Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

L’auteur, son temps et son œuvre

Un auteur inclassable

Texte intégral

  • 1 Benedetto Croce, « E. Castelnuovo - Federico De Roberto - “Memini” », dans La letteratura della nuo (...)
  • 2 Luigi Russo, « Ritratti critici di contemporanei : Federico De Roberto », Belfagor, 1950, p. 668-67 (...)

1De Roberto a été un auteur longtemps négligé et controversé. L’interprétation de son œuvre a été biaisée par une inclusion hâtive dans le courant vériste. Depuis le début de sa production jusqu’aux années 1960, il a été en effet considéré comme l’épigone outrancier d’un vérisme désormais agonisant. De Roberto a notamment fait les frais, dans les années 1930, du jugement négatif du philosophe idéaliste Benedetto Croce, l’un des intellectuels les plus influents du début du xxe siècle. Libéral convaincu, très critique vis-à-vis de la philosophie positiviste, Croce ne pouvait pas apprécier le tableau sombre des institutions de l’Italie libérale brossé par l’auteur sicilien. Il interpréta I Vicerè comme la tentative d’illustrer une thèse (l’immobilisme de la classe au pouvoir), d’appliquer mécaniquement le motif zolien de l’hérédité et il finit par définir l’auteur comme un « talent prosaïque, curieux de psychologie et de sociologie, mais incapable de s’abandonner à la poésie1 ». Ce jugement mitigé, relayé par Luigi Russo et Gaetano Mariani, a lourdement pesé ensuite sur la reconnaissance de l’auteur sicilien2.

  • 3 Vittorio Spinazzola, Federico De Roberto e il verismo, Milan, Feltrinelli, 1961.
  • 4 Outre Il romanzo antistorico, de Vittorio Spinazzola, cf. Gaetano Trombatore, « I Viceré », dans Ri (...)

2À partir des années 1960, grâce, entre autres, à la publication de Il Gattopardo (Le Guépard) de Giuseppe Tomasi de Lampedusa en 1958, De Roberto a été redécouvert. Depuis l’étude d’ensemble de Vittorio Spinazzola3, plusieurs critiques ont cherché à mettre en évidence les caractères inédits de son écriture et son projet esthétique protéiforme, indépendant d’une école bien précise. Toutefois, cette nouvelle tendance a présenté des limites. Si des progrès ont été faits dans le sens d’une nouvelle lecture de De Roberto, la plupart du temps les chercheurs se sont concentrés sur les œuvres considérées comme les plus “réussies” : I Vicerè avant tout, parfois L’Imperio et, dans le meilleur des cas, L’Illusione. Un jugement normatif frappait les autres œuvres, considérées comme mineures et peu significatives pour comprendre les spécificités de l’écriture de De Roberto, qui aurait donné le meilleur de lui-même dans les trois romans cités. Au cours de ces années, les chercheurs ont mis l’accent sur l’importance des thèmes historiques et politiques, traités selon une perspective désenchantée et lucidement critique4.

  • 5 Carlo Alberto Madrignani, Illusione e realtà nell’opera di Federico De Roberto. Saggio su ideologia (...)
  • 6 Federico De Roberto, Romanzi novelle saggi, Carlo Alberto Madrignani, éd., Milan, Mondadori, « I Me (...)
  • 7 Natale Tedesco, La norma del negativo. Federico De Roberto e il realismo analitico, Palerme, Seller (...)
  • 8 Cf. Antonio Di Grado, La vita, le carte, i turbamenti di Federico De Roberto gentiluomo, op. cit.

3Dans les années 1970, la monographie de Carlo Alberto Madrignani, Illusione e realtà nell’opera di Federico De Roberto, a apporté une contribution importante dans la mesure où l’auteur a identifié des thématiques qui traversent l’ensemble de l’œuvre de De Roberto, parmi lesquelles le motif de l’illusion5. Il a ainsi permis de prendre en compte de manière plus détaillée même les œuvres considérées jusque-là comme marginales. Mais la véritable revalorisation de De Roberto commence à partir des années 1980. En 1984, la publication de la trilogie des Uzeda, accompagnée d’essais et de nouvelles choisis, dans la collection de « I Meridiani » de la maison d’édition Mondadori, a sanctionné le début d’un processus prudent de canonisation de l’auteur sicilien6. Pour Natale Tedesco, auteur d’une monographie qui a marqué un tournant dans la critique derobertienne, il fallait rapprocher De Roberto de la sensibilité typique du xxe siècle plutôt que du climat littéraire, culturel et idéologique du xixe siècle. Selon lui, l’auteur sicilien se caractérise notamment par une quête expérimentale et par un goût pour le relativisme qui anticipe certains motifs de la philosophie et de la littérature du xxe siècle7. Cette suggestion a été recueillie et magistralement approfondie par Antonio Di Grado, qui, dans son ouvrage fondamental La vita, le carte, i turbamenti di Federico De Roberto gentiluomo, a considéré l’auteur comme représentatif d’une crise de fin de siècle de niveau européen8. En outre, il a été parmi les premiers à souligner l’importance de la biographie de l’auteur pour comprendre ses œuvres.

  • 9 Annamaria Pagliaro, The Novels of Federico De Roberto. From Naturalism to Modernism, Leicester, Tro (...)
  • 10 Cf. Margherita Ganeri, « Federico De Roberto : Contemporary Perspectives », dans Julie Dashwood et (...)

4Ces efforts sont motivés par la volonté d’arracher l’auteur à la condition d’épigone attardé d’un vérisme mourant et de le rattacher à la modernité littéraire afin de lui assigner la place qui lui revient dans le canon de la littérature italienne. Selon cette interprétation, l’œuvre de De Roberto marque une transition entre le réalisme objectif du xixe siècle et le réalisme critique et d’analyse du xxe siècle, illustré par les œuvres d’Italo Svevo et Luigi Pirandello. L’étude récente d’Annamaria Pagliaro prolonge cette réflexion et l’accentue en plaçant l’auteur sicilien en deçà du naturalisme. Elle montre en effet que l’unité de la production de De Roberto consiste à questionner le rapport problématique entre la subjectivité individuelle et le réel9. Margherita Ganeri, pour sa part, pousse encore plus loin cette lecture, au point d’ailleurs de rapprocher certaines thématiques et motifs derobertiens d’une sensibilité post-moderne10.

  • 11 Plusieurs épisodes récents témoignent d’un intérêt grandissant pour l’œuvre derobertienne : la sort (...)

5Ces recherches ont eu le mérite d’identifier des motifs importants et modernes de l’écriture de De Roberto, tels que le relativisme, la remise en cause du principe d’objectivité, les tendances expressionnistes de son écriture, l’expérimentalisme formel11. Cependant, la volonté de démontrer à tout prix la modernité de l’auteur a eu pour effet de laisser au deuxième plan l’ancrage de sa production dans un contexte social, historique et biographique bien précis qui a été source de conflits idéologiques et psychiques profonds. À notre avis, ces conflits doivent être reconstruits car ils sont les ressorts de la poétique de l’ambivalence et du doute qui se manifeste au niveau textuel à travers des figures récurrentes que les chercheurs ont largement analysées d’un point de vue formel. Nous n’entendons pas contester les résultats de la critique récente, qui a souligné à juste titre la nouveauté de la production de l’auteur sicilien et sa position inconfortable à une période de transition entre l’époque positiviste et une nouvelle culture percevant de façon de plus en plus problématique le rapport de l’individu à la réalité, à la connaissance et à autrui. Nous nous proposons d’expliquer d’un point de vue socio-historique les ambivalences et la complexité de l’écriture derobertienne. Nous croiserons ainsi analyse des textes et données du contexte afin d’expliciter les rapports entre l’écriture, la biographie de l’auteur et les valeurs idéologiques, culturelles et littéraires qui ont caractérisé l’Italie unifiée dans la deuxième moitié du xixe siècle. Cette démarche permet d’aborder des thématiques centrales de la littérature et de la société italienne de l’époque libérale : le rapport des intellectuels à l’histoire italienne récente et la représentation qu’ils en ont donnée, la fonction de la littérature et de l’écrivain, le rapport au genre.

Notes

1 Benedetto Croce, « E. Castelnuovo - Federico De Roberto - “Memini” », dans La letteratura della nuova Italia, Rome-Bari, Laterza, 1937, p. 131.

2 Luigi Russo, « Ritratti critici di contemporanei : Federico De Roberto », Belfagor, 1950, p. 668-675 ; Gaetano Mariani, Federico De Roberto narratore, Rome, Il Saggitario, 1950.

3 Vittorio Spinazzola, Federico De Roberto e il verismo, Milan, Feltrinelli, 1961.

4 Outre Il romanzo antistorico, de Vittorio Spinazzola, cf. Gaetano Trombatore, « I Viceré », dans Riflessi letterari del Risorgimento in Sicilia, Palermo, Manfredi, 1960, p. 30-43 et Mario Pomilio, « L’antirisorgimento di Federico De Roberto », Le ragioni letterarie, 1960, p. 157-174.

5 Carlo Alberto Madrignani, Illusione e realtà nell’opera di Federico De Roberto. Saggio su ideologia e strutture narrative, Bari, Donato, 1974.

6 Federico De Roberto, Romanzi novelle saggi, Carlo Alberto Madrignani, éd., Milan, Mondadori, « I Meridiani », 1984.

7 Natale Tedesco, La norma del negativo. Federico De Roberto e il realismo analitico, Palerme, Sellerio, 1981.

8 Cf. Antonio Di Grado, La vita, le carte, i turbamenti di Federico De Roberto gentiluomo, op. cit.

9 Annamaria Pagliaro, The Novels of Federico De Roberto. From Naturalism to Modernism, Leicester, Troubador Publishing, 2011.

10 Cf. Margherita Ganeri, « Federico De Roberto : Contemporary Perspectives », dans Julie Dashwood et Margherita Ganeri, éd., op. cit., p. 3-17.

11 Plusieurs épisodes récents témoignent d’un intérêt grandissant pour l’œuvre derobertienne : la sortie en 2007 du film I Vicerè, réalisé par Roberto Faenza ; la publication des deux premières études critiques sur l’auteur sicilien dans les pays anglophones (l’ouvrage collectif dirigé par Julie Dashwood et Margherita Ganeri, op. cit., en 2009, et la monographie d’Annamaria Pagliaro, op. cit., en 2011) ; la présence de De Roberto à l’agrégation d’Italien pour les sessions 2011-2012 et 2012-2013, pour la première fois dans l’histoire du concours français. À cette occasion, plusieurs travaux sont parus en France, notamment le n° 3-4, juillet-décembre 2011, de la Revue des études italiennes, entièrement consacré à l’auteur sicilien.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search