Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et arts visuels

Marseille, l’art du mythe ?

Texte intégral

« Marseille‚ c’est pas le rêve‚ c’est la réalité. » (graffiti‚ Aix-en-Provence)

« Marseille‚ c’est mes tissages culturels. »

« Marseille capitule devant la culture du fric ! » (graffitis‚ Marseille)

  • 1 Avant-propos‚ dans Jean Contrucci et Gilles Rof‚ éd.‚ Marseille Culture[s], Paris‚ Hervé‚ 2012.
  • 2 Baptiste Lanaspeze‚ Marseille, énergies et frustrations, Paris‚ Autrement‚ 2006‚ p. 103.

1« Ici‚ la culture est partout »‚ titrait en janvier 2013 le numéro 214 des Cahiers d’Accents‚ supplément culturel édité par le conseil général des Bouches-du-Rhône‚ avec le photomontage d’un visage de jeune femme dont une partie apparaît en marbre blanc dans un encadré vert. « Ici on accueille le monde »‚ lit-on en page 2. Et Jean Contrucci définit Marseille comme une « [m]osaïque urbaine‚ ethnique‚ sociale‚ artistique » dans Marseille Culture[s1]‚ tandis que l’architecte marseillais Éric Castaldi déclare : « Vivre à Marseille est pour moi indissociable d’un fantasme‚ d’une image virtuelle2. » Autant d’invariants qui resurgissent et se recombinent pour nourrir l’imaginaire mythique de Marseille ? C’est à une relecture critique de l’image réelle et de sa projection virtuelle‚ du dit et du non-dit sur la ville de Marseille comme « laboratoire du mythe » que se livrent les artistes et les acteurs de la vie culturelle réunis pour une table ronde portant sur « Le mythe de Marseille‚ une chance ou une impasse pour la culture ? »‚ lors de la journée d’études qui s’est tenue aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône‚ le 21 octobre 2011. Et les articles‚ témoignages et projets artistiques qui constituent le troisième et le quatrième volet de ce volume ont pour ambition de questionner le lien entre mythe‚ Histoire‚ histoires individuelles et création.

  • 3 Ibid., p. 14.
  • 4 Olivier Boura‚ Marseille ou la mauvaise réputation‚ Paris‚ Arléa‚ 2001‚ p. 33.
  • 5 Ibid.‚ p. 116.
  • 6 Marsiho‚ dans Joël Schmidt‚ Le Goût de Marseille‚ Paris‚ Mercure de France‚ 2007‚ p. 92.
  • 7 Deux des anciennes pannes du Vieux-Port portaient leurs noms.
  • 8 Cf. l’article de Corina Golgotiu dans ce volume.

2Marseille‚ « une ville qui prend la pose »‚ écrivent Jean Contrucci et Gilles Rof3. Marseille‚ une ville qui prend bien la lumière‚ pourrait-on également écrire. Marseille encore « comme terreau culturel »‚ où s’épanouiraient les contre-cultures ? « Quelle belle ville pour un débarquement de corsaires ! »‚ s’exclame Claude Farrère à propos de Marseille‚ dans En Méditerranée4 – ou‚ au début du xixe siècle‚ de paquebots. Ainsi est planté le décor plastique et « cinématographique » de Marseille‚ ville port et ville monde où tout invite à « se faire des films » – « [h]avre et port d’attache‚ mais aussi ville amère et piège‚ car « la tendresse des ports est noyée d’amertume »‚ selon le poète et marin marseillais Louis Brauquier dans Mort de l’armateur5. Ici‚ tout est signe dans un réseau sémiotique complexe‚ kaléidoscopique‚ aux strates et aux superpositions multiples ; tout est récit‚ à filer et à dévider de multiples manières. Du cours Belsunce à la Canebière‚ qui‚ selon André Suarès‚ « court comme une jeune fille » vers le Vieux-Port6‚ le flâneur glane ainsi quelque(s) éclat(s) tangible(s) de l’inscription du mythe dans l’espace de Marseille‚ entre apparition et disparition‚ résurgence et engloutissement. Ville phocéenne‚ que le mythe fondateur de l’union entre la terrienne Protis et le marin Gyptis7 inscrit dans le récit homérique de l’odyssée de ses marins antiques Euthymènes et Pythéas qui surent à la fois élargir les confins du monde et revenir à bon port. Port autour duquel se forge la grammaire visuelle de la Nouvelle Vision allemande nourrie du substrat mythique attaché au Vieux-Port que Siegfried Kracauer décrit dans Zwei Flächen comme « préfiguration de la régression monstrueuse de Marseille »‚ « ville préhistorique et sous-marine8 ». Et‚ plus loin vers le nord‚ le port de la Joliette‚ aux dimensions d’une ville‚ régi par des lois qui échappent au commun des terriens‚ monde d’accueil et de rencontres de l’autre.

Le port de la Joliette, archives Zevaco.

© Droits réservés.

Le Welcome Bar à Arenc.

© Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

  • 9 Cf. p. ex. la photographie des « Filles de la rue Bouterie »‚reproduite dans Renée Dray-Bensoussan‚ (...)

3Au « Quai des Anglais » répond le « Welcome Bar » : le port a ses sirènes qui appâtent les marins dans les bars‚ ces enclos où tanguent les corps et les verres et où‚ dans les comédies noires des années 1950‚ veille la figure tutélaire de la patronne. Port d’attache des femmes sans homme‚ tenancières de bar ou prostituées‚ dans des décors de studios qui donnent une vision glamoureuse de la prostitution‚ sans commune mesure avec les témoignages écrits ou visuels sur les « quartiers réservés9 ».

