Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Comment survivre comme paysans des villes ?

Texte intégral

1Après la mise en place de la politique de renouveau et de transition vers l’économie de marché (en 1986), Hô Chi Minh-Ville a connu un taux de croissance soutenu. La population de la ville est également en croissance. Le développement socio-économique soutenu exige du terrain pour construire les logements, les complexes urbains, les zones industrielles, les zones franches, les centres commerciaux et les infrastructures. Le développement urbain est synonyme de l’élargissement vers la périphérie : la campagne paisible et tranquille est envahie par les immigrants, les logements, les unités de production.

2Les zones périphériques de Hô Chi Minh-Ville ont connu le même phénomène. Selon les données statistiques du Service de l’Agriculture et du Développement Rural de Hô Chi Minh-Ville, durant la période 1996-2000, les terres agricoles furent réduites chaque année en moyenne de 1000 hectares. Dans la période suivante (2001-2005), elles furent réduites de 1200 hectares (Service de l’Agriculture et du Développement Rural de Hô Chi Minh-Ville, 2006) et ce rythme s’est maintenu jusqu’en 2007. La diminution des terres cultivables s’accompagne de la réduction du nombre de foyers d’agriculteurs, leur taux passant de 80 % en 1997 à 30 % en 2004 et à un niveau encore plus bas en 2007. Si en 1997 la ville comptait 467 624 paysans, ce nombre était de 255239 personnes en 2003 et 238 127 personnes en 2007 (Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville, 1997, 2003, 2007).

3Suite à ce changement, les agriculteurs des régions périurbaines de Hô Chi Minh-Ville en général, et les agriculteurs de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en particulier, sont placés devant des changements radicaux et de nombreux défis. Une question se pose : doivent-ils abandonner le métier d’agriculteur et se convertir à un autre métier car dans l’avenir il n’y aura plus de terres agricoles à cultiver. Les jeunes doivent-ils, bon gré mal gré, exercer des activités industrielles et non agricoles ou peuvent-ils rester fidèles au métier de paysan ? Il s’agit de véritables défis auxquels doivent faire face les paysans périurbains et, à travers eux, l’économie des zones périurbaines de Hô Chi Minh-Ville.

Rôle de l’agriculture dans le périurbain

4Le terme d’agriculture périurbaine couvre l’agriculture de Hô Chi Minh-Ville et de ses régions périurbaines. Les produits agricoles sont consommés par les habitants de la ville. Il y a une utilisation alternée entre les fins agricoles, non agricoles et urbaines des ressources : ressources humaines, terrains, matériels. L’agriculture périphérique présente à la fois des avantages et les inconvénients.

Tableau des avantages et inconvénients de l’agriculture périurbaine de Hô Chi Minh-Ville

Production Consommation
Avantages Accès aux technologies et au soutien technique grâce à la proximité du centre de
Hô Chi Minh-Ville doté de plusieurs universités et instituts de recherche.
Débouché de proximité
Frais de transport moins élevés
Accès immédiat aux informations sur le marché
Marché à haut niveau de consommation
Difficultés Grands risques liés aux mutations des terres agricoles
Pollution de l’eau et du sol
Pénurie de main-d’œuvre agricole
Risques commerciaux
Instabilité de l’offre
Peu de points de collecte

Il est à noter que la proximité d’une grande ville comme Hô Chi Minh-Ville présente pour l’agriculture des avantages, contrairement aux régions plus éloignées des villes.

5D’après notre analyse, ces deux localités se spécialisent dans la culture intensive des fruits et légumes. L’agriculture crée des emplois et constitue une importante source de revenu pour les habitants.

La plupart des produits agricoles de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, notamment les légumes biologiques, les tomates, les choux, etc., sont destinés à la ville et la proximité permet de réduire le prix (moins de frais de transports) et de garantir la qualité et la fraîcheur des produits.

Changement de l’agriculture durant la dernière décennie (1997-2007)

6L’activité agricole et la notion d’emploi agricole désignent dans la présente thèse les activités liées à la culture et à l’élevage. Entre 1997 et 2007, le nombre de foyers d’agriculteurs et le nombre d’agriculteurs ont eu tendance à se réduire à une vitesse plus rapide que le rythme d’urbanisation. L’enquête quantitative réalisée en 2007 sur la périurbanisation a bien démontré ce phénomène.

7Alors qu’en 1997 à Bà Điểm, la part de la population agricole était de 19,6 %, ce taux était de 7,8 % en 2007. Pour Vĩnh Lộc A, les chiffres sont respectivement de 39,7 % à 18,3 % (tableau 4.1).

Tableau 4.1 : L’activité agricole dans la structure économique à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Tableau 4.1 : L’activité agricole dans la structure économique à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Graphique 4.1 : Activité agricole à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)

Graphique 4.1 : Activité agricole à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)

Changement des terres agricoles

8La réduction de la superficie des terres agricoles est à l’origine de la chute de la production agricole. Dans les deux communes étudiées, 44,7 % des terres ont connu un changement d’affectation par vente, dons aux proches ou expropriation par l’État.

Une part importante des foyers est touchée par la réduction des terres (43 %). À Vĩnh Lộc A ils sont 52,7 % contre 33,3 % à Bà Điểm. Seuls 1,7 % des foyers ont vu leurs terres inchangées (tableau 4.2).

Tableau 4.2 : Évolution des superficies cultivées par foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)

Tableau 4.2 : Évolution des superficies cultivées par foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)

Graphique 4.2 : Évolution des superficies cultivées par foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)

Graphique 4.2 : Évolution des superficies cultivées par foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)

Deux raisons expliquent la réduction de la superficie des terres des foyers : concession ou don aux enfants des foyers agricoles et expropriation des terres pour l’agrandissement de Hô Chi Minh-Ville.

Concession et don pour les proches

9D’après les données statistiques présentées dans le tableau 4.3, la concession et le don des terres sont les deux raisons principales de la réduction des terres des agriculteurs. Le besoin de terres pour la construction des résidences, des unités de production et des infrastructures a fait augmenter le prix des terrains dans les régions périurbaines. Les paysans ont vendu une partie de leur bien foncier pour profiter de la hausse des prix. Par ailleurs, les difficultés rencontrées dans la culture, notamment la riziculture, ont découragé les paysans. 54 % des foyers agriculteurs ont participé à cette vague de concession du terrain.

