Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et littérature

La revalorisation de l’espace urbain et le roman policier franco-allemand. Les commissaires Fabio Montale et Bella Block et l’histoire de leur réussite1

Daniel Winkler

Résumé

L’article propose d’analyser des romans policiers de Jean-Claude Izzo et de Doris Gercke dans une perspective transnationale : La trilogie Fabio Montale de Izzo (1995- 1998) est généralement perçue comme le début d’une représentation plus “réaliste” et contemporaine de la ville de Marseille, mettant un terme au cliché de la “mauvaise réputation”. Mais‚ à y regarder de plus près‚ le protagoniste Fabio Montale est aussi caractérisé par la culture populaire marseillaise et la pensée méditerranéenne des années 1930. Les romans d’Izzo s’inscrivent ainsi dans la nostalgie d’une époque de l’ouverture (coloniale) de la France sur la Méditerranée et dans la tradition d’un exotisme intérieur et méridional. Le succès des romans d’Izzo en France et en Allemagne est donc bien dû aux ingrédients provençaux et touristiques. Le roman Tod in Marseille de l’auteure allemande Doris Gercke s’inscrit dans cette “nouvelle vague marseillaise” en choisissant le 50e anniversaire du jumelage de Marseille et Hambourg comme trame de son roman autour de l’ex-commissaire hambourgeoise Bella Block qui passe quelques jours dans la ville phocéenne.

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Anne-Claire Ignace et Anne Chalard-Fillaudeau pour leurs relectures de (...)
  • 2 Cf. Maiken Umbach‚ « A Tale of Second Cities. Autonomy‚ Culture‚ and the Law in Hamburg and Barcelo (...)
  • 3 Cf. aussi l’article accompagnant la couverture Follath‚ Erich et Gerhard Spörl : « Was Städte sexy (...)

1 Dans le cadre du succès populaire du roman polar à série‚ ce que l’on appelle les « Second Cities » – des villes attractives‚ qui aspirent à l’autonomie et mènent‚ en termes de capital économique et symbolique‚ une compétition vaine avec les villes primaires2 – jouent‚ à côté des capitales et grandes métropoles‚ un rôle de plus en plus important. Si l’on considère le monde européen‚ on peut penser à des villes à fort prestige économique et culturel comme Barcelone ou Hambourg qui ont servi respectivement‚ à partir des années 1970‚ de lieu d’ancrage à Manuel Vázquez Montalbán (1939-2003) et à son commissaire Pepe Carvalho et plus tard à Doris Gercke (née en 1937) et à son personnage Bella Block. Ces deux villes ont été anoblies en 2007 par la couverture du magazine Der Spiegel (avec une forte accentuation du Nord du continent)‚ qui les a décrites comme les nouvelles « villes cools de l’Europe » qui attirent non seulement des jeunes touristes‚ mais aussi une classe créatrice : « Vergesst London und Paris ! Europas coole Städte… sind Amsterdam‚ Barcelona‚ Dublin‚ Kopenhagen‚ Tallin‚ Hamburg3… »

  • 4 Cf.‚ Xavier Lafon‚ « Marseille‚ une cité antique sans mémoire ? »‚ dans : La Pensée de midi‚ 2000‚ (...)

2Du côté européen‚ Marseille joue dans ce contexte un rôle particulier : Il s’agit d’une ville secondaire‚ mais elle n’entre pas vraiment dans la catégorie des “villes cool”. Elle se trouve dépourvue d’un capital culturel et économique comparable à celui de Barcelone ou de Hambourg. Marseille ne détient pas comme elles des grands monuments ou chef-d’œuvre artistiques qui datent d’avant le xixe siècle4 ; elle est dénuée d’une forte tradition culturelle dans le sens d’une autoreprésentation artistique et médiatique. Marseille dispose d’une longue tradition transnationale‚ mais elle est (toujours) marquée par la perte de son statut portuaire au niveau économique et‚ depuis une bonne dizaine d’années‚ par une restructuration qui a tendance à rapprocher ces villes des « valeurs » continentales de l’Europe. Elle est beaucoup moins le lieu d’un tourisme urbain que le point d’ancrage des yachts et des voiliers de passage.

