Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Introduction

Texte intégral

Les raisons du choix du sujet

1Les villes vietnamiennes ont connu des changements radicaux après 1986, date de mise en place de la politique de réforme socio-économique. La réforme consiste à mettre fin à l’économie centralisée et planifiée pour passer à une économie de marché en mettant en place les politiques visant à accélérer l’industrialisation et la modernisation, à investir dans les secteurs stratégiques de l’industrie et à créer les zones d’importante activité économique. Cette politique de renouveau a porté ses fruits. La physionomie urbaine du Vietnam a fait peau neuve.

2L’urbanisation croît à grande vitesse. Si le taux d’urbanisation du Vietnam en 1990 n’était que de 20,3 %, il s’est relevé en 2008-2009 à environ 27 % (World Urbanization Prospects, 2007).

3Le réseau des villes du Vietnam à la fin du xxe siècle est relativement équilibré : les villes de type I (très grandes villes) sont réparties à la fois au Nord et au Sud ; les villes de types II et III se concentrent plutôt au Sud qu’au Nord, les bourgs de grande et de moyenne taille se trouvent quant à eux plus au Nord et au Centre qu’au Sud. Ce réseau urbain équilibré connaît depuis ces derniers temps de grands changements. Le Vietnam possède deux grands pôles aux deux extrémités du pays. Hô Chi Minh-Ville est la plus grande ville du Sud. Elle concentre à elle seule 10 % de la population totale du pays, 50 % des zones industrielles, et absorbe 85 % des projets d’investissements étrangers. La capitale Hanoï, au Nord, s’étend depuis le 1er août 2008 sur une superficie de 334470 km2, avec une population de 6232940 habitants et un taux d’urbanisation de 40 %.

  • 1 Les villes relevant de l’échelon central sont reliées à l’autorité centrale. Depuis 2009, le Vietna (...)
  • 2 Les villes relevant de l’échelon local sont les villes ou chefs-lieux gérés par les provinces (vill (...)
  • 3 Les nouvelles villes sont les villes à créer à terme en respectant les normes urbaines régies par d (...)

4Parallèlement au maintien des deux pôles de développement que sont Hô Chi Minh-Ville et Hanoï, le Vietnam cherche à avoir un réseau urbain équilibré par une décentralisation administrative avec des villes relevant de l’échelon central1, des villes d’échelon local2 et la création de nouvelles villes3. Chaque district dispose d’un centre administratif. Un réseau des villes de taille moyenne et petite est réparti de manière équilibrée dans tout le pays.

Tableau 1 : Population urbaine et taux de population urbaine depuis 1950 avec prévision jusqu’en 2050

Année Population urbaine (millions de personnes) Taux de population urbaine(%)
1950 3 186 11,6
1960 4 946 14,7
1970 7 850 18,3
1980 10202 19,2
1990 13 403 20,3
2000 19204 24,3
2010 26 191 28,8
2020 35230 34,7
2030 46 123 41,8
2040 57 607 49,4
2050 68 393 57,0

Graphique 1 : Taux d’urbanisation au Vietnam depuis 1950 et prévision jusqu’en 2050

Graphique 1 : Taux d’urbanisation au Vietnam depuis 1950 et prévision jusqu’en 2050

Source : World Urbanization Prospects, 2007.

Le graphique 1 nous indique le chemin parcouru par l’urbanisation du Vietnam ainsi que son avenir. La courbe reflète bien l’essor de l’urbanisation depuis 1990 et nous indique que ce taux d’urbanisation atteindra presque 50 % en 2040.

5De nouveaux éléments sont apparus dans le réseau urbain du pays : 1) de façon générale, la démographie et la superficie des villes augmentent ; il s’agit d’une progression alimentée par l’exode rural et l’extension urbaine. 2) La part des habitants urbains sur la population totale augmente sans cesse. 3) Le nombre des villes dans le réseau urbain est en croissance. Il faut également noter l’apparition de groupements d’habitat de type urbain qui résultent du processus d’industrialisation. 4) Le développement des villes exerce des interférences sur les zones avoisinantes dans le mode de vie, les rapports sociaux, l’architecture, l’esthétique, la culture, etc.

6En réalité, le modèle d’urbanisation du Vietnam ne diffère pas de ceux des autres pays de l’Asie du Sud-Est. L’urbanisation de cette région est caractérisée par la création des mégapoles (Mega Urban Regions-MURs), réseaux de grandes agglomérations s’étalant sur de grandes surfaces où s’entrecroisent à la fois des activités agricoles et non agricoles. Trois éléments clefs expliquent la création des MURs : 1) la délocalisation des zones industrielles dans les zones rurales et la transformation des agriculteurs en ouvriers, 2) la déconcentration des activités urbaines (logement, centres d’attraction, sites touristiques) des villes noyaux vers les zones avoisinantes, 3) des modes de transport fortement améliorés permettant aux zones périphériques d’être en interconnexion et créant des corridors entre les agglomérations (T.G. Mc Gee, 2012).

7En constant changement, l’urbanisation est un phénomène exerçant des impacts profonds sur la structure sociale, et qui entraîne une mutation économique complexe comportant de nombreuses contradictions internes. Celle-ci demande à l’homme de mettre en œuvre une stratégie active et adéquate pour y faire face. À chaque fois qu’il intervient, l’urbanisme crée une situation irréversible. Quand une zone est touchée par l’urbanisation, son cadre social et son paysage ne peuvent jamais revenir à l’état initial. L’association de la continuité et de la discontinuité créée par l’urbanisation dans sa marche en avant constitue un véritable défi. Quand des modèles et des mécanismes nouveaux apparaissent, l’homme est menacé dans ses habitudes et se trouve obligé d’adopter un nouveau mode de vie, de nouvelles façons de réfléchir et d’agir. Une autre caractéristique importante de l’urbanisation est son accélération. L’urbanisation se fait à un rythme accéléré au point que de nouvelles problématiques surgissent avant que l’homme ne les prenne en compte (Gold, 1982 : 5-8).

8L’urbanisation apporte des résultats positifs à la société vietnamienne. Les infrastructures de base sont améliorées même si elles ne sont pas à la hauteur du rythme d’urbanisation, des zones industrielles sont créées, des ouvrages modernes sont construits, l’aménagement du territoire est en route. Les services urbains sont développés au bénéfice des habitants. La campagne se rapproche de la ville. Le mode de vie urbain est transmis aux milieux ruraux créant ainsi de grands impacts et modifiant les habitudes et les valeurs traditionnelles. Le niveau d’éducation est amélioré. Le Vietnam s’intègre à la mondialisation.

9À cause du développement inégal entre villes et campagnes, l’exode rural pousse les migrants vers les deux plus grandes villes du Vietnam, en particulier Hô Chi Minh-Ville, qui est la plus importante.

