Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

Une poétique de l’ambivalence et du doute

Une poétique de l’ambivalence et du doute

Texte intégral

1Ce chapitre s’applique à identifier certains thèmes et motifs récurrents définissant la poétique de l’ambivalence et du doute qui constitue l’une des spécificités de l’écriture derobertienne. Même à une lecture superficielle, il apparaît que l’œuvre de l’auteur sicilien se place sous le signe du double, voire du pluriel, et de l’incertitude. L’écrivain répertorie des tensions qui se présentent souvent sous la forme d’une équivalence indécidable ou d’une inconciliable antinomie : le principe de contradiction structure profondément sa vision du monde.

2Nous pourrions multiplier les exemples. L’auteur sicilien alterne l’univers immanent de I Vicerè et de Processi verbali et l’exaltation de la foi dans Spasimo, La Messa di nozze et certaines nouvelles de guerre. L’instrumentalisation de l’Histoire par les hommes dans I Vicerè et L’Imperio laisse place à la célébration des valeurs patriotiques dans les nouvelles de guerre. Les contradictions peuvent se manifester au sein d’une seule et même œuvre. Dans L’Imperio, le narrateur nous propose, comme réponse à la corruption de la vie politique romaine, deux solutions opposées : l’autodestruction de l’humanité, afin que l’homme puisse se libérer de la souffrance d’exister et des injustices, ou bien la découverte du bonheur dans l’espace privé et dans la famille pour trouver un abri contre la violence de la société et la corruption de la vie publique. De même, les romans de De Roberto mettent en scène tantôt des âmes nobles, engagées par leur sens du devoir, prêtes à se sacrifier, comme la comtesse d’Arda dans Spasimo, ou bien des êtres animés par l’égoïsme le plus débridé comme les personnages de I Vicerè. Dans Ermanno Raeli, le protagoniste oscille entre le désir d’élévation intellectuelle et spirituelle et les impulsions de la sensualité. Dans le domaine de l’esthétique littéraire, la synthèse physionomique et l’observation objective du monde extérieur propres à l’écriture réaliste n’excluent pas l’analyse psychologique et la technique subjective spécifiques de la poétique idéaliste.

3Ces alternatives, aucunement hiérarchisées, se fondent sur un relativisme qui trouve son expression la plus accomplie dans les phrases conclusives du traité L’amore, très souvent citées par la critique :

  • 1 Federico De Roberto, L’amore. Fisiologia-psicologia-morale, Milan, Galli-Chiesa-Guindani, 1895, p.  (...)

Vérité et mensonge, comme avantage et désavantage, comme progrès et régression, comme bien et mal, sont des termes indissociables. Et la plus grande et dernière vérité serait celle-ci : que tout est relatif ; mais comme le relatif n’aurait aucun sens s’il ne s’opposait à l’absolu, lui aussi est vrai – jusqu’à un certain point1.

  • 2 Ibidem, « Avvertimento », p. vi.

Cette déclaration affirme l’impossibilité d’établir une vérité définitive et paraît d’autant plus paradoxale qu’elle clôt l’œuvre la plus “scientifique” de la production de l’auteur. En effet, comme l’indique le titre, cet ouvrage volumineux est consacré à l’analyse du phénomène amoureux selon une démarche résolument analytique. Dans l’introduction, De Roberto affirme avoir écrit ce texte afin de traiter la psychologie non par le biais de l’imagination littéraire, mais avec les méthodes de la science psychologique. Ainsi, il a « laissé de côté les apologues pour se consacrer à un livre où il pourrait énoncer les théories et résoudre les problèmes qui ne seraient pas à leur place au milieu de descriptions et de dialogues2 ». L’affirmation finale selon laquelle la vérité est de toute façon inatteignable semble un démenti provocateur de l’ensemble du traité, qui aspirait pourtant à se présenter comme une description scientifique de l’amour, moins discutable et moins subjective que celle qui est fournie par la représentation littéraire. Cette démarche déroutante participe ainsi de la poétique du doute qui caractérise l’ensemble de la production de l’écrivain sicilien.

