Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Généralités et théories d’urbanisation

Texte intégral

  • 1 L’Asie du Sud-Est : Vietnam, Laos, Cambodge, Myanmar, Singapour, Brunei, Malaisie, Philippines, Ind (...)

1Ce chapitre aborde les concepts et théories concernant la ville, l’urbanisation et les écoles sociologiques européennes et américaines. Nous y analysons de manière globale certaines villes typiques du monde et les modèles d’urbanisation des villes européennes et de l’Asie du Sud-Est1 pour présenter les différentes modalités d’urbanisation des régions et des pays du monde.

Quelques concepts sur la ville et l’urbanisation

Ville

2La ville est apparue dans l’histoire ancienne de l’homme, avec la création d’un mode de vie différent de celui des milieux ruraux. La ville s’est formée à la suite d’un long procès historique réunissant des conditions fondatrices favorables telles que la sédentarité, la croissance démographique et le développement de l’agriculture. Dans ces conditions, l’habitat a changé de nature. On est passé d’une communauté fixée dans une localité isolée avec une économie autarcique à dominante agricole, à une communauté de forte concentration d’habitants et une économie non agricole. Ce sont les activités non agricoles qui apportent les formes urbaines à la vie sociale de ces communautés.

3Les éléments de pré-urbanisation ayant une influence directe sur la création des villes sont le développement des activités artisanales, commerciales et les surplus agricoles des villages ruraux. Dans leur sillage, les centres économiques et culturels ont vu le jour. Les gens y pratiquent des activités non agricoles, les marchandises s’échangent à un rythme accéléré. De nouvelles catégories sociales apparaissent. De nouveaux rapports sociaux sont tissés : voisinage, patronage… Une nouvelle structure sociale appelée la société urbaine est donc constituée.

4Les ensembles urbains ne cessent de s’accroître tant en nombre qu’en envergure. Un réseau de villes se constitue entre elles ainsi qu’avec les zones rurales et les autres régions du pays.

5Il existe d’autres définitions de la ville. La langue vietnamienne a plusieurs vocables pour désigner la ville : entité urbaine (đô thị), ville (thành phố), bourg (thị xã), chef-lieu (thị trấn), etc. En vietnamien, ces vocables sont composés en fait de deux mots, les premiers (đô, thành, trấn, ) signifient la fonction administrative et les seconds (thị, phố) sont littéralement le marché, lieu où sont effectuées les activités commerciales. La ville assume donc à la fois une fonction administrative et une fonction économique.

6Certains experts urbanistes américains précisent que « La ville est un lieu à forte concentration de population [où] les habitants interagissent de manière permanente via les activités de cet endroit » ou encore

[...] la ville est un lieu qui offre un environnement de vie divers et varié [...]. La ville peut être définie comme un ensemble hétérogène de cellules d’un organisme, des lieux de résidence, ou de communautés d’habitants qui se regroupent pour l’intérêt commun. Les villes peuvent avoir des activités multiples de production de marchandises, de commerce, de transport, de distribution de biens et services ou de l’ensemble de toutes ces activités. (Eisner & Gallion, 1993 : 43.)

Dans Encyclopedia of Sociology, la ville est définie comme suit :

[...] au sens habituel, la ville est la réunion d’un ensemble significatif d’habitations où domine un mode de vie urbain bien distinct du mode de vie rural à la campagne […]. En ce sens, la ville est un phénomène commun de toute société civilisée. (Edgar F. Borgatta et Rhonda J.V. Montgomery, 2000 : 305.)

Louis Wirth (1897-1952), un chercheur en sociologie urbaine de l’école de Chicago dit que la ville et le village peuvent être considérés comme deux pôles liés dans lesquels les communautés d’habitants organisent leur vie (1936) (Wirth, 1938 : 16). Les habitants d’un village pratiquent les mêmes activités de production, partagent la même culture. Les rapports se tissent à l’intérieur des haies de bambou. Les habitants sont solidaires. Les associations et organisations se sont formées en fonction des statuts et des rôles sociaux et aussi de l’âge des individus. Si un habitant n’est pas membre dans une association, il doit l’être dans une autre. Ces ordres et rangs sont respectés de génération en génération. La communauté rurale forme un bloc solide et hermétique peu enclin à accueillir un intrus susceptible de troubler l’ordre établi. À l’inverse, la ville est très ouverte aux nouveautés. Ce sont ces dernières qui rendent les villes dynamiques.

7Dans toutes les époques anciennes ou modernes et dans toutes les régions, la ville est le symbole du développement de l’intelligence et du progrès. Tant que l’homme reste à l’ère de l’élevage et de la culture, il y a peu de stimulants pour la division sociale du travail car l’homme est pris par la production agricole pour couvrir ses besoins alimentaires. Dans la ville, la répartition du travail permet de générer les surplus économiques. Ces conditions créent du temps libre pour l’éducation et le développement des arts et des sciences.

8La ville a un mode d’organisation différent pour ne pas dire opposé à celle des zones rurales. Même si elles sont opposées, la ville et la campagne sont deux entités inséparables. La campagne est l’arrière de la ville, source de main-d’œuvre pour la ville dont le niveau de reproduction reste faible.

9À quel moment une zone fortement peuplée devient-elle une ville ? Il est difficile de rendre compte de cette transition. La transformation en ville est un processus lent. Le seuil de la transformation est parfois flou et ne peut être marqué avec précision.

10La ville est donc un système ouvert composé d’habitants, un corps vivant qui entretient des échanges matériels, énergétiques et d’informations avec l’extérieur. Le système est complexe parce qu’il est composé d’un nombre conséquent d’habitants établissant des rapports et modes de vie différents dans un espace très étendu. Hô Chi Minh-Ville en est un cas exemplaire.

Urbanisation

11Dans le cadre du changement social, l’urbanisation est un phénomène exerçant des effets profonds sur la structure sociale. Elle est devenue de ce fait un thème d’étude important.

12À la différence des villes à l’époque ancienne, l’urbanisation prend ses sources dès la proto-industrialisation dans le développement des fonctions sociales et politiques des nouveaux centres d’habitation, la démarcation des zones d’habitat se faisant à travers la division du travail. Les nouveaux centres, distincts des campagnes attirent de plus en plus les paysans pour y exercer un métier autre qu’agriculteur : artisan, commerçant ou ouvrier. Ils y viennent avec l’espoir d’une vie plus aisée et plus confortable.