Total Khéops (1995), Chourmo (1996) et Solea (1998)

  • 5 Cf. Arlette Farge‚ « Ville dérobée et subie‚ ville inventée. xviiie siècle »‚ dans : Journal des an (...)
  • 6 Cf. Pierre Échinard‚ « La mauvaise réputation »‚ dans : Jean-Claude Baillon‚ dir. : Marseille. Hist (...)
  • 7 Cf. Daniel Winkler‚ Transit Marseille. Filmgeschichte einer Mittelmeermetropole. Bielefeld‚ transcr (...)
  • 8 Cf. Édith Saurer‚ « Auf der Suche nach Ehre und Scham. Europa‚ sein mediterraner Raum und die Mitte (...)

3Cette histoire urbaine est étroitement liée à l’histoire littéraire‚ car l’imaginaire urbain‚ défini par l’historienne Arlette Farge comme collectivité des imaginations culturelles sur une ville5‚ est un enjeu important de la représentation littéraire. Dans le cas de Marseille‚ il s’agit d’un imaginaire double et « exotisant »‚ unissant deux mythes établis à partir du milieu du xixe siècle : l’imaginaire de l’idylle provençale ensoleillée (pensons aux représentations burlesques de Joseph Méry‚ produites bien après son départ pour Paris) et celui de la « porte du Sud » des récits de voyage (Albert Londres)‚ qui tendent à mettre en scène les quartiers portuaires (et plus tard ce qu’on a appelé les quartiers Nord) comme des mondes de désolation hors-la-loi. Bref‚ ces deux représentations récurrentes sont esthétiquement assez antagonistes‚ mais elles ont en commun d’être une perspective stéréotypée portée de l’extérieur sur la cité phocéenne6. Ce que l’historienne Édith Saurer a constaté pour le Sud de l’Europe convient aussi pour la Marseille médiatique associée aux genres de la comédie provençale (Marcel Pagnol) et de l’opérette marseillaise (Alibert)‚ du film policier (Maurice Tourneur) et du thriller (Hugo Fregonese7) : Marseille se confond souvent‚ dans l’imaginaire collectif‚ avec « l’Orient ». Elle représente l’autre de Paris‚ voire de la France8.

4Cette tradition de représentation est fondamentale si on veut comprendre le succès de Jean-Claude Izzo (1945-2000). Car l’auteur de la trilogie policière Total Khéops (1995)‚ Chourmo (1996) et Solea (1998) se sert profondément de l’imaginaire de Marseille comme ville populaire‚ établie par les masses-médias‚ en grande partie parisiens ou américains‚ à partir du xixe siècle. Mais en même temps l’activité romancière de l’auteur marseillais est marquée par le besoin de rompre avec la manipulation dans la représentation de sa ville natale. Un aspect-clé pour son adaptation du genre est le choix de son héros. Contrairement à la tradition des policiers envoyés à Marseille pour mettre de l’ordre dans la cité phocéenne‚ Fabio Montale est un Marseillais de souche. Il a ainsi un accès « immédiat » à la ville‚ au le sens où il n’est pas seulement au courant de sa situation géographique‚ socio-économique et culturelle‚ mais où il pratique aussi la mentalité et la langue marseillaises. À travers ce personnage et son histoire‚ Izzo donne ainsi à voir l’imaginaire bipolaire marseillais qui sépare le Nord du Sud‚ le monde populaire du monde bourgeois‚ l’imaginaire portuaire et travailliste de celui de la droite et de la mafia.