  • 3 Cf. Jean-François Hugot, Le dilettantisme dans la littérature française d’Ernest Renan à Ernest Psi (...)
  • 4 Paul Bourget, Essais de psychologie contemporaine, t. I, Paris, Plon, 1924, p. 55.

4Cette attitude renvoie à une réalité culturelle de plus ample envergure qui concerne la littérature, notamment française, de la fin du xixe siècle, marquée par le « dilettantisme ». Comme le montre Jean-François Hugot, le dilettantisme consiste à la fois en un phénomène social et littéraire et en une attitude spécifique de l’esprit3. Bourget (que De Roberto connaissait personnellement) en fournit la première définition, au sens où maints intellectuels de la fin du siècle l’entendirent : le dilettantisme serait « une disposition de l’esprit, à la fois très intelligente et très voluptueuse, qui nous incline tour à tour vers les formes diverses de la vie et nous conduit à nous prêter à toutes ces formes sans nous donner à aucune4 ». Le dilettantisme ainsi conçu se nourrissait de plusieurs expériences philosophiques contemporaines, telles que celles de Friedrich Hegel, Ernest Renan, Arthur Schopenhauer, Edward von Hartmann, Friedrich Nietzsche, Henry Bergson.

5Le dilettante, conscient du caractère susceptible de révision de la connaissance et des valeurs, est prêt à reconnaître la multiplicité des points de vue et à admettre leur égale légitimité. Cette vision du monde aboutit à une conception relativiste de la vérité, à la découverte de son caractère contradictoire et/ou multiple. Cette approche paraît plus féconde du point de vue gnoséologique : elle permet d’endosser tour à tour différentes perspectives et empêche ainsi l’individu de s’enfermer dans un système de pensée monologique qui limiterait la richesse du réel. La disponibilité du dilettante présuppose une attitude détachée vis-à-vis de soi-même et du monde qui rend possible l’analyse et la connaissance. Le dilettantisme paraît donc bel et bien comme le résultat paradoxal de l’exercice rigoureux de la raison, qui, à force de soumettre à la critique les croyances arrêtées et monolithiques, à force de pousser l’activité analytique jusqu’au bout du raisonnement, remet en cause la prétention à la systématicité, à l’universalité, à la généralité de la pensée rationnelle elle-même.

  • 5 De Roberto discute la philosophie de Nietzsche dans « Il superuomo », Corriere della Sera, 25/26 fé (...)
  • 6 Federico De Roberto, Ermanno Raeli, Milan, Mondadori, 1923, p. 20 (éd. originale : Milan, Galli-Chi (...)
  • 7 Vittorio Pica, « Federico De Roberto », dans Giovanni Maffei, éd., Vittorio Pica. Lettere a Federic (...)
  • 8 Federico De Roberto, « Prefazione » à L’Albero della scienza, Caltanissetta, Lussografica, 1997, p. (...)

