Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Le « mythe de Marseille », une chance ou une impasse pour la culture ?

Témoignage de Pierre Échinard1

Pierre Échinard

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la transcription de l’intervention de P. Échinard lors de la table ronde qui s’est ten (...)

1 Parmi les mythes de Marseille‚ il y a le mythe de l’éphémère. On dit toujours que c’est une ville qui est ancienne‚ mais qu’en même temps‚ rien ne reste très longtemps : tout passe‚ tout casse‚ et tout se recompose. Je ne peux pas dire cela parce que je suis directeur de la revue Marseille qui fête ses 75 ans‚ ce qui est un exemple a contrario du mythe marseillais‚ d’autant que c’est une revue qui s’annonce comme une revue culturelle (même si elle est aussi patrimoniale et historique). Sa longue durée est la preuve qu’il y a des choses qui peuvent exister à Marseille‚ voire qui peuvent subsister‚ malgré les aléas politiques‚ économiques‚ etc.

2La revue Marseille a été créée sur une idée d’Émile Isnard en 1935 lors de la municipalité Tasso. Elle a connu comme tout le monde des problèmes pendant la Seconde Guerre mondiale‚ puis elle en est ressortie avec une deuxième série sous la municipalité Cristofol‚ suivie d’une troisième série encore en cours. Plus de 260 numéros ont été publiés. Ils constituent le répertoire de tous les mythes et anti-mythes de Marseille et c’est à la fois un plaisir‚ une charge‚ un honneur (et en même temps une responsabilité) que d’essayer de parler de Marseille en la magnifiant‚ mais sans la trahir et sans non plus inventer un nouveau mythe qui consisterait à dire qu’à Marseille‚ tout est beau‚ tout est neuf‚ tout est joli‚ tout est parfait. Ce n’est évidemment pas le cas.

3Marseille est un port : on faisait tout à l’heure allusion au commerce et aux négociants. Or‚ on a évidemment tendance à relier le mythe de Marseille et son caractère aléatoire à l’aventure économique. Une aventure qui souvent n’a pas de lendemain ou bien vous transporte vers d’autres horizons. C’est bien sûr une des réalités de Marseille‚ mais il y a d’autres constantes‚ parfois des continuités comme celle de la Revue de Marseille dont je suis le témoin.

4On a parlé du mythe marseillais‚ mais c’est en fait une série de mythes. Et il est difficile et délicat de les démythifier‚ faute d’en créer de nouveaux pour combattre les anciens. C’est un discours qui se perpétue et qui se contredit sans cesse‚ puisque Marseille est à la fois une ville solaire et noire‚ une ville éphémère et de longue durée‚ une ville de la galéjade et du crime : autant de mythes qui se croisent les uns les autres avec autant de force et qui sont illustrés au petit bonheur par celui qui choisit de mettre le doigt sur telle chose plutôt que sur telle autre ; d’où le succès du « polar » par exemple…

5Si on se penche sur le problème culturel‚ disons que pendant très longtemps‚ nous sommes passés pour des Béotiens alors que nous avons appris à écrire et à lire à la Gaule. Regardez‚ tout à l’heure‚ on a fait allusion à Méry qui‚ en plein xixe siècle encore‚ au nom de la culture‚ disait qu’il n’y avait pas de théâtre à Marseille‚ alors que‚ comme je vous l’ai dit‚ il y en avait toute une série‚ et c’est encore vrai aujourd’hui. Simplement‚ il existe à Marseille une culture qui n’est pas une culture de l’élite‚ j’allais dire… « aixoise ». Il y a une culture « aixoise » ou « parisienne » et il y a une culture marseillaise. Cette culture marseillaise a un goût scélérat. Ce n’est pas moi qui l’ai inventé‚ c’est la Marquise de Sévigné. Et elle n’a pas attendu le xixe ou le xxe siècle pour le dire. Nous avons toujours été pénalisés‚ dans la conception nationale de ce que doit être une culture‚ par ce reproche qu’on nous a fait d’être trop populaires et d’avoir une culture (ou plutôt une contre-culture) en quelque sorte inassimilable par les cultures élitistes.

