Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

La vocation d’écrivain

Les traces d’une vocation scientifique

Texte intégral

  • 1 Federico De Roberto, Il colore del tempo, op. cit., p. 63.

1La vision de la science, chez De Roberto, est extrêmement complexe. D’une part, il fait siens certains présupposés méthodologiques de la science positiviste de son époque : l’importance de l’observation, la nécessité de fonder la connaissance sur les données concrètes de l’expérience, la conception de la réalité comme un système de relations à découvrir pour dégager des lois immanentes qui permettent de connaître la nature, notamment humaine. D’autre part, la science semble ne pas être à la hauteur de ses ambitions. Elle paraît insuffisante du point de vue épistémologique, car elle repousse un peu plus loin la frontière de l’inconnu mais sans arriver à répondre aux questions essentielles de l’existence humaine : « On a demandé et on a fait dire trop de choses à la science avancée et triomphante : d’une part, ses adorateurs n’ont cru qu’en elle et l’ont opposée à la foi ; dans le camp adverse, ceux qui l’ont vue incapable, comme elle l’est en fait, de répondre à certaines questions ultimes, l’ont reniée et ont déclaré sa faillite1. » Bien plus encore, la science peut être source d’un malaise d’un genre nouveau, car ses acquis exacerbent la sensibilité individuelle, ainsi que le souligne Ranaldi dans son monologue amer à la fin de L’Imperio, à la vue des trains et des paquebots qui sillonnent le monde naturel :

  • 2 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1348-1349.

Deux gloires de la science, deux triomphes de la civilisation ! Qu’importait d’arriver un peu plus tôt ou un peu plus tard ? […] Les risques correspondaient aux avantages : et ces machines ne fonctionnaient pas toutes seules : il y avait des hommes dans leurs viscères, là où se tiennent la besogne et le danger […]. La science n’avait rien créé : à force de recherches pénibles, au prix d’erreurs énormes, aidée essentiellement par le hasard, elle n’avait fait rien d’autre qu’adapter en peu de variantes quelques-unes des choses existantes […]. Mais les conditions de la vie humaine demeuraient inaltérées, le retard d’une demi-heure d’un train direct mettait en émoi les voyageurs modernes peut-être plus que les anciens ne le faisaient pour la perte d’une journée entière. Le progrès n’était qu’apparence, illusion et présomption2.

Loin d’apporter le bien-être espéré, la science crée des souffrances psychologiques nouvelles, plus subtiles et sophistiquées. Enfin, l’approche positiviste, fondée sur le présupposé que les données du réel sont stables et univoques, est remise en cause par la conscience, de la part de l’auteur sicilien, de l’influence de la subjectivité individuelle sur la perception de la réalité. En raison de ces incertitudes, De Roberto semble bien exprimer la crise de la science positiviste qui se produit à la fin du xixe siècle.

2Il n’est pas question d’analyser ici en détail le rapport entre science et littérature chez l’écrivain sicilien, sujet qui mériterait un ouvrage entier. Ce qui nous importe est de montrer quel a été le rôle d’une vocation scientifique initiale, qui a été abandonnée, puis refait surface au fil de sa production. Cette démarche, qui prend en compte l’écrivain avant qu’il ne devienne écrivain, peut paraître déplacée. En fait, elle se révèle indispensable. D’une part, il nous semble intéressant de souligner que le choix de la vocation littéraire, pour De Roberto, n’était qu’une des options possibles. Négliger tout ce qui précède sa vocation d’écrivain et travailler sur la production littéraire comme un élément donné pour escompté tend à faire oublier que le fait de devenir écrivain n’est pas le résultat d’une fatalité, mais l’issue d’un processus souvent aléatoire. La prise en compte d’une multiplicité de vocations possibles montre bien que le choix de la littérature ne va pas de soi. D’autre part, ce regard jeté sur ce qui précède l’entrée de De Roberto en littérature nous permet de comprendre plusieurs aspects de sa production et la nature de son malaise face à la science.

  • 3 Luigi Capuana, Capuana e De Roberto, Sarah Zappulla Muscarà, éd., Caltanissetta, Scascia, 1984, p.  (...)

