Version classiqueVersion mobile

La banlieue de Ho Chi Minh-Ville

 | 
Hoang Truong Truong

Préface

Trinh Van Thao

Texte intégral

1Trương Hoàng Trương est né, il y a trente ans environ, dans la province de Bến Tre, sur les berges de la rivière Tiền, à une centaine de kilomètres de Saïgon. La province n’est pas parmi les plus riches du delta du Mékong mais elle porte de nombreuses localités comme Mỏ Cày, Ba Tri… qui entrent depuis longtemps dans l’histoire du pays. Elle fut la terre d’exil des lettrés compagnons du poète aveugle Nguyễn Đình Chiểu (1822-1888) qui refusait, à l’instar de Phan VănTrị (1830-1910) et Huỳnh Mẫn Đạt (1807-1883), tout contact avec les autorités coloniales dès le début de la domination coloniale. L’esprit de résistance de la population se perpétue et nombre de ses enfants se sont illustrés durant la longue guerre d’indépendance.

  • 1 Le projet de recherche présenté par le CEFURDS était le seul venant du Sud retenu parmi les dix bou (...)

2Pour moi, Truong est bien l’enfant du pays : une corpulence solide qui trahit la force paysanne, un visage affable et une ténacité obstinée des gens du terroir. Il faut rassembler ces qualités physiques et morales pour surmonter les sérieux handicaps du départ et mener à bien une entreprise quasi impossible tant le parcours est semé d’obs- tacles : l’origine géographique (malgré Nguyễn Đình Chiểu) et sociale (paysanne) plutôt modeste, car Trương vient des terres méridionales réputées « indolentes » et peu portées vers les choses de la « culture »1, une parenté assez éloignée de la « souche révolutionnaire » qui ouvre les portes du pouvoir, et une connaissance plutôt balbutiante de la langue française. Au surplus, Truong n’avait que trois ans pour s’ini tier à une langue étrangère, acquérir une formation sociologique conséquente, mettre au point un projet de recherche ambitieux et crédible (voir les questionnaires d’inter- rogation et d’entretien) dans un champ en friche en dépit d’une bibliographie vietna mienne plutôt honorable que laissaient les Trịnh Hoài Đức, Pétrus Ky, Sơn Nam, Bình Nguyên Lộc, Vương Hồng Sển… bref, la crème de l’intelligentsia sudiste. J’avoue ma perplexité devant l’énormité des tâches et la faisabilité d’un tel projet. Comble d’inconscience de la part du directeur (l’auteur de ces lignes) quand il soutint notre sociologue par souci comparatiste de cibler deux localités si différentes et pourtant si proches (jusqu’à se toucher géographiquement). Vĩnh Lộc A appartenant au district de Bình Chánh était le pur produit d’une génération spontanée induite par la vague d’industrialisation de fin du siècle tandis que Bà Điểm du district de Hóc Môn fut un haut lieu historique, base de résistance durant la période coloniale et lieu d’implanta tion du Parti communiste au moment du soulèvement manqué du Nam Kỳ Khởi Nghĩa (1940-1941) qui s’est soldé par l’anéantissement de sa direction politique.

  • 2 Le délai de trois ans pour un projet doctoral n’est pas absurde en soi en « sciences dures » mais d (...)

3 Mais mon scepticisme reposait, je l’avoue, en fin de compte sur un préjugé, aussi tenace qu’inconscient, de la prétendue « passivité proverbiale des compatriotes du Sud » prête à tout compromis. C’était sans compter sur la formidable volonté de ce fils de paysan de saisir l’occasion de sa vie pour montrer sa force et sa volonté ; c’était aussi sous-estimer la synergie du CEFURDS (un laboratoire de recherche indépendant privé de fonds public et sans assise universitaire) qui s’est mobilisé pour aider Truong à collecter les questionnaires, retranscrire les entretiens pour respecter l’échéance fixée et gagner le pari2 !

