Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Le « mythe de Marseille », une chance ou une impasse pour la culture ?

Témoignage de Philippe Foulquié1

Philippe Foulquié

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la transcription de l’intervention de P. Foulquié lors de la table ronde qui s’est ten (...)

1La politique culturelle de Marseille a été programmée par Gaston Defferre‚ mais ce n’est pas lui qui l’a menée‚ c’est son successeur Robert Vigouroux‚ avec un haut fonctionnaire qui est un grand commis de l’État – en l’occurrence le seul directeur du ministère de la Culture à avoir démissionné quand François Léotard était ministre (le frère du comédien‚ disait Guy Bedos)… C’est donc Dominique Wallon qui‚ avec l’aval de la municipalité de Vigouroux‚ a dans un premier temps transformé la politique culturelle de la ville‚ avec une volonté forte de structurer l’avenir culturel de cette ville. Un seul chiffre : sur les dix-sept villes de plus de cent mille habitants en France‚ Marseille est la dernière‚ la dernière en budget culturel‚ en pourcentage du budget global‚ et je peux dire même que‚ après avoir doublé quatre fois le budget‚ elle est toujours dernière. C’est-à-dire que c’est une ville qui sous-subventionne sa politique culturelle‚ même actuellement.

2Cependant‚ cette transformation a fait mûrir un certain nombre de choses‚ a fondé ou transformé des lieux – c’est à cette occasion qu’on a réalisé le théâtre Toursky‚ qui était une salle des fêtes. Il faut citer aussi le directeur des musées de la ville‚ qui a été un grand transformateur de cette politique des musées‚ lui aussi un haut fonctionnaire‚ Germain Viatte. C’est à ce moment-là qu’il y a une grande politique culturelle très ambitieuse qui démarre‚ avec des budgets‚ avec des gens qui organisent les choses. Et moi‚ on me demande de créer un théâtre dans un lieu qui s’appelle le Massalia – l’Espace Massalia à l’époque – ‚ et on me demande de créer un théâtre de marionnettes‚ parce que c’est un domaine que je connaissais assez bien et on me donne une immense carte blanche. Je posais comme principe que personne ne savait ce que c’était que la marionnette‚ même pas moi‚ et que donc‚ on allait essayer de savoir. Et dans ce lieu qui était un tout petit lieu‚ mais un lieu historique en même temps‚ qui était le lieu du TQM‚ le Théâtre Quotidien de Marseille‚ qui avait vu passer des gens comme Antoine Vitez. Comme aussi Alain Recoing‚ appelé par Vitez pour faire des marionnettes à Marseille‚ où il a créé une compagnie de marionnettes qui a survécu au TQM.

3Et donc‚ dans ce lieu‚ on me dit : « Créez un théâtre de marionnettes. » Je vais pas tout vous dire pour être court‚ mais c’est fondateur‚ parce que ce théâtre‚ je ne l’ai pas appelé Espace Massalia – j’ai décidé de l’appeler Théâtre Massalia‚ ne serait-ce que parce que c’étaient des marionnettes. C’était un lieu très petit‚ très sympathique‚ en centre-ville‚ plein de possibilités‚ mais en même temps très limité scénographiquement. Et pour moi‚ le théâtre de marionnettes‚ ça allait de Robert Anton‚ un Américain que j’avais croisé au Festival de Nancy en 1969 – 17 spectateurs‚ maximum 17‚ pas 18 – ‚ au Bred and Puppet‚ quelques mois plus tard‚ à la salle Wagram‚ devant 4000 personnes. Et c’est donc toute cette diversité du théâtre de marionnettes que je voulais explorer‚ cela qu’on allait montrer‚ « un théâtre de marionnettes‚ de Guignol à Kantor ».

