Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

Histoire personnelle, histoire familiale et histoire nationale

Au nom du père : les blessures de l’Histoire

Texte intégral

  • 1 La correspondance entre l’auteur et sa mère est une mine d’informations. Cf. Federico De Roberto, L (...)
  • 2 Cf. Rosario Castelli, « Anatomie del cuore : De Roberto e il “tormento simpatico” », préface à Fede (...)

1Si nous disposons de maints éléments qui nous permettent de reconstruire les relations entre De Roberto et sa mère1, la figure paternelle semble bien plus discrète et évanescente. Cependant, comme le remarque Rosario Castelli, elle a été sans doute une sorte de revenant avec qui l’auteur a dû régler des comptes toute sa vie durant2. Il importe donc de montrer dans quelle mesure le rapport à la figure du père a pu être la source d’un profond conflit de valeurs que l’auteur sicilien a essayé de résoudre par la pratique littéraire en empruntant différents chemins. D’une part, De Roberto s’est attaché à rationaliser les souffrances résultant de ce conflit à travers la création de motifs récurrents susceptibles de devenir des clefs d’interprétation universelles de l’Histoire et de la société, comme dans I Vicerè. D’autre part, il a tenté d’effectuer, sur le plan fictionnel, une réconciliation avec la figure du père, qui lui a permis de corriger les imperfections et les traumatismes de son expérience biographique. Cette démarche a été poursuivie dans L’Imperio et dans les nouvelles de guerre. Avant d’aborder l’analyse de ces textes, il conviendra de remonter aux origines du rapport ambivalent à la figure du père.

2De Roberto père avait été officier dans l’armée bourbonienne, c’est-à-dire un serviteur fidèle des Bourbons, les souverains qui incarnaient l’obscurantisme le plus arriéré aux yeux des libéraux italiens et européens de la première moitié du xixe siècle. Ils représentaient la « part maudite » dont le pays devait se débarrasser et dont l’histoire nationale allait décréter la défaite. Après l’écroulement des Bourbons et de nombreuses hésitations, De Roberto père s’enrôla dans l’armée garibaldienne pendant la dictature de Garibaldi en Sicile. Après l’unification, il passa à l’armée du royaume d’Italie. Cette étape fut accompagnée, dans un premier temps, d’un recul dans sa carrière, puisque l’officier fut intégré dans l’armée nationale avec un grade inférieur à celui qu’il avait lorsqu’il prêtait service sous les Bourbons. Aussi, avec le passage à l’armée italienne, commença une période de gênes matérielles et psychologiques. De Roberto fils fut contraint d’errer, avec sa famille, dans l’Italie du Sud en fonction des affectations paternelles.

  • 3 Antonio Di Grado a été le premier à remarquer ces correspondances. Cf. Antonio Di Grado, La vita, l (...)

3 À l’injustice subie par son père et aux gênes supportées par toute la famille s’ajouta un autre événement, destiné à cristalliser définitivement le ressentiment vis-à-vis de l’histoire nationale et à la teindre des couleurs sombres du deuil. En 1873, De Roberto père se rendit en train dans l’Italie du Nord pour des raisons professionnelles. Descendu à la gare de Plaisance, il fut écrasé par un autre train qui arrivait et mourut, loin de sa famille, après une longue agonie. Les traces de ces événements sont décelables dans certaines œuvres « psychologiques ». Les images de départs et de déménagements désordonnés de la nouvelle Il Paradiso perduto (Le Paradis perdu), la mort d’un homme adultère renversé par un train qui apparaît dans cette même nouvelle et dans Spasimo renvoient à ce traumatisme3.

4De Roberto fils, pour sa part, avait grandi bercé par les valeurs du Risorgimento, exaltées par la culture nationale postunitaire. L’auteur témoigna de sa volonté d’engagement à travers son implication politique et son activité journalistique juvénile. Au début des années 1880, il se rangea parmi les modérés catanais et, dans certains articles publiés dans Il Fanfulla, il célébra les souverains italiens et Garibaldi. Ainsi, la culture juvénile et scolaire de De Roberto fils devait vraisemblablement le porter à rejeter le passé bourbonien et les valeurs (ou contre-valeurs) que cet ancien système incarnait. La découverte du passé bourbonien du père dut donc être vécue, dans un premier temps, avec un sentiment de honte et d’amertume. Cependant, cette adhésion spontanée à la culture nationale et à ses valeurs devait être rapidement remise en cause par la trajectoire du père. De Roberto fils se rendit compte que les idéaux de justice et de liberté magnifiés par un discours officiel lénifiant étaient démentis par les injustices réelles que son père avait subies de la part des représentants et des puissants du nouvel État. Cette contradiction ne pouvait pas être résolue facilement. D’une part, De Roberto ne pouvait pas regretter un passé et une société désormais obsolètes au nom de la fidélité au père. Il devait sans doute percevoir cette prise de distance comme une forme de trahison, susceptible de générer un sourd sentiment de culpabilité. D’autre part, il ne pouvait pas non plus adhérer à l’ordre des choses présent qui s’était révélé mensonger et décevant et qui ne méritait pas une approbation inconditionnelle en raison des iniquités dont son père avait été victime.

5Cette première expérience d’ambivalence structure la pensée derobertienne et fonde sa vision spécifique du monde et des relations humaines, sa prédilection pour les figures de l’indécidabilité et de l’équivalence. La conviction, exprimée avec force dans I Vicerè, que l’Histoire se répète, qu’aucune époque n’est meilleure que la précédente, que l’avenir sera aussi injuste que le présent n’est qu’une des manifestations de ces figures. Par ailleurs, l’expérience de l’injustice et la mesquinerie des hommes derrière la splendeur apparente des idéaux affichés amène l’auteur à envisager le monde sous le signe d’un contraste entre être et paraître : aussi s’acharne-t-il à traquer les mobiles cachés des comportements. Il les repère dans l’égoïsme, principe sous-jacent à toute action humaine qui devient, dans sa vision du monde, le pivot d’une anthropologie fondamentale de l’intérêt individuel. L’écriture permet à l’auteur sicilien de rationaliser cette expérience troublante et de se réconcilier avec la figure du père à travers une interprétation de l’histoire italienne récente qui finit par s’appliquer à une vision de l’homme et de l’Histoire plus générale. Ainsi, I Vicerè et L’Imperio sont-ils à la fois une lecture personnelle du Risorgimento et de l’Italie libérale et une lecture de l’Histoire universelle. De Roberto énonce une philosophie de l’Histoire à partir de l’expérience décevante qu’il a faite du processus risorgimentale à travers la figure du père.

6Bien sûr, De Roberto n’a pas été le seul à blâmer les résultats du Risorgimento : une grande partie de la littérature sicilienne postunitaire s’est montrée critique vis-à-vis du processus d’unification nationale. Cependant, il est possible de saisir des différences significatives entre les auteurs. Une comparaison avec Giovanni Verga nous permettra de mettre en lumière la spécificité derobertienne et de montrer en quoi leurs visions dépendent de la manière dont leur propre trajectoire personnelle a été infléchie par l’histoire nationale.

