Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

L’écrivain et la femme

La crise de la relation homme-femme

Texte intégral

1Pour mieux comprendre les caractéristiques de la représentation de la femme et du rapport entre les genres chez De Roberto, nous devons prendre en compte un processus plus général concernant l’histoire des genres. Le xixe siècle a connu d’importantes évolutions quant à l’image traditionnelle de la femme. Ces modifications ont complexifié les rapports entre les sexes et ont entraîné une redéfinition des identités et des rôles réciproques. Mais ce changement n’est que l’un des épiphénomènes d’une évolution plus générale qui débute à l’aube du xixe siècle. En effet, jusqu’à la fin du xviiie siècle la théorie dominante concernant le rapport homme-femme présuppose l’existence d’un sexe unique : la femme ne serait qu’un homme moins parfait. D’un point de vue métaphysique, elle occuperait un rang inférieur à celui de l’homme, et, d’un point de vue anatomique, il n’y aurait aucune différence entre les deux, si ce n’est-ce que les organes génitaux se trouvent à l’intérieur du corps féminin et à l’extérieur du corps masculin. Cette vision des rapports entre les sexes se fonde sur une vision hiérarchique du cosmos. Mais, au début du xixe siècle, des transformations sociopolitiques et des changements dans l’appréhension de l’ordre du monde, qui s’approfondissent au cours du siècle, entraînent une modification de cette conception :

  • 1 Thomas Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, (...)

Autour de 1800, des auteurs de toutes sortes résolurent de fonder les différences qu’ils jugeaient capitales entre sexe masculin et sexe féminin, donc entre homme et femme, sur des distinctions biologiques décelables et de les exprimer dans une rhétorique radicalement différente. […] Non seulement les sexes sont différents, mais ils sont différents dans tous les aspects concevables du corps et de l’âme, dans tous leurs aspects physiques et moraux. Pour le médecin ou le naturaliste, le rapport de la femme à l’homme est une série d’oppositions et de contrastes1.

  • 2 Parmi ces œuvres, citons, à titre d’exemple, Paul Julius Moebius, L’inferiorità mentale della donna (...)

Les rapports homme-femme ne sont plus définissables sur la base de l’ancienne vision du monde, selon laquelle la femme était de même nature que l’homme – bien que moins noble – et située à un échelon inférieur dans la grande échelle des êtres. À présent, la femme est envisagée comme un être ontologiquement indépendant : d’où la nécessité de définir et de répertorier toutes les différences qui distinguent les genres. C’est un pas en avant vers l’individualisation de la femme et vers sa reconnaissance comme un être à part entière. Ce sont les tous premiers germes, dans l’ordre de la pensée, d’une émancipation qui aura des effets sociaux évidents seulement au xxe siècle. Bien sûr, les caractéristiques spécifiques de la femme que les études des savants au xixe siècle mettent en lumière confortent et reproduisent les préjugés anciens. Ils tendent ainsi à confirmer la primauté de la figure masculine. Toutefois, cette révolution épistémologique crée un nouveau souci de distinction entre les sexes, quant à leur rôle et à leur identité réciproque. Il s’agit en effet de trouver de nouveaux critères pour établir et défendre le statut masculin. D’où le florilège d’œuvres consacrées à la femme, à sa physiologie, à sa psychologie, d’où les tentatives acharnées de la définir pour qu’elle devienne facilement lisible par rapport aux attentes masculines2.

2Conformément à cette nouvelle manière d’appréhender la femme et aux inquiétudes qui en découlent, De Roberto s’attache à une entreprise de définition de la nature d’une femme qui ne peut plus être identifiée selon les critères traditionnels et il s’évertue à objectiver ces différences. Évidemment, cet effort de définition finit par en dire beaucoup plus sur le regard masculin que sur l’essence véritable de la femme. Les œuvres les plus significatives, de ce point de vue, sont constituées par le traité d’inspiration positiviste L’amore, ainsi que par le recueil de nouvelles Gli Amori, qui se présente comme l’illustration narrative des théories énoncées dans le traité.