13Une autre définition considère que l’urbanisation est caractérisée par l’exode rural et une forte concentration d’habitants dans les zones urbaines. Cette définition est fondée par l’unique élément qu’est la croissance démographique. Elle paraît trop simpliste vu le mouvement complexe et multidimensionnel de l’urbanisation.

14Le dictionnaire Larousse définit l’urbanisation comme une forte concentration d’habitants dans les zones à dominante urbaine. L’urbanisation est donc définie par la croissance démographique et le développement spatial de la ville (Grand Larousse encyclopédique : 604).

15Le Dictionnaire du vietnamien définit l’urbanisation de la même manière en mettant l’accent sur le rôle de la ville pour le développement social : « L’urbanisation est un phénomène de forte concentration d’habitants dans les villes et qui renforce le rôle de la ville pour le développement social » (Institut de Linguistique, 2004 : 354).

16Ces deux dernières définitions sont basées sur l’élément démographique. Elles prennent en compte l’expansion du territoire urbain et le rôle des villes dans le développement d’un pays.

17Le dictionnaire Oxford met l’accent sur le changement et indique que l’urbanisation induit la destruction de la campagne (destroying rural quality).

18Dans son ouvrage intitulé La culture dans l’urbanisation au Vietnam, Trần Văn Bính insiste sur la nécessité de distinguer la notion d’« urbanisme » (đô thị) de l’« urbanisation » (đô thị hóa). L’urbanisme définit les questions qui se posent dans la vie urbaine dans les villes existantes. L’« urbanisation » est une transformation, un passage d’un état à un autre. Il s’agit précisément d’un passage de la campagne à la ville, d’une civilisation d’un niveau inférieur à une civilisation d’un niveau supérieur. Dans cette transformation, quels sont les problèmes posés ? Quelles en sont les modalités ? Si l’on ne fait pas attention aux règles du jeu, on ne pourrait pas, une fois l’urbanisation achevée, revenir à l’état initial, ou alors avec un coût important en termes de biens, d’énergie et de forces (Trần Văn Bính, 1998).

19Sous l’angle de la gestion des villes, l’auteur de l’ouvrage Sociologie dans l’aménagement et la gestion des villes, Tô Thị Minh Thông, définit l’urbanisation comme un processus socio-économique systématique à l’échelle mondiale, une réorganisation de l’espace résidentiel de l’humanité qui implique, de ce fait, à la fois l’espace social, la démographie et la géopolitique (Tô Thị Minh Thông, 1994). L’urbanisation ne se limite pas à modifier la répartition de la population dans la société mais touche également au modèle de la vie sociale.

20Les sociologues urbanistes disent que :

L’urbanisation est le développement des stéréotypes de comportement caractéristiques des habitants urbains ou de la culture urbaine dans les zones rurales […] les caractéristiques urbaines, les modèles culturels ou la structure sociale des villes sont bien différents de celles des zones rurales. (Trịnh Duy Luân, 1996 : 17.)

ou

L’urbanisation est un processus de création et de développement des villes, où les activités économiques principales sont l’industrie, le commerce et le service et un processus du passage du mode de vie rural au mode de vie urbain. (Ibid. : 18.)

Les définitions présentées plus haut indiquent les éléments importants de l’urbanisation : concentration d’habitants, changement du mode de production et du mode de vie et le rôle moteur de développement des villes. Ces caractéristiques sont à la fois causes et conséquences d’autres problèmes, à savoir l’immigration, le chômage, la stratification sociale, le changement de la structure économique, le problème de l’environnement, la construction des infrastructures, le logement ou les problèmes sociaux et culturels.

21L’urbanisation est un processus non linéaire. Elle peut être très lente à une période ou se réaliser à un rythme accéléré à un autre moment, voire risquer de tomber dans le déclin. L’urbanisation se développe à certaines époques à une vitesse vertigineuse au point qu’on utilise parfois le terme de révolution. S’il existe une révolution industrielle ou sociale, il ne semble pas exagéré de parler de révolution urbanistique, car elle change les racines profondes de la structure sociale. Effectivement, C.P. Wolf (1976) a avancé quatre caractéristiques de la révolution urbaine : (1) Irréversibilité : la révolution est un changement radical car on n’arrivera jamais à revenir à l’état initial. La révolution de l’urbanisation est irréversible. Une fois urbanisée, la zone ciblée ne revient plus jamais à l’état antérieur. (2) Soudaineté : Les changements les plus brusques dans l’urbanisation sont enregistrés aux xixe et xxe siècles. Il s’agit d’une époque longue. Mais si l’on se positionne dans l’histoire millénaire de l’homme, le terme révolution reste toujours valable. (3) Accélération : l’urbanisation accélère sa vitesse vers la fin des xixe et xxe siècles au point que les sociologues sont toujours à la recherche de sa nature et de l’évaluation de ses influences. (4) Discontinuité : les changements révolutionnaires rendent le mouvement historique discontinu. Le modèle social et ses nouveaux mécanismes sont bien différents de ceux qui existaient. Cette révolution apporte des changements soudains obligeant les habitants à modifier leurs comportements habituels et à adopter un nouveau mode d’action (Harry Gold, 1982 : 8).

L’urbanisation est un processus historique visant à promouvoir le rôle de la ville dans le développement de la société. Ce processus est caractérisé par le changement dans la répartition des forces du travail, de la population, de la structure des métiers ainsi que du comportement et de la culture. Au point de vue social et humain, l’urbanisation est un mouvement qui modifie le mode de vie et le système d’habitation, une mutation de l’économie rurale en économie urbaine. Au point de vue culturel, elle est le passage de la culture rurale à la culture urbaine.
Sous l’angle de vue économique, l’urbanisation consiste en un changement de la structure économique de l’économie agricole en économie non agricole.

À travers les points de vue et les définitions de différents auteurs, nous constatons que l’urbanisation est un processus complexe et contradictoire, une synthèse de plusieurs processus de développement social. L’urbanisation exerce des influences puissantes sur les différentes dimensions de la société. En parallèle, l’urbanisation est liée au développement des forces de production, des formes de rapports sociaux. L’urbanisation n’est pas simplement de ce fait le développement de la ville en termes de taille et de démographie. Elle est liée aux changements économiques, sociaux et des modes de vie sur la base du développement des activités industrielles, commerciales, des services et des moyens de transport… L’urbanisation s’accompagne de changements dans la répartition de la population, la structure des métiers, la production, l’espace architectural. Le taux d’urbanisation d’un pays est le ratio de la population urbaine sur la population totale.