7Chez Verga, le Risorgimento n’a pas toujours été l’objet de critiques. Les romans historiques juvéniles, I Carbonari della montagna (Les Carbonari de la montagne) et Sulle lagune (Sur les lagunes), le présentent en effet comme un motif d’espoir. Ce n’est que plus tard que Verga reviendra sur le caractère fallacieux de ses promesses, dans la nouvelle Libertà (Liberté), les romans I Malavoglia (Les Malavoglia) et Mastro-don Gesualdo. Dans I Malavoglia, par exemple, le Risorgimento apparaît comme une évolution négative, puisque les nouveautés introduites par le nouvel État national rompent l’équilibre de la communauté traditionnelle. Il désagrège la famille, qui, chez Verga, était le dernier rempart capable de protéger l’individu contre la société. Le service militaire, qui n’existait pas avant l’unification, arrache les jeunes gens à leur famille. Il leur fait connaître de nouveaux horizons et suscite un désir d’émancipation, de changement de condition sociale, de délivrance des contraintes de la communauté. Pire encore, la dernière guerre d’unification italienne les fait mourir sur les champs de bataille. Ces événements détruisent temporairement l’unité de la famille Malavoglia, qui se voit privée de deux fils, ‘Ntoni et Luca. Ce qui reste de la famille pourra à nouveau se souder grâce au retour aux valeurs de la solidarité familiale, de la résignation et du sacrifice incarnées par Alessi, le plus jeune des fils.

8Ainsi, pour Verga, la nouvelle nation est une entité lointaine et menaçante, dangereuse parce qu’elle éveille un désir d’émancipation qui conduit l’individu à sa perte. Cependant, contrairement à De Roberto qui n’a aucun modèle positif à proposer, Verga condamne le Risorgimento au nom d’un autre système de valeurs jugé meilleur. Il oppose à l’État national, fuyant et inconnu, un monde préférable, holistique, communautaire, fondé sur les liens de la famille.

9Cette divergence doit être attribuée à la différence générationnelle et au contexte familial différent dans lequel ont évolué les deux écrivains. Verga, d’une génération antérieure à celle de De Roberto, vécut les mythes du Risorgimento au moment où ils n’avaient pas encore été démentis. Il assista en personne, enfant, aux luttes libérales des années 1840. Bien plus encore, il avait partagé ces valeurs avec sa famille et son entourage. Il s’était formé, adolescent, à l’école d’Antonino Abate. Ce dernier, qui était un parent lointain de Verga, avait des convictions républicaines et unitaires qu’il n’hésitait pas à manifester face à ses élèves. En outre, le grand-père paternel de Verga avait été carbonaro en 1812. De Roberto, en revanche, connut le mythe du Risorgimento au moment où l’histoire nationale et familiale en révélait l’échec et la fausseté. En outre, contrairement à Verga, qui était de famille libérale, De Roberto avait dû composer avec le passé bourbonien de sa famille. Ainsi, l’image de l’Histoire que De Roberto pouvait en tirer était celle d’une Histoire acculée à une impasse, régie par un principe d’inéluctable immobilité, où les progrès et les changements ne sont qu’apparences cruelles et mystificatrices.

I Vicerè et L’Imperio : l’inertie de l’Histoire et la fureur des hommes

  • 4 Cf. Vittorio Spinazzola, Il romanzo antistorico, op. cit.

10Ce rapport spécifique à la figure du père a lourdement pesé sur la représentation fatalement négative de l’Histoire de I Vicerè et L’Imperio. Plus précisément, l’auteur sicilien s’est penché sur la période du Risorgimento et de la formation de la nation italienne dans I Vicerè et sur la période transformiste de la gauche dans L’Imperio. Dans les deux cas, il a fourni une interprétation extrêmement critique de l’histoire italienne. Il a notamment contribué à représenter l’histoire de l’unification nationale comme une forme de répétition de figures immuables et il en a fait une clef d’interprétation de l’Histoire en général. Cette dernière, loin de suivre un développement téléologique et progressiste, est poussée en avant par l’action désordonnée des égoïsmes individuels. Cette interprétation a connu une large fortune dans la littérature sicilienne et italienne postérieure. I Vicerè, notamment, constituerait, selon Vittorio Spinazzola, l’archétype du roman anti-historique auquel se réfèrent I Vecchi e i Giovani (Les Vieux et les Jeunes) de Pirandello et Il Gattopardo (Le Guépard) de Tomasi de Lampedusa4.

  • 5 Federico De Roberto, I Vicerè, op. cit., p. 697.

11Dans I Vicerè, la continuité du pouvoir des aristocrates Uzeda, malgré l’avènement du régime constitutionnel, confirme la permanence des mêmes rapports de domination traditionnels et injustes. Le commentaire du prince Giacomo Uzeda, le chef de la famille, à propos de l’élection au Parlement de son oncle, le duc d’Oragua, paraît extrêmement significatif. Giacomo explique à son fils Consalvo, encore enfant : « Et regarde comme ton oncle fait honneur à la famille : quand il y avait les vice-rois, les nôtres étaient vice-rois ; maintenant que nous avons le Parlement, ton oncle est député5 ! »

  • 6 Ibidem, p. 1100.

12Cette conception cyclique de l’Histoire est explicitement théorisée par Consalvo à la fin du roman, lors d’une conversation privée avec donna Ferdinanda qui s’apparente à une confession véritable. Lors de ce discours confidentiel, Consalvo affirme que « l’Histoire n’est qu’une répétition monotone6 » et que le pouvoir despotique et arbitraire des Uzeda, bien que sous des formes différentes, est toujours intact.

  • 7 Ibidem, p. 532.

13Bien plus encore, l’unification nationale a permis le maintien au pouvoir des représentants les moins vertueux de l’ancien système. En effet, à plusieurs reprises, le narrateur définit comme « dégénérée » la lignée des Uzeda. Ils sont mus par des instincts ataviques blâmables et par leur intérêt individuel. Le narrateur les décrit comme des êtres « durs et violents7 ».

  • 8 Ibidem, p. 1078. Dans le texte italien, le mot anglais « meeting » est italianisé par le maître de (...)
  • 9 Idem.

14Cette coprésence de progrès apparents et de réelles régressions, de modernité et de décadence, marque constamment les pages des Vicerè. Le symbole le plus parlant de ces fausses renaissances est le monastère des Bénédictins, lors du discours électoral de Consalvo. Autrefois collège de la noblesse sicilienne, il a été transformé en Institut technique, destiné à la formation d’un public plus populaire. Ce même lieu, autrefois symbole de la reproduction d’une domination sociale de type féodal, devient une arène pour la campagne électorale de Consalvo. Cependant, ce dernier ne croit pas aux valeurs du discours libéral qu’il va prononcer. Le caractère illusoire des transformations transparaît dans la description de Baldassare, l’ancien maître de maison, qui aide Consalvo à organiser le meeting politique. A présent, Baldassarre, dans son esprit, n’est plus un serviteur des Uzeda, mais « un libre citoyen participant à un meetingo démocratique8 ». Cependant, le narrateur, en se détachant du point de vue du personnage, remarque qu’il « allait et venait, transpirant, soufflant, comme vingt-huit ans plus tôt, lorsqu’il surveillait le cérémonial aristocratique des funérailles de la vieille princesse9 ». L’Histoire ne peut s’élever que pour retomber plus bas encore. La correspondance instaurée par l’auteur entre la naissance de l’État italien et la naissance du fils monstrueux de Chiara Uzeda, à la fin du premier chapitre, en est une autre illustration.