  • 3 Parmi les auteurs cités par Federico De Roberto à ce propos, rappelons le naturaliste anglais Charl (...)

3Dans L’amore, l’écrivain sicilien s’appuie sur les théories contemporaines de physiologistes, biologistes, psychiatres et psychologues de la sexualité, ainsi que sur des philosophes positivistes italiens et étrangers3. Ces travaux lui permettent de fonder la différence morale et intellectuelle des deux genres sur la physiologie. L’opposition fondamentale, qui découle des organes des deux sexes, est celle du caractère passif de la femme versus la nature active de l’homme. De ce présupposé majeur dépendent toutes les spécificités de l’homme et de la femme. Les caractéristiques propres de la femme sont également les signes de son infériorité par rapport à l’homme. Ainsi l’auteur affirme :

  • 4 Federico De Roberto, L’amore, op. cit., p. 119-120.

Du point de vue physique, l’homme a des muscles plus développés, une taille plus grande, un cerveau conséquent. À cette richesse organique supérieure correspond une plus grande richesse intellectuelle : les conceptions les plus vastes, les plus profondes, les découvertes les plus admirables, les inventions les plus géniales sont celles du sexe fort. Selon l’accord universel de tous les observateurs et d’après d’innombrables preuves, le sexe faible ne l’est pas seulement du point de vue physique, mais aussi intellectuel […] Et si les femmes sont timides et modestes et ne font pas de grandes choses, leur inertie n’est pas la conséquence de leur timidité, mais la timidité et l’inertie sont toutes les deux des conséquences, toutes les deux des aspects de leur faiblesse, de la passivité constitutive de leur sexe par rapport à l’autre4.

Non seulement De Roberto soutient que l’homme est supérieur à la femme du point de vue intellectuel et rationnel, mais il va jusqu’à nier certaines des caractéristiques traditionnellement attribuées à la femme, comme la sensibilité. En effet, argumente-t-il, la femme étant plus froide que l’homme, elle est également moins sensible. Même lorsqu’elle réagit affectivement, elle le fait sans avoir conscience de ses propres sentiments. La sensibilité de l’homme serait donc supérieure non seulement parce que sa vie sensuelle, grâce à son ardeur, est plus intense, mais aussi parce qu’il en est conscient. Du même présupposé découle la meilleure qualité des sentiments et de l’amour masculins. De Roberto va ainsi à l’encontre d’une idée préconçue selon laquelle l’amour des femmes serait plus fort parce que la femme vit pour l’amour et que, pour elle, l’amour, c’est tout. Selon l’auteur sicilien, cette exclusivité ne prouve pas que l’amour féminin soit meilleur : cela montre tout simplement que la femme vit pour l’amour parce qu’elle ne peut rien faire d’autre. De même, contrairement à d’autres lieux communs qui attribuent aux femmes le goût pour la poésie, l’écrivain maintient que, l’homme étant capable d’exprimer ses sentiments, il est capable de produire et de comprendre la vraie poésie. En revanche, la femme, n’ayant pas les moyens de reconnaître le génie et d’éprouver des sentiments puissants, ne peut apprécier qu’une idylle édulcorée.

4Cette attribution à l’homme de propensions traditionnellement reconnues à la femme peut surprendre, mais elle s’explique aisément si nous l’envisageons dans un contexte de crise plus générale de la virilité dans laquelle l’auteur lui-même se sent impliqué. Nous verrons plus loin que la menace de la féminisation pèse sur l’écrivain. Ce dernier, de par son activité, loin d’être l’homme conquérant et dominateur exalté par l’idéologie de l’époque, présente des caractéristiques psychologiques et de tempérament qui pourraient le rapprocher de la femme. Cependant, afin de ne pas renoncer à sa supériorité masculine, il définit significativement ces tendances comme étant de meilleure qualité chez l’homme que chez la femme.

