Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Enquêtes sur les habitants de la périphérie de Hô Chi Minh-Ville : histoire‚ société et culture

Les communes de Bà Ðiểm et Vĩnh Lộc A

Texte intégral

1Pour analyser la périurbanisation à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, nous présentons les caractéristiques propres (et comparées) de ces deux localités (infrastructures, activités socio-économiques, populations) à partir des données tirées d’entretien par questionnaires auprès de 300 foyers. L’histoire de ces deux communes est également évoquée, notamment pour mettre en évidence les changements intervenus depuis quelques décennies.

Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Position géographique

2Rappelons que la commune de Bà Điểm se trouve au sud de la commune de Vĩnh Lộc A, district de Bình Chánh, au nord du quartier de Tân Chánh Hiệp de l’arrondissement Douze et à l’est de la commune de Xuân Thới Thượng. La commune compte 8 hameaux : Đông Lân, Tiền Lân, Hậu Lân, Bắc Lân, Nam Lân, Trung Lân, Tây Lân et Hưng Lân et a une superficie de 7,016 km2. La densité moyenne est de 4 818 personnes/km2 (Rapport annuel du Comité populaire du district de Hóc Môn, 2003.)

3La commune de Vĩnh Lộc A se trouve actuellement au nord du district de Bình Chánh, à l’est de la commune de Vĩnh Lộc B et de la commune de Bình Hưng Hòa, à l’ouest de la commune de Phạm Văn Hai, au sud de la commune de Vĩnh Lộc B et au nord de la commune de Xuân Thới Thượng et de la commune de Tân Thới Nhất du district de Hóc Môn. La commune est composée de six hameaux numérotés d’un à six. Elle a une superficie de 19,72 km2 et une population de 23 900 personnes avec la densité moyenne de 1278 personnes/km2 (Rapport annuel du Comité populaire du district Bình Chánh, 2007).

L’infrastructure

Infrastructures de base

Réseau routier

4Les routes de Bà Điểm ont été améliorées depuis les premières années du xxie siècle. Les routes en terre battue sont goudronnées. Plusieurs routes ont été élargies. Le réseau des routes intercommunales s’est amélioré. Il est à noter que la route nationale 22, l’artère liant Hô Chi Minh-Ville aux régions du Nord, a permis de relier cette commune au réseau de transport de la ville. La route Nguyễn Ảnh Thủ étant élargie et goudronnée devient l’axe principal liant la commune à la route nationale. La route Phan Văn Hớn est également élargie et reliée à la route Nguyễn Ảnh Thủ, créant ainsi un réseau routier complet liant la commune de Bà Điểm à d’autres localités comme la commune de Xuân Thới Thượng, le chef-lieu Hóc Môn, l’arrondissement Douze, le district de Tân Bình, la commune de Vĩnh Lộc A (district de Bình Chánh) et le district de Đức Hòa (province de Long An).

Figure 3.1 : Carte de Hô Chi Minh-Ville avec les deux communes de Bà Điểm (Hóc Môn) et Vĩnh Lộc A (Bình Chánh)

Figure 3.1 : Carte de Hô Chi Minh-Ville avec les deux communes de Bà Điểm (Hóc Môn) et Vĩnh Lộc A (Bình Chánh)

5La gare routière An Sương, à la frontière avec le hameau Đông Lân de la commune de Bà Điểm, est une grande gare au nord de Hô Chi Minh-Ville. Le réseau des bus possède plusieurs lignes, à savoir Bến Thành - An Sương, An Sương - Củ Chi, An Sương - Nhị Xuân, An Sương - gare routière de l’Ouest, An Sương - Cholon… Le déplacement des habitants en est facilité.

6Le réseau routier de la commune de Vĩnh Lộc A a été également amélioré. La route Nguyễn Thị Tú, commençant au district de Bình Tân, a été élargie. Les routes intercommunales ont été élargies et goudronnées, à savoir les routes inter-hameaux (6-2, 5-6, 1-6 et la route Quách Điêu). De nouvelles lignes de bus ont été mises en service en 2006, à savoir : gare routière An Sương - Lê Minh Xuân, gare routière de l’Ouest - Lê Minh Xuân, marché Bến Thành-Lê Minh Xuân, l’arrondissement Huit - Lê Minh Xuân. Toutes ces lignes desservent la commune de Vĩnh Lộc A. Les habitants de la commune peuvent donc avoir accès au bus à partir des routes inter hameaux ou intercommunales (route Nguyễn Thị Tú ou route Quách Điêu…) pour aller au centre-ville ou à d’autres gares routières interprovinciales.

Électricité

7Le réseau électrique est aligné sur le réseau de transport et couvre toute la commune. 100 % des habitants de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A sont approvisionnés en électricité pour les besoins ménagers ou la production.

Eau potable

8Le réseau d’approvisionnement en eau potable de la ville ne couvre pas la totalité de ces deux communes. L’approvisionnement en eau potable à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A provient principalement des nappes phréatiques souterraines et passe par des puits à exploitation industrielle ou para-industrielle. Les localités à proximité du centre de la commune sont approvisionnées en eau potable par le réseau de la ville. Les habitants d’autres endroits plus excentrés doivent se contenter de l’eau des puits forés. Aucune famille ne consomme de l’eau des canaux à des fins ménagères.

9L’approvisionnement en eau pour la production provient en partie des puits essen tiellement du réseau des canaux d’irrigation et de l’eau de pluie.

Système d’évacuation des eaux usées

10L’évacuation des eaux usées à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A se fait par le réseau des canaux agricoles. Certains quartiers dans le centre des communes disposent du système d’égouts.

Infrastructures sociales

Les marchés

11Bà Điểm et Vĩnh Lộc A disposent du réseau des marchés. Chaque commune a un marché central, marché de Bà Điểm et marché de Vĩnh Lộc A. Ces derniers sont au centre de la commune où les habitants de tous les hameaux viennent faire leurs courses quotidiennes. Il s’agit du centre de distribution de la localité. Les marchandises y sont très diversifiées : les produits alimentaires fabriqués localement et l’électroménager, les tissus, les produits artisanaux ou les porcelaines provenant d’autres localités.

Établissements sanitaires‚ culturels et éducatifs

12Chaque commune dispose d’une station communale de soins médicaux. Ces stations mettent en place plusieurs programmes : vaccination, planning familial, soins pour les personnes âgées, etc. Elles sont réservées aux consultations médicales et consti tuent des lieux de transit des patients avant leur envoi éventuel dans les hôpitaux de l’échelon supérieur. Sur le plan culturel, les communes ne disposent pas pour l’instant de maison de la culture. Les manifestations culturelles sont donc organisées dans les locaux du Comité populaire communal ou dans des écoles.

13Concernant les écoles, la commune de Vĩnh Lộc A a fait construire deux écoles primaires et deux collèges sur un total de six écoles dans la commune. Elle a égale ment été reconnue par les autorités de Hô Chi Minh-Ville pour couvrir la totalité des besoins de l’enseignement primaire. Les autorités communales s’efforcent à l’heure actuelle de généraliser l’enseignement secondaire.

Caractéristiques et structure de la population

Religion

Tableau 3.1 : Données sur la religion à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Tableau 3.1 : Données sur la religion à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

14Dans les deux sites d’enquêtes, les adeptes déclarés les plus nombreux sont les bouddhistes : 48,1 % à Bà Điểm et 26,9 % à Vĩnh Lộc A ; viennent ensuite, les catholiques, les caodaïstes. Ceux qui déclarent ne pas appartenir à une religion déterminée exercent, néanmoins, le culte des ancêtres.