10Selon les données du Comité de gestion des migrants de Hô Chi Minh-Ville, la population de la ville passe de 3,3 millions d’habitants en 1976 à 4,8 millions d’habitants en 1996, soit une augmentation de 45 %. Dans la période 1990-1996, chaque année la ville compte de 100 000 à 120 000 personnes de plus, dont la moitié est en croissance mécanique. Selon le Journal des travailleurs du 16 janvier 1998, « Il y a au total 576 186 migrants à Hô Chi Minh-Ville, soit 28 809 personnes par an, en moyenne ». Il s’agit des migrants contrôlés par la ville. Le nombre effectif est plus important. Selon les données officielles de la ville, depuis 2000, l’immigration est en croissance continue : 31 906 personnes en 2000, 41 012 en 2001, 49 081 en 2002 et 79 187 en 2003 (Office de statistique de Hô Chi Minh-Ville, 2003).

11L’écart de revenu et les possibilités d’emploi en ville constituent les motifs essentiels de l’immigration. L’exode rural s’accélère en nombre et en qualité. D’une part, il contribue à la croissance et aux changements socio-économiques positifs des villes. D’autre part, il crée de grandes tensions dans le développement des infrastructures, en matière d’éducation, d’emploi et d’environnement dans ces villes. La croissance démographique est synonyme de saturation des équipements, d’insuffisance de l’habitat, de pollution et de dégradation de l’esthétique urbaine. Les nouvelles constructions (écoles, marchés, centres de soins, parcs etc.) ne sont pas en mesure de satisfaire aux besoins collectifs. Et par ailleurs elles sont réparties de façon hétéroclite.

12Des bouleversements majeurs sont apparus dans les zones périphériques, non urbaines au départ, dont l’activité principale était l’agriculture. D’autres activités non agricoles existaient aussi, comme l’artisanat, les services et le petit commerce. Grâce à des investissements importants, des zones industrielles et des emplois ont été créées et les infrastructures améliorées. Le processus d’urbanisation résulte de l’industrialisation dans laquelle la concentration des capitaux se fait à grande ampleur. L’étalement des villes, l’augmentation de leur nombre, le développement du marché immobilier enrichissent les riches pour agrandir le fossé qui sépare les riches et les pauvres. Le Vietnam a connu un taux de croissance spectaculaire. Mais la distance entre riches et pauvres, villes et campagnes est croissante ; les ressources naturelles sont exploitées et utilisées de manière irrationnelle sans qu’on se préoccupe de l’avenir.

13Parallèlement, comme le rappelle Louis Wirth dans Urbanism as a Way of Life, un autre problème se pose au niveau de la croissance des villes : celui du renforcement des compétences en matière de gestion urbaine. Nous savons que la taille et la densité démographiques sont deux éléments décisifs dans la formation d’une ville (Wirth, 1938). La nature d’une cité d’un million d’habitants (million city) est différente de celle d’une grande ville de 4 millions d’habitants (super city) ou de celle d’une très grande ville de 8 millions d’habitants (mega city) ou de celle des MURs. Les villes se développent à une vitesse vertigineuse, à tel point que les systèmes de gestion actuels ne sont plus en mesure de résoudre les problèmes par manque de répartition rationnelle des tâches et des compétences.

  • 4 Source : www.khucongnghiep.com.vn.

14Hô Chi Minh-Ville est représentative de la très grande ville au Vietnam. Elle est caractérisée par la création des zones industrielles à l’emplacement des zones rurales4, et la déconcentration de la population. Hô Chi Minh-Ville est devenue le centre urbain le plus important du pays. Dans son développement, Hô Chi Minh-Ville représente également de grands enjeux en termes de politiques dans les domaines de l’environnement, du social et de la culture.

15En septembre 2007, le pays compte 154 zones industrielles et zones de production pour l’exportation, d’une superficie totale de 32807 ha, dont 21805 de construction industrielle. 11602 ha des terres industrielles ont été loués. Hô Chi Minh-Ville et la province de Đồng Nai sont les deux premières villes en termes de nombre des zones industrielles : Hô Chi Minh-Ville (17), Hanoï (14), Đồng Nai (28), Bình Dương (21), Long An (14), Bắc Ninh (13), Bà Rịa-Vũng Tàu (11), Đà Nẵng (6), Haïphong (5), Hưng Yên (5), Bình Định (5), Quảng Nam (5), Huế (3), Nha Trang (2)… Les travailleurs des zones industrielles et zones de production-exportation sont au nombre de 907000.

16L’urbanisation se renforce. La ville s’est étalée dans l’espace et sa superficie gagne les campagnes paisibles. Le processus d’urbanisation à Hô Chi Minh-Ville s’opère à grande vitesse. Ses périphéries devenues ouvertes attirent, grâce à de nouvelles dispositions sur leur statut administratif, des habitants venus d’autres zones rurales et, simultanément, le reflux de la population vivant dans le centre-ville vers la banlieue. Hô Chi Minh-Ville s’enrichit en 1997 de cinq nouveaux arrondissements. Dans ces nouveaux quartiers, le statut administratif est l’élément déterminant expliquant l’augmentation du taux d’urbanisation.

17Vivent désormais dans les périphéries de Hô Chi Minh-Ville non seulement des anciens habitants des quartiers du centre-ville, mais aussi les ruraux des périphéries non urbanisées. Les flux de migration orientent ces derniers dans cette région. Leur communauté se crée au fil du temps, leurs activités économiques se stabilisent comme leurs valeurs et leurs modes de vie.

18C’est cette communauté des ruraux qui est la plus touchée par la périurbanisation. Leurs terres sont remplacées par les logements, les usines, les zones technologiques et les routes. Dans un tel contexte, les habitants périphériques deviennent, qu’ils le veuillent ou non, des citadins. Il est certain que cette mutation s’accompagne inévitablement de difficultés et de tourments.

19Le développement économique des zones périphériques et leur emplacement proche des arrondissements urbains exercent une forte attraction pour les habitants des provinces dans l’ensemble du pays, voire des habitants du centre.

Objet de l’étude

20Voici les hypothèses formulées sur les caractéristiques des périphéries afin de les identifier de façon concrète par les études de terrain sur deux lieux choisis.

