Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et arts visuels

Marseille racontée par les voyageurs russes du xviiie au xxie siècle. D’après le Corpus national de la langue russe

Irina Kor Chahine

Résumé

Moins populaire parmi la diaspora russe en France que Paris et Nice, Marseille continue toutefois de fasciner tout voyageur russe. Tantôt festive‚ tantôt reposante‚ ville de transit et ville portuaire‚ c’est comme une ville aux multiples facettes que Marseille apparaît dans les œuvres et les témoignages des écrivains russes des xviiie, xixe et xxe siècles. Parmi ces écrivains‚ on peut citer Denis I. Fonvizin‚ Nikolaï M. Karamzin‚ Isaak E. Babel‚ Ivan A. Bounin et d’autres moins célèbres. Dans cette brève étude‚ nous nous limiterons à quelques témoignages des Russes sur la ville de Marseille, témoignages qui sont disponibles dans le Corpus national de la langue russe (www.ruscorpora.ru)‚ principale base de données des textes écrits en russe depuis le xviiie siècle jusqu’à nos jours. Nous compléterons notre exposé par quelques faits historiques et artistiques qui ont marqué la ville de Marseille ou que la ville de Marseille a inspirés ; il s’agit‚ en particulier‚ de l’arrivée plus remarquée des Russes au début du xxe siècle‚ comme le débarquement des troupes russes en 1916 ou l’installation des camps de réfugiés russes à Marseille. D’autre part‚ nous mentionnerons quelques œuvres littéraires (Georgij V. Ivanov‚ M.A. Kouzmin) mais surtout picturales consacrées à Marseille‚ qui ont laissé leur empreinte dans l’art impressionniste russe (Constantin A. Korovine).

Texte intégral

  • 1 Ellis LeRoy‚ Les Russes sur la Côte d’Azur‚ Nice‚ Éditions Serre‚ 2004.

1 La présence des Russes est certainement moins visible à Marseille qu’elle ne l’a été à Paris ou à Nice. En effet‚ depuis le xviiie siècle‚ les Russes viennent régulièrement à Nice‚ tantôt pour profiter du climat très clément de la région en tant que touristes‚ tantôt pour un plus long séjour‚ comme le font les émigrés russes appartenant aux différentes vagues de l’émigration russe en France. Bon nombre d’hommes de lettres et de personnalités de l’art‚ ainsi que l’aristocratie russe‚ ont séjourné et laissé leur empreinte dans la ville de Nice1 (on pense en particulier à Nikolaï V. Gogol‚ Fedor I. Tiouttchev‚ Anton P. Tchekhov‚ Mark Chagall‚ Ivan A. Bounin‚ Georgij. V. Adamovitch et bien d’autres encore). Dans les années 1930 du xxe siècle‚ la ville de Nice comptait 5300 Russes.

2La proximité géographique entre Nice et Marseille qui nous paraît actuellement tout à fait négligeable était loin de l’être pour un voyageur du xviiie et du xxe siècle. À la recherche d’un lieu de villégiature‚ les Russes passaient plusieurs jours dans le train qui les menaient de Saint-Pétersbourg à Nice en faisant fréquemment une escale à Vienne et repartaient souvent vers le sud de l’Italie‚ à Rome. Marseille se trouvait alors à l’écart de ce parcours. De ce fait‚ il reste beaucoup moins de témoignages des Russes sur la ville de Marseille.

3Mais d’un autre côté‚ la ville de Marseille a toujours constitué dans la conscience collective des Russes une ville tout à fait à part. S’ils savent que Marseille se trouve en France‚ tout comme Grenoble‚ Lyon ou Strasbourg‚ Marseille représente toutefois à leurs yeux plus que toute autre ville française : elle évoque chez les Russes des associations particulières‚ souvent très romanesques.

4Pour mener cette recherche‚ je me suis principalement appuyée sur le Corpus national de la langue russe (désormais NKRJa) (www.ruscorpora.ru)‚ corpus annoté de textes russes‚ que j’ai interrogé sur les occurrences du mot « Marseille ». Ce corpus représente une base de données de plus de 300 millions de mots et englobe plus de 60000 textes écrits entre 1701 et 2010‚ sans compter les corpus d’enregistrements parlés‚ de poésie‚ de dialectes‚ etc.‚ dont le nombre total avoisine les 300000 textes. Pour les besoins de cette recherche‚ je me suis limitée à des textes extraits de mémoires‚ de lettres‚ de journaux intimes et d’essais. Ce corpus de textes non littéraires permet de concentrer les recherches sur les témoignages vivants et documentaires sur la ville de Marseille et non sur les œuvres de fiction. Toutes les données ainsi recueillies peuvent être rangées dans les rubriques suivantes :

5Marseille – ville étape‚

6Marseille – région de villégiature‚

7Marseille – ville qu’on admire

8Marseille – Odessa.

