Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et arts visuels

Marseille et les « Croque-Fruits »

Reine Caulet

Résumé

Ce texte est une courte ébauche de l’histoire marseillaise de la coopérative « Le Fruit mordoré » et de son produit‚ le « Croque-Fruits »‚ de 1940 à 1943. C’est aussi un hommage à Marseille‚ dont la généreuse effervescence de l’époque a permis l’existence de cette belle histoire. Car c’est grâce à cette coopérative‚ créée par Sylvain Itkine‚ son frère‚ et leurs amis‚ que de nombreuses personnes réfugiées à Marseille‚ célèbres ou qui allaient le devenir, ont pu travailler et survivre. L’histoire est racontée par l’une des rares survivantes de cette aventure‚ Reine Caulet‚ fille de la compagne de Sylvain Itkine‚ Robine Bahloul.

Texte intégral

1 Années 1940. Marseille… terre d’asile et d’espoir. Marseille en « zone libre »‚ était devenue‚ pour tous les réfugiés‚ la capitale symbolique de la France.

21940. C’est donc à Marseille que ma mère‚ Robine Bahloul‚ et moi-même‚ âgée de neuf ans‚ nous nous sommes retrouvées dans l’espoir de prendre un bateau qui nous conduirait en Égypte‚ notre pays d’origine. En vain !

3Les semaines passaient…

4Un jour‚ sur la Canebière‚ nous nous trouvons nez à nez avec un jeune homme ami de la famille‚ qui venait souvent nous voir à Paris‚ avant la guerre. Mousso Salama était également originaire d’Égypte.

5« Qu’est-ce que vous faites là ? »

6« Plus aucun bateau ne quitte Marseille‚ je n’ai plus d’argent‚ je suis désespérée. »

7« Seriez-vous d’accord pour travailler ? »

8« Bien sûr ! Mais… je ne sais rien faire ! »

9« Pas de problème. Voici l’adresse‚ présentez-vous demain matin… »

10C’est ainsi que le « Croque-Fruits » entra dans nos vies.

11Commençons par parler de Sylvain Itkine‚ qui en eut l’idée et fut à son origine.

12En 1924‚ il a 16 ans‚ il s’inscrit au cours du soir de René Simon. Dès 1927‚ et jusqu’à la fin de sa vie‚ le théâtre ne le quittera pas. Acteur de théâtre et de cinéma‚ metteur en scène‚ écrivain‚ il joue un rôle important dans le paysage théâtral de l’entre-deux-guerres. De nombreux témoignages expriment la certitude qu’il aurait joué un rôle déterminant après la guerre‚ si sa vie n’avait pas été brutalement interrompue en août 1944. Il avait 36 ans‚ et Klaus Barbie et ses sbires ont mis fin à la vie de ce grand résistant.

13À Marseille‚ en 1940‚ Sylvain et son frère Lucien‚ chimiste de son état‚ ont mis au point la formule du « Croque-Fruits ». La nourriture était rare et précieuse. L’idée était de fabriquer quelque chose de bon‚ de nourrissant et d’accessible sans tickets d’alimentation : alors‚ pourquoi pas‚ broyer ensemble des dattes et des amandes !

14Dans la débâcle‚ Sylvain avait réussi à sauver son bien le plus précieux : sa machine à écrire Hermès Baby. Il vend sa machine‚ achète une machine à hacher la viande‚ des dattes et des amandes‚ et Lucien se met au travail.

15Les deux frères partagent cette idée avec les copains qui se retrouvent au « Brûleur de loups »‚ bistrot du Vieux-Port‚ l’équivalent à Marseille du « Café de Flore » parisien… Hacher ensemble des dattes et des amandes‚ en faire des petits boudins‚ les enrober d’amandes concassées‚ les envelopper dans du papier doré‚ et les vendre. C’est l’enthousiasme !