15La contradiction principale de la révolution libérale consiste dans le fait que l’exercice de la liberté, l’une des valeurs qui ont été au cœur du discours risorgimentale, n’a pas débouché sur une société plus juste. Au contraire, cette valeur a déclenché les pires instincts de la nature humaine. I Vicerè nous fournissent des exemples significatifs de cette dérive à travers la trajectoire de plusieurs personnages.

16Le duc d’Oragua, don Blasco, donna Ferdinanda perçoivent comme intolérable leur situation de cadets à cause de « l’air des temps nouveaux », né de l’abolition du droit d’aînesse en Sicile en 1812, l’un des premiers signes de la remise en cause des institutions féodales. Poussés par cette insatisfaction, ils se lancent sans scrupule dans des entreprises destinées à les enrichir ou à assouvir leur désir d’affirmation de soi. Certains le font au détriment de la collectivité, comme le duc d’Oragua, qui exploite les informations circulant dans les milieux politiques pour ses spéculations, ou don Blasco, qui profite de la suppression des couvents décrétée par l’État libéral au nom de la laïcité pour acheter les terres de l’ordre bénédictin et se constituer un patrimoine. D’autres personnages le font au détriment d’autres individus : c’est le cas de donna Ferdinanda, qui ruine des familles entières par l’usure. De la même façon, la libido dominandi de Consalvo Uzeda est exacerbée par l’idée que les nouveaux dispositifs du régime parlementaire permettent aux individus de s’imposer non seulement au niveau local, mais plus encore à l’échelle nationale. Dans tous ces cas, les conquêtes politiques du libéralisme sont instrumentalisées et subordonnées aux passions individuelles. Ce nouveau système, en principe plus juste et démocratique, se transforme en une nouvelle forme d’abus. L’affranchissement par rapport aux chaînes d’antan, la conquête d’une plus grande autonomie des individus se revèlent incompatibles avec la justice et le bonheur.

17Le cours de l’Histoire apparaît ainsi comme le produit des actions individuelles, subordonnées à la poursuite de l’intérêt personnel. Le duc d’Oragua, qui est l’un des protagonistes de ce Risorgimento ignoble, est présenté sous une lumière abjecte. Pendant les troubles de 1848, il balance entre libéraux et réactionnaires selon les rapports de forces du moment et selon ses convenances personnelles :

  • 10 Federico De Roberto, I Vicerè, op. cit., p. 520-521.

Le duc avait prêté l’oreille aux flatteries des révolutionnaires […]. Quand éclata la révolution, la peur l’emporta ; il déclara à ses nouveaux amis que le soulèvement était mal préparé, inopportun, voué à un échec inévitable ; tandis que les gens prenaient les armes et se battaient, il s’enfuit à la campagne, et fit savoir aux chefs du parti royal qu’il attendait la fin de cette « mascarade ». Cependant, la « mascarade » semblait vouloir durer ; les soldats napolitains quittèrent la Sicile et, bien qu’on annonçât chaque jour leur retour, on n’eut plus aucune nouvelle d’eux et le Gouvernement provisoire fut mis en place. Vu qu’il ne risquait pas sa peau, le duc retourna en ville, prêta l’oreille aux flatteries du parti triomphant qui, pour l’avoir dans son camp, lui promettait tout ce qu’il voulait […]. Imprévoyant et de surcroît présomptueux […] il estima qu’il pouvait se jeter dans les bras des libéraux. Il était déjà sur le point de brûler ses vaisseaux et il savourait déjà les fruits de la faveur populaire lorsqu’un beau jour le prince de Satriano débarqua à Messine avec douze mille hommes pour remettre les choses à leur place. Le duc estima qu’il était perdu et la nouvelle frousse, encore plus forte, lui fit commettre une énormité […] : tandis que la ville s’apprêtait à résister, il signa avec d’autres bourboniens fidèles et des traîtres libéraux une charte dans laquelle était invoquée la restauration immédiate du pouvoir légitime10.

Les distinctions idéologiques s’estompent face à la suprématie de l’intérêt personnel. En revanche, les luttes en faveur de principes supérieurs et collectifs se transforment en vains agissements destinés à l’échec, à l’instrumentalisation ou à la perversion. Ainsi, l’avocat libéral Benedetto Giulente, qui a accompagné Garibaldi dans ses expéditions, finit par participer au maintien du statu quo et devient un allié objectif des anciens dominateurs. Les principes libéraux et démocratiques dont Consalvo truffe ses discours publics ne servent qu’à imposer un vieux pouvoir sous l’apparence de la modernité. Giovannino Uzeda-Radalì, le seul personnage à avoir nourri depuis l’enfance une conviction libérale généreuse et spontanée, restera à l’écart, puis sortira de la scène par un suicide.

18Dans L’Imperio, les thématiques de la répétition de l’Histoire et de la primauté de l’intérêt individuel reviennent. Dans ce roman, le jugement négatif sur l’histoire italienne s’assombrit encore. Comme l’écriture de L’Imperio est en partie postérieure à la publication de I Vicerè, l’auteur peut inclure dans son bilan des événements de l’histoire italienne de la fin du xixe siècle, comme la politique coloniale du gouvernement Crispi. L’échec de cette nouvelle initiative, tentée pour des raisons de prestige, n’a fait que démentir encore plus brutalement l’illusion d’une grande nation entretenue par les livres scolaires et la culture postunitaire :

  • 11 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1344.

Fouillant au milieu de ses vieux livres et de ses vieux papiers, lorqu’il retrouva les volumes et les cahiers dans lesquels il avait étudié l’histoire de son pays et qu’il se rappela les frissons d’enthousiasme qui lui étaient passés par le corps à l’idée de la patrie grande et glorieuse, le fiel de la raillerie lui montait aux lèvres. Une horde de barbares et une poignée de mulâtres en avait eu raison11 !

Non seulement la nouvelle Italie n’a pas su s’affirmer parmi les autres nations, mais encore sa libération des dominations étrangères n’a pas apporté le bonheur promis à ses citoyens. Ainsi, Ranaldi considère comme fallacieux les espoirs des derniers Italiens restés sous le joug de l’Autriche, qui espèrent améliorer leur situation par un rattachement à l’Italie :

  • 12 Ibidem, p. 1370-1371.

Certes, il y a encore des Triestins qui rêvent de rejoindre notre patrie commune comme si c’était le plus grand bonheur possible. Les Milanais et les Vénitiens rêvaient de la même chose, il y a cinquante ans. Le bonheur qu’ils ont obtenu, et nous avec eux, on ne le voit pas et on ne le ressent pas, mais seulement parce qu’on ne peut pas l’exprimer, tant il est grand et profond12 !

Ainsi, le narrateur, par le biais de Ranaldi, démythifie l’Irredentismo, l’un des derniers combats libéraux et patriotiques qui agitent le pays à la fin du xixe siècle, et confirme l’idée que l’histoire italienne n’est que l’épisode d’un processus envisagé comme une suite d’illusoires renaissances et de chutes inéluctables. Dans L’Imperio, cette loi ne s’applique pas uniquement à l’histoire italienne, mais elle acquiert une portée universelle et éternelle :

  • 13 Ibidem, p. 1346.