15À titre de comparaison, nous reproduisons les données statistiques officielles de 2006 à l’échelle de la nation.

Tableau 3.2 : Quelques données sur les religions au Vietnam

Religion Année 2001 (croyant) (a) Année 2005 (croyant) (a) %
de la population (b)
%
de la population (b)
Bouddhisme 9 038 345 10 000 000 12,3 >50
Catholicisme 5232 492 5 950 000 7,16 8-10
Islam 64 991 66 695 0,08 0,1
Protestantisme N.A 934 955 1,12 0,5-2
Religion Cao Đài 2 148 418 2 270 418 2,73 1,5-2
Bouddhisme de
Hòa Hảo
1232 572 1232 572 1,48 1,4-2
Bouddhisme de
Terre Pure
N.A 1 450 000 1,74 1,2
Tứ Ân Hiếu
Nghĩa
N.A 70 899 0,9
Sans religion 17
Total 21 000 000 25,26
Population totale 83 119 900 83 500 000

Source : (a) Bureau des Affaires religieuses, 2006 ; (b) U.S Departement of State, 2009.

Les protestants comprennent environ un million d’adeptes. Deux religions locales se sont développées au début du xxe siècle, principalement au Sud, regroupant environ trois millions et demi de fidèles, ce sont les religions Cao Đài (2,73 % de population) et Hòa Hảo (1,48 %). Dans le Sud se trouvent également deux petites communautés, brahmanique et musulmane, composées essentiellement de ressortissants de l’ethnie Chăm. Quant à l’Église catholique, à l’heure actuelle, on estime le nombre de catholiques au Vietnam à 6 millions, au sein d’une population de 88 millions (2007), c’est-à-dire plus de 7 % de la population totale. C’est le pourcentage de catholiques le plus élevé en Asie, les Philippines exceptées. Ils sont regroupés dans 26 diocèses avec 41 évêques (dont un cardinal) et 3 742 prêtres, 14 998 religieux et religieuses (dont 13200 religieuses). (Nguyễn Xuân Nghĩa, 2009 : 63.)

Ou mieux encore à l’échelle de Hô Chi Minh-Ville, le tableau 3.3 de Mgr Nguyễn Xuân Nghĩa :

Tableau 3.3 : Affiliation religieuse et identité religieuse

Tableau 3.3 : Affiliation religieuse et identité religieuse

Source : Enquête valeur Vietnam, 2006.

Le tableau 3.3 montre qu’en général, à l’exception des catholiques, l’identité religieuse des Vietnamiens ne s’avère pas bien déterminée. Un grand pourcentage des athées se dit bouddhiste ou adhère au culte des ancêtres, à l’inverse, seulement 29 % des adhérents au culte des ancêtres et 62,4 % des bouddhistes se déclarent religieux (Nguyễn Xuân Nghĩa, 2009 : 280-281). Antérieurement, un expert en bouddhisme vietnamien avait écrit :

La masse dans son ensemble, est sans préjugés, et refuse les distinctions embarrassantes. La même famille peut appartenir au bouddhisme, fréquenter les temples taoïstes et, d’autre part, accomplir les rites imposés par le culte des anciens. On ne peut nier que cette confusion soit très souvent à l’origine de pratiques superstitieuses et qu’elle favorise et maintienne l’ignorance. (Mai Thọ Truyền, 1959 : 808-809.)

Au Vietnam ont lieu des discussions sur le caractère religieux du culte des ancêtres, sur l’athéisme dans le bouddhisme. Dans leur stratégie d’alliance, les communistes insistent sur la dimension « matérialiste » de la philosophie du bouddhisme : « Du point de vue philosophique, le Bouddhisme est une philosophie idéaliste qui a des éléments matérialistes » (Direction Générale de Politique, 1998 : 134).

Sexe

  • 1 Selon le Rapport du Fonds de la population des Nations unies (UNFPA), le ratio des nouveau-nés au V (...)

16Il y a un léger déséquilibre entre les sexes dans les deux localités étudiées. À Bà Điểm, les hommes sont plus nombreux que les femmes (50,4 % contre 49,6 %). La situation est inversée à Vĩnh Lộc A, où le ratio de femmes est plus élevé que celui des hommes (51,4 % contre 48,6 % (tableau 3.4). En fait, ce déséquilibre n’est pas significatif1. Il serait plus intéressant de croiser sexe et classe d’âge pour intervenir sur le marché de l’emploi.

Tableau 3.4 : Quota des sexes à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Tableau 3.4 : Quota des sexes à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Âge

17Les personnes recensées sont divisées en 6 tranches d’âge : moins de 5 ans, de 6 à 14 ans, de 15 à 17 ans, de 18 à 40 ans, de 41 à 60 ans et plus de 60 ans. Cette typologie s’appuie sur le système de formation et des tranches d’âge du Vietnam. Les moins de 5 ans ne vont pas à l’école (garde à la maison, à la crèche ou école primaire), les enfants de 6 à 14 ans vont à l’école (école primaire et collège), les adolescents de 15 à 17 ans sont au lycée, les personnes de 18 à 60 ans sont classées dans la population en âge de travailler (certains font des études dans les écoles de formation de 2 ou 3 ans, ou dans les universités), les plus de 60 ans sont à la retraite.

18À Bà Điểm, la répartition par tranche d’âge des habitants des hameaux étudiés est la suivante : de 18 à 40 ans (44,1 %), de 41 à 60 ans (22,2 %), et les plus de 60 ans (14,8 %), les 6 à 14 ans (9 %), moins de 5 ans (7,4 %) et de 15 à 17 ans (2,5 %).

19Les résultats d’enquête à Vĩnh Lộc A montrent que les personnes de 18 à 40 ans sont les plus nombreuses (44,3 %). Viennent ensuite la tranche d’âge de 41 à 60 ans (20,5 %), puis les plus de 60 ans (12,5 %), les 6 à 14 ans (10,6 %), les moins de 5 ans (6,7 %), les 15 à 17 ans (5,4 %) (tableau 3.5).

20L’enquête a montré que la population de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A est jeune, la plupart des habitants sont en âge de travailler.

Tableau 3.5 : Tranches d’âges à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Tableau 3.5 : Tranches d’âges à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Selon cette structure d’âge, nous constatons que les personnes en âge de travailler représentent une part élevée (les personnes de 18 à 40 ans sont les plus nombreuses, viennent ensuite les gens âgés de 41 à 60 ans). Les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A disposent donc d’une main-d’œuvre jeune et abondante qui sera utile pour le développement socio-économique de la localité à court et moyen termes.

Pyramide des âges

21Les résultats de l’enquête menée dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A ont montré que la population de ces deux localités est relativement jeune. Quand on observe la pyramide des âges présentée sur le graphique 3.3, nous constatons que le taux de natalité tend à diminuer. Autrement dit, la tranche d’âge jeune diminuera dans le temps. Cette diminution s’inscrit bien dans la tendance démographique du Vietnam depuis les dix dernières années. Selon les statistiques du recensement réalisé au 1er avril 1999, le Vietnam connaît le taux de croissance démographique le moins élevé de ces 45 dernières années (Comité de pilotage du Recensement de la Population et du Logement, 2000).

