Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

La vocation d’écrivain

Vivre de littérature ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au moment où De Roberto écrit, l’artiste ne dépend plus d’un mécène ou de la magnanimité éclairée d’un seigneur. L’accès à l’exercice de l’art n’est plus réservé exclusivement à des rentiers, qui, jouissant d’un revenu principal, peuvent exercer l’activité artistique sans faire face à des nécessités alimentaires. Le champ artistique est ouvert de plus en plus à des individus d’extraction bourgeoise ou petite-bourgeoise qui doivent vivre de leur art. Par conséquent, l’artiste est désormais soumis aux lois du marché, avec des conséquences ambivalentes. D’une part, l’assujettissement à la demande du marché a été dénoncé et perçu par les écrivains et les hommes de lettres comme un avilissement de l’art, réduit désormais au statut d’une marchandise parmi d’autres1. D’autre part, l’affranchissement par rapport au mécène et la possibilité d’obtenir la reconnaissance de la part d’un public élargi laissent une plus grande liberté à l’artiste : il n’est plus tenu aux hommages envers ses prote...

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search