Quelques écoles de recherche en urbanisme

22Les deux plus grandes écoles de la sociologie urbaine sont à Heidelberg (Allemagne) et à Chicago (États-Unis). Ces deux écoles partagent le même objectif consistant à connaître la nature de l’urbanisation, à l’expliquer et à prévoir l’avenir.

  1. L’école Heidelberg comprend les chercheurs des deux universités de Heidelberg et de Berlin. Ils ont publié nombre d’ouvrages sur la ville qui gardent leur valeur d’actualité. Il faut citer en premier Max Weber avec l’ouvrage The City publié en 1905 en Allemagne. Dans son œuvre, Weber dit que la ville est une entité synchrone de la vie humaine caractérisée par un ordre des actions sociales. Selon lui, l’urbanisation est une conséquence du mouvement de la société et c’est un modèle unique. La nature de la ville, d’après Weber, se manifeste à travers le cosmopolitisme (le monde, venant de tous les coins), un terme qui désigne un lieu où cohabitent les gens aux différents modes de vie. La ville a donc un mode de vie spécial et différentes structures sociales (Max Weber, 1966).
  2. L’école de Chicago désigne les chercheurs de l’université de Chicago, parmi lesquels, en premier lieu, Louis Wirth, Ernest Burgess, Robert Park et Robert Redfield. L’école Chicago met l’accent sur la structure démographique et l’écologie des villes (anomie, déviances, psychopathologie urbaine). Elle aborde également les origines ethniques des habitants urbains, la répartition de la population urbaine, l’adaptation des groupes de gens à la vie urbaine moderne, les changements dans la famille, l’appareil d’éducation, la religion, le rôle de la presse vis-à-vis de l’opinion publique dans les villes (Isaac Joseph et Yves Grafmeyer, 1990).

Le point de vue de l’école de Chicago est bien illustré dans l’essai « Urbanism as a Way of Life » de Louis Wirth. Il dit que la taille des villes, la densité et l’hétérogénéité sont trois éléments déterminants de la ville. Selon Wirth, la forte concentration d’habitants, la densité élevée et le caractère social spécial ont généré un système spécialisé. Les grands changements dans la structure et dans les institutions ont entrainé de graves conséquences pour les habitants. Les gens vivent isolés de leur société parce que cette dernière est devenue trop spécialisée. Ils n’entretiennent que des relations segmentaires sans lien avec la généralité. Ils accomplissent des tâches spécialisées réparties par des organismes officiels. Pourtant ils ont de multiples occasions d’entrer chaque jour en contact les uns avec les autres, créant ainsi des opportunités favorables de relations avec de nombreuses organisations sans se sentir pour autant solidaires et attachés à aucune. Du même coup au lieu d’enrichir la condition humaine, celles-ci se présentent comme une chose éphémère dépourvue d’intérêt. En bref, les citadins américains sont plutôt malheureux. Autrement dit, un développement spontané des villes ne garantit pas de bonheur pour les habitants.

23Le fait que ces écoles aient des approches et points de vue différents prouve que la ville est un sujet complexe qu’on pourra aborder sous divers angles de vue. Chaque approche étudie un des aspects différents de la ville. Les constats sont donc très diversifiés. Il est impossible de les infirmer ni de les considérer comme principes directeurs ou règles dans la science de l’urbanisme. Il convient au contraire de prendre des précautions et d’adopter une approche pertinente en étudiant les villes.

Système urbain

Le monde

24L’histoire humaine a connu deux vagues majeures de constitution des villes. Il faut citer en premier lieu la concentration d’habitants en Mésopotamie aux environs de 4 000 à 3 500 ans av. J.-C. Ces villes se sont développées durant 10 000 ans avant de tomber en déclin. On peut citer certaines villes anciennes : Ur, Eridu, Ubaid, Nippur, Lagash, Babylone et Nineveh.

25Après les villes de Mésopotamie sont ensuite apparues les villes en Égypte (de 4000 à 3500 ans av. J.-C.) (Memphis, Thèbes), les villes datant de l’Antiquité gréco-romaine (Athènes, Rome) et les villes créées après les croisades (xiie siècle). Ces villes sont nées de la concentration de populations non agricoles, dont l’activité était le commerce. L’industrie restait très embryonnaire.

26La deuxième vague date des villes industrielles qui ont vu le jour après la révolution industrielle au milieu du xviiie siècle.

27La révolution industrielle en Europe au xviiie siècle a ouvert une nouvelle ère du développement des villes. Dans le sillage de la révolution industrielle, les villes se développent à un rythme sans précédent. L’invention des machines à vapeur a stimulé leur développement. Une série de nouvelles villes industrielles a vu le jour. L’apparition de l’économie de marché, condition sine qua non de l’industrialisation, accélère la vitesse de l’urbanisation. La révolution industrielle s’est déclenchée d’abord en Grande-Bretagne. L’urbanisation, accélérée sous l’impulsion de l’industrialisation, s’amorce également dans ce pays. Des villes émergentes se sont formées au Nord-Est du pays de Galles dans les régions riches du charbon comme Liverpool, Manchester, Birmingham… En un demi-siècle, de 1801 à 1851, le nombre de villes de plus de 5000 personnes est passé de 106 à 265. La proportion des citadins dans la population totale est passée de 26 % à 45 %. Ce taux s’est établi à 75 % en 1900. L’Angleterre devient de ce fait le premier pays urbanisé dans le monde.

Tableau 1.1 : Taux d’urbanisation en Europe et en Amérique au xixe siècle

Pays 1800 1850 1890
Angleterre et Galles 16,9 (1801) 35,0 (1851) 53,6 (1891)
Scotland 13,9 (1801) 27,7 (1851) 42,4 (1891)
Belgique 8,7 (1800) 16,6 (1846) 26,1 (1890)
États-Unis 3,8 (1800) 9,8 (1850) 23,8 (1890)
France 6,7 (1801) 10,6 (1851) 21,1 (1891)
Russie 2,4 (1820) 3,5 (1856) 7,2 (1885)

Source : William Flanagan, 1990, p. 22.