3La distanciation par rapport à la science n’est pas uniquement le reflet d’un climat culturel : elle dépend aussi de la manière dont s’est déroulée la quête d’une vocation de la part de l’auteur. Di Grado a été le premier à attirer l’attention sur le fait que De Roberto a été parmi les rares écrivains italiens de son époque à recevoir une formation technique et scientifique. Certes, le choix de la filière technique au niveau de l’enseignement secondaire pouvait être perçu comme un signe de déclassement social. Mais ensuite les études scientifiques universitaires que l’auteur avait entamées le dirigeaient vers le domaine des sciences de l’ingénieur, l’un des champs professionnels en essor dans la deuxième moitié du xixe siècle. Capuana, dans sa correspondance, plaisante à ce sujet. Il l’appelle « ingénieur » et l’exhorte à se reconvertir au métier, plus rentable, vers lequel il s’était tourné au départ : « Avec tous ces soucis à l’esprit, tu peux imaginer avec quel plaisir je pense à la littérature […] Vive la littérature et la célébrité ! Toi, quand vas-tu déchanter ? Quand vas-tu reprendre tes compas, tes règles et tes équerres ? Redeviens ingénieur, mon cher ! Redeviens ingénieur3 ! » Il s’agit certes d’une boutade, mais elle montre bien à quel point le métier technique était valorisé socialement, en raison du prestige grandissant de la science et de ses applications pratiques. Toutefois, cette première vocation débouchera sur un échec, puisque l’auteur sicilien ne passera aucun examen à l’Université. Mais ces compétences initiales ne seront pas perdues. L’écriture permettra en effet à De Roberto de valoriser par d’autres voies cette expérience. La récupération de cette première vocation scientifique entre ainsi dans la logique de la manipulation des matériaux autobiographiques et dans la stratégie de la résistance à la perte qui fonde son écriture.

  • 4 Cette épidémie a donné lieu à une enquête journalistique de la part de l’écrivaine napolitaine Mati (...)

4 Nous n’avons pas de documents qui nous permettent de comprendre les raisons du choix de la filière scientifique à l’Université. Une première explication pourrait être le prestige et la sécurité économique des professions technico-scientifiques auxquelles ces études ouvraient alors la voie. Cependant, nous trouvons quelques indices d’autre nature dans l’une des premières nouvelles écrites par l’auteur sicilien : Documenti umani, contenue dans le recueil éponyme. Le narrateur y met en scène un ingénieur qui veut s’occuper du réseau d’égouts de sa ville (probablement Naples) afin de l’assainir pour éviter la répétition d’épidémies telles celle qui a emporté l’un de ses enfants. Or, nous savons justement que Luigi, le petit frère de De Roberto, mourut d’une maladie non précisée en 1878. Il s’agissait probablement d’une des épidémies de choléra qui faisaient rage en Sicile et dans le Sud de l’Italie dans les années 1870 : de véritables fléaux qui poussèrent les autorités italiennes à des plans d’assainissement de grande ampleur, comme celui de l’« éventrement » de Naples en 1885 après la fin de l’épidémie de choléra de 18844. La nouvelle derobertienne pourrait renvoyer à cette expérience traumatisante. Elle nous permet aussi d’imaginer, en transposant les motivations de l’ingénieur fictionnel à l’écrivain, que le choix de la filière scientifique et technique a été envisagé comme une réponse à ce drame, une tentative de contribuer au progrès afin d’éviter la reproduction de semblables tragédies. Il en résulte qu’un ressort commun est sous-jacent à la vocation scientifique et à la vocation littéraire : toutes deux se présentent comme des réponses à des traumatismes biographiques ayant marqué l’histoire personnelle de l’auteur.

5Après la conversion littéraire, cette première orientation n’a pas été complètement effacée. Au contraire, elle a souvent infléchi la production littéraire elle-même. Mieux encore, l’écriture a permis à De Roberto de récupérer cette expérience préalable qui risquait d’être perdue pour toujours. Nous en trouvons une première manifestation dans les essais critiques recueillis dans Arabeschi. Dans l’article « Scienza e arte » (« Science et art »), il prend ses distances par rapport à Zola et puise dans ses connaissances scientifiques pour critiquer la notion de roman expérimental. Il souligne l’impossibilité d’un tel roman au nom d’une rigueur scientifique qui serait possible dans un laboratoire mais non dans le domaine des lettres :

  • 5 Federico De Roberto, « Scienza e arte », dans Arabeschi, Catane, Giannotta, 1883, p. 53-54.

Le problème est qu’on prétend parler de science parce qu’on a lu Darwin, Wurtz et Bernard sans être assez préparés pour les comprendre. […] Le romancier fait des expériences à sa façon. […] Suppositions, imaginations : voilà ce que ce sont ses expériences et ses analyses. Ah, si Monsieur Zola savait ce qu’il faut pour faire une expérience qui semble des plus communes : une bonne pesée ! et combien sont délicats les instruments dont il faut se servir ! et combien de causes d’erreurs concourent à altérer les résultats5 !

