Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

Histoire personnelle, histoire familiale et histoire nationale

Histoire personnelle, histoire familiale et histoire nationale

Texte intégral

  • 1 Antonio Di Grado, La vita, le carte, i turbamenti di Federico De Roberto gentiluomo, op. cit., p. 3 (...)

1S’il faut toujours éviter d’établir des liens trop rapides et mécaniques entre vie et écriture, dans le cas de De Roberto, il est indispensable de prendre en compte les données biographiques. Pour peu que nous prêtions attention au parcours personnel de l’écrivain, la nature des tensions qui parcourent son œuvre apparaissent plus compréhensibles. Cette démarche est d’autant plus nécessaire que maintes œuvres de l’auteur sicilien sont parsemées de traces autobiographiques. Di Grado parle à ce propos, « d’espace autobiographique1 ».

2Par ailleurs, l’écrivain lui-même nous invite à suivre cette piste dans un article consacré à Flaubert, dans lequel il commente la notion de principe d’impersonnalité. Dans la conclusion de cet article, De Roberto soutient que l’auteur peut disparaître complètement du texte du point de vue formel, mais que son œuvre est malgré tout imprégnée de son « esprit » :

  • 2 Federico De Roberto, « Gustavo Flaubert. L’opera », dans Carlo Alberto Madrignani, éd., Romanzi, no (...)

L’impersonnalité dont il [Flaubert] parle comme d’un idéal à atteindre est l’impersonnalité formelle, celle qui consiste dans la suppression du pronom je ; mais le je qui correspond à la pensée créatrice, à l’esprit inspirateur se révèle dans tout élément et partout : du choix du sujet à l’invention des personnages, en passant par la disposition des mots et les conclusions morales. Ainsi, l’objectivité de sa représentation artistique est complète. Son abstention de tout commentaire absolue. Mais, invisible partout, son esprit est omniprésent et le petit monde dont il est le créateur se peuple de figures faites à son image2.

Ces affirmations nous invitent à prendre sérieusement en considération les indices autobiographiques repérables à tous les niveaux du texte : du style au sujet, en passant par les personnages. À partir d’une remarque sur l’écriture flaubertienne, De Roberto énonce une affirmation générale sur l’art qui sonne comme une réflexion à partir de sa propre expérience de la création littéraire. Il ne paraît donc pas illégitime de se demander comment se dessine, dans l’œuvre derobertienne, la présence de l’auteur. Tout au long de sa production, l’écrivain sicilien a essayé d’élaborer une biographie fictionnelle idéale qui ne se manifeste pas uniquement dans les œuvres qui appartiennent explicitement au genre biographique ou à l’écriture psychologique.

  • 3 Nathalie Heinrich, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte, 1997, p. 50.

3 Toutefois, il n’est pas question d’établir un lien déterministe entre vie et œuvre. En effet, les tensions et les contradictions d’origine autobiographique ont été soumises à un travail de réélaboration littéraire qui a permis à l’auteur de représenter, distancier, corriger ou racheter les imperfections douloureuses de la vie. Les éléments autobiographiques présents dans les textes sont largement manipulés. Par ce travail de transfiguration littéraire, d’une part De Roberto a pu exprimer une matière autobiographique subjective autrement incommunicable. D’autre part, il a chargé l’écriture d’une fonction qui est à l’œuvre, de façon plus ou moins évidente, dans l’ensemble de sa production : elle permet de sublimer des conflits autrement insolubles. Nous utilisons le concept de sublimation dans le sens éliasien du terme, acception qui a le mérite, par rapport à celle de Sigmund Freud, de dépasser le champ exclusif de la libido pour s’étendre à d’autres types de conflits, sociaux, cognitifs ou affectifs au sens large. La notion de sublimation indique, chez Norbert Élias, « la résolution d’une tension entre les pulsions intérieures du créateur et les lois immanentes à son matériau expressif […]. C’est ce que réalise la canalisation des flux fantasmatiques dans une forme artistique qui leur donne une expression à la fois départicularisée et dématérialisée, c’est-à-dire sublimée3 ».