Le tableau 1.2 illustre la croissance de la population des villes européennes au xixe siècle :

Tableau 1.2 : Croissance de la population des villes européennes au xixe siècle

Tableau 1.2 : Croissance de la population des villes européennes au xixe siècle

Source : William Flanagan, 1990, op. cit., p. 24.

Le taux d’urbanisation des pays industrialisés ne cesse de croître au xxe siècle. Dans le sillage de l’Angleterre, les autres pays comme la France, l’Allemagne et les États-Unis ont à leur tour entrepris leur révolution industrielle. Le taux d’urbanisation dans ces pays est très élevé. Les nouvelles villes ne cessent d’être créées. Après la Deuxième Guerre mondiale, l’Europe centrale, l’Europe de l’Est et l’Amérique du Nord sont devenues les zones les plus industrialisées dans le monde.

28Le tableau 1.3 (ci-après) détaille le taux d’urbanisation des pays dans le monde au xxe siècle.

29Dans son rapport « Zones de forte concentration d’habitants dans le monde », le centre d’études sur la concentration des habitants dans le monde du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), a fait savoir qu’en 1990, le taux d’urbanisation moyen du monde était de 42,6 %. Ce taux s’établissait à 72,5 % dans les pays développés et à 33,6 % dans les pays en voie de développement.

30Les pays de l’Amérique du Sud passent d’une société agricole à une société à forte dominante urbaine. Ce passage a laissé des empreintes très nettes vis-à-vis du mode de vie des habitants. Une série de crises urbaines ont attiré l’attention des États et des hommes. Instruits par des expériences du passé, les pays industrialisés prennent des orientations stratégiques dans le développement des villes. Les villes dans ces pays se développent non seulement en termes de taille, mais en termes de qualité avec comme objectif une meilleure qualité de vie pour les citadins.

Tableau 1.3 : Taux de croissance et population urbaine (en milliers d’habitants) en 1970 et 1980 pour les pays sélectionnés

Tableau 1.3 : Taux de croissance et population urbaine (en milliers d’habitants) en 1970 et 1980 pour les pays sélectionnés

Source : William Flanagan, 1990, op. cit., p. 38.

L’Asie du Sud-Est

31Du point de vue historique, l’Asie du Sud-Est possède une histoire très riche. Avant le contact avec l’Occident, cette région du monde a entretenu des relations de commerce et d’échanges culturels avec plusieurs autres pays, notamment l’Inde et la Chine. La restauration de Meiji au Japon s’est caractérisée à la fin du xixe siècle par les relations commerciales avec l’Occident et l’Amérique au travers des grands ports commerciaux comme Nagasaki et Tokyo. La Chine (Shanghaï, Hong Kong) a connu une situation similaire, avec la pression de l’impérialisme.

32Deux types de ville ont vu le jour à cette période. Le premier concerne les villes commerciales comme Malaka, Palebang, qui entretiennent de fortes activités commerciales entre les régions et avec la Chine et l’Inde. Le deuxième type représente les terres sacrées, considérées comme le symbole du pays. Il s’agit par exemple d’Angkor Thom du Cambodge. Pourtant ce sont en fin de compte les grandes puissances occidentales qui ont établi sous les effets de l’impérialisme conquérant le réseau des villes en Asie du Sud-Est (Terry McGee, 2012).

33Le troisième modèle est celui de l’Asie du Sud-Est. Entre 1500 et 1800, les Occidentaux ont porté leurs efforts sur la construction de ports commerciaux comme Malaka, Batavia et Manila au service du transport des marchandises, car la révolution industrielle en Europe engendrait des besoins de matières premières et de marchés. Dans le processus d’exploitation des colonies, les pays occidentaux ont fini par contrôler les parties continentales pour y créer un réseau de villes (McGee, 2012). D’une manière générale, le modèle de ville le plus répandu est celui des villes portuaires à fonctionnalités multiples comme Batavia, Singapour, Manille, Haïphong, Saïgon-Cholon (ancien nom de Hô Chi Minh-Ville). Ces villes portuaires ont assumé une partie des fonctionnalités d’une ville. Bangkok eut le même rôle sans devenir une colonie des pays occidentaux.

La croissance des villes en Asie du Sud-Est

34À la fin du xxe siècle, si l’urbanisation des pays industrialisés entre dans une période de stabilité, les pays de l’Asie du Sud-Est sont alors en pleine phase d’urbanisation. Les pays de l’ASEAN, anciennes colonies à l’exception de la Thaïlande, ont obtenu leur indépendance après la fin de la Seconde Guerre mondiale (Indonésie en 1945, Philippines en 1946, Birmanie en 1948, Malaisie en 1957, Singapour en 1965 et Vietnam, Laos et Cambodge en 1975) et entament l’urbanisation.

35Après une longue période sous le joug de l’impérialisme, la plupart des pays de l’Asie du Sud-Est commencent à développer leur économie vers la fin du xxe siècle. Disposant de conditions très favorables (bandes côtières accessibles, qualité des terres pour l’agriculture, ports maritimes, etc.), les pays de l’Asie du Sud-Est ont connu de grands succès dans la réforme économique.

36Les pays ont appliqué des politiques de stabilisation après la période de dépendance. L’Indonésie met en place le Pancasila initié par Sukarno en 1945 avec cinq règles : croyance en une entité suprême (Islam), charité, nation, démocratie et équité sociale. La Malaisie adopte la Politique de la nouvelle économie (New Economy Policy, 1970) avec deux principaux objectifs : 1/ limiter ou éradiquer la pauvreté, créer des emplois pour les citoyens malaisiens sans distinction ethnique et 2/ accélérer la restructuration de l’économie. Les Philippines ont eu le programme Nouveau mouvement social (New Society Movement, 1978) signé par Marcos visant à remettre de l’ordre et à lutter contre la corruption et la bureaucratie.

Figure 1.1 : Modèle de structure des villes d’Asie du Sud-Est

Figure 1.1 : Modèle de structure des villes d’Asie du Sud-Est

Figure 1.2 : Le plan de Saïgon en 1970

Figure 1.2 : Le plan de Saïgon en 1970

Source : CEFURDS.