21Caractéristiques des périphéries urbanisées dans les deux lieux d’étude :

  1. Sous l’impulsion de la politique d’industrialisation et de modernisation, les zones rurales périphériques des grandes villes sont devenues la terre d’accueil des zones industrielles, des usines et des zones d’habitation. Est- ce une règle générale ou existe-t-il d’autres possibilités ?
  2. La plupart des paysans doivent changer de métier quand leurs terres arables sont récupérées et que le cadre de production agricole a disparu. Nombreux sont les gens qui doivent rompre avec le travail de la terre et sont à la recherche d’un nouveau métier, ou commencent une nouvelle forme de production.
  3. Ces zones subissent de forts changements démographiques en devenant la terre d’accueil des migrants venus d’autres régions et du centre-ville. L’homogénéité de la population agricole est brisée. La nouvelle communauté est composée de populations d’origines multiples, de différentes religions et ethnies. Cette diversité est à l’origine de nombreux problèmes sociaux et culturels.
  4. Les habitants se voient obligés de changer de mode de vie, en conséquence directe du changement de métier. Les paysans doivent se transformer en urbains – un processus difficile qui ne s’effectue pas d’un jour à l’autre et ne résulte pas de la simple volonté.
  5. Il se crée un lieu de confrontation de la culture villageoise et de la culture urbaine. La culture urbaine plus ouverte, plus active et à plus grande capacité d’adaptation se mélange à la culture rurale plus fermée, plus réservée et plus passéiste. Ce processus entraîne-t-il à son tour le phénomène de mutation et de sélection culturelle ?

À partir de ces hypothèses, nous identifions les zones périphériques urbanisées de Hô Chi Minh-Ville : les périphéries (Bình Chánh, Hóc Môn, Nhà Bè) et les quartiers créés en 1997 et 2003 (Thủ Đức, Deux, Sept, Huit, Neuf, Douze). Les zones ayant un taux d’urbanisation rapide font l’objet d’une étude globale pour dresser une esquisse des zones urbanisées et de leurs caractéristiques.

22Dans les hypothèses sur les caractéristiques des zones périphériques, nous tenterons d’analyser les points ci-dessous.

Structure professionnelle sous l’impulsion de l’urbanisation

23Dans un contexte de bouleversement presque complet des zones, le changement de la structure des métiers mérite une attention particulière du fait qu’il est le déclencheur des effets sur les autres domaines. Nous avançons un certain nombre d’hypothèses sur les impacts exercés par l’urbanisation sur les domaines suivants :

Métier

24- Paysans : il semble qu’ils soient les plus touchés par l’urbanisation dans la mesure où ils ne peuvent plus exercer leur ancien métier d’agriculteur. Ils se trouvent face à un nouveau métier sans y être pour autant préparés. La recherche d’un nouveau travail dépend de plusieurs paramètres : âge, sexe, niveau d’instruction, tempérament, situation familiale, autorités locales, etc. Parmi eux, l’âge constitue le plus grand obstacle. Il semble que les quarantenaires (notamment les femmes) n’ont pas de grandes chances de devenir employés ou ouvriers dans les zones industrielles. Le risque d’appauvrissement chez cette tranche d’âge est particulièrement élevé. Le niveau d’instruction est décisif dans la recherche d’un travail pour les jeunes paysans. Or, nous savons que le niveau d’instruction des gens dans les périphéries de Hô Chi Minh-Ville est bas. Par ailleurs, la préférence d’un travail immédiat et le peu d’importance accordé au travail stable constituent également des obstacles au changement de métier.

  • 5 Emprunt de l’étude Villages métiers à Hô Chi Minh-Ville (CEFURDS), Hô Chi Minh-Ville, 2001.

- Artisans et villages artisanaux : dans les villages artisanaux, les artisans appliquent les techniques traditionnelles. Il semble que ces personnes se trouvent obligées de changer de métier si l’urbanisation exerce un impact sur leur métier. Le milieu rural joue un triple rôle : fournisseur de matières premières, consommateur des produits finis et lieu de production. Il s’agit des métiers manuels comme le travail du charbon de bois, la production des baguettes d’encens, le tissage, la menuiserie. Ces derniers consomment les matières premières existantes dans les milieux ruraux (bambou, bois, rotin, etc.). Certains villages de métiers sont en concurrence acharnée avec les techniques modernes, notamment le tissage, la tannerie, la soie, la teinturerie5, etc. Les artisans et les villages de métiers sont-ils ruinés ou résistent-ils, voire se développent-ils sous l’effet de l’urbanisation ?

- Petits commerçants : ce sont des commerçants de petite taille sur les marchés campagnards ou chez eux. Pour ce qui les concerne, on peut supposer que l’urbanisation n’exerce pas de changement vis-à-vis de leur métier. L’élargissement et la diversification des activités commerciales leur semblent même possibles.

Stratification des niveaux de vie

25Dans la société rurale, il y a à la fois les riches et les pauvres, les propriétaires des terres et les travailleurs pour le compte d’autres personnes… L’adaptation aux changements causés par l’urbanisation et le changement de métier dépendent en grande partie des conditions matérielles et des niveaux de vie. Les familles riches et aisées dans les zones rurales offrent davantage de chances d’éducation à leurs enfants. Ces derniers ont très souvent un niveau d’instruction plus élevé que la moyenne du village. Dans ce contexte, il est vrai que les parents ont du mal à changer de métier. Leurs enfants ont en revanche des conditions plus favorables pour le faire. Les pauvres, les travailleurs pour le compte d’autrui rencontrent autant de difficultés que les personnes âgées.

26Il faut prendre en considération la fracture riches-pauvres causée par l’urbanisation. Les paysans dont les terres se trouvent à proximité des axes de transport voient leur revenu s’envoler. Les autres ne gagnent pas grand-chose car leur terre se trouve à un emplacement désavantagé. Les fermiers ou ouvriers agricoles ne peuvent plus travailler pour le compte d’autrui car toutes les terres arables sont transformées en terres à fins urbaines. Il semble que les deux derniers groupes de personnes s’appauvrissent davantage. Cette étude cherche à voir comment cette stratification des niveaux de vie contribue au changement des métiers. À partir d’un même point de départ, les possibilités de changement de métier diffèrent-elles entre riches et pauvres ?

Sexe

27Dans les zones rurales, les femmes jouent un rôle important dans la production agricole. Elles s’occupent en même temps des travaux ménagers et des affaires familiales lorsqu’elles se trouvent en difficulté. Elles doivent faire face à un double défi : un défi personnel – changer leur propre métier – et le défi familial – gérer l’espace domestique. À vrai dire, la vie urbaine ne présente pas de difficultés aux femmes en termes de travail. Il semble que l’urbanisation leur apporte un travail moins pénible que les travaux agricoles ou un travail plus adapté à leur féminité comme la garde des enfants ou les travaux ménagers ?

Instances d’aide au changement des métiers

28Des institutions ont été créées à l’initiative de l’État, des zones industrielles, zones de production en vue d’exportation, des organisations sociales ou des associations privées afin de dispenser les cours d’orientation et de formation professionnelle. Comment aident-elles les gens à changer de métier ? Les habitants sont-ils bénéficiaires des chances offertes par ces institutions ? Rien que dans la formation professionnelle, il y a en pratique un grand écart entre la formation et les besoins en ressources humaines des zones urbanisées non seulement en matière de spécialités mais aussi en quantité et en qualité. Les équipements de ces institutions sont obsolètes et ne sont pas à la hauteur des exigences des zones industrielles équipées des chaînes technologiques modernes.