  • 10 Tel est le nom du héros de Hans le Marin‚ de Francois Villiers (1948), dialogues de Jean-Pierre Aum (...)
  • 11 Cf. l’affiche du film Marius dans l’article de Martina Möller dans ce chapitre.
  • 12 Notons qu’aucune scène de ce film‚ qui date de 1938‚ n’est tournée à Marseille.

4Ces femmes gagnent vaillamment leur vie dans un monde d’hommes‚ quitte à ouvrir leur cœur à ces derniers s’ils sont en détresse‚ comme l’est « Hans le Marin10 ». Hans qui perd son nom à Marseille‚ « ville sans nom » au xviiie siècle‚ et en endosse un autre qui est doublement un masque‚ en raison du prénom germanique et du patronyme qui lui ôte toute individualité. Se révèle ainsi un microcosme qui n’a rien à voir avec l’idylle provençale soigneusement (re) construite d’un Bar de la Marine ou avec la joyeuse pagaille de la traversée du Vieux-Port par la grande famille des terriens et marins d’eau douce11. Et moins encore avec le mythe du bon peuple allié au bourgeois républicain de La Marseillaise de Jean Renoir12. Car la mer‚ promesse d’ailleurs lumineuse mais aussi aveuglante‚ comme dans le plan final du film de László Moholy-Nagy‚ Marseille – Vieux-Port (1929)‚ est également le tombeau de nombreuses épaves‚ qu’explore dans Le Port du désir le plongeur professionnel incarné par Jean Gabin‚ dont ce film « marseillais » doit signer le grand retour à l’écran en France après la guerre. Mais elle est également tombe réputée inviolable pour d’autres « épaves » ou considérées comme telles‚ jeune fille exploitée sexuellement et devenue trop curieuse ou témoins gênants.

  • 13 Hans le Marin‚ film de François Villiers (1948)‚ René Chateau‚ éditions Réné Chateau vidéo‚ 2009‚ 1 (...)
  • 14 Marsiho‚ dans Schmidt‚ op. cit.‚ p. 92.
  • 15 Ibid.‚ 1h27’40".

5Le port est donc aussi le lieu de l’enfermement‚ un monde de lignes verticales et horizontales : quais‚ grilles‚ rails‚ passerelles‚ pontons‚ grues ou traverses métalliques‚ qui isolent les parias que sont les marins‚ déchirés entre l’appel du large et le désir d’ancrage amoureux13. Hans le Marin renoue avec le topos du Vieux-Port comme lieu matriciel et enveloppant‚ « sexe de Circé » selon André Suarès14 et piège qui enserre le voyageur. Ainsi‚ dans le plan final‚ les pas du marin retenu à terre par une somptueuse « sirène » et devenu doublement criminel par passion amoureuse dans le dédale du quartier du Panier le ramènent dans l’anse du Vieux-Port devenu cul-de-sac‚ escorté par les gendarmes15.

Hans le Marin, 1954. © Ėditions René Chateau vidéo.

  • 16 Film de Claire Devers avec Bernard Giraudeau‚ 2003.
  • 17 Il s’agit de la digue du large‚ d’une longueur de 5 km.
  • 18 Über uns das All (Above us only Sky, 2011) de Jan Schomburg se termine sur le ciel de Marseille.

6Le port‚ derrière ses grilles closes‚ est lieu d’errance et d’aliénation‚ comme dans Les marins perdus16‚ adapté d’un roman de Jean-Claude Izzo. Au « quai de l’oubli17 » viennent s’échouer les navires abandonnés par leurs armateurs‚ vaisseaux fantômes désertés et rivés aux quais‚ dans un entre-deux qui s’apparente au purgatoire des « marins perdus ». Ainsi‚ la profonde ambiguïté de Marseille s’incarne dans ses ports : Vieux-Port guetté par l’ensablement‚ fontaine de jouvence mais aussi cloaque dans l’objectif de Moholy-Nagy‚ « nouveau » port au caractère carcéral figurant l’univers des âmes damnées. La mer dévore ses enfants – marins et sirènes – et la terre ne leur offre pas refuge. De cette dialectique d’ouverture et de fermeture‚ l’objectif des cinéastes se saisit avec prédilection‚ jusque dans la populaire série allemande Tatort (« Lieu du crime »). L’épisode Havarie‚ tourné par Xavier Koller en 2001‚ puise son inspiration dans le port de Marseille‚ où la confrontation entre l’ordre et le crime est mise en scène comme un « western portuaire »‚ avec un long plan de (presque) duel entre un criminel et le célèbre commissaire allemand dans la zone transitaire interdite. Ce dernier use de clémence dans un bar du Vieux-Port et donne sa « toute petite chance » à l’amour de deux amants qui fuient la justice allemande. À Marseille‚ c’est bien connu‚ tout est possible – y compris « l’avarie » d’un fonctionnaire de police allemand ? Marseille‚ le film d’Angela Schanelec (2003) se clôt sur un plan séquence où la caméra suit les pas du personnage principal‚ dépouillé par un voleur à la gare Saint-Charles‚ vers le consulat d’Allemagne. Comme si Marseille était le lieu où se défaire de sa vieille peau‚ de ses oripeaux de visiteuse‚ pour enfin rendre les armes et se laisser porter par la respiration contrastée et contradictoire de la ville‚ entre mer et terre‚ dans cet équilibre précaire du moment et de l’éphémère qui la caractérise18. Pas contre‚ mais avec elle : Marseille‚ ville du voyage sur place ?

Havarie, dans Tatort, 2001. © Droits réservés.