9Mais avant de développer le plan annoncé‚ il convient de présenter un bref préambule historique.

Préambule historique

  • 2 Pierre Ėchinard et Émile Temime, Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. I « La préhistoi (...)
  • 3 À titre de comparaison, à la même époque, 132 Allemands étaient installés à Marseille, dans Ėchinar (...)
  • 4 Il est difficile de dire s’il s’agit ici d’un couple. Le recensement de 1793 nous indique que les t (...)
  • 5 Fait intéressant : seuls 6 autres commerçants, tous de Naples, exerçaient ces métiers à cette époqu (...)
  • 6 Deux sur trois ont passé entre dix et quatorze années à Marseille (Ėchinard/Temime, ibid.).
  • 7 Renée Lopez et Émile Temime, Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. II « L’expansion mar (...)

10La communauté russe n’a jamais été très remarquée dans la ville de Marseille. D’après les résultats du recensement de 17932‚ la ville de Marseille dénombre trois Russes commerçants ; leur nombre est égal à celui des Britanniques ou encore des Hongrois ou des gens originaires de la Nouvelle Orléans3. Deux d’entre eux (un tailleur et une couturière4) travaillent dans le domaine de l’habillement et l’un est fabriquant ou marchand d’instruments5. Tous sont venus à Marseille à l’âge adulte et y sont installés depuis plus de 4 ans6. Sans doute les archives de Marseille pourraient-elles nous éclairer davantage sur les activités de ces Russes‚ les premiers‚ semble-t-il‚ à s’être implantés à Marseille. Mais ce n’est pas l’objet de cette étude. Notons toutefois qu’on ne parle pas de communauté russe à cette époque. Cependant‚ un siècle plus tard‚ nous découvrons que le nombre de Russes installés à Marseille a bien augmenté : le recensement de 1896 met en lumière une communauté russe de près de 200 personnes7‚ mais leur présence continue d’être très discrète.

  • 8 Rémi Adam, 1917, la révolte des soldats russes en France, Pantin, Les bons caractères, 2007, p. 17.
  • 9 John Hope Simpson, The Refugee problem. Report of a survey, London, Oxford University Press, 1939, (...)
  • 10 À propos des conditions de vie dans le camp Victor-Hugo, voir Marie-Françoise Attard-Maraninchi et (...)
  • 11 Catherine Gousseff, L’Exil russe : La fabrique du réfugié apatride, Paris, CNRS Éditions, 2008, p.  (...)

11C’est au début du xxe siècle‚ lors des tournants historiques qui secouent toute l’Europe‚ que la présence des Russes se fait remarquer davantage. Il y eut tout d’abord l’arrivée des troupes russes‚ débarquées en grande pompe le 7 (20) avril 1916 dans le port de Marseille. Il s’agit de troupes alliées arrivées en renfort des troupes françaises durant la Grande Guerre. Cet événement dont il nous reste de nombreuses images d’archives est très largement commenté dans la presse locale pour qui « ce n’était pas seulement des hommes supplémentaires qui débarquaient‚ mais une « tranche du rouleau compresseur russe »‚ décisive pour l’issue de la guerre elle-même8 ». Les militaires se sont installés au camp Mirabeau‚ près de Marseille‚ avant de poursuivre leur route vers le Nord. Plus tard‚ un autre camp accueillit des civils cette fois‚ des réfugiés russes qui arrivaient en France en nombre après la Révolution d’Octobre et la guerre civile qui s’ensuivit. Il s’agit du camp Victor-Hugo‚ installé au début des années 1920 par la Croix-Rouge française. C’est un premier lieu d’accueil‚ certes provisoire‚ situé sur un terrain vague près de la gare Saint-Charles‚ qui hébergeait quelques services d’aide d’urgence : assistance temporaire‚ aide à l’emploi ou encore école. Toutes les classes sociales y étaient représentées. En 1923‚ le camp accueillait près de 600 personnes et trois ans plus tard‚ en 1926‚ la ville de Marseille comptait déjà 3700 Russes‚ principalement des ouvriers d’usine et des travailleurs du port9. Mais les conditions de vie misérables dans les baraquements de Victor-Hugo10‚ l’absence d’une grande communauté historique russe et le peu de possibilités de travail font que‚ pour les émigrés russes‚ Marseille ne représentait qu’une halte sur leur parcours ; ils poursuivaient leur route vers les régions du Sud-Est‚ du Sud-Ouest et vers le Nord‚ là où se trouvaient des villes plus industrialisées (Lyon‚ Paris‚ Billancourt11). Certains décidaient aussi de quitter le Vieux Continent pour commencer une nouvelle vie dans le Nouveau Monde.