29Un autre problème se pose : fallait-il un investissement plus cohérent ? L’investissement dans les zones industrielles et les zones de production pour l’exportation doit-il s’accompagner du financement des structures de formation ?

Nouvelle structure professionnelle

30Une nouvelle structure professionnelle semble se créer après une période difficile de mutation sociale. Une nouvelle structure sociale voit le jour rapidement : il y a les nouveaux riches, les nouveaux pauvres, une stratification sociale nouvelle pour le monde rural. On peut s’interroger sur la possibilité des personnes évoquées ci-dessus de se mettre en valeur dans leur nouveau travail. Ou sont-ils plutôt des travailleurs précaires dans un contexte instable ? Parmi ces personnes, qui s’adaptent et se transforment vite et mieux ? Quelles sont les conditions garantissant le succès des transformations et leurs obstacles ? Ce sont les questions analysées par la présente thèse.

Changement des valeurs

31Dans les périphéries urbanisées, le système des valeurs de la vie rurale change de manière radicale. Ce changement provient à la fois de l’environnement et des habitants. La communauté à laquelle appartiennent les habitants subit d’importantes fractures avec l’arrivée de nouvelles personnes et les ruraux transformés en citadins. Les paysans jadis maîtres de leurs champs ne le sont plus aujourd’hui. Les valeurs qui sont les leurs se trouvent devant de multiples défis. Il en est de même pour les artisans, la valeur « métier maîtrisé, vie assurée » (nhất nghệ tinh, nhất thân vinh) peut-elle garder la même consistance dans le contexte de production mécanique à la chaîne ? Quant aux femmes, placées dans une vie nouvelle, exerçant un métier nouveau avec des rapports sociaux plus égalitaires qu’auparavant, comment conserver les « quatre vertus » (Être habile dans son travail, modeste dans son maintien, douce dans son langage, irréprochable dans sa conduite) ?

32Les anciennes valeurs de la vie campagnarde sont les maisons en forme de T, (chữ đinh/voir infra) ou les maisons à trois compartiments, et la division sociale du travail obéit à la hiérarchie suivante :

La classe aisée élève les poissons
La classe moyenne élève les cochons,
La classe pauvre élève les canards.

(Giàu nuôi cá
Khá nuôi heo
Nghèo nuôi vịt.)

Ces anciennes valeurs ont changé. Les habitants créent de nouvelles valeurs plus adaptées à une économie non agricole. Cette transformation ne s’est pas faite sans difficulté. Par ailleurs, les valeurs réelles de la vie urbaine sont-elles profondément comprises et imprégnées pour remplacer celles d’antan ?

33Dans le cadre des constats et hypothèses susmentionnés, nous nous sommes dotés des outils scientifiques appropriés. Pour mieux comprendre les spécificités économiques, sociales, culturelles des habitants de certaines périphéries de Hô Chi Minh-Ville, nous avons mené des enquêtes qualitatives et quantitatives. Dans ces zones qui s’urbanisent rapidement, les habitants se trouvent devant de grandes décisions à prendre. Nous avons effectué des entretiens sur les problèmes posés par l’urbanisation auprès de connaisseurs de ces régions et des autorités publiques des arrondissements, districts et communes.

34L’approche historique et sociologique est sollicitée en permanence pour définir, décrire et comprendre les problèmes de façon concrète dans leur processus de développement afin d’éclairer le mode de mutation et de développement en cours.

Objet et champs d’étude

Objet d’étude

35Le projet doctoral se propose d’étudier les habitants résidant depuis au moins dix années dans les quartiers/communes de zone en phase d’urbanisation. L’industrialisation et l’urbanisation à grande vitesse participent à l’évolution des structures sociales et professionnelles ainsi que du mode de vie des habitants des périphéries. L’évolution consiste à transformer la communauté des agriculteurs et des artisans en communauté des citadins exerçant les activités non agricoles. Cette transformation est en ce sens l’urbanisation de ses habitants. Leur adaptation aux effets de l’urbanisation et les obstacles auxquels ils se heurtent sont les sujets qui nous intéressent.

Champs d’étude

36L’urbanisation à Hô Chi Minh-Ville après la période de Renouveau est constituée de plusieurs éléments parmi lesquels il faut citer l’élargissement des arrondissements du centre-ville et la création de zones industrielles et de pôles industriels dans les périphéries. Leurs habitants sont exposés au développement urbain : l’apparition des zones industrielles et des usines qui attirent les migrants d’autres régions du pays. Les conséquences de ces éléments apparaissent dans chaque endroit à des moments et avec des intensités différentes. La présente thèse se limite donc à étudier deux communautés d’habitants dont les caractéristiques sont relativement différentes : celles de la commune de Bà Điểm et de la commune de Vĩnh Lộc A.

Raisons du choix de Bà Điểm et de Vĩnh Lộc A

  • 6 La densité moyenne des quartiers du centre-ville s’établissait à 24920 personnes/km2 en 1997 et à 2 (...)

37La démographie des zones périphériques de Hô Chi Minh-Ville est en phase de croissance. Ce phénomène s’explique par le changement dans la répartition des habitants durant la période de 1997 à 2004 : alors que la part de la population périphérique était de 16,8 % en 1997, elle s’élevait à 22,5 % en 2004. La population du centre-ville suivait la tendance inverse : 71 % en 1997 contre 59,3 % en 2004. Le phénomène se reflète dans le changement de la densité démographique : la densité moyenne de la ville est passée de 2381 personnes/km2 en 1997 à 2920 personnes/km2 en 2004. Durant la même période, la densité moyenne des quartiers du centre-ville était 7 fois supérieure à celle des nouveaux quartiers en 2004 contre 12 fois en 19976.

38Selon les résultats du recensement en 2004, les migrants sans carnet de résidence à Hô Chi Minh-Ville représentaient 30,1 % de la population totale de Hô Chi Minh-Ville. Les données des recensements des années 1979, 1989, 1999 et 2004 ont montré l’évolution de la population de Hô Chi Minh-Ville durant ces périodes : le taux de croissance démographique durant la période 1979-1989 était de 1,63 % (augmentation naturelle de 1,3 %), de 3,36 % de 1989 à 1999 et de 3,6 % de 1999 à 2004. La population croît vite au milieu des années 1990. Durant cette décennie, la population a augmenté très rapidement dans les districts Sept, Tân Bình, Gò Vấp, Thủ Đức, Bình Chánh, Hóc Môn. Gò Vấp et Bình Chánh ont enregistré une croissance supérieure à 10 % de 1999 à 2004. Ce sont les lieux où se sont construites les zones industrielles attirant de nombreux migrants.