7Les images de Marseille évoluent donc entre ombre(s) et lumière‚ entre une certaine « tradition du vivre et laisser vivre » et la représentation de la ville noire‚ où les malfrats sont chez eux. Il en découle un jeu fécond avec les images‚ les clichés et les lieux mythiques de Marseille‚ ville-cinéma et ville d’art. Ainsi la bâche dissimulant les travaux de réfection de la façade de la Chambre de Commerce et d’Industrie durant l’hiver 2009 convoque-t-elle aussi bien Fernandel que King Kong‚ qui s’élance de la Bonne Mère à l’Empire State Building – clin d’œil à Marseille-la-sauvage‚ l’indisciplinée‚ évocation de l’ancrage du cinéma populaire dans la ville et jeu avec le statut de métropole (inter) nationale‚ teinté d’autodérision.

  • 19 Contrucci et Rof‚ op. cit.‚ p. 56.
  • 20 Cf. l’article « Art contemporain »‚ dans Jeanne Laffitte et Olivier Pastré‚ Les 100 mots de Marseil (...)
  • 21 Marseille révélée par l’art contemporain – légendes, clichés et recyclages‚ Marseille‚ Jeanne Laffi (...)
  • 22 Contrucci et Rof‚ op. cit.‚ p. 14.
  • 23 Cf. l’article d’Irina Kor Chahine dans ce chapitre.
  • 24 Cf. Jan Sahli‚ Filmische Sinneserweiterung ; Laszlo Moholy-Nagys Filmwerk und Theorie‚ Schüren‚ Mar (...)
  • 25 http://www.plume-noire.com/cinema/dossier/lumiere.html‚ (consulté le 10.08.09).
  • 26 Pierre Échinard‚ « Le premier demi-siècle‚ 1896-1944 »‚ dans « Le cinéma à Marseille »‚ Marseille(...)

8Marseille allie en effet culture populaire et culture savante dans les arts visuels‚ de la peinture aux arts plastiques en passant par la photographie‚ le cinéma et les arts de la rue. Est-ce un hasard si Marseille‚ ville de l’hybridation et de la dissonance‚ « révélée » par l’art contemporain selon Marc Rosmini‚ devient à partir du « grand élan des années quatre-vingt19 » un « lieu phare20 »‚ qui produit des « œuvres hybrides‚ entre “culture populaire” et “culture savante21” »‚ compte nombre de lieux alternatifs à côté des galeries traditionnelles – ateliers municipaux‚ friches industrielles et réseau associatif – et s’enorgueillit d’avoir vu naître en 2006 artOrama‚ le « plus petit salon d’art contemporain ». « Capitale dans l’œuvre de Cézanne‚ incontournable dans la naissance du cubisme‚ Marseille a également donné naissance à des artistes majeurs‚ d’Adolphe Monticelli à Gérard Traquandi22 » – et par exemple aux toiles du peintre impressionniste russe Constantin A. Korovine23. Ville de l’« élargissement des sens24 »‚ la cité phocéenne est pour László Moholy-Nagy l’objet idéal de la nouvelle expression cinématographique‚ qui aspire à faire sentir l’espace à l’aide de la lumière et du mouvement. Louis Lumière vient y tourner en avril 1896 quelques scènes‚ parmi lesquelles Le Marché aux poissonsLa Joliette ou L’Embarquement à bord du paquebot général Chanzy25. Marcel Pagnol y installe dans les années 1930 sa maison de production dans un domaine de 20 hectares destiné à devenir le « Hollywood des garrigues »‚ que la guerre le contraint à vendre en 1942. En 1937‚ Marseille compte quatre-vingts écrans et la Canebière à elle seule dix cinémas‚ ce qui en ferait la deuxième ville du cinéma derrière Paris26. Chaque génération reprend ainsi ses repérages au fil de ses déambulations‚ au point que l’on pourrait parler de « recyclages » des éclats du mythe‚ qui alimentent en retour l’imaginaire de Marseille.

  • 27 Cf. l’article d’Irina Kor Chahine dans ce chapitre.
  • 28 Cf. l’article de Martina Möller dans ce chapitre.
  • 29 Cf. l’article de Véronique Dallet-Mann dans ce chapitre.
  • 30 Boura‚ op. cit., p. 106.

9Irina Kor Chahine27 montre comment Marseille est associée dans les œuvres et les témoignages des voyageurs et écrivains russes à la joie de vivre et à l’essence même du caractère français‚ mêlée au romanesque des lieux mythiques comme le château d’If. Les œuvres picturales du peintre Korovine consacrées à Marseille ont laissé leur empreinte dans l’art impressionniste russe. Martina Moeller28 analyse l’influence de figures marquantes du cinéma germanophone sur la représentation visuelle du mythe de Marseille dans le film Marius. Marqué par le style du tableau‚ technique caractéristique du cinéma allemand de la Nouvelle Objectivité allemande‚ le film alimente la construction imaginaire de Marseille‚ toujours hors champ. Véronique Dallet-Mann29 s’intéresse à l’articulation de la culture populaire et de la culture d’avant-garde : les photographies allemandes du Pont transbordeur dans la seconde moitié des années 1920 nourrissent le mythe moderne de Marseille – l’ouvrage Marseille‚ fruit de la collaboration entre Germaine Krull et André Suarès en est un exemple marquant. Et la trilogie marseillaise populaire de Marcel Pagnol‚ succès national et international‚ forge la vision de l’irréductible dichotomie entre le monde terrien du Vieux-Port et le monde du grand large incarné par Marius‚ qui refuse l’inscription dans la tradition patriarcale marseillaise. Ville de lumière‚ Marseille est aussi ville noire aux prises avec la part sombre de la Modernité‚ qui alimente dès lors les réécritures du mythe : la misère de la population ouvrière‚ les taudis et le manque d’hygiène de ses vieux quartiers voués à la paupérisation et à la stigmatisation depuis le milieu du xixe siècle : « L’entre-deux-guerres découvrait la poésie terrible des métropoles secouées par les spasmes de l’anarchie capitaliste‚ des rationalités sans âme‚ tempérées par la débrouille et le laisser-aller… Berlin‚ New York‚ Marseille30. ». Et son ambivalence forge l’altérité radicale consubstantielle à une ville d’autant plus fascinante qu’elle est troublante‚ turbulente et trouble :

  • 31 Revzani‚ « J’avais un ami »‚ cité dans ibid.‚ p. 111.