« Nos alliés à Marseille » – Défilé des troupes russes à Marseille. © Droits réservés.

Marseille – ville étape

12C’est à l’aune de ces grands mouvements migratoires du début du xxe siècle que nous avons consulté les témoignages des voyageurs russes recensés dans le NKRJa. Marseille y est très souvent mentionnée comme une ville escale. Il est intéressant de voir que ce fait n’a pas changé depuis presque 200 ans. Malgré le développement du réseau des transports‚ Marseille reste à la croisée des chemins. En arrivant par la mer‚ on débarque à Marseille pour monter à Paris et on y passe quand on descend de Paris pour aller plus au Sud‚ d’abord à Nice‚ puis en Italie (Venise‚ Rome) ou encore en Afrique. On y accède par la route‚ par les chemins de fer‚ par la mer et enfin par les airs.

Marseille – région de villégiature

  • 12 C’est là notamment que Anton P. Tchekhov choisit de s’installer à la fin de sa vie.
  • 13 Cf. en particulier les Récits de Sebastopol de Léon N. Tolstoï.

13Même si‚ pour un Russe‚ la ville de Nice reste un lieu incontestable de villégiature‚ Marseille représente tout de même une alternative intéressante. À la fin du xixe siècle‚ il était très fréquent que les médecins russes prescrivent à leurs patients de changer de climat et de séjourner dans le Sud. Plus tard‚ au xxe siècle‚ c’est pour la Crimée que les Russes partent en villégiature12‚ mais la seconde moitié du xixe siècle est fortement marquée par les guerres successives de Crimée13. Et c’est en partie pour cette raison que les Russes choisissent l’Italie et le sud de la France. Si les membres de l’aristocratie russe s’installent à Nice‚ en revanche‚ les gens de condition plus modeste se retrouvent à Marseille‚ qu’ils choisissent pour le « coût sensiblement très bas d’une vie simple » (Alekseï N. Krylov).

  • 14 Aujourd’hui disparu.

14Alekseï Nikolaevich Krylov (1863-1945)‚ célèbre physicien-mathématicien‚ nous a laissé un témoignage de son séjour de deux années (1872-1874) pendant lesquelles il vécut avec ses parents à Marseille. Le souvenir le plus marquant que le jeune Krylov‚ alors âgé de 9 ans‚ garde de Marseille sont ses études dans le pensionnat privé Roussel et Champsaur14 qui se trouvait au 14‚ cours Julien (6e). Son témoignage est doublement intéressant : d’une part‚ il fournit des renseignements précieux sur la vie de cet établissement scolaire et de l’autre‚ fait ressortir les faits qui lui paraissent importants du point de vue d’un garçon élevé en Russie. Faisant partie d’une classe de plus de 50 élèves‚ le jeune Aliosha suivait un régime très strict qui consacrait près de 11 heures par jour aux études‚ dans lesquelles le français était la matière principale. Les élèves‚ comme les professeurs‚ n’ayant aucune idée de la géographie de la Russie traitaient le jeune Krylov de « sauvage de la Sibérie »‚ alors qu’il venait de la ville de Simbirsk‚ située dans la partie occidentale de la Russie.

15Les témoignages de Russes ayant séjourné longtemps à Marseille sont très rares. La grande majorité des témoignages recueillis dans NKRJa ne présentent qu’une vision assez superficielle de la ville‚ souvent empreinte d’une certaine admiration.

