : debout o (...)

28Le premier groupe ne travaille pas dans les entreprises. Ces travailleurs ne sont pas salariés et ne sont pas ouvriers industriels. Il s’agit d’ouvriers saisonniers (ou main-d’œuvre volante) qui travaillent pour des contrats de courte durée, de quelques mois, voire quelques semaines. Ils sont appelés ici « thợ đụng », c’est-à-dire « touche à tout » selon les besoins. Par exemple, quand une entreprise a beaucoup de contrats et doit boucler la commande rapidement, elle embauche de la main-d’œuvre pour transporter les marchandises ou trier les déchets ; c’est un travail temporaire qui ne dure que le temps nécessaire pour terminer la commande. D’autres ouvriers ont plus de chance avec un contrat pour quelques années, mais ce n’est pas non plus un métier d’avenir, car les patrons d’entreprises cherchent surtout à se servir d’eux pendant les années où ils sont encore jeunes et en bonne santé. Après un certain temps ils sont souvent licenciés, ou démissionnent de leur propre gré pour plusieurs raisons (augmentation de la cadence, problèmes de santé, de maladie3, salaire, etc.).

29Le deuxième groupe est constitué d’ouvriers industriels salariés qui travaillent dans les zones industrielles qui se construisent actuellement dans la région ou à Hô Chi Minh-Ville. Pour devenir ouvrier dans cette catégorie, le travailleur doit passer par une période d’apprentissage semée d’embûches, avec la recherche d’emploi auprès des entreprises, la formation professionnelle et le travail dans un nouvel environnement. On peut dire que le processus d’industrialisation et de modernisation permet une opportunité de travail pour la population locale. Les entreprises qui s’installent dans les zones périurbaines ont un grand besoin en main-d’œuvre, ce qui fait qu’il n’est pas très difficile d’y trouver du travail. Parmi les personnes interrogées, peu ont rencontré lors de leur recherche d’emploi des difficultés dues à leur niveau d’instruction ou à leurs compétences professionnelles. La plupart n’avaient qu’à déposer un dossier pour être convoqués et embauchés rapidement. Cependant, c’est en commençant leur nouveau travail et en faisant connaissance avec le nouvel environnement qu’ils rencontrent de véritables difficultés.

30Tout d’abord, en raison de l’absence de compétences pour le travail qu’ils sont censés faire, ces ouvriers doivent passer un certain temps pour apprendre le métier, suivi d’une période d’essai. La formation dure souvent un ou deux mois, et les apprentis n’ont qu’une petite indemnité versée par l’entreprise. Ensuite vient la période d’essai qui est déterminante ; c’est le moment où le travailleur et l’entreprise doivent se décider pour la suite et l’accord entre eux doit se formaliser par la signature d’un contrat.

31Pendant cette période de familiarisation avec le nouveau métier, le travailleur doit pouvoir s’adapter aux règles en vigueur dans l’entreprise, au mode de fonctionnement de l’environnement industriel, acquérir les gestes techniques, et surmonter des obstacles divers (santé, habitudes, etc.).

  • 4 La période d’essai compte pour 70 % dans la décision finale d’embauche. C’est une période charnière (...)

32On peut dire que la période d’essai a une influence considérable sur la capacité d’adaptation du travailleur dans l’entreprise. Certains ne peuvent pas surmonter les difficultés pendant cette période et doivent abandonner le travail. D’autres passent plusieurs périodes d’essai sans succès4.

33Après la signature officielle du contrat, les difficultés rencontrées lors de la période d’essai ne disparaissent pas complètement, car la courte durée de cette période ne permet pas aux nouveaux ouvriers de se familiariser avec l’entreprise. Ils doivent affronter des obstacles importants. Par exemple, l’obligation d’être ponctuel leur demande un effort immense. Les nouveaux ouvriers doivent se débarrasser de la « lenteur » (lề mề) caractéristique du travailleur indépendant. C’est la question essentielle pour savoir s’ils peuvent continuer le métier d’ouvrier ou non. Ces ouvriers qui viennent de la paysannerie ont du mal à s’habituer à la rigueur du travail ouvrier. Leur adaptation dure un temps assez long, ce qui fait qu’eux-mêmes ont l’impression que le travail ouvrier n’est pas fait pour eux. En dehors de la ponctualité, les ouvriers doivent parfois effectuer un grand nombre d’heures supplémentaires. L’augmentation du nombre d’heures de travail bouleverse la vie familiale au quotidien, alors que la population paysanne avait l’habitude d’une vie paisible et stable. Certains ouvriers qui ont réussi à rester dans l’entreprise depuis cinq, voire sept ans, doivent finalement abandonner leur travail pour cette raison.

34Les compétences techniques représentent un autre obstacle. Pour se familiariser avec les machines, il faut être non seulement en bonne santé, mais aussi avoir l’esprit vif et la main habile. Leur niveau d’études étant souvent faible (tableau 5.6), ceux qui arrivent à devenir ouvriers qualifiés doivent compter uniquement sur leurs dispositions. Mais celles-ci ne s’acquièrent que sur la base d’une culture générale solide, beaucoup d’ouvriers tombent ainsi dans un cercle vicieux : pourront-ils un jour devenir un ouvrier qualifié ou resteront-ils à jamais un éternel ouvrier en stage ?

35La zone industrielle de Vĩnh Lộc A compte des entreprises utilisant beaucoup de main-d’œuvre, par exemple pour la transformation de produits alimentaires, la fabrication de boissons, les textiles (tissage et couture), les produits en cuir, en bois et en plastique. Quelques entreprises qui produisent les produits de haute qualité technologique, ont moins besoin de main-d’œuvre ; il s’agit de la transformation des métaux, la fabrication des machines, des équipements électroniques, des moteurs, l’assemblage des produits électroniques.

36Il existe encore un autre problème essentiel : le salaire. Les revenus d’un ouvrier ne suffisent pas toujours à assurer la vie quotidienne. Parmi les ouvriers au chômage interrogés, certains ont quitté l’entreprise pour la raison qu’ils avaient un salaire trop bas. Pour faire face aux dépenses courantes, ils doivent économiser au maximum et mener une vie austère sans aucun divertissement, sans moyens pour acheter des équipements qui font partie de la vie moderne (un scooter, un téléphone portable, un ordinateur, etc.). Certains avaient besoin de l’aide familiale pour joindre les deux bouts tous les mois. D’autres sont officiellement au chômage, mais ont de l’argent, voire beaucoup d’argent grâce à la vente des terres. Par rapport à leur fortune, le salaire d’ouvrier est insignifiant. Dans ce cas, il leur est quasiment impossible de rester travailler à l’usine.

Cas 5.2 : En raison des difficultés‚ j’ai dû abandonner le travail ouvrier
Mme P.T. Phượng, 41 ans, niveau d’études modeste (5 classes sur 12), hameau Six de la commune de Vĩnh Lộc A. Sa famille était essentiellement paysanne. Elle a travaillé comme ouvrière de 1995 à 2001.
Mme Phượng a déposé son dossier d’embauche par l’intermédiaire d’un ami. Le travail ne demandant pas de qualification particulière, les conditions n’étaient pas difficiles. Après deux semaines d’essai, elle a été embauchée. Son travail consistait à mettre de la colle et assembler des chaussures destinées à l’export. Son salaire s’élevait à 900 000 VNĐ/ mois, mais avec les heures supplémentaires, il atteignait presque le double (elle avait de 1 500 000 à 1 800 000 VNĐ/mois). Selon elle, le travail était simple et elle répondait aux exigences de l’entreprise à la fois pour les compétences et la ponctualité. Cependant, après six ans passés dans l’entreprise, Mme Phượng fut obligée de s’arrêter. Selon elle, la raison principale était qu’elle habitait trop loin de son travail (30 minutes en vélo). Or l’entreprise demandait souvent des heures supplémentaires et elle rentrait chez elle à 22 heures, 23 heures, voire minuit. Cela se produisait régulièrement, ce qui l’a stressée et fatiguée. D’autre part, elle a entendu dire que l’entreprise était en difficulté et que la direction serait amenée à licencier les gens comme elle pour la question de l’âge, car en réalité les ouvriers ayant de l’ancienneté dans l’entreprise devaient être payés beaucoup mieux que les débutants. Ayant pris connaissance de ces informations, son responsable de groupe a démissionné, ainsi que d’autres ouvriers expérimentés. Craignant la faillite de l’entreprise qui ne pourrait plus alors payer les cotisations de sécurité sociale pour ses ouvriers, ni la somme importante de 6000 VNĐ que l’entreprise lui devait, Mme Phượng a demandé sa démission et l’a obtenue. (Interview du 15/09/2008).