Le compartiment était plein de gens dont les regards fuyaient. Et‚ peu à peu‚ à mesure que le train pénétrait par légers à-coups un peu plus profondément dans la lèpre cimentée de Marseille-Chicago‚ je prenais conscience qu’en vivant en décadents entre Venise et nos collines retirées nous étions devenus des étrangers‚ des gens de passage31

  • 32 Ibid.‚ p. 14.

10Ville de passage et de transit‚ ville ouverte‚ Marseille‚ depuis toujours sous le signe du déracinement32‚ est aussi synonyme de fermeture et de grandes difficultés pour le nouvel arrivant. Ainsi peut-elle devenir une nasse qui enserre les réfugiés fuyant le nazisme dans les années 1940. Et la métaphore du passage hante l’imaginaire de la ville‚ comme par exemple dans les titres du film de Michael Curtiz Passage to Marseille (1944) ou du documentaire de Gesa Matthies Passages – Marseille (2003) :

  • 33 Victor Serge‚ dans Jean Contrucci‚ Histoire de Marseille illustrée‚ Toulouse‚ Le Pérégrinateur édit (...)

Combien d’émigrations à bout de souffle nichent dans des petits hôtels ? L’allemande‚ l’autrichienne‚ la tchèque‚ la hollandaise‚ la belge‚ l’italienne‚ l’espagnole‚ deux ou trois émigrations russes – et il y a des Roumains‚ des Yougoslaves‚ des Grecs‚ des Bulgares… N’oublions pas les Parisiens ! […] S’il n’y avait le Comité de secours américain‚ dirigé par Varian Fry‚ bon nombre de réfugiés n’auraient plus‚ raisonnablement‚ qu’à se jeter à l’eau du haut du pont transbordeur‚ procédé sûr33.

  • 34 Slogan publicitaire inventé par Breton pour les Croque-Fruits : « Je pense donc je suis‚ Descartes/ (...)
  • 35 Christa Wolf : « Postface » à Anna Seghers‚ Transit‚ traduit de l’allemand par Martina Wachendorff‚ (...)
  • 36 Cf. « Sylvain Itkine‚ « Diable écarlate » et « Croque-Fruits »‚ 1908-1944 »‚ dans http://www.galeri (...)
  • 37 Cette rue se situait à côté de la porte d’Aix : elle a disparu lors des travaux du chantier Euro Mé (...)

11 Mais dans ces invariants mythiques‚ il importe de retrouver et de garder la trace des histoires individuelles et l’histoire collective de la ville. Reine Caulet‚ fille de Robine Bahloul‚ la compagne de Sylvain Itkine‚ témoigne de l’histoire marseillaise de la coopérative « Le Fruit mordoré » et de sa friandise‚ le « Croque-Fruit34 ». Cette coopérative‚ créée par l’acteur et metteur en scène Sylvain Itkine et son frère‚ permit à de nombreux réfugiés à Marseille de travailler et de survivre entre 1940 et 1942. Au cœur même des « irrespirables » années 1940 à Marseille‚ cette « alliance des poètes et des révolutionnaires » selon Alain Paire‚ montre de façon exemplaire que « […] les luttes‚ les souffrances‚ et aussi les égarements d’une génération ne disparaissent pas sans laisser quelques traces : la génération suivante et celle d’après peuvent soudain se retourner vers elles pour les interroger35. » Et éclaire aussi ce que fut le rôle des intellectuels‚ des artistes‚ des surréalistes à Marseille‚ autour des ces deux pôles : la villa Air-Bel36 et la rue des Treize-Escaliers37‚ qui abrita les « Croque-Fruits ».

  • 38 Cf. le texte de Diego Ortiz et Javiera Tejerina dans ce chapitre. Et aussi : http://www.cinememoire (...)
  • 39 Cf. le texte de Gesa Matthies dans ce chapitre.
  • 40 Cf. l’article sur Anna Seghers‚ dans Dray-Bensoussan‚ rééd.‚ op. cit.‚ p. 332. En 1991‚ le cinéaste (...)
  • 41 Gesa Matthies‚ dans la table ronde du 21.10.2011 (enregistrement conservé aux Archives des Bouches- (...)
  • 42 Marseille, ville ouverte‚ en collaboration avec Christian Crès‚ Marseille‚ Éditions Crès‚ 2005.
  • 43 Pierre Échinard‚ dans ce volume.
  • 44 Jean Contrucci et Gilles Rof‚ op. cit.‚ p. 50.