Marseille – ville qu’on admire

16Le premier témoignage sur la ville de Marseille qui existe dans le corpus interrogé date des années 1777-1778. Il s’agit de Denis Ivanovich Fonvizin (all. von Wiesen)‚ homme de lettres de l’époque de Catherine II et fondateur de la comédie de mœurs russe. À l’âge de 32 ans‚ ayant déjà acquis une certaine notoriété‚ il fait un long voyage en France pour accompagner sa femme qui suit une cure à Montpellier et c’est Marseille qu’il distingue entre toutes les autres villes de province‚ dans l’extrait de son journal qui suit :

  • 15 Теперь продолжать стану журнал нашего вояжа. Вы получили письмо наше из Марселя. Вот город, в котор (...)

Je continue maintenant le journal de notre voyage. Vous avez reçu notre lettre de Marseille. Voilà une ville où on peut vivre avec un plaisir tout particulier et qui m’a semblé incontestablement meilleure et plus joyeuse que Lyon. Le spectacle était superbe. La société [ou la compagnie – IKC] est agréable et sans trop de prétention. Depuis Marseille‚ nous sommes allés une autre fois à Aix et depuis Aix à la ville des papes‚ Avignon‚ où‚ à part les églises‚ il n’y a rien d’intéressant. Ensuite‚ nous avons visité Orange‚ Valence‚ Vienne et sommes arrivés à Lyon d’où nous sommes repartis à Macon‚ Chalon et Dijon. Puis nous sommes arrivés à Paris en passant par Auxerre‚ Sens et Fontainebleau. Je ne vous décris pas ces villes. J’avoue que ces villes provinciales peuvent se visiter une fois, mais ne valent pas le détour une seconde fois. (NKRJa : D. I. Fonvizin‚ Lettres aux proches‚ février 177815)

17La ville de Marseille est très souvent associée à une vie de fête. Ainsi‚ dans les lettres à son ami datant du milieu du xixe siècle (1842-1859)‚ un autre grand auteur russe‚ Ivan Goncharov‚ choisit de ne pas aller à Marseille où l’appelle un autre ami pour faire la fête‚ lui préférant une ville plus paisible‚ Dresde‚ où il peut terminer son roman et se consacrer à la lecture.

18Les autres témoignages du corpus datent du xxe siècle. Le séjour à Marseille de l’écrivain russe Ivan Alekseevich Bounin‚ prix Nobel de littérature en 1933‚ correspond à ses années d’immigration. Il habite Paris‚ mais loue une maison dans le Sud (à Grasse)‚ d’où il admire le ciel du côté de Marseille depuis la fenêtre de sa chambre. À plusieurs reprises (en 1931‚ en 1933 et en 1940)‚ ce maître de la description mentionne dans son journal les couleurs extraordinaires qui surgissent autour de Marseille‚ les couleurs du coucher de soleil‚ du ciel et de la mer :

  • 16 Воскр. 24.11.40. […] После захода — там, к Марселю : внизу темнеющее оранжево — красное, выше зелен (...)

Dimanche 24.11.40. […] Après le coucher‚ là-bas‚ du côté de Marseille : le ciel est d’un rouge orangé pâle‚ plus haut – verdâtre‚ transparent et encore plus haut – d’un bleu incolore. (NKRJa‚ Bounin16)

19Ce sont justement les couleurs qui entourent cette ville que l’un des plus célèbres impressionnistes russes‚ Constantin A. Korovine (1861-1939)‚ a pu fixer dans ses peintures. Voici quelques-unes de ses œuvres qui sont actuellement conservées dans des musées russes‚ principalement à Yaroslavl et à Moscou‚ ainsi que dans des collections privées dispersées dans le monde entier.

Navires. Marseille, années 1890.
Constantin A. Korovine (1861-1939).

© Musée d’Art de Yaroslavl, Russie (http://artmuseum.yar.ru/​index.php), droits réservés.

Le Vieux-Port à Marseille, années 1890.
Constantin A. Korovine (1861-1939).

© MacDougall Auctions 28 November 2005 (http://www.macdougallauction.com/​detail.asp?id=14586), droits réservés.

Le port à Marseille, années 1890.
Constantin A. Korovine (1861-1939).

© Galerie d’art de Tretiakov, Moscou, Russie (http://artmuseum.yar.ru/​index.php), droits réservés.

20Constantin A. Korovine est sans doute le peintre russe le plus inspiré par la ville de Marseille. Il en a laissé une série de toiles réalisées lors de son premier voyage à travers l’Europe à la fin du xixe siècle‚ quand il était déjà un peintre célèbre. Ce voyage symbolise pour lui le début de sa période impressionniste inspirée par les impressionnistes français. De ses représentations du port de Marseille émane une extraordinaire atmosphère de légèreté et de transparence transportées par des couleurs pures et vibrantes. Plus tard‚ en 1923‚ C. A. Korovine reviendra en France pour s’installer à Paris où il finira ses jours en 1939‚ mais il n’aura jamais d’autre occasion de peindre Marseille.