En résumé, en espace de dix ans, de 1997 à 2007, la population ouvrière locale a nettement augmenté. Mais cela ne veut pas dire qu’elle est satisfaite de sa situation. En réalité, les ouvriers doivent faire face à des difficultés dans leur travail. Le résultat de l’enquête montre que dans les zones en voie d’urbanisation rapide, comme dans le cas de Vĩnh Lộc A, le nombre de personnes qui ont choisi le travail d’ouvrier augmente beaucoup plus vite que dans les zones déjà urbanisées, comme dans le cas de Bà Điểm.

37Cependant, qui sont ces ouvriers et comment vont-ils évoluer dans l’avenir ? C’est un grand point d’interrogation, car ils sont pour la plupart issus du secteur agricole qu’ils ont abandonné récemment ou dans lequel travaille encore leur famille. Les habitudes d’un travail à son rythme « travail libre » (làm việc tự do) sont encore bien ancrées dans la mentalité d’un grand nombre d’ouvriers, alors que les nouvelles habitudes de travail industriel ne sont pas encore acquises. Selon les dirigeants d’entreprises, la plupart des ouvriers issus de la population locale n’ont pas encore le comportement professionnel et l’esprit de discipline. Les ouvriers eux-mêmes ne sont pas encore bien préparés pour devenir un ouvrier industriel. La population des zones en voie d’urbanisation rapide a donc besoin d’une longue période d’adaptation aux changements de leur environnement et de leurs activités.

Fonctionnaires

38Les fonctionnaires sont ceux qui travaillent dans les services de l’administration au niveau de la commune et du district. Leur nombre a tendance à augmenter alors que les diplômés qui souhaitent un travail stable deviennent de plus en plus nombreux. À Bà Điểm, le pourcentage de fonctionnaires parmi les personnes travaillant dans les secteurs non agricoles est élevé et en légère hausse sur la décennie (19,4 % en 1997 et 19,9 % en 2007) (tableau 5.10). À Vĩnh Lộc A, la tendance est également à la hausse, mais le pourcentage de fonctionnaires baisse parmi les personnes travaillant dans les secteurs non agricoles.

Tableau 5.10 : L’emploi non agricole en 2007

Tableau 5.10 : L’emploi non agricole en 2007

À la différence des autres secteurs, les candidats au fonctionnariat dans les administrations et les organismes de gestion doivent avoir un certain niveau de compétences. Dans les foyers enquêtés, les membres qui sont fonctionnaires ont tous un niveau d’études secondaires du second degré et plus.

39L’enquête montre qu’en 2007 à Bà Điểm le nombre de fonctionnaires hommes est presque deux fois supérieur à celui des femmes (respectivement 60,8 % et 39,2 %). La situation à Vĩnh Lộc A est similaire (63,6 % d’hommes pour 36,4 % de femmes). Quant à l’âge, les fonctionnaires ont, comme dans d’autres secteurs, généralement entre 18 et 40 ans (Bà Điểm : 81,1 % ; Vĩnh Lộc A : 81,8 %). Ceux qui ont entre 41 à 60 ans sont beaucoup moins nombreux (Bà Điểm : 13,5 % ; Vĩnh Lộc A : 13,6 %). Enfin quelques-uns ont plus de 60 ans (4,9 % sur la totalité des fonctionnaires) et ce sont surtout des hommes, car selon la loi des hommes partent à la retraite à 65 ans (tableau 5.12).

Tableau 5.11 : Fonctionnaires et sexe en 2007

Tableau 5.11 : Fonctionnaires et sexe en 2007

Tableau 5.12 : Tranches d’âge des fonctionnaires en 2007

Tableau 5.12 : Tranches d’âge des fonctionnaires en 2007

Le niveau d’études du groupe des fonctionnaires dans les deux communes est généralement élevé. Les diplômés de l’enseignement secondaire supérieur sont majoritaires (à Bà Điểm : 40,5 et Vĩnh Lộc A : 45,5), mais les diplômés de l’enseignement supérieur (diplômes des écoles supérieures ou trường cao đẳng au terme de 3 ans, et les licences des facultés ou đại học de 4 ans) sont en nombre considérable (Bà Điểm : 45,9 et Vĩnh Lộc A : 45,5). Le reste est composé de fonctionnaires ayant le niveau d’études de l’école primaire (Bà Điểm : 5,4 et Vĩnh Lộc A : 4,5) et l’école secondaire (Bà Điểm : 8,1 et Vĩnh Lộc A : 4,5) (tableau 5.13).

Tableau 5.13 : Groupes de niveau d’études des fonctionnaires

Tableau 5.13 : Groupes de niveau d’études des fonctionnaires

Par rapport aux autres activités, le fonctionnariat représente des avantages réels. Dans la société, le fonctionnaire a un certain statut, notamment ceux qui travaillent dans les administrations locales. Les horaires de travail sont fixes et les conditions de travail sont plus agréables que pour les ouvriers à l’usine ou les travailleurs indépendants. Les horaires de travail sont par ailleurs fixés par l’État, soit 48 heures par semaine et 8 heures par jour (de 7 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 00 à 17 h 00). Le fonctionnaire a les jours fériés selon la réglementation et dispose d’un certain nombre de jours de congé dans l’année selon la loi du travail.

40En ce qui concerne le salaire, les revenus d’un fonctionnaire sont comparables aux revenus d’autres activités non agricoles (travail indépendant, commerce, artisanat). À Bà Điểm, le fonctionnaire arrivent en troisième position, après le travailleur indépendant et le commerçant (tableau 5.9), alors qu’à Vĩnh Lộc A il occupe la deuxième place, après le commerçant.

41Cependant, le fonctionnariat est varié et un fonctionnaire de l’État peut être instituteur, gestionnaire de projets immobiliers, comptable, dirigeant communal ou juge, etc. En général, en complément du salaire fixé par l’État, il peut avoir un autre métier « de la main gauche », (nghề tay trái) ou travailler en dehors des horaires officiels pour augmenter ses revenus.

Cas 5.3 :
Cas 1 : Nous avons rencontré Mme N.T. Như, enseignante dans une école secondaire supérieure à Bà Điểm. Elle a 30 ans d’ancienneté et un salaire du niveau 9 (c’est-à-dire presque le maximum pour ce métier). En dehors du salaire, elle perçoit des indemnités et des aides diverses versées par son école. Ses revenus s’élèvent donc à 2 200 000 VNĐ. Sa famille compte quatre personnes dont un enfant qui poursuit des études supérieures et un autre, de 17 ans, en 11e classe. Pour les deux enfants elle doit dépenser tous les mois 1 500 000 VNĐ. Le reste ne suffit pas pour les petits-déjeuners, l’électricité, l’eau et le téléphone, etc. Durant ces dernières années, elle donne des cours supplémentaires à l’école et à domicile, ce qui lui permet d’augmenter ses revenus à 3 000 000 de VNĐ. (Interview réalisée par Hoàng Trương, le 19/10/2009).
Cas 2 : M. T.V. Nam, résidant de la commune de Vĩnh Lộc A, travaille comme médecin depuis presque dix ans au centre de soins de la commune, et perçoit environ 2 000 000 VNĐ de revenus par mois : outre le salaire principal, ses indemnités pour les repas et les gardes, les primes pour la qualité du travail s’élèvent à 700 000 VNĐ/mois. Ces revenus « fixes » ne lui permettent pas de faire face aux dépenses de la famille, il a donc dû ouvrir un cabinet pour travailler en dehors de ses heures de travail, ainsi qu’une petite pharmacie. Entre son salaire et ses activités annexes, il gagne presque 10 000 000 VNĐ/mois. (Interview réalisée par Hoàng Trương, le 20/10/2009.)

Le travail de fonctionnaire présente des avantages, notamment la stabilité. Le fonctionnariat présente également d’autres caractéristiques par rapport aux autres activités non agricoles. En général les fonctionnaires ont un certain niveau d’études exigé par la nature de leur métier. Les conditions de travail sont généralement meilleures : environnement de travail, nature du travail, horaires, salaire et assurance maladie, etc. Les fonctionnaires bénéficient des acquis sociaux garantis par l’État tel que les congés, le salaire, etc. Par rapport aux personnes travaillant dans d’autres secteurs, le fonctionnaire souhaite continuer son travail pendant longtemps, et par ailleurs, il gagne plus avec l’ancienneté.

Travailleurs indépendants

42Le travailleur indépendant est celui qui travaille pour lui et n’a pas d’horaires fixes. C’est quelqu’un qui travaille dans le secteur « non officiel ». Il décide de son travail et de ses horaires, bref, il fait ce que demande le client. Les métiers représentatifs du travail indépendant sont la moto-taxi, la main-d’œuvre pour transporter les marchandises, pour aider sur les chantiers, etc. Globalement ces métiers ne demandent pas de diplômes et le travailleur indépendant utilise surtout sa force physique.