5Outre le traité L’amore, le recueil Gli Amori constitue dans son ensemble un projet systématique de redéfinition du rapport homme-femme qui s’appuie sur la rhétorique de la différenciation. Il s’agit d’une œuvre hybride, à mi-chemin entre l’essai scientifique, la nouvelle et le genre épistolaire. La plupart des nouvelles sont introduites par l’énonciation d’une thèse à démontrer à travers des anecdotes censées être exemplaires. La thèse avancée, ainsi que les anecdotes racontées afin de l’étayer, visent à démontrer la différence irréductible qui sépare les hommes des femmes.

6Dès le début du recueil, la communication entre l’auteur et sa correspondante se fonde sur un paradoxe. D’un côté, le narrateur affirme l’incommunicabilité entre les êtres, et notamment entre ces deux étrangers que sont l’homme et la femme. De l’autre, il adresse ses lettres à une représentante du beau sexe. Afin de contourner ce paradoxe, qui risquerait de faire échouer la communication dès le début et empêcherait ainsi la rédaction des lettres, le narrateur fait semblant de faire une palinodie provisoire de ses convictions et raconte un épisode d’accord exceptionnel entre un homme et une femme :

  • 5 Federico De Roberto, Gli Amori, op. cit., p. 3.

Non, il n’est pas vrai que chaque cerveau est un monde et que ces mondes errent séparés pour toujours, sans espoir de pouvoir communiquer un jour. […] Et entre les hommes et les femmes – la question controversée était celle-ci – les différences du sexe ne sont pas profondes au point de rendre impossible ou très difficile la compréhension réciproque5.

Cette rétractation de principe, qui est adoptée comme un expédient nécessaire afin que le pacte de lecture sous-jacent à ce recueil fonctionne, sera démentie par la suite des nouvelles, qui foisonnent de déclarations péremptoires sur la différence constitutive entre les deux genres. Bien entendu, les caractéristiques distinctives de la femme apparaissent toujours à son détriment. Ainsi, contrairement aux hommes qui sont considérés par nature comme « logiques », les femmes, également en raison de leur nature, sont « illogiques », et même « fausses », ou « doubles », comme l’avance le narrateur dans la nouvelle Un’intenzione della Duffredi (Une intention de Mme Duffredi) :

  • 6 Ibidem, p. 51.

Les hommes, en tant que mâles, obéissent toujours à un seul instinct : celui de la conquête. Ils sont cohérents, logiques, sincères ; ils voient la femme, ils la désirent ; la désirant, ils font tout pour l’obtenir. Tous leurs actes sont directement orientés vers un but clairement défini : leur volonté est ferme, leur constance infatigable. Les femmes, au contraire, se débattant entre la répulsion et l’inclination, veulent et ne veulent pas, disent une chose et en pensent une autre, reculent quand elles seraient sur le point de céder, cèdent quand elles sont sur le point de reculer, ne savent pas ce qu’elles ressentent vraiment, tiennent une conduite ambiguë et prononcent des paroles fausses6 […].

Ailleurs, comme dans la nouvelle La Veglia (La Veillée), le narrateur partira à la recherche de quelques-uns de ces critères spécifiques et montrera comment les hommes, qui sont doués d’un esprit plus développé que celui des femmes, peuvent aimer de façon plus idéale et parfaite. Dans la nouvelle L’Affare dei quattrini, de façon contradictoire par rapport à La Veglia, le narrateur attribue une intensité plus grande à l’amour masculin en raison de la puissance de ses pulsions, alors que l’amour féminin est médiocre en raison de la faiblesse des instincts du beau sexe. Dans tous les cas, le narrateur cherche à circonscrire les deux identités afin de mieux cerner et figer l’essence d’une féminité qui paraît de plus en plus insaisissable et fuyante.