39Nous avons choisi deux localités, le district de Hóc Môn et le district de Bình Chánh à cause de leur croissance démographique rapide. Ces deux localités ont connu de nombreux changements : l’urbanisation, l’immigration, l’apparition des zones industrielles, l’amélioration des infrastructures et le changement des communautés d’habitants. Hóc Môn et Bình Chánh sont, à l’origine, des zones rurales avec des activités agricoles et non agricoles (services et commerces de petite taille). L’urbanisation est synonyme de la réduction conséquente des terres agricoles pour céder la place aux activités industrielles et aux constructions des nouvelles infrastructures. Les terres arables du district de Hóc Môn passent de 573,31 ha (2002) à 386,80 ha (2006), celles de Bình Chánh de 12821 ha (2004) à 11835 ha (2005) (Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville, 2007). Cette réduction oblige les agriculteurs à réduire les activités primaires et à se convertir aux activités non agricoles.

40Hóc Môn et Bình Chánh sont deux districts périphériques en cours d’urbanisation du fait de l’empiétement de la ville sur les terres agricoles. L’étalement est synonyme de la construction des nouvelles routes et infrastructures, de l’installation des habitants du centre-ville et des migrants venus d’autres provinces.

  • 7 Démarré depuis novembre 1999, le projet de la route transasiatique fait partie du projet élargi du (...)

41Les deux districts présentent leurs propres avantages pour le développement socio-économique. L’ancien district de Hóc Môn se trouvait au nord de la route à destination de Củ Chi, Tây Ninh et le Cambodge. La route Trans-Asie7 traversant Hóc Môn est inaugurée en 1996, ce qui accélère l’urbanisation. Stimulée par l’urbanisation, une partie de l’ancien district Hóc Môn est transformée et devient l’arrondissement Douze en 1997. L’objet étudié ici est le « nouveau » district Hóc Môn c’est-à-dire le reste de l’ancien district de Hóc Môn après la création de l’arrondissement Douze. Le district de Bình Chánh se trouve à la porte ouest de Hô Chi Minh-Ville, localisation propice au développement économique en termes de transport. La nationale 1A est l’artère liant les provinces du delta du Mékong aux provinces situées à l’Est du Sud Vietnam.

42Outre le réseau routier, le district de Bình Chánh dispose d’un réseau de transport fluvial avec les rivières Cần Giuộc, Chợ Đệm, les canaux Ngang, An Hạ, Tân Kiên et Bà Hom liés à la rivière Bến Lức (Long An), et les canaux Đôi et Tẻ. C’est le réseau de transport fluvial reliant aux provinces du delta du Mékong, « grenier du Sud ».

43Dans chacun des districts de Bình Chánh et Hóc Môn, nous avons choisi une commune typique dans l’optique d’avoir un regard concret, exact et approfondi sur les changements dans la vie des habitants des zones périphériques sous l’impulsion de l’urbanisation. Nous avons en effet choisi la commune de Bà Điểm dans le district de Hóc Môn et la commune de Vĩnh Lộc A dans le district de Bình Chánh.

Commune de Bà Điểm

  • 8 18 Hameaux de Bétel : Bình Hưng, Bình Hưng Đông, Vĩnh Lộc, Tân Thới Thượng, Tân Đông Thượng, Trung (...)

44La commune de Bà Điểm a connu une histoire ancienne et pourrait s’enorgueillir de belles traditions de lutte révolutionnaire et de travail. Les habitants de Bà Điểm préservent l’esprit indomptable des habitants des 18 hameaux de Bétel (18 Thôn Vườn Trầu) d’antan durant la résistance anticoloniale8. Cet esprit est bien présent chez les habitants de Bà Điểm. Ils sont par ailleurs très ouverts, accueillants et hospitaliers. Il s’agit d’un trait de culture locale très visible pour l’étranger.

Tableau 2 : Superficie et population des bourgs et communes du district de Hóc Môn

Tableau 2 : Superficie et population des bourgs et communes du district de Hóc Môn

Source : Comité populaire du district de Hóc Môn, 2003.

En comparaison avec les autres communes du district de Hóc Môn, la commune de Bà Điểm est plus petite en termes de superficie : 7,016 km2. Elle a en revanche la densité la plus élevée, 4 818 personnes/km2. La population de la commune de Bà Điểm il y a 10 ans n’était pas plus nombreuse que celle des autres communes, telles Tân Xuân, Thới Tam Thôn, Tân Thới Nhì. La commune voit augmenter très vite sa population et l’écart par rapport aux autres est de plus en plus grand. Selon les données statistiques du district de Hóc Môn, le district compte, au 1er octobre 2004, 27281 personnes originaires du lieu (type KT2), 27 881 migrants (type de séjour temporaire de longue durée KT3) et 14284 personnes avec type de séjour temporaire de courte durée (KT4). Ces données sont respectivement de 2838, 2 426 et 1 415 personnes pour la commune de Bà Điểm.

45KT est l’abréviation du mot « kiểm tra » (contrôle). Selon les dispositions concernant la résidence, le type KT1 comprend les personnes qui habitent à la même adresse que celle figurant sur le carnet de résidence ; le type KT2 est composé des personnes qui n’habitent pas à l’adresse telle qu’elle figure sur le carnet de résidence, mais dont le lieu d’habitat est dans le même district, arrondissement ou province ; le type KT3 est composé des personnes d’autres régions, mais elles sont considérées comme résidents permanents, et le type KT4 comprend les personnes qui s’y installent provisoirement. Les différents types KT sont enregistrés par le quartier qui met à jour de manière continue les personnes de type KT3, KT4.

Tableau 3 : Composition de la population des communes du district de Hóc Môn

Tableau 3 : Composition de la population des communes du district de Hóc Môn

Les migrants du district de Hóc Môn se concentrent dans les communes de Bà Điểm, Trung Chánh, Thới Tam Thôn, etc.

46L’évolution des habitants de différents sites montre bien l’impact de l’urbanisation. Ils ne se concentrent plus à la bourgade de Hóc Môn ou dans les communes avoisinantes puisque le bourg était le chef-lieu de l’ancien district de Bình Long. Depuis près de dix ans, les habitants se concentrent dans les zones périphériques, dont la commune de Bà Ðiểm.

47Les terres à Bà Điểm ont connu ces dernières années de grandes mutations. Rien qu’en l’espace de trois ans (2005 à 2008), la superficie agricole diminue de 573,31 ha à 386,80 ha. L’espace rizicole est en forte réduction de 168,58 ha en 2005 à 117,32 ha en 2008.

  • 9 Note de demande de ratification du plan de gestion des terres en 2010 avec orientation pour 2020 et (...)

48D’après le plan quinquennal de gestion des terres (2006-2010) du Comité populaire de la commune de Bà Điểm, la superficie agricole communale ne sera plus que de 58,10 ha9. La réduction de la superficie agricole résulte de la politique de modification des fins d’utilisation des terres agricoles connues pour leur faible performance en termes de revenu en faveur des activités industrielles et artisanales.