6De Roberto est sans doute réceptif à cette influence culturelle. Bergson et Nietzsche ont été, en effet, l’objet d’au moins deux de ses articles journalistiques5. Les auteurs les plus représentatifs de cette mouvance sont connus de l’auteurs sicilien : Hegel, Renan, Schopenhauer, Hartmann ont contribué à la formation intellectuelle de cet alter ego de De Roberto qu’est Ermanno Raeli : « D’après son aveu même, aucun roman ne suscita chez lui autant d’intérêt et il ne lut aucun livre avec tant d’impatience et d’avidité que l’Éthique, la Phénoménologie de l’esprit, la Critique de la raison pure, le Monde comme représentation et réalité et la Philosophie de l’inconscient6. » Les critiques trouvent l’étiquette de dilettante satisfaisante pour caractériser son inspiration. Ainsi, Vittorio Pica, en 1891, soulignant la volonté d’expérimentation dont témoignent La Sorte et Documenti umani, définit la personnalité intellectuelle de l’auteur sicilien comme un « tempérament artistique changeant, curieux, qui assimile toute expérience, dont le fond est un dilettantisme spirituel toujours avide de nouveauté et qui le pousse vers les formes d’art les plus différentes et opposées7 ». De Roberto revendique lui-même, à plusieurs reprises, son « dilettantisme ». En 1890, dans la préface à L’Albero della scienza, il affirme : « Cela a été pour moi une jouissance raffinée de dilettante que de composer parallèlement deux séries de nouvelles opposées dans leur forme et dans leurs intentions8. » Le terme revient dans Nessun Maggior Dolore (La Douleur la plus grande), la dernière nouvelle du recueil Gli Amori. Ces nouvelles, qui se présentent sous la forme de lettres écrites à une interlocutrice féminine, débattent des problèmes des rapports entre les genres et de la nature de l’amour. Dans la dernière lettre, le narrateur déclare que, malgré la longue réflexion poursuivie dans ces échanges épistolaires, plusieurs questionnements demeurent sans réponse ou bien, s’il y en a une, elle ne peut qu’être provisoire :

  • 9 Federico De Roberto, Gli Amori, Milan, Galli, 1898, p. 274. C’est De Roberto qui souligne.

Le signe de l’interrogation est le grand symbole de la pensée humaine. L’état d’ignorance et de doute est l’état habituel de notre esprit. Peut-être et mais sont deux grands mots. Vous ne vous étonnerez pas, n’est-ce pas, si, avec le temps, qui fait changer les idées des sages, je change d’opinion moi aussi, qui suis juste un dilettante9 ?

La référence explicite au dilettantisme montre que la posture intellectuelle de De Roberto et certaines caractéristiques de sa production sont influencées par ce climat culturel. Cependant, la présence de cet arrière-plan n’explique pas complètement le penchant de l’écrivain sicilien pour l’aporie et le doute. Ces influences littéraires et philosophiques servent à rationaliser, à légitimer des tendances de la pensée que l’auteur doit à des facteurs liés à son histoire personnelle et au contexte historico-culturel italien dans lequel il a évolué, aux tensions relevant de la difficulté de définir sa propre identité. Dans les chapitres suivants, nous montrerons le poids de ces ressorts profonds. Pour l’instant, nous nous limitons à décrire certaines manifestations de cet esprit dilettante.

Notes

1 Federico De Roberto, L’amore. Fisiologia-psicologia-morale, Milan, Galli-Chiesa-Guindani, 1895, p. 515.

2 Ibidem, « Avvertimento », p. vi.

3 Cf. Jean-François Hugot, Le dilettantisme dans la littérature française d’Ernest Renan à Ernest Psichari, Lille/Paris, Aux amateurs de livres, 1984.

4 Paul Bourget, Essais de psychologie contemporaine, t. I, Paris, Plon, 1924, p. 55.

5 De Roberto discute la philosophie de Nietzsche dans « Il superuomo », Corriere della Sera, 25/26 février 1899, et analyse Le rire, essai sur le comique de Bergson dans l’article « Il filo d’oro », Corriere della Sera, 3/4 juillet, 1900.

6 Federico De Roberto, Ermanno Raeli, Milan, Mondadori, 1923, p. 20 (éd. originale : Milan, Galli-Chiesa-Guindani, 1889).

7 Vittorio Pica, « Federico De Roberto », dans Giovanni Maffei, éd., Vittorio Pica. Lettere a Federico De Roberto, Catane, Biblioteca della Fondazione Verga, 1996, p. 282.

8 Federico De Roberto, « Prefazione » à L’Albero della scienza, Caltanissetta, Lussografica, 1997, p. 49-50 (éd. originale : Milan, Galli-Chiesa-Guindani, 1890).

9 Federico De Roberto, Gli Amori, Milan, Galli, 1898, p. 274. C’est De Roberto qui souligne.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search