7Cet effort de définition s’accompagne également d’une tentative de déchiffrement exercée sur la femme et mise en scène sans cesse dans les œuvres de fiction. Ce regard perçant et presque clinique renvoie à la volonté d’éliminer l’opacité féminine et témoigne d’un goût pour une certaine forme de voyeurisme alimenté par le mystère de l’autre sexe. Cet intérêt doit beaucoup à la littérature médicale et scientifique de l’époque, qui s’acharne à percer les mystères de la physiologie et de la psychologie féminines. En Italie, des ouvrages consacrés à la physiologie de la femme se multiplient. Célèbres sont les textes de Paolo Mantegazza, l’un des premiers anthropologues italiens et vulgarisateur très connu de la science positiviste, qui fait irruption dans ce domaine avec La physiologie de la femme (1893), La physiologie du plaisir (1880) ou La physiologie de l’amour (1873). Ces types d’ouvrages, cités par De Roberto lui-même dans le traité L’amore, deviennent très populaires et témoignent de cette volonté d’éclairer les énigmes liées à la femme.

8Comme nous l’avons vu, l’écrivain lui-même, dans la préface à Documenti umani, reconnaît l’étrangeté féminine, lorsqu’il avoue ne pas pouvoir appliquer la méthode subjective quand il s’agit de représenter la psychologie des représentantes du beau sexe :

  • 7 Federico De Roberto, « Prefazione » à Documenti umani, op. cit., p. xv-xvi.

L’analyse psychologique est, en effet, le résultat d’un type particulier d’imagination : l’imagination des états d’âme. Dans un seul cas, elle peut être le résultat réel de l’observation immédiate, c’est-à-dire lorsque l’écrivain se prend lui-même comme objet de son analyse. […] mais dans tous les autres cas, lorsqu’il étudie des caractères différents du sien, et notamment des individus qui n’appartiennent pas à son sexe, il ne peut observer directement que les actes, les mots, les gestes7.

C’est à cause de la difficulté du déchiffrement que, dans L’Indovinello (La Devinette), le protagoniste masculin vit une désastreuse mésaventure. Il n’arrive pas à décrypter les attitudes contradictoires d’une dame à son encontre. Digne représentante de son sexe quant au manque de logique que l’auteur a déjà reproché à la femme dans L’amore, elle le fait plonger dans le doute et la confusion pour le rendre enfin ridicule. Le narrateur, à la fin de la nouvelle, ne peut qu’énoncer sa perplexité face à cet incompréhensible sphinx et soumet à sa correspondante la tâche d’élucider le mystère :

  • 8 Federico De Roberto, Gli Amori, op. cit., p. 65.

Quelle sorte de dame était celle dont je vous ai raconté la conduite ? Se trouvait-elle vraiment pour la première fois devant la possibilité du péché ? Les mots et les actes avec lesquels elle excita cet homme étaient-ils ceux d’une naïve qui ne savait pas quel risque elle courait en alléchant un homme ? […] Ou bien avait-elle l’habitude de ces choses, et changea-t-elle d’attitude par crainte de son parent, des hôtes, parce qu’elle s’était peut-être aperçue qu’ils avaient découvert ce qui se passait ? Les scrupules de délicatesse de cet homme qui ne voulut pas être une brute à cette première – et dernière – entrevue, furent-ils déplacés et l’offensèrent-ils ? S’attendait-elle à ce que tout se produisît pendant cette unique entrevue et fut-elle si sévère avec lui parce que, l’ayant pardonné pour la froideur des premiers jours, elle ne lui pardonna pas qu’il restât à se tourner les pouces quand ils se trouvèrent seuls l’un face à l’autre ? […] Ou bien, avec tous ces mots et ces actes, croyait-t-elle ne l’inviter à rien, tout comme si elle lui avait parlé de la pluie et du beau temps ? Vous voyez, chère amie, que cette devinette appartient au genre des logogriphes : la série des combinaisons que je pourrais soumettre à votre perspicacité est très longue. Je néglige toutes les autres, et ce sera déjà une bonne chose si vous réussissez à résoudre celles que je vous ai déjà soumises8.

