Versión clásicaVersión móvil

Federico De Roberto

 | 
Michela Toppano

Introduction

Texto completo

  • 1 Federico De Roberto, « Lettere di Federico De Roberto a Ferdinando Di Giorgi », dans Aurelio Navarr (...)

1 Ordre et folie : ce ne sont que deux des principes antinomiques qui régissent l’activité d’écriture de l’auteur sicilien Federico De Roberto, mais ce sont ceux qui synthétisent au mieux les tensions sous-jacentes à son œuvre. Nous avons extrait cette opposition d’une lettre envoyée à son ami Ferdinando Di Giorgi en 1891. L’écrivain y affirme : « L’art est l’illusion suprême et la dernière superfétation : mais il faut mettre de l’ordre dans cette folie1. » L’obsession de l’ordre, dans cette phrase, concerne le travail littéraire : l’auteur doit manier la parole, qui est le matériau avec lequel il compose ses œuvres, pour fabriquer un texte, un objet épuré et ordonné.

2Mais, dans ses créations artistiques, De Roberto ne se limite pas à ranger des mots : à travers le travail de stylisation et de mise en forme, il range aussi les désordres de sa vie, des conflits idéologiques et culturels liés à son parcours personnel, à l’histoire et au contexte social italiens de la deuxième moitié du xixe siècle. Ces contradictions, insolubles dans la réalité foisonnante de la vie, acquièrent un sens lorsqu’elles se transforment en objet esthétique, grâce au travail minutieux de formalisation scripturale. Chez l’écrivain sicilien, le travail esthétique est source d’apaisement. Il lui permet de mettre en scène les incohérences, les points de vue opposés et inconciliables, les contradictions, les sentiments de culpabilité qui sont par ailleurs source d’angoisse et d’égarement profond. Par l’écriture littéraire et la création fictionnelle, De Roberto parvient même à corriger les imperfections douloureuses de la vie, ou, du moins, à rendre signifiante l’absurdité de l’existence.

3Le fil rouge qui parcourt cet ouvrage est la conviction que l’écriture, chez De Roberto, revêt une fonction cathartique, et parfois même thérapeutique. En effet, elle lui a permis de donner un sens aux blessures et aux dilemmes qui l’ont travaillé toute sa vie durant. Ces conflits ne sont pas de nature purement psychologique, mais ils sont aussi sociaux et idéologiques. Ils sont liés aux évolutions récentes de l’histoire italienne, à la naissance de l’État national et à ses promesses non tenues ; à la nécessité de définir une identité sociale incertaine et à la quête tourmentée de la fonction de l’écrivain ; à la définition d’une identité masculine menacée et au danger de la féminisation qui guette la figure de l’homme de lettres. L’expérience de ces conflits est à l’origine d’une structure spécifique de la pensée derobertienne et d’une manière de concevoir le monde et la nature humaine qui présentent souvent la forme de la contradiction, de la coprésence des contraires. Dans l’œuvre de De Roberto, le monde, les hommes et les valeurs sur lesquelles se fondent les relations humaines ne sont jamais univoques : ils présentent un visage double ou même multiple. L’écriture littéraire a pour mission d’assumer cette pluralité, de produire les figures de l’ambivalence et de l’équivalence indécidable qui confèrent une cohérence paradoxale à cette vision du monde, d’élaborer les matériaux biographiques, perçus comme douloureux ou décevants, afin qu’ils ne soient pas abandonnés à l’oubli et au chaos.

4Ainsi De Roberto s’efforce-t-il sans cesse d’intégrer les éléments épars de sa vie dans une stratégie littéraire qui transforme l’expérience personnelle, individuelle, presque incommunicable, en objet de jouissance esthétique, grâce à l’élaboration de motifs narratifs et d’une philosophie qui sont susceptibles d’une interprétation plus générale. De cette manière, l’auteur réinvestit les éléments de sa vie dans une autobiographie idéale qui lui permet de résister à la perte et à l’insignifiance.

5Cependant, au-delà de cette lecture universalisante à laquelle l’auteur lui-même nous invite, il conviendra de montrer quelles sont les racines subjectives et singulières de ces motifs, qui se rattachent au vécu de l’auteur, aux mouvements de la société et de l’Histoire. Cette démarche, qui s’efforce de relier la création artistique à l’histoire personnelle, familiale, sociale et au contexte historique, ne vise pas à présenter l’œuvre littéraire comme un produit mécaniquement déterminé par des facteurs extérieurs. Au contraire, elle prend en compte la contribution déterminante de la subjectivité de l’écrivain, qui réagit aux déterminations contraignantes de la vie par la liberté de la création littéraire. D’une part, il sera possible d’apprécier à quel point les matériaux biographiques bruts sont toujours retravaillés et manipulés dans le cadre du texte littéraire : ils ne sont jamais transposés tels quels dans l’œuvre d’art. D’autre part, cette approche montre que reconnaître les racines biographiques et sociales de l’écriture de De Roberto ne signifie nullement dévaloriser son travail d’écrivain ou diminuer la puissance des mythes qu’il a su élaborer. Au contraire, son talent créateur se manifeste justement dans sa capacité à transformer des angoisses et des frustrations personnelles, individuelles et historiquement datées en motifs qui paraissent dépasser sa propre histoire et son propre temps pour atteindre une dimension universelle et atemporelle.

6Le premier chapitre présente le contexte historique et littéraire dans lesquels l’auteur prend place et donne une vision d’ensemble de sa vie et de son œuvre. Le deuxième chapitre permet d’aborder l’écriture de De Roberto à travers quelques manifestations de la poétique de l’ambivalence et du doute qui caractérise ses textes. Les chapitres suivants montrent comment cette structure de la pensée est redevable de tensions liées à la trajectoire personnelle de l’auteur ainsi qu’à des injonctions contradictoires qui pèsent sur son identité. Le troisième chapitre explicite l’ambivalence du rapport au père et à la mère, qui est mise en scène et sublimée à travers la pratique scripturale. Aux incertitudes liées à l’histoire familiale et nationale s’ajoutent les tâtonnements d’une quête inquiète d’identité. Ainsi, le quatrième chapitre illustre les hésitations de l’auteur sicilien à se positionner par rapport aux évolutions du xixe siècle concernant la figure de l’écrivain et ses fonctions. Le cinquième chapitre, enfin, analyse la manière obsédante dont De Roberto interroge le rapport de plus en plus problématique à la femme : cette question paraît d’autant plus primordiale qu’il associe étroitement le problème de la définition du genre à l’identité de l’écrivain.

Notas

1 Federico De Roberto, « Lettere di Federico De Roberto a Ferdinando Di Giorgi », dans Aurelio Navarria, Federico De Roberto. La vita e l’opera, Catania, Giannotta, 1974, p. 263. Comme la très grande majorité des œuvres derobertiennes n’ont pas été traduites en français, par souci de cohérence, nous avons choisi de traduire nous-même les passages cités.

© Presses universitaires de Provence, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search