Tableau 4.3 : Raisons de la réduction des terres dans les deux localités étudiées (pourcentage(%) des foyers interviewés)

Tableau 4.3 : Raisons de la réduction des terres dans les deux localités étudiées (pourcentage(%) des foyers interviewés)

La deuxième raison de la réduction des terrains est le don aux enfants. Après le mariage des enfants, les parents leur rétrocèdent une partie de leur terrain pour que les jeunes couples puissent construire leur logement et avoir un champ pour travailler. Le fonds de terrain de la famille est généralement distribué à parts égales entre les enfants qui peuvent l’utiliser comme ils l’entendent. Les uns revendent le terrain reçu des parents, les autres continuent les activités agricoles, construisent des logements en vue de la location ou ouvrent des commerces d’articles de consommation. Quels que soient les motifs d’utilisation, les terres subissent des changements et deviennent plus morcelées. Cette mutation est fréquente dans les zones en cours d’urbanisation. À Bà Điểm, la superficie cultivée du bétel se réduit en partie par l’étalement de la ville, mais également par le don de terrains des parents aux enfants après leur mariage.

10Il est compréhensible que les terres éparpillées et morcelées ne conviennent plus à la production agricole. Les habitants doivent trouver une utilisation rationnelle et rentable des sols. Dans les deux communes, notamment à Vĩnh Lộc A, la demande de location de résidence fait suite à l’arrivée des ouvriers travaillant dans les usines dans les zones industrielles. Devant cette demande, plusieurs foyers ont fait construire des maisons de location. Le loyer leur permet en fait de couvrir largement les besoins de la vie quotidienne. Ils n’exercent plus d’activité agricole ou d’autre travail. Les terrains agricoles sont généralement transformés en résidences de location dans les zones périurbaines, notamment celles à proximité des zones industrielles. À côté des logements existants, les investisseurs « externes » achètent du terrain pour faire construire les résidences de location. Il est aisé de prévoir que les champs seront transformés très vite en logements de location.

11En comparaison avec Bà Điểm, Vĩnh Lộc A a connu plus de changement en matière foncière. La concession foncière représente 87,3 % et le don aux enfants 35,4 % des foyers enquêtés (tableau 4.3). Dans l’avenir, les immigrants seront plus nombreux. Par ailleurs, la politique de réaménagement du centre-ville déplace les habitants urbains dans les zones périurbaines. Les terres à usages agricoles se réduisent à la portion congrue. La verdure des champs sera vite remplacée par les logements…

  • 1 Transcription de l’interview de M.Nguyễn Văn Nhiều, hameau Six, commune de Vĩnh Lộc A, district de (...)

12Aux dires des habitants de Vĩnh Lộc A, le prix du terrain en 2007 a triplé par rapport aux années précédentes. En 2008, le marché immobilier s’est un peu calmé. Le prix du terrain n’est qu’en légère augmentation. Alors qu’en 2007, le prix du terrain était passé de 300 000 à 900 000 – 1 000 000 VNĐ/m2, il n’augmente plus que de 200 000 VNĐ/m2 depuis le début de cette année. Le terrain des zones périurbaines à bas prix attire les investisseurs. Le marché immobilier devient plus animé. Cela est compréhensible parce que le prix du terrain de ces régions est relativement intéressant. Par ailleurs, le réseau des routes est très complet et connecté au réseau routier urbain1.

  • 2 Au long de la route Quách Điêu et la route menant au hameau Six, les maisons et magasins affichent (...)

13Le marché immobilier est composé à la fois de vendeurs, d’acheteurs et des « commissionnaires ». Le « commissionnaire » est un intermédiaire entre l’acheteur et le vendeur des terrains. C’est celui qui détient les informations de vente à transmettre aux vendeurs. Il reçoit une commission donnée par l’acheteur et/ou le vendeur. Il n’est pas obligé d’être fin connaisseur des textes juridiques ou expert en évaluation des prix. Il suffit qu’il connaisse l’emplacement des terrains qui font l’objet d’une « fièvre » et de jouer sur les informations. Il gagne très bien sa vie. En français, il est appelé « commissionnaire » parce qu’il reçoit une commission. Prenons un exemple de méprise : les habitants nous prennent pour les acheteurs quand nous y venons pour effectuer l’enquête. Ils nous ont posé beaucoup de questions sur le foncier2.

14En fonction de l’état du marché immobilier, les autorités publiques prévoient que l’investissement dans les terrains des zones périurbaines continuera à croître dans le futur.

15Le prix du terrain évolue pourtant en dents de scie.

  • 3 Inverview de M. Trương Văn Thành, vice-président du Comité populaire de la commune de Vĩnh Lộc A, l (...)

La baisse du prix foncier n’est que temporaire et tactique. Le fonds foncier n’est pas illimité. Pour augmenter leur superficie, les pays comme le Japon, les États-Unis, la Chine… doivent s’orienter vers la mer, exploiter le sous-sol ou aller sur la lune pour marquer leur territoire. Investir dans le foncier n’est jamais une perte. Il s’agit d’un investissement à long terme3.

Dans cette région, outre les grandes entreprises, les administrations ou les groupes immobiliers, le marché immobilier est composé également d’investisseurs individuels. Ils sont à la « chasse » de vendeurs potentiels, ils achètent les terrains pour revendre par la suite. Ils achètent souvent en grande quantité pour répartir en lots et revendre quand le prix augmente.

16Les acheteurs font très attention à l’emplacement : le terrain ne doit pas se trouver dans une zone d’aménagement et le réseau des routes doit être complet. Ces critères garantissent le confort dans l’habitation et un meilleur prix de revente (le double ou le triple) si la route est élargie par exemple. L’investissement a connu une explosion au début 2008 du fait que le marché foncier dans les arrondissements intra-muros impose des montants élevés d’investissement, de grands délais de réalisation et présente de grands risques. Lors de la réalisation de l’enquête à Vĩnh Lộc A, nous avons rencontré M. Nguyễn Văn Thuận, un des investisseurs fonciers de ce type. Son entreprise a son siège au district Trois de Hô Chi Minh-Ville. Il a une longue expérience d’investissements dans les « chantiers brûlants » dans les arrondissements Un, Deux, Trois, Sept, Neuf… et a gagné d’énormes bénéfices. Il nous a révélé :

  • 4 Observation et interview de l’auteur lors de la visite de terrain en août 2008 à la commune Vĩnh Lộ (...)

J’ai beaucoup investi dans les terrains de ces arrondissements depuis 2007. Ce marché apporte beaucoup moins de bénéfices. Je m’oriente maintenant vers le district de Bình Chánh pour acheter des terres agricoles. Je les divise en lot de taille moyenne pour revendre4.

M. Thuận dispose d’un terrain au hameau Un de la commune de Vĩnh Lộc A. Il s’agit d’un jardin de 2 hectares. Il l’a divisé en lots de 50 à 100 m2. Il a acheté ce jardin au prix de 900 000 VNĐ/m2 et il l’a revendu au prix de 1200 000 VNĐ/m2. Le prix de revente n’est pas forcément élevé mais il a réussi à revendre tous les lots. M. Thuận a fait construire 500 m2 de logements pour les louer aux ouvriers. À côté des investisseurs individuels, plusieurs entreprises ont tendance à venir investir dans les zones périurbaines. Selon les investisseurs, malgré la distance avec le centre-ville, les zones périurbaines présentent le grand avantage de prix « abordables ». Cette tendance est à l’origine de l’animation du marché foncier.