12Pour les artistes d’aujourd’hui que sont Diego Ortiz‚ Javiera Tejerina et Gesa Matthies‚ les traces et les éclats du mythe sont autant de sources d’inspiration. Les premiers créent en 2009 le laboratoire artistique « bauhaus lab Marseille38 »‚ en référence au séjour de László Moholy-Nagy en 1929 dans la ville. Ainsi naissent les « Coffres à jouer »‚ deux coffres modulables dont se saisissent les artistes en résidence‚ comme d’une invitation au divertissement et à la désobéissance. Ils réinterprètent dans leurs créations le « mythe de Marseille »‚ fait d’un « mélange de rationalité et de mysticisme » qui reste plus fort que la réalité d’une ville en mutation et néanmoins figée. Pour G. Matthies39‚ qui réalise en 2003 le documentaire Passages-Marseille‚ un portrait de trois anciens réfugiés politiques allemands‚ dont le fils d’Anna Seghers40‚ Marseille est « le Nord du Sud et le Sud du Nord ». Un lieu de passage que symbolisent les vieux hôtels du quartier de Belsunce‚ à la fois traces de parcours de réfugiés et lieux habités par des émigrés d’hier et d’aujourd’hui. Leurs noms mêmes sont un voyage immobile qui lui inspire le court-métrage expérimental Hassan et Amira, Lettre/s d’hôtels. La ville comme territoire partagé : « Personne ne vient d’ici‚ personne n’est plus chez soi que les autres‚ personne ne défend son territoire41. » C’est ce dont témoignent ces artistes qui vivent et créent à Marseille‚ ainsi que Philippe Foulquié‚ directeur-fondateur du Théâtre Massalia et de la Friche la Belle de Mai (1990-2010) et Pierre Échinard42‚ historien spécialiste du xixe siècle à Marseille et directeur de la revue Marseille‚ « répertoire des mythes et anti-mythes de Marseille43 »‚ qui a fêté ses 75 ans en 2012. Ils disent les difficultés de vivre et de créer à Marseille‚ mais aussi les possibilités que donne la ville. Ou qu’elle a données ? Ainsi‚ P. Foulquié rappelle les politiques culturelles ambitieuses menées à Marseille dans les années 1980‚ dans le contexte de la décentralisation inaugurée par la loi-cadre de 1982‚ dite « loi Defferre »‚ et souligne le rôle fondamental de personnalités marquantes‚ comme par exemple Dominique Wallon qui structure l’avenir culturel de la ville‚ Germain Viatte‚ lequel dit avoir « adoré Marseille‚ tout y était possible44 »‚ ou encore Christian Poitevin – le poète Julien Blaine – qui « a essayé de mettre de la poésie dans la gestion des affaires de la Cité ». C’est l’époque de la respiration des années 1990‚ des projets théâtraux qui voient se créer par exemple le théâtre Les Bernardines et le Théâtre Massalia ainsi que La Friche‚ qui s’installe rapidement à la Belle-de-Mai‚ sur une partie des 12 hectares que possédait la SEITA :

  • 45 Philippe Foulquié‚ dans ce volume.

[…] une espèce de château-fort de ce village de friches qui allait des Chutes-Lavie‚ de la voie de chemin de fer‚ jusqu’à la mer. Cet endroit-là‚ Joliette‚ Arenc‚ Belle-de-Mai‚ c’est‚ je crois‚ l’épicentre de la crise de Marseille. Parce que c’est là que sont rassemblées la plus grande partie des usines qui transformaient les produits du port45.

  • 46 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 223.

13Mythique au point du basculement dans l’allégorie‚ Marseille‚ c’est aussi du réel‚ du quotidien et de difficultés économiques renouvelées dès les années 1960‚ un « lieu […] de transit et de grandes difficultés‚ […] refuge de toutes les douleurs et de toutes les envies » selon P. Ėchinard et A. Paire. P. Foulquié est d’avis que « les mythes marseillais masquent très mal l’incapacité de ses classes dirigeantes à appréhender la réalité de sa Ville‚ une sorte de “défaussement” ». De même‚ P. Échinard évoque les « [m]ythes‚ dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser‚ ce discours qui se perpétue et se contredit sans cesse de “galéjade et crime” ». En outre‚ il estime que Marseille serait pénalisée dans la vision nationale par le reproche d’être trop populaire et de produire de ce fait une « contre-culture inassimilable ». Y aurait-il donc eu une « parenthèse enchantée des années 1980 »‚ comme put l’être celle des Croque-Fruits dans les années 1940 ? Car dans les années 2000‚ la ville semble marquée par les crispations‚ les à-coups‚ voire l’immobilisme‚ que dénonce Thierry Fabre46‚ fondateur des Rencontres d’Averroès et de la revue La Pensée de midi. L’on arguera que c’est l’ensemble du secteur culturel en France‚ voire en Europe‚ qui souffre des coupes budgétaires et de la « fonctionnarisation de l’art ». Mais Marseille connaît dans le même temps des chantiers et des évolutions urbanistiques qui génèrent l’impression d’un chaos urbain et d’une violence faite à la ville et à ses habitants :

  • 47 Diego Ortiz‚ dans la table ronde du 21.10.2011.

Cela va faire huit ans que je vis à Marseille et en huit ans‚ la ville a énormément changé ; elle continue de changer à une vitesse incroyable. Et dans son apparence un peu chaotique‚ elle porte des cicatrices – des autoroutes la traversent. Ce qui se passe ici au niveau urbain est hallucinant et aussi tout ce qu’implique l’urbain‚ dans le changement de la population‚ le déplacement des gens et l’évolution des quartiers47.

  • 48 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 28.
  • 49 Cf. table ronde du 21.10.2011.

