Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et arts visuels

Traces d’hôtels

Gesa Matthies

Résumé

Le Nord du Sud et le Sud du Nord : depuis longtemps‚ Marseille est un lieu où les gens arrivent et d’où ils partent. Dans une ville de passage‚ il y a forcément beaucoup d’hôtels. Les vieux hôtels du quartier de Belsunce ressemblent à des vestiges d’un temps passé, mais sont toujours habités par des émigrés d’hier et d’aujourd’hui. J’ai filmé ces hôtels parce que je cherchais des traces de parcours de réfugiés. J’ai ainsi découvert leurs noms poétiques. Lorsqu’on les récite, ces noms nous font voyager : dans le temps et dans l’espace‚ dans notre propre histoire, dans celle des autres et celle de la ville.

Texte intégral

  • 1 Anna Seghers‚ Transit‚ trad. de l’allemand par Martina Wachendorff‚ Paris‚ Autrement‚ 1995.
  • 2 Fred Wander‚ Hotel Baalbek‚ Berlin‚ Weimar‚ Aufbau-Verlag‚ 1991.

1 Durant l’été 2003‚ j’ai marché dans les rues du quartier de Belsunce pour filmer les vieux hôtels. C’était pour mon film Passages - Marseille‚ un documentaire sur les exilés des années 1940 qui avaient fui l’Allemagne nazie et avaient trouvé un refuge temporaire à Marseille avant de quitter le continent européen. Comme le décrivent les romans Transit1 ou Hotel Baalbek2‚ ils logeaient dans les petits hôtels du quartier‚ dont certains existent toujours. En filmant les façades‚ les fenêtres et les noms poétiques et parfois énigmatiques de ces lieux‚ je m’imaginais les parcours de plusieurs générations d’arrivants dans la ville. Pour démarquer ces images du reste du documentaire‚ filmé en vidéo par un caméraman professionnel‚ j’ai pris ce jour-là ma caméra super-8. Mais finalement‚ lors du montage‚ cette séquence n’a pas trouvé sa place dans le film.

2Quelques années plus tard‚ j’ai emménagé à Belsunce dans la rue des Petites-Maries‚ à mi-chemin entre la gare Saint-Charles et le cours Belsunce.

3De mon balcon‚ je voyais maintenant les hôtels que j’avais filmés en 2003 : en face‚ l’hôtel Amira et à gauche‚ l’hôtel de la Pomme et l’hôtel Le Cinq. À l’époque il s’appelait hôtel Farid. Le nouveau propriétaire m’a dit qu’il l’avait rebaptisé Le Cinq‚ parce qu’il se trouve au numéro cinq et parce que l’islam a cinq piliers. Plus bas‚ il y a l’hôtel sans nom dont le « l » est tombé et qui se nomme ainsi « Hôte ». Dans l’autre direction‚ en montant vers la gare‚ l’hôtel Mounir‚ puis l’hôtel de la Renaissance‚ plus haut encore‚ l’hôtel Roussillon et le Nouvel Hôtel. L’Hôtel de Reims et l’hôtel Massena n’existent plus‚ mais à l’entrée de la rue se trouvent toujours l’hôtel Palym et l’Hôtel de France et en tournant à droite‚ on voit l’hôtel Hassan‚ qui est en rénovation.

4Avec leurs façades vétustes et leurs enseignes effacées‚ ces hôtels semblent appartenir à un autre temps‚ quelques-uns sont fermés‚ murés‚ en attente de démolition. Leurs résidents actuels sont d’anciens travailleurs immigrés maghrébins‚ eux aussi survivants d’une autre époque‚ souvent malades et fatigués d’une vie passée dans les usines‚ mines ou chantiers de France. Maintenant à la retraite‚ ils se sont installés à Marseille‚ le plus près possible de leur pays d’origine. À Belsunce‚ ils passent beaucoup de temps dehors‚ car leurs chambres sont petites et souvent partagées à plusieurs. Assis sur les marches des portes d’entrées‚ seuls ou en compagnies d’autres‚ ces vieux hommes dominent l’espace public de cette partie du quartier. Le soir‚ les hôtels ferment entre 22 heures et minuit‚ selon la saison‚ et la rue se vide. Il arrive qu’on entende un retardataire taper et appeler‚ un nouvel arrivant ou quelqu’un de passage‚ qui ne se rend pas compte que les résidents n’ont pas les clés et l’hôtel pas de veilleur de nuit.