L’Italie, comme tous les autres pays du monde, et le monde entier, avaient été sauvés et perdus, et sauvés et perdus à nouveau, en vertu d’une fatalité inévitable, selon des lois inconnues. Le salut apparent n’était pas réellement un état prospère et heureux, de même que ce qu’on considérait comme ruine ne l’était pas vraiment13.

Dans L’Imperio, nous retrouvons également les thèmes de l’iniquité et de l’injustice, qui se fondent sur cette anthropologie fondamentale de l’intérêt individuel, dont fut notamement une victime démunie le père de Federico Ranaldi :

  • 14 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1187.

Comme tous les fonctionnaires qui provenaient des anciennes administrations et qui n’avaient pas eu l’habileté de se débrouiller et de se procurer des amis et des protecteurs, les premiers temps il se sentit entouré d’une méfiance sourde et d’une hostilité secrète et il vit qu’on profitait de son inexpérience des nouvelles lois pour lui infliger reproches et mutations. Poussé par son amour-propre naturel à faire de son mieux, il réussit à vaincre le discrédit ; et, d’un naturel honnête jusqu’au scrupule, il voulut démentir aussi, par son intransigence contre les affairistes, l’accusation de corruption trop souvent lancée contre le gouvernement dont il provenait ; mais alors, d’autres peines, plus grandes encore, le frappèrent, puisque les nouvelles canailles ne se montraient pas inférieures aux anciennes. Bien plus encore, grâce aux manigances parlementaires, elles arrivaient à accabler encore mieux les hommes honnêtes et à se venger de ceux qui ne se pliaient pas à les favoriser14.

  • 15 Ibidem, p. 1263.

De manière plus générale, la vie politique paraît marquée par le transformisme. Ce dernier, dans L’Imperio, n’est qu’une des formes du comportement humain, fondé, selon l’auteur sicilien, sur le principe de l’égoïsme et de la convenance personnelle. De Roberto l’interprète comme la tendance à changer d’alliance et de profession de foi suivant son intérêt et son avantage. À Catane, Consalvo choisit de se ranger à gauche, puisqu’il constate que c’est là le parti montant. Une fois arrivé à Rome, en revanche, il se rallie à la droite, pour enfin envisager une nouvelle conversion au socialisme lorsqu’il se rend compte que le parti modéré ne lui offre pas les opportunités de carrière qu’il convoite. Ces volte-face incessantes ne le perturbent pas, puisqu’il constate que « l’intérêt était le ressort principal partout, à droite et à gauche, en haut et en bas ; et tous le savaient parfaitement, malgré les proclamations tonitruantes d’un noble désintéressement et d’idéaux sublimes15 ». Le transformisme, pratique politique aux caractéristiques spécifiques, devient ainsi l’une des manières dans laquelle se décline le cynisme et l’opportunisme individuels.

19À cause de cette structure universelle de la nature humaine, les idéaux se ternissent, se corrompent et se dégradent ; les plus faibles succombent face aux plus forts et aux hommes sans scrupules. Ainsi, les motifs de l’Histoire inique et immobile, de l’inévitable corruption des valeurs les plus pures face à la réalité, du contraste entre les apparences nobles et grandioses et une essence dépravée et mesquine, ainsi que l’anthropologie fondamentale de l’intérêt individuel qui fondent la vision du monde de De Roberto, représentent des tentatives de rationalisation des déceptions provoquées par l’histoire italienne récente, vécue par l’intermédiaire des mésaventures du père. Il n’empêche que cette expérience individuelle des déboires de l’Histoire a porté à l’élaboration d’un discours anti-historique qui connaîtra une large fortune dans la littérature italienne ultérieure.

L’Imperio ou la réconciliation avec le père

20L’Imperio, d’une part, reprend les mythes littéraires qui permettent d’universaliser une conception négative de l’Histoire et de la société qui doit beaucoup au rapport au père. D’autre part, il représente aussi une tentative de résoudre le conflit avec le père et d’apaiser le sentiment de culpabilité qui en découle par la mise en scène d’une réconciliation idéale à travers l’écriture littéraire.

21Dans ce roman, nous retrouvons tout d’abord la projection autobiographique de De Roberto dans le personnage de Federico Ranaldi, à qui l’auteur attribue de nombreux éléments autobiographiques. Ils ont le même prénom, presque la même origine géographique (Naples pour De Roberto, Salerne, petite ville près de Naples, pour Ranaldi), un rapport conflictuel avec les parents (à cause du caractère possessif de la mère et du conflit idéologique avec le père). Ranaldi, comme l’avait fait De Roberto adolescent, rêve de s’enrôler dans la marine. En deuxième lieu, nous retrouvons aussi la projection fictionnelle de la figure paternelle de l’auteur, dans le personnage du père de Ranaldi, Gaspare Ranaldi. Tous les deux ont prêté service sous les Bourbons, à la différence près que le père de l’auteur était un militaire, alors que le père de Ranaldi est un fonctionnaire de l’administration.

  • 16 Ibidem, p. 1185.
  • 17 Idem.

22L’Imperio, à travers la biographie de Ranaldi, met en scène le rapport avec son propre père : la naissance d’un conflit idéologique, puis d’un sentiment ambivalent et enfin une tentative de donner solution à cette ambivalence. Le conflit naît de l’opposition entre la culture libérale et patriotique du fils et une fidélité silencieuse à l’égard de l’Ancien Régime du père. Pendant son enfance et sa jeunesse, grâce à l’école, Ranaldi « […] avait commencé à frémir d’amour pour la patrie ; puis, grâce à l’étude plus précise de l’histoire et de la littérature nationale, sa ferveur grandit à l’idée que l’Italie unie, libre, rêve ancien, aspiration séculaire, désir ardent et éternel des poètes, des hommes politiques, des patriotes, existait enfin16 ». En outre, l’auteur s’applique à présenter Federico Ranaldi comme un être nouveau, digne citoyen du nouvel État, puisqu’il n’a pas connu la domination bourbonienne, contrairement à ses camarades, plus âgés que lui. Ranaldi se vantait d’être né « sur un sol libre, le douze novembre 1860, le jour même où Victor-Emmanuel II entrait à Naples17 !… ». De Roberto, qui, par ailleurs, attribue au personnage bon nombre de traits correspondant précisément à ses propres données autobiographiques, réalise ici une déformation significative, puisque l’auteur est né le 16 janvier 1861. Grâce à cet état civil fictionnel, l’écrivain effectue une reconstruction littéraire de sa propre biographie afin d’instaurer un lien symbolique très fort entre son alter ego fictionnel et la libération du Sud de l’Italie. Ce faisant, il corrige un “défaut” de sa propre biographie, puisque le 16 janvier correspond à l’anniversaire du roi François II de Bourbon. Par l’affabulation littéraire, il veut donc effacer tout lien, même symbolique, qui l’enchaîne à un passé infâme et infamant. Par là même, modifiant les données biographiques réelles, De Roberto campe une opposition encore plus dramatique entre le père et le fils à l’intérieur du roman. Il accentue ainsi le clivage existant entre la culture du fils et celle du père :

  • 18 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1188.