14Dans Marseille comme mosaïque de territoires‚ constituée de « tribus » et où il faudrait‚ selon D. Ortiz‚ trouver une « famille(s) d’accueil »‚ l’installation serait un « travail » – d’assimilation des contrastes de la ville‚ des impressions multiples et contradictoires qu’elle suscite. Avec le risque d’exclusion – ou à l’inverse d’enfermement – inhérent à ce processus de « digestion » à la fois de la ville et par la ville : « À Marseille‚ on est vite prisonnier d’une identité‚ d’un clan‚ d’un quartier‚ d’une posture48. » Ainsi A. Paire‚ soulignant le manque de reconnaissance des personnalités exceptionnelles du monde culturel marseillais par la ville‚ rappelle-t-il les mots du fondateur et directeur de la revue Les Cahiers du Sud‚ Jean Balard : « Je n’ai pas fait ma revue avec Marseille : j’ai fait ma revue contre Marseille. ». Malgré une « conscience de soi difficile à formuler49 »‚ la ville ingérerait‚ digérerait‚ selon P. Ėchinard‚ produisant ce phénomène « mystérieux » de la « naturalisation marseillaise » propre à cette ville en perpétuel mouvement où tout se recompose sans cesse‚ rendant muséification et pétrification plus difficiles qu’ailleurs : « Marseille n’arrête pas de fabriquer du Marseillais‚ avec des gens venus d’ailleurs. ». Une ville en devenir qui permettrait à l’arrivant d’advenir à soi‚ comme le suggère Traces d’hôtels‚ le texte de G. Matthies ?

  • 50 http://www.mp2013.fr/le-territoire/villes-en-mutations‚ (consulté le 08.01.2013).
  • 51 C’est le titre du magazine Géo‚ n° 408/février 2013 : La métamorphose de Marseille.
  • 52 La ville de Košice‚ en Slovaquie‚ est jumelée avec Marseille pour l’année Capitale européenne de la (...)
  • 53 « L’année capitale » sera documentée dans le livre-projet en cours de Serge Alvarez/Serge Valetti‚ (...)
  • 54 http://www.lapenseedemidi.org/revues/auteurs/m-guerin/sommaire.html‚ (consulté le 07.01.2012)
  • 55 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 224.
  • 56 Ibid.‚ p. 25.

15Les nouveaux « jalons culturels » du littoral de Marseille – le musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM)‚ le « paquebot Méditerranée »‚ Centre régional de l’Euroméditerranée‚ le nouveau Fonds régional d’Art contemporain Provence-Alpes-Côte d’Azur (FRAC)‚ le Silo et le J1 – constituent-ils une instrumentalisation du « mythe de Marseille »‚ présentée comme une « nouvelle union entre le port‚ ses activités‚ et ses habitants50 »‚ voire une « métamorphose51 » ? Le projet « Marseille-Provence capitale européenne de la culture 201352 » réussira-t-il à impliquer la population marseillaise tout au long de l’année et à dépasser l’ambivalence de projets architecturaux ambitieux – ambivalence incarnée dans l’entre-deux-guerres par le Pont transbordeur – et d’une célébration en désaccord avec la réalité d’une ville en crise53 ? À tenir ses promesses de redynamiser le territoire de la ville et de la Provence en pérennisant une dynamique de création et en permettant à Marseille‚ « capitale européenne »‚ de retrouver l’ancrage méditerranéen‚ ouvert sur le continent africain‚ cher à Jean Balard54 ? Ou faut-il penser avec Baptiste Lanaspèze que‚ prisonnière de ses clivages politiques‚ sociaux et culturels‚ ayant « le chic des rendez-vous manqués55 »‚ elle « port[e] en elle son double virtuel‚ son ombre‚ son destin toujours manqué‚ comme un élément structurant de son identité56 » ? Les développements actuels du mythe‚ héritiers d’un modernisme inachevé‚ manifestent l’enchevêtrement du passé et du présent propre à la culture – et à la politique culturelle ? – de Marseille. Et posent la question de la possibilité de coexistence de « grands projets » et d’une culture populaire et « alternative »‚ vivante et mouvante :

  • 57 Pierre Ėchinard‚ dans ce volume.

Une des raisons d’espérer toutefois, c’est que la définition de la culture a évolué énormément au cours du XXe siècle et continue de le faire. La culture populaire prend désormais une place beaucoup plus forte. Elle devient même prépondérante dans l’image que l’on se fait de la culture aujourd’hui. Dans ce sens-là, Marseille se retrouve mieux comprise et mieux placée aujourd’hui sur le plan culturel57 […].

  • 58 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 28.
  • 59 René Allio tourne en 1993 Marseille, la vieille ville indigne pour la télévision‚ dans Renée Dray-B (...)
  • 60 Tel est le projet de La Friche : « Fabriquer de la ville »‚ selon de nouveaux modes conçus par les (...)

16Loin de Marseille stigmatisée‚ qui a « une maladie de l’âme […] le cœur serré58 »‚ « la Vieille Ville indigne » pour paraphraser René Allio59‚ prendrait donc un « coup de jeune » tout en se normalisant et en faisant vivre de nouveaux lieux culturels fréquentés et alimentés par sa population‚ sans perdre son riche réseau associatif. Marseille saura-t-elle ne pas se gentryfier et devenir une ville-musée qui montre sa façade « liftée » aux touristes en quête de pittoresque ? Dépasser le mythe pour « fabriquer de la ville60 » et inventer « le visage de la France de demain » ?

  • 61 Boura‚ op. cit.‚ p. 139-140.

[D]ans la ville ruinée‚ aux vingt pour cent de chômeurs‚ et d’où les routes du commerce et de la fortune se sont détournées‚ les Marseillais‚ enfin‚ prennent la parole. Ce ne sont plus des blagues qu’ils racontent‚ pour faire rire les autres‚ mais des histoires d’hommes et de femmes. Marius et Jeannette‚ le rap d’I am y ont leur place‚ tout autant que les romans de Jean-Claude Izzo ou les films de Bertrand Blier – Trop belle pour toi‚ Un‚ deux‚ trois‚ soleil. Tout y sera vrai et possible‚ puisque toutes les vérités s’y rencontrent‚ puisque toutes les vies y sont vécues61.

  • 62 Cf. http://ancien.lafriche.org/article.php3?id_article=126 (consulté le 07.11.2012).