Marseille – Odessa

  • 17 Lev Nikouline « Isaak Babel »‚ dans Les Souvenirs de Babel (« Vospominanija o Babele »)‚ Moskva‚ Kn (...)
  • 18 Dans Isaac Babel‚ Œuvres complètes‚ Sophie Benech (éd. et trad.)‚ Paris‚ Le Bruit du Temps‚ 2011.

21C’est aussi pour des raisons de santé que l’écrivain russe Isaac Babel (1894- 1940) se retrouve à Marseille en 1927‚ où il passe près d’un mois. Selon les témoignages de ses proches publiés récemment17‚ cet écrivain odessite jusqu’au bout des ongles se prend d’une affection toute particulière pour cette ville. Ce qu’il admire le plus‚ ce sont les vieux quartiers autour du Vieux-Port‚ les maisons délabrées‚ les femmes vieillies dans le vice et les marins de toutes races et ethnies. Avec les yeux fascinés d’un voyageur de passage‚ I. Babel contemple cette ville qui évoque dans sa mémoire le monde romanesque des personnages sortis tout droit des nouvelles de Maupassant. Mais loin de sa patrie‚ l’écrivain s’attache à Marseille surtout grâce à des indices qui lui rappellent son Odessa natal. Car à Odessa aussi‚ il avait côtoyé des marins‚ habité dans de vieux quartiers délabrés près du port et s’était querellé avec des femmes au parler si singulier. Tout cela traverse l’œuvre de I. Babel et‚ notamment‚ ses Récits d’Odessa18. Toutefois‚ son regard contemplatif est empreint d’une certaine nostalgie : en qualifiant Marseille d’« Odessa qui a atteint sa splendeur mondiale »‚ ce « Marcel Pagnol » russe était triste de constater à quel point la Russie était économiquement en retard par rapport à la France.

  • 19 Source du site officiel de la Mairie de Marseille : http://www.marseille.fr/sitevdm/document?id=517 (...)
  • 20 Le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) de Marseille organise deux évé (...)

22Le rapprochement entre Marseille et Odessa qui semblait tout naturel dans l’esprit imaginatif d’I. Babel est devenu un fait grâce à un serment de jumelage que Marseille et Odessa‚ devenue ville ukrainienne‚ ont signé le 05 mai 197219. Désormais‚ ce ne sont pas uniquement des faits géopolitiques et socioculturels qui unissent les deux villes – villes de sud‚ villes portuaires‚ villes cosmopolites – ‚ mais surtout des actions communes aussi bien économiques qu’éducatives et culturelles que les deux villes conduisent avec succès dans le cadre de leur coopération20.

En guise de conclusion

23Même si beaucoup de Russes n’ont jamais vu Marseille‚ cette ville est associée dans la conscience russe à une certaine joie de vivre (voir les poèmes de G. V. Ivanov et M. A. Kouzmin‚ reproduits en annexe)‚ mêlée à une histoire romanesque qui est liée aux lieux mythiques de Marseille‚ comme le château d’If : la légende du Comte de Monte-Cristo passionne toujours les Russes.

  • 21 […] тот‚ кто не постиг прелести Марселя‚ тот не знал Франции. [А. А. Игнатьев. Пятьдесят лет в стро (...)

24Et si‚ d’après le grand poète symboliste Vladimir Maïakovski‚ les Russes continuent à chérir Paris « où ils auraient aimé vivre et mourir‚ si Moscou n’existait pas »‚ en revanche‚ ils associent la ville de Marseille à tout ce qu’il y a de plus profond dans le caractère français‚ à l’essence même de celui-ci. C’est pour cette raison que la citation de A. A. Ignatiev‚ ambassadeur‚ général et écrivain‚ tirée de ses mémoires‚ pourrait bien résumer les sentiments qu’éprouvent les Russes vis-à-vis de la ville de Marseille : « […] celui qui n’a pas connu les splendeurs de Marseille n’a pas connu la France. » (NKRJa : A. A. Ignatiev‚ Cinquante ans dans les rangs‚ livre iv‚ 1947-195321).