17À la différence de la topographie de Vĩnh Lộc A, la commune de Bà Điểm est composée de tertres et de coteaux, de terres de culture de plantes fruitières pluriannuelles. Il n’est donc pas coûteux et difficile de transformer la fonctionnalité des terrains. Le secteur foncier de Bà Điểm a connu très tôt la mutation par rapport à Vĩnh Lộc A. Dans les dernières années du xxe siècle, de grandes vagues de vente de terrains y ont eu lieu. Durant la période étudiée (1997-2007), la vente de terrains continue mais à un rythme beaucoup moins soutenu. La commune compte 33 % de foyers dont le fonds de terrain se réduit (contre 52 % à Vĩnh Lộc A). Les paysans de cette localité disposent de grandes quantités de terres. Il est courant qu’ils en vendent, ou en donnent une partie aux enfants. L’argent de la vente leur permet de rénover ou de faire construire des maisons.

18Selon l’association des paysans, la commune de Bà Điểm compte de 15 à 17 hectares de culture de bétel. En 2007, cette culture s’est réduite à 5 hectares :

  • 5 Discours de M. Phạm Văn Liên, président de l’Association des Paysans de Bà Điểm, le 25 novembre 200 (...)

Bà Điểm était connue pour la verdure des jardins de bétel et d’arec. La commune dispose d’une superficie totale de 700 ha, dont la plupart sont les terres cultivables. Des générations de paysans se sont habituées à la culture du bétel, de l’arec, du riz et des légumes. Durant la dernière décennie, l’urbanisation a réduit considérablement la superficie agricole. L’ensemble de la commune compte environ 160 ha de terres cultivables dont 9 hectares réservés à la culture du bétel et de l’arec répartis dans tous les hameaux de la commune. La réduction de la superficie de la culture du bétel s’explique par la chute de la demande. Nombre de paysans se sont convertis à d’autres cultures ou font construire les logements pour location. Pour garder la tradition de culture, nous ne pouvons que les encourager à en garder une certaine superficie. Nous ne pouvons non plus leur suggérer d’accroître la culture du bétel et de l’arec parce que la demande de ces produits a véritablement chuté ces dernières années. Toute la commune compte moins d’une centaine de planteurs de bétel et d’arec5.

Figure 4.1 : Jardin de bétel dans la commune de Bà Điểm

Figure 4.1 : Jardin de bétel dans la commune de Bà Điểm

Expropriation et indemnisation

19Pour développer les infrastructures socio-économiques des zones urbaines, l’État procède à l’expropriation des terrains des paysans (accompagnée d’une indemnisation). En même temps, l’État a encouragé les paysans à faire des dons de terrains pour construire des ouvrages d’intérêt public et notamment élargir les routes (expropriation sans indemnisation). À Bà Điểm, 10 % des foyers dont le patrimoine foncier s’est réduit ont fait l’objet d’une expropriation de terrains (avec et sans indemnisation) contre 1,3 % à Vĩnh Lộc A. Cet écart s’explique par la différence des modalités d’aménagement du territoire dans les deux communes. Dans la plupart des cas, les paysans ne connaissent pas les projets d’aménagement du territoire. Dans les deux communes de l’enquête, les terrains ne sont pas concernés par les grands projets. Mais dans un avenir proche, il est prévu d’élargir la zone industrielle de Vĩnh Lộc, le taux des foyers faisant l’objet d’une expropriation du terrain deviendra élevé.

Changements causés par les conditions naturelles et l’aménagement

Infrastructures et environnement

20Le développement urbain entrave le réseau d’irrigation. Le système des canaux souffre de pénurie de l’eau. La pollution est un facteur très négatif pour la culture du riz et des légumes et l’élevage. Les foyers restant paysans jusqu’en 2007 sont unanimes à dire que les activités agricoles deviennent beaucoup plus difficiles que les années précédentes (tableau 4.4).

Tableau 4.4 : Situation de la production agricole en 2007

Tableau 4.4 : Situation de la production agricole en 2007

Nombreuses sont les terres agricoles qui se sont converties à des fins urbaines : construction des routes, de logements, d’usines. Cette transformation constitue une entrave au développement de l’agriculture. Cette dernière n’est plus prise en considération, le système de drainage des champs n’est plus entretenu. Le système d’évacuation et d’irrigation de l’eau en est fortement affecté. Si dans l’ancien système, l’eau est évacuée et irriguée, lorsque les terres sont converties à l’urbanisme, le réseau d’évacuation est entravé ou fermé. Les champs manquent d’eau en saison sèche et restent inondés en saison de pluies. Cette situation rend les conditions de l’agriculture très difficiles. Des dizaines d’hectares de riziculture à proximité de la zone industrielle de Vĩnh Lộc et au hameau Cinq ont été abandonnés suite à l’élargissement de la zone industrielle.

21Auparavant, les paysans de Vĩnh Lộc A faisaient deux récoltes de riziculture par an. Depuis 2006, suite aux difficultés dans l’irrigation, ils se limitent à une récolte de riziculture et une récolte de légumes. Le hameau Six compte des éleveurs de cochons. Les eaux usées sans traitement sont déversées directement dans les champs et les étangs. Les terrains deviennent alors inexploitables et sont donc laissés en friche.

22Les ressources en nappes phréatiques à Bà Điểm se tarissent. Les intempéries rendent difficiles les cultures, notamment celle du bétel. Les bétels ont du mal à résister à la chaleur et à l’inondation et finissent par mourir. Les paysans s’orientent vers la culture des orchidées, des bananes ou l’élevage pour un meilleur revenu. Les champs sont laissés en friche parce que les terrains expropriés ne sont pas réutilisés immédiatement. En même temps, les investisseurs achètent les terrains et attendent la montée des prix fonciers pour la revente. Les champs en friche deviennent alors le refuge des insectes et des rats qui ravagent les champs cultivés. Les pertes s’aggravent avec le temps.

Figure 4.2 : Irrigation des champs à Vĩnh Lộc A

Figure 4.2 : Irrigation des champs à Vĩnh Lộc A

Pénurie de main-d’œuvre

23Dans les familles périurbaines, les jeunes ne sont pas attirés par le métier d’agriculteur. Les personnes plus âgées constituent la main-d’œuvre principale de l’agriculture. Sur dix ans, la répartition par tranche d’âge de la main-d’œuvre agricole a évolué comme suit :

Tableau 4.5 : Tranches d’âge dans l’agriculture

Tableau 4.5 : Tranches d’âge dans l’agriculture

En 2007, parmi les foyers exerçant une activité agricole à Bà Điểm, seuls 14,8 % des travailleurs ont de 18 à 40 ans. Les personnes de 41 à 60 ans représentent la moitié (50,8 %). Les plus de 60 ans représentent 34,4 %, une proportion plus importante que les jeunes. Le vieillissement de la main-d’œuvre agricole s’explique car, au Vietnam, il n’y a pas à proprement parler de retraite dans l’agriculture. Les gens continuent les activités champêtres jusqu’à ce qu’ils ne se sentent plus capables de le faire. En revanche, comme il y manque de bras, les personnes d’un certain âge doivent continuer d’exercer cette activité (tableau 4.5).