Dans la cité phocéenne‚ qui se prévaut plus que toute autre ville en France de sa fondation « interculturelle »‚ les capacités fondatrices des artistes originaires d’ici et d’ailleurs se devraient d’être reconnues. Ainsi La Friche se veut-elle « lieu de rencontre de sa culture et de la culture des autres‚ ce qui a fait les fondements de Marseille en somme62 ». Comment ? En laissant aux artistes le temps et l’espace‚ la respiration et la liberté de vivre Marseille‚ de faire l’expérience sensible de la ville et de la rêver :

  • 63 Philippe Foulquié dans ce volume‚ chap. IV.

C’est ça‚ l’enjeu. Cela veut dire qu’il faut re-problématiser la question de la production artistique quand les pratiques tendent à réduire les capacités des artistes à servir les ambitions et les carrières de producteurs‚ se limitent à une compétition dans une distribution de “l’excellence” dont ils ne sont pas maîtres. Dans les friches industrielles‚ nous avons le temps et l’espace. La diversité des espaces et leurs tailles nous permettent des explorations inédites‚ des durées de résidences qui ne sont tributaires que du temps de création. Comment exploiter cela ? Par des résidences longues‚ par des usages parfois improbables de l’espace63.

Faut-il souhaiter que Marseille se libère du mythe‚ pour laisser vivre des histoires‚ des « tissages » d’histoires individuelles‚ collectives‚ créatives‚ artistiques plutôt que de réenchanter ce mythe et d’y puiser l’inspiration ? Une chose est sûre : les lourdeurs administratives et la mise en concurrence des projets comme s’il s’agissait de produits commerciaux ne peuvent qu’entraver les capacités fondatrices des artistes‚ leur liberté d’« affronter la réalité »‚ mouvante et multiple‚ d’explorer‚ d’inventer et de raconter des histoires. Toutes choses somme toute très « marseillaises » ?

  • 64 Id.

[C]e qui se débat ici‚ ce n’est pas une aventure‚ c’est une histoire‚ qui a quelque chose à voir avec l’Histoire. C’est-à-dire qu’il faut enfin admettre que les artistes ont des capacités fondatrices‚ mais qu’il faut leur en donner les moyens. Même s’ils se trompent‚ car il faut leur concéder le droit à l’erreur64.

Notes

1 Avant-propos‚ dans Jean Contrucci et Gilles Rof‚ éd.‚ Marseille Culture[s], Paris‚ Hervé‚ 2012.

2 Baptiste Lanaspeze‚ Marseille, énergies et frustrations, Paris‚ Autrement‚ 2006‚ p. 103.

3 Ibid., p. 14.

4 Olivier Boura‚ Marseille ou la mauvaise réputation‚ Paris‚ Arléa‚ 2001‚ p. 33.

5 Ibid.‚ p. 116.

6 Marsiho‚ dans Joël Schmidt‚ Le Goût de Marseille‚ Paris‚ Mercure de France‚ 2007‚ p. 92.

7 Deux des anciennes pannes du Vieux-Port portaient leurs noms.

8 Cf. l’article de Corina Golgotiu dans ce volume.

9 Cf. p. ex. la photographie des « Filles de la rue Bouterie »‚reproduite dans Renée Dray-Bensoussan‚ dir.‚ Dictionnaire des Marseillaises‚ Marseille‚ Gaussen‚ p. 15.

10 Tel est le nom du héros de Hans le Marin‚ de Francois Villiers (1948), dialogues de Jean-Pierre Aumont.

11 Cf. l’affiche du film Marius dans l’article de Martina Möller dans ce chapitre.

12 Notons qu’aucune scène de ce film‚ qui date de 1938‚ n’est tournée à Marseille.

13 Hans le Marin‚ film de François Villiers (1948)‚ René Chateau‚ éditions Réné Chateau vidéo‚ 2009‚ 1h11’58".

14 Marsiho‚ dans Schmidt‚ op. cit.‚ p. 92.

15 Ibid.‚ 1h27’40".

16 Film de Claire Devers avec Bernard Giraudeau‚ 2003.

17 Il s’agit de la digue du large‚ d’une longueur de 5 km.

18 Über uns das All (Above us only Sky, 2011) de Jan Schomburg se termine sur le ciel de Marseille.

19 Contrucci et Rof‚ op. cit.‚ p. 56.

20 Cf. l’article « Art contemporain »‚ dans Jeanne Laffitte et Olivier Pastré‚ Les 100 mots de Marseille‚ Paris‚ PUF‚ coll. « Que sais-je ? »‚ 2012‚ p. 18.

21 Marseille révélée par l’art contemporain – légendes, clichés et recyclages‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 2007‚ p. 15.

22 Contrucci et Rof‚ op. cit.‚ p. 14.

23 Cf. l’article d’Irina Kor Chahine dans ce chapitre.

24 Cf. Jan Sahli‚ Filmische Sinneserweiterung ; Laszlo Moholy-Nagys Filmwerk und Theorie‚ Schüren‚ Marburg‚ 2006‚ p. 83-84.

25 http://www.plume-noire.com/cinema/dossier/lumiere.html‚ (consulté le 10.08.09).

26 Pierre Échinard‚ « Le premier demi-siècle‚ 1896-1944 »‚ dans « Le cinéma à Marseille »‚ Marseille‚ n° 228‚ Marseille‚ 2010‚ p. 14.

27 Cf. l’article d’Irina Kor Chahine dans ce chapitre.

28 Cf. l’article de Martina Möller dans ce chapitre.

29 Cf. l’article de Véronique Dallet-Mann dans ce chapitre.

30 Boura‚ op. cit., p. 106.

31 Revzani‚ « J’avais un ami »‚ cité dans ibid.‚ p. 111.

32 Ibid.‚ p. 14.

33 Victor Serge‚ dans Jean Contrucci‚ Histoire de Marseille illustrée‚ Toulouse‚ Le Pérégrinateur éditeur‚ 2007‚ p. 125. Le European Rescue Committee loge alors au n° 60 de la rue Grignan à Marseille.