37Grâce aux efforts déployés dans les secteurs économique et social, les pays de l’Asie du Sud-Est voient leur rôle devenir de plus en plus important sur la scène internationale avec une économie à croissance rapide et durable.

38La croissance économique s’accompagne de l’urbanisation sous la pression de l’industrialisation caractérisée par l’importation des nouvelles technologies. Les zones industrielles, les villes modernes et les bourgs se sont donc créés dans ce contexte.

39La structure urbaine de l’Asie du Sud-Est est esquissée par l’urbaniste Terry McGee. Les villes en Asie du Sud-Est sont représentées sous la forme d’un éventail, image de l’emplacement des villes à côté des ports fluviaux ou maritimes. Les coupes de la structure urbaine ne forment pas les cercles concentriques autour du noyau centre-ville comme c’est le cas des villes européennes, notamment Bruxelles, Amsterdam et Paris. Les coupes des villes en Asie du Sud-Est sont les cercles reflétant l’histoire du développement de ces villes et les caractéristiques des habitants. D’abord, en bas de l’éventail, le premier cercle concentre les ports, lieu de constitution des villes et lieu de grande importance dans l’économie urbaine. Le second cercle se compose des villas, des centres commerciaux des Occidentaux (les résidences étrangères dans le temps de colonisation et les nouvelles constructions après la proclamation d’indépendance). Outre ces deux caractéristiques, le terrain de ce deuxième niveau n’est pas utilisé à des fins homogènes : industrie, commerce, services, administrations, habitats pour les pauvres. Le troisième cercle concentre les activités commerciales des étrangers, notamment des Chinois. Ces derniers exercent à la fois le commerce intérieur et extérieur, l’activité commerciale est étroitement liée aux ports, même s’ils habitent loin de ces endroits. Y habite également la classe aisée. Le quatrième niveau est la périphérie où habitent les nouveaux riches ou les immigrés et pauvres qui ont pris possession des terres publiques. Le dernier niveau est la campagne.

40Le tableau 1.4 (ci-après) illustre la croissance de l’urbanisation des villes en Asie en comparaison avec certains pays du monde de 1950 à 2030.

  • 2 Pour comparaison, nous utilisons les données extraites du rapport des Nations unies. Les données na (...)
  • 3 En revanche, aux alentours des grandes villes, il y a le phénomène de juxtaposition de la campagne (...)

41Ce tableau récapitulatif (World Urbanization Prospects)2 montre que dans les années 1980, le taux d’urbanisation de l’Asie et de l’Afrique était bas (respectivement de 25,5 % et 27,9 %) contre 68 % en Europe. Trente ans après, l’urbanisation dans le monde a connu un changement remarquable en 2000. Le taux d’urbanisation des pays en développement ne cesse d’augmenter et s’élève à 39,7 % en Asie du Sud-Est, soit une augmentation de 14,2 % et à 35,9 % en Afrique, soit une augmentation de 8 %. À la différence des pays en voie de développement qui voient s’envoler leurs taux d’urbanisation, les pays européens, pays industrialisés, ont connu un ralentissement dans l’urbanisation, avec un taux s’établissant à 71,4 %, soit une augmentation de 3,4 % en 20 ans. Ce constat montre que les pays européens ont connu un grand développement par rapport aux pays en développement en termes d’urbanisation, mais cette tendance se ralentit3. Quant aux pays de l’Asie du Sud-Est, après la période de dépendance occidentale, ils s’orientent vers l’urbanisation. D’une manière générale, nous pouvons inclure Singapour et Brunei dans le groupe avec un taux d’urbanisation très élevé, le deuxième groupe est composé de la Malaisie et des Philippines. Viennent ensuite l’Indonésie et les autres pays dont le taux d’urbanisation est inférieur à 30 % (tableau 1.4).

Tableau 1.4 : Croissance de l’urbanisation des villes en Asie du Sud-Est et de certains pays de 1950 à 2030 (en %)

Tableau 1.4 : Croissance de l’urbanisation des villes en Asie du Sud-Est et de certains pays de 1950 à 2030 (en %)

Source : http://esa.un.org/​unup, 2009.

42Singapour est un cas particulier, il est un pays et une ville avec la superficie totale de 619 km2 et la population de 3 millions d’habitants. Après l’indépendance, ce pays s’est très vite développé en l’espace de 3 décennies. Le revenu par habitant a dépassé 30 000 USD/an et le taux d’urbanisation est de 100 %.

43Brunei est également un autre cas particulier. Ancienne colonie anglaise, Brunei a retrouvé son indépendance en 1984 avec une population de 270 000 personnes et une superficie de 5765 km2. L’économie est essentiellement basée sur les ressources du pétrole et du gaz. L’extraction du pétrole a commencé en 1929 sur les côtes et en 1963 sur les plateaux maritimes. Le gaz est exploité depuis 1973. 50 % des capitaux sont détenus par l’État. La ressource importante et inépuisable du pétrole permet aux habitants d’avoir un revenu moyen parmi les plus élevés du monde (19000 USD/ an). L’éducation est gratuite. La couverture sociale en cas de maladie et de retraite est de très bonne qualité. Les politiques de développement économique du Brunei se concentrent sur la création d’emplois dans le secteur de l’exploitation pétrolière et les administrations. Toute la politique concourt à la stabilité politique.

44Les autres pays de l’ASEAN (Association of Southeast Asian National) partagent la même voie d’urbanisation basée sur l’industrialisation et la modernisation. Le développement rapide des villes attire un grand nombre d’habitants. Ces pays ont appliqué les enseignements de l’urbanisation des pays européens pour définir une politique d’urbanisation respectueuse de l’environnement et soucieuse de l’équité sociale. Les pays de l’ASEAN sont des pays côtiers, à l’exception du Laos, disposant d’importants ports maritimes et fluviaux autour desquels sont construites les villes. Ces pays développent les exportations, le commerce et la banque. En même temps, ils mettent un accent particulier sur la protection de l’environnement : Singapour dispose d’importants espaces verts, Kuala Lumpur préserve les restes de forêts tropicales aux côtés des routes urbaines.