Визжат гудки. Несется ругань
с барок —
 Уже огни в таверне зажжены.
И, вечера июльского подарок,
Встает в окошке полукруг луны.

Как хорошо на пристани в Марсели
Тебя встречать, румяная луна.
Раздумывать — какие птицы сели
На колокольню, что вдали видна.

Глядеть, как шумно роются колеса
« Септимии », влачащие ее,
Как рослая любовница
матроса
Полощет в луже — грубое белье.

Шуршит прибой. Гудки визжат упрямо,
Но все полно — такою стариной,
Как будто палисандровая рама
И дряхлый лист гравюры предо мной.

И кажется — тяжелой дверью хлопнув,
Сэр Джон Фарфакс — войдет сюда сейчас —
 Закажет виски — и, ногою топнув,
О странствиях своих начнет рассказ.

[Г. В. Иванов. « Визжат гудки.
Несется ругань с барок… » (1916)]

Les sirènes hurlent. Des jurons parviennent
des barques –
 Et déjà, les feux d’auberge sont allumés.
Depuis une fenêtre, on remarque
La lune qui se lève, cadeau d’un soir d’été.

O lune rubiconde, comme il est exquis
De t’accueillir sur le quai, à Marseille.
Et de deviner quels oiseaux se sont posés
Sur le clocher qu’on voit au loin, d’ici.

Et de regarder rouler dans un bruit assourdissant
Les roues traînant la « Septimia »,
Et de voir rincer un linge grossier dans une
flaque d’eau sale
Une grande fille, amie intime d’un marin.

Le ressac bruit. Toujours la sirène hurle,
Mais tout a l’air d’un autre temps,
Tout est semblable à une ancienne gravure
Dans un cadre de palissandre vieillissant.

Il semble qu’en claquant la porte,
Sir John Fairfax pourrait entrer ici,
Il commanderait un whisky et en s’emportant,
De ses aventures, il commencerait le récit.

(G.V. Ivanov « Les sirènes hurlent.
Des jurons parviennent des barques » (1916))
(traduction de l’auteur)

Славный городок Марсель‚
Он далеко ли отсель ?
Расскажите нам про то.

У вас‚ марсельские матросы‚
Один ответ на все вопросы :
Гисса-Ги‚ Гисса-Ги‚
Гисса‚ Гисса‚ Гисса-Ги.

Всякий весел‚ всякий горд‚
Кто вступил в Марсельский порт
И в команду к вам попал.

Всякий молод‚ всяк хорош.
Это — правда‚ а не ложь —
 Капитан один не в счет.

Чаркой друга помянуть
И опять в далекий путь —
 Такова у нас судьба.

Не горюй о том‚ не плачь ―
 Мы корабль погоним вскачь
И вернемся снова к вам.

[М. А. Кузмин.
« Славный городок Марсель… »
(1917)]

La Bonne ville de Marseille‚
Est-elle loin d’ici ?
Parlez-nous en.

Vous‚ les matelots marseillais‚
Toujours prêts à rétorquer :
Hissa-Hi‚ Hissa-Hi‚
Hissa‚ Hissa‚ Hissa-Hi.

Tout un est gai‚ tout un est fier‚
S’il accoste dans le port de Marseille
Et rejoint notre équipage.

Tout un est jeune‚ tout un est bon.
C’est bien vrai‚ et ce n’est pas faux –
 Le capitaine mis à part.

Trinquer à un ami absent
Et partir dans un pays lointain –
 C’est là qu’est notre destin.

Ne t’en fais pas et ne pleure pas –
 Nous lancerons notre navire
Et nous vous reviendrons‚ ça va sans dire.

(M.A. Kouzmin
« La Bonne ville de Marseille »
(1917))
(traduction IKC)

Notes

1 Ellis LeRoy‚ Les Russes sur la Côte d’Azur‚ Nice‚ Éditions Serre‚ 2004.

2 Pierre Ėchinard et Émile Temime, Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. I « La préhistoire de la migration (1482-1830) », Aix-en-Provence, Édisud, 1989, p. 165-169.

3 À titre de comparaison, à la même époque, 132 Allemands étaient installés à Marseille, dans Ėchinard et Temime, ibid.

4 Il est difficile de dire s’il s’agit ici d’un couple. Le recensement de 1793 nous indique que les trois Russes n’habitaient pas le même secteur de la ville, mais deux des trois Russes ont séjourné à Marseille le même nombre d’années (voir ci-dessous) dans Ėchinard et Temime, ibid.