De Roberto ne conteste pas ici la notion de roman expérimental au nom de la supériorité de l’art sur la science. Ce n’est pas seulement un homme de lettres qui dénonce l’emprise de la science sur la littérature au nom d’un idéal humaniste classique ou élitiste. C’est le regard d’un écrivain pourvu de compétences scientifiques, qui met en garde ses collègues trop ingénus, qui ne sont pas conscients de la spécificité de la démarche scientifique et ne se rendent pas compte qu’elle n’est pas applicable au domaine de la littérature. Ainsi, la distanciation par rapport au naturalisme passe justement par le regard de l’homme de lettres doué de connaissances scientifiques précises et qui constate la naïveté des prétentions scientifiques de l’art.

  • 6 Federico De Roberto, « Lettere di Federico De Roberto a Ferdinando Di Giorgi », dans Aurelio Navarr (...)

6Par ailleurs, cette formation précoce et jamais complètement reniée explique la volonté de l’auteur de se positionner à la fois dans le champ littéraire et dans le champ scientifique par la rédaction d’ouvrages au statut hybride, dont l’exemple le plus éloquent est le traité L’amore. Fisiologia-psicologia-morale. En écrivant cette œuvre, l’auteur sicilien voulait montrer que les romanciers ne se limitaient pas à raconter des « histoires » divertissantes et gratuites : « D’un conteur d’histoires, tout le monde voulait de petites histoires. Et je n’ai pas voulu en donner une seule, pour leur montrer que les conteurs d’histoires savent parler aussi de choses sérieuses6. » Cet ouvrage volumineux fut l’objet d’une grande implication, intellectuelle et émotive, de la part de l’auteur, qui avoua à Domenico Oliva :

  • 7 Federico De Roberto, « Federico De Roberto a Domenico Oliva », dans Gaetano Mariani, Ottocento roma (...)

Je te répète ce que je te dis pour I Vicerè : j’en suis fier, mais j’en ai peur. La peur est d’autant plus grande que, comme tu le sais, ce n’est pas une œuvre artistique, mais un ouvrage presque scientifique. Il y a néanmoins une chose dont je ne peux pas douter : c’est que, s’il n’a pas été écrit avec beaucoup de science, j’y ai mis beaucoup de conscience et toutes mes pensées, intimes, sincères et douloureuses, sur les problèmes humains7.

  • 8 Cf. Rosario Castelli, « L’amore e Gli Amori di Federico De Roberto », Spunti e ricerche, 19, 2006, (...)
  • 9 Giovanni Ragone, « La letteratura e il consumo : un profilo dei generi e dei modelli nell’editoria (...)
  • 10 Ibidem, p. 721.

Cet investissement n’est pas dû uniquement au sujet amoureux traité, qui tient particulièrement à cœur à De Roberto, puisqu’il implique la question du rapport problématique avec la femme. Il dépend également du sérieux avec lequel l’auteur s’est mis à l’épreuve dans l’exercice d’une écriture « scientifique ». Le souci d’avoir rédigé une œuvre légitime de ce point de vue transparaît dans le désir d’obtenir l’approbation de la part d’hommes de science comme Paolo Mantegazza et Cesare Lombroso, à qui l’écrivain envoya des exemplaires de L’amore. Les deux anthropologues lui répondirent de façon plus ou moins mitigée8. Ce type d’écriture témoigne de la volonté d’exploiter les méthodes scientifiques qu’il doit à sa formation initiale, ainsi que de son désir de légitimer l’écriture littéraire par l’adoption d’un discours socialement prestigieux comme pouvait l’être le discours scientifique. Ainsi, ce type de production est symptomatique de la difficile définition du rôle et du statut de l’écrivain et de sa légitimité précaire dans le domaine intellectuel. De Roberto, plus que tout autre écrivain vériste, en a ressenti l’incertitude. Peut-être est-ce justement cette formation initiale qui l’a rendu plus sensible que Verga ou Capuana à la nécessité, pour l’écrivain, de défendre sa fonction face à d’autres figures d’intellectuels appartenant à un champ plus structuré et reconnu. En effet, depuis l’Unité, selon Giovanni Ragone « la figure du scientifique monte au premier plan, grâce entre autres à son affinité avec le professionnel, l’entrepreneur, le journaliste9 ». À partir des années 1880 c’est la figure du « scientifique de la société » qui s’impose sur l’homme de lettres10.