Lorsque ses camarades lui reprochèrent pour la première fois ses origines bourboniennes, Federico réagit avec une violence inhabituelle : d’un naturel doux, il donna et reçut des claques et des coups pour affirmer le libéralisme de son père ; mais, en apprenant que son père avait vraiment été le serviteur des tyrans, il en éprouva de la douleur et de la honte18.

La douleur de la découverte est renforcée par la constatation que son père n’a jamais vraiment désavoué son allégeance à l’Ancien Régime. Cette attitude suscite dans un premier temps la réprobation de la part du jeune Federico :

  • 19 Ibidem, p. 1189.

Dès l’époque de ses premiers jeux enfantins, lorsque les écoliers faisaient l’école buissonnière pour jouer à la guerre dans quelque jardin, au milieu des décombres d’une maison abandonnée ou le long de la plage, Federico avait appris à lancer le cri de « Savoie ! » comme celui qui incitait les combattants au moment du danger et les faisaient se précipiter de façon irrésistible sur les ennemis en déroute. Comment était-il possible que son père, serviteur de la monarchie vaillante, parlât encore avec respect des lâches tyrans ? On avait expliqué au jeune garçon la perfection de l’ordre constitutionnel : le Roi et le peuple qui participent au gouvernement, le premier avec les ministres, le deuxième avec les députés ; le Sénat, nommé par le Roi, modérateur de la Chambre élective ; le pouvoir judiciaire libre et indépendant entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif : que pouvait objecter son père face à cette perfection19 ?

Mais cette désapprobation juvénile devient vite source d’un sentiment de culpabilité, qui affleure dans le dernier chapitre de L’Imperio, lorsque Ranaldi, écœuré de la vie corrompue de la capitale romaine, décide de revenir à Salerne, sa ville natale :

  • 20 Ibidem, p. 1341-1342.

Rome, le journal, la politique, la révolution, l’amour, la douleur, tout était flou, presque oublié dans l’évocation de cette première partie de sa vie vécue entre ces murs, dans la résurrection de souvenirs, d’impressions, d’affects qui avaient été cachés tellement longtemps et profondément qu’il avait pu croire qu’ils étaient morts et perdus. Le sentiment dont il se sentait envahir devant son père et sa mère était d’autant plus agréable et en même temps plus triste, tendre et amer, à cause du remords de les avoir longtemps oubliés et de la peur de leur mort prochaine. Voyant qu’il était l’objet des soins les plus intelligents, du zèle le plus discret, de l’affection presque respectueuse de ces personnes âgées, il sentait que son cœur était opprimé et serré par un remords intolérable […]. Ils avaient placé tous leurs affects, tous leurs espoirs en lui ; et il avait poursuivi d’autres espoirs et d’autres affects ; et voilà : ils se retrouvaient ensemble, à présent, tous déçus : lui, par l’existence, eux, par lui20 !

Ce sentiment de culpabilité, attribué au rêve de réussite qui a déçu ses parents et s’est soldé par un échec, est la transposition littéraire du sentiment de culpabilité qui avait animé De Roberto vis-à-vis de son père en raison de sa trahison idéologique. Le nouveau régime et la nouvelle Italie, qu’il avait appris à considérer comme parfaits, n’avaient pas su respecter les valeurs qu’ils prétendaient incarner. Son père en avait été la victime innocente. Dans le roman, cette humiliation est mise en scène avec précision. Ranaldi père est dégradé dans le passage de l’Italie préunitaire à l’État unifié et doit subir de nombreux désagréments en raison des déplacements imposés par ses affectations. Ce manque de reconnaissance est d’autant plus injuste que les moins honnêtes de l’ancien et du nouveau régime ont été récompensés par l’État libéral.

23Après avoir décrit la naissance du conflit avec la figure du père et le sentiment de culpabilité qui en découle, le narrateur s’attache à mettre en scène un rapprochement progressif entre le père et le fils, savamment construit dans le dernier chapitre. Ainsi, la fiction littéraire corrige progressivement les erreurs et les errements douloureux de la biographie.

24La première étape est franchie lors d’une discussion autour de la nouvelle d’un attentat anarchiste contre les autorités viennoises. À cette occasion, Ranaldi et sa famille sont réunis à table avec le Président Ursino, vieil ami de Gaspare Ranaldi, et sa fille, la jeune Anna. Federico Ranaldi affirme que les attentats reposent sur l’illusion naïve qu’il est possible de construire un monde meilleur, alors que le mal ne peut pas être extirpé puisqu’il ne tire pas sa racine de la nature des régimes politiques mais de la nature même de l’homme. Le narrateur remarque que Federico est démenti par tout le monde, à l’exception du son père. Significativement, les deux hommes partagent la même conviction du caractère constitutivement mauvais de la nature humaine. Cette convergence culmine à la fin du roman, lorsque Ranaldi, désormais quadragénaire, décide d’épouser Anna, jeune fille de dix-huit ans, belle et pleine de vie. Il rentre ainsi dans la filiation et dans la communauté familiale, comme ses parents l’avaient souhaité depuis le début.

25Mais l’auteur ne se limite pas à imaginer, sur le plan fictionnel, une réconciliation avec son propre père par l’intermédiaire des personnages de Ranaldi père et fils. L’auteur va jusqu’à effectuer une identification entre son père, De Roberto père, et lui-même, par l’intermédiaire du personnage de Ranaldi. En effet, Ranaldi, le plus autobiographique des personnages derobertiens, présente en même temps des caractéristiques qui le rattachent au parcours de De Roberto père. Ranaldi épouse la fille d’un ami paternel qu’il connaît par son père, tout comme De Roberto père avait épousé Marianna degli Asmundo grâce à l’intermédiaire du père de la jeune femme, qui était un militaire comme lui. Ainsi, Ranaldi et le père de De Roberto réalisent leur mariage sous la houlette d’une figure paternelle. En outre, les époux De Roberto, ainsi que Ranaldi et Anna, sont séparés par une grande différence d’âge : quinze ans pour les premiers, vingt-deux pour les autres. Ainsi, si Ranaldi est l’alter ego de De Roberto, et si Ranaldi s’identifie au père de De Roberto, alors De Roberto finit par s’identifier à son père et rachète sa trahison.

26Un autre élément d’identification réside dans le sentiment du manque de reconnaissance sociale, dont font l’expérience le père et le fils. Ranaldi, lorsqu’il réfléchit à la vanité de son activité d’intellectuel, le remarque amèrement :

  • 21 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1347.

Et que valait tout ce qu’il avait dit et écrit, pendant tant d’années ? Que valait tout ce qu’avaient dit et écrit les autres comme lui, même les plus talentueux, les plus grands ? Les mots humains s’en allaient avec le vent, les écrits mêmes s’effaçaient et se dispersaient ; […] un jour, le long d’un sentier à la campagne, il vit une limace avancer lentement, sillonnant de bave son chemin. Tous ses écrits diffusés dans d’innombrables journaux lui parurent alors comme une bave qu’il aurait laissée derrière lui21.