43À Bà Điểm, le nombre des travailleurs indépendants augmente de 7,9 % en 1997 à 12 % en 2007 (soit une augmentation de 0,3 % par an). On observe la même tendance à Vĩnh Lộc A, mais le pourcentage des travailleurs indépendants dans la totalité des travailleurs non agricoles connaît une baisse (de 56,7 % en 1997, le chiffre a baissé à 34,2 % en 2007). Cependant, le nombre de travailleurs indépendants en chiffre absolu est plus important à Vĩnh Lộc A qu’à Bà Điểm.

44Quant à l’âge, les travailleurs indépendants ont généralement entre 18 et 40 ans (Bà Điểm : 74 % et Vĩnh Lộc A : 72,8 %). À Bà Điểm, les travailleurs qui ont de 41 à 60 ans et plus de 60 ans sont plus nombreux qu’à Vĩnh Lộc A (tableau 5.14).

Tableau 5.14 : Travailleurs indépendants et classe d’âge

Tableau 5.14 : Travailleurs indépendants et classe d’âge

Tableau 5.15 : Origine professionnelle des travailleurs indépendants en 2007

Tableau 5.15 : Origine professionnelle des travailleurs indépendants en 2007

Les travailleurs indépendants enquêtés en 2007 avaient des activités différentes en 1997 (ouvrier, paysan, commerce, études). La plupart des travailleurs indépendants à Bà Điểm étaient encore à l’école en 1997 (30,2 %), d’autres étaient ouvriers (10,4 %), ou paysans (9,4 %). À Vĩnh Lộc A, les chiffres sont différents : ceux qui étaient paysans en 1997 sont les plus nombreux (19,4 %), alors que ceux qui étaient à l’école sont moins nombreux qu’à Bà Điểm. Il est remarquable qu’à Vĩnh Lộc A les travailleurs indépendants qui étaient ouvriers sont très peu nombreux avec seulement 1 %. En clair, cela montre qu’entre 1997 et 2007 la plupart de ceux qui trouvent du travail dans ce secteur ont quitté l’agriculture.

45Le métier d’agriculteur se transmet de génération en génération avec tout le savoir-faire nécessaire alors que les changements actuels interviennent rapidement, ce qui explique que beaucoup de travailleurs, notamment les paysans, rencontrent des difficultés dans leur reconversion professionnelle : le faible niveau d’études et le manque de compétences professionnelles pour répondre aux exigences de certains métiers industriels ou de service. Ils sont condamnés aux activités ne demandant aucune compétence particulière comme la main-d’œuvre libre.

46On voit qu’en 1997 la plupart des travailleurs indépendants à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A faisaient déjà ce métier. D’autres abandonnaient l’école pour entrer dans le monde du travail. Le nombre des paysans qui quittaient l’agriculture pour travailler comme main-d’œuvre libre est également important, notamment à Vĩnh Lộc A avec 19,4 %, alors qu’à Bà Điểm ils sont moins nombreux avec seulement 9,4 %. Enfin, le nombre d’ouvriers qui ont quitté l’usine est beaucoup plus nombreux à Bà Điểm (10,4 %) qu’à Vĩnh Lộc A (1 %). La main-d’œuvre libre est une forme de travail autonome qui ne dépend pas d’une organisation ou d’une institution. Essentiellement manuelle, elle ne demande pas de compétences particulières.

47Le travailleur indépendant peut également faire un autre travail, par exemple dans l’agriculture, ou dans la maçonnerie, ou faire la moto-taxi aux moments libres, etc.

Cas 5.4 : C’est un bon métier‚ à condition d’avoir de la santé et d’être travailleur
Monsieur Tr.V.Bảy, 49 ans, faible niveau d’études (2 classes sur 12), hameau Deux, commune de Vĩnh Lộc A. Il travaille comme maçon et chauffeur de moto taxi. Sa famille a un terrain de 100 m2 sur lequel est construite sa maison. Il a deux fils qui travaillent également comme maçon et moissonneur.
Ne possédant pas de terre, il ne peut pas travailler comme agriculteur. Avec son niveau d’études, il ne peut pas faire un autre métier. Le travail comme maçon et chauffeur de moto taxi n’est pas stable et change constamment. Pendant la saison sèche, il travaille davantage comme aide-maçon, car pendant cette saison il y a plus de chantiers. Pendant la saison des pluies il travaille comme chauffeur de moto taxi pour les habitants du hameau. Le travail est dur, mais il y est habitué à force de le faire depuis des années. Ses revenus varient entre 1200 000 et 1 500 000 VNĐ/mois. Ses deux fils ont globalement les mêmes revenus et participent aux dépenses familiales. M. Bảy estime qu’il a des revenus corrects et assez stables. Cependant son travail ne donne aucune assurance de santé comme c’est le cas pour les ouvriers et pour les fonctionnaires. Le travailleur indépendant n’a pas de revenu quand il est malade et doit sortir l’argent de sa poche pour se faire soigner. M. Bảy doit donc épargner pour prévenir le cas de maladie. (Interview de M. Trần Văn Bảy, réalisée le 25/08/2009).

En ce qui concerne les revenus, le tableau 5.9 montre que la main-d’œuvre libre obtient des revenus importants par rapport aux autres activités principales non agricoles. Cependant les chiffres varient selon la commune : à Bà Điểm, les revenus d’un travailleur indépendant arrivent en première position, alors qu’à Vĩnh Lộc A un travailleur indépendant occupe seulement la troisième position, après le commerçant et le cadre.

48Les raisons qui expliquent le niveau de revenus d’un travailleur indépendant sont nombreuses : (1) il peut avoir plusieurs activités dans son travail, ce qui fait que ses revenus proviennent des sources différentes. (2) Le temps qu’il consacre à son travail est plus important que celui d’un fonctionnaire, un ouvrier ou un commerçant. Le travailleur indépendant ne connaît aucune limite en termes de temps de travail (et de revenus) ; par conséquent, il veut travailler toujours plus pour gagner le maximum possible. (3) Ces revenus relativement plus élevés ne doivent pas occulter le fait que le travailleur indépendant supporte lui-même les dépenses liées aux soins de santé et ne bénéficie pas des aides et des programmes de sécurité sociale comme d’autres travailleurs. Si l’on prend en compte tous ces frais éventuels, les revenus que procure le métier de main-d’œuvre libre ne sont qu’au niveau moyen.

49Ce métier n’est encadré par aucun règlement, mais l’enquête montre que les travailleurs indépendants établissent eux-mêmes les horaires spécifiques à leur activité. Le chauffeur de moto taxi doit travailler très tôt ; par exemple, à 4 heures ou 5 heures du matin, il doit déjà être présent sur le lieu de travail pour transporter des passagers ou des marchandises.

50La main-d’œuvre libre convient à des travailleurs qui n’ont pas de capacité d’investissement, sauf leur force de travail. C’est un métier qui convient aux jeunes. Ils apprécient le fait que ce travail n’a aucune contrainte et le travailleur peut s’arrêter quand il le souhaite sans être lié par un contrat officiel, car il n’existe pas d’autres formes d’obligation que les promesses verbales. Il n’existe pas de contrat comme dans d’autres activités, mais les travailleurs indépendants respectent leur parole au-dessus de tout. Le fait que leur travail peut s’arrêter du jour au lendemain fait qu’ils sont très conscients de la nécessité de gagner la confiance des clients afin d’avoir une relation de travail durable.

51Il est à remarquer que la main-d’œuvre libre appartient au secteur non officiel de l’économie, un secteur qui peut subir des changements rapides. Le travail qui dépend de ce secteur peut facilement disparaître suite à une transformation importante dans la société. Globalement, la main-d’œuvre libre procure actuellement les revenus permettant à une catégorie d’habitants de survivre au quotidien, mais il ne s’agit pas d’une solution durable.

Artisans

52Sur les deux communes de notre terrain, il existe encore des artisans qui fabriquent des objets traditionnels : à Vĩnh Lộc A on trouve des artisans qui fabriquent des baguettes d’encens, des colliers de perles, ou qui font du charbon ; à Bà Điểm, on trouve des artisans qui fabriquent des vanneries. Ces métiers d’artisanat existent depuis longtemps dans ces localités. Plusieurs familles travaillaient exclusivement dans l’artisanat, comme les Chinois fabricants de baguettes d’encens à Vĩnh Lộc A. Actuellement, l’artisanat est devenu un métier d’appoint. Les fabricants de baguettes d’encens et les charbonniers ne travaillent que pendant la saison sèche afin que leur produit soit de meilleure qualité et que le travail soit moins pénible.

53Avant 1975, la production de baguettes d’encens de Saïgon se concentrait dans le 6e arrondissement où les artisans chinois pratiquaient leur métier ancestral. Depuis la fin des années 1980, le développement de Hô Chi Minh-Ville éloigne peu à peu du centre-ville la communauté de fabricants de baguettes d’encens qui se sont installés dans les zones périurbaines des arrondissements Huit et Onze, ainsi que dans le district de Bình Chánh. Ce dernier attirait le plus de monde, car le district était encore peu peuplé, et ce métier nécessite de grandes surfaces pour faire sécher les baguettes d’encens. D’autres artisans sont partis plus loin pour chercher de nouveaux lieux afin de pouvoir continuer la production.