16Il ne reste plus qu’à concrétiser ce beau projet. L’idée est de créer une coopérative‚ mais c’est interdit. Il faut donc une raison sociale‚ ce sera « Le Fruit Mordoré »‚ et un patron‚ ce sera Jean Rougeul. Fils d’un général catholique fervent‚ et bien que lui-même comédien‚ journaliste et poète‚ il n’est pas connoté politiquement. Guy d’Hauterives complète l’équipe.

17Simone‚ une cousine de Sylvain‚ lui prête quelques milliers de francs. Et ils achètent des broyeuses et du matériel. Le succès est tel qu’en septembre 1940 ils louent deux étages d’un local‚ 3 rue des Treize-Escaliers‚ près de la porte d’Aix. L’aventure va durer plus de deux ans‚ et les « croque-fruitiers » seront bientôt plus de cent ! Comédiens‚ écrivains‚ peintres‚ musiciens‚ médecins‚ avocats‚ presque tous gens célèbres ou qui allaient le devenir‚ ils avaient trouvé refuge à Marseille. Un grand nombre d’entre eux‚ juifs‚ anarchistes‚ communistes‚ tous ces intellectuels réfugiés à Marseille ont survécu grâce au « Croque-Fruits ».

18Je dirais même « bien survécu ».

19Le système coopératif fonctionne bien. Chaque « ouvrier » travaille tantôt le matin‚ tantôt l’après-midi‚ gagne 75 francs par jour et certaines équipes particulièrement rapides bouclent le travail en trois heures : 3500 bouchées et la journée est finie ! Tandis qu’à l’époque un ouvrier travaille huit heures par jour pour 40 francs‚ c’est tout dire. Cet horaire leur laisse beaucoup de temps libre‚ qu’ils passent à la plage‚ au cinéma‚ au « Brûleur de loups »‚ ou ailleurs…

20Voici comment se fabriquent les bouchées.

21Les « ouvriers » sont sept autour d’une table en bois‚ rectangulaire.

22De la salle de broyage arrivent de longs boudins de pâte de fruits. En bout de table se trouve la coupeuse ou le coupeur‚ mais c’est le plus souvent une femme. Munie d’un simple couteau et d’une balance‚ elle coupe des rondelles et les pèse : 30 grammes‚ pas plus‚ pas moins.

23Elle passe les rondelles aux « rouleurs » à sa droite et à sa gauche. Ceux-ci les roulent sous leurs paumes de mains pour en faire des petits boudins‚ et les passent aux « enrobeurs » qui les enrobent d’amandes concassées. Enfin les « plieurs » enveloppent chaque bouchée terminée dans un papier doré ou argenté sur lequel est imprimé en noir « Croque-Fruit ».

24Un ami de Sylvain‚ le dessinateur Jean Effel‚ crée deux dessins publicitaires.

Dessin publicitaire de Jean Effel.

© Droits réservés.

25Le premier est une marguerite dont chaque pétale est un bâtonnet de « Croque-Fruits ». Une abeille butine la fleur et déclare :

« Je pense… donc je suis » (Descartes)

« Je mange… donc Croque-Fruit » (Sans carte)

26Et le second représente Ève dans sa nudité‚ sous un pommier‚ recevant d’une abeille un paquet « Croque-fruit »‚ avec pour slogan : « “Croque-Fruit” le fruit qui n’est pas défendu. »

27C’est donc grâce à Mousso Salama que la sublime Robine fait son entrée au « Croque-Fruits ». Le mot « entrée » n’est pas trop fort‚ sa première apparition‚ m’a-t-on dit‚ provoque un séisme. Elle se fait vite des amis‚ et‚ surtout‚ elle rencontre Sylvain‚ qui lui fait‚ comme tous les mâles présents‚ une cour assidue.

28À cette époque‚ ma mère et moi habitons une petite pension de famille‚ non loin de la gare Saint-Charles. Comme je ne vais pas à l’école‚ quand elle est dans une équipe de l’après-midi‚ je l’accompagne au « Croque »‚ et j’adore ça !

  • 1 Il s’agit de la chanson Clémentine‚ paroles de Jean Rougeul‚ musique de Christiane Verger.