45Les données récapitulatives indiquent que le Vietnam connait un taux d’urbanisation relativement bas par rapport à d’autres pays de la région. Ce taux n’est supérieur qu’à celui du Timor de l’Est, du Cambodge et du Laos pour la période 1975-1986. Cette situation résulte de la politique de limitation des migrations et des difficultés économiques avant la période de renouveau (1986) : la stagnation de l’économie a fait qu’il n’y avait pas plus d’emplois en ville qu’à la campagne, l’exode rural était inopportun. Il y aura probablement une grande vague d’exode dans les temps à venir.

46Les modèles d’urbanisation de l’Asie du Sud-Est n’ont connu des changements progressifs qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale de 1945, le début de l’ère des indépendances et de la naissance de nouveaux États. La particularité de cette période tient au fait que les plus grandes villes ont commencé à assumer le rôle de centre administratif du pays, le symbole politique de l’État indépendant. La seule exception est Hanoï au Vietnam (Terry McGee, 2012). À compter de 1960, seuls Brunei et Singapour ont connu un niveau d’urbanisation comparable aux pays développés (tableau 1.4). En termes de taux d’urbanisation, les Philippines sont passées de 27,1 % à 30,3 % et la Malaisie de 20,4 % à 26,6 %.

47De 1960 à 1990, le taux d’urbanisation se différencie nettement avec un groupe à faible taux d’urbanisation (moins de 25 %), Vietnam, Laos, Birmanie et Cambodge, et un groupe dont le taux d’urbanisation est supérieur à 30 % : Thaïlande, Indonésie, Philippines, Brunei. Trois raisons expliquent cette différence :

  • Premièrement, les conditions géopolitiques de l’Asie du Sud-Est dans la guerre froide ont divisé cette région en deux groupes : les pays socialistes (Vietnam, Laos) et les pays capitalistes (Singapour, Brunei, Philippines, Indonésie). D’une part, les États à économie planifiée, lourdement détruits par la guerre, concentrent tous leurs efforts dans la reconstruction du pays à forte dominante rurale et à taux d’urbanisation faible. D’autre part, les pays adoptant le système capitaliste mettent en place, grâce aux investissements étrangers, des politiques visant à améliorer le rendement agricole et à développer l’industrie pour la substituer aux importations. Le taux d’urbanisation y est en croissance continue (Terry McGee, 2012).
  • Deuxièmement, la croissance des investissements étrangers dans le cadre des États en voie de développement permet à ces derniers de se reproduire à partir des années 1960. La Malaisie, Singapour, la Thaïlande, les Philippines et l’Indonésie absorbent le plus de capitaux étrangers investis dans l’industrie, les exportations et les infrastructures urbaines. Par exemple jusqu’en 1985, près de 60 % de l’industrie autre que l’extraction pétrolière se concentrent à Jabotakek (Indonésie). En 1989, la contribution de la production industrielle dans le PIB de ces pays est plus importante que l’agriculture dans ces cinq pays capitalistes.

Outre des conditions favorables dans les domaines politique et économique, la croissance du tourisme et du commerce sont d’autres facteurs qui contribuent à la promotion de l’urbanisation dans ces pays.

48D’une manière générale, les pays développés (notamment l’Europe et l’Amérique du Nord) du xixe siècle diffèrent des pays en voie de développement (l’Asie du Sud-Est) du xxe siècle sur plusieurs aspects. Les pays européens à cette époque n’étaient pas exposés à la pression démographique du fait d’une faible densité et de l’exode vers le nouveau continent. En revanche, les pays en développement ont une densité et un taux de natalité très élevés. L’émigration mondiale est fortement limitée par les politiques rigoureuses de contrôle des migrations appliquées par les pays développés. Tous ces éléments constituent une « relance » urbanistique pour les pays en développement. Terry McGee (1967) pense que les villes du Tiers-Monde sont caractérisées par : (1) une croissance rapide et (2) une croissance économique qui n’est pas à la même hauteur que la croissance du nombre des actifs sur le marché du travail. Les difficultés connues dans l’agriculture et l’industrie manufacturière ont entravé l’absorption des travailleurs en surnombre. La main-d’œuvre peu qualifiée est un frein à une restructuration radicale. Il faut compter par ailleurs avec d’autres éléments, comme l’histoire et la structure économique des pays et régions, qui ont tous un impact sur le développement urbain.

Fondation et caractéristiques des villes du Vietnam

49Le système des villes du Vietnam a connu différentes étapes de développement. À chacune de ces étapes, il y a des caractéristiques différentes.

  • 4 Celle-ci précède le scénario ultérieur dans le processus Nam Tien des Kinh : la civilisation Sa Huỳ (...)

50Selon les archéologues, il y a 4000 ans, le Vietnam est passé de l’âge du bronze à l’âge du fer. La révolution sidérurgique a engendré de profondes mutations dans la vie économique et sociale des habitants. Il s’agit de la période de création des centres de civilisation et de la naissance du premier État sur le territoire du Vietnam : la civilisation Đông Sơn et l’État Văn Lang-Âu Lạc au Nord4.

Villes au Nord et au Centre

51Les fouilles archéologiques ont montré que les ancêtres des Vietnamiens habitaient au nord et à l’ouest du delta du Fleuve rouge et du Fleuve Mã il y a de 3 000 à 4 000 ans. Les chercheurs pensent que Việt Trì est une ville au Nord bâtie par des ancêtres vietnamiens qui vivaient de la riziculture et de la fonte du bronze. Việt Trì se trouve à la croisée de la plaine et de la montagne, où se trouve la capitale de l’État Văn Lang de l’époque de la civilisation Đông Sơn (Phan Huy Lê, 2007 : 23).

52La deuxième ancienne ville est Cổ Loa, capitale de l’État Âu Lạc, située dans le delta du fleuve rouge. Cette ville est née au iiie siècle av. J.-C. Au plein centre du pays et à l’amont du réseau fluvial, Cô Loa se situait dans une région peuplée et riche. À la dynastie Hán (Chine), Cổ Loa est annexé à l’arrondissement Tây Vu peuplé de 3400 foyers (Phan Huy Lê, 2007 : 118).

53Après la conquête de l’indépendance de l’État Đại Việt, les centres économiques, politiques et militaires des dynasties ont connu des déménagements au gré de la succession des dynasties : Đinh (968-980), Lê antérieurs (980-1009), Lý (1009- 1225), Trần (1226-1400). Les villes-ports commerciales se sont créées à côté des portes frontalières. Il faut en citer d’abord Vĩnh Bình (Lạng Sơn), Vân Đồn (Quảng Ninh) aux xie et xiie siècles, la ville portuaire Phố Hiến (Hưng Yên). Au xiie siècle, les villes vietnamiennes sont basées sur les centres administratifs et politiques et sur les casernes dans le but de protéger les intérêts des forces « féodales ».