Ce questionnement donne un exemple efficace de l’attitude interrogative qui tisse tout le recueil de Gli Amori, obsédé par la volonté de cerner une identité féminine difficile à saisir, source de malaise croissant, de possible gaucherie et de ridicule pour les partenaires masculins.

9Ainsi, dans plusieurs textes derobertiens, les personnages masculins s’attachent-ils à de véritables enquêtes visant à percer le mystère féminin, bien que ce qu’ils y trouvent ne soit pas l’altérité du sexe mais un miroir qui reflète les préjugés masculins. Cet effort de déchiffrement est censé poursuivre le but de démythifier la femme. Ce qu’on découvre, au bout du compte, c’est la corruption de la femme. La découverte de son impureté inéluctable peut être gratifiante pour le plaisir intellectuel de l’enquêteur qui parvient à dévoiler un mythe fallacieux, ou bien elle peut faire plonger dans le désespoir l’homme assoiffé d’un amour idéal. Dans les deux cas, le présupposé est le même : la conviction que la nature féminine est inévitablement dégradée et source d’impureté.

10Ainsi, dans La Scoperta del peccato, Vico Dastri mène une enquête qui aboutit à confirmer l’hypothèse de l’inévitable manque de vertu de la femme. Pour le personnage enquêteur, Vico Dastri, le public des salons offre des possibilités d’explorations et de découvertes inédites, pourvu qu’on sache exercer finement sa capacité d’observation :

  • 9 Federico De Roberto, L’Albero della scienza, op. cit., p. 68-69. C’est De Roberto qui souligne.

Vous autres, leur disait-il, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas, vous avez des yeux et vous ne voyez pas. Si vous entrez dans un salon, vous allez tout droit voir la maîtresse de maison, vous dites bonjour autour de vous et vous vous asseyez en regardant le plafond ou la pointe de vos chaussures. […] Supposons en revanche que l’assemblée soit nombreuse. Il faudra être d’autant plus attentif que les contenances sont plus étudiées. Saisir les mots, « phonographer » les intonations, arrêter les gestes ; trouver, sous l’expression ordinaire, l’intention secrète ; considérer non seulement comment mais également pourquoi une chose est ou peut être dite… Comme Edgar Poe dans sa Physiologie du joueur, Dastri pensait que l’important, la chose principale consistait à savoir ce qu’il fallait observer, à ne pas négliger ce qui, apparemment, semblait n’avoir aucune relation avec l’objet de l’enquête9.

Le plaisir intellectuel de Vico Dastri consiste à rendre transparent ce qui est opaque, à trouver une signification cachée derrière ce qui est apparemment anodin, à déceler peut-être la faute sous des apparences irrépréhensibles. Rien d’étonnant à ce que sa curiosité soit particulièrement sollicitée par Madame Valcresi, une dame irréprochable et, apparemment, d’une honnêteté cristalline. Convaincu de la rareté de la vertu chez les femmes, Vico Dastri s’applique à trouver les preuves qu’elle a succombé à la « tentation ». Il commence à recueillir des données : une vanité inconsciente qui amène la dame à montrer sa belle main nue, la composition de quelques vers qui témoignent de son penchant pour la poésie et donc pour l’amour, certains abandons sensuels au parfum des violettes ou bien des affirmations passionnées concernant l’art et la beauté. Ces symptômes deviennent alarmants lorsque Dastri se rend compte qu’un jeune homme à la réputation de frivole séducteur, Giovanni Brenda, parle toujours à tort et à travers de Pise en présence de Madame Valcresi. Or, Vico Dastri apprend que Madame Valcresi avait effectivement séjourné à Pise, au Grand Hôtel Garbrecht, où se trouvait également Brenda. L’hypothèse de l’adultère ne doit qu’être confirmée par une expérience. Ainsi, seul à seule, Dastri enchaîne dans la conversation des références à la poésie du souvenir, à la discrétion de petites villes telles que Pise, qui permettent l’anonymat et protègent le secret de relations inavouées et inavouables :

  • 10 Ibidem, p. 84.