29Car l’atmosphère y est incroyablement joviale. Les comédiens déclament‚ les chanteurs chantent… les histoires fusent. Et moi là-dedans‚ je fais quoi ? Les échantillons‚ pardi ! De minuscules bouchées‚ et j’en mange quelques-unes au passage‚ c’est permis. Je ne peux pas citer les noms de tous les « croquefruitiers »‚ mais voici ceux que j’ai très bien ou bien connus. Sylvain et Lucien Itkine‚ bien entendu : c’est la famille… De même que Georgette et Elio Gabai‚ sœur et beau-frère de Sylvain. Jean Rougeul‚ que j’ai beaucoup côtoyé après la libération‚ car il dirige La Rose Rouge à St-Germain-des-Prés jusqu’en 1951 ; il est aussi un brillant critique cinématographique‚ il écrit des chansons (dont l’un des succès d’Yves Montand : « Sous un joli corsage‚ qui fait des plis1… »)‚ Francis Lemarque‚ future vedette‚ avec lequel je suis restée liée longtemps. Mouloudji‚ et sa femme Lola. Ilse Goldblatt et son mari Charles‚ « Dorat » de son nom de comédien‚ avec lesquels nous allons par la suite partager un appartement aux Catalans. Sylvia Bataille‚ très proche‚ et cela pendant des années. Jacques Hérold‚ Jean Mercure‚ Roger Blin‚ O’Brady‚ Gilbert Lély‚ Louis Arbessier… Et tant‚ tant d’autres…

30Quand Robine et Sylvain décident de vivre ensemble‚ nous quittons la pension de famille‚ et nous nous installons‚ avec la famille Dorat/Goldblatt et leur fils Jean-Pierre‚ qui a mon âge‚ rue des Catalans. Et plus tard‚ nous allons habiter à la Pointe Rouge‚ traverse Prat‚ une petite maison avec jardin.

31La fermeture du « Croque-Fruits » se fait en plusieurs étapes. En janvier 1943‚ un administrateur extérieur à l’entreprise est nommé. Son premier travail est‚ selon ses termes écrits‚ d’« aryaniser » complètement le personnel‚ suivant les instructions qu’il reçoit du Commissariat général aux questions juives. En février 1943‚ Sylvain Itkine est officiellement licencié de ses fonctions d’agent commercial. Un peu plus tard‚ la liquidation complète du « Croque-Fruit » se fait au prétexte que le point sur le « i » de « Fruit » est une étoile à 5 branches‚ c’est-à-dire l’étoile soviétique !

32Marseille… années 1940. Marseille accueillante et ouverte à tous. Opéra‚ théâtres‚ cabarets‚ music-hall‚ édition‚ Marseille bouillonne.

33Par exemple…

34Dans le but d’y installer l’« Emergency Rescue Committee »‚ la villa Air-Bel est louée par Varian Fry‚ et fréquentée par tous les Surréalistes. C’est là qu’a lieu‚ en hiver 1941‚ une vente aux enchères dont Sylvain Itkine tient le marteau pour vendre un tableau de Wifredo Lam‚ vente immortalisée par une célèbre photographie d’André Gomès. Sont présents ce jour-là : André Breton‚ Jacques Hérold‚ Victor Brauner et Benjamin Peret.

35À Montredon‚ la Comtesse Pastré organise des concerts de musique classique‚ des représentations théâtrales. On rencontre chez elle Pierre Brasseur‚ le violoncelliste Pablo Casals‚ la pianiste Youra Guller‚ le violoniste Serge Tennenbaum et son fils Gérard Oury‚ Joseph Kosma‚ André Roussin‚ Louis Ducreux et tant d’autres.

36Marseille… années 1940‚ envers et contre tout : un tourbillon de culture.

Notes

1 Il s’agit de la chanson Clémentine‚ paroles de Jean Rougeul‚ musique de Christiane Verger.

Table des illustrations

Légende Dessin publicitaire de Jean Effel.
Crédits © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search