  • 22 Nombreuses sont les expressions qui renvoient au sentiment d’échec de l’auteur au début du xxe sièc (...)

L’Italie postunitaire a déçu les attentes littéraires du fils, tout comme elle a nui à la carrière administrative du père22. Il est significatif que la réconciliation avec la figure paternelle se soit produite dans le roman où la condamnation de l’Histoire est la plus explicite, virulente et sans appel. En effet, dans L’Imperio, le narrateur ne se limite pas à dénoncer l’injustice et l’immobilité de l’Histoire, comme il l’avait fait dans I Vicerè, mais il va jusqu’à en affirmer le manque absolu de sens. En effet, le seul but de la vie est la mort :

  • 23 Ibidem, p. 1353-1354.

Jamais, au grand jamais, quoi qu’on tente, quel que soit le changement accompli, quelle que soit la révolution qui triomphe, les maux sociaux ne disparaîtront, tout comme ne disparaîtront pas les maux moraux ni les maux physiques, manifestations spécifiques du mal infini et éternel. La révélation de ce mal dans la conscience entraîne un seul bien véritable, où se trouve le seul véritable remède offert aux hommes : la possibilité de supprimer la conscience, de détruire la plus grande forme de l’activité malade universelle, de réduire l’être vivant à l’état de matière insensible. […] Si la mort est le but nécessaire de la vie, toute la sagesse consiste à accélérer sa poursuite23.

Ainsi, d’une part, l’adhésion aux valeurs de la nouvelle Italie a-t-elle interdit à l’écrivain de regretter le système précédent. D’autre part, le spectacle des souffrances paternelles et de ce qu’il considérait comme son échec d’écrivain l’a mis dans la condition de ne pas pouvoir approuver le nouvel ordre des choses. Cette aporie est renforcée par un sentiment de culpabilité vis-à-vis du père qui sera dépassé uniquement à travers l’affabulation romanesque dans L’Imperio.

  • 24 Federico De Roberto, Federico De Roberto a Luigi Albertini, Sarah Zappulla Muscarà, éd., Rome, Bulz (...)

27De Roberto était lui-même conscient de la fonction thérapeutique de l’écriture de ce roman, qu’il avait du mal à écrire et qu’il ne terminerait pas. En effet, alors qu’il se trouvait à Rome en 1908, dans l’espoir d’avancer dans ce projet, il écrivit à Luigi Albertini à propos de L’Imperio : « Je ne sais pas si et quand je finirai ; mais l’important ce n’est pas de le finir : c’est de m’asseoir tous les matins à mon bureau et d’oublier la réalité et mon Moi souverain24 ! » Le rôle consolateur de l’activité littéraire est ici évident et témoigne une fois de plus de la fonction cathartique de l’écriture chez l’auteur sicilien.

Les nouvelles de guerre : le père célébré

  • 25 Cf. Giorgio Pannunzio, « Sulle novelle belliche di Federico De Roberto », Studi medievali e moderni(...)

28De Roberto écrit plusieurs récits de guerre entre 1919 et 1923, après l’achèvement du conflit en 1918. Comme le remarque Giorgio Pannunzio, cette production est assez surprenante et suscite de nombreuses questions, puisque l’auteur tire son inspiration d’une guerre qu’il n’a jamais vécue personnellement25. Il est ainsi légitime de se demander pourquoi il a voulu se tourner vers ce sujet.

  • 26 Pour le discours construit par les intellectuels autour de la Grande Guerre, cf. Mario Isnenghi, Il (...)

29Il est possible d’expliquer la rédaction de ces textes par la diffusion d’un fervent sentiment nationaliste au lendemain du traité de Versailles et dans les années qui coïncident avec la naissance et la montée au pouvoir du fascisme. Toutes les nouvelles derobertiennes, à l’exception de La Paura (La Peur), sont imprégnées d’une idéologie qui fait écho à la propagande et à la mythographie répandues à l’époque. Cependant, chez De Roberto, le discours nationaliste ne représente pas uniquement le reflet d’un climat historique ou une adhésion inconditionnelle à l’idéologie dominante26. Il résonne de significations bien différentes et plus complexes. En effet, ces récits constituent une nouvelle étape dans le rapprochement avec la figure du père entamée dans L’Imperio.

30L’écrivain était parfaitement conscient de l’horreur de la guerre, comme en témoigne La Paura. Cependant, il préfère ne pas s’y attarder. Toutes les autres nouvelles de guerre peignent le conflit sous un jour moins dramatique et même positif. Elles ne se déroulent presque jamais directement sur la ligne du front et ne décrivent presque jamais les affrontements belliqueux et leurs conséquences. Le narrateur bâtit souvent des intrigues construites sur des motifs mondains et frivoles, d’un ton comique ou amusé. La plupart du temps, le scénario se déroule à l’arrière du front. Les vicissitudes concernent des événements relevant d’une rassurante quotidienneté. Dans All’ora della mensa (À l’heure du repas), un pauvre sous-officier s’enferme systématiquement à clef dans son bureau lorsque tous les autres officiers se rendent au mess. Ses agissements font naître des soupçons d’espionnage chez son supérieur, qui espère le saisir en flagrant délit et obtenir un avancement de grade. Il entame donc une sorte d’enquête policière qui débouchera sur une découverte peu excitante : le sous-officier se retranche dans son bureau non pas pour percer les secrets de l’armée italienne et les communiquer aux Autrichiens, mais uniquement parce qu’il ne peut pas payer ses repas. Dans Il Trofeo (Le Trophée), le narrateur mêle rivalité nationale et rivalité galante, puisqu’il met en scène la suprématie masculine d’un officier italien qui séduit la femme d’un officier autrichien. La « Cocotte » raconte les aventures cocasses d’une épouse qui, pour être près de son mari qui se trouve au front, se déguise en cocotte, puisque ce sont les seules femmes autorisées à se rapprocher de la zone de guerre. Enfin, dans La Retata (La Rafle), un soldat italien raconte sur un ton comique comment il a participé à la capture d’un bataillon de soldats autrichiens.

31Exception faite pour La Paura, lorsque le front apparaît, dans ces nouvelles, il n’est pas décrit comme le théâtre d’atroces massacres et de morts absurdes, mais présente des affinités surprenantes avec la région d’origine des soldats. Il perd ainsi son étrangeté inquiétante et finit par devenir un espace familier et apprivoisé.

32Certains personnages, tous d’origine sicilienne, transposent sur le terrain du combat les compétences qu’ils ont acquises dans leur lointaine terre natale. Dans la nouvelle La Posta (Le Courrier), le simple soldat Valastro s’avère habile à frapper dans la cible en lançant les grenades grâce à la précision acquise dans son métier de berger : il avait appris à rassembler ses moutons en lançant des pierres sans atteindre les animaux. De même, au moment où il faut remettre en état une tranchée, Valastro se montre prêt et ingénieux à la tâche grâce à son expérience de paysan sicilien :

  • 27 Federico De Roberto, La « Cocotte » e altre novelle, Sarah Zappulla Muscarà, éd., Milan, Curcio, 19 (...)