Tableau 4 : Surface agricole par an (en ha)

Terres agricoles 2005 2007 2008
Riziculture 168,58 144,47 133,50
Culture des plantes annuelles 196,45 176,62 90,23
Culture des plantes pluriannuelles 205,98 217,26 240,67
Élevage des produits aquatiques 1,46 1,30 0,85
Autres cultures 0,87 0,77 0,50
Total 573,31 540,42 465,75

Source : Comité populaire de la commune de Bà Điểm, 2005 ; 2007 ; 2008.

Nous venons de présenter les caractéristiques économiques, sociales et démographiques de la commune de Bà Điểm en comparaison avec les autres localités du district de Hóc Môn. L’évolution de la démographie, des modes d’utilisation des terres, des métiers, etc. a apporté plusieurs changements à la commune. Ils représentent à la fois des avantages et des inconvénients dans la vie courante des habitants. Ce sont les raisons pour lesquelles nous avons choisi d’étudier la commune de Bà Điểm dans le cadre de la présente thèse.

Commune de Vĩnh Lộc A

49En termes de superficie, la commune de Vĩnh Lộc A est relativement grande par rapport aux autres communes du district de Bình Chánh. Avec une superficie de 19,72 km2, elle est plus petite que les communes de Phạm Văn Hai, Lê Minh Xuân et Tân Nhật.

Tableau 5 : Superficie et population des communes du district de Bình Chánh

Tableau 5 : Superficie et population des communes du district de Bình Chánh

En 2007, la commune de Vĩnh Lộc A se trouve parmi les communes denses en population avec 1201 personnes/km2. En une décennie, (1997-2007) la population de Vĩnh Lộc A a presque doublé, passant de 13 096 personnes (1997) à 23706 personnes (2008). Cette augmentation rapide s’explique par l’accroissement naturel et en grande partie par l’excédent migratoire de population. Les habitants se concentrent dans le centre de la commune, aux axes des grandes routes communales dans les hameaux Cinq, Six et Deux. Plusieurs personnes y sont résidents temporaires pour travailler dans les zones industrielles.

50Dans le secteur agricole, les activités principales de la commune de Vĩnh Lộc A sont la culture du riz et des légumes et l’élevage. Bien qu’ils résident à proximité de Bà Điểm, les paysans de Vĩnh Lộc A ne cultivent pas pour autant les bétels. Ils ont chaque année trois moissons principales (une de riz et deux de légumes). Depuis 10 ans (2000-2007), la superficie agricole est en baisse continue.

Tableau 6 : Surface agricole de la commune de Vĩnh Lộc A de 2000 à 2007 (en ha)

Superficie/année 2000 2003 2005 2008
Riziculture 1324 1101 942 735
Culture des légumes 673 617 212 286
Total 1997 1718 1154 1021

Source : Comité populaire de la commune de Vĩnh Lộc A, 2002 ; 2004 ; 2006 ; 2009.

Le tableau 6 montre la diminution des terres cultivées dans la commune de Vĩnh Lộc A qui prend son origine dans le changement d’usage des terres (usages agricoles transformés en usages non agricoles et de services). Dans la commune de Vĩnh Lộc A, de nombreux paysans n’exercent plus en effet le métier d’agriculteurs. Ils vendent leur terre ou font construire des logements pour la location. Les ensembles de logements en location, à l’emplacement des jardins ou des champs, constituent l’image connue de la commune de Vĩnh Lộc A à l’heure actuelle.

Les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A sont toutes les deux des périphéries en cours d’urbanisation mais selon une intensité différente. La croissance démographique, la diminution des terres agricoles, le changement des métiers et du mode de vie sont autant de problèmes auxquels chaque localité doit faire face.
La densité démographique diffère entre la commune de Bà Điểm et la commune de Vĩnh Lộc A. La densité de la première s’élève à 4818 personnes/km2 contre 1278 personnes/km2 pour la commune de Vĩnh Lộc A. La différence réside également dans l’« attraction » de chacune. La commune de Bà Điểm a entamé son urbanisation avant la commune de Vĩnh Lộc A, sa densité est plus élevée. Mais il est prévu que la commune de Vĩnh Lộc A voie sa démographie augmenter avec l’expansion de la zone industrielle de Vĩnh Lộc A et des zones d’habitat, etc.

Choix de la période étudiée

51La date retenue de la présente thèse s’étale de 1997 à 2007. Au cours de cette période décennale, nous avons cherché à étudier les changements dans la vie quotidienne des habitants, précisément ceux des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc. Le choix de la date de 1997 tient à plusieurs raisons, que voici.

L’augmentation démographique

52La population des arrondissements et districts périphériques est en croissance constante depuis 1997, notamment depuis les définitions de nouveaux arrondissements/districts, à savoir Thủ Đức, Nhà Bè, Bình Chánh et Hóc Môn.

Tableau 7 : La population des arrondissements et districts périphériques en croissance constante depuis 1997 à 2007

Zone 1997 2000 2003 2007
Thủ Đức 168797 216582 250296 368322
Deux 93779 104603 109507 133257
Neuf 129215 152229 164834 221314
Sept 90958 114039 146540 198958
Huit 319572 336201 352159 380330
Nhà Bè 59880 65944 73206 76985
Bình Chánh 175843 200501 219340 247278
Douze 125582 183790 288080 329751
Hóc Môn 183020 206105 219457 271506

Le changement dans la délimitation administrative de Hô Chi Minh-Ville

  • 10 La superficie de l’arrondissement Deux est de 49,74 km2, l’arrondissement Sept compte 35,69 km2, l’ (...)

53Si l’on observe la situation avant 1997, Hô Chi Minh-Ville comptait 12 arrondissements « intra-muros » et 5 districts « banlieue » (arrondissements Un, Trois, Quatre, Cinq, Six, Huit, Dix, Onze, les districts de Gò Vấp, Tân Bình, Bình Thạnh, Phú Nhuận, Thủ Đức, Nhà Bè, Cần Giờ, Bình Chánh, Củ Chi). La superficie intra-muros, c’est-à-dire les zones considérées comme urbaines, était de 140,3 km2. Cette répartition est restée stable depuis la libération en 1975 jusqu’à 1997. La forte concentration des habitants dans certaines localités oblige l’État à revoir la délimitation administrative. L’arrêté numéro 03/CP du Premier ministre en date du 6 janvier 1997 donne naissance aux cinq nouveaux arrondissements urbains. Ce sont le district de Thủ Đức (changement de statut de district en arrondissement), puis sa séparation en deux nouveaux arrondissements, les arrondissements Deux et Neuf ; les communes fortement urbanisées des districts de Nhà Bè et Hóc Môn se transformaient en arrondissements Sept et Douze. Avec ces créations, la superficie urbaine10 de Hô Chi Minh-Ville augmente de 300 km2 pour s’établir à 442,13 km2. L’année 1997 marquée par les changements administratifs de la ville et l’augmentation démographique est un jalon important du développement de la ville.