22Concernant le ratio homme-femme, pour la tranche d’âge de 0 à 29 ans, les hommes sont plus nombreux que les femmes. La tranche d’âge de 20 à 29 ans compte moins d’hommes que de femmes à cause du service militaire. Bien que l’âge du service militaire au Vietnam soit fixé à 18 ans, plusieurs jeunes obtiennent des sursis pour raison d’études ou pour d’autres motifs. C’est ainsi que les jeunes faisant le service militaire sont généralement dans la tranche d’âge de 20-29 ans.

23La tranche d’âge de plus de 30 ans compte plus de femmes que d’hommes. Cette caractéristique de la population des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A rejoint la tendance générale au Vietnam. Une des causes de ce phénomène résulte de la guerre qui a lourdement frappé les hommes.

24Le taux de natalité se réduit considérablement. Cela s’explique d’une part par la politique de planning familial et, d’autre part, par un infléchissement de l’état d’esprit des familles. Le développement socio-économique a fait évoluer la conception selon laquelle « Si Dieu crée les éléphants, il leur donne des herbes » ou « autant d’enfants, autant de biens ». La réalité a prouvé qu’avoir peu d’enfant permet aux couples de mieux s’occuper de leurs progénitures, de leur assurer une condition de vie plus confortable. Le taux de natalité du Vietnam, notamment dans les régions urbaines, diminue de plus en plus.

25La politique de limitation des naissances a été instaurée suite à la décision n° 162/ HĐBT du 18 octobre 1988. Selon cette politique, ont droit au maximum à deux enfants les couples des catégories suivantes : (1) Fonctionnaires et personnel des organismes du Parti, des administrations, des organisations populaires et des forces armées. (2) Couples en ville, bourgs et zones économiques concentrées. (3) Couples vivant dans le delta du Fleuve rouge, du Mékong, les régions littorales et les régions de plaine. Les couples vivant dans les régions montagneuses du Nord, les hauts plateaux et au Sud-Ouest sont autorisés à avoir trois enfants.

Niveau d’instruction

26Parmi les 300 cas étudiés à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, le taux de personnes ayant le niveau d’éducation primaire est moins élevé à Bà Điểm qu’à Vĩnh Lộc A (22,1 % à Bà Điểm contre 31,9 % à Vĩnh Lộc A). La tendance est inversée dans les autres tranches d’âge : la commune de Bà Điểm a un taux de gens ayant l’éducation lycéenne plus élevé que celui de la commune de Vĩnh Lộc A (25,6 % contre 14,3 %), de même pour la formation universitaire (7,4 % contre 3,7 %). Le nombre d’analphabètes à Bà Điểm est bien inférieur à celui de Vĩnh Lộc A (3,3 % contre 9,3 %) (tableau 3.6).

Tableau 3.6 : Typologie par niveau d’instruction des habitants

Tableau 3.6 : Typologie par niveau d’instruction des habitants

a. Ne pas aller à l’école.
b. Personnes ayant dépassé l’âge d’aller à l’école (7 ans) et qui ne savent ni lire ni écrire.
c. L’école primaire - Tiểu học comprend les classes numérotées de 1 à 5.
d. Collège - Phổ thông cơ sở comprend les classes numérotées de 6 à 9.
e. Lycée - Phổ thông trung học comprend les classes numérotées de 10-12.
f. Études supérieures - Cao đẳng (Bac +2 ou +3) et université - Đại học (Bac +4 ou +5).

Graphique 3.1 : Niveau d’instruction des habitants

Graphique 3.1 : Niveau d’instruction des habitants

Ce tableau montre que les habitants de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A sont pour la plupart des travailleurs sans qualification, occupant des emplois peu qualifiés et surtout manuels. S’agissant des zones périurbaines à forte dominante agricole, le niveau de qualification des travailleurs ne répond pas aux exigences des transformations de la technologie et de la transition de l’activité agricole en activité industrielle, commerciale et tertiaire. La formation professionnelle est donc nécessaire.

27Des changements positifs sont espérés mais la qualité de la main-d’œuvre de ces deux communes reste bien inférieure à la moyenne de la ville. Elle est loin de satisfaire aux demandes des entreprises installées dans les zones périurbaines et de répondre aux attentes dans le processus de croissance économique de Hô Chi Minh-Ville.

Taille des foyers

  • 2 Il y a un seul foyer d’une personne à la commune de Vĩnh Lộc A. Il s’agit du foyer de Mme Phan Thị (...)

28Les 300 foyers enquêtés, se composent de 1 à 12 personnes2. La plupart d’entre eux comprend de 4 à 6 personnes.

29À Bà Điểm, les familles de 4 à 5 personnes représentent la part la plus importante (24 %). En deuxième position, viennent les familles de 6 personnes (14 %), en troisième position celles de 3 personnes (10 %). Les familles de 7 ou 8 personnes représentent une part similaire (9,3 %), et la famille de la plus grande taille compte 10 personnes.

30Quant à Vĩnh Lộc A, les familles de 5 personnes sont les plus nombreuses (24 %), viennent ensuite celles de 4 personnes (26,7 %), de 6 personnes (13,3 %), et de 3 personnes (12,7 %). Parmi les 150 foyers enquêtés à Vĩnh Lộc A, il y a une famille de 11 personnes (0,7 %) et 2 familles de 12 personnes (1,3 %). En nombre de foyers et de personnes, il n’y a pas de différence importante entre les deux communes car Bà Điểm compte 150 foyers totalisant 798 personnes et Vĩnh Lộc A 150 foyers de 761 personnes.

31Une famille périurbaine de Hô Chi Minh-Ville est composée généralement de 4 à 5 personnes. Il s’agit d’un type de famille à deux ou trois générations sous le même toit : parents – enfants et parents – enfants – petits-enfants.

32La taille des foyers enquêtés à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A nous permet de dire qu’une localité dont l’urbanisation est intervenue plus tôt dispose de plus de foyers de taille plus petite que les localités qui s’urbanisent plus tardivement. En effet, la taille modale des familles à Bà Điểm est plus petite qu’à Vĩnh Lộc A. Dans les régions urbani sées, les familles font moins d’enfants et cohabitent à deux générations. Les familles d’agriculteurs ont souvent plus d’enfants que les familles non agricoles.

La formation des communautés d’habitants

33Les communautés d’habitants dans les zones périurbaines de Hô Chi Minh-Ville sont constituées de migrants venus de tous les coins du Vietnam depuis la formation de la région Gia Định et l’intégration de celle-ci dans l’État vietnamien. Tout comme pour les autres régions du Sud, ces personnes sont originaires des provinces surpeuplées du Nord et du Centre. Elles s’y installent lors des vagues migratoires, soit organisées soit spontanées, pour venir défricher les régions du Sud. Les politiques d’encouragement de la colonisation adoptées par les Seigneurs Nguyen (xviiie siècle) puis par les rois successifs de la dynastie régnante depuis 1802 dans le cadre du mouvement « Marche vers le Sud » (Nam Tiến) y ont contribué de manière décisive. Seule la coupure provisoire du pays entre 1955 et 1975 avait interrompu pour un temps ce flux continu.

Origine des migrants

Bà Điểm

34Située dans le district de Hóc Môn, connu pour ses grandes familles de renom, Bà Điểm est composé des lignages anciens comme les Phan, Lê, Hà, Huỳnh, Bùi… Il s’agit des premières familles qui y sont venues pour défricher la région et créer les « 18 hameaux de culture du bétel - thập bát phù viên ». Ces familles ont apporté une grande contribution à la défense et l’édification du pays lors des deux guerres contre les Français et les Américains.