54Entre 1980 et 1990, les centres de production de baguettes d’encens se situaient dans les communes de Bình Trị Đông et Tân Tạo du district de Bình Chánh (actuellement district de Bình Tân). De 1995 jusqu’à nos jours, Bình Trị Đông et Tân Tạo perdent beaucoup de superficies pour cause d’urbanisation, ce qui fait que les fabricants de baguettes d’encens se sont encore déplacés dans les communes limitrophes telles que Lê Minh Xuân, Phạm Văn Hai, Vĩnh Lộc A, Vĩnh Lộc B du district de Bình Chánh. Ils recherchaient des terrains à bon marché et bien desservis par les transports. Actuellement le métier n’est plus prospère comme avant, mais il s’est répandu dans la population locale et ne se limite plus aux familles chinoises. Dans les communes de Phạm Văn Hai et Lê Minh Xuân (limitrophes avec la commune de Vĩnh Lộc A) on trouve dans chaque commune une dizaine d’unités de production de baguettes d’encens, alors qu’à Vĩnh Lộc A seulement quelques familles font ce métier, d’ailleurs souvent pour le compte des autres.

55Les statistiques montrent qu’en 1997 dans tout le district de Bình Chánh on trouve environ 50 unités de production de baguettes d’encens qui fabriquent essentiellement les types d’encens nhang nhúng, nhang ép, nhang vòng (Tôn Nữ Quỳnh Trân, 2002).

  • 5 Interview d’un artisan fabricant des baguettes d’encens, 40 ans, habitant à Vĩnh Lộc A, au foyer de (...)
  • 6 Interview d’un artisan fabricant des baguettes d’encens, 40 ans, Idem.

56Ce métier d’artisanat est en train de disparaître à Vĩnh Lộc A. Les propos recueillis témoignent du déclin du métier : Si on continue, c’est seulement pour ne pas perdre le métier, car les revenus sont peu importants. Plusieurs personnes aimeraient quitter ce travail, mais ils ne savent pas encore quoi faire et doivent donc continuer5; les artisans âgés continuent à faire ce métier jusqu’à ce que leur santé ne leur permette plus de le faire, mais ils ne veulent pas le transmettre à leurs enfants6.

57La tendance majeure qu’on peut observer dans les familles d’artisans est que la jeune génération ne veut plus continuer le métier des ancêtres. Les jeunes veulent une « coupure totale » et cherchent un autre métier qui proposerait des revenus plus importants. « Presque toutes les familles d’artisans ici ont abandonné leur métier, mon fils aîné est parti aussi pour travailler comme chauffeur ». Quand nous leur demandons quel serait leur vœu le plus cher, la plupart répondent qu’ils veulent que leurs enfants aient un autre métier qui procure des revenus plus stables et plus élevés. Personne ne veut sauvegarder le métier traditionnel de leur famille.

Travailleurs dans le commerce et les services

58Les métiers du commerce et des services se développent avec le processus d’urbanisation. Dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A le nombre de foyers et de personnes travaillant dans ce secteur est important. Le tableau suivant montre la répartition des commerçants du point de vue géographique :

Tableau 5.16 : Travailleurs dans le commerce et les services en 1997 et 2007

Tableau 5.16 : Travailleurs dans le commerce et les services en 1997 et 2007

Dans la structure de la main-d’œuvre, le nombre de commerçants occupe la troisième position (tableau 5.17).

Tableau 5.17 : Emploi principal non agricole en 1997 et 2007

Tableau 5.17 : Emploi principal non agricole en 1997 et 2007

Le tableau 5.17 montre qu’en 1997 et 2007 le pourcentage des travailleurs exerçant les métiers du commerce et des services est respectivement de 15,3 % et 21 %. En moyenne, on a un travailleur sur six en 1997 et un travailleur sur quatre en 2007 dans ce secteur. Bà Điểm est la commune qui compte le plus de commerçants avec 71 % des commerçants sur la totalité des deux communes en 1997. Dix ans plus tard, l’écart entre les deux communes n’est plus aussi grand, car Vĩnh Lộc A voit apparaître de nouveaux commerçants (en 2007), le chiffre est respectivement de 54,2 % à Bà Điểm et 45,8 % à Vĩnh Lộc A). En 1997, Bà Điểm compte 42 % de commerçants de plus qu’à Vĩnh Lộc A. En 2007 la différence entre Bà Điểm et Vĩnh Lộc A n’est que de 9,4 %.

59Dans le processus de reconversion du métier d’agriculteur en commerçant, on peut remarquer que les femmes sont plus nombreuses que les hommes. D’après les résultats de l’enquête, le nombre des femmes qui travaillent dans ce secteur en 2007 est trois fois plus important que les hommes (74,8 % des femmes pour 25,2 % des hommes) (tableau 5.18).

Tableau 5.18 : Travail et sexe dans le commerce et les services en 2007

Tableau 5.18 : Travail et sexe dans le commerce et les services en 2007

En dehors de la féminisation, les travailleurs qui se sont convertis dans le commerce sont essentiellement des personnes d’âge mûr, voire âgées. Les commerçants du groupe d’âge 18-40 ans représentent 51,5 %, et ceux qui ont entre 40 ans et 60 ans, jusqu’à 40,3 % de la totalité des petits commerçants (tableau 5.19).

Tableau 5.19 : Travail dans le commerce et les services selon la classe d’âge en 2007

Tableau 5.19 : Travail dans le commerce et les services selon la classe d’âge en 2007

La plupart des commerçants ont un niveau d’études assez bas. Ils ont fait généralement l’école primaire et l’école secondaire (76,1 %). Ceux qui ont fait l’école secondaire supérieure ne sont que 18,2 %. Le reste est partagé entre les analphabètes (3,6 %) et les diplômés de l’enseignement supérieur (2 %) (tableau 5.20).

Tableau 5.20 : Travailleurs du commerce et des services

Tableau 5.20 : Travailleurs du commerce et des services

selon le niveau d’études en 2007

Ces chiffres témoignent du développement des métiers du commerce et des services dans les zones périurbaines en voie d’urbanisation. Ce sont des métiers qui conviennent aux femmes d’un certain âge et ayant un niveau d’études moyen et bas. On voit également des jeunes qui travaillent de plus en plus dans ce secteur : si en 1997 le nombre de commerçants qui ont moins de 40 ans n’est que 30,2 % du nombre total, en 2007 le chiffre est monté à 51,5 %. Les jeunes qui peuvent investir ouvrent des épiceries, des cafés, des petits restaurants, des salons de coiffure, des ateliers de réparation de motos, des boutiques de couture, des laveries et pressings, etc.

60Une tendance forte qu’on peut observer actuellement à la fois à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A est que les métiers du commerce et des services sont plus prisés que le métier d’ouvrier industriel. Dans le processus de reconversion professionnelle, on observe la tendance à monter une affaire privée et travailler à domicile. Par exemple, les artisans fabricants de baguettes d’encens ou de vanneries travaillent à leur domicile, comme c’est le cas des commerces et des services qui se situent dans les habitations, ce qui permet aux travailleurs de s’occuper du ménage ou de combiner leur travail principal avec une autre activité pour augmenter leurs revenus.

61Afin de mieux comprendre les commerçants dans les zones en voie d’urbanisation, nous avons fait quatre interviews approfondies chez quatre commerçants dans les deux communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A. Le contenu porte sur leur métier, en particulier le processus de reconversion professionnelle, les avantages et les difficultés de ce métier, les perspectives de développement, les influences du processus d’urbanisation sur leur travail, etc.

62Il en ressort que ces quatre personnes interviewées ont toutes travaillé dans l’agriculture avant de venir au commerce. Le processus de reconversion commence dès le début des changements survenus dans leurs communes, en particulier de la construction et l’amélioration des routes, la construction des habitations et l’arrivée de nouveaux habitants, etc. Ces commerçants ont monté leurs affaires il y a 5 ou 10 ans. Dans leurs familles, d’autres membres continuent à avoir une autre activité secondaire dans l’agriculture ou en tant que travailleur indépendant. Cela montre que ces familles ne se sont pas complètement transformées en commerçants. C’est une des caractéristiques des petits commerçants dans les zones périurbaines en voie d’urbanisation.

Tableau 5.21 : Emploi des travailleurs dans les commerces et les services en 2007

Tableau 5.21 : Emploi des travailleurs dans les commerces et les services en 2007

Outre les raisons déjà citées qui les amènent à changer de métier (difficultés croissantes de la production agricole, revenus en baisse, diminution des superficies affectées à l’agriculture), une autre raison a pesé dans la prise de décision : le métier de commerçant ne rapporte pas beaucoup, mais il est beaucoup moins fatigant que le métier d’agriculteur.

