Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et arts visuels

Entretien sur les Croque-Fruits

Reine Caulet et Alain Paire

Texte intégral

  • 1 L’enregistrement de l’entretien‚ qui s’est déroulé en public le 21 octobre 2011‚ est conservé aux A (...)

1 Véronique Dallet-Mann : « Près de la porte d’Aix et de la Place Marceau‚ dans un immeuble qui n’existe plus‚ puisqu’il se trouvait à côté de la rue des Treize-Escaliers que l’on détruisit pour aménager des raccords d’autoroute‚ Sylvie Itkine fut l’âme pensante‚ la colonne vertébrale d’une insolite entreprise‚ une coopérative autogestionnaire qui produisait des friandises‚ le Fruit mordoré. »‚ peut-on lire sur le site de la galerie Alain Paire dans l’article d’Alain Paire intitulé : « Sylvain Itkine‚ “Diable écarlate” et “Croque-Fruits”‚ 1908-1944 ». Voici donc le décor planté : Reine Caulet‚ témoin très proche de cette « insolite entreprise »‚ et Alain Paire‚ qui s’emploie à la faire connaître‚ vont le faire vivre pour nous1.

2 Alain Paire : Je vais surtout essayer de faire parler ma voisine‚ parce qu’elle a des choses importantes à nous dire et puis parce que‚ s’agissant de ce dont je vais parler‚ il y a peu de documents‚ peu de traces‚ et c’est surtout l’histoire orale qui nous permet de construire quelque chose sur ce sujet. Je dirai délibérément et tout de suite‚ histoire de me mettre à l’aise‚ que je suis tout à fait hostile au mythe et que ce que je voudrais essayer de raconter‚ c’est quelque chose de tout à fait exact. Il n’empêche que ce que nous allons raconter avec Reine‚ c’est pour l’imaginaire‚ c’est pour une certaine conscience à la fois de l’autrefois et de maintenant‚ quelque chose que je trouve fondamental. Nous allons évoquer beaucoup de gens‚ bon nombre d’entre eux sont morts. Nous‚ nous sommes très vivants ici‚ et je voudrais dire que nous essayons d’avoir un pacte entre les morts et les vivants.

3 Il y a quelqu’un qui est très vivant encore‚ nous le connaissons tous‚ nous l’affectionnons et il a partie liée avec les études que font les germanistes‚ c’est Monsieur Stéphane Hessel. J’aime beaucoup parler de Walter Benjamin à Marseille. J’ai toujours envie de rappeler que‚ rue Beauvau‚ dans un petit hôtel‚ avant que Walter Benjamin se donne la mort‚ Stéphane Hessel avait eu le temps de le rencontrer. Il devait avoir 24 ou 25 ans.

4Mon amie Reine est l’un des derniers témoins de cette histoire qui s’appelle la Coopérative des Croque-Fruits. Ce que nous racontons‚ Reine et moi‚ ça n’est pas quelque chose qui va embellir l’image de Marseille‚ c’est une histoire tout à fait dramatique et en même temps‚ tout à fait merveilleuse‚ un moment de solidarité et d’épanouissement. Depuis le milieu des années 1980‚ notamment grâce à des personnes comme Germain Viatte et comme André Dimanche‚ on sait très bien ce qu’est la villa Air-Bel‚ ce que sont les surréalistes et le rôle qu’ils ont joué à Marseille. À mon avis‚ il y avait deux pôles‚ dans les années 1940-1942‚ s’agissant des surréalistes : c’était la villa Air-Bel et la Coopérative des Croque-Fruits dont l’histoire se déroulait – Reine va nous en parler – dans un endroit particulier de Marseille. C’est la rue des Treize-Escaliers‚ une rue qui n’existe plus.