35Parmi les plus grands lignages à Hóc Môn, la plus renommée est la famille Phan dont le plus grand représentant est Phan Văn Hớn, le capitaine de la bataille dénommé « 18 hameaux de bétel » contre le palais Bình Long en 1885.

36Pour la généalogie de la famille Phan, les membres vivants n’arrivent pas à identi fier l’origine exacte de leurs ancêtres. On sait seulement qu’il y a eu trois personnes qui sont venues dans cette région. Il s’agit de Phan Văn Dấu qui est venu s‘installer à la commune de Vĩnh Lộc B, dans l’actuel district de Bình Chánh. La deuxième personne est le père de Phan Văn Hớn. Il est venu à Bà Điểm pour défricher la région. La troisième personne dont le nom reste inconnu s’est installée à Quán Tre, Trung Chánh du district de Hóc Môn. Les enfants de la famille Phan habitent actuellement dans les hameaux Tiền Lân et Tây Bắc Lân de la commune de Bà Điểm. La date de la mort de M. Phan Công Hớn (25 février 1886) est choisie pour la fête - rassemblement de la famille Phan.

37Selon la généalogie de la famille Phan, Phan Văn Hớn est né en 1829 au village Tân Thới Nhứt de la commune de Bà Điểm. Il est le quatrième enfant d’une famille lettrée de 7 enfants. Sous le règne du roi Tự Đức, il était maire adjoint du village Tân Thới Nhứt. Quand les Français ont envahi la Cochinchine, Phan Văn Hớn a participé à l’insurrection dirigée par Trương Định. Il assumait le titre de Quản (officier), d’où vient son surnom de Quản Hớn. Il devint après membre du mouvement « Association secrète » de Hóc Môn. Il fut arrêté et emprisonné à Côn Đảo pendant 5 ans. Après la prison, il revint à Hóc Môn pour rassembler les compatriotes résistants. Dans la nuit du 9 février 1885, Phan Văn Hớn et Nguyễn Văn Quá ont dirigé une troupe pour attaquer le palais Bình Long (qui est à l’heure actuelle le musée du district de Hóc Môn), et capturer le chef d’arrondissement Trần Tử Ca dont la tête fut suspendue à une colonne plantée devant le palais. Les Français l’ont arrêté et condamné à mort. Il fut exécuté au marché Bình Long, l’actuel marché de Hóc Môn.

38Outre la famille Phan, il y a à Bà Điểm une autre famille aussi connue et ancienne : la famille Lê originaire de Kiến An, Hải Phòng. Il s’agit d’une grande famille à plusieurs branches. Les enfants de la famille Lê se concentrent dans les hameaux Đông Lân, Nam Lân et Hậu Lân de la commune de Bà Điểm.

39La famille Hà est une grande famille à Bà Điểm. Monsieur Hà Văn Ngạn, 87 ans, du hameau Tây Lân à Bà Điểm nous a raconté l’origine de la famille Hà comme s’il racontait un conte de fée. Il ne se souvient pas des dates. Il n’existe aucune documen- tation écrite. Il dit :

  • 3 La santé de M. Hà Văn Ngạn est mauvaise, sa mémoire défaillante. L’entretien est effectué avec sa f (...)

Il était une fois, une délégation de quatre personnes du Nord vint par ici. Il s’agissait de Hà Văn Thống, Hà Tấn Đạt, Hà Tấn Miễn, Hà Tiên Cô. Notre hameau est créé par Hà Tấn Đạt, Hà Tấn Miễn et Hà Tiên Cô. Leur tombeau se trouve également dans le territoire réservé de ce hameau. Un temple dédié à leur culte est construit au nouveau hameau de Tiền Lân. Ces trois personnes avaient beaucoup d’enfants. À la génération de mon grand-père Hà Văn Kim, comme la famille était nombreuse, il a déménagé à nouveau. Le temple principal est dédié au culte de Hà Tiên Cô. Il vient d’être reconstruit après avoir été détruit par la guerre. Après la libération du pays, nous avons restauré le temple. Or malheureusement on a volé la toiture en tôle. L’année dernière, une personne de la lignée était malade. Il a consulté un voyant qui lui a dit que sa maladie est liée à l’abandon du temple. Il a été guéri par miracle après qu’on a restauré le temple. Alors, nous ne nous permettons plus de nous priver du culte. Comme nous ne connaissons pas la date de la mort de Madame Hà Tiên Cô, nous avons choisi les 17 et 18 mars lunaires, fête de la maison communale, pour organiser les cérémonies de culte sur la base des cotisations des membres de la phratrie3.

Schéma 3.1 : Généalogie de la famille Hà aux dires de M. Hà Văn Ngạn

Schéma 3.1 : Généalogie de la famille Hà aux dires de M. Hà Văn Ngạn
  • 4 Il a 8 enfants. Si le couple faisait un enfant chaque année, de l’âge de 20 ans à 29 ans, il est po (...)

Selon l’arbre généalogique, M. Hà Văn Ngạn, né en 1922, est le dernier enfant de M. Hà Văn Chín né en 1893 (il a eu son dernier enfant à l’âge de 29 ans). Supposons que le grand-père paternel de Ngạn, M. Hà Văn Đố ait eu son dernier enfant à 29 ans4, par déduction, M. Hà Văn Đố serait né en 1864 (=1893-29). De même, le père de Hà Văn Đố, M. Hà Văn Kim serait né en 1835 (= 1864-29). Hà Văn Kim serait l’enfant d’une des trois personnes de la famille Hà venant du Nord. Selon cette hypothèse, la famille Hà était présente dans cette région au xviiie siècle, vers les années 1700.

  • 5 À Hóc Môn, la route Bùi Văn Ngữ relie Hóc Môn l’arrondissement Douze. L’union de la jeunesse de Hô (...)

40À Bà Điểm, il y a également la famille Bùi très connue pour les deux personnages historiques Bùi Văn Ngữ5 et Bùi Văn Thủ. Formés en France, ils ont pris contact avec le Parti communiste français. Ils sont rentrés au Vietnam en 1930 et devenus membres du parti en Cochinchine. Leur nom est porté par deux écoles de la commune de Bà Điểm et de la commune de Xuân Thới Thượng.

41Bà Điểm compte aussi la famille Phạm dont on ne connaît pas l’origine. Sous le règne de Nguyễn, plusieurs enfants de cette famille ont réussi les concours et sont devenus mandarins. Il faut citer M. Phạm Văn Quý (beau frère de M. Phan Văn Hớn), qui a occupé les fonctions de Directeur général adjoint de Long Tuy Thượng.

Vĩnh Lộc A

42Tout comme de Bà Điểm, Vĩnh Lộc A est composé de grands lignages, à savoir Phan, Phạm, Trần, Bùi, Nguyễn, Lê et Quỳnh. La phratrie Phan est la plus nombreuse. Viennent ensuite Nguyễn, Trần, Bùi. Tous ces lignages ont édifié une maison de culte dédiée à leurs ancêtres.

43Selon M. Phan Văn Cẩn, habitant du hameau Deux de la commune de Vĩnh Lộc, la famille Phan à Vĩnh Lộc A du district de Bình Chánh a la même origine que la famille Phan à Bà Điểm. Selon lui :

  • 6 Transcription de M. Phan Văn Cẩn, 71 ans, hameau Quatre de la commune de Vĩnh Lộc A. Nous l’avons i (...)