63Dans le processus de reconversion professionnelle, les petits commerçants bénéficient de certains avantages, mais rencontrent également des difficultés. D’une part les infrastructures routières s’améliorent, ce qui permet la circulation des marchandises, des vendeurs et des acheteurs. La densité démographique augmente, donc le nombre d’acheteurs potentiels aussi. Le niveau de vie des habitants est meilleur qu’avant et la capacité d’achat des consommateurs est plus importante. Les marchandises sont abondantes et fournies directement par des représentants, ce qui évite aux commerçants de perdre du temps dans les transports. Tout cela fait que le commerce peut se faire dans de bonnes conditions.

64À côté de ces avantages, les difficultés auxquelles les petits commerçants doivent faire face sont également nombreuses. Leur nombre augmente rapidement, ce qui fait qu’ils doivent partager un nombre de clients limité. Les habitants ont de plus en plus l’habitude d’aller faire leurs courses dans les grands magasins ou sur les marchés. Ils réduisent ainsi leurs achats dans les petites épiceries du quartier. Enfin, l’activité commerçante doit se développer pour résister à la concurrence, mais le problème des petits commerçants est souvent le manque de capitaux.

65Les marchandises destinées aux besoins quotidiens de la population locale (nourriture, soins de beauté, boissons, fournitures scolaires, etc.) sont fournies par les représentants qui les livrent sur un coup de téléphone. Les commerçants sont par contre obligés d’aller en ville pour se fournir quand ils ne peuvent pas se faire livrer.

66La plupart des commerçants interrogés ont l’intention de continuer à travailler dans ce secteur. Ils estiment que ce travail leur convient mieux que d’autres. Certains pensent cependant abandonner le métier car ils n’arrivent pas à avoir une clientèle suffisante et ne peuvent pas concurrencer les magasins plus grands. Cependant pour ces personnes, la question de revenir à l’agriculture ne se pose pas. Tous tentent de s’accrocher et pensent que, dans le pire des cas, ils vont chercher un autre travail, mais pas le métier d’agriculteur.

67On voit que le choix du métier de commerçant chez une partie des travailleurs des zones périurbaines a pour origine les changements économiques, sociaux et démographiques. Les habitants ayant toujours besoin d’acheter des choses, ceux qui veulent se lancer dans le commerce ont seulement besoin d’une petite surface pour installer leurs marchandises. Le travail n’est pas pénible et procure des revenus. C’est un métier nouveau qui attire beaucoup de monde, ce qui fait que le commerçant doit faire face à une concurrence de plus en plus importante.

La « socialisation » et la logique d’adaptation de la population des zones périurbaines

68Lors de notre étude, nous considérons qu’il est nécessaire d’établir une mesure du degré d’adaptation des habitants des zones périurbaines dans le processus de reconversion professionnelle afin d’appréhender le changement dans leur vie du point de vue économique. Ce changement est un processus dynamique complexe et hétérogène. L’industrialisation et la modernisation en cours apportent objectivement à la population locale des occasions pour évoluer et s’adapter à la civilisation industrielle moderne dans un contexte urbanisé. Les habitants ont de nombreuses occasions pour trouver un nouveau métier dans un nouvel environnement, ce qui veut dire qu’ils diminuent, voire arrêtent complètement, leur participation aux activités économiques traditionnelles. La complexité du nouvel environnement leur permet de manifester leurs capacités. Cependant ce nouvel environnement présente également des risques dans le travail ; ils sont menacés par le chômage et parfois ils se sentent désorientés. Le degré d’adaptation aux changements en cours dépend bien évidemment des capacités de chaque individu définies par plusieurs facteurs parmi lesquels l’âge, le sexe, le niveau d’études. Le nouvel environnement présente plus d’opportunités pour les jeunes qui peuvent s’investir dans l’activité économique avec enthousiasme, possèdent des compétences acquises par les études et par la formation, et ont le goût des technologies modernes, etc. A contrario, les personnes déjà âgées et n’ayant pas un niveau d’études élevé, rencontrent des difficultés.

69L’industrialisation et la modernisation du milieu rural des zones périurbaines apportent l’aisance matérielle à la population locale. On peut facilement remarquer que les nouvelles maisons sont de plus en plus nombreuses et remplacent les maisons à la toiture en paille, de même les motos sont en train de remplacer les vélos. C’est le grand signe de changement positif dans la vie quotidienne des habitants des zones périurbaines.

  • 7 Augmenter le seuil de pauvreté à Hô Chi Minh-Ville pour la période de 2009-2015, www.hochiminhcity. (...)

70Cependant notre observation et nos interviews montrent que cette amélioration du niveau de vie est due pour certains à leur travail, et pour d’autres à la chance qu’ils ont eue de vendre leurs terres au bon prix. Si le foyer possède quelques centaines, voire plusieurs milliers de mètres carrés de terre, il suffit de vendre quelques centaines de mètres pour avoir les moyens de construire et équiper sa maison. Si l’on prend les normes définies par la lutte contre la pauvreté à Hô Chi Minh-Ville, c’est-à- dire un foyer pauvre avec un revenu de 10 000 000 VNĐ/personne/an7, Bà Điểm et Vĩnh Lộc A n’ont que très peu de foyers pauvres. Cependant, une analyse plus approfondie montre que cette aisance matérielle n’est basée sur aucun élément solide. Les foyers qui ne savent pas utiliser l’argent tiré de la vente des terres pour le faire fructifier risquent de rencontrer des difficultés. Une fois l’argent dépensé, ils retombent dans la misère et sont obligés de vendre des terres jusqu’au jour où ils n’ont plus rien à vendre ni à cultiver. Globalement on peut dire que le développement économique des zones rurales périurbaines permet aux habitants d’avoir des occasions d’augmenter leurs revenus et leur niveau de vie, mais ce changement n’a pas un caractère durable et les habitants vivent toujours dans l’incertitude. Dans cet environnement en mutation, les stratégies d’adaptation de chaque groupe social, des femmes et des hommes, sont différentes.

Degrés d’adaptation des groupes

Sexe

71Les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes avantages pour chaque métier. Les hommes sont majoritaires dans l’agriculture et dans les métiers indépendants. Les femmes sont plus nombreuses dans les usines et dans le commerce. De nature persévérante et diligente, elles sont celles qui doivent subvenir à la vie quotidienne de la famille et s’occuper des enfants. La plupart des métiers de service conviennent également mieux aux femmes qu’aux hommes. Les usines qui fabriquent des chaussures et des textiles proposent du travail qui convient aux femmes. Les entreprises préfèrent également la main-d’œuvre féminine qui peut être moins chère que la main-d’œuvre masculine. Par contre, les hommes qui peuvent faire les travaux pénibles et qui préfèrent être libres d’organiser leur temps, sont nombreux à devenir travailleurs indépendants ou paysans.

Tableau 5.22 : Tableau de l’emploi selon le sexe en 2007 (en %)

Tableau 5.22 : Tableau de l’emploi selon le sexe en 2007 (en %)

Âge

  • 8 17,8 % de personnes à Bà Điểm et 33,7 % à Vĩnh Lộc A ont plus de 60 ans et travaillent toujours dan (...)

72Ne pouvant plus continuer son travail d’agriculteur, le paysan doit chercher un autre moyen pour gagner sa vie. Cependant, le changement est difficile pour ceux qui n’ont jamais travaillé ailleurs que dans l’agriculture. Trouver un autre travail et avoir un autre métier dépendent des éléments très différents dont l’âge est souvent un obstacle pour les paysans qui veulent changer. Notre enquête de terrain permet d’analyser les métiers des membres des foyers selon les tranches d’âge8.

73À Bà Điểm les ouvriers, les fonctionnaires et les travailleurs indépendants sont nombreux dans la tranche d’âge de 18 à 40 ans, et très peu nombreux dans la tranche d’âge de plus de 41 ans. Cela montre que l’opportunité de trouver du travail dans les usines et dans les administrations pour les travailleurs de plus de 45 ans est très faible par rapport aux plus jeunes. Cette tranche d’âge doit chercher une solution en tant que travailleur indépendant, dans le commerce, ou travailler pour le compte d’un patron, ou comme paysan.

Tableau 5.23 : Tableau de l’emploi en 2007 et groupes d’âge

Tableau 5.23 : Tableau de l’emploi en 2007 et groupes d’âge

Les jeunes s’adaptent plus vite que les personnes plus âgées. Les jeunes acceptent avec enthousiasme les changements, ils ont certes des inquiétudes, mais ne sont pas obsédés par le lendemain comme les personnes de plus de 40 ans. Les travailleurs jeunes s’adaptent vite aux nouveaux métiers de l’économie de marché tels que le commerce ou la main-d’œuvre libre, etc. Les personnes plus âgées sont, au contraire, encore très attachées au métier d’agriculteur traditionnel.