5 Fait intéressant : seuls 6 autres commerçants, tous de Naples, exerçaient ces métiers à cette époque à Marseille dans Ėchinard et Temime, ibid.

6 Deux sur trois ont passé entre dix et quatorze années à Marseille (Ėchinard/Temime, ibid.).

7 Renée Lopez et Émile Temime, Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. II « L’expansion marseillaise et “l’invasion italienne” (1830-1918) », Aix-en-Provence, Édisud, 1990, p. 46.

8 Rémi Adam, 1917, la révolte des soldats russes en France, Pantin, Les bons caractères, 2007, p. 17.

9 John Hope Simpson, The Refugee problem. Report of a survey, London, Oxford University Press, 1939, p. 307.

10 À propos des conditions de vie dans le camp Victor-Hugo, voir Marie-Françoise Attard-Maraninchi et Émile Temime, Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. III « Le cosmopolitisme de l’entre-deux-guerres (1919-1945) », Aix-en-Provence, Édisud, 1990, p. 49-54.

11 Catherine Gousseff, L’Exil russe : La fabrique du réfugié apatride, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 162.

12 C’est là notamment que Anton P. Tchekhov choisit de s’installer à la fin de sa vie.

13 Cf. en particulier les Récits de Sebastopol de Léon N. Tolstoï.

14 Aujourd’hui disparu.

15 Теперь продолжать стану журнал нашего вояжа. Вы получили письмо наше из Марселя. Вот город, в котором можно жить с превеликим удовольствием и который мне несравненно лучше и веселее Лиона показался. Спектакль прекрасный. Общество приятное и без всякой претензии. Из Марселя поехали мы в другой раз в Aix, а оттуда в папский город Avignon, в котором, кроме церквей, ничего нет любопытного. Потом ездили в города Оранж, Valence, Vienne и приехали в Лион, а из него в Макон, Шалон и в Дижон. Потом чрез города Оксерр, Сан и Фонтенебло приехали в Париж. Не описываю вам сих городов.… Справедливость велит мне признаться, что все сии провинциальные города хорошо видеть однажды, а в другой раз не стоят. [Д. И. Фонвизин. К родным (1777-1778)]

16 Воскр. 24.11.40. […] После захода — там, к Марселю : внизу темнеющее оранжево — красное, выше зеленоватое, прозрачное, еще выше — бесцветная синева.

17 Lev Nikouline « Isaak Babel »‚ dans Les Souvenirs de Babel (« Vospominanija o Babele »)‚ Moskva‚ Knizhnaja palata‚ 1989 ; accessible depuis http://lib.ru/PROZA/BABEL/about_wospominaniya.txt (consulté le 15.08.2012).

18 Dans Isaac Babel‚ Œuvres complètes‚ Sophie Benech (éd. et trad.)‚ Paris‚ Le Bruit du Temps‚ 2011.

19 Source du site officiel de la Mairie de Marseille : http://www.marseille.fr/sitevdm/document?id=517&id_attribute=48> (consulté le 01.10.2012).

20 Le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) de Marseille organise deux événements consacrés aux relations Marseille-Odessa : un colloque international “Odessa” (les 17-19 octobre 2013) et une exposition “Les chemins d’Odessa” (octobre 2014)‚ commissaire scientifique de l’exposition : Francis Conte (université Paris-IV)

21 […] тот‚ кто не постиг прелести Марселя‚ тот не знал Франции. [А. А. Игнатьев. Пятьдесят лет в строю. Кн. 4 (1947-1953)]

Table des illustrations

Légende « Nos alliés à Marseille » – Défilé des troupes russes à Marseille. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Navires. Marseille, années 1890.Constantin A. Korovine (1861-1939).
Crédits © Musée d’Art de Yaroslavl, Russie (http://artmuseum.yar.ru/​index.php), droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Le Vieux-Port à Marseille, années 1890.Constantin A. Korovine (1861-1939).
Crédits © MacDougall Auctions 28 November 2005 (http://www.macdougallauction.com/​detail.asp?id=14586), droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Le port à Marseille, années 1890.Constantin A. Korovine (1861-1939).
Crédits © Galerie d’art de Tretiakov, Moscou, Russie (http://artmuseum.yar.ru/​index.php), droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Aix-Marseille Université
Université de Nice – Sophia Antipolis

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search