Les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A ne diffèrent que par leur nom et la circonscription administrative. Elles sont voisines et séparées par une route ou un canal. Nous ne savons pas quand nos ancêtres sont venus s’installer par ici. Nous savons seulement que nous sommes la 3e ou la 4e génération. Nous n’avons pas non plus tenu la généalogie familiale, nous savons que nos ancêtres étaient originaires d’autres régions. Ils se sont installés par ici et ont fait des enfants. Il est dit que nous avons la même origine que le lignage Phan à Điện Bàn, Quảng Nam6.

  • 7 Bùi Giáng (1926-1998) est poète, traducteur et commentateur littéraire du Vietnam. Il est connu dep (...)

Outre le lignage Phan, il y a à Vĩnh Lộc celle des Bùi comme à Bà Điểm. Il s’agit en revanche d’un autre lignage. La phratrie Bùi à Vĩnh Lộc est originaire du village Vĩnh Trinh, commune de Duy Hòa, district de Duy Xuyên, province de Quảng Nam. Le lignage Bùi est composé de plusieurs membres d’élite comme le poète Bùi Giáng7, le docteur Bùi Kiến Tín qui a réussi l’extraction de l’huile d’eucalyptus pour en faire un médicament portant son nom et couramment utilisé au Sud avant 1975. Un septua génaire parent de Bùi Giáng, Bùi Văn Nam Sơn a obtenu la licence de philosophie de l’Université de lettres de Saïgon (1968) et a poursuivi ses études en Allemagne. Il a traduit et commenté plusieurs ouvrages de philosophes de renom comme Kant, Hegel... Bùi Văn Nam Sơn a reçu en janvier 2007 le Prix d’Excellence pour la traduc tion et l’éducation décerné par le Fonds Culturel Phan Chu Trinh.

Le lignage Bùi à Vĩnh Trinh est originaire de Hoan Châu (Nghệ An). À la fin du xve siècle, à l’époque du roi, Lê Thánh Tôn, règne Hồng Đức (1470-1497), elle est venue défricher la région et créer le village Vĩnh Trinh, district de Duy Xuyên, province Quảng Nam. Elle continue la mise en valeur des régions avoisinantes comme Lệ Trạch, Thanh Châu, Cổ Tháp, Cù Bàn et An Lâm de la province Quảng Nam. Le lignage Bùi est composé de 5 clans. La fête des Bùi s’est tenue le 5 avril 2009 à la maison de culte de la famille au hameau Un, commune de Vĩnh Lộc A, district de Bình Chánh, Hô Chi Minh-Ville. Les sentences parallèles décorées dans la maison décrivent bien l’origine de la phratrie : Bon fruit, bonne graine, d’abord à Hoan Châu, et puis à Quảng Nam, les racines solides, les branches donnent les bourgeons
Bon destin, joli paysage, au centre Vĩnh Trinh, vers le sud Vĩnh Lộc, le nuage pacifié, l’eau calme en plein cœur de l’autel.

Figure 3.3 : La maison de culte lignager Bùi à Vĩnh Trinh, Vĩnh Lộc A.

Figure 3.3 : La maison de culte lignager Bùi à Vĩnh Trinh, Vĩnh Lộc A.

Les enfants de ces deux grands lignages de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A vivent dans les deux localités. Ils se regroupent par clan. Les enfants de la famille Phan vivent dans les hameaux Bắc Lân, Tây Lân (commune de Bà Điểm) et les hameaux Deux, Six, Trois, Cinq (Vĩnh Lộc A). La famille Bùi réside aux hameaux de Hưng Lân, Đông Lân de la commune de Bà Điểm et aux hameaux Un, Deux de la commune de Vĩnh Lộc A. Les descendants de la famille Phạm se concentrent au hameau Thới Tư (commune de Thới Tam Thôn) ; les Bùi à Xuân Thới Thượng… Les lignages de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A sont liées par des alliances entretenant des rapports étroits. Les valeurs culturelles, familiales et communautaires sont conservées et transmises de génération en génération.

44Les migrants à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A proviennent de différentes provinces de Lạng Sơn, Cao Bằng au cap Cà Mau. La plupart viennent des régions du centre, à savoir : Quảng Nam, Quảng Ngãi, Bình Định. Ces communautés d’habitants sont fortement caractérisées par leur origine et leur lignage. Il s’agit en fait d’une immigra tion communautaire : les premières personnes installées dans la nouvelle région font venir leurs proches ou voisins. La plupart d’entre eux louent les maisons pour aller travailler ou chercher du travail. Une partie possède des logements et souhaite s’ins taller à long terme.

45Une différence entre les communautés d’habitants à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A se traduit par l’image des maisons de cultes (Phan, Bùi, Trần et Nguyễn). Seuls les habitants originaires des régions du Centre font construire des maisons de culte. Les habitants des régions de l’Ouest (Cà Mau, Cần Thơ, Tiền Giang, Bến Tre) ne le font pas, même s’ils étaient nombreux.

Administration et histoire des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A avant 1975

Bà Điểm

  • 8 Les annales de commanderie de Gia Định sont écrites par Trịnh Hoài Đức en caractère chinois et en é (...)

46La commune de Bà Điểm du district de Hóc Môn et la commune de Vĩnh Lộc A sont voisines. D’après Les annales de la commanderie de Gia Định8 de Trịnh Hoài Đức (1765-1825), lorsque le seigneur Nguyễn a envoyé Nguyễn Hữu Cảnh administrer le Sud, cette région était encore sauvage et peu peuplée. Cette région n’est pas encore baptisée Hóc Môn, il s’agissait d’un village du district de Tân Bình du palais Gia Định.

47Hóc Môn reste une région sauvage au début du xviiie siècle. L’étymologie Hóc Môn provient de marais des taros (taro est Môn en vietnamien). D’après Lê Trung Hoa, Hóc Môn est issu du nom d’un arroyo Hóc Môn à côté de l’actuel Hóc Môn. Hóc dans Hóc Môn signifie un petit cours d’eau, Môn désigne effectivement les taros sauvages (Lê Trung Hoa, 2003 : 90). Il y a effectivement différentes manières d’interpréter le nom de cette localité. Mais, en toute hypothèse, la région de Hóc Môn d’autrefois était bien sauvage et très peu peuplée.

  • 9 L’actuelle commune de Bà Điểm.
  • 10 L’actuelle Tân Xuân.
  • 11 L’actuelle Thới Tam Thôn.

48Les migrants originaires du Nord et du Centre se sont installés de 1698 à 1731 sur les terrains hauts de Hóc Môn (Comité populaire du district de Hóc Môn, 1995). Ils ont défriché pour accroître les champs de culture vivrière et de légumes. Les six premiers hameaux ont été alors créés : Tân Thới Nhứt, Tân Thới Nhì, Tân Thới Trung, Tân Phú, Thuận Kiều et Xuân Thới Tây. À partir de ces six premiers hameaux, les habitants ont continué à étendre les terrains pour la culture et le logement. Les nouveaux villages sont alors créés pour attirer les migrants d’autres régions. Les dix-huit hameaux de culture du bétel sont fondés avec leur produit spécifique, du bétel de grand renom, à Gia Định. Ces noms géographiques persistent jusqu’à nos jours. Sous le règne du roi Minh Mạng (1820-1840) les dix-huit hameaux étaient très réputés pour le commerce du bétel et de la noix d’arec. Les hameaux centraux comme Tân Thới Nhứt9, Tân Thới Trung10, Tân Thới Tam11 étaient très peuplés. Avec la création d’autres hameaux à Hóc Môn, la commune de Bà Điểm a été défrichée et fondée très tôt.