Niveau d’études

74Dans les zones périurbaines, de nombreuses usines et fabriques ont été construites ces dernières années. Cependant peu de personnes issues des familles paysannes locales travaillent dans ces usines. Les difficultés que rencontrent les paysans dans leur recherche d’un travail approprié et stable dans l’environnement urbanisé sont un vrai problème engendré par le processus du développement urbain. Une des raisons essentielles est le déséquilibre entre le niveau d’études et les compétences des travailleurs issus du milieu rural, et les besoins de main-d’œuvre nécessaires au développement d’une nouvelle économie dans les zones périurbaines en voie d’urbanisation.

75À Vĩnh Lộc A, les autorités locales demandent souvent aux entreprises installées sur le territoire communal de prendre en priorité les travailleurs locaux. Cependant les paysans qui ont l’habitude de travailler dans les champs ne peuvent souvent pas répondre aux exigences, notamment en ce qui concerne le niveau d’études et surtout les compétences techniques. Le résultat est que le nombre de travailleurs locaux embauchés par ces entreprises est négligeable.

76Le faible niveau d’études ne permet pas aux travailleurs de suivre les programmes de formation proposés par les centres d’apprentissage ou par les entreprises elles-mêmes. La tranche d’âge de moins de 45 ans a souvent un niveau d’études supérieur à celle de la tranche d’âge de plus de 45 ans. Parmi les moins de 45 ans on trouve plus d’ouvriers et de fonctionnaires. Cependant leur travail n’est pas d’une grande stabilité, car il s’agit des tâches assez simples qui ne demandent pas beaucoup de temps de formation, ce qui fait qu’ils sont assez exposés au risque de chômage, les entreprises n’ayant pas de difficulté pour les remplacer. Les entreprises sont tentées de les licencier pour ne pas augmenter les salaires, car elles peuvent faire de nouvelles embauches pour un salaire inférieur.

77Il est à souligner qu’avec le niveau d’études généralement faible et le manque de compétences, une partie considérable des jeunes habitant les zones périurbaines ne manifestent pas de volonté pour apprendre un nouveau métier, ou garder leur travail dans les entreprises.

78Examinons un cas concret. Le Comité populaire de la commune de Bà Điểm a lancé en 2007 un projet impliquant les entreprises qui consiste à subventionner la formation professionnelle des jeunes issus des familles pauvres et à les embaucher après la formation. Malgré tout le travail d’information et d’orientation, seuls quelques jeunes ont été inscrits gratuitement dans les formations. Cependant, ces jeunes ont suivi les formations pendant quelques jours avant de les abandonner sous prétexte que le lieu de formation était trop loin de leur domicile.

79Les personnes qui ont le plus de mal à changer de métier sont les paysans d’un âge mûr. Ils ne sont plus dans la tranche d’âge que cherchent à recruter les entreprises. Ils n’ont pas non plus le niveau d’études qui permet de trouver facilement un travail. Enfin ils ont souvent une charge familiale qui ne leur permet pas d’envisager de faire une formation professionnelle ou les études pour améliorer leurs compétences.

La mentalité des personnes en reconversion professionnelle

Manque de conscience sur l’avenir professionnel

80Un certain nombre de personnes qui ont pu vendre leurs terres ou qui ont reçu une grosse somme d’argent en indemnités pensent que cette fortune dure éternellement. Ils dépensent leur argent sans penser à la nécessité d’avoir un autre métier. C’est le cas fréquent chez les jeunes dans les familles pauvres qui ont « tiré le gros lot » grâce à la vente des terres. L’argent gagné facilement ne leur apprend pas à faire des efforts. Malgré les programmes d’orientation professionnelle, ces jeunes ne veulent pas apprendre un métier et aller travailler. Ils passent leur journée à s’amuser, voire à se réunir pour boire et pour faire n’importe quoi. Certains n’hésitent pas à répondre directement quand on essaie de les convaincre d’aller suivre une formation professionnelle : « Je n’ai aucun diplôme, ce papier d’attestation du droit de propriété suffit pour procurer de l’argent, pourquoi devrais-je me fatiguer à aller travailler ? » (Lê Văn Năm, Hoàng Trương, 2007 : 82).

« Ne pas savoir quoi faire »

81Quand on les questionne sur leur motivation, plusieurs travailleurs disent qu’ils sont devenus ouvriers parce qu’ils « ne savent pas quoi faire ». C’est la raison principale du choix du métier d’ouvrier. Pour ces personnes qui sont assez nombreuses, « ne pas savoir quoi faire » veut dire qu’ils ne peuvent pas faire un autre métier, c’est pour cela qu’ils ont choisi de travailler comme ouvriers. Autrement dit, du point de vue personnel, le métier d’ouvrier leur convient mieux que d’autres métiers.

  • 9 L’avis de Bảo Xuyên, ouvrier habitant au foyer de Mme Lê Thị Hai, hameau Deux, de la commune de Vĩn (...)

82Concrètement, pour ces ouvriers, le travail agricole n’est plus adapté pour plusieurs raisons. Premièrement, la diminution des superficies dédiées à l’agriculture est tellement importante que les terres qui restent ne suffisent pas pour cultiver quoi que ce soit. Deuxièmement, le travail agricole est actuellement très peu rentable, car les investissements sont importants et les prix des produits agricoles sont bas. Troisièmement, selon quelques personnes qui l’expriment ouvertement, le métier d’agriculteur ne rapporte pas assez, alors que c’est un travail pénible « la face tournée vers la terre et le dos tourné vers le ciel » (bán mặt cho đất, bán lưng cho trời) qui ne convient pas aux femmes9. Il est vrai que le travail dans l’agriculture est plus fatigant que dans d’autres secteurs. C’est la raison pour laquelle peu de personnes, en particulier parmi les jeunes, font le choix de rester agriculteur dans un environnement en voie d’urbanisation rapide. Quant aux autres activités non agricoles, les ouvriers interrogés pensent qu’ils ne réunissent pas les conditions requises pour les faire. Pour eux, devenir ouvrier est donc la meilleure solution.

83La plupart des ouvriers vont travailler en usine car ils ont besoin d’un travail procurant un salaire stable pour ne pas dépendre de leur famille.

84Beaucoup d’ouvriers, alors qu’ils travaillent déjà depuis un certain temps dans l’entreprise, ne reconnaissent pas avoir un nouveau métier. La mentalité selon laquelle on devient ouvrier parce qu’on « ne sait pas quoi faire » les amène à penser qu’ils ne sont ouvriers que provisoirement en attendant d’avoir une autre opportunité plus intéressante. Le résultat est qu’ils n’essaient pas de s’accrocher et d’apprendre vraiment leur métier.

85La plupart des ouvriers ne valorisent pas leur travail actuel. Pour cette raison ils ne veulent pas que leurs enfants fassent ce travail plus tard. Les ouvriers interviewés disent tous qu’ils rêvent que leurs enfants puissent faire des études pour avoir un travail stable, car le métier d’ouvrier est vraiment le dernier des métiers. Ils le font, car ils n’ont pas d’autres solutions.

86Le processus de transformation d’un paysan en ouvrier commence donc par des changements introduits par le développement de la société. Le processus d’urbanisation permet aux travailleurs locaux de devenir ouvriers. Cependant le processus ne se déroule pas sans problème pour les travailleurs car ils doivent faire face à une reconversion difficile. La réalité est qu’ils n’estiment pas que la condition ouvrière est une occasion pour améliorer la vie même pour les vétérans. On peut dire qu’actuellement la population des zones en voie d’urbanisation n’est pas encore prête pour intégrer la masse d’ouvriers industriels. En dehors des conditions objectives actuelles, il faudra poser la question de la place de la classe ouvrière dans une économie de marché mondialisée.

Les femmes des zones périurbaines en voie d’urbanisation

Le bagage pour entrer dans le processus d’urbanisation

87Les femmes dans le milieu rural doivent s’occuper des travaux ménagers, sans parler des activités de production auxquelles elles doivent souvent participer pour contribuer au budget familial.

88Dans le processus d’urbanisation, les femmes des zones périurbaines sont témoins de la diminution catastrophique des superficies agricoles et doivent faire face à un grand nombre de transformations dans la vie quotidienne : travail, logement, relations familiales et lignagères, nouveautés survenues dans tous les domaines et les affectant elles-mêmes ou leurs proches.