7De Roberto reviendra plus tard sur la figure du scientifique dans la nouvelle Nora o le spie (Nora ou les espions), du recueil Ironie, qui appartient à la dernière phase de la production de l’auteur. Dans ce récit, il récupère maints éléments de son parcours : un rapport tourmenté avec une mère possessive, la présence d’un modèle militaire qui renvoie à la figure du père, une vocation scientifique et technologique qui se rattache aux débuts de son parcours. Si, dans la production précédente, l’auteur essaie de se légitimer en tant qu’intellectuel en empruntant les compétences, les méthodes et le discours de la science, dans cette nouvelle il le fait en relativisant la portée et la rigueur de la science. Sa vocation lointaine, mêlée à d’autres éléments biographiques, revient ici sous le signe de l’ironie et de la distanciation.

8Dans cette nouvelle, le narrateur nous présente un personnage saugrenu qui lui offre l’occasion de revenir sur plusieurs éléments de son parcours et de faire le deuil de tous ses rêves de jeunesse. Le protagoniste est Annibale Serravalle, un jeune homme aux vocations multiples, contrariées par sa mère. Sa première passion est celle des armes, mais sa mère, veuve, l’empêche de s’enrôler comme professionnel dans l’armée. Il doit se contenter de prêter service pendant trois mois dans la garde territoriale. Faute de pouvoir se consacrer à cette carrière, il s’adonne à sa deuxième passion : les sciences, et obtient un diplôme de l’Institut technique, dans la section physique et mathématiques, le même type de diplôme qu’avait obtenu l’auteur. Serravalle exploite ces connaissances pour en faire ensuite son métier, après la mort de sa mère. Serravalle rencontre, lors de l’un de ses voyages d’affaires, une femme ravissante et mystérieuse, qui, à la fin de la nouvelle, se révélera être une espionne. Ayant su que Serravalle avait été soldat, même dans un corps secondaire, elle espère lui arracher quelques secrets militaires. Dès que Serravalle se rend compte de ces intentions, il quitte sur le champ cette femme qui jusque-là avait été une délicieuse maîtresse. La femme pense avoir manqué une occasion importante, alors que le secret de Serravalle se limite à la connaissance de formules de produits chimiques.

  • 11 La production de De Roberto présente de nombreuses figures de militaires. Comme nous l’avons vu, el (...)

9Dans cette nouvelle, l’auteur passe en revue toute une panoplie de vocations qui auraient pu être possibles dans sa propre vie : le métier militaire, dans le sillage de son père11, une carrière scientifique qu’il avait effectivement entamée. Cependant, il les présente chaque fois avec un ton amusé, comme des éléments secondaires de la personnalité du protagoniste du récit. Serravalle n’a prêté service que trois mois dans la garde territoriale. Puis, la période de recrutement terminée, il s’accroche aux succédanés de la vie militaire :

  • 12 Federico De Roberto, Ironie. Novelle, Milan, Treves, 1920, p. 104.

Il trouvait quelques autres rares consolations en continuant à fréquenter le Cercle militaire, à lire des histoires de guerres anciennes et modernes, à rechercher l’amitié des officiers. Toutes les fois qu’une circulaire ministérielle l’avait invité à prendre part, bien entendu sans plus lui donner un sou, à l’école de tir à la cible ou à quelque cycle de conférences, il n’avait pas laissé échapper l’occasion de revenir à ses occupations privilégiées ; sans compter que chaque année, pour les revues à l’occasion de fêtes nationales ou dynastiques, il n’avait jamais oublié de faire prendre l’air à son uniforme. Ses discours continuaient à être bourrés de se débrouiller, coller au trou, causer des ennuis, être sur pied, passer un savon et autres fleurs semblables du jargon militaire, et à chaque décret modifiant le nombre ou la taille des boutons de la veste ou le dessin ou la largeur des galons du col, il était allé chez le couturier parmi les premiers, afin de tenir son uniforme en ordre parfait12.

  • 13 Ibidem, p. 106.
  • 14 Ibidem, p. 104.
  • 15 Ibidem, p. 105.

De même, le protagoniste s’adonne aux études scientifiques et aux métiers y afférents de façon accessoire, comme s’il s’agissait d’un loisir. Disposant de moyens financiers suffisants, Serravalle avait en effet « étudié par simple plaisir et il travaillait maintenant pour s’amuser13 ». Il parvient à réaliser de bonnes affaires grâce à ses relations avec de grandes industries et d’importantes usines, mais il le fait plus « par curiosité de docteur en chimie que par appât du gain14 ». En outre, les produits qu’il obtient avec ses recettes sont saugrenus. Le narrateur souligne que ce ne sont que des contrefaçons de la nature. Serravalle a inventé des « préparations nouvelles et singulières, des synthèses organiques, des imitations de produits naturels ; parmi lesquelles, par exemple, il y avait une sorte d’ivoire qui n’avait rien à voir avec les défenses des éléphants15 ». À la fin de la nouvelle, lorsque Serravalle arrive à échapper à l’espionne, il est heureux d’avoir protégé des regards indiscrets les secrets de ses formules :

  • 16 Ibidem, p. 136.