5Dans Total Khéops‚ Montale revient dans son Panier natal peu avant la mise en liberté de son ami de jeunesse‚ Manu‚ pour prévenir des actes de vengeance de la part de ses amis‚ notamment Ugo et Lole‚ tous issus du milieu populaire marseillais. Mais l’escalade de la violence et le meurtre de Manu et Ugo se produisent malgré la présence du commissaire à Marseille. Il en résulte une enquête que Montale‚ l’ancien soldat de la légion étrangère à Djibouti‚ mène de manière non officieuse‚ et dont les résultats ne lui permettent plus de cacher sa provenance sociale et politique. Il découvre des liens entre les meurtres‚ l’extrême droite et le milieu de la pègre italo-corse à Marseille. Aussi‚ dans les tomes deux et trois de la trilogie‚ la voie de Montale sera marquée par les meurtres. Dans Chourmo‚ il n’est plus commissaire et veut se consacrer au dolce farniente dans son cabanon‚ dans la cuisine de sa voisine Honorine‚ au bar de son ami Fonfon et dans sa barque. Mais‚ malgré ces intentions‚ il est contacté par sa cousine Gélou – dont le commissaire était amoureux étant gamin – ‚ dont le fils a récemment disparu. Montale part à sa recherche et se retrouve de nouveau dans le milieu mafieux‚ où il trouve le cadavre du fils. Dans Solea‚ c’est une ancienne maîtresse‚ la journaliste Babette‚ de retour de Rome dans la Provence‚ qui l’« oblige » à pratiquer son ancien métier. Malgré sa volonté‚ Montale n’arrive pas à sauver Babette avec sa barque‚ après qu’elle lui a confié les résultats de ses recherches sur la mafia et ses liens avec des notables politiques et économiques du terrain. Par la suite‚ il se sert pour la première fois de son pistolet pour venger un mort. Il rompt alors avec sa mentalité d’assistant social et‚ conformément à la morale d’Izzo‚ sera « puni » lui-même à la fin du roman par la mort.

  • 9 Jean-Claude Izzo‚ Solea. Paris‚ Gallimard‚ 1998 [rééd. 2001]‚ p. 298-299.

Je sentis la balle‚ mais je n’entendis le coup de feu qu’après. Ou l’inverse‚ forcément.
[…]
Le bateau filait vers le large. Ça allait‚ maintenant. Le whisky me dégoulinait sur le menton‚ dans mon cou. Le ne sentais plus rien de moi. Ni dans mon corps ni dans ma tête. J’en avais fini avec la douleur. Toutes les douleurs. Et mes peurs. La peur. Maintenant, la mort, c’est moi9.

Marseille comme intertexte

  • 10 Il a écrit avec Andreu Martin le scénario du film télévisé Une Mort olympique sur Vázquez Montalbán (...)
  • 11 Le lieu d’ancrage de Montalbano est une ville fictive qui n’est pas sans évoquer la ville natale de (...)

6Les enquêtes de Montale représentent une réappropriation de sa propre biographie‚ mais aussi une certaine symbiose entre la vie professionnelle et privée du héros‚ entre Montale‚ Marseille et Izzo‚ qui a‚ lui aussi‚ un passé de légionnaire. Le nom du personnage est déjà un programme : Montale‚ Montalbán‚ Montalbano. Il annonce l’esthétique propre à la trilogie‚ constitué par de forts intertextes‚ une caractéristique propre à beaucoup de polars contemporains. Izzo fait référence à des auteurs du polar méditerranéen‚ notamment à Manuel Vázquez Montalbán‚ avec lequel Izzo a collaboré pour un documentaire10‚ et à Andrea Camilleri (né en 1925)‚ qui s’est déjà inspiré avant lui du même auteur pour son commissaire Salvo Montalbano. Izzo cite ainsi deux pays qui lui sont proches du fait qu’il descend d’un père italien de Salerne (Gennaro‚ né à Castel San Giorgio) et d’une mère demi-espagnole (Isabelle Navarro). Mais il fait aussi référence à un modèle de polar : Fabio Montale partage avec Carvalho et Montalbano non seulement des origines socialement modestes‚ typiques du genre‚ mais aussi un caractère râleur‚ anti-institutionnel et gauchiste‚ en tant que soixante-huitard aux prises avec la crise de la quarantaine (ou plutôt cinquantaine). Les trois commissaires sont tous des machos et ont une relation étroite‚ voire libidineuse avec leur ville – qu’il s’agisse de Marseille‚ de Barcelone ou de Vigàta11 – ‚ ainsi qu’avec la cuisine‚ la musique et la littérature méditerranéennes‚ ce qui reflète parfois aussi la préférence culturelle et politique des auteurs.