5Peut-être qu’après avoir parlé des Croque-Fruits‚ il faudra dire comment Sylvain Itkine‚ qui fut un grand résistant‚ a été probablement assassiné par Klaus Barbie. Mais nous n’en sommes pas là : nous sommes dans les années 1940-1942. Auparavant‚ qui fut Sylvain Itkine ? C’était quelqu’un qui était tout à fait autodidacte. Il était fils d’un joaillier parisien‚ il n’a pas fait d’école‚ il a suivi quelques cours de comédien et il est très vite devenu acteur et metteur en scène. Pendant les années du Front populaire – il est né en 1908‚ en 1936 il a 28 ans – ‚ il a fait partie d’un groupe d’agit’prop qui ressemble beaucoup à un groupe très fameux‚ qui était animé par Jacques Prévert et qui s’appelait le Groupe Octobre. Lui‚ Sylvain Itkine‚ sous sa direction‚ c’était le Groupe Mars. Il faisait un peu la même chose que les copains de Jacques Prévert‚ c’est-à-dire qu’ils allaient dans les usines pendant les grèves du Front populaire : ils distribuaient des tracts‚ ils lisaient des poèmes et ils se livraient à un activisme dont certaines photographies ont témoigné.

6Sylvain Itkine fut également un des acteurs de plusieurs films de Jean Renoir. Vous connaissez sans doute tous La Grande Illusion : il apparaît dans cette histoire sous les traits d’un garçon qui s’appelle Demolder. Jean Gabin l’interpelle et Sylvain Itkine dit : « Moi‚ oui‚ je suis dans les tranchées‚ je suis dans la guerre‚ mais j’ai avec moi toujours un volume de Pindare. » Et Jean Gabin l’engueule en disant : « Mais qu’est-ce qu’est Pindare‚ etc. » Je pense que certains d’entre vous qui aiment Jean Renoir se souviennent de cette petite scène qui nous permet de savoir qui est Sylvain Itkine. Il a également participé à d’autres films de Renoir‚ par exemple Le Crime de Monsieur Lange. Dans les années 1938‚ Sylvain Itkine a été le metteur en scène d’une très belle adaptation d’Ubu enchaîné‚ et dans cet Ubu enchaîné‚ il y avait des décors de Max Ernst. Itkine fut un ami de ce qui comptait dans le monde de l’avant-guerre : il était ami de Paul Éluard‚ il connaissait à la villa Air-Bel André Breton. Et je crois pour simplifier que‚ si cet homme n’avait pas été le magnifique résistant qu’on peut évoquer‚ et bien‚ après la guerre‚ il aurait été quelqu’un comme Jean Vilar ou Jean-Louis Barrault. Il était très lié à Roger Blin.

7Je pense aussi‚ à cette époque-là‚ à deux ou trois phrases : il y a un immense poète‚ Benjamin Péret‚ qui était également à Marseille à cette époque-là et qui disait que la vie était proprement irrespirable‚ mais qu’il y avait un oasis‚ un lieu de liberté‚ c’était la rue des Treize-Escaliers‚ c’était les Croque-Fruits. De même‚ je pense toujours à une phrase un peu terrible de cet autre grand monsieur qui s’appelle David Rousset‚ qui disait que‚ dans les années 1940 et 1941‚ en Europe‚ il y avait deux issues : Marseille ou Auschwitz. Moi‚ j’ai trois témoins à propos des Croque-Fruits : il y a Reine‚ il y a deux personnes qui sont encore vivantes‚ qui s’appellent André et Ginette Thierry. Et ils m’ont toujours dit que‚ au travers des difficultés qu’ils ont pu connaître‚ et bien‚ il y a eu ce moment de tendresse et de fraternité. Il y a une photo qui est très belle et qui restitue les deux images de Robine Bahloul‚ la maman de Reine‚ et de Sylvain Itkine. Nous sommes le 14 juillet 1942 et il y eut ce jour-là un acte de résistance tout à fait merveilleux : les gens s’étaient donné le mot‚ il fallait descendre la Canebière en tenue tricolore. Et sur cette photo‚ il faut imaginer que Robine est habillée en bleu-blanc-rouge. Et tu disais‚ Reine‚ qu’il y avait quelque chose de très singulier – ça‚ c’est exactement ce qui peut arriver de très contrasté au cœur de Marseille – ‚ ces deux êtres se sont profondément aimés et en fait‚ ils n’étaient pas tout à fait faits pour se rencontrer. […] Chez les Croque-fruits‚ les plus lambins travaillaient cinq heures. Ça pouvait arriver. Le plus lambin‚ c’était Jean Mercure‚ paraît-il. C’était lui qui repartait toujours le dernier. Alors‚ justement‚ j’aimerais te faire parler de deux ou trois personnages qui étaient dans cette coopérative. Je pense par exemple à Francis Lemarque – je vous recommande la lecture des mémoires de Francis Lemarque‚ qui a écrit il y a une quinzaine d’années un très beau livre qui s’appelle J’ai la mémoire qui chante. Dans J’ai la mémoire qui chante‚ il y a une vingtaine de pages qui décrivent admirablement les Croque-Fruits. Quel souvenir as-tu de lui ?