La dame baissa les yeux et parut retenir son souffle ; puis le sang afflua à sa tête et son visage s’enflamma.
 — Je connais une personne, reprit Vico Dastri, qui a été très heureuse à Pise… Y êtes-vous allée ?… Le meilleur hôtel est le Grand Hôtel Garbrecht ; Giovanni Brenda m’en dit beaucoup de bien… Que cherchez-vous ?… Votre mouchoir ?… Vous l’avez laissé tomber ; attendez… le voici.
Et après lui avoir présenté son petit mouchoir de dentelle, il reprit, s’installant mieux dans son fauteuil10 […].

Voici comment un message involontaire du corps délivre enfin la vraie identité de Madame Valcresi, au grand bonheur intellectuel de Vico Dastri, et de l’auteur, qui voit confirmé, plus que la justesse de sa méthode rationnelle d’enquête, le préjugé de la corruption féminine.

11Le déchiffrement des hiéroglyphes du corps féminin peut avoir, dans d’autres cas, des conséquences tragiques, comme en témoigne Ermanno Raeli. Tout au long du roman, le thème du rêve de la transparence de la femme revient systématiquement et détermine les actions et les comportements du protagoniste. Ce dernier, dégoûté par la nature bassement instinctive de l’amour, suite à des expériences érotiques malheureuses, fait la connaissance de Massimiliana De Charmory, une jeune fille angélique, dont il tombe amoureux. Il est bientôt payé de retour par la jeune fille, mais la révélation réciproque des sentiments tarde à se produire. Ermanno, conscient de s’être dégradé dans ses expériences amoureuse précédentes, craint d’entamer la pureté de Massimiliana, qui transparaît à travers les traits physiques, la retenue du comportement, la délicatesse des pensées et des sentiments de la jeune femme. Mais cette image diaphane se révélera trompeuse. En effet, Massimiliana, loin d’être la créature éthérée qu’Ermanno craint de contaminer, a été violée par son oncle. Ayant découvert que la jeune femme a été souillée, Ermanno se suicide. Ce roman met en scène le drame de l’écart entre l’être et l’apparence de la femme, entre l’illusion de la pureté et la réalité de la faute ineffaçable qui la condamne sans appel. La femme est responsable de la mort d’Ermanno pour deux raisons : non seulement Massimiliana n’est pas l’être transparent qu’Ermanno croyait, mais le déchiffrement de la femme porte au grand jour une vérité insupportable, c’est-à-dire la contamination de Massimiliana par un autre homme.

12Chez De Roberto, la femme est presque toujours coupable. Il y a des exceptions, mais alors ces femmes sont présentées comme des êtres irréels, inatteignables ou bien destinés à disparaître. Dans la nouvelle L’Orgoglio e la Pietà, nous trouvons deux figures de femmes opposées. Si la première, à cause de l’humiliation qu’elle inflige à l’homme, appartient à la catégorie de la femme coupable et douteuse, la deuxième est la créature idéale :

  • 11 Federico De Roberto, Documenti umani, op. cit., p. 327-329.

Ah ! me voici arrivé à mon deuxième cas, reprit Franz von Rödrich, les yeux rivés sur les vagues formes vaporeuses qui se dessinaient à l’horizon, après que ses amis eurent parlé. Une créature vivante, et de quelle vie intense, aiguë et torturante ! Vous ne l’avez pas connue. […] Il n’y avait rien de régulier et de prévu, chez elle ; les gens ordinaires l’estimaient laide. Elle était belle, de la beauté surhumaine qui consiste dans l’expression, dans la sympathie, dans l’âme qui se révèle par les regards, la voix, l’attitude même d’un corps souple, superbement modelé. Dès le premier jour où je la vis, une intimité très douce s’établit entre nous : je ne me rappelle pas avoir jamais échangé avec elle, sinon en présence d’autres personnes, les lieux communs des conversations quotidiennes. Quelle science du cœur elle avait ! Comme elle était faite pour la souffrance, cette créature élue, toute d’esprit et d’imagination, – et comme elle avait souffert ! […] Comment exprimer l’attendrissement qu’elle me procurait ? […] L’amour puissant naissait en moi : il se traduisait, malgré moi, dans chacun de mes mots, dans chacun de mes actes. Ah ! quel charme ! quel charme !… Elle me comprenait, elle m’était reconnaissante, elle m’aimait11

