Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

Une poétique de l’ambivalence et du doute

Un apaisement provisoire

Texte intégral

1L’angoisse qui découle de l’impossibilité d’une connaissance et d’une morale partagées s’apaise uniquement dans des solutions provisoires qui correspondent à l’idée de bon sens et de sacrifice. Face à la menace de la paralysie que la prolifération des points de vue peut provoquer, De Roberto trouve un expédient, une forme de savoir « pratique ». Il s’agit d’une connaissance pragmatique basée sur le bon sens. Si elle ne peut pas faire autorité de façon absolue et inattaquable, sa validité se mesure sur la possibilité qu’elle offre à l’homme d’intervenir dans le monde, de l’habiter, de faire des choix et d’agir de façon ponctuelle. Ce passage de la nouvelle Quesiti illustre bien ce type de savoir, ou mieux, de ce savoir-faire :

  • 1 Federico De Roberto, L’Albero della scienza, op. cit., p. 193.

L’unique tort de Fritz consiste à attendre que je réponde à ses questions. Approfondir les problèmes psychologiques, ce n’est pas les résoudre ; bien au contraire ; plus on étudie, moins on en sait. Le cultivateur qui défriche superficiellement sa terre obtient à la récolte la récompense de son labeur ; celui qui voudrait la labourer en profondeur, jusqu’au centre, se romprait inutilement les bras. Dans le domaine de la psychologie, de la morale, de la science du cœur, la grande majorité des hommes a un bon sens grossier, plein de contradictions comme les proverbes qui le résument, mais qui, en attendant, sert très bien les besoins de la vie ; avec notre analyse nous faisons à peu près la même chose que le fou qui voudrait arriver au centre de la terre : nous nous brisons les bras1.

Entre un système totalisant, mais monologique, et une multiplicité inépuisable, mais paralysante, se profile ainsi une connaissance pratique, généralisable, bien que sans prétention d’absolu, fondée sur le bon sens et le consensus. Le même appel au bon sens comme échappatoire au doute obsédant revient aussi dans Il colore del tempo. Dans ce recueil, parcouru par le fil rouge de la contradiction et de l’antinomie, l’auteur parvient à une sorte de compromis :

  • 2 Federico De Roberto, Il colore del tempo, Palerme, Sandron, 1900, p. 23-24.

Revenons à la philosophie ; considérons le cas de Schopenhauer. Longtemps méconnu, il fut et est honoré comme peu d’autres. Cela veut-il dire que le dernier mot est le pessimisme ? […] Toutefois : étudiez sa vie, lisez ses lettres : vous verrez que lui-même agissait à l’encontre de sa foi ; ses actes et ses idées sont incompatibles. […] Mais est-il le seul exemple de cette dissension ? N’arrive-t-il pas la même chose à chacun d’entre nous ? Les extrêmes ne sont-ils pas si proches qu’ils se donnent la main ? L’histoire de l’humanité tout entière n’est-elle pas pleine d’extrêmes, de contradictions, d’antinomies ? Et pour cent, pour mille, pour dix mille hommes qui aiment les excès et ne s’attachent pas à un seul, mais passent de l’un à son contraire, n’y a-t-il pas des millions d’hommes de bon sens qui les fuient tous2 ?

Ainsi, dans le domaine de la connaissance, l’auteur fait-il appel au bon sens non pas pour atteindre la vérité, qui n’est pas atteignable, mais pour sortir de l’impasse de l’impossibilité d’atteindre la vérité.

2Pour résoudre le chaos dans le domaine du relativisme moral, fondé sur la prééminence de l’intérêt individuel, De Roberto avance une alternative possible, mais qui est rare, aléatoire et contre nature : le sacrifice personnel. Agir selon un ordre moral fondé sur le respect d’autrui et la pratique de la justice coûte toujours cher aux individus, car cela implique nécessairement de renoncer à satisfaire ses exigences individuelles. Ainsi, le bien ne peut-il se faire que par un acte volontariste de sacrifice de soi. Chez l’écrivain sicilien nous trouvons parfois ces individus, qui permettent ainsi de rétablir un ordre, bien que provisoire. Dans Spasimo, c’est le cas de la comtesse d’Arda, qui se fait tuer, et rachète enfin sa conduite irrégulière. C’est aussi le cas de Zakunin, qui permet à la justice d’opérer grâce à la confession du meurtre qu’il a commis. Mais pour l’auteur, cette solution est contre nature. Elle ne permet pas de fonder une morale valable pour tous, car le sacrifice est le propre d’êtres exceptionnels, il relève toujours d’une initiative individuelle qui ne peut pas être généralisée. La seule moralité possible, dans l’univers derobertien, consiste dans la possibilité de saisir ce conflit entre le Bien et le Mal, mais non pas d’accomplir le Bien. Seuls certains individus à la sensibilité exacerbée peuvent ressentir le déchirement qui découle de la tension entre la capacité de l’individu à concevoir le Bien et l’impossibilité ontologique de le réaliser.

3C’est le cas de De Roberto même, en tant qu’écrivain. Dans l’impossibilité de fournir un point de vue défini sur le monde ou un modèle de comportement valable pour tous, il peut néanmoins mettre en scène les contradictions des individus, les dévoiler et montrer quelles sont les vraies impulsions de la nature humaine, afin de dissiper la naïveté des hommes ou de démasquer leur mauvaise foi. La perception de la vie et de la réalité comme dominées par une opposition entre être et paraître, par la tension vers un Bien inatteignable et la chute inéluctable vers le Mal, par l’existence d’injonctions et de points de vue contradictoires et inconciliables qui angoissent l’individu, est due en grande partie, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, à des conflits historiquement et biographiquement identifiables.

Notes

1 Federico De Roberto, L’Albero della scienza, op. cit., p. 193.

2 Federico De Roberto, Il colore del tempo, Palerme, Sandron, 1900, p. 23-24.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search