Robine Bahloul et Sylvain Itkine sur la Canebière, 14 juillet 1942.
Robine porte une jupe bleue, un chemisier blanc, une ceinture rouge.

Source : Reine Caulet.

8 Reine Caulet : Eh bien‚ absolument excellent‚ parce qu’il était très joyeux‚ très simple ; il jouait admirablement de la guitare et au début‚ quand il a commencé aux Croque‚ il apportait tous les jours sa guitare et on lui demandait de chanter. À l’époque‚ il n’avait pas encore écrit pour Yves Montand et son répertoire était assez limité et je me souviens qu’au bout de quelques semaines‚ il arrivait avec sa guitare et on le suppliait de la laisser au vestiaire et les gens en avaient marre parce qu’il jouait toujours la même chose‚ Tiger Rag et autres. Mais c’était quelqu’un de merveilleux et par la suite‚ il s’est marié‚ il a épousé une Égyptienne aussi et on s’est vu pendant très longtemps‚ après le départ de Sylvain. Et il devait beaucoup à Sylvain‚ qui l’avait découvert et lancé‚ avec son frère.

  • 2 Christine Poullain‚ Rose-Hélène Iché‚ Christophe Dauphin et Jean-Michel Goutier‚ Catalogue de l’exp (...)

9 Alain Paire : On a eu la chance‚ il y a un hiver ou deux‚ de voir au musée Cantini une exposition autour de Jacques Hérold2. Jacques Hérold‚ dont je peux dire aussi que‚ si je connais cette histoire de coopérative des Croque-fruits‚ c’est parce qu’un jour‚ je l’ai entendu parler de cette grande épopée. Et tout à l’heure‚ tu me racontais une histoire à propos des soi-disant origines égyptiennes de Jacques Hérold.

10 Reine Caulet : Oui‚ au début‚ il était rouleur. Et puis‚ très vite‚ il avait quand même d’autres possibilités‚ il est passé à la publicité. Il s’occupait des affiches. Mais moi‚ j’étais absolument fasciné par Jacques Hérold‚ parce que j’étais sûre qu’il était‚ comme nous‚ d’origine égyptienne‚ car il roulait les « r ». Et un jour‚ je me suis enhardie‚ je suis allée vers lui et je lui ai dit : « Écoutez‚ vous‚ vous êtes de la même origine que moi. » Il m’a dit : « Ah bon ? Pourquoi ? ». Alors je lui dis : « Ben‚ je suis sûre que vous êtes Égyptien‚ vous êtes d’Égypte‚ vous aussi‚ parce que vous roulez les « r ». Alors‚ il a éclaté de rire‚ j’ai été vexée comme c’est pas possible. Alors‚ il m’a consolée et il m’a dit : « Mais non‚ c’est pas méchant‚ il ne faut pas te vexer ». Il m’a consolée‚ mais j’étais très déçue.

11 Alain Paire : Comme Victor Brauner‚ il était originaire de Roumanie. On pourrait évoquer d’autres figures‚ mais il y avait un extraordinaire mélange dans cette Coopérative : des gens très simples‚ pas forcément des intellectuels‚ des grands surréalistes. Mais il y avait aussi quelqu’un de très attachant‚ pour en revenir au monde du théâtre. C’était un ami de Sylvia Bataille et qui s’appelait Frédéric O’Brady.

