Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

Conclusion

Texte intégral

1 Tout au long de notre parcours à travers l’œuvre derobertienne, nous avons parfois été amenée à prendre en compte certaines suggestions de l’auteur lui-même. Ce dernier ayant toujours refusé d’adhérer à une école littéraire identifiable, une approche qui tienne compte d’une dimension idéologique mêlant aspects biographiques, sociologiques et historiques nous est apparue particulièrement adaptée. Certes, il est notoire que les artistes sont souvent les moins bien placés pour parler de leur œuvre et qu’il faut se méfier de leur autoévaluation. Cependant, dans le cas d’un auteur comme De Roberto, cet angle d’attaque se justifie d’un point de vue méthodologique. Très attentif aux enjeux de la biographie sur la production des auteurs sur lesquels il écrivait, très préoccupé de saisir l’« esprit » du temps, lecteur et recenseur assidu d’ouvrages de psychologie, sociologie, philosophie, l’auteur sicilien nous incite à prendre en compte tout ce qui relève du contexte afin de mettre en lumière les relations que sa production narrative entretient avec des éléments d’ordre historique, social et biographique.

2Cette démarche se fonde sur le présupposé que l’écrivain, avant d’être un « spécialiste de l’art » est aussi un individu concret, en chair et en os, déchiré par les traumatismes d’une histoire personnelle et collective. Contrairement à la plupart de ses contemporains, il a réussi à transformer ses blessures à la fois en symboles poétiques susceptibles d’une interprétation universelle et atemporelle, en objets d’art sources de plaisir esthétique et en représentation du monde invitant au questionnement. Cependant, si la possibilité d’une lecture universelle est la raison pour laquelle certains auteurs résistent aux siècles, il ne faut pas négliger d’identifier les racines profondément individuelles et historiquement datées de leur œuvre artistique. Dans cette optique, nous avons relié la production littéraire derobertienne à la trajectoire de l’auteur au sein de l’histoire familiale et nationale, à son statut en tant qu’écrivain et à la problématique des assignations de genre.

3L’œuvre littéraire se montre ainsi révélatrice des injonctions contradictoires auxquelles l’auteur a été soumis. De Roberto avait le sentiment d’avoir trahi injustement son père, mais cette infidélité était inéluctablement dictée par le processus historique à l’origine de l’unification de l’État italien. L’Imperio permet à l’auteur de racheter sa trahison par la réinvention de sa propre biographie. Par ailleurs, l’écrivain sicilien appartenait, du côté de sa mère, à une élite sociale, mais il était en même temps menacé de déclassement. L’écriture, comme acte de dénonciation de l’élite en place, constituait le seul moyen de renverser ce statut déprécié : I Vicerè expriment avec force ce désir de revanche sociale.

4Toutefois, la profession des lettres, qui était en train de se définir – avec difficulté –, comme un métier à part entière dans la deuxième moitié du xixe siècle, ne jouissait toujours pas d’un rôle reconnu et reconnaissable. L’acte d’écriture est en effet soumis à des contraintes antithétiques. D’une part, la littérature se veut autonome : de ce point de vue, ce qui compte est avant tout la valeur artistique et esthétique. D’autre part, elle est assiégée par des requêtes hétéronomes : de ce point de vue, l’art qui compte est celui qui est rentable ou celui qui propose un message fort et/ou une hiérarchie de valeurs à la société. Sans compter que le métier des lettres est incertain et risque d’être assimilé à une pratique futile suggérant des affinités inquiétantes entre l’écrivain et la femme. Enfin, dans les œuvres derobertiennes, la représentation du rapport entre les sexes porte également les traces du discours normatif lié à la relation entre les genres typique de son époque : l’homme, appelé à montrer à tout bout de champ sa virilité et sa suprématie vis-à-vis de la femme, notamment à travers l’acte sexuel, est aussi angoissé par les dangers de l’hérédité pathologique et de la perte d’énergie vitale qu’implique son rapport à la femme. Il est en outre défié par les prémisses de l’émancipation féminine à la fin du xixe siècle : d’où la volonté de définition et de démythification de la femme, ainsi que la critique de l’amour, seul domaine, selon l’auteur sicilien, où le sexe fort est toujours perdant.

5Notre analyse fait surgir, de façon transversale, au moins deux thèmes cruciaux pour l’auteur sicilien. D’une part, une préoccupation obsédante à l’égard des rapports asymétriques du pouvoir : le pouvoir politique de l’individu ou d’une classe au sein de la cité (locale ou nationale), le pouvoir de l’intellectuel dans la société, le pouvoir de l’homme dans ses rapports à la femme. D’autre part, la crainte de la perte : alimentée sans doute par les deuils familiaux, cette angoisse est liée aussi aux valeurs du modèle économique capitaliste et bourgeois qui s’imposait peu à peu en Italie dans les deux dernières décennies du siècle. Ainsi, De Roberto applique souvent des motifs du discours économique à d’autres domaines de la vie humaine. Nous comprenons donc mieux l’interprétation des rapports amoureux comme des transactions commerciales ou le souci de préserver son capital (la vie de l’individu, l’œuvre de l’écrivain, les ressources vitales de l’homme menacé par la voracité féminine).

6Dans ce réseau inextricable d’injonctions contradictoires, l’écriture revêt une fonction thérapeutique. Si l’écrivain n’a pas de pouvoir dans la cité et ne peut pas intervenir de manière déterminante dans la société, il peut tout au moins trouver un salut personnel et individuel dans l’écriture. Cette dernière peut donner un sens à l’absurdité de la vie et de l’Histoire, soustraire l’œuvre et la vie de l’auteur au passage du temps et à la mort grâce à la création d’un objet esthétique qui devient une valeur en soi et qui préserve, bien que manipulé et transformé, le vécu de l’auteur. Ce rapport à l’écriture affleure au premier plan dans l’œuvre de De Roberto et représente un élément spécifique qui détermine nettement un écart entre l’auteur sicilien et les autres œuvres véristes et réalistes de la deuxième moitié du xixe siècle.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search