7Mais malgré ses inspirations‚ Montale est beaucoup plus lié à sa ville‚ une Marseille « anarchique »‚ que les héros des deux auteurs cités. Son état d’âme est une métaphore de la Marseille telle que la perçoit Izzo‚ marquée par une crise socio-économique‚ un mélange des cultures méditerranéennes et d’un passé ouvrier et colonial d’une envergure nationale. L’enquête policière est pour ainsi dire dominée par les nombreuses réflexions de Montale-Izzo sur Marseille‚ l’Europe et le monde méditerranéen.

8La caractérisation de Montale comme underdog et lonesome cow-boy combine des éléments traditionnels et globaux de la figure du commissaire avec ceux de l’histoire de la représentation et de l’histoire urbaine de Marseille : Montale fume‚ comme il se doit‚ des cigarettes‚ il boit du whisky écossais (du Lagavulin) et écoute du jazz américain (Miles Davis et autres)‚ mais il cultive surtout son identité marseillaise et méditerranéenne. Chez Izzo‚ plus que chez les autres écrivains nommés‚ la figure du commissaire sert de sorte de mémoire culturelle de la ville et de la Méditerranée : Montale lit et écoute une multitude de produits culturels liés à la Méditerranée‚ qui sont en partie aussi présents dans le péritexte du roman. Le titre cite déjà le musicien Khéops‚ Éric Mazel‚ du groupe hip-hop marseillais IAM (Indépendantistes Autonomes Marseillais)‚ entre temps dissout‚ son émission de radio Total Khéops (sur la station Skyrock) et sa chanson Total Khéops II (de l’album Sad Hill‚ 1997). Dans le second roman‚ le commissaire fait référence à IAM et au deuxième groupe musical à succès de la ville‚ Massalia Sound System‚ à l’esprit cosmopolite et politique de la subculture marseillaise et au clivage entre les générations en ce qui concerne le goût musical :

  • 12 Jean-Claude Izzo‚ Solea‚ Paris‚ Gallimard‚ 1998 [rééd. 2001]‚ p. 174-175.

Ma culture s’arrêtait à IAM‚ et à Massalia Sound System. Je retardais‚ paraît-il. Ils me firent découvrir la Fonky Family‚ des jeunes du Panier et de Belsunce – qui avaient participé aux Bad Boys de Marseille – et le Troisième Œil‚ qui déboulait direct des quartiers Nord. Le rap‚ c’était loin d’être mon truc‚ mais j’étais toujours époustouflé par ce que ça racontait. La justesse du propos. La qualité des textes12.

  • 13 Jean-Claude Izzo‚ Total Khéops. Paris‚ Gallimard‚ 1995‚ [rééd. 2001]‚ p. 72.
  • 14 Ibid.‚ p. 120.

9Les réflexions de Montale sont souvent‚ comme ici‚ imprégnées d’une forte critique socio-politique relative à la marginalisation des classes modestes‚ mais aussi du Sud de la France et de l’Europe en général. Dans Total Khéops‚ Montale critique‚ comme auparavant le journaliste Izzo‚ l’échec du projet industriel de Fos-sur-Mer‚ qui aurait pu donner une nouvelle vision suprarégionale au port et aux ouvriers (« Au premier lingot d’acier coulé‚ Fos n’était déjà plus qu’un mirage. Le dernier grand rêve des années soixante-dix13. »)‚ de même qu’il se met en colère contre des transformations urbaines actuelles : « Marseille était gagnée par la connerie parisienne. Elle se rêvait capitale‚ Capitale du Sud. Oubliant que ce qui la rendait capitale‚ c’est qu’elle était un port. Le carrefour de tous les brassages humains. Depuis des siècles14. » Dans Chourmo‚ il continue cette démarche en critiquant la politique de la mairie qui vise à donner une image positive de la ville en transformant le centre-ville pour le tourisme.

  • 15 Jean-Claude Izzo‚ Chourmoop. cit.‚ p. 158.