  • 12 D’après l’explication de M. Nguyễn Văn Phúc, 40 ans au hameau Đông Lân, de la commune de Bà Điểm.

49On ne connaît pas la date d’apparition du nom Bà Điểm qui est interprété de diffé rentes manières. Certains disent qu’en 1868 les migrants originaires du district de Bố Chánh (province Quảng Bình), allant vers le Sud, ont rencontré une vendeuse appelée Điểm sur le chemin. Son nom est alors donné à cette région Bà Điểm (en vietnamien, Bà signifie Madame, Điểm est son prénom) (Lê Trung Hoa, 2003 : 31). Selon d’autres sources, le nom Bà Điểm était utilisé à l’époque de la mobilisation des forces dirigées par Trương Định (1820-1864) contre les Français. Durant l’insurrection, pour faciliter la communication dans la région, les résistants se sont servis d’un lieu de rencontre (Điểm/ point de rencontre) appartenant à une vieille dame (Bà). Comme l’appellation est facile à retenir, les habitants ont fini par l’adopter12.

Vĩnh Lộc A

50Sous le règne de Nguyễn, la commune de Vĩnh Lộc A se trouvait sur le district de Bình Chánh et Tân Bình, province de Gia Định. Durant l’occupation française, Bình Chánh appartenait à l’arrondissement Trung Quận (l’administration du Vietnam l’appelle district de Trung Huyện) de la province de Cholon. En 1957, le district de Bình Chánh a été créé suite à la scission du district de Trung Huyện et en 1960, à l’initiative de l’administration révolutionnaire, le district de Bình Chánh était de nouveau scindé en deux nouvelles entités administratives Bình Chánh Nord et Bình Chánh Sud. Bình Chánh Sud a fusionné avec le district de Nhà Bè, et Bình Chánh Nord avec le district de Tân Bình pour devenir le district de Bình Tân. La commune de Vĩnh Lộc A appartient au district de Bình Chánh Nord.

51La commune de Vĩnh Lộc A a connu de nombreux changements de délimitation administrative. Durant la période de présence américaine et de l’administration de la République du Sud Vietnam, la commune de Vĩnh Lộc A appartenait tantôt au district de Hóc Môn, tantôt au district de Gò Vấp, puis au district de Tân Bình. Elle est maintenant annexée au district de Bình Chánh.

  • 13 Par arrêté du Conseil des ministres n° 258/HĐBT du 1er novembre 1985 portant la modification des li (...)

52Les communes de Vĩnh Lộc A et Vĩnh Lộc B ont été créées suite à la scission de la commune de Vĩnh Lộc en 198513. Pour faciliter le développement socio-économique de la commune. Elles subsistent à nos jours (2007).

53L’ancienne commune de Vĩnh Lộc comprenait trois villages Vĩnh Lộc, Xuân Hòa, Thới Hòa du district de Gò Vấp, province de Gia Định. Après la révolution d’Août 1945, Vĩnh Lộc s’est scindé en deux Vĩnh Lộc B et Vĩnh Lộc A, les 3 communes appartenaient toutes au district Hóc Môn. Elles ont fusionné en 1975 pour former la commune de Vĩnh Lộc, district de Bình Chánh. La commune de Vĩnh Lộc finit par se scinder en trois communes de Vĩnh Lộc A, Vĩnh Lộc B et Tân Hòa.

  • 14 Zone en conflit entre l’armée nationale (administration du Sud du Vietnam) et les forces de libérat (...)
  • 15 Zone libérée, lieu de rassemblement des forces pour préparer l’attaque en direction des zones contr (...)

54Durant la période 1954-1975, Bà Điểm et Vĩnh Lộc A étaient les zones périphé riques de Hô Chi Minh-Ville - Gia Định. Faute d’archives, nous ne sommes pas en mesure d’analyser cette période. Selon Đặng Phong, il s’agissait d’une zone de transi tion entre la zone « en conflit »14 et « la zone libérée »15 notamment la commune de Bà Điểm - Hóc Môn (1968-1975). Ces zones ont subi les effets directs de la guerre : l’économie ne se développait pas car il manquait de main-d’œuvre pour les travaux champêtres et des outils de travail (Đặng Phong, 2004 : 425-447).

Structure de l’économie agricole et des métiers

55Le processus d’industrialisation et le développement socio-économique lié au mécanisme de l’économie du marché ont eu de multiples effets sur la vie des habitants. La périurbanisation s’accompagne de la modification de l’utilisation des sols : terres agricoles transformées en terres aux fins industrielles et résidentielles. En parallèle à cette mutation, la structure économique s’est également transformée, passant de l’économie purement agricole à une économie mixte : agricole, industrielle, artisanale, commerciale et de service.

Agriculture

56Avant 1995, l’administration du district de Bình Chánh considère que « l’agriculture constitue le poste le plus important de l’économie locale à court et moyen terme ». À partir de 1995, l’économie locale a connu une nouvelle structure plus diversifiée. Cela s’explique en partie par le développement urbain et aussi par la politique incohérente dans l’aménagement de Hô Chi Minh-Ville. Si au début des années 1990, les autorités municipales envisageaient le développement de la ville vers le Nord-Est (vers Thủ Đức, Biên Hòa et Dĩ An - Bình Dương (Sông Bé), cette orientation fut invalidée parce que cette région compte d’ores et déjà plusieurs zones industrielles, à savoir Linh Trung I, II, Sóng Thần et d’autres appartenant aux provinces Bình Dương et Đồng Nai. Elles se voient obligées de changer de direction en optant pour Nhà Bè (Nord) et Bình Chánh (Sud). Ce changement a conduit au développement d’activités non agricoles à Bình Chánh Sud au lieu du développement agricole comme on envisageait auparavant. Plusieurs zones industrielles et résidences ont été construites, notamment après la création du complexe urbain Phú Mỹ Hưng du réseau routier à Bình Chánh Nord.

57La situation du district de Hóc Môn ne diffère pas de celle du district de Bình Chánh. Après la scission pour créer l’arrondissement Douze, le district de Hóc Môn s’est doté d’une d’économie à forte dominante agricole. Depuis, avec l’urbanisation, Hóc Môn s’oriente aussi vers les activités non agricoles.

58À Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, les activités sont donc à la fois agricoles et non agricoles. Sur un échantillon de 150 foyers de Bà Điểm et 150 foyers de Vĩnh Lộc A, Bà Điểm compte 54 foyers d’agriculteurs (36 %) et 96 foyers de non-agriculteurs (64 %) et Vĩnh Lộc A : 87 foyers d’agriculteurs (47 %) et 60 foyers de non-agriculteurs (53 %) en 2007 (tableau 3.7).

Tableau 3.7 : Activité agricole à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 2007

Tableau 3.7 : Activité agricole à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 2007

L’agriculture dans les deux communes est constituée de la culture et de l’élevage. En 2008, Bà Điểm possède 86,20 hectares de riziculture et 36,13 hectares de culture de légumes. Outre le riz, le bétel et la noix d’arec sont deux spécialités de Bà Điểm qui en fournit une grande quantité au marché. Quant à l’élevage, on y élève des vaches, des cochons et des volailles. La vache laitière est une nouvelle activité apportant des revenus importants aux habitants.