6Une des raisons d’espérer toutefois‚ c’est que la définition de la culture a évolué énormément au cours du xxe siècle et continue de le faire. La culture populaire prend désormais une place beaucoup plus forte. Elle devient même prépondérante dans l’image que l’on se fait de la culture aujourd’hui. Dans ce sens-là‚ Marseille se retrouve mieux comprise et mieux placée aujourd’hui sur le plan culturel‚ étant donné l’idée nouvelle ou les idées nouvelles qu’on se fait de la culture par rapport à ce qu’elle était au xixe siècle‚ c’est-à-dire une culture préétablie‚ beaucoup plus bourgeoise… ‚ même si le petit peuple y participait‚ ce qu’on a trop tendance à oublier. Le lien entre la culture populaire et la pensée populaire est très fort parce que c’est une pensée qui s’exprime par l’accent‚ par le geste et par la parole. Cette visibilité de la culture populaire fait aussi notre malheur. Lorsque la « méridionalité » marseillaise s’exprime‚ elle s’exprime plus fort et plus immédiatement que dans d’autres mondes ou que dans d’autres villes ou d’autres régions. Le résultat‚ évidemment‚ c’est que la visibilité ou la lisibilité de ce qu’on a à dire s’en trouve propulsée‚ multipliée sur le coup… ‚ même quand on dit des bêtises‚ ce qui arrive à tout le monde‚ y compris aux Marseillais. Et cela se retourne évidemment contre nous.

7Marseille est tout à la fois réputée être un lieu d’accueil et un lieu de fermeture. Ceci fait encore partie des contrastes‚ y compris sur le plan social et sur le plan économique et culturel.

8Je pense qu’il ne faut pas être angélique et‚ en tant que spécialiste de l’immigration au xixe et au début du xxe siècle‚ la leçon est à mon sens que Marseille a‚ comme les autres‚ des difficultés à accueillir l’étranger. Simplement‚ le caractère de Marseille reste à ce propos mystérieux – ce n’est pas la première fois qu’on utilise l’adjectif « mystérieux » dans cette journée – ‚ c’est qu’elle finit toujours par « digérer l’autre ». La digestion est plus ou moins longue… Il ne faut pas s’imaginer‚ comme certains le font‚ que cela se fait tout d’un coup. Ce serait trompeur. Il y a des réactions parfois hostiles et même violentes. Cette « digestion »‚ comme dirait Fernand Reynaud‚ « ça dure un certain temps »‚ ou plutôt un temps « incertain » – mais le résultat de l’histoire‚ c’est que finalement‚ tout le monde est digéré et que Marseille n’arrête pas de fabriquer du Marseillais avec des gens venus d’ailleurs. C’est peut-être là une des constantes de Marseille‚ mais elle n’est pas en liaison directe avec le mythe fondateur de Gyptis et de Protis. Recevoir le Monde‚ c’est beaucoup plus compliqué que ça. Marseille est au contraire le refuge de toutes les douleurs et de toutes les envies. Il y a le passage par Marseille‚ mais l’installation à Marseille s’accompagne du travail‚ et souvent d’un travail difficile et de conditions qui ne sont pas si agréables que cela. Mais le résultat final est quand même là. La ville elle-même n’arrête pas de se détruire et de se reconstituer. Si cela fait le malheur d’un certain nombre d’historiens‚ cela fait aussi le bonheur des archéologues qui finissent par s’y retrouver‚ alors que visuellement tout a disparu‚ comme on en a vu l’exemple tout à l’heure. Mais‚ si tout a disparu‚ c’est qu’en fait la ville n’a pas cessé de vivre et de se reconstruire avant que les monuments aient eu le temps de devenir des monuments historiques. On les détruit allègrement parce qu’ils n’ont pas encore acquis la qualité d’« historiques ». Le pas suivant prend le pas sur le précédent.

9Je crois qu’il ne faut pas confondre vivre à Marseille et se considérer comme Marseillais (ou être fabriqué Marseillais par la ville) et une conscience nationale ou une conscience d’abandonner sa communauté. Les problèmes sont différents. Je pense que la « naturalisation » marseillaise finit toujours par se faire. Que cette naturalisation dépasse les frontières de Marseille ensuite et aille jusqu’au national‚ c’est un autre problème et celui-là est peut-être plus compliqué. En tout cas‚ elle demandera sûrement plus de temps‚ alors que la naturalisation marseillaise a de fait toujours existé et continue à exister.

Notes

1 Ce texte est la transcription de l’intervention de P. Échinard lors de la table ronde qui s’est tenue le 21 octobre 2011 aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône. Transcription de Florence Bancaud.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

Historien et directeur de la revue Marseille

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search