Cette beauté ineffable consiste essentiellement dans la lisibilité immédiate de la femme, dans son expressivité et surtout dans sa capacité de susciter la pitié de l’homme : d’être donc inoffensive. Généralement, ces femmes se sacrifient pour les hommes ou bien, si elles ont connu la dégradation et la faute, elles s’en rachètent en les mettant au service du salut de l’homme. Dans Spasimo, la comtesse d’Arda est coupable, puisqu’elle s’est adonnée, après la mort de son mari, à une relation blâmable avec l’anarchiste Zakunin. Mais sa faute est justifiée par sa volonté de ramener le déviant sur le bon chemin, en exerçant sur lui l’influence bénéfique de sa foi chrétienne. En outre, le scandale de cette relation charnelle et hors la loi est racheté par la souffrance qu’elle cause à la comtesse, profondément croyante. Elle vit une relation sensuelle et illégitime, mais elle la vit dans la douleur, non pas dans la jouissance : ne lui donnant pas de plaisir, cette relation hors norme se transforme donc en martyre par lequel la femme parvient au salut. Enfin, la faute de la comtesse d’Arda est définitivement effacée par la rédemption des deux hommes qu’elle a aimés. Zakunin, l’anarchiste, reconnaît enfin la grandeur des valeurs chrétiennes, se remet à la justice et renonce à sa foi destructrice de l’ordre social. Roberto Vérod, le romancier pessimiste et matérialiste, se reconvertit à la vie et aux valeurs spirituelles qu’il avait ignorées.

13De Roberto a recours à un discours normatif, qui puise dans les théories positivistes de l’époque et qui ressasse des stéréotypes féminins visant à démontrer l’infériorité de la femme par rapport à l’homme. Cependant, cet acharnement à interroger les rapports des genres, à définir une fois pour toutes l’essence féminine, renvoie plus à un malaise et à une incertitude quant à sa propre identité masculine qu’à une misogynie univoque et triomphante.

Notes

1 Thomas Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992, p. 18.

2 Parmi ces œuvres, citons, à titre d’exemple, Paul Julius Moebius, L’inferiorità mentale della donna, Turin, Bocca, 1904 ; Otto Weininger, Sesso e carattere, Milan, Bocca, 1903 ; Cesare Lombroso, La donna criminale, la prostituta, la donna normale, Turin, Bocca, 1893 ; Paolo Mantegazza, Fisiologia della donna, Milan, Treves, 1893.

3 Parmi les auteurs cités par Federico De Roberto à ce propos, rappelons le naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882) ; Alfred Espinas (1844-1922), scientifique positiviste, professeur de philosophie et d’histoire de l’économie ; des psychologues et psychiatres comme le Français Alfred Binet (1857-1911) ou l’Austro-Hongrois Richard von Kraft-Ehbing (1840-1902), spécialiste de pathologie sexuelle ; des botanistes comme Patrick Geddes (1854-1932). Enfin, De Roberto se réfère également aux théories physiologiques des positivistes italiens tels que Cesare Lombroso et Paolo Mantegazza.

4 Federico De Roberto, L’amore, op. cit., p. 119-120.

5 Federico De Roberto, Gli Amori, op. cit., p. 3.

6 Ibidem, p. 51.

7 Federico De Roberto, « Prefazione » à Documenti umani, op. cit., p. xv-xvi.

8 Federico De Roberto, Gli Amori, op. cit., p. 65.

9 Federico De Roberto, L’Albero della scienza, op. cit., p. 68-69. C’est De Roberto qui souligne.

10 Ibidem, p. 84.

11 Federico De Roberto, Documenti umani, op. cit., p. 327-329.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search