59Plusieurs foyers ont abandonné les cultures à faible valeur ajoutée pour la culture d’autres produits, à savoir le bonsaï, le maïs transgénique et le lotus, ou se conver tissent à l’élevage de vaches à lait. Dans l’avenir, ce type d’activité agricole se développera quand les terrains agricoles se réduiront.

60Vĩnh Lộc A a la même structure agricole que celle de Bà Điểm. La riziculture est la culture principale, à côté d’autres cultures vivrières. La superficie de la riziculture s’est réduite en 2007 pour deux raisons principales : pénétration de la culture de l’alun dans les terrains des hameaux Deux et Six et pollution causée par la zone de Vĩnh Lộc à l’encontre des hameaux Quatre et Cinq. Les activités de culture ont connu des difficultés à partir de 2000 et plusieurs foyers se convertissent à l’élevage des vaches et des cochons. Les deux communes ont toutes connu des difficultés liées aux intem péries et à la pollution. Les longues vagues de chaleur et les faibles précipitations ont affecté les cultures. Le réseau d’irrigation est incomplet, l’eau est polluée dans certaines régions hautes de Vĩnh Lộc A. Tous ces éléments ont conduit à la pénurie d’eau d’irrigation. À Bà Điểm, la chaleur et la pluie de longue durée ont nui à la culture du bétel. Les bétels sont morts à cause du tarissement des sources souterraines d’eau ou d’inondations causées par l’eau de pluie.

61La production agricole dépend beaucoup des conditions climatiques. En outre, les foyers qui exercent les activités agricoles rencontrent des difficultés variées : instabi lité des prix, manque de débouché des produits.

62Un phénomène est récent dans les milieux ruraux : les agriculteurs, notamment les jeunes cherchent un travail non agricole : ouvrier, couturier ou travailleur manuel… Ce phénomène a conduit à une pénurie de main-d’œuvre agricole, notamment lors des moissons. La main-d’œuvre devient très chère à cette période. Plusieurs foyers n’exercent alors plus d’activités agricoles. La production agricole est donc en chute.

Industrie-Artisanat

63Le développement de l’industrie et de l’artisanat à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A est lié à l’apparition des zones industrielles, à savoir Xuân Thới Thượng - Bà Điểm, Tân Thới Hiệp (arrondissement Douze) à côté de la commune de Bà Điểm, les zones industrielles Lê Minh Xuân et Tân Bình à Vĩnh Lộc A.

64L’industrie a connu un taux de croissance spectaculaire. La création du cluster (bassin de production et d’emploi) Xuân Thới Thượng - Bà Điểm et des unités de production artisanale a accéléré la croissance de l’industrie.

  • 16 Rapport sur la situation socio-économique en 2007 de la commune de Bà Điểm.

65En 2007, la commune Bà Điểm compte au total 206 unités de production indus trielle et artisanale employant 22 88116 personnes locales. Le développement de l’industrie s’accompagne de celui du commerce et des services.

66À Vĩnh Lộc A, l’industrie se développe notamment avec la création de la zone industrielle de Vĩnh Lộc avec des productions diversifiées : produits du bois, produits ménagers, matériaux de construction, matières plastiques, chaussures, textile, produits agroalimentaires, etc.

  • 17 Rapport sur la situation socio-économique en 2007 de la commune de Vĩnh Lộc A.

67En 2007, Vĩnh Lộc A compte 152 unités de production industrielle et artisanale17. Outre la grande zone industrielle Vĩnh Lộc, de nombreuses usines et unités de produc tion privées sont réparties dans les hameaux de la commune. Les activités artisanales et industrielles sont de taille modeste. Chaque unité de travail compte au maximum quelques dizaines de personnes.

68L’industrie à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A a connu des développements remarquables. Plusieurs usines de grande taille ont été construites et ont apporté une grande contri bution au développement économique. Des emplois ont été créés. Ce développement industriel pose également des problèmes dans le secteur de la santé, de l’éducation et de la sécurité sociale.

69À la différence de l’industrie, l’artisanat se limite à la production de petite taille avec les produits comme les baguettes d’encens, les produits en bois et les produits esthétiques.

70Bà Điểm compte de moins en moins de métiers artisanaux. Les foyers du hameau de Bắc Lân ont pratiqué auparavant la fabrication des produits en bambou et en rotin pour le marché de Hô Chi Minh-Ville. Ils ont tous abandonné cette activité sous l’effet de la concurrence acharnée du village de métier de Thái Mỹ (district de Củ Chi) et, notamment, des produits à fabrication industrielle. Par ailleurs, les matières premières sur place deviennent très rares, il faut en importer d’autres provinces comme Long An, Bình Dương, Tây Ninh.

71Vĩnh Lộc A est connu pour la production de baguettes d’encens. Il s’agit d’une activité d’appoint pour faire face au sous-emploi. Auparavant, certains foyers étaient spécialisés dans la production de l’encens. Ils investissaient dans l’achat des matières premières à destination des gens du métier. Ils collectaient le produit fini et le fournis saient aux magasins. Aujourd’hui, le salaire pour une journée de fabrication des baguettes d’encens s’élève au minimum à 60 000 đồng. Les enfants et les personnes âgées peuvent profiter de leur temps libre pour contribuer au revenu de la famille. Ce métier se réduit fortement en 2007. Il reste quelques familles exerçant cette activité à Vĩnh Lộc A.

D’une façon générale, certains métiers artisanaux traditionnels ont tendance à dispa raître. Les communes périurbaines voient en revanche apparaître d’autres métiers ar tisanaux. Les villages de métiers spécialisés dans la culture d’orchidées, de bonsaïs ou dans l’élevage de poissons et d’oiseaux d’agrément, offrent ainsi de véritables perspectives de développement.

Commerce-service

72La croissance démographique du fait de la migration favorise le développement du commerce et des services. En même temps, l’amélioration du niveau de vie des habitants stimule le développement de ce secteur.

73Bà Điểm compte 2 610 foyers exerçant des activités commerciales et de services. Le marché de Bà Điểm compte 650 commerçants permanents spécialisés dans les produits alimentaires et vivriers, la restauration et la réparation de vélos et mobylettes. La commune de Bà Điểm compte 710 prestataires de services dans la location résiden tielle, 38 dans l’hôtellerie et d’autres types de commerce de petite taille (Comité populaire de la commune Vĩnh Lộc A, 2007 : 5).

74Vĩnh Lộc A connaît un développement rapide du commerce et des services. En 2007, il y a 645 entreprises, 508 restaurants et 175 foyers spécialisés dans la location résidentielle (Comité populaire de la commune de Vĩnh Lộc A, 2007 : 6). Tout au long des routes principales comme Nguyễn Thị Tú, Quách Điêu et notamment dans les hameaux Cinq, Deux, Six, lieux d’habitation des ouvriers de la zone industrielle Vĩnh Lộc, de nombreux services sont à leur disposition : magasins, restaurants, cafés, stations de réparation de vélos et mobylettes, salon de coiffure, location de disques, etc.

75Sur un échantillon de 300 foyers, 35,3 % à Bà Điểm et 30,7 % à Vĩnh Lộc A exercent une activité commerciale et de service (tableau 3.8).

Tableau 3.8 : Activité commerciale à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Tableau 3.8 : Activité commerciale à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A

Dans le processus d’industrialisation et de modernisation du pays et de Hô Chi Minh-Ville, le commerce et les services représentent une part importante de l’économie des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A.