4On a commencé à développer ce théâtre-là‚ avec un peu de pertinence et pas mal d’inventions‚ d’autant que le soutien de la ville restait modeste : on est allé doucement‚ mais ça a suffisamment démarré pour tenir et puis se développer. Et puis‚ après‚ il y a eu la réélection de Robert Vigouroux‚ Dominique Wallon est parti au Centre National du Cinéma‚ et est arrivé un groupe d’élus nouveaux derrière Vigouroux‚ et parmi lesquels un élu qui était connu comme PDG d’une boîte de publicité et aussi poète‚ de notoriété assez conséquente. Ce poète a essayé de mettre de la poésie dans la gestion des affaires de la Cité‚ et en tout cas‚ il a encouragé un certain nombre de choses. Son nom de politique‚ c’est Christian Poitevin‚ le poète‚ c’est Julien Blaine. Il a confié un projet qu’il avait élaboré lui-même‚ mais qu’il n’arrivait pas à avancer : il a décidé de le confier à deux théâtres‚ les deux théâtres qui avaient été créés en même temps‚ c’est-à-dire à l’époque de Dominique Wallon‚ le théâtre des Bernardines fondé par Alain Fourneau et mon Théâtre Massalia.

5Nous avons commencé l’histoire de La Friche‚ pas à la Belle-de-Mai d’ailleurs‚ mais très vite‚ on est venu à la Belle-de-Mai‚ en négociant directement avec la SEITA une partie de l’espace. Alors‚ je crois que c’est important de savoir que cette manufacture de tabac‚ qui faisait 120000 m2‚ c’est-à-dire 12 hectares‚ était une espèce de château-fort de ce village de friches qui allait des Chutes-Lavie‚ de la voie de chemin de fer‚ jusqu’à la mer. Cet endroit-là‚ Joliette‚ Arenc‚ Belle-de-Mai‚ c’est‚ je crois‚ l’épicentre de la crise de Marseille. Parce que c’est là que sont rassemblées la plus grande partie des usines qui transformaient les produits du port.

6Et ça‚ je crois que c’est une donnée qui fait partie des mythes de Marseille‚ selon laquelle il y aurait par exemple à Marseille de grandes familles‚ de grands chevaliers d’industrie… Et il y a un monsieur (Jean-Pierre Weiss) qui est arrivé un jour‚ qui dirigeait la préfiguration d’EuroMéditerranée‚ et qui nous a expliqué que‚ non‚ pas du tout‚ les Marseillais‚ c’étaient des négociants‚ et que c’est seulement la fonction coloniale qui a généré cette industrie. Quand‚ par exemple‚ Bernard Latarjet est arrivé à Marseille‚ il nous a parlé de Lille. Mais la classe industrielle lilloise‚ elle n’a strictement rien à voir avec la bourgeoisie marseillaise. D’ailleurs‚ les effets se font sentir‚ puisqu’il attendait un effet sponsoring‚ qui est déjà divisé par deux. Mais cette façon de lire Marseille comme si elle était porteuse d’une grande tradition industrielle est toujours présente.

7Quoi qu’il en soit‚ avec le soutien de l’élu‚ nous avons commencé une histoire tout d’abord de théâtre et de danse contemporaine‚ commençant par réaliser des projets que nos lieux ne nous permettaient pas de produire‚ ce qui a fondé de solides complicités artistiques avec des équipes de Marseille qui m’ont d’ailleurs accompagné au long des développements de la Friche. J’ai rapidement pris la direction seul‚ Alain Fourneau préférant retourner sur son propre théâtre.

8L’enjeu‚ c’est quoi ? L’enjeu‚ c’est redécouvrir‚ c’est continuer la grande histoire de l’action culturelle. C’est comment retravailler ce lien entre le corps social et les créateurs et le théâtre. C’est ça‚ l’enjeu. Cela veut dire qu’il faut re-problématiser la question de la production artistique quand les pratiques tendent à réduire les capacités des artistes à servir les ambitions et les carrières de producteurs ou d’autres artistes. Quand leurs considérables capacités à inventer des histoires‚ de véritables fondations‚ se limitent à une compétition dans une distribution de « l’excellence » dont ils ne sont pas maîtres.