24À Vĩnh Lộc A comme à Bà Điểm, les personnes âgées constituent la main-d’œuvre principale dans l’agriculture. Cela dit, les jeunes agriculteurs y sont plus nombreux représentant 26,1 % contre 23,2 % des personnes de plus de 60 ans (tableau 4.5).

25Les jeunes ne restent pas totalement déconnectés des travaux champêtres. Ils le font comme un métier d’appoint quand ils ont un moment de libre ou quand ils peuvent suspendre leur travail principal.

26Dans ce contexte, les agriculteurs de deux communes doivent recourir à la mécanisation (travail de la terre, pompage de l’eau, expansion des engrais) et à l’emploi saisonnier. Les périodes de pointe (travail de la terre, semailles, moisson…) exigent l’embauche de salariés venant des provinces voisines (Long An, Bình Dương, Củ Chi). Examinons le cas de M. Thái Văn Tâm, hameau de Tiền Lân, commune de Bà Điểm. Sa famille comprend six personnes dont une personne âgée, un ouvrier, deux enfants qui vont à l’école. Tous les travaux de 3 000 m2 de champs sont exécutés par sa femme et lui. Il nous raconte :

  • 6 Un paquet de paddy pèse 20 kg. La moisson lui rapporte donc 2 tonnes de paddy.
  • 7 Tây Ninh est à 20 km de Bà Điểm.
  • 8 1 mẫu (hectare) = 1 000 m2
  • 9 Interview d’un agriculteur, Thái Văn Tâm, au hameau de Tiền Lân de la commune de Bà Điểm, le 25 nov (...)

Nous faisons deux moissons de riziculture par an qui nous donnent 100 paquets6 de paddy qui servent essentiellement à notre nourriture. Pour cette moisson de printemps, j’ai loué une moissonneuse-batteuse d’un propriétaire de Tây Ninh7. Celui-ci a réclamé un loyer de 800 000 VNĐ/mẫu (hectare)8 à condition que le champ soit à proximité d’une route, les autres champs coûtent de 900 000 à 1 000 000 VNĐ/hectare, donc un prix plus élevé de 100 000 à 200 000 VNĐ/hectare par rapport à l’année dernière. Un autre propriétaire propose une rémunération en nature : ratio 25-5 (25 paquets à moissonner contre 5 paquets comme rémunération) et il faut compter une tournée supplémentaire (chầu nhậu) pour les travailleurs après la moisson. Il ne faut pas oublier la commission des intermédiaires. À compter tous les frais, nous sommes en perte cette année9.

Pour la commune de Vĩnh Lộc A, la pénurie de main-d’œuvre a porté la rémunération journalière pour la moisson de 100 000 VNĐ en 2006 à 150 000 VNĐ en 2007, sans compter les repas. Les années précédentes, les propriétaires de moissonneuses-batteuses du district de Cần Giuộc (province Long An) venaient. La moisson s’effectuait rapidement, les paysans pouvaient préparer une nouvelle moisson. Depuis 2007, plusieurs propriétaires de machines de Cần Giuộc se sont convertis à l’élevage de crevettes. Les champs de riz sont moissonnés de manière manuelle parce que la location de machines mobilisées à Tây Ninh est trop coûteuse. Les paysans parlent avec humour des difficultés causées par la pénurie de main-d’œuvre dans les zones périurbaines en disant : « Quand les champs sont jaunes de riz mur, c’est le moment de faire la chasse aux travailleurs. »

27Revenant sur la pénurie de main-d’œuvre agricole, M. Phạm Văn Ba, Vice président du Comité populaire de la commune de Bà Điểm dit :

  • 10 Interview accordée par M. Phạm Văn Ba, vice-président du Comité populaire de la commune de Bà Điểm, (...)

La plupart des jeunes gens sont ouvriers dans les usines. Les garçons travaillent dans la construction, les filles dans le textile. Le revenu n’est pas forcément élevé, mais c’est un emploi stable. Par ailleurs, les jeunes qui ne travaillent pas dans les usines n’exercent plus les activités agricoles trop pénibles et de peur d’être bronzés10.

En l’absence de jeunes, il revient aux personnes âgées d’exécuter les travaux agricoles. Certaines zones périurbaines comptent « plus de 70 % des travailleurs agricoles qui ont plus de 60 ans. Cette tranche d’âge rend difficile l’introduction de progrès techniques » (Trần Công Tạo, 2004 : 5). Pour décrire la main-d’œuvre de cette région, on a le slogan : « Les garçons sont à la construction, les filles au textile et les vieillards se débrouillent dans les champs ».

Figure 4.3 : Travail au champ

Figure 4.3 : Travail au champ

Instabilité des prix de vente

28Les arrondissements périurbains sont généralement caractérisés par le peu de performance de l’agriculture. Le coût des entrants de l’agriculture devient élevé suite à la dégradation du système d’irrigation, à la destruction par les insectes, oiseaux et rats et à l’enchérissement du salaire des travailleurs agricoles. Le riz produit dans les zones périurbaines n’est pas compétitif par rapport au produit d’autres provinces, notamment dans le delta du Mékong. Les autres plantes connaissent la même situation. C’est pourquoi, même si les terres dans les zones périurbaines de Hô Chi Minh-Ville en général et à Bà Điểm, Vĩnh Lộc A en particulier, ne sont pas laissées en friche, les paysans hésitent à s’investir par peur de perte. Ce raisonnement explique la chute de la productivité et de la qualité des produits.

29À Bà Điểm, la culture des légumes est très difficile parce que les urbains s’inquiètent de la qualité et de la sûreté des produits cultivés à côté des zones industrielles. Le bénéfice se réduit encore.

  • 11 Foyer de M. Đào Văn Quyến, résidant au n° 40/4, de hameau de Tây Lân, Bà Điểm.
  • 12 Les mangliers, dattiers… sont les plantes répandues des zones saumâtres. Le tronc de ces plantes es (...)
  • 13 Cần Giờ est une zone littorale, à Hô Chi Minh-Ville.
  • 14 Interview accordée par M. Đào Văn Quyến, le 26 novembre 2008.