12 Reine Caulet : Il savait tout faire et il était‚ entre autres choses‚ prestidigitateur. Et ma mère était‚ avant la guerre‚ une très grande fumeuse. Et voilà‚ il n’y avait plus de cigarettes. Et O’Brady avait un tour de magie : il se plantait devant elle et il lui faisait sortir du nez des dizaines et des dizaines de cigarettes. Mais évidemment‚ il n’y en avait qu’une et lui se débrouillait pour qu’il y en ait plein qui lui sortaient du nez. Elle tirait la langue‚ elle disait : « Ah‚ les cigarettes‚ les cigarettes… ». Et puis finalement‚ il n’y en avait pas. Et je me souviens que je ramassais les mégots dans la rue et que‚ pour son anniversaire – il y avait des machines à rouler les cigarettes avec du papier – ‚ avec plein de mégots‚ j’arrivais à lui rouler trois ou quatre cigarettes que je lui offrais pour son anniversaire. C’était vraiment la dèche totale.

  • 3 Adrien Bosc et Frédéric Pajak‚ « Croque-fruits »‚ dans Feuilleton n° 2‚ janvier 2012.

13 Alain Paire : Sylvain Itkine était le compagnon et le grand ami de quelqu’un que nous connaissons assez bien à Marseille et qui s’appelle Louis Ducreux. En septembre 1940‚ alors que la « drôle de guerre » vient de s’achever‚ à Marseille‚ du 19 au 25 septembre‚ Sylvain Itkine est l’un des acteurs d’une comédie qui s’appelle Musique légère et O’Brady faisait partie des acteurs de cette pièce. Louis Ducreux a été l’un des grands responsables de l’Opéra de Marseille et grâce à Bertrand Tavernier‚ on l’a revu dans ce merveilleux film qui s’appelle Une après-midi à la campagne. Ce qui est bouleversant‚ c’est qu’on est dans un moment tout à fait dramatique. Et‚ on le sent‚ toutes les ressources de l’après-guerre sont présentes. Un recueil a été réalisé par Lucien Scheler. Il a rassemblé toutes sortes de lettres et de correspondances dans ce recueil qu’il titre La grande espérance des poètes. On y trouve des lettres de Sylvain Itkine. Sylvain Itkine est donc cet homme qui‚ en ce temps-là s’occupe de la coopérative des Croque-Fruits. Il en a défini les statuts et assuré la comptabilité. Et en même temps‚ c’est quelqu’un qui va faire d’autres expériences de théâtre. Il est à la Campagne Pastré‚ où il essaie de faire un montage autour d’Henri Michaux. Il essaie lui aussi de mettre en scène Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare et il raconte qu’il est tout le temps en train de lire Les Chants de Maldoror. C’est cela qui est vertigineux : cet homme connaît la plus belle histoire d’amour de sa vie‚ nous sommes dans des conditions tout à fait noires‚ dramatiques‚ et malgré tout‚ il est habité par quelque chose de merveilleux et d’insolent. Et c’est aussi ce que dit Benjamin Péret – est-ce vrai‚ je ne sais pas – : il a le sentiment‚ lorsqu’il revient en France (vous savez que lui est allé au Mexique : il n’a pas connu les années 1943-1945 en France)‚ qu’il y a une espèce d’allégresse‚ une espèce de rêve‚ qui a disparu. Et ça m’émeut profondément : l’alliance des poètes‚ des révolutionnaires (Sylvain Itkine est membre de la Quatrième Internationale). Il y a eu une utopie qui a failli se réaliser3. Et il faudra raconter quel sera l’épilogue de cette histoire.

Notes

1 L’enregistrement de l’entretien‚ qui s’est déroulé en public le 21 octobre 2011‚ est conservé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône. Transcription : Marion Picker et Véronique Dallet-Mann.

2 Christine Poullain‚ Rose-Hélène Iché‚ Christophe Dauphin et Jean-Michel Goutier‚ Catalogue de l’exposition Jacques Hérold et le Surréalisme, musée Cantini‚ Sivana Éditoriale Marseille‚ 2010.

3 Adrien Bosc et Frédéric Pajak‚ « Croque-fruits »‚ dans Feuilleton n° 2‚ janvier 2012.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Robine Bahloul et Sylvain Itkine sur la Canebière, 14 juillet 1942.Robine porte une jupe bleue, un chemisier blanc, une ceinture rouge.
Crédits Source : Reine Caulet.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Auteurs

Écrivaine, aquarelliste/galeriste

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search