La réduction de la superficie agricole

54Les terres agricoles avant 1997 étaient en très légère réduction. À partir de cette date, elles sont en forte diminution passant de 97667 ha à 91573 ha (2002) (réduction de 6094 ha), soit une réduction annuelle moyenne de 1218,8 ha. Cette réduction va à l’encontre de la culture du riz, des légumes et des plantes industrielles à récolte annuelle. Les terres aux fins spécifiques et les zones d’habitation sont en croissance. Ces dernières passaient de 13558 ha (1997) à 18224 ha (2002), soit une augmentation annuelle moyenne de 933,3 ha.

Tableau 8 : Surface agricole de Hô Chi Minh-Ville de 1995 à 2002

Type de terre (unité : ha) 1995 1997 2000 2002
Terre agricole 99164 97667 95285 91537
Terre à fin spécifique 19005 20372 23544 26119
Habitat 13395 13558 16685 18224

Tableau 9 : Superficie des cultures annuelles

Culture/année 1995 1996 2000 2001
Riziculturea 79539 80327 75825 67016
Légumesb 14872 14069 11001 11531
Plantes industrielles annuellesc 12837 12073 7423 5285
Total 107248 106469 94249 83832

a. Trois moissons : récolte printemps-hiver, récolte du cinquième mois, récolte du dixième mois.
b. Maïs, manioc, patate douce et autres patates.
c. Tabac, soja, canne à sucre et autres plantes industrielles (souchet).

Graphique 2 : Superficie des cultures annuelles

Graphique 2 : Superficie des cultures annuelles

Source : Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville, 1996 ; 1997 ; 1999 ; 2002.

Le passage de l’économie agricole à l’économie non agricole dans les zones périphériques avec l’apparition des usines et des zones industrielles

55Ces activités économiques se développent à grande vitesse dans les périphéries. L’agriculture voit son rôle diminuer pour céder la place aux activités industrielles, commerciales et de service. Si avant 1997, la zone production-export Tân Thuận (arrondissement Sept, 1991 : 300 ha) est la seule à être construite, de nombreuses nouvelles zones industrielles ont été créées, à savoir les zones industrielles de Tân Tạo (Bình Chánh, 1996 : 262 ha), Vĩnh Lộc (Bình Chánh, 1997 : 207 ha), Lê Minh Xuân (Bình Chánh, 1997 : 100 ha), Tân Bình (Tân Bình, 1997 : 142,35 ha), Tây Bắc Củ Chi (Củ Chi, 1997 : 220,643 ha), Tân Thới Hiệp (arrondissement Douze, 1999 : 215,4 ha). Ces zones changent donc de physionomie.

56Aux côtés des grandes zones industrielles et zones production-export sont aussi construites dans ces localités des usines de moyenne et de petite taille, des unités de production dont certaines doivent être délocalisées à partir des zones urbaines à cause du risque de pollution.

57La période de 1997 à 2007 est suffisamment longue à nos yeux (10 ans) pour observer les grands changements d’une localité, notamment les changements de la vie quotidienne des habitants sous l’effet de l’urbanisation.

Deux différentes modalités d’urbanisation

L’urbanisation dans les anciennes communautés d’habitants des périphéries : le cas de la commune de Bà Điểm

58L’urbanisation a gagné les périphéries de Hô Chi Minh-Ville. La commune de Bà Điểm, proche de la commune de Vĩnh Lộc A, n’est pas sous l’influence directe des zones industrielles. Elle est exposée quand même à d’autres conséquences de l’urbanisation, de l’industrialisation et de la modernisation. Avec ce processus, le niveau de vie des habitants s’est amélioré. Les infrastructures apportent des changements sociaux dans cette périphérie. Les habitants ont accès à des moyens de transport diversifiés. L’activité économique traditionnelle a connu d’importants changements. Les changements dans la vie économique et dans la vie sociale affectent chaque famille et chaque individu. Pourtant malgré les changements positifs qu’apporte l’urbanisation, les habitants de Bà Điểm doivent en même temps faire face à de nombreux problèmes liés à l’urbanisation.

L’Urbanisation par regroupement des zones industrielles et des usines : le cas de la commune de Vĩnh Lộc A

59Dans la commune de Vĩnh Lộc A, la création de nombreuses zones industrielles modifie la vie de ses habitants. L’investissement dans les zones industrielles s’accompagne de la constitution de nouvelles communautés d’habitants. Ce phénomène modifie la structure spatiale et matérielle et fait changer en même temps les conditions de vie, notamment le rythme de vie des communautés d’habitants qui y sont installées de longue date. Nous cherchons à étudier comment l’apparition des zones industrielles affecte la vie économique et sociale des habitants.

Méthodologie

60Le thème central de la thèse porte sur la périurbanisation et le processus de changement intervenu durant une décennie : 1997-2007. Les lieux d’étude sont les zones transitoires où l’urbanisation s’est accélérée jour après jour.

Analyse et synthèse des documents existants

61Les documents utilisés sont les rapports d’enquête et les données statistiques concernant des districts de Hóc Môn et Bình Chánh, la documentation bibliographique, la presse écrite traitant les questions d’urbanisation des périphéries de Hô Chi Minh-Ville et certaines études étrangères dans ce domaine. Ces fonds nous apportent une approche globale dans la réalisation de la présente thèse.

Enquête de terrain

62Pour étudier l’urbanisation à Bà Điểm et Vĩnh Lộc A et observer les changements du paysage, de l’environnement, de l’habitat, des infrastructures, etc., nous avons effectué des enquêtes de terrain dans les communes des districts de Bình Chánh et Hóc Môn. Après ces enquêtes, nous avons choisi d’approfondir les recherches dans les communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A pour leur vitesse d’urbanisation et les changements qu’elles ont connus récemment.

63Outre l’observation des changements sur le paysage, l’architecture des logements et des ouvrages publics, nous avons assisté à différentes manifestations culturelles : cérémonies religieuses (maison communale, pagode, temple), mariage, rite funéraire pour rendre compte de la vie culturelle des habitants. Nous avons par ailleurs interviewé les personnes âgées pour mieux comprendre les valeurs culturelles et religieuses des communautés d’habitants.

Méthode statistique quantitative

  • 11 Un foyer est composé de plusieurs personnes dépendant économiquement les unes des autres (revenu, d (...)