La mode‚ c’était du dernier chic à Marseille. La précédente municipalité avait claqué un fric fou dans un Espace Mode-Méditerranée‚ sur la Canebière. […] J’appartenais à cette race de Marseillais qui se fout de l’image que l’on peut avoir de nous à Paris‚ ou ailleurs. L’image ne change rien. Pour l’Europe‚ nous ne sommes toujours que la première ville du tiers-monde. La plus favorisée‚ pour ceux qui ont quelque sympathie pour Marseille15.

  • 16 Jean-Claude Izzo‚ Soleaop. cit.‚ p. 101.

10C’est le projet Euroméditerranée qui sert‚ dans les romans‚ de symbole de la dissociation définitive de Marseille et de la Méditerranée‚ et de la prévalence des intérêts du tourisme maritime et de l’économie nationale sur les besoins des citoyens‚ voire du milieu populaire et migrant. Dans Solea‚ Montale‚ dont le nom renvoie aussi au poète génois Eugenio Montale‚ combine cette critique politique avec l’utopie d’une culture méditerranéenne en faisant référence à des traditions internationalistes marseillaises : « Avaient-ils lu Brauquier‚ tous ces technocrates venus de Paris ? Et leurs paysagistes conseils ? Et Gabriel Audisio‚ l’avaient-ils lu ? Et Toursky ? Et Gérald Neveu ? Savaient-ils qu’ici‚ un peseur-juré‚ du nom de Jean Ballard‚ avait créé‚ en 1943‚ la plus belle revue littéraire de ce siècle16 […] ? »

  • 17 Thierry Fabre‚ « Louis Brauquier‚ Gabriel Audisio. Entretien avec Jean-Claude Izzo » (1999)‚ dans L (...)

11Le commissaire cite avec plaisir ces intellectuels de l’avant-guerre et la revue Cahiers du Sud‚ représentant pour lui une vision alternative à la mondialisation dans la logique de l’Union européenne. Izzo‚ membre fondateur de La Pensée de midi‚ confesse de même au directeur de la revue‚ Thierry Fabre‚ cet esprit gauchiste : « Il y a aussi toute la poésie méditerranéenne de Montale‚ des choses magnifiques où il a su restituer l’essentiel de cette mer. On s’aperçoit donc justement‚ pour revenir à Audisio‚ que cette filiation méditerranéenne non latine existe et qu’on la retrouve sur les deux rives17. » Comme Izzo‚ ce que Montale cherche dans la littérature de l’Entre-deux-guerres ainsi que dans le quotidien marseillais‚ c’est l’engagement. Mais il y trouve aussi la réflexion et l’apaisement‚ dans le sens d’une poésie du quotidien et du terrain.

  • 18 Jean-Claude Izzo‚ Soleaop. cit.‚ p. 205.

… […] sur le petit port du Vallon-des-Auffes. On était là loin du tumulte du monde. Un havre de paix. Comme aux Goudes. Un de ces lieux où Marseille s’invente dans le regard que l’on porte sur elle. Des vers de Louis Brauquier se mirent à chanter dans ma tête :
Je suis en marche vers les gens de mon silence
Lentement, vers ceux près de qui je peux me taire ;
Je vais venir de loin, entrer et puis m’asseoir.
Je viens chercher ce qu’il me faut pour repartir18.

  • 19 Jean-Claude Izzo‚ Total Khéopsop. cit.‚ p. 108.
  • 20 Cf. des expressions comme « Notre Mère la Mer » chez Gabriel Audisio‚ « Patrie Méditerranée »‚ dans (...)

12Par les références à la culture de la Méditerranée‚ Izzo caractérise son héros comme un personnage politique‚ mais aussi nostalgique‚ comme un marseillais de souche qui est en même temps ouvert sur le monde. L’auteur combine pour cela des caractéristiques de commissaires littéraires avec une vision gauchiste de la ville et de l’Europe et de la couleur locale. Montale est représenté comme un homme du Sud ce qu’inclut aussi une mentalité machiste. Ses discours sont par exemple farcis de métaphores sensuelles‚ voