Version classiqueVersion mobile

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

L’auteur, son temps et son œuvre

Un contexte historique et littéraire mouvant

Texte intégral

Le temps du mécontentement

  • 1 Selon la périodisation conventionnelle, l’Italie libérale s’achève en 1922, avec la montée au pouvo (...)
  • 2 Le mot Risorgimento signifie à la fois « renaissance » et « résurrection ». La périodisation du Ris (...)

1Afin de mieux comprendre la position de De Roberto, il conviendra d’esquisser le contexte historique et littéraire italien de la deuxième moitié du xixe siècle, période désignée par les historiens comme l’époque « postunitaire » ou de l’Italie « libérale ». Il s’agit des décennies qui suivent la naissance de l’État-nation italien en 18611. Surgi des cendres d’une dizaine d’États qui divisaient le territoire, ce nouveau pays prend la forme d’une monarchie parlementaire. Cette unification est le résultat d’un ensemble de processus idéologiques, politiques et militaires extrêmement complexes qu’on désigne par le terme Risorgimento2.

  • 3 Cf. Alberto Mario Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’ (...)
  • 4 Ce mouvement républicain, qui revendiquait la libération de la péninsule du joug des dominations ét (...)

2Comme le montre Mario Alberto Banti, dans la première moitié du xixe siècle, il existait certes une culture qui avait élaboré des valeurs et des motifs partagés, comme les idées de famille, de sainteté et d’honneur, qui s’étaient avérés capables de mobiliser les patriotes italiens autour de l’idée de l’existence d’une patrie commune3. Cependant, l’unification italienne ne s’est pas produite de façon linéaire. Elle n’a pas été l’issue d’une guerre du peuple, bien que ce mythe, fondateur dans le cadre de l’histoire française, ait été la référence prestigieuse des courants démocratiques comme le mazzinianisme (mazzinianesimo4). La nation italienne est née grâce au travail d’une partie restreinte de la population et au concours de facteurs hétérogènes – la référence à une identité nationale reposant essentiellement sur une culture commune, fondée sur la langue italienne (qui était, toutefois, parlée uniquement par les élites) ; un corpus littéraire canonique et la religion catholique ; le désir d’émancipation politique de la bourgeoisie et de l’aristocratie progressistes par rapport au pouvoir autoritaire des monarchies absolues qui régissaient les États pré-unitaires ; l’aspiration, de la part de ces mêmes classes sociales, au développement économique, grâce à la création d’un marché dépassant la dimension régionale ; l’action de courants démocratiques ; les initiatives d’individus comme Giuseppe Garibaldi, qui ont su susciter des formes de mobilisation collective ; enfin les conjonctures internationales et les opérations diplomatiques d’une classe dirigeante piémontaise, brillamment représentée par le premier ministre Camillo Benso, comte de Cavour, se mettant progressivement à la tête d’un processus d’unification nationale qui n’était pas envisagé auparavant.

3La convergence de tous ces facteurs a porté à la naissance, inattendue, en 1861, d’un tout nouvel État européen de dimensions moyennes. Bien que la dynamique de sa formation ait été extrêmement complexe et parcourue de tensions, le Risorgimento a été suivi et présenté par les patriotes, les libéraux et les démocrates comme une révolution nécessaire et miraculeuse, qui serait capable de garantir la liberté de tous les citoyens italiens et le progrès au sein d’un futur pays, harmonieux et unifié. Ce projet passionné avait mobilisé les énergies d’une partie de la population aisée et lettrée, avait créé des mythes et des espoirs qui n’attendaient que la naissance du nouvel État pour se réaliser.

4Cependant, au lendemain de l’unification, les attentes furent vite déçues face aux difficultés de l’intégration nationale. Les gouvernements italiens s’appliquèrent, avec acharnement mais avec peine, à uniformiser les structures d’un pays résultant de l’unification de régions aux traditions différentes et très attachées à leur identité et à leur autonomie locale. Il ne parvint pas à résoudre le problème de l’absence d’une langue nationale et de valeurs communes, dont la diffusion était entravée par un taux d’analphabétisme très élevé.

5L’État italien fut surtout confronté, dès le début, à un problème de légitimité. Le processus risorgimentale avait été promu par une petite partie de la population italienne, alors que les classes populaires, essentiellement paysannes, n’y avaient pas participé ou s’étaient même montrées hostiles aux mouvements libéraux. L’hégémonie des libéraux modérés monarchistes s’était imposée, écartant ou marginalisant les forces démocratiques ou républicaines qui avaient pourtant apporté une contribution importante aux luttes de libération nationale.

6Par ailleurs, la classe dirigeante italienne, constituée essentiellement de septentrionaux, découvrit pour la première fois la réalité du Sud de l’Italie, son sous-développement politique, social et économique. Cette différence entre le Nord et le Sud de l’Italie et les difficultés attenantes est appelée par l’historiographie la « question méridionale » (questione meridionale). Le gouvernement central ne réussit pas à entamer les rapports sociaux traditionnels, puisqu’il dut s’appuyer sur les notables locaux, sans toutefois parvenir à les fidéliser. Il échoua dans son effort d’établir une plus grande justice par rapport au passé bourbonien ou des améliorations socio-économiques. Au contraire, il fut perçu comme le énième envahisseur, responsable de vexations d’un genre nouveau, comme les impôts ou le service militaire obligatoire. Ainsi, le pouvoir se limita à étouffer par la répression les révoltes découlant du profond malaise social des classes populaires méridionales. Le cas le plus exemplaire fut le phénomène du brigandage (brigantaggio), un violent mouvement de rébellion qui se développa dans le Sud de l’Italie continentale au lendemain de l’Unité et qui prit comme cible les notables et les représentants de l’État central. Il exprimait à la fois la déception vis-à-vis du nouveau pouvoir et la protestation contre la misère endémique qui accablait depuis toujours les populations méridionales. Le brigandage fut réprimé entre 1861 et 1864 par le déploiement de l’armée et par l’imposition d’un état de siège dans le Sud.

7Enfin, la naissance de l’État italien se heurta à la guerre que lui avait déclarée l’Église. L’annexion des États de l’Église et de Rome au royaume d’Italie en 1871 sanctionna la fin du pouvoir temporel du Saint Père. Le pape Pie IX refusa de reconnaître la légitimité du nouvel État, considéré comme un usurpateur blasphème. En 1874, avec la bulle papale Non expedit, il interdit aux catholiques de participer aux élections nationales, excluant par conséquent la plupart de la population italienne de la vie politique du pays.

8Si la société civile regardait d’un œil suspicieux, voire hostile, le nouvel État, la classe dirigeante italienne, de son côté, nourrissait une méfiance certaine vis-à-vis des territoires et des pouvoirs locaux, comme le montrait l’obsession centralisatrice de la droite, ainsi que de la gauche de Francesco Crispi. Cette attitude était engendrée par la crainte de laisser le territoire aux mains des forces les plus conservatrices et rétrogrades, comme les forces cléricales, considérées comme dangereuses pour l’unité du pays. Ces dernières étaient peu présentes au Parlement ou pas du tout, mais bien enracinées dans la société civile.

9La classe politique qui gouverna l’Italie dans la décennie suivant l’unification, héritière de l’idéologie libérale, laïque et centralisatrice de Cavour, était relativement homogène puisqu’elle était constituée essentiellement de septentrionaux, libéraux conservateurs et propriétaires terriens. Elle géra les problèmes immédiats du nouvel État : la question méridionale et notamment le brigandage, l’élargissement des structures administratives, scolaires et des infrastructures à tout le territoire, l’assainissement de la balance nationale. Ces objectifs furent atteints avec un certain succès, mais au prix d’une politique d’austérité qui pénalisa les classes populaires et d’une fiscalité qui indisposa la bourgeoisie et la petite noblesse, surtout méridionale. Cette insatisfaction entraîna la chute de la droite historique en 1876 et la montée au pouvoir de la gauche historique, avec Agostino Depretis. Ce changement, passé à la mémoire comme la « révolution parlementaire », marqua un renouveau au sein de la classe dirigeante, car il permit à un grand nombre de députés méridionaux et bourgeois d’entrer au Parlement. Il s’agissait d’un groupe beaucoup plus différencié que celui de la droite du point de vue de l’origine sociale de ses membres.

  • 5 Agostino Depretis, Discorso pronunciato dall’onorevole Agostino Depretis presidente del Consiglio d (...)

10La gauche historique revendiquait des mesures démocratiques plus avancées que la droite, parmi lesquelles le suffrage universel et la décentralisation administrative. Cependant, elle réussit à faire approuver une seule mesure importante dans ce domaine : une réforme électorale, en 1882, qui élargit le droit de vote de 2 % à 7 % de la population. Cet épisode coïncida avec le début de la seconde phase du gouvernement de Depretis, accompagné de l’introduction d’une pratique politique spécifique, appelée « transformisme » (trasformismo). Ce terme fut utilisé pour la première fois par Depretis, dans un célèbre discours prononcé à Stradella, lors de la campagne électorale de 1882. À cette occasion, il invita les représentants de la droite à le rejoindre en se « transformant » : « Si quelqu’un veut rentrer dans nos rangs, si quelqu’un veut se transformer et devenir progressiste, comment puis-je le repousser5 ? » La pratique du transformisme consiste à obtenir, de la part de la majorité gouvernementale, l’appui d’une partie de l’opposition, en échange de faveurs et de concessions. Elle visait alors à marginaliser les extrêmes (la droite cléricale et la gauche socialiste), afin d’assurer une certaine stabilité au gouvernement grâce à une alliance entre groupes de pouvoir traditionnels, tout en satisfaisant en partie les revendications de certains intérêts émergents. Elle permettait ainsi d’exorciser le spectre d’une révolution qui aurait risqué de bouleverser l’ordre libéral.

11L’un des épisodes les plus représentatifs de cette pratique fut l’alliance entre la gauche de Depretis et le chef de file des modérés, Marco Minghetti. Lors du débat autour du vote de confiance du 19 mai 1883 – épisode par lequel s’ouvre le roman parlementaire L’Imperio de De Roberto –, Minghetti accepta l’alliance au nom de la défense des institutions contre le danger des extrêmes. À cette occasion, les députés de la gauche Giuseppe Zanardelli et Alfredo Baccarini sortirent du gouvernement car ils considérèrent cette manœuvre comme une trahison du programme progressiste. Ils constituèrent avec Crispi, Giovanni Nicotera e Benedetto Cairoli un groupe d’opposition appelé « pentarchie ».

12Avec l’accord entre Minghetti et la gauche, débuta une phase très confuse de la vie politique italienne, caractérisée par des intrigues parlementaires et la prévalence d’intérêts personnels, ponctuée par une série de scandales politiques. C’est justement dans les années 1880 que surgit une « question morale » et une volonté affirmée de dénonciation de la corruption. Un épisode significatif de cet état d’esprit fut la campagne lancée contre la corruption de la classe politique, de la presse et de l’administration par le journaliste et député de la gauche Felice Cavallotti.

13Le transformisme fut accusé de participer à cette dégradation de la vie politique. Le mot prit bientôt une connotation morale négative qui s’élargit à l’action politique en général. Le poète Giosuè Carducci, fervent patriote et monarchiste, nostalgique d’une période plus héroïque et d’hommes plus intègres liés au souvenir du Risorgimento, définit en 1883 le transformisme comme « un mot laid pour désigner une chose encore plus laide que le mot ». Clientélisme et transformisme devinrent les cibles polémiques récurrentes de l’opposition. Ces événements montrent comment, vingt ans après l’unification italienne, la gestion de l’héritage politique du Risorgimento a été lourdement mise en cause et a créé un sentiment de méfiance vis-à-vis de la classe politique.

14Le climat moral ne s’améliora pas avec le passage du pouvoir de Depretis à Crispi, le leader de la gauche qui prit le relais à la tête du gouvernement en 1887. Ce dernier était un ancien garibaldien, obsédé par la nécessité de préserver l’unité du pays contre tout risque de désagrégation et de consolider le sentiment d’appartenance nationale chez les citoyens italiens par des épreuves et des défis communs. Il poursuivit ainsi une politique autoritaire à l’intérieur du pays et reprit avec détermination la politique expansionniste en Afrique qu’avait entamée avant lui, plus timidement, Depretis. Mais son autoritarisme indisposa les libéraux, alors que son initiative coloniale se solda par la défaite de l’armée italienne à Adoua, en 1897, face aux Éthiopiens. Cette débâcle fut une grande humiliation pour le pays, entraîna la démission de Crispi et sa sortie définitive de la scène politique.

15Dans ces mêmes années, un autre événement éclaboussa la classe dirigeante. En 1892, éclata le scandale lié à la Banque romaine, accusée d’avoir mis en circulation plus de monnaie que la quantité autorisée pour couvrir des trous et financer les campagnes électorales de plusieurs hommes politiques, parmi lesquels Giovanni Giolitti et Crispi. Cet épisode porta au grand jour, pour la première fois, la collusion entre monde politique et milieux financiers, ce qui ternit encore davantage l’image de la classe politique. De ce fait, le dégoût envers le monde de la politique et le Parlement augmenta.

16Un autre élément contribua à fragiliser cette classe politique qui souffrait déjà d’un manque préoccupant de légitimité. À la fin du siècle, la question sociale commença à poindre en Italie. Jusqu’aux années 1860-1870, elle se présentait avant tout sous l’aspect de la question méridionale, qui avait fini par devenir la question sociale nationale par excellence et par concentrer l’attention du gouvernement. À partir des années 1890, la question sociale prit l’aspect qu’elle avait dans les autres pays européens, où le socialisme s’était plus largement diffusé et où un prolétariat conséquent s’était déjà formé. En 1893 se développèrent les mouvements des ligues siciliennes (fasci siciliani), premier symptôme, selon les historiens, de l’émergence d’un mouvement autonome de contestation de l’équilibre des forces traditionnel. La question sociale devint brûlante au point que même l’Église s’en préoccupa. Le pape Léon XIII, élu en 1878 après la mort de Pie IX, promulgua en 1891 une encyclique, la Rerum Novarum, dans laquelle fit apparition, pour la première fois dans l’histoire de l’Église, la question ouvrière. En 1895, enfin, naquit le Parti Socialiste Italien, fondé par Filippo Turati.

17L’émergence de ces nouvelles forces politiques, désireuses d’une démocratie plus avancée et d’une plus grande justice sociale, inquiétait les classes dirigeantes de l’époque et créait une situation extrêmement tendue. Des années 1890 jusqu’à la fin du siècle, le gouvernement choisit de répondre aux revendications sociales par la répression. Crispi, en réaction au mouvement des ligues siciliennes, décréta en 1894 l’état de siège en Sicile et mit hors la loi les organisations socialistes. Les gouvernements conservateurs qui lui succédèrent appliquèrent les mêmes méthodes, jusqu’à la crise de 1898, qui se solda par la répression dans le sang d’une manifestation de protestation contre la vie chère à Milan. Cet épisode fut le signe le plus grave du décalage entre « pays légal » et « pays réel », qui caractérisa l’histoire italienne depuis la naissance du Royaume. Une tentative de réduction de cette fracture sera effectuée par Giolitti, dans les quinze premières années du xxe siècle, mais elle ne freinera pas l’aggravation de la crise du régime libéral qui débouchera, dans les années 1920, sur le fascisme.

  • 6 Cf. Alberto Asor Rosa, « Creazione e assestamento dello stato unitario (1860-1887) », dans Storia d (...)
  • 7 Francesco De Sanctis, Storia della letteratura italiana, Milan, Feltrinelli, 1964, p. 864.
  • 8 Ce glissement de la critique des hommes à celle de l’institution ouvrira la porte aux dérives autor (...)

18D’après Alberto Asor Rosa, l’histoire de la culture italienne depuis l’Unité jusqu’aux années 1890 fut traversée par une réflexion sur les caractéristiques de la nouvelle nation, sur la bonne gouvernance du pays et sur la capacité de la classe dirigeante à gérer le pouvoir. Les intellectuels, les premiers, exprimèrent leur mécontentement vis-à-vis d’un État, d’une nation et d’une société qui leur semblèrent largement au-dessous de leurs attentes. Ils critiquèrent d’une part le matérialisme et la recherche du bien-être qui, seuls, semblaient intéresser la société postunitaire, oublieuse des idéaux, de l’esprit de sacrifice et des luttes héroïques du Risorgimento. D’autre part, ils condamnèrent la classe politique, qui avait trahi les valeurs risorgimentali et transformé l’action politique en une pratique corrompue, constituée de marchandages et de compromis. Ils estimaient qu’elle n’était pas à la hauteur de sa mission. S’installa ainsi un climat d’insatisfaction et d’accusation contre les coutumes et l’éthique de la société italienne contemporaine et de la classe dirigeante nationale qu’Asor Rosa appelle la deprecatio temporum6. Déjà, à la fin des années 1860, Francesco De Sanctis, éminent intellectuel et homme politique de la droite, pointa du doigt la décadence éthique des acteurs de la vie publique : « On dirait qu’au moment même où l’Italie s’est faite, s’est défait le monde politique et intellectuel dont elle est issue7. » Cette condamnation fut relayée par des républicains tels que Cavallotti, ainsi que par des monarchistes comme Carducci ou, vers la fin des années 1880, par des nationalistes antidémocratiques comme Gabriele D’nnunzio. Si, au départ, elle frappait surtout la moralité des hommes au pouvoir, plus tard le blâme sera adressé au Parlement même en tant qu’institution8.

19Cette critique prit le ton de la condamnation dans les vingt premières années de l’unification. Puis, dans les années 1880, elle changea de registre. Les intellectuels ne s’interrogèrent plus sur la continuité ou la discontinuité par rapport au Risorgimento, mais songèrent à la nécessité d’un changement radical des institutions. Deux nouveaux modèles de gouvernement virent le jour. Le premier, proposé par le socialisme naissant, était fondé sur l’idée qu’un renouveau ne pouvait venir que d’une transformation totale de l’ordre social. Le deuxième, plus conservateur, fut élaboré par la science politique de l’époque : dans cette optique, le changement devait provenir du sein de la classe bourgeoise même. Ce n’était pas le système bourgeois qui était mauvais : c’était la classe politique contemporaine qui n’était pas capable d’exprimer au mieux le potentiel de la bourgeoisie. Dans ce contexte, se développa une réflexion sur la « décadence » et la « dégénérescence » de la classe politique dont témoignent les œuvres des politologues Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto. Elles postulaient la nature inévitablement oligarchique du pouvoir. L’intervention, en 1897, du libéral conservateur Sidney Sonnino, intitulée « Revenons à la Constitution », allait dans ce sens : elle établissait une distinction entre un « gouvernement constitutionnel », efficace, avec un gouvernement plus autonome par rapport au Parlement, et le « gouvernement parlementaire », lieu de tous les intrigues et source de tous les maux.

  • 9 Cf. Alessandra Briganti, Il Parlamento nel romanzo italiano del secondo Ottocento, Florence, Le Mon (...)

20La déception suscitée par la nouvelle Italie fut particulièrement aiguë chez les intellectuels et les hommes de lettres à cause de leur statut incertain. En premier lieu, ils n’étaient plus impliqués dans la politique et dans la société comme ils l’étaient à l’époque des luttes libérales et patriotiques. Ils se faisaient alors les porte-parole de tout un peuple qui aspirait à se constituer en nation sur la base des valeurs d’égalité, de liberté, de fraternité et de progrès. Dans l’Italie désormais unifiée, ils devaient se trouver un nouveau rôle. Par ailleurs, après l’unification, se produisit une modification dans l’origine sociale des intellectuels. Les intellectuels bourgeois et petit-bourgeois se faisaient de plus en plus nombreux par rapport aux rentiers, qui pouvaient tirer leurs revenus de leurs propriétés et exercer leur mission d’intellectuels ou d’hommes de lettres sans se soucier de répondre aux demandes du marché. La deprecatio temporum était également l’expression de l’inquiétude des intellectuels par rapport à leur rôle et à leur fonction dans la société de l’Italie postunitaire. Ce malaise donna naissance à un genre romanesque spécifique, celui du « roman parlementaire », dont Alessandra Briganti décrit l’origine, les formes et les évolutions9. Ces romans avaient comme objet principal la représentation de la vie parlementaire et portaient un jugement sévère sur les institutions.

21Né en 1861, De Roberto se forma pendant les années décevantes de la gauche historique. Il vécut toutes les contradictions, les tensions et les déceptions de l’Italie postunitaire et partagea le malaise des intellectuels de sa génération.

Des poétiques en concurrence

22Aux évolutions déroutantes du contexte historique s’ajoutait également la difficulté de se situer dans le contexte de la production et des poétiques littéraires. En effet, De Roberto écrit dans les deux dernières décennies du xixe et au début du xxe siècle, une période de transition, où s’affrontent et se superposent des poétiques et des modèles culturels anciens et nouveaux, aux principes parfois incompatibles.

23L’auteur sicilien publie ses premières œuvres, dont certaines se rattachent à la poétique vériste, à un moment où le vérisme n’est plus un mouvement d’avant-garde. Le vérisme est le courant littéraire qui se diffuse en Italie dans les années 1870-1880. Il ne constitue pas une véritable école, puisqu’il est circonscrit à la production d’un petit cénacle d’écrivains méridionaux et notamment siciliens : Luigi Capuana (le théoricien du groupe) et Giovanni Verga (le plus représentatif du point de vue de la création). De Roberto a été longtemps rattaché sans hésitation à ce courant, mais cette appartenance a été récemment remise en cause par les chercheurs.

24D’un point de vue philosophique, le vérisme est influencé par certains thèmes et méthodes du positivisme, mais sans en partager l’optimisme, la confiance dans le progrès et l’aspiration à une explication totalisante de la réalité. Du point de vue de la filiation littéraire, il s’inspire en partie du naturalisme français, dont il se distancie par certains aspects, comme nous le verrons.

25Les véristes ont l’ambition de créer le roman italien moderne, d’innover par rapport aux modèles romantiques de la première moitié du xixe siècle. En effet, ils jugent que les romans appartenant à cette tradition sont imparfaits : à cause du message fortement idéologique (politique ou religieux) dont ils étaient porteurs, ils subordonnaient l’art à des fins qui n’étaient pas les siennes. D’autre part, l’expression manifeste du point de vue de l’auteur dans le roman empêchait le lecteur d’être en prise directe avec la réalité que l’auteur voulait représenter. Les véristes italiens posent comme principe de base de l’écriture vériste la notion d’« impersonnalité » : l’auteur doit effacer sa présence dans le texte et donner au lecteur l’impression que les faits ne sont pas racontés par un intermédiaire.

  • 10 Pour des analyses plus approfondies, voir Roberto Bigazzi, I colori del vero (vent’anni di narrativ (...)

26Ce principe est l’élément principal que les véristes italiens empruntent au naturalisme français. Par ailleurs, ils s’en différencient nettement à plusieurs égards. Les véristes, de façon unanime, refusent le principe zolien du roman expérimental et ne considèrent pas le roman comme un instrument d’intervention dans la société. Pour les véristes siciliens, le principe de l’impersonnalité ne vise pas à décrire de manière neutre la réalité humaine et sociale afin d’en identifier les maux et de les corriger, mais uniquement à assurer une représentation plus vive et précise de la réalité du point de vue technique. Il s’agit d’une modalité de représentation plus adaptée pour créer l’illusion du réel que ne l’était la littérature romantique précédente, où l’immédiateté était compromise par les effusions subjectives de l’auteur10.

  • 11 Par exemple, le roman vériste de l’écrivaine et journaliste napolitaine Matilde Serao, Il Paese di (...)

27Conventionnellement, l’apogée de la production vériste coïncide avec les années 1880-1890. Du point de vue de la production littéraire, l’heure de gloire du vérisme se déploie entre 1879, année de la publication du recueil Vita dei campi (Vie des champs), par Verga, et 1889, année de la publication du roman Mastro-don Gesualdo du même auteur. Du point de vue de la critique, elle débute un peu plus tôt, en 1872, année où paraît le recueil d’essais critiques Teatro italiano contemporaneo (Théâtre italien contemporain) de Capuana, traditionnellement considéré comme le théoricien du vérisme. Même si, les années suivantes, d’autres œuvres d’inspiration vériste apparaissent11, elles sont désormais concurrencées par d’autres poétiques qui se déploient à partir de la fin des années 1880, tels le décadentisme, le psychologisme ou le spiritualisme.

  • 12 Cf. Ezio Raimondi et Andrea Battistini, « Retoriche e poetiche dominanti », dans Alberto Asor Rosa, (...)

28Ces courants littéraires contestent la représentation matérialiste et déterministe de l’homme et de la société préconisée par le vérisme, ainsi que ses présupposés positivistes. D’une part, ils considèrent la vision du monde propre au vérisme comme extrêmement réductrice, car elle rabaisse l’homme à la matière et aux instincts. D’autre part, ils l’accusent d’être peu « artistique », dans la mesure où le vérisme, dans sa volonté d’élargir la représentation à toute la réalité, ne fait aucune sélection, premier pas nécessaire pour la mise en forme littéraire. Ces courants proposent ainsi un modèle anthropologique fondé sur l’exaltation de l’individu et mettent l’accent sur sa dimension spirituelle. Ils privilégient la mise en scène d’individus d’exception, appartenant aux classes les plus élevées, à la psychologie sophistiquée et problématique. La parole même de l’auteur change de fonction. Il ne s’agit plus de représenter avec précision la réalité, mais d’évoquer et de dévoiler au profane le mystère de la spiritualité et des âmes élevées (c’est le cas d’Antonio Fogazzaro) ou bien d’accomplir une fonction « liturgique » : la parole devient action, invitation à l’imitation d’un modèle sublime (c’est le cas de Gabriele D’nnunzio)12.

29Ces tendances se manifestent au sein du décadentisme, dont l’exemple le plus représentatif est le roman de D’Annunzio, Il Piacere (L’Enfant de volupté), qui sort en 1889, l’année de la publication du dernier chef-d’œuvre du vérisme, Mastro-don Gesualdo. Au milieu des années 1890, la remise en cause du modèle vériste est confirmée par un article de Matilde Serao, publié en 1894 dans le journal napolitain Il Mattino et intitulé « Les chevaliers de l’esprit ». Dans cet article, elle identifie en la personne de l’écrivain Fogazzaro le chef de file d’une nouvelle école, spirituelle et mystique, capable de dépasser la conception trop étroite de la vérité et de la réalité que le naturalisme a proposée. L’intervention de Serao est d’autant plus significative du changement de repères idéologiques en cours qu’elle-même a commencé sa carrière par des œuvres d’inspiration vériste, pour se tourner enfin vers une production spiritualiste. Le volet de la littérature étrangère traduite en italien connaît la même parabole : si les années 1870 et 1880 sont marquées par la découverte des romans d’Émile Zola, depuis la fin des années 1880 se diffusent avec succès les romans psychologiques de Paul Bourget.

  • 13 Cf. Luisa Mangoni, Una crisi di fine secolo. La cultura italiana e la Francia fra Otto e Novecento,(...)

30D’un point de vue culturel plus large, les années entre la fin du xixe siècle et le début du xxe sont caractérisées par une réaction à l’hégémonie de la science et par la crise de ses présupposés épistémologiques fondés sur la solidité et l’univocité des données du réel. Cette tendance est bien résumée par Ferdinand Brunetière qui, depuis les pages de la Revue des Deux Mondes, parle de « banqueroute de la science ». Le modèle positiviste, fondé sur la conviction qu’il existe une réalité stable dont il suffit de trouver les lois immanentes qui la régissent afin de la comprendre et de programmer le développement harmonieux de l’humanité, est vivement contesté13.

31De Roberto écrit pendant cette période mouvante et hétérogène. Son premier recueil, La Sorte, d’inspiration vériste, est publié en 1887, deux ans avant la parution du dernier chef-d’œuvre du vérisme et de l’archétype du roman décadent. Il continue par la suite à écrire pendant des années où s’affirment de plus en plus des modèles littéraires qui ont l’ambition de dépasser une approche naturaliste de la réalité. L’auteur sicilien partage avec ces nouveaux courants un certain malaise par rapport à la conception positiviste de l’univocité des données empiriques. Dans le même temps, il n’arrive pas à s’affranchir complètement d’une culture positiviste, dont il continue à apprécier la méthode et la nécessité d’un ancrage au réel, bien que ce dernier devienne de plus en plus problématique à cerner dans son objectivité absolue.

Notes

1 Selon la périodisation conventionnelle, l’Italie libérale s’achève en 1922, avec la montée au pouvoir de Benito Mussolini et le début du fascisme.

2 Le mot Risorgimento signifie à la fois « renaissance » et « résurrection ». La périodisation du Risorgimento est discutée parmi les historiens. Certains font remonter le début du processus à la Campagne d’Italie (1796-1799), lorsque la domination napoléonienne fit pénétrer de façon irréversible les idées de la Révolution française auprès de la bourgeoisie italienne naissante. D’autres retiennent comme terme a quo la date du Congrès de Vienne (1815), qui marqua le début des luttes libérales et patriotiques dans la Péninsule. La fin du Risorgimento est également objet de débat. Les historiens qui mettent l’accent sur l’unification politique le font finir en 1861, année de la proclamation du royaume d’Italie. Ceux qui prennent en compte l’histoire militaire, fixent la fin en 1866, année de la troisième et dernière guerre d’indépendance. Enfin, les historiens qui se réfèrent à l’unité territoriale, l’établissent en 1871, année où Rome, enfin annexée, devient la capitale italienne.

3 Cf. Alberto Mario Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Turin, Einaudi, 2006.

4 Ce mouvement républicain, qui revendiquait la libération de la péninsule du joug des dominations étrangères, fut fondé par le patriote génois Giuseppe Mazzini (1805-1872). Ce dernier, présenté par la mythologie nationale comme l’un des pères de la patrie, fut le premier penseur et homme d’action à placer l’idée de l’unité italienne au cœur de son programme politique.

5 Agostino Depretis, Discorso pronunciato dall’onorevole Agostino Depretis presidente del Consiglio dei ministri al banchetto offertogli dai suoi elettori di Stradella il giorno 8 ottobre 1882, Turin, Stamperia dell’Unione tipografico-editrice, 1882, p. 22.

6 Cf. Alberto Asor Rosa, « Creazione e assestamento dello stato unitario (1860-1887) », dans Storia d’Italia. 4. Dall’Unità a oggi. La cultura, t. II, Turin, Einaudi, 1975, p. 821-839.

7 Francesco De Sanctis, Storia della letteratura italiana, Milan, Feltrinelli, 1964, p. 864.

8 Ce glissement de la critique des hommes à celle de l’institution ouvrira la porte aux dérives autoritaires qui déboucheront plus tard sur le fascisme.

9 Cf. Alessandra Briganti, Il Parlamento nel romanzo italiano del secondo Ottocento, Florence, Le Monnier, 1972.

10 Pour des analyses plus approfondies, voir Roberto Bigazzi, I colori del vero (vent’anni di narrativa 1860-1880), Pise, Nistri-Lischi, 1969 ; Luca Clerici, Invito a conoscere il verismo, Milan, Mursia, 1989 ; Giulio Marzot, Battaglie veristiche dell’Ottocento, Milan-Messine, Principato, 1941 ; Pierluigi Pellini, Naturalismo e verismo. Zola, Verga e la poetica del romanzo, Florence, Le Monnier, 2010 ; Mario Pomilio, Dal naturalismo al verismo, Naples, Liguori, 1979 ; Salvatore Rossi, L’età del verismo, Palerme, Palumbo, 1978 ; Paolo Mario Sipala, Storia e scienza nella letteratura verista, Bologne, Pàtron, 1976 ; Vittorio Spinazzola, Verismo e positivismo, Milan, Feltrinelli, 1977 ; Domenico Tanteri, Le lacrime e le risate delle cose. Aspetti del verismo, Catane, Biblioteca della Fondazione Verga, 1989 ; Ferruccio Ulivi, La letteratura verista, Turin, ERI, 1972.

11 Par exemple, le roman vériste de l’écrivaine et journaliste napolitaine Matilde Serao, Il Paese di Cuccagna (Au pays de Cocagne), paraît en 1891, alors que le chef-d’œuvre de Capuana, Il Marchese di Roccaverdina (Le Marquis de Roccaverdina), est publié en 1901.

12 Cf. Ezio Raimondi et Andrea Battistini, « Retoriche e poetiche dominanti », dans Alberto Asor Rosa, éd., Letteratura italiana. 3. Le forme del testo, t. I, Teoria e poesia, Turin, Einaudi, 1984, p. 266-273.

13 Cf. Luisa Mangoni, Una crisi di fine secolo. La cultura italiana e la Francia fra Otto e Novecento, Turin, Einaudi, 1985.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search