9Dans les friches industrielles‚ nous avons le temps et l’espace. La diversité des espaces et leur taille nous permettent des explorations inédites‚ des durées de résidences qui ne sont tributaires que du temps de création. Comment exploiter cela ? Par des résidences longues‚ par des usages parfois improbables de l’espace. Comme disait Jean Nouvel‚ qui a été président de La Friche‚ par la dilatation du temps et de l’espace. Toutes sortes de façons de revisiter les règles – celles anciennes des premières décentralisations culturelles et celles que nous tentions d’inventer – ‚ ce qui nous a amenés à développer‚ à développer‚ à développer‚ en essayant de faire venir des gens‚ en sollicitant des gens ou en répondant à leurs sollicitations‚ pour qu’ils viennent s’installer là‚ travailler là‚ développer leurs projets et nourrir notre projet de leurs propres projets. À charge pour nous de les aider à se développer‚ d’inventer des processus de production et de socialisation tout en leur donnant du temps et de l’espace. C’est pas vraiment très sorcier‚ c’est très marseillais‚ c’est de l’accueil.

10Je suis très en colère en ce moment‚ parce qu’il y a des évolutions que je ne comprends pas‚ qui sont des tentatives institutionnelles de reprise de pouvoir‚ qui vont aller jusqu’à condamner par exemple le Théâtre Massalia : « Ce serait tellement plus intéressant qu’il s’occupe de faire de la socio-culture plutôt que d’avoir un projet artistique et de continuer à inventer un véritable théâtre jeune public à Marseille ! ». Donc‚ je suis en colère‚ parce qu’on est en train de nier cette histoire. Et ça‚ ce n’est pas seulement le fait de la ville : c’est aussi le fait du ministère‚ c’est le fait de la Région. Le département‚ peut-être dans ses problèmes‚ pour l’instant‚ il ne dit rien… Mais j’ai une grande confiance dans son élu à la Culture‚ Michel Pezet‚ qui lui a au moins le souci de l’Histoire. Mais‚ par rapport à ce qui se débat ici‚ ce n’est pas une aventure‚ c’est une histoire‚ qui a quelque chose à voir avec l’Histoire. C’est-à-dire qu’il faut enfin admettre que les artistes ont des capacités fondatrices‚ mais qu’il faut leur en donner les moyens. Même s’ils se trompent‚ car il faut leur concéder le droit à l’erreur.

11Il y a une autre chose que je voulais rappeler‚ c’est que‚ il y a une quinzaine d’années‚ j’ai pu‚ grâce à Christine Breton‚ conseillère aux Arts visuels pour la Ville‚ projeter un film dans la Friche‚ sur grand écran. Ce jour-là‚ on a décidé qu’il fallait qu’on fasse du cinéma grand écran‚ parce qu’il nous semblait que le cinéma grand écran rendait aux gens le cinéma que la télé leur a volé‚ c’est-à-dire des plans américains avec des gueules de 5 mètres de haut. Et cette expérience-là s’est faite avec un film assez abstrait‚ parce qu’il s’agissait d’une œuvre d’Antonio Muntadas‚ un plasticien espagnol – il vit à Chicago‚ mais il est Espagnol. Pendant un an‚ invité par Christine Breton‚ il avait réuni une compilation de tout ce qui avait été fait comme films sur Marseille‚ de tout ce qu’il avait pu trouver sur le thème des mythes et mythologies de Marseille. Il y avait des choses absolument savoureuses et j’avais tiré deux enseignements de cette expérience : d’abord‚ la popularité du cinéma grand écran. Et la deuxième chose – et ça‚ ce n’est pas un enseignement‚ c’était anecdotique‚ mais c’était savoureux – ‚ c’est la difficulté à faire admettre aux Marseillais quelques petites vérités premières les concernant. Si vous préférez‚ comme ils aiment bien se complaire dans leurs mythes‚ il n’est pas toujours facile de les dénoncer.