30Mais ce sont les planteurs de bétel à Bà Điểm qui rencontrent le plus de difficulté à cause du prix de l’engrais, des piquets pour le bétel (plante grimpante) et du débouché. La famille de M. Đào Văn Khuyến11 a plus de 20 ans de pratique de la culture du bétel. En 2008, il a connu des difficultés : « Nous disposons de 15 000 plantes de bétel, trouver autant de piquets est difficile. Les piquets sont faits des troncs de mangliers ou de dattiers12… qu’il faut chercher jusqu’à Cần Giờ13 ou d’autres provinces encore plus loin. Le transport est coûteux14 ».

31Pour la consommation, le prix du bétel reste très instable en 2007 et varie de 200 dongs à 15 000 VNĐ/kg. Il n’y a que les commerçants du marché Bà Điểm qui achètent du bétel. Aucune entreprise n’assure la distribution. Les paysans sont souvent dépendants du prix proposé par les commerçants. Selon ces derniers, les bétels de Bà Điểm sont transportés dans les provinces de l’Ouest et exportés ensuite vers les pays consommateurs de bétel comme la Malaisie ou Taiwan… Si les cultivateurs rencontrent des difficultés, les commerçants sont dans la même situation :

Ça marche très mal. Il y a de moins en moins de consommateurs de bétel. Même pour les mariages, ils en consomment moins. Si je continue le commerce du bétel et de la noix d’arec, c’est plutôt pour ne pas m’ennuyer à cet âge. À l’approche du nouvel an, le prix s’améliore : 40 000 VNĐ le kilo de bétel et 180 000 VNĐ les centaines de noix d’arec. Après le nouvel an, le prix commence à baisser, il y a peu d’acheteurs. Dans quelques années, il n’y aura plus de bétel et d’arec à Bà Điểm. Ce sera triste (Phạm Văn Mấy, 2009).

Tendances de l’économie agricole en zones périurbaines

Abandon du métier d’agriculteur

32Devant les changements de la production agricole dans les zones périurbaines, certains paysans sont arrivés à s’adapter à la nouvelle situation. Ils ont réussi la reconversion des activités agricoles (nouvelle culture et nouvel élevage) avec l’assistance de l’administration et des associations professionnelles. En même temps, ces changements constituent pour certains un vrai défi. Les résultats de l’enquête ont montré que ces derniers pensent que le travail agricole devient beaucoup plus difficile qu’avant.

33Dans les familles d’agriculteurs, la main-d’œuvre agricole se réduit. Une partie des paysans ne possède plus de terrain à travailler (suite à une expropriation) ou n’en possède qu’une quantité insuffisante pour faire travailler toute la famille. Ils doivent alors s’orienter vers les activités non agricoles. Le tableau ci-dessous nous décrit les métiers des membres des familles.

Tableau 4.6 : Métiers des membres des familles en 2007

Tableau 4.6 : Métiers des membres des familles en 2007

* Les enfants représentent moins de 10 %. Leur présence ne fait pas changer la situation (tableau 4.6). ** Service militaire, retraite, vieillesse, maladie.

Graphique 4.3 : Métiers des membres des familles de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 2007

Graphique 4.3 : Métiers des membres des familles de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 2007

13,5 % des membres des familles exercent le métier d’agriculteur. Les autres métiers (ouvrier, fonctionnaire, commerçant, travailleur indépendant…) sont deux fois plus importants, les travailleurs indépendants représentent 12,7 % (tableau 4.6).

  • 15 À Vĩnh Lộc A, les familles qui possèdent une grande quantité de terrains ont tendance à les vendre (...)

34En outre, l’envol des prix fonciers exerce des pressions directes sur les projets des paysans. Au réchauffement du marché immobilier, nombre d’entre eux vendent leur terrain. Le bénéfice obtenu permet de faire construire une nouvelle maison, d’acheter des équipements modernes et coûteux. Cela encourage les autres à « changer de vie » grâce à la vente du terrain. Bien que certains soient encore en possession de terrains ou exercent le métier d’agriculteur, ils n’y apportent plus un grand intérêt, cherchant plutôt à suivre de très près l’évolution du marché immobilier. Le manque à gagner du fait d’avoir laissé passer le moment favorable pour vendre le terrain risque de leur coûter plus cher15. Ce facteur contribue à réduire considérablement le nombre de personnes exerçant une activité agricole.

35Pour les foyers n’exerçant plus d’activité agricole, le tableau suivant présente leur situation durant ces 10 dernières années (1997-2007).

Tableau 4.7 : Raisons de l’abandon de l’activité agricole (Pourcentage des foyers n’exerçant plus d’activité agricole en 2007)

Tableau 4.7 : Raisons de l’abandon de l’activité agricole (Pourcentage des foyers n’exerçant plus d’activité agricole en 2007)

Nous constatons donc que la raison de l’abandon du métier d’agriculteur est la disparition des outils de production et la pénurie de main-d’œuvre. Parmi les familles qui ont cessé l’activité agricole en 2007, 42,5 % ne possèdent plus de terrain, 19 % se convertissent à une activité non agricole et 12 % ne souhaitent plus exercer le métier d’agriculteur (tableau 4.7).

36Les paysans périurbains qui ont dû cesser la pratique agricole invoquent deux sortes de raison, soit de leur propre initiative pour reconversion à une autre activité, soit par perte des outils de travail (cas le plus difficile).

37S’ajoute une autre raison pour l’abandon de l’agriculture : les difficultés du métier. Les raisons susmentionnées (tableau 4.7) nous montrent que les travaux deviennent plus pénibles qu’auparavant : dégradation du système de drainage, pénurie de main-d’œuvre… Elles concernent 14,5 % des foyers. Enfin, 14,6 % des foyers à Bà Điểm et 9,5 % à Vĩnh Lộc A n’exercent plus l’activité agricole parce que cette dernière n’apporte pas un revenu suffisant.

Tendance à la poursuite du métier d’agriculteur

Introduction des progrès techniques et adaptation à la demande du marché

38Dans le but d’atteindre un meilleur revenu agricole, une partie des paysans s’efforce d’appliquer de nouvelles techniques. Ils recherchent les formes de culture et d’élevage les plus adaptées aux conditions climatiques et à la topologie de la région. Ces derniers restent très à l’écoute des évolutions. Dès qu’ils ont connaissance des succès de nouvelles cultures ou de nouveaux élevages, ils se renseignent. Ils cherchent des conseils et des informations auprès du département agricole du district ou à l’association locale des paysans. Ils apprennent les nouvelles techniques présentées dans les revues agricoles comme le site Web de l’association de la promotion agricole (www.khuyennongtphcm.com) ou de l’association des paysans de Hô Chi Minh-Ville (www.hoinongdan.hochiminhcity.gov.vn). Ces sites Web constituent un forum de discussion et d’information sur la culture et l’élevage ainsi que sur les cours des produits agricoles. Il s’agit des sources d’information utiles permettant aux agriculteurs de s’orienter vers de nouvelles productions. 24,1 % des foyers de paysans à Bà Điểm et 32 % à Vĩnh Lộc A ont introduit de nouvelles plantes ou de nouvelles méthodes d’élevage et ont obtenu un meilleur revenu. Ils ont réduit la superficie de riziculture à faible revenu pour se consacrer à la culture des légumes et des fleurs à plus grande valeur ajoutée pour approvisionner le marché urbain.