4Pourtant, le lecteur de ce livre ne trouve pas la moindre trace d’amertume ni de rancœur en lisant le compte rendu de l’enquête. Bien au contraire, la simplicité de la prose et la modération des termes employés tentent d’humaniser, de nuancer une réalité complexe, confuse et effervescente d’une banlieue en pleine crise de transition au sens étymologique du mot, c’est-à-dire tiraillée entre centralité et marges, tradition et modernité, excès à tous les étages dans l’ordre et le désordre social et individuel.

5Derrière l’apparente rigueur et l’économie des commentaires des tableaux statistiques, l’auteur pointe les indicateurs d’un regain de vitalité formidable d’une économie jusque-là bridée et contenue par une bureaucratie routinière et d’un appareil d’État à bout de souffle, relève les signes de la nouvelle dynamique sociétale impulsée par le Renouveau (Doi Moi)… tout en observant les stigmates de dégradation de l’environnement sous les effets d’une urbanisation anarchique. Il décrit la mutation somme toute rapide du paysan banlieusard converti de gré ou de force en ouvrier d’usine (faute de qualification professionnelle suffisante) ou en travailleur indépen- dant s’il en a les moyens. Il montre que la voie de la prolétarisation n’est pas fatale car certains se sont faits maraîchers et éleveurs pour répondre à la demande d’un marché immense et prometteur, de consommateurs voraces et aisés vivant dans le Centre de Saïgon et de Cholon. L’expérience de Bà Điểm, qui a troqué la culture du bétel (qui a assuré jadis sa gloire) contre la culture maraîchère et l’élevage des bovins, illustre la capacité d’adaptation et d’invention paysanne, qui table à la fois sur l’industrie agroalimentaire et la culture biologique. Dans cette dialectique entre le centre et la périphérie, la partie n’est pas perdue d’avance pour cette dernière. Au compte des facteurs positifs également, l’insertion des femmes dans les activités industrielles, notamment dans le secteur textile, et la possibilité pour elles d’apporter leur part dans le revenu des ménages. À l’inverse, l’auteur démonte le mécanisme d’irrésistible ascension des « rentiers » qui profitaient outrancièrement de la spéculation foncière et leur mimétisme de nouveaux riches face aux nombreux « perdants de la croissance », marginalisés et laissés au bord de la route.

6Pourtant, on aurait tort de craindre que l’enquête sociologique tourne à la critique sociale. Par le détour d’une savoureuse expression locale – les Vietnamiens en raffolent –, tour à tour drôle et ironique, glanée lors d’un entretien, des fragments de journaux, des photos d’illustration, voire des rapports des comités de cellule du parti, ce sont les instants multiples et fugaces, des scènes de vie qui composent un tableau vivant et bigarré d’un spectacle du melting pot à la vietnamienne. Mon seul regret est le peu de place et d’éclairage sur cette « culture banlieusarde » un peu rapide que nous donne l’auteur, sans doute faute de temps, et on est en droit d’espérer que cette recherche ait une suite, à l’exemple des enquêtes « focalisées » initiées jadis par l’école de Chicago, pour mesurer les changements, sur le temps long, dans la manière de vivre de la population des quartiers résidentiels.

7Au risque de paraître parfois descriptif et redondant, Trương Hoàng Trương montre que la sociologie urbaine est ici une histoire d’homme et de femme où naître, travailler, aimer et mourir compte plus que les statistiques, les archives et les construc- tions théoriques.

8Elle consacre pour moi une aventure exemplaire tant sur le plan scientifique qu’humain.

Notes

1 Le projet de recherche présenté par le CEFURDS était le seul venant du Sud retenu parmi les dix bourses de recherche décernées par un Fonds de solidarité prioritaire initié par le président Jacques Chirac sous la double tutelle de l’Académie des sciences humaines et de l’EFEO.

2 Le délai de trois ans pour un projet doctoral n’est pas absurde en soi en « sciences dures » mais devient quasi impossible en sciences sociales, surtout quand il repose sur le travail de terrain.

Auteur

(IrAsia-AMU)

© Presses universitaires de Provence, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search