5Je me demande si les noms d’hôtels comme TriompheCheval BlancSuperbePrincel’Unic ou Renaissance témoignent d’un passé meilleur ou si leurs appellations exprimaient déjà‚ au moment de leur ouverture‚ plus un espoir qu’une réalité. Est-ce que l’on nomme son établissement hôtel de l’Avenir parce qu’il est si moderne ou parce que faute d’en avoir un‚ on y croit très fort ? En 2003‚ il y avait deux hôtels de l’Avenir dans le quartier‚ aujourd’hui je n’en retrouve qu’un. Ainsi‚ en 2008‚ l’un des deux hôtels l’Unic s’effondre après des intempéries. Mais d’autres persistent : le Cheval Blanc et l’hôtel de la Pomme se sont dotés de nouvelles enseignes en néon‚ l’hôtel de la Renaissance a une entrée fraîchement peinte et les lettres jaunes‚ bien voyantes‚ de l’hôtel Triomphe et sa façade Art déco marquent la plus grande mosquée du quartier‚ installée dans son rez-de-chaussée. Et à part les « chibanis »‚ je vois aussi de jeunes résidents se mêlant aux anciens‚ assis sur les marches d’entrée des immeubles de ma rue.

6Tous ces hôtels‚ ça fait beaucoup de va-et-vient. C’est peut-être pour cela que je me suis tout de suite sentie à l’aise dans ce quartier. Personne ne vient d’ici‚ personne ici n’est plus chez soi que les autres‚ personne ne défend son territoire. Dans la rue des Petites-Maries‚ qui n’est pourtant pas piétonne‚ on entend plus de valises à roulettes que de voitures. Et les roues de valises dans une rue étroite‚ ça fait beaucoup de bruit. L’autre bruit que je ne connaissais pas avant et que je n’ai pas pu identifier tout de suite‚ c’est le craquement des rouleaux de scotch qui servent à entourer les grands sacs de voyages. Pendant les nuits d’été‚ sur mon balcon‚ je l’entends quelquefois pendant des heures. On m’a dit que parfois des chambres sont louées uniquement pour y emballer les affaires qu’on se prépare à emporter ou à envoyer au pays.

7Lieux mythiques qui évoquent les parcours d’exilés‚ les hôtels me font aussi penser aux histoires d’amour : c’est à l’hôtel que se retrouvent les couples fraîchement amoureux et les couples adultères. Cependant‚ je pense que les hôtels de mon quartier n’hébergent pas beaucoup d’amoureux et encore moins de couples. Ce sont des lieux d’hommes seuls. Mais il est bien connu que l’hôtel est aussi l’endroit où l’on trouve refuge après une séparation.

8Ainsi‚ finalement‚ les noms d’hôtels se prêtent bien à écrire une lettre d’amour. Et c’est en les filmant de nouveau que j’ai réalisé en 2010 le film Hassan et Amira‚ une lettre-vidéo d’amour‚ mais de rupture aussi‚ inspirée d’une histoire vécue. Mon amoureux de l’époque ne s’appelait pas Hassan‚ mais je trouvais que le nom lui allait très bien. De mon balcon‚ au quatrième étage d’un immeuble à Belsunce‚ nous avions passé beaucoup de temps à observer les hommes dans la lumière de la porte d’entrée de l’hôtel Amira.