76Selon le plan d’aménagement, plusieurs usines seront construites dans ces deux localités. La zone industrielle Vĩnh Lộc sera élargie de 56 hectares dans le hameau Cinq. Plusieurs unités de production dans le centre-ville seront délocalisées vers les zones périphériques dont Bà Điểm et Vĩnh Lộc A. La venue des migrants continue à augmenter : c’est une conséquence évidente du développement. Plusieurs projets de construction de logements seront réalisés : logement de Bà Điểm au hameau de Đông Lân, zone d’habitation pour la zone industrielle Vĩnh Lộc… Avec ce potentiel de développement, les activités commerciales et de service continuent à se développer et représenteront une part importante dans l’économie locale.

77Les prestations de service, essentiellement de petite taille, sont exercées par les foyers privés : restaurant, café, location de logement au service des ouvriers. Ces services se trouvent à proximité des usines, des unités de production et des zones industrielles. Il n’y a pas encore de restaurant et d’hôtel de grande taille.

Conclusion

78Bà Điểm et Vĩnh Lộc A ont une population jeune, la part des personnes en âge de travailler est importante. La taille moyenne modale des foyers est de 4 à 5 personnes, avec 2 à 3 générations. La taille des foyers dépend de l’ancienneté d’urbanisation et du métier. La commune qui a amorcé tôt l’urbanisation a plus de familles de petite taille, les couples ont moins d’enfants. La commune de Bà Điểm manifeste bien cette caractéristique : elle a plus de foyers de petite taille que la commune de Vĩnh Lộc A. Les familles nombreuses sont principalement celles d’agriculteurs. Les foyers se convertissant dans les activités non agricoles et ont moins d’enfants. Ces deux éléments sont interdépendants.

79Les données statistiques émanant des autorités publiques ont démontré les change ments radicaux de la région avec l’amélioration des infrastructures, la transforma tion de l’économie agricole en économie non agricole. De nouvelles activités sont apparues : commerces, services, location de logement, restaurants au service des ouvriers.

80Les habitants de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A sont des résidents de longue date de la région. Il s’agit des enfants de plusieurs générations de défricheurs de la région de Saïgon - Gia Định. Ils étaient originaires des provinces du Nord et du Centre avec les grands lignages comme Phan, Bùi, Nguyễn, Lê, etc. En même temps, Bà Điểm et Vĩnh Lộc A sont la terre d’accueil de migrants venant de toutes les provinces du pays et, également, des citadins de Hô Chi Minh-Ville. Ils sont venus pour le même motif : un bon travail et une meilleure vie par rapport à celle qu’ils connurent dans leurs régions d’origine. Ils sont un nouvel élément dans la constitution des communautés d’habitants dans les zones périurbaines.

Notes

1 Selon le Rapport du Fonds de la population des Nations unies (UNFPA), le ratio des nouveau-nés au Vietnam a changé de 2002 à 2008 106, 2 garçons/100 filles en 2002 à 112,1 garçons/100 filles en 2008.

2 Il y a un seul foyer d’une personne à la commune de Vĩnh Lộc A. Il s’agit du foyer de Mme Phan Thị An née en 1937. À l’origine, c’est une famille d’agriculteurs il y a 10 ans. Elle figure parmi les plus anciens de cette localité.

3 La santé de M. Hà Văn Ngạn est mauvaise, sa mémoire défaillante. L’entretien est effectué avec sa femme et sa belle fille qui l’ont aidé à retrouver progressivement la mémoire.

4 Il a 8 enfants. Si le couple faisait un enfant chaque année, de l’âge de 20 ans à 29 ans, il est possible qu’ils ont eu le dernier enfant portant le numéro 9 à l’âge de 29 ans (Nota : au Sud, le premier enfant porte le numéro deux).

5 À Hóc Môn, la route Bùi Văn Ngữ relie Hóc Môn l’arrondissement Douze. L’union de la jeunesse de Hô Chi Minh-Ville a inauguré le 4 février 2004 l’école primaire Bùi Văn Ngữ dans la commune de Bà Điểm.

6 Transcription de M. Phan Văn Cẩn, 71 ans, hameau Quatre de la commune de Vĩnh Lộc A. Nous l’avons interviewé le 25 août 2008.

7 Bùi Giáng (1926-1998) est poète, traducteur et commentateur littéraire du Vietnam. Il est connu depuis les années 1960 avec le recueil Pluie en amont (Mưa nguồn). Il avait d’autres pseudonymes comme Bán Dùi, Bùi Giàng Dúi.

8 Les annales de commanderie de Gia Định sont écrites par Trịnh Hoài Đức en caractère chinois et en écriture démotique sino-vietnamienne. Elles portent sur la description de la région Gia Định. C’est un document important de l’histoire du Sud du Vietnam à l’époque du seigneur Nguyễn ; il est supposé être écrit sous le règne Minh Mạng en 1830.

9 L’actuelle commune de Bà Điểm.

10 L’actuelle Tân Xuân.

11 L’actuelle Thới Tam Thôn.

12 D’après l’explication de M. Nguyễn Văn Phúc, 40 ans au hameau Đông Lân, de la commune de Bà Điểm.

13 Par arrêté du Conseil des ministres n° 258/HĐBT du 1er novembre 1985 portant la modification des limites administratives des quartiers et communes de l’arrondissement Quatre et du district de Bình Chánh.

14 Zone en conflit entre l’armée nationale (administration du Sud du Vietnam) et les forces de libération. La coexistence des deux s’effectuait par des modalités différentes : lutte armée, négociation et compromis.

15 Zone libérée, lieu de rassemblement des forces pour préparer l’attaque en direction des zones contrôlées par les ennemies, notamment dans le centre-ville de Saïgon (Đặng Phong).

16 Rapport sur la situation socio-économique en 2007 de la commune de Bà Điểm.

17 Rapport sur la situation socio-économique en 2007 de la commune de Vĩnh Lộc A.

Table des illustrations

Titre Figure 3.1 : Carte de Hô Chi Minh-Ville avec les deux communes de Bà Điểm (Hóc Môn) et Vĩnh Lộc A (Bình Chánh)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Tableau 3.1 : Données sur la religion à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Tableau 3.3 : Affiliation religieuse et identité religieuse
Crédits Source : Enquête valeur Vietnam, 2006.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 3.4 : Quota des sexes à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 3.5 : Tranches d’âges à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 3.6 : Typologie par niveau d’instruction des habitants
Légende a. Ne pas aller à l’école.b. Personnes ayant dépassé l’âge d’aller à l’école (7 ans) et qui ne savent ni lire ni écrire.c. L’école primaire - Tiểu học comprend les classes numérotées de 1 à 5.d. Collège - Phổ thông cơ sở comprend les classes numérotées de 6 à 9.e. Lycée - Phổ thông trung học comprend les classes numérotées de 10-12.f. Études supérieures - Cao đẳng (Bac +2 ou +3) et université - Đại học (Bac +4 ou +5).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Graphique 3.1 : Niveau d’instruction des habitants
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Schéma 3.1 : Généalogie de la famille Hà aux dires de M. Hà Văn Ngạn
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3.3 : La maison de culte lignager Bùi à Vĩnh Trinh, Vĩnh Lộc A.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 3.7 : Activité agricole à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A en 2007
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 3.8 : Activité commerciale à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search