39La réduction des terres cultivables à Vĩnh Lộc A a conduit les agriculteurs à se spécialiser dans une culture peu gourmande en espace : la culture des champignons. La culture des champignons se fait dans des pots suspendus dans la cour. Certains s’orientent vers l’élevage de volailles pour la viande et les œufs. Les paysans de Bà Điểm se spécialisent dans la culture des bonsaïs et l’élevage de la vache laitière. Entre 2000 et 2003, le cheptel de Hô Chi Minh-Ville est passé de 25 000 vaches à 45 500 (Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville, 2004 : 62). L’élevage des vaches fait apparaître un nouveau métier : trayeur de lait. Ce métier demande des techniques spécifiques, il n’est pas vrai que tout le monde peut le faire. Un savoir-faire est nécessaire pour générer le lait et éviter l’infection des mamelles. Les éleveurs ne maîtrisant pas la technique doivent faire appel aux trayeurs professionnels.

40La conversion agricole est décidée et réalisée par les agriculteurs. Après tout le travail de conversion vers la nouvelle culture, les paysans se trouvent face à un autre défi : les débouchés. Certes, les administrations et associations peuvent fournir les informations et techniques nouvelles. Les paysans doivent décider eux-mêmes des cultures et s’assurer des débouchés. Les services de promotion agricole ne sont pas en mesure de garantir la consommation des produits agricoles. La difficulté du marché de consommation est résolue en partie par la coopération des cultivateurs des mêmes produits. Ils peuvent se mettre sous forme de consortium pour signer un contrat de production et de consommation avec les commerçants (Quang Đạt, 2004).

41Les activités économiques de pointe pour les zones périurbaines sont l’industrie, l’artisanat, le commerce et les services. Les terres restent agricoles. Depuis la création des arrondissements, en conformité avec l’organisation urbaine, le service de l’agriculture et du développement rural a été remplacé par le service économique responsable des activités économiques en général, dont l’agriculture. Au niveau communal, l’unité de l’agriculture est dotée de personnes spécialisées qui sont responsables à la fois des questions foncière et cadastrale. La pénurie de responsables rend plus difficile le traitement du déséquilibre agricole.

42On a assisté à une mise en valeur de l’agriculture en relation avec le tourisme biologique dans les arrondissements Neuf et Douze, les districts de Hóc Môn et Củ Chi, avec les maisons-jardins entourés d’arbres fruitiers et de bonsaïs. Ce modèle n’est pas très développé. Pour réussir ce projet, les paysans ont besoin de capitaux, de nouvelles techniques agricoles et de savoir faire touristique. Le tourisme biologique reste encore nouveau vis-à-vis des agriculteurs périurbains. Dans les provinces de l’Ouest, les habitants sont habitués au tourisme biologique. Ils possèdent le savoir-faire et sont en étroite collaboration avec les agences de tourisme. Les paysans des zones périurbaines de Hô Chi Minh-Ville sont toujours au stade d’apprentissage du métier.

43Les paysans périurbains doivent rénover les cultures ainsi que leurs conceptions et comportements dans le travail. Si jadis, il suffisait de respecter le rythme des saisons et prendre soin des plantes pour atteindre un bon rendement, ils doivent aujourd’hui saisir les meilleures options pour répondre à la demande du marché, choisir le moment de vente, gérer au mieux le capital et les techniques… Ils doivent acquérir le savoir- faire économique d’un vrai entrepreneur, chose qui n’est pas évidente pour un paysan.

Tendance à l’achat du terrain et à la poursuite de l’activité agricole

44Nous constatons une tendance positive parmi les foyers attachés au métier d’agriculteur. Ils partent à la recherche de terrains dans les zones non urbanisées. Ils comptent acheter le foncier grâce à l’argent récupéré de l’expropriation ou de la vente des terrains. Cependant, peu de foyers s’investissent de cette manière. Ils ne représentent que 8,6 % à Vĩnh Lộc A, et sont inexistants à Bà Điểm. Seule une partie d’entre eux achète du terrain à des fins agricoles.

45Les paysans de cette tendance ont un long passé agricole et désirent poursuivre cette activité. Certains considèrent même que leur destin est lié à l’agriculture comme le dit M. Nguyễn Văn Lung :

  • 16 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Lung, hameau Quatre, commune de Vĩnh Lộc A (CEFURDS, 2008, op. (...)

Quand on est paysan, si l’on ne cultive pas de riz, il faut au moins vivre de l’élevage. C’est difficile de trouver un autre métier à la campagne : si on veut par exemple être commerçant, il faut se faire enregistrer, avoir de quoi investir, pour cela, il nous faut faire des emprunts. Les gens par ici pratiquent tous l’élevage. Mon fils se reconvertit d’ouvrier en éleveur. Son salaire d’ouvrier ne couvre pas les soins des enfants. L’usine (sur la zone industrielle Sóng Thần, dans le district de Thủ Đức) est trop loin du domicile. Le métier d’éleveur nous permet de vivre, quitte à s’adapter au besoin du marché. Nous possédons environ 1 000 m2 que nos ancêtres nous ont laissé. On a investi également dans l’élevage. Si on l’abandonne, c’est du gaspillage. Si jamais nous voulons emprunter à la banque, il est obligatoire d’avoir une garantie à la hauteur de 50 % des emprunts. Les banques doivent s’assurer de nos équipements d’élevage pour nous prêter les 50 % qui restent16.

Outre le lien étroit avec l’agriculture, nous constatons que ces foyers ont un niveau d’instruction relativement bas : 48,6 % relèvent de l’école primaire, 31,4 % du collège, 8,6 % du lycée et 5,7 % sont analphabètes (tableau 4.8). Dans l’ensemble, le niveau d’instruction est inférieur à celui de Vĩnh Lộc A, notamment au niveau de l’école primaire et du collège. Avec ce niveau d’instruction, il leur est difficile de se convertir à d’autres métiers. Ils continuent à investir dans l’agriculture pour faire valoir leurs savoir-faire. Monsieur Phan Văn Đức, 59 ans, nous dit :

  • 17 Son fils aîné s’appelant Thắng n’a fait que la 7e classe (au collège) et son petit frère, Trần, la  (...)