89Le processus d’urbanisation apporte un lot de changements qui sont à la fois des opportunités et des défis. Les habitants des zones périurbaines peuvent profiter des avantages liés à l’urbanisation, mais doivent également faire face aux risques qu’elle comporte. Dans une famille, on peut dire que la femme est la personne qui subit le plus les effets de ces changements. La pression exercée sur la femme n’est pas seulement liée à sa situation personnelle, mais aussi en tant qu’épouse ou mère. Avant l’entrée dans le processus d’urbanisation, sa vie en milieu rural était assez paisible avec les travaux ménagers et les activités de production à caractère individuel dans l’espace étroit d’une famille. Maintenant, dans un environnement en mutation rapide, la femme joue le rôle de repère et d’élément stable sur lequel repose la vie familiale. La femme vivant dans une zone en voie d’urbanisation doit à la fois trouver sa place dans un nouvel environnement et aider les autres membres de la famille à surmonter les épreuves.

90Comme on l’a déjà dit plus haut, les zones périurbaines en voie d’urbanisation de Hô Chi Minh-Ville, notamment dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, sont caractérisées par l’équilibre démographique entre les sexes. On peut s’interroger sur le niveau d’études des femmes qui est actuellement un élément clé qui contribue à l’adaptation de l’individu aux nouvelles conditions de vie. Le tableau suivant permet de voir la situation de la « moitié » de la population de ces deux communes en voie d’urbanisation.

91La plupart des femmes des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A ont le niveau scolaire allant de l’école primaire, secondaire au secondaire supérieur. Par rapport à la population masculine, le pourcentage des femmes ayant les diplômes supérieurs à l’école primaire est plus faible. Le pourcentage des femmes analphabètes est bien plus important. Le schéma suivant exprime le niveau d’études des hommes et les femmes dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A.

Tableau 5.24 : Niveau d’études et sexe en 2007

Tableau 5.24 : Niveau d’études et sexe en 2007

Globalement, le niveau d’études des femmes est donc plus faible que celui des hommes. Les raisons en sont nombreuses. En général, les familles n’ont pas les moyens pour financer des études longues et ont besoin de la main-d’œuvre pour les activités économiques familiales. Les enfants se découragent facilement quand ils ne peuvent pas suivre correctement l’école. Enfin, la mentalité selon laquelle une femme n’a pas besoin de faire des études est encore répandue, notamment dans les familles nombreuses qui privilégient les garçons dans la poursuite des études.

Reconversion professionnelle

92Avec leur niveau d’études et les préjugés sociaux encore répandus, comment les femmes des zones périurbaines se comportent-elles quand elles sont obligées de changer de métier ?

Contexte général du travail féminin selon le critère géographique

93En 1997, les femmes à Bà Điểm travaillaient principalement dans le secteur agricole. Le tableau 5.22 montre la hiérarchie des activités féminines dans les zones en voie d’urbanisation : dans l’ordre nous avons : 1/agricultrice, 2/ouvrière, 3/commerçante, 4/ femme au foyer, 5/fonctionnaire, 6/travailleuse indépendante, 7/artisane, 8/chômeuse. Le reste comprend les filles qui font leurs études et les femmes âgées, à la retraite, malades ou dans l’incapacité de travailler.

Tableau 5.25 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Bà Điểm

Tableau 5.25 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Bà Điểm

Ce tableau montre qu’en 1997 les femmes travaillant dans l’agriculture (19,4 %), à l’usine (15,8 %), dans le commerce (11,5 %) et au foyer (9 %) sont majoritaires. Les femmes fonctionnaires et les travailleuses indépendantes sont très peu nombreuses.

94Quelques travaux réservés aux femmes : dans l’agriculture, c’est le repiquage du riz (cấy lúa), la moisson (cắt lúa), la récolte des légumes (feuilles de moutarde, les aubergines, le maïs, les haricots), l’élevage des cochons et des volailles… ; dans le secteur industriel : ouvrière dans les ateliers de couture, de fabrication des chaussures (collage des semelles), dans le triage des produits ; dans le commerce : épicerie, vente de tissus, de vêtements ; dans les travaux ménagers : préparer les repas, s’occuper des enfants.

95En 2007, dix ans après le début de l’urbanisation, la hiérarchie des activités exercées par les femmes connaît plusieurs changements. Les quatre premières activités sont désormais : ouvrière (16,1 %), commerçante (13,3 %) et femmes au foyer (14,6 %), les agricultrices connaissant un net recul (seulement 6,3 %). À la différence de 1997, lorsque le travail dans le secteur agricole était dominant, les chiffres de 2007 montrent que les trois autres activités sont en équilibre. Plusieurs femmes ont choisi de travailler à l’usine ou de s’installer comme commerçante ; ce sont les activités qui conviennent aux femmes et qui ont tendance à augmenter.

96On peut observer que le nombre de femmes au foyer est en augmentation rapide de 1997 à 2007, alors que celui des femmes au chômage n’augmente presque pas (1997 : 0,7 ; 2007 : 1). En réalité, parmi les femmes au foyer, certaines avaient une activité principale en 1997 qu’elles avaient perdue au moment de l’enquête de 2007, d’autres n’étaient pas encore en âge de travailler en 1997 et sont mariées en 2007. On doit reconnaître que le nombre des femmes qui sont au chômage est assez important, mais elles ne veulent pas le reconnaître. En déclarant qu’elles sont femmes au foyer, les femmes considèrent que les travaux ménagers sont un métier et estiment qu’elles ont un travail (tableau 5.25).

Graphique 5.4 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Bà Điểm

Graphique 5.4 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Bà Điểm

À Vĩnh Lộc A, la situation des femmes est similaire. Les activités principales des femmes sont l’agriculture, le commerce, le travail à l’usine et la main-d’œuvre libre. Si l’on compare la structure des activités féminines à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 1997, on remarque que les femmes à Vĩnh Lộc A travaillaient massivement dans l’agriculture (presque la moitié, soit 40,2 % des femmes). La main-d’œuvre libre arrive en deuxième lieu (8,7 %) ; ces femmes travaillaient pour le compte de tiers, dans l’agriculture ou en dehors du secteur agricole. Ensuite, 4,8 % des femmes travaillaient à l’usine, 4,5 % étaient commerçantes et 3,1 % femmes au foyer.

Tableau 5.26 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Vĩnh Lộc A

Tableau 5.26 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Vĩnh Lộc A

Dix ans plus tard, en 2007, les femmes travaillent beaucoup moins dans l’agriculture (diminution de presque un tiers), mais c’est toujours l’activité qui arrive en tête avec 16,6 %, tandis que la main-d’œuvre libre diminue pour laisser la place au travail d’ouvrière (15,1 %) et au commerce (12 %) (tableau 5.26).

97En l’espace d’une dizaine d’années, de 1997 à 2007, globalement les activités féminines dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A présentent des changements comparables : le travail agricole diminue fortement, tandis que le travail ouvrier, le commerce et les travaux ménagers augmentent. Cependant chaque commune présente des tendances assez distinctes. La différence se manifeste tout d’abord dans la hiérarchie des activités. Si à Bà Điểm la paysanne arrive derrière l’ouvrière, la commerçante et la femme de ménage, à Vĩnh Lộc A, la paysanne occupe toujours la première place, bien qu’elle ait perdu beaucoup de point face à l’ouvrière, la commerçante et la travailleuse indépendante. Cela montre que Vĩnh Lộc A, malgré des changements profonds, reste toujours dans une économie à dominante agricole, ce qui a une importance non négligeable pour les femmes. D’autre part, le niveau d’études de la population féminine de Bà Điểm est plus élevé, ce qui leur permet de mieux réussir leur reconversion professionnelle. Les statistiques de 2007 recueillies à Vĩnh Lộc A permettent de voir que la commune connaît une explosion des activités non agricoles, notamment les activités de commerce et le travail ouvrier. Ces deux dernières activités mettent en évidence, dans une certaine mesure, la nouvelle structure des activités économiques qui est en train de s’instaurer à Vĩnh Lộc A.

98On peut remarquer qu’à Vĩnh Lộc A, parmi les quatre activités féminines les plus importantes, le travail ouvrier connaît un développement important. En 1997 seulement 4,8 % des femmes étaient ouvrières ; elles sont 15,1 % en 2007 ; l’augmentation moyenne annuelle est donc de 0,8 %. De la même façon, le nombre des femmes fonctionnaires augmente également au rythme remarquable de 0,8 % jusqu’à 2 %.

99Il faut également parler de la femme au foyer. La plupart des études récentes sur le rôle de la femme dans la société contemporaine, notamment dans un milieu urbanisé, oublient le travail de femme au foyer. Cette activité ne rapportant pas de revenus, il est impossible d’évaluer la part de cette activité dans l’économie familiale, alors que dans un grand nombre de cas, c’est l’activité principale des femmes ayant l’âge de travailler qui n’ont pas, ou pas encore, de travail. En l’espace de dix ans, le nombre de femmes au foyer a presque doublé (Bà Điểm : 9 % en 1997 et 14,6 % en 2007 ; Vĩnh Lộc A : 3,1 % en 1997 et 7,9 % en 2007). C’est un point important qu’il ne faut pas négliger quand on parle du travail des femmes.