9Je ne sais pas combien d’habitants d’hôtels à Belsunce sont séparés de leur femme‚ mais je pense qu’ils sont surtout séparés de leur pays. Et les chambres d’hôtels‚ que ce soit en couple ou en solitaire‚ c’est peut-être avant tout cela : être loin de son pays‚ de sa famille‚ sans attaches et libre. Quelques noms d’hôtels nous font ainsi voyager‚ comme le Caravelle‚ l’Escale, l’hôtel des Deux Mondes et le plus ambitieux hôtel de l’Univers. D’autres évoquent la stabilité‚ comme l’hôtel Pied à Terre ou l’hôtel de l’Alliance.

  • 3 Anna Seghers‚ op. cit.‚ p. 55.

10Je suis arrivée à Marseille en 1999 pour une année d’études. Dans mes bagages‚ le livre Transit d’Anna Seghers‚ auteure allemande qui est passée dans cette ville comme réfugiée en 1940. Ce roman m’a finalement inspirée pour mon premier film et m’a ainsi donné un prétexte pour rester‚ car‚ comme le personnage principal du roman‚ j’avais immédiatement reconnu la ville comme celle que je voulais habiter‚ « où j’allais enfin trouver ce que j’ai toujours cherché3 ». Bien entendu‚ comme le protagoniste‚ je n’avais pas une idée très claire de ce que je cherchais et de ce que j’espérais y trouver. À ce moment-là‚ faire des recherches pour un film était déjà une bonne raison de vivre ici.

11Dans Transit‚ le héros rencontre une femme qu’il voudrait garder à ses côtés‚ mais qui n’est pas disponible. C’est finalement la ville qui devient sa compagne et il choisit de s’y installer. En lisant Transit pendant mes premières semaines à Marseille‚ je retrouvais l’ambiance du livre : une ville où les gens arrivent par des circonstances indépendantes de leur volonté‚ où ils passent quelques moments magiques et où finalement ils choisissent de rester‚ renonçant à la raison et à la certitude‚ amoureux de l’exil.

12Quand j’ai réalisé mon premier film Passages - Marseille en 2003‚ j’écoutais beaucoup la chanteuse Lhasa qui venait de sortir son album The Living Road. J’aimais en particulier la chanson « J’arrive à la ville »‚ elle me faisait penser à Marseille. Et quand Lhasa de Sela est décédée à l’âge de 37 ans en 2010‚ j’ai appris qu’elle avait habité à Marseille de 1999 à 2002‚ venue sur les traces de son grand-père libanais qui‚ plus d’un demi-siècle auparavant‚ y était arrivé en jeune clandestin‚ travaillant comme porteur de valises entre les bateaux et les hôtels.

  • 4 Extrait de « J’arrive à la ville »‚ dans Lhasa‚ The Living Road‚ Paris‚ tôt Ou tard‚ 2003.

Moi aussi…
Moi aussi
J’arrive à la ville
Pour y verser
Ma vie
Je monte la rue
Comme un géant
Ça c’est la ville
Et ça…
C’est ma vie4.

« Traces d’hôtels ». Crédits photographiques : Gesa Matthies.

« Traces d’hôtels ». Crédits photographiques : Gesa Matthies.

« Traces d’hôtels ». Crédits photographiques : Gesa Matthies.

Notes

1 Anna Seghers‚ Transit‚ trad. de l’allemand par Martina Wachendorff‚ Paris‚ Autrement‚ 1995.

2 Fred Wander‚ Hotel Baalbek‚ Berlin‚ Weimar‚ Aufbau-Verlag‚ 1991.

3 Anna Seghers‚ op. cit.‚ p. 55.

4 Extrait de « J’arrive à la ville »‚ dans Lhasa‚ The Living Road‚ Paris‚ tôt Ou tard‚ 2003.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende « Traces d’hôtels ». Crédits photographiques : Gesa Matthies.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23237/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23237/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende « Traces d’hôtels ». Crédits photographiques : Gesa Matthies.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23237/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23237/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende « Traces d’hôtels ». Crédits photographiques : Gesa Matthies.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23237/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Réalisatrice

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search