Je suis agriculteur depuis toujours. Ça ne nous rapporte pas grand-chose mais ça me permet d’élever mes enfants. Nous sommes 10 personnes, les enfants sont en âge de travailler. Ma femme est commerçante. Aucun de mes enfants n’est ouvrier. Ils m’aident à faire l’agriculture. Ils exécutent les commandes de temps en temps quand il n’y a pas grande chose à faire aux champs. L’année dernière, mes deux fils ont postulé au poste d’ouvrier. Ils n’ont pas réussi parce qu’ils n’ont que le niveau collège. Je trouve qu’ils n’aiment pas non plus le métier d’ouvrier. Par ailleurs, nous avons besoin de la main-d’œuvre pour nos terres17.

Tableau 4.8 : Niveau d’instruction des foyers qui achètent du terrain agricole ailleurs

Niveau d’instruction N %
École primaire 17 48,6
Collège 11 31,4
Lycée 3 8,6
Analphabète 2 5,7
Ne pas aller à l’école 1 2,9
Études supérieures et université 1 2,9
Total 35 100,0

Le foyer de M. Nguyễn Văn Tăng connaît la même situation. Il raconte :

  • 18 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Tăng, de la commune de Vĩnh Lộc A, le 22 juillet 2008.

Notre famille compte 7 personnes en tout. J’ai 63 ans cette année. À cet âge, je ne fais que des travaux champêtres légers. Je suis aidé par mes enfants. Comme ils ont un métier libre, ils peuvent s’arranger facilement pour venir m’aider pendant la moisson. Ils travaillent pour le compte d’autres personnes. Lors de la moisson, ces personnes viennent travailler pour nous en échange. Mais c’était hier. Aujourd’hui, ceci devient rare, parce que les paysans doivent recourir à la location de main-d’œuvre parce que leurs enfants n’exercent guère ce métier18.

En général, ces foyers ont tendance à investir ailleurs. Ils vendent la force de travail familiale quand ils ne réussissent pas la reconversion professionnelle. Par ailleurs, il leur reste des terrains pour exercer le métier d’agriculteur, c’est quand même un avantage.

Tendance au passage de la culture à l’élevage

46Le passage de la culture à l’élevage se traduit par un investissement dans ce métier grâce aux ressources financières qu’apportent les indemnités reçues à la suite de l’expropriation ou de la vente des terrains. Les habitants suivant cette tendance ne sont pas nombreux, de l’ordre de 5 % à Bà Điểm et 11,4 % à Vĩnh Lộc A.

47En 2007, il n’y a pas de plan d’aménagement à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A ainsi que les autres communes périurbaines. Les gens se trouvent devant les choix professionnels difficiles : réduire ou élargir la capacité de culture et d’élevage. Les foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A doivent se contenter d’une production agricole à petite échelle, de peur de perdre des terres au cas où leur exploitation ferait l’objet de nouveaux aménagements. L’urbanisation apporte une pression supplémentaire à l’agriculture. Les habitants sont soumis au risque de délocalisation continuelle. Il est difficile d’avoir une perspective de développement dans ce contexte. Les difficultés du passage de la culture à l’élevage sont ainsi exposées par un paysan à la commune de Vĩnh Lộc A :

  • 19 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Phúc, hameau Đông Lân, de la commune de Bà Điểm, le 25 novembr (...)

Nous sommes paysans et nous vivons des terres. La pollution a tué les rizières et les arbres fruitiers. Pour nous convertir à l’élevage industriel, il nous faut investir dans les aires d’élevage. Pour cela, il faut avoir la licence qui exige le plan d’aménagement détaillé. Ce dernier fait défaut. On est parfois obligé de passer outre pour pouvoir s’investir dans l’élevage19.

Examinons le cas de M. Phan Văn Nhiều, du hameau Deux de la commune de Vĩnh Lộc A. La pollution rend inexploitable sa rizière, il est obligé de passer à la culture des champignons. Celle-ci exige des installations couvertes. Or, il est interdit de faire construire des installations couvertes dans les champs. Il lui est alors impossible de se convertir dans d’autres activités.

48À côté des cas difficiles, il y a toutefois des foyers qui ont réussi cette conversion. Le foyer de M. Nguyễn Văn Lung, hameau Quatre, de la commune de Vĩnh Lộc A, en est un exemple :

  • 20 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Lung, hameau Quatre, de la commune de Vĩnh Lộc A (CEFURDS, 200 (...)

Nous sommes agriculteurs depuis 1975. Nous cultivons du riz, ce qui nous permet de gagner notre vie, mais c’est tout juste. Notre rizière se trouve sur un coteau. Le drainage est difficile. Si la pluie est abondante, nous avons une bonne moisson : 10 paquets de riz. En cas de sécheresse, nous sommes condamnés à la perte. Nous avons abandonné la riziculture depuis 7 ans. Nous nous convertissons à l’élevage porcin et bovin. Nous avons commencé par l’élevage de deux bœufs et de dix cochons. Les cochons exigent les mêmes soins que les bœufs, il leur faut des médicaments préventifs en cas d’épidémie. Quand le prix du bœuf baisse, nous élevons les vaches laitières. Notre revenu a augmenté depuis que nous sommes passés à l’élevage. Après avoir tout calculé, on gagne de 2 à 3 millions de VNĐ/mois20.

Figure 4.4 : Élevage bovin de la famille de M. Nguyễn Văn Lung

Figure 4.4 : Élevage bovin de la famille de M. Nguyễn Văn Lung

Conclusion

49En comparaison avec la période précédente, les habitants rencontrent en 2007 plusieurs difficultés dans l’activité agricole : conditions naturelles, main-d’œuvre, débouchés… Certains paysans ont abandonné leur métier, certains autres y restent attachés. Dans ce cas, ils ont tendance à introduire les techniques modernes pour mieux s’adapter au besoin du marché, à acheter des terrains dans les régions avoisinantes pour poursuivre leur activité agricole et/ou passer de la culture à l’élevage. Il s’agit de différentes mesures pour s’adapter au nouveau contexte tout en restant agriculteur. Ce sont des figures emblématiques de l’agriculture périurbaine, c’est-à-dire des paysans laborieux, modernes et désireux d’étudier.

50Le processus d’urbanisation rapide des zones périurbaines pour répondre notamment aux projets de développement industriel importants comme dans le cas de la commune Vĩnh Lộc A a contribué à une augmentation considérable de la densité démographique. Cette poussée démographique est due à la fois à la migration des régions rurales vers Hô Chi Minh-Ville et à la migration d’une partie des habitants de la ville vers la banlieue. Une partie considérable des terres a changé de statut foncier. Les terres agricoles sont ainsi devenues les terrains destinés à la production industrielle, à la construction des infrastructures et des quartiers d’habitation à caractère urbain.

51Une grande partie des terres ainsi modifiées est réquisitionnée par l’État avec ou sans contrepartie d’une compensation financière. Ce changement de statut foncier est cependant un résultat d’un processus d’urbanisation réalisé par un ensemble d’acteurs dont l’État est l’acteur principal qui en prend l’initiative et qui en fixe les cadres légaux.