100Si l’on étudie le cas des femmes qui ne travaillent plus dans l’agriculture en 2007, on peut voir que l’activité non agricole principale est toujours le travail en usine qui arrive devant le commerce.

Tableau 5.27 : Emploi principal non agricole des femmes en 2007

Tableau 5.27 : Emploi principal non agricole des femmes en 2007

Dix ans est un laps de temps assez court, mais l’enquête montre qu’en l’espace d’une décennie, de nombreuses transformations ont eu lieu du point de vue du travail féminin dans les zones périurbaines. Cela est dû à la reconversion professionnelle : le travail dans le secteur agricole est remplacé par des activités dans les secteurs non agricoles avec une tendance marquée pour le travail ouvrier et le commerce. La tendance vers les carrières de fonctionnaire est également à remarquer, de même que la baisse du travail en tant que main-d’œuvre libre. En général, les femmes rencontrent plus de difficultés que les hommes dans leur reconversion professionnelle, comme en témoigne le fait qu’un grand nombre d’entre elles deviennent femmes au foyer et n’ont d’autres perspectives que de le rester. On sait pourtant qu’une femme qui ne s’occupe que des travaux ménagers peut être exclue de la société qui se développe en permanence. Les femmes au foyer manifestent peut-être une passivité face au changement, mais cela peut être considéré comme une forme d’adaptation souple. Les femmes au foyer travaillent réellement et ne vivent pas aux crochets de la société. Mais le travail ménager n’est pas un travail socialement reconnu dans la société dans laquelle les femmes sont appelées à jouer un rôle important.

101On peut remarquer que les femmes doivent assurer les travaux à la fois dans leurs foyers et dans les champs mais la plupart des personnes interrogées estiment que les revenus tirés de la production agricole sont insignifiants. Les dépenses familiales sont assurées essentiellement par les revenus que rapportent les activités en tant que main-d’œuvre libre et le petit commerce. La culture et l’élevage rapportent traditionnellement peu de revenus. Le travail indépendant et le petit commerce peuvent apporter de quoi payer les dépenses quotidiennes (nourriture, etc.). Les grosses dépenses d’équipement mobilier, etc. sont toujours assurées par l’homme. Autrement dit, le travail masculin est considéré comme ayant plus d’efficacité économique, alors que le travail féminin est estimé comme secondaire car les femmes doivent consacrer beaucoup de temps et d’énergie aux tâches qui ne sont pas « rentables » en s’occupant des enfants, des parents, etc.

Conclusion

102En résumé, le changement de la structure économique et sociale dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A offre aux habitants des opportunités pour le développement de leurs capacités individuelles. La reconversion professionnelle des paysans est une nécessité et parfois une contrainte, car il n’est plus possible de continuer l’activité agricole comme avant. Ce changement a été rapide. Les travailleurs à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A se sont adaptés chacun à leur façon en changeant de métier et en cherchant d’autres opportunités de travail, parfois en faisant en même temps plusieurs métiers. Cela permet à la population à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A d’envisager une perspective de carrière et un changement de statut social. Cependant, l’opportunité n’est pas la même selon chaque individu et chaque famille.

103Globalement, dans les zones périurbaines le changement des activités économiques et le transfert des ressources humaines vers le secteur non agricole sont encore limités. Les difficultés sont de plusieurs ordres. Premièrement, le faible niveau d’études des travailleurs a un rôle décisif dans la réussite de la reconversion. L’éducation et la formation professionnelle ont donc une place importante dans le processus de transformation de la main-d’œuvre agricole dans les activités non agricoles.

104Deuxièmement, l’âge des travailleurs. On voit que les jeunes ont une plus grande capacité à changer de métier. Cependant, comme le critère du niveau d’études, le critère d’âge n’est pertinent que pour les métiers d’ouvrier et n’influence que faiblement les métiers de main-d’œuvre libre ou les services. L’enquête montre que les programmes d’aide au travail devraient cibler les jeunes pour espérer avoir plus d’efficacité.

105Troisièmement, le sexe masculin ou féminin a une influence parfois considérable sur le marché du travail. Les hommes semblent avoir plus de capacité à changer de métier que les femmes.

106Quatrièmement, la superficie des terres agricoles du foyer joue un rôle important. Les foyers qui travaillaient autrefois dans l’agriculture se tournent essentiellement vers les métiers non agricoles une fois que leurs terres sont aliénées.

Notes

1 Le chiffre de 899 personnes (1997) est obtenu de cette façon : du total du tableau 1, soit 1382, on enlève 97 personnes âgées, malades et retraitées, et 386 personnes encore sur les bancs de l’école. Le chiffre 1027 est obtenu en enlevant du total de 1559 du tableau 2 le chiffre de 275 personnes âgées, malades et retraitées et 257 personnes encore sur les bancs de l’école.

2 Interview de M. Bùi Quang Tùng, hameau de Đông Lân de Bà Điểm (15 octobre 2008 par Nguyễn Văn Lăng).

3 Les maladies les plus fréquentes sont le mal de dos (en raison de la position de travail : debout ou assis pendant plusieurs heures consécutives), les acouphènes (en raison des bruits des machines), etc.

4 La période d’essai compte pour 70 % dans la décision finale d’embauche. C’est une période charnière qui définit la collaboration entre l’entreprise et le travailleur.

5 Interview d’un artisan fabricant des baguettes d’encens, 40 ans, habitant à Vĩnh Lộc A, au foyer de M. Phan Văn Dũng, le 28 novembre 2008.

6 Interview d’un artisan fabricant des baguettes d’encens, 40 ans, Idem.

7 Augmenter le seuil de pauvreté à Hô Chi Minh-Ville pour la période de 2009-2015, www.hochiminhcity.gov.vn

8 17,8 % de personnes à Bà Điểm et 33,7 % à Vĩnh Lộc A ont plus de 60 ans et travaillent toujours dans l’agriculture. Les agriculteurs au Vietnam ne connaissent pas de retraite, ils travaillent quand ils ont encore la force de travailler, car ils n’ont pas de retraite et n’ont aucune aide de la part de l’État, des autorités locales ou des organismes divers.

9 L’avis de Bảo Xuyên, ouvrier habitant au foyer de Mme Lê Thị Hai, hameau Deux, de la commune de Vĩnh Lộc A (CEFURDS, 2008, op. cit).

Table des illustrations

Titre Tableau 5.1 : Emploi en 1997 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A
Légende a. Il s’agit‚ dans la nomenclature vietnamienne‚ de la femme au foyer.b. Les personnes âgées et malades (qui ont encore l’âge de travailler‚ mais sont dans l’incapacité de le faire pour cause de maladie)‚ les enfants (qui n’ont pas encore l’âge de travailler et qui ne vont pas à l’école‚ entre 6 et 15 ans)‚ enfin ceux qui font leur service militaire.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau 5.2 : Emploi en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Graphique 5.1 : Emploi en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 5.2 : Le changement d’emploi en 1997 et en 2007 à Bà Điểm et Vĩnh Loc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Tableau 5.3 : Emploi non agricole en 1997
Légende * Ce sont des travailleurs indépendants ne travaillant que pour leur compte, ne pas confondre avec des professions libérales comme médecins, avocats, etc.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 5.4 : Emploi non agricole en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Graphique 5.3 : Emploi non agricole en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau 5.5 : Ouvriers et sexe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 5.6 : Groupe d’âge des ouvriers en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 5.7 : Groupes de niveau scolaire des ouvriers en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 5.8 : Emploi occupé en 1997 par les ouvriers de 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau 5.9 : Revenu moyen par métier en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Tableau 5.10 : L’emploi non agricole en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 5.11 : Fonctionnaires et sexe en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 5.12 : Tranches d’âge des fonctionnaires en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 5.13 : Groupes de niveau d’études des fonctionnaires
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Tableau 5.14 : Travailleurs indépendants et classe d’âge
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 5.15 : Origine professionnelle des travailleurs indépendants en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau 5.16 : Travailleurs dans le commerce et les services en 1997 et 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Tableau 5.17 : Emploi principal non agricole en 1997 et 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 5.18 : Travail et sexe dans le commerce et les services en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 5.19 : Travail dans le commerce et les services selon la classe d’âge en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 5.20 : Travailleurs du commerce et des services
Légende selon le niveau d’études en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 5.21 : Emploi des travailleurs dans les commerces et les services en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 5.22 : Tableau de l’emploi selon le sexe en 2007 (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau 5.23 : Tableau de l’emploi en 2007 et groupes d’âge
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 5.24 : Niveau d’études et sexe en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau 5.25 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Bà Điểm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Graphique 5.4 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Bà Điểm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Tableau 5.26 : Emploi principal des femmes en 1997 et 2007 à Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 5.27 : Emploi principal non agricole des femmes en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23787/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search