12J’ai quitté Marseille en 1967. À l’époque‚ la publicité de la ville‚ cinq ans après l’Indépendance de l’Algérie‚ quand même‚ c’était « La Porte de l’Orient ». Quand je suis revenu‚ 20 ans après‚ je voyais encore des affiches « Porte de l’Orient »‚ sauf qu’entre-temps‚ une crise avait frappé – qui avait sans doute commencé avant 1962 – ‚ mais qui avait très sérieusement accéléré‚ et il y avait des grandes zones de friche. C’est une première chose : une conscience de soi difficile à formuler. Et puis une deuxième chose : j’ai dû arriver à la fac en 1963‚ c’est-à-dire une année après l’Indépendance de l’Algérie‚ et il y a quelque chose comme 300000 pieds-noirs qui sont arrivés‚ enfin beaucoup plus‚ mais à peu près entre 200000 et 300000 qui sont restés à Marseille. La ville est passée très rapidement à un million d’habitants.

13Ça a amené beaucoup de construction dans les quartiers et finalement‚ cette assimilation a été relativement rapide. Je ne me rappelle pas qu’il y ait eu de grands problèmes… On racontait qu’ils (les pieds-noirs) avaient piqué des disques dans des fêtes‚ des conneries comme ça‚ mais il y avait un accueil quand même. Les pieds-noirs‚ c’était souvent des gens qui n’étaient pas du tout d’origine française‚ enfin‚ ils étaient Français d’Algérie‚ mais ils n’étaient pas Français de filiation. Et ils ont été tous accueillis. Bien des pieds-noirs vous racontent que ça n’était pas si simple‚ mais quand je reviens moi‚ vingt ans après‚ il n’y a plus de problèmes. Je disais un jour à Renaud Muselier que j’avais voté pour lui‚ alors il me dit : « Vous avez voté pour moi parce qu’en face‚ il y avait quelqu’un du Front national. » Je lui dis : « Oui. » Et il me dit : « Mais vous avez tort‚ ce sont des gens‚ quand même… » Et il me parle de Ronald Perdromo‚ qui était un leader du Front national – il est d’origine espagnole‚ je crois‚ ou en tout cas de la deuxième génération. Il y a donc aussi une assimilation. Par exemple‚ le quartier de la Belle-de-Mai‚ c’était un quartier italien‚ très fortement. Il y a encore beaucoup de gens qui viennent des Pouilles ou de Naples. Il y a des quartiers encore qui racontent l’histoire de cette intégration des gens venus d’ailleurs. Et‚ dans cette ville où Le Pen fait des scores parmi les meilleurs de France – pas maintenant‚ parce que maintenant‚ c’est un peu partout – ‚ mais où il a été en quelque sorte pionnier‚ c’est quand même un contraste marqué. C’est cette ville qui accueille‚ qui sait intégrer.

14Moi‚ quand je vais dans le 13e arrondissement à Paris‚ du côté de Porte de Choisy ou à Belleville‚ je vois des cinémas avec des lettres en chinois. Il n’y a pas beaucoup de lettres arabes à Marseille. J’ai essayé de proposer des spectacles en langue arabe‚ d’auteurs algériens. C’était un metteur en scène algérien avec lequel j’avais travaillé beaucoup pour l’Année de l’Algérie‚ et avec lequel on a essayé de faire une sorte de compagnie qui était moitié marseillaise‚ moitié algérienne. Quand on a lancé ça‚ il y a quelqu’un qui a très vite compris‚ c’est Alain Hayot‚ qui était vice-président de la Région PACA délégué à la Culture dans le deuxième mandat de Michel Vauzelle‚ et qui a soutenu ce projet. Mais c’est fini. Je voulais cela‚ parce qu’il me semblait que Marseille‚ c’était comme une ville de 150000 habitants sans théâtre. 150000 habitants de langue arabe qui n’ont pas de présence sur un plateau et il me semble que‚ entendre sa langue sur un plateau‚ avoir sa langue dans des lieux de culture‚ c’est de l’ordre de la dignité.