54À cette époque, le destin des villes du Nord est lié aux fins administratives et politiques. Ville, en vietnamien đô thị, est composé d’abord de đô « urbain » et thị « marché » qui est au service, en premier lieu, des familles royales, mandarinales et des classes aisées. L’élément « Đô » dans le vocable ville en vietnamien est très souvent lié à Thành « citadelle », Dinh « palais », Trấn « territoire », centre administratif de la monarchie. Par ailleurs, les villes ont été créées pour des raisons de développement économique : lieux d’échanges commerciaux et de concentration de commerçants, raison d’être du vocable « marché ». Les États monarchiques ont ensuite installé leurs dispositifs de « contrôle » pour en faire des villes, à savoir Hội An (Quảng Nam) ou Vĩnh Bình (Lạng Sơn). L’élément đô est censé gérer l’élément thị. Les classes sociales appartenant au « thị » sont régies par les structures politiques supérieures (mandarins, aristocrates).

55Les villes du Vietnam de cette époque ont une caractéristique commune : un essor très bref avant de tomber dans le déclin faute de fondations économiques et politiques solides. En termes de politique, les autorités « féodales » du Vietnam ont poursuivi la politique de concentration des pouvoirs tout en minimisant le rôle des autorités locales. En économie, l’État a mis en place la politique de promotion de l’agriculture à l’encontre du commerce et de la limitation des échanges avec l’extérieur. Le commerce est entravé. Une économie basée sur l’exploitation des ressources naturelles et de la production agricole à petite échelle n’est pas en mesure de garantir un développement durable des villes. En milieu rural, les paysans vendent les produits qu’ils cultivent et achètent les articles nécessaires sur place.

L’abondance d’une production agricole de petite taille est suffisamment minime pour pouvoir promouvoir la répartition du travail et donc élargir le marché local. Faute d’un fondement économique conséquent, la plupart des villes du Vietnam avant la colonisation française sont tombées en déclin quand les motifs militaire et politique disparaissent. (Lê Thanh Sang, 2007 : 75.)

Les principales caractéristiques des villes vietnamiennes au xixe siècle n’ont pas changé par rapport aux siècles précédents. Durant toute la première moitié du xixe siècle, la dynastie Nguyễn a fait construire les villes aux alentours de la capitale dynastique Huế et les villes locales aux fins administratives, militaires et politiques de la cour.

Système des villes du Sud (Saïgon-Cholon)

56Dans un premier temps, les villes du Sud assumaient les fonctions de centre politique, administratif et militaire. Elles sont dans un second temps un centre économique. Il est à noter que les territoires militaires constitués sous la dynastie Nguyễn sont des centres économiques très animés durant la première moitié du xixe siècle. Dans les écrits d’histoire, outre la fonction administrative, les citadelles sont citées avec leur fonction urbaine et commerciale. Les villes se trouvent toujours au centre des réseaux de transports fluviaux pour bénéficier pleinement des facilités du réseau des fleuves et canaux... à savoir Saïgon, Cù Lao Phố (Đồng Nai), Mỹ Tho, Ba Vát (Bến Tre), Hà Tiên (Kiên Giang)… ou encore Cần Thơ, Long Xuyên, Sa Đéc… Les villes du Sud sont d’abord des « villes fluviales ». Ces dernières sont connues non seulement pour leurs palais, ouvrages administratifs ou religieux mais encore pour les ports commerciaux et marchés très réputés (Marchés Bến Thành, Điều Khiển, Bình Tây…) caractérisés par la richesse des marchandises, la densité des échanges et la diversité des habitants, à noter en premier lieu Xóm Củi, Cholon...

57L’histoire du développement des villes du Sud et de la ville de Saïgon se résume en deux étapes : (1) la première moitié du xixe siècle : renforcement des centres politiques et militaires pour en faire des centres administratifs et politiques. La ville la plus grande et la plus importante de l’époque était Gia Định. La physionomie des villes ne diffère pas de celle des villes de l’époque antérieure : les ouvrages architecturaux, la structure d’habitation et le mode de vie ; (2) la deuxième moitié du xixe siècle-début du xxe : les centres administratifs et politiques de l’État « féodal » se sont transformés en villes à l’européenne. L’appareil administratif a connu des modifications en termes de structure et d’organisation. La physionomie de ces villes change selon les fonctions qu’elles occupent. Le changement de la physionomie, des infrastructures économiques et des origines des habitants ont modifié les conditions de vie des habitants. Un nouveau mode de vie prend forme et se différencie du mode de vie rural.

  • 5 La région située à l’Ouest du Delta Mekong.
  • 6 La région qui se trouve dans le Delta du Mékong.

58Selon l’organisation administrative à la française, le Sud du Vietnam compte à la fin du xixe siècle 20 provinces dont les chefs-lieux sont considérés comme les villes du Sud, même si elles se distinguent en termes de niveau de développement. Certes, l’Ouest5 comptait plus de provinces, mais les villes de l’Est6 se développaient plus vite et disposaient donc d’un visage plus franchement « urbain ». Par ailleurs, les provinces de l’Est se trouvent à proximité du port de Saïgon, les échanges culturels et économiques sont alors plus intenses. À la différence de Huế et de Hanoï, Saïgon disposait d’un statut spécial dans le régime colonial, et le rôle des administrateurs, notamment Paul Blanchy, y est plus prépondérant (Trịnh Văn Thảo & Fourniau, 1999).