34 Slogan publicitaire inventé par Breton pour les Croque-Fruits : « Je pense donc je suis‚ Descartes/ Je mange donc croque-fruits‚ sans cartes »‚ dans Georges Raillard‚ « Marseille‚ Passage du Surréalisme »‚ La Planère affolée. Surréalisme, dispersion et influences 1938-1947‚ Paris‚ Musées de Marseille‚ Flammarion‚ 1986‚ p. 54.

35 Christa Wolf : « Postface » à Anna Seghers‚ Transit‚ traduit de l’allemand par Martina Wachendorff‚ Paris‚ Autrement‚ 1995‚ p. 15.

36 Cf. « Sylvain Itkine‚ « Diable écarlate » et « Croque-Fruits »‚ 1908-1944 »‚ dans http://www.galerie-alain-paire.com/index.php?option=com_content&view=article&id=56:syl vain-itkine-qdiable-ecarlateq-et-qcroque-fruitsq-1908-1944 & catid=7 : choses-lues-choses-vues & Itemid=6 (consulté le 18.09.2011) et « “Au Brûleur de loups”‚ André Breton‚ Anna Seghers‚ Jean Malaquais »‚ dans : http://www.galerie-alain-paire.com/index.php?option=com_content&view=article&id=123:au-bruleur-de-loups-andre-breton-anna-seghers-jeanmalaquais&catid=7:choses-lues-choses-vues&Itemid=6 (consulté le 18.09.2011). Et aussi Adrien Bosc et Frédéric Pajak‚ « Croque-fruits »‚ dans Feuilleton n° 2‚ janvier 2012.

37 Cette rue se situait à côté de la porte d’Aix : elle a disparu lors des travaux du chantier Euro Méditerranée qui ont débuté durant l’été 2011.

38 Cf. le texte de Diego Ortiz et Javiera Tejerina dans ce chapitre. Et aussi : http://www.cinememoire? net/index.php/actualités/314-bauhaus-lab (Maison de l’Architecture et de la Ville PACA), (consulté le 18.12.2012).

39 Cf. le texte de Gesa Matthies dans ce chapitre.

40 Cf. l’article sur Anna Seghers‚ dans Dray-Bensoussan‚ rééd.‚ op. cit.‚ p. 332. En 1991‚ le cinéaste René Allio adapte le roman Transit‚ inspiré par l’expérience de son auteure‚ réfugiée à Marseille en 1940-1941 avec ses enfants‚ tandis que son mari est interné au Camp des Milles‚ près d’Aix-en-Provence.

41 Gesa Matthies‚ dans la table ronde du 21.10.2011 (enregistrement conservé aux Archives des Bouches-du-Rhône).

42 Marseille, ville ouverte‚ en collaboration avec Christian Crès‚ Marseille‚ Éditions Crès‚ 2005.

43 Pierre Échinard‚ dans ce volume.

44 Jean Contrucci et Gilles Rof‚ op. cit.‚ p. 50.

45 Philippe Foulquié‚ dans ce volume.

46 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 223.

47 Diego Ortiz‚ dans la table ronde du 21.10.2011.

48 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 28.

49 Cf. table ronde du 21.10.2011.

50 http://www.mp2013.fr/le-territoire/villes-en-mutations‚ (consulté le 08.01.2013).

51 C’est le titre du magazine Géo‚ n° 408/février 2013 : La métamorphose de Marseille.

52 La ville de Košice‚ en Slovaquie‚ est jumelée avec Marseille pour l’année Capitale européenne de la Culture en 2013 : notons ici que toutes deux ont en commun d’être des « villes secondes ». Voir sur ce sujet Maiken Umbach : « A Tale of Second Cities. Autonomy‚ Culture‚ and the Law in Hamburg and Barcelona in the Late Nineteenth Century »‚ dans The American Historical Review 110‚ 3‚ 2005.

53 « L’année capitale » sera documentée dans le livre-projet en cours de Serge Alvarez/Serge Valetti‚ 365 jours à Marseille.

54 http://www.lapenseedemidi.org/revues/auteurs/m-guerin/sommaire.html‚ (consulté le 07.01.2012)

55 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 224.

56 Ibid.‚ p. 25.

57 Pierre Ėchinard‚ dans ce volume.

58 Lanaspeze‚ op. cit.‚ p. 28.

59 René Allio tourne en 1993 Marseille, la vieille ville indigne pour la télévision‚ dans Renée Dray-Bensoussan‚ op. cit.‚ p. 54.

60 Tel est le projet de La Friche : « Fabriquer de la ville »‚ selon de nouveaux modes conçus par les artistes‚ les intellectuels et les habitants de Marseille‚ pour « anticipe[r] « sans programmer‚ sans figer » (Patrick Bouchain‚ architecte)‚ dans http://ancien.lafriche.org/article.php3?id_article=126 (consulté le 07.11.2012).

61 Boura‚ op. cit.‚ p. 139-140.

62 Cf. http://ancien.lafriche.org/article.php3?id_article=126 (consulté le 07.11.2012).

63 Philippe Foulquié dans ce volume‚ chap. IV.

64 Id.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Le port de la Joliette, archives Zevaco.
Crédits © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Le Welcome Bar à Arenc.
Crédits © Archives départementales des Bouches-du-Rhône.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23172/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Hans le Marin, 1954. © Ėditions René Chateau vidéo.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23172/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Havarie, dans Tatort, 2001. © Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23172/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search