[…] le Sicilien obéissait au pied de la lettre, comme à toute autre consigne, même à celle-là : les lèvres cousues, il transportait les fagots de pieux pointus, qui ressemblaient aux échalas de ses vignes, et il les plantait à grands coups de massue […]. Même le creusement des tranchées ressemblait au travail des vignes ; il pouvait croire qu’il était en train de tracer des sillons afin d’y répandre de l’engrais ou d’ouvrir des fossés pour les provins27.

Depuis le front, il est ainsi possible d’évoquer une Sicile archaïque, caractérisée par l’harmonie entre les hommes et la nature. Dans ses conversations avec Malvini, Valastro fournit la description d’une Sicile mythique, une sorte de jardin des délices, où la terre est propice et généreuse. Le travail de l’homme suit les cycles de la nature et les valeurs sont rattachées à la terre, au respect de la famille et de la tradition :

  • 28 Ibidem, p. 73.

L’hiver, dur à supporter avec ses intempéries, était aussi la saison des fruits, du lait qu’on trait matin et soir […], de la tomme et de la ricotta qu’on travaillait dans le chaudron, sur un grand feu de bois de chêne, de bonne heure, avant de s’acheminer vers les pâturages ; l’été la campagne était agréable […], et la saison la plus belle, enfin, était le printemps, avec la fête de la remontée des oiseaux et de la tonte. Plus tard, son grand-père avait commencé à acheter les premières parcelles de vigne, dans la Zerbata, et alors il [Valastro] s’était exercé à piocher, à fumer, à émonder, à arroser et il avait profité des premières vendanges28.

  • 29 Ibidem, p. 75.

Et il décrivait à son lieutenant son verger comme il l’avait vu dans les années d’abondance et comme il espérait qu’il serait l’automne suivant : […] une « flore » – il voulait dire un jardin de délices29.

Non seulement le front permet d’évoquer la Sicile originelle, mais il finit par constituer un pays natal plus sûr et accueillant. L’image idéalisée qui transparaît des récits du soldat ne correspond pas à ce qui se passe effectivement en Sicile pendant son absence : les mauvaises récoltes se succèdent, la fiancée de Valastro accepte d’épouser un autre homme, la mule de propriété de la famille tombe dans une crevasse et meurt, alors que le frère de Valastro, dans la tentative de retenir l’animal, se casse une jambe, qui lui sera amputée. En revanche, à la fin de la nouvelle, les lieux de la guerre deviennent la vraie terre d’accueil du soldat et sont décrits sur le même ton idyllique que celui par lequel Valastro évoquait la Sicile. Voici comment est décrite la vallée près de laquelle a lieu une opération militaire :

  • 30 Ibidem, p. 100.

Comme la première lumière du jour, incertaine, commençait alors à filtrer à travers le dense et bas rideau de nuages, la petite vallée se dessina peu à peu dans toutes ses lignes gracieuses : elle avait la forme d’une cuvette, évasée d’un côté, où s’étendait le champ blanc de neige fraîche ; les coteaux de la montagne, tout autour, rocailleux, abrupts, revêtus de quelques rares touffes vertes, n’en avaient retenu que quelques flocons30.

  • 31 Ibidem, p. 102.

Valastro, regardant ce paysage, affirme que cette vallée ressemble à la vallée de Calanna, qui se trouve au bas de son village. Une superposition entre la Sicile natale et les lieux de la guerre commence ainsi à se produire de façon explicite. Perdu dans cette contemplation, Valastro est atteint par une pluie de bombes et de grenades et meurt. Quand Malvini s’approche pour voir s’il est encore vivant, il constate que « les yeux du mort, grand ouverts, fixaient la vallée de son village31 ». Ainsi, Valastro ne connaîtra jamais les mauvaises nouvelles concernant sa terre lointaine. Il pourra garder pour toujours, avec le lecteur et le narrateur, l’image d’une Sicile de délices et du bonheur que les lieux de la guerre lui ont permis de conserver jusqu’aux derniers instants de sa vie. La mort sur le champ de bataille l’a préservé de la destruction de ce beau rêve. Le contexte de la guerre autorise ainsi la mise en scène d’images de régression. Plus précisément, le front de guerre, au lieu de se présenter, comme on pourrait s’y attendre, comme le domaine de la mort, se transforme en une nouvelle terre natale.

33Par ailleurs, l’univers des nouvelles de guerre entraîne l’évocation de figures militaires exemplaires évoluant dans un univers harmonieux fondé sur la hiérarchie. Cette représentation est particulièrement évidente dans les nouvelles La Posta, Il Trofeo et Il Rifugio (Le Refuge), où le narrateur campe des officiers vaillants et dignes de l’estime la plus indéfectible de la part de leurs soldats. Comme il se doit au sein d’une structure hiérarchique, la plus grande qualité du gradé militaire, qui exprime en même temps sa supériorité indiscutable, est sa capacité à être bienveillant vis-à-vis de son inférieur. C’est ainsi que s’expliquent les liens affectifs qui peuvent s’instaurer entre ceux qui appartiennent à des échelons différents de la pyramide militaire. Le rapport qui se crée entre le paysan sicilien Cirino Valastro et le lieutenant Malvini, dans la nouvelle La Posta, illustre bien le caractère idéal de ces relations sans friction. Entre Malvini et Valastro s’installe un rapport privilégié. En effet, Valastro, analphabète, s’adresse à son lieutenant, supérieur à lui du point de vue militaire et du point de vue social, pour qu’il lui lise les lettres que sa famille lui envoie. C’est ainsi que Malvini connaît l’histoire de son subordonné et se prend d’affection pour lui. Il finit par ressentir ce sentiment de fausse égalité qui naît justement de la conscience de la barrière infranchissable séparant l’inférieur du supérieur. Ainsi, quand Valastro évoque avec nostalgie les processions religieuses de son village natal, Trecastagni, Malvini évoque son propre pays :

  • 32 Federico De Roberto, La « Cocotte » e altre novelle, Sarah Zappulla Muscarà, éd., op. cit., p. 64.

Ayant fermé ses yeux, Malvini vit alors lui aussi la procession de son village, les autels improvisés au coin des rues, couverts de fleurs et resplendissants de cierges, l’ostensoir d’or et d’argent levé sur la multitude prosternée, les cheveux blancs de sa mère agenouillée sur la terrasse, et son cœur se sentit soudain très proche de celui de l’humble paysan32.

La grandeur de ces figures de militaires est soulignée par leur attitude paternelle. Malvini acquiert une dimension providentielle vis-à-vis de Valastro, non dénuée de lourds accents paternalistes :

  • 33 Ibidem, p. 97.

Cet homme humble, cet ignorant s’adressait à nouveau à lui comme à un être supérieur, plus supérieur du point de vue moral que hiérarchique ; comme à une sorte de Providence humaine ; mais il ne savait pas, il ne pouvait même pas soupçonner jusqu’à quel point il avait assumé ce rôle33.

Le colonel d’Evangelisti, dans Il Rifugio, associe des traits christiques aux qualités paternelles, comme le montre la comparaison avec le berger qui clôt sa description :

  • 34 Ibidem, p. 155-156.