59Durant ces deux périodes, Bến Nghé-Saïgon-Gia Đinh assumaient le rôle d’un centre administratif, politique, militaire, culturel et économique du Sud. Depuis sa création et durant son développement, la ville Saïgon-Cholon est étroitement liée à la production artisanale de l’Est et du grenier à riz du delta du Mékong. Le riz et les autres produits agricoles constituaient des marchandises de grande importance. Tous ces éléments ont fait de Saïgon-Cholon une grande ville portuaire au style occidental : du développement des infrastructures (routes pour remplacer le réseau fluvial, réseau électrique, système d’égouts, traitement des eaux usées et des déchets urbains…) au développement des activités de service, les bâtiments et les zones d’habitat, les centres commerciaux, les églises, les places, les bureaux et les ouvrages de la vie urbaine (bibliothèque, cinéma, opéra, théâtre, stade, etc.). Les grands ouvrages architecturaux (le Palais du Gouverneur Général, le siège de la compagnie Messageries maritimes (port Nhà Rồng), la cathédrale Notre Dame, l’Opéra, le Musée de l’Histoire, le Palais de Justice, le Palais Municipal, etc.) constituent très tôt le centre-ville quand elle compte quelques centaines de milliers d’habitants. Ils sont le symbole de l’harmonie de l’architecture et des fonctionnalités même si ces ouvrages datent de plus d’un siècle. Saïgon est le berceau du premier établissement à caractère industriel, en premier lieu le site Xưởng Thủy à la fin du xviiie siècle, qui devient l’Arsenal de l’époque française. Plusieurs usines et ateliers sont construits à la fin du xixe siècle à Saïgon qui devient le centre industriel du Sud.

60Dans son histoire de développement, Saïgon est considérée comme la ville la plus représentative du Sud sur tous les plans grâce à son rôle de centre économique, culturel et de port commercial de grande importance de la région. À cela il faut ajouter le fait que durant un siècle, Saïgon était le chef-lieu de l’administration française et la capitale politique de l’Administration du Sud du Vietnam de 1945 à 1975. Saïgon dispose donc des caractères d’un centre politique à forte dominante économique avec le port commercial de grande importance dans le commerce extérieur. En raison de ces facteurs historiques, la ville de Saïgon présente des caractéristiques bien distinctes par rapport à Hanoï ou Huế, deux villes-capitales du pays à des époques différentes.

61Il faut également mentionner les conditions de création du Saïgon. Dans le but de domination et d’exploitation économique, les Français puis les Américains ont fait de Saïgon une métropole dotée d’infrastructures très modernes et de ce fait, Saïgon suivait un schéma de développement bien différent des autres villes dans le nord du Vietnam.

62Les Français ont fait construire le port de Nhà Rồng, le chemin de fer reliant Saïgon et Mỹ Tho, la centrale électrique Chợ Quán, l’atelier de construction navale (Arsenal), l’usine de production d’alcool Bình Tây, la brasserie BGI, les usines de tabac Mic et BasTos, usine mécanique Caric, les usines de production du caoutchouc Labbé et Michelin, l’usine de production d’engrais Vĩnh Hội, etc.

63Saïgon est devenue un centre politique, scientifique et culturel de grande ampleur dans le Sud du Vietnam et en Indochine. Il est devenu également le grand port de réception des produits industriels importés de France et d’exportation du riz et des matières premières vers la France ou d’autres pays.

64Durant la guerre contre les Américains, Saïgon et les autres villes du Sud se sont très vite constituées grâce à l’investissement américain. Ce financement vise à créer les villes et hameaux stratégiques au service de l’appareil militaire. Alors que l’unique zone industrielle de l’époque était localisée à Biên Hòa et les autres villes assumaient un rôle purement militaire et administratif, Saïgon bénéficiait des financements sur tous les secteurs...

65Après la réunification du pays en 1976, les réseaux des villes du Nord et du Sud se distinguent en termes de structure. Pour assurer un développement homogène, le pays doit faire des ajustements nécessaires afin de répartir de manière rationnelle les zones industrielles et les habitants sur le territoire. Le réseau des villes une fois établi, il convient de déterminer les fonctionnalités de chacune des villes pour les mettre en valeur.

Conclusion

66La révolution industrielle en Europe au milieu du xviiie siècle a ouvert une nouvelle page dans l’histoire du développement des villes. L’apparition de l’industrie et de l’économie de marché a accéléré le développement des villes et le taux d’urbanisation. On est passé d’une société essentiellement agricole à une société industrielle. Les citadins vivent dans les zones urbaines et bénéficient de toutes les facilités offertes par les villes. Quant à l’Asie du Sud-Est, elle commence l’urbanisation plus tardivement et subit les conséquences des guerres. Le modèle des villes y est différent de celui de l’Europe. Les villes en Asie du Sud-Est se sont construites aux alentours des ports fluviaux et maritimes. Les coupes ne sont pas des cercles concentriques comme celles des anciennes villes européennes. Avant l’indépendance et mis à part quelques cas particuliers, les villes de l’Asie du Sud-Est présentent un caractère colonial très net, avec des infrastructures souvent obsolètes, un niveau de développement économique relativement peu élevé et déséquilibré.

Notes

1 L’Asie du Sud-Est : Vietnam, Laos, Cambodge, Myanmar, Singapour, Brunei, Malaisie, Philippines, Indonésie, Timor de l’Est, Thaïlande.

2 Pour comparaison, nous utilisons les données extraites du rapport des Nations unies. Les données nationales peuvent être différentes en termes de définition de l’espace urbain et de la date d’enquête.

3 En revanche, aux alentours des grandes villes, il y a le phénomène de juxtaposition de la campagne et de la ville qu’on appelle la « rurbanisation » grâce au développement de l’industrie et à la construction des routes.

4 Celle-ci précède le scénario ultérieur dans le processus Nam Tien des Kinh : la civilisation Sa Huỳnh et l’État Champa (initialement appelé Lâm Ấp) au Centre et la civilisation Óc Eo et l’État Phù Nam au Sud.

5 La région située à l’Ouest du Delta Mekong.

6 La région qui se trouve dans le Delta du Mékong.

Table des illustrations

Titre Tableau 1.2 : Croissance de la population des villes européennes au xixe siècle
Crédits Source : William Flanagan, 1990, op. cit., p. 24.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Tableau 1.3 : Taux de croissance et population urbaine (en milliers d’habitants) en 1970 et 1980 pour les pays sélectionnés
Crédits Source : William Flanagan, 1990, op. cit., p. 38.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 1.1 : Modèle de structure des villes d’Asie du Sud-Est
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 1.2 : Le plan de Saïgon en 1970
Crédits Source : CEFURDS.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 1.4 : Croissance de l’urbanisation des villes en Asie du Sud-Est et de certains pays de 1950 à 2030 (en %)
Crédits Source : http://esa.un.org/​unup, 2009.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search