64Pour l’aspect quantitatif, nous avons recueilli les données par le traitement de questionnaires. En nous basant sur les résultats préliminaires obtenus antérieurement, nous avons élaboré un questionnaire abordant 6 questions pour quantifier les changements dans l’activité économique et sociale des habitants d’après leur appréciation. Dans chaque commune, nous avons interviewé 150 foyers11 sélectionnés dans une liste déterminée. Les résultats de l’enquête sont traités par le logiciel SPSS (Statistic Package for Sociale Science) – progiciel de traitement des données quantitatives couramment utilisé dans les sciences sociales.

Collecte de données

Échantillon

Constitution de la liste d’enquête

65Nous avons établi la liste des foyers en choisissant le chef du foyer comme le représentant du foyer interviewé. La liste ne contient pas les migrants car l’étude cherche à étudier les changements connus par les habitants qui y sont installés depuis au moins 10 ans (de 1997 à 2007). L’échantillon est construit à partir de cette base. Nous affinons l’échantillon après le contrôle des foyers qui ont déménagé et qui sont donc éliminés.

Plan d’échantillonnage

66L’échantillonnage commence avec la classification des quartiers. Outre les 150 foyers pour chacune des communes de Bà Điểm et Vĩnh Lộc A, nous avons prévu une réserve de 10 % de foyers pour pallier les absences.

Rédaction du questionnaire

67Classification des métiers : pour utiliser les métiers comme un élément d’analyse, nous avons regroupé les métiers comme suit : 1/Paysan : culture, élevage ; 2/Employé : établissements publics, entreprises ; 3/Ouvrier : ouvriers dans les usines de production, ouvriers non spécialisés ; 4/Commerçant, prestataire de services : alimentation, matériaux de construction, etc. ; 5/Métier indépendant : journalier dans la construction, chauffeur de moto taxi ; 6/Femme d’intérieur : travaux ménagers, garde d’enfant ; 7/Chômeur : ne pas avoir de travail après l’arrêt des études ou après le service militaire ou être dans l’incapacité de travailler. 8/Écolier, étudiant ; 9/Retraité ; 10/Personnes âgées, incapables de travailler ; 11/Personnes malades.

68Pour classer les individus dans les catégories citées ci-dessus, nous avons pris en compte les éléments suivants : 1/métier, 2/travail pour le compte de tiers, 3/niveau d’instruction et modalité de formation professionnelle. Prenons l’exemple d’un chauffeur : s’il travaille pour une entreprise, il est classé parmi les ouvriers, s’il travaille pour son propre compte, il est alors considéré comme un travailleur indépendant…

Analyse des données

  • Le questionnaire est composé de deux types de questions : des questions fermées avec les réponses données et codifiées et des questions ouvertes dont les réponses sont notées fidèlement.
  • Dans le traitement des réponses aux questions ouvertes, les textes des réponses sont codifiés avant la saisie. Ce travail exige un système de codage unique pour toutes les questions ouvertes. Le système de codage est établi par la classification de toutes les réponses après le déroulement des interviews sur le terrain.

Enquête qualitative

69Parallèlement à l’approche quantitative, nous avons effectué des interviews qualitatives auprès des personnes afin d’analyser les points abordés par la thèse. Nous avons interviewé différentes personnes : ouvriers actifs, ouvriers en retraite, paysans, dirigeants locaux et personnes âgées pour mieux comprendre les changements et les valeurs culturelles et sociales des communes sous l’impulsion de l’urbanisation. Une interview qualitative faisant l’objet d’un enregistrement dure en moyenne une à deux heures.

Notes

1 Les villes relevant de l’échelon central sont reliées à l’autorité centrale. Depuis 2009, le Vietnam compte cinq villes à l’échelon central : Hanoï, Hô Chi Minh-Ville, Haïphong, Đanang et Cần Thơ (ville spéciales, villes de types I et II).

2 Les villes relevant de l’échelon local sont les villes ou chefs-lieux gérés par les provinces (villes de types III, IV et V).

3 Les nouvelles villes sont les villes à créer à terme en respectant les normes urbaines régies par des dispositions juridiques. À Hô Chi Minh-Ville sont en cours de création les nouveaux quartiers Thủ Thiêm et Tây Bắc Củ Chi.

4 Source : www.khucongnghiep.com.vn.

5 Emprunt de l’étude Villages métiers à Hô Chi Minh-Ville (CEFURDS), Hô Chi Minh-Ville, 2001.

6 La densité moyenne des quartiers du centre-ville s’établissait à 24920 personnes/km2 en 1997 et à 25528 personnes/km2 en 2004 (Service de Développement Rural de Hô Chi Minh-Ville, 2005).

7 Démarré depuis novembre 1999, le projet de la route transasiatique fait partie du projet élargi du fleuve Mékong : La route lie Phnom Penh - Hô Chi Minh-Ville - Vũng Tàu, et contribue au développement de la circulation routière et de l’économie du Vietnam et du Cambodge. La partie s’étendant sur le territoire du Vietnam s’allonge sur 80 km, du carrefour Thủ Đức au port Mộc Bài (Tây Ninh) à la frontière avec le Cambodge. Les travaux se sont terminés en 2006.

8 18 Hameaux de Bétel : Bình Hưng, Bình Hưng Đông, Vĩnh Lộc, Tân Thới Thượng, Tân Đông Thượng, Trung Chánh, Tân Thới Tân, Tân Thới Tam, Tân Thới Tứ, Tân Thới Thạnh, Tân Đông, Tân Đông Trung, Tân Thới Nhì, Xuân Hòa, Mỹ Hạnh, Bình Nhâm, Tân Thông Tân, Tân Thông Thôn.

9 Note de demande de ratification du plan de gestion des terres en 2010 avec orientation pour 2020 et plan quinquennal de gestion des terres (2006-2010) de la commune de Bà Điểm du district de Hóc Môn.

10 La superficie de l’arrondissement Deux est de 49,74 km2, l’arrondissement Sept compte 35,69 km2, l’arrondissement Neuf 114 km2, l’arrondissement Douze 52,78 km2, le district de Thủ Đức 47,76 km2.

11 Un foyer est composé de plusieurs personnes dépendant économiquement les unes des autres (revenu, dépense, vivant sous le même toit). Les personnes locataires ayant un budget individuel ne sont donc pas considérées comme comptabilisés comme « foyer » dans cette enquête…

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Taux d’urbanisation au Vietnam depuis 1950 et prévision jusqu’en 2050
Crédits Source : World Urbanization Prospects, 2007.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 2 : Superficie et population des bourgs et communes du district de Hóc Môn
Crédits Source : Comité populaire du district de Hóc Môn, 2003.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23747/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau 3 : Composition de la population des communes du district de Hóc Môn
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23747/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 5 : Superficie et population des communes du district de Bình Chánh
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23747/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Graphique 2 : Superficie des cultures annuelles
Crédits Source : Office de la Statistique de Hô Chi Minh-Ville, 1996 ; 1997 ; 1999 ; 2002.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23747/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search