52Les familles peuvent voir diminuer la superficie de leurs terres pour plusieurs raisons. Une des principales raisons est la vente des terres entre les particuliers (54 % à Bà Điểm et 87,4 % à Vĩnh Lộc A). Une autre raison est le partage des terres entre les enfants (44 % à Bà Điểm et 35,4 % à Vĩnh Lộc A). La réquisition par l’État avec compensation financière ne compte que 10 % à Bà Điểm et 1,3 % à Vĩnh Lộc A.

53On voit ainsi que les changements interviennent en priorité au niveau des foyers qui vendent leurs terres ou qui les partagent au profit de leurs enfants. La réquisition effectuée par l’État n’a qu’un effet limité. L’élargissement des limites de la ville et le développement des zones industrielles entraînant les flux de population ainsi que l’augmentation du prix du foncier, etc. sont les raisons pour lesquelles différents acteurs sociaux participent volontairement au processus de changement du statut foncier à une grande échelle. De ce point de vue, l’utilisation des terres agricoles en baisse et le changement d’affectations, sont à l’origine des bouleversements dans la vie au quotidien des habitants des zones périurbaines et de leur évolution ces dernières années.

54Le nombre de personnes travaillant dans le secteur agricole augmente rapidement. Cela est le résultat de l’adaptation de la population locale face aux changements dans l’utilisation des terres et dans l’économie des zones périurbaines en voie d’urbanisation.

55Nos enquêtes de terrain menées dans deux localités typiques à la périphérie de Hô Chi Minh-Ville montre que l’urbanisation, en raison de la construction des zones industrielles ou non, présente dans les deux cas les caractéristiques suivantes :

  • Le point remarquable est l’augmentation des foyers non agricoles et la baisse des foyers agricoles durant ces dix dernières années. Cela montre que les revenus des activités agricoles occupent une petite partie dans l’ensemble des revenus des foyers alors que la superficie des terres agricoles est encore importante, notamment à Vĩnh Lộc A. De ce point de vue, à Vĩnh Lộc A qui est entré plus tardivement dans le processus d’urbanisation par rapport à Bà Điểm, les terres agricoles encore abondantes commencent à être modifiées. On voit apparaître les opérations de vente des terres qui rapportent peu de revenus avec la culture du riz ou des légumes et qui peuvent rapporter beaucoup plus en changeant de destination, par exemple si l’on construit des logements à location ou si on les loue pour la construction des bâtiments industriels.
  • Les réseaux sociaux de la région ne sont pas nombreux, mais les habitants commencent à utiliser les réseaux existants. Il s’agit des membres de la famille, du lignage, du voisinage, ou des amis, etc. qui peuvent aider lors de la reconversion professionnelle et de la recherche d’un emploi. On peut considérer ce phénomène comme un élément important qui agit sur la psychologie et sur l’orientation des travailleurs dans leur décision pour un nouveau métier.

Notes

1 Transcription de l’interview de M.Nguyễn Văn Nhiều, hameau Six, commune de Vĩnh Lộc A, district de Bình Chánh, le 20 août 2008.

2 Au long de la route Quách Điêu et la route menant au hameau Six, les maisons et magasins affichent tous un panneau portant les informations sur la concession et la vente de terres : superficie, coordonnées

3 Inverview de M. Trương Văn Thành, vice-président du Comité populaire de la commune de Vĩnh Lộc A, le 22 août 2008.

4 Observation et interview de l’auteur lors de la visite de terrain en août 2008 à la commune Vĩnh Lộc A.

5 Discours de M. Phạm Văn Liên, président de l’Association des Paysans de Bà Điểm, le 25 novembre 2008.

6 Un paquet de paddy pèse 20 kg. La moisson lui rapporte donc 2 tonnes de paddy.

7 Tây Ninh est à 20 km de Bà Điểm.

8 1 mẫu (hectare) = 1 000 m2

9 Interview d’un agriculteur, Thái Văn Tâm, au hameau de Tiền Lân de la commune de Bà Điểm, le 25 novembre 2008.

10 Interview accordée par M. Phạm Văn Ba, vice-président du Comité populaire de la commune de Bà Điểm, le 15 août 2008.

11 Foyer de M. Đào Văn Quyến, résidant au n° 40/4, de hameau de Tây Lân, Bà Điểm.

12 Les mangliers, dattiers… sont les plantes répandues des zones saumâtres. Le tronc de ces plantes est connu pour la qualité du bois qui résiste aux insectes et à l’eau. Les agriculteurs les utilisent pour soutenir les plants de bétel pour une longue période.

13 Cần Giờ est une zone littorale, à Hô Chi Minh-Ville.

14 Interview accordée par M. Đào Văn Quyến, le 26 novembre 2008.

15 À Vĩnh Lộc A, les familles qui possèdent une grande quantité de terrains ont tendance à les vendre en partie.

16 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Lung, hameau Quatre, commune de Vĩnh Lộc A (CEFURDS, 2008, op. cit).

17 Son fils aîné s’appelant Thắng n’a fait que la 7e classe (au collège) et son petit frère, Trần, la 8e classe. Interview accordée par M. Nguyễn Văn Đức, commune de Vĩnh Lộc A, le 28 septembre 2008.

18 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Tăng, de la commune de Vĩnh Lộc A, le 22 juillet 2008.

19 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Phúc, hameau Đông Lân, de la commune de Bà Điểm, le 25 novembre 2008.

20 Interview accordée par M. Nguyễn Văn Lung, hameau Quatre, de la commune de Vĩnh Lộc A (CEFURDS, 2008, ibid.).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 4.1 : L’activité agricole dans la structure économique à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 4.1 : Activité agricole à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 4.2 : Évolution des superficies cultivées par foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 4.2 : Évolution des superficies cultivées par foyers à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A (1997-2007)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 4.3 : Raisons de la réduction des terres dans les deux localités étudiées (pourcentage(%) des foyers interviewés)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 4.1 : Jardin de bétel dans la commune de Bà Điểm
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 4.4 : Situation de la production agricole en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 4.2 : Irrigation des champs à Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 4.5 : Tranches d’âge dans l’agriculture
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Figure 4.3 : Travail au champ
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 4.6 : Métiers des membres des familles en 2007
Légende * Les enfants représentent moins de 10 %. Leur présence ne fait pas changer la situation (tableau 4.6). ** Service militaire, retraite, vieillesse, maladie.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Graphique 4.3 : Métiers des membres des familles de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 4.7 : Raisons de l’abandon de l’activité agricole (Pourcentage des foyers n’exerçant plus d’activité agricole en 2007)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 4.4 : Élevage bovin de la famille de M. Nguyễn Văn Lung
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23782/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search