15Mais actuellement‚ je pense qu’il y a un retour en force de la bêtise institutionnelle. Voilà le ministre qui voulait inventer « la culture pour chacun »‚ histoire d’avoir l’air d’observer quelque chose qui pourrait faire penser à une doctrine. Il décide‚ pour compenser la non-nomination à la direction du Théâtre national par une « consolation »‚ en confiant une responsabilité importante dans la Friche‚ dans ce lieu qui depuis vingt ans explore des chemins oubliés par ce Théâtre national‚ qui fait exactement le contraire de celui-ci. C’est vraiment du grand n’importe quoi.

16Je sens‚ moi qui travaille depuis quarante ans avec les gens du ministère de la Culture‚ un dépérissement intellectuel catastrophique. Et ce dépérissement intellectuel‚ tout le monde peut le constater. De temps en temps‚ on tombe sur un type génial‚ alors là‚ on dit « ça va changer »‚ et puis le type génial‚ tout d’un coup‚ il est muté ailleurs. Et puis‚ après‚ il y a un creux‚ et puis on se dit‚ la décentralisation… Moi‚ j’étais‚ je suis militant de la décentralisation‚ je sais très bien ce que ça a donné pour moi à Marseille‚ la décentralisation. Et ce que ça pourrait encore donner.

17Mais l’autre‚ là‚ qui reconcentre tout‚ Grand Paris et compagnie… Vous avez remarqué que dans la presse‚ même dans la presse locale‚ les grands événements artistiques maintenant‚ c’est à Paris. On nous amuse avec un projet de capitale européenne de la Culture‚ mais on n’a même pas les moyens. Remarquez-le‚ les grands événements‚ c’est à Paris. La FIAC‚ c’est à Paris. Alors‚ nos copains‚ les jeunes gens d’ArtORama‚ qui essaient de reprendre l’idée de refaire un marché de l’art à Marseille‚ c’est forcément balbutiant. Et Dieu sait qu’ils sont seuls et qu’ils le tirent‚ ce marché. On les soutient un peu‚ nous La Friche‚ mais ça ne suffit pas.

18On a le sentiment d’un ralentissement intellectuel‚ d’une difficulté à penser la culture comme un projet politique constant. Alors évidemment‚ il y a des exceptions : Michel Pezet‚ ça reste une exception. D’ailleurs‚ l’administration culturelle du Département n’est pas la pire. On me dit : les communes et territoires financent 80 % de la culture. Mais ils financent quoi ces communes‚ ces territoires ? Leurs propres appareils culturels ? Pourquoi doit-on solliciter‚ par exemple‚ quatre responsables théâtre qui au bout du compte se mettront d’accord‚ parfois contre nous ? Pourquoi on a tant de monde dans les administrations culturelles ? Pourquoi ? Si c’est au prix d’un appauvrissement des responsables de terrain. D’une érosion de la capacité indépendante de production.

19Parfois‚ je dis‚ la France‚ c’est le dernier pays socialiste‚ du point de vue de la politique culturelle‚ c’est-à-dire que ce sont les administrations qui décident‚ qui organisent. Maintenant‚ vous n’avez qu’à voir‚ si vous vous promenez ça et là dans les hôtels de Région‚ de départements‚ vous verrez des expos‚ des événements culturels. Mais les opérateurs de terrain‚ ceux que j’appelle « les producteurs »‚ qui ont fondé des nouveaux projets‚ qui en ont découvert d’autres‚ ceux qui affrontent le réalité‚ ils sont obligés d’aller pleurer pour avoir les trois centimes pour continuer.

20Il y a une espèce de renversement des responsabilités‚ de mise en cause d’une société civile qui pourrait très bien travailler la question de la décentralisation par exemple‚ ça irait bien.

21Et c’est tout cela qui me met en colère.

Notes

1 Ce texte est la transcription de l’intervention de P. Foulquié lors de la table ronde qui s’est tenue le 21 octobre 2011 aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône. Transcription de Véronique Dallet-Mann.

Auteur

Directeur-fondateur du Théâtre Massalia (1987-2011) et de la Friche la Belle-de-Mai, 1990-2010

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search