Et tandis que la voiture roulait vite vers la gare, il tenait le regard fixé sur sa petite valise. […] Il n’y avait pas dedans de secrets d’État, de plans de mobilisation, de plans de forteresses, de recettes d’explosifs. Il y avait la fiche descriptive de la mieline, un miel auquel les abeilles n’avaient pas contribué du tout, il y avait la composition de l’omeletten, une poudre pour faire instantanément une omelette, sans œufs… N’importe ; Serravalle était bien content que cette femme n’y eût pas touché16.

Le sérieux de l’armée, de la science, de l’industrie et du commerce, est ainsi renvoyé dans le domaine du divertissement et du superflu où pourrait être plus facilement reléguée l’écriture fictionnelle. Vocation littéraire et vocation scientifique s’équivalent. Ainsi, les aspirations d’autrefois sont évoquées par l’auteur sous une version comique qui lui permet de s’en détacher. L’amertume du regret laisse la place à un regard distancié qui met sur le même plan les activités auxquelles l’auteur s’est consacré tour à tour dans sa vie.

10Ces émergences du discours scientifique ou des figures de la technologie et de la science, témoignent du prestige du modèle scientifique, vis-à-vis duquel l’auteur nourrit quelques réserves mais auquel il ne renonce pas complètement. Le rapport ambigu de De Roberto à la science peut être expliqué par le regret d’avoir manqué une vocation plus valorisée et valorisante et par la conscience du périlleux défi que la spécialisation de la culture et du savoir lance à l’homme de lettres à travers l’affirmation, dans la société, d’intellectuels qui sont en même temps des scientifiques. D’une part, l’écrivain sicilien s’applique à exalter le rôle de l’écrivain au sein de la société en relativisant la portée de la science et en soulignant ses insuffisances. D’autre part, le prestige du modèle scientifique le pousse à adopter des démarches et des éléments du discours scientiste afin d’« ennoblir » et de grandir le métier d’artiste par les méthodes du domaine rival. Enfin, ces récupérations au niveau de l’écriture fictionnelle permettent à l’auteur d’intégrer des éléments anciens de sa biographie. Il parvient ainsi à insérer dans un ensemble cohérent et significatif toutes les irrégularités de son parcours : cette démarche transforme ses errances incohérentes en éléments indispensables d’une figure d’intellectuel et d’écrivain à l’identité multiple.

Notes

1 Federico De Roberto, Il colore del tempo, op. cit., p. 63.

2 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1348-1349.

3 Luigi Capuana, Capuana e De Roberto, Sarah Zappulla Muscarà, éd., Caltanissetta, Scascia, 1984, p. 254.

4 Cette épidémie a donné lieu à une enquête journalistique de la part de l’écrivaine napolitaine Matilde Serao, qui réunit ses articles dans Il ventre di Napoli (1884).

5 Federico De Roberto, « Scienza e arte », dans Arabeschi, Catane, Giannotta, 1883, p. 53-54.

6 Federico De Roberto, « Lettere di Federico De Roberto a Ferdinando Di Giorgi », dans Aurelio Navarria, op. cit., p. 315.

7 Federico De Roberto, « Federico De Roberto a Domenico Oliva », dans Gaetano Mariani, Ottocento romantico e verista, op. cit., p. 651-652.

8 Cf. Rosario Castelli, « L’amore e Gli Amori di Federico De Roberto », Spunti e ricerche, 19, 2006, p. 30.

9 Giovanni Ragone, « La letteratura e il consumo : un profilo dei generi e dei modelli nell’editoria italiana (1845-1925) », dans Alberto Asor Rosa, éd., Letteratura italiana, t. II, Produzione e consumo, Turin, Einaudi, 1983, p. 701.

10 Ibidem, p. 721.

11 La production de De Roberto présente de nombreuses figures de militaires. Comme nous l’avons vu, elles reviennent dans les nouvelles de guerre, mais elles sont présentes aussi dans la production psychologique. Cf. la nouvelle La Certezza (La Certitude) dans Gli Amori.

12 Federico De Roberto, Ironie. Novelle, Milan, Treves, 1920, p. 104.

13 Ibidem, p. 106.

14 Ibidem, p. 104.

15 Ibidem, p. 105.

16 Ibidem, p. 136.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search