On l’appelait Grand-père mais il était un père pour tous. Il fallait le voir lorsqu’il marchait avec ses soldats […] tantôt en tête de la colonne, tantôt dans les rangs, au milieu des gradés comme n’importe quel autre gradé ; parfois il s’arrêtait, appuyé à son bâton, pour regarder défiler devant lui ses pelotons ; parfois en queue de file, pour encourager les hommes fatigués, pour donner l’ordre de ramasser les hommes malades ou tombés ; ainsi le berger guide son troupeau, se mêle à ses brebis, les remet en ordre d’un geste de son bâton, rappelle les brebis dispersées, choisit pour elles le lieu de la halte, reste debout à veiller lorsqu’elles se reposent34.

La figure du militaire est également exaltée à travers l’accent mis sur la dévotion, la gratitude et l’admiration démesurée des subordonnés. Ciccarino, un autre paysan sicilien, dans Il Trofeo, entretient une relation semblable à celle de Valastro et Malvini avec le capitaine docteur Gagliani qui non seulement est son supérieur hiérarchique dans l’armée, mais était aussi son seigneur en Sicile. Voici la réaction de Ciccarino quand il est affecté à l’hôpital et reconnaît Gagliani :

  • 35 Ibidem, p. 258.

Et il n’était pas encore bien conscient de sa bonne fortune quand, affecté par la Direction de la santé à l’hôpital de camp numéro 89 avec six camarades, une autre bénédiction lui tomba dessus quand il se présenta à Monsieur le Capitaine : au premier coup d’œil il reconnut le docteur Gagliani en la figure de ce capitaine, le chevalier Gagliani, le fils cadet du baron Gagliani : l’un des premiers parmi les seigneurs de sa région, dans les terres duquel son père, Mariano Ciccarino, avait beaucoup travaillé, il y a longtemps ! C’était lui, il ne pouvait pas se tromper : ses moustaches blondes, ses yeux noirs, ses joues mates, ses mains de jeune fille, son élégance de gentilhomme, même sous sa tenue de travail35 !

  • 36 Nous faisons référence au concept de communauté du sociologue Ferdinand Tönnies, qui oppose la form (...)

Par la mise en scène de l’armée, de la vie sur le front, De Roberto évoque un univers hiérarchique et communautaire dans lequel les rapports entre les êtres sont pacifiés36. Il délivre ainsi l’individu de l’égoïsme et des affres de l’individualisme qui avaient été mis en scène dans I Vicerè et L’Imperio. L’univers du front, les valeurs de l’armée et de la nation, l’évocation d’un lieu régressif et apaisant tracent ainsi les limites d’un univers utopique où les conflits sont effacés. La hiérarchie de guerre propose un monde dont l’ordre est perçu comme naturel : il n’est donc pas possible de nourrir des sentiments de frustration et d’insatisfaction. Dans ce système où chacun a sa place, les êtres peuvent échapper à la solitude et aux injustices de l’Histoire. En outre, l’idéalisme des valeurs patriotiques permet de surmonter le relativisme paralysant qui naît de l’égoïsme personnel. Dans ce contexte harmonieux, ces récits offrent l’opportunité d’introduire dans le récit des figures militaires exemplaires qui renvoient également à la figure du père de l’auteur, militaire de profession. Les nouvelles de guerre, de ce point de vue, aboutissent à une réhabilitation complète de la figure paternelle vis-à-vis de laquelle l’auteur a toujours éprouvé un sourd sentiment de culpabilité. Enfin, en mettant ces figures militaires au service de la nation italienne, l’écrivain a atteint un autre objectif : il est parvenu à présenter son père comme étant au service du pays unifié né justement des cendres du Royaume des Bourbons sous lesquels De Roberto père avait prêté service. Cette fois, De Roberto père s’est donc trouvé du bon côté de l’Histoire.

Notes

1 La correspondance entre l’auteur et sa mère est une mine d’informations. Cf. Federico De Roberto, Lettere a donna Marianna degli Asmundo, Sarah Zappulla Muscarà, éd., Catane, Tringale, 1973.

2 Cf. Rosario Castelli, « Anatomie del cuore : De Roberto e il “tormento simpatico” », préface à Federico De Roberto, L’Albero della scienza, op. cit., p. 31.

3 Antonio Di Grado a été le premier à remarquer ces correspondances. Cf. Antonio Di Grado, La vita, le carte, i turbamenti di Federico De Roberto gentiluomo, op. cit., p. 37.

4 Cf. Vittorio Spinazzola, Il romanzo antistorico, op. cit.

5 Federico De Roberto, I Vicerè, op. cit., p. 697.

6 Ibidem, p. 1100.

7 Ibidem, p. 532.

8 Ibidem, p. 1078. Dans le texte italien, le mot anglais « meeting » est italianisé par le maître de maison.

9 Idem.

10 Federico De Roberto, I Vicerè, op. cit., p. 520-521.

11 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1344.

12 Ibidem, p. 1370-1371.

13 Ibidem, p. 1346.

14 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1187.

15 Ibidem, p. 1263.

16 Ibidem, p. 1185.

17 Idem.

18 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1188.

19 Ibidem, p. 1189.

20 Ibidem, p. 1341-1342.

21 Federico De Roberto, L’Imperio, op. cit., p. 1347.

22 Nombreuses sont les expressions qui renvoient au sentiment d’échec de l’auteur au début du xxe siècle, pendant les années où De Roberto a probablement écrit le dernier chapitre de L’Imperio qui contient ce bilan négatif de son activité en tant qu’intellectuel et écrivain.

23 Ibidem, p. 1353-1354.

24 Federico De Roberto, Federico De Roberto a Luigi Albertini, Sarah Zappulla Muscarà, éd., Rome, Bulzoni, 1979, p. 89.

25 Cf. Giorgio Pannunzio, « Sulle novelle belliche di Federico De Roberto », Studi medievali e moderni, 2, 2000, p. 122. La plupart des chercheurs ont apprécié le plurilinguisme qui caractérise ces nouvelles. Les protagonistes étant des soldats provenant de toute l’Italie, De Roberto en reproduit avec précision les dialectes. L’auteur sicilien serait ainsi avant-coureur, selon Natale Tedesco, des expérimentations linguistiques de Carlo Emilio Gadda ou de Pier Paolo Pasolini. Cf. Natale Tedesco, op. cit., p. 177.

26 Pour le discours construit par les intellectuels autour de la Grande Guerre, cf. Mario Isnenghi, Il mito della Grande Guerra, Bologne, Il Mulino, 2002.

27 Federico De Roberto, La « Cocotte » e altre novelle, Sarah Zappulla Muscarà, éd., Milan, Curcio, 1979, p. 82-83.

28 Ibidem, p. 73.

29 Ibidem, p. 75.

30 Ibidem, p. 100.

31 Ibidem, p. 102.

32 Federico De Roberto, La « Cocotte » e altre novelle, Sarah Zappulla Muscarà, éd., op. cit., p. 64.

33 Ibidem, p. 97.

34 Ibidem, p. 155-156.

35 Ibidem, p. 258.

36 Nous faisons référence au concept de communauté du sociologue Ferdinand Tönnies, qui oppose la forme de sociabilité traditionnelle de la « communauté » (fondée sur le partage d’affects et de traditions communs), à la « société » moderne (fondée sur des rapports intéressés, contractuels et impersonnels entre ses membres).

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search