4De ce point de vue, le processus de sublimation dans le domaine littéraire peut être légitimement interprété comme une tentative d’expérimenter de façon satisfaisante, sur le plan mimétique, des tensions qui sont insupportables dans la vie réelle. L’écriture revêt donc une fonction apaisante et cathartique. Il ne faut pas entendre par là qu’elle aboutit toujours à la mise en scène d’une vision rassurante du monde. Parfois, le travail de sublimation parvient effectivement à corriger les imperfections de la biographie, comme dans L’Imperio ou dans les nouvelles de guerre. Dans d’autres cas, il débouche sur la représentation d’un monde incertain et livré à la violence, à l’insignifiance ou à l’immobilité, il permet à l’auteur d’exprimer sa méfiance vis-à-vis de la possibilité du bonheur et de la justice humaine, comme dans I Vicerè. Mais, dans ce dernier cas, la fonction apaisante réside dans l’acte même de mise en forme et de rationalisation des conflits psychologiques et idéologiques à travers la création de mythes littéraires susceptibles d’une lecture universelle.

5Les réflexions de l’auteur sur la littérature et l’art en général confirment la plausibilité de cette hypothèse. L’écriture et la création artistique apparaissent comme les seuls moyens de dénouer des conflits et des angoisses existentielles. Elles peuvent leur donner un sens en les transformant en source de plaisir esthétique. L’écrivain, dans L’arte, est explicite à ce propos :

  • 4 Federico De Roberto, L’arte, Turin, Bocca, 1900, p. 30.

C’est la vraie raison pour laquelle l’art nous rend agréable la reproduction de choses qui sont répugnantes dans la réalité. […] Dans l’art […] le trouble est moins intense, car aucune œuvre d’art n’a l’intensité, le relief et la vie de la vie ; mais, en contrepartie, l’assurance, la sécurité intime est bien ancrée, car l’objet perturbateur n’existe pas réellement, il est tout à fait imaginaire4.

  • 5 Federico De Roberto, « Lettere di Federico De Roberto a Ferdinando Di Giorgi », dans Aurelio Navarr (...)

Cette remarque, selon laquelle l’art en général aurait une fonction très proche de la catharsis aristotélicienne, peut être appliquée à l’expérience que De Roberto a de son activité artistique. L’auteur sicilien revient à d’autres occasions sur l’art comme « le grand consolateur5 », le seul rempart possible contre les désordres de la vie.

6La poétique de l’ambivalence et la structure antinomique de la pensée que nous avons illustrées dans le chapitre précédent ne peuvent s’expliquer sans prendre en compte ce lien entre la biographie et l’écriture chez l’auteur sicilien. L’expérience de l’ambivalence, en effet, doit être reliée à des conflits idéologiques et à des incertitudes d’identité sociale liés au rapport au père, à la mère, aux évolutions de l’histoire récente de l’Italie, ainsi qu’au rapport spécifique à l’activité de l’écriture et au genre, comme nous le verrons dans les chapitres suivants. Ces tensions sont mises en scène et sublimées à travers la pratique scripturale grâce à de multiples stratégies de formalisation.

Notes

1 Antonio Di Grado, La vita, le carte, i turbamenti di Federico De Roberto gentiluomo, op. cit., p. 36.

2 Federico De Roberto, « Gustavo Flaubert. L’opera », dans Carlo Alberto Madrignani, éd., Romanzi, novelle saggi, op. cit., p. 1616. C’est De Roberto qui souligne.

3 Nathalie Heinrich, La sociologie de Norbert Elias, Paris, La Découverte, 1997, p. 50.

4 Federico De Roberto, L’arte, Turin, Bocca, 1900, p. 30.

5 Federico De Roberto, « Lettere di Federico De Roberto a Ferdinando Di Giorgi », dans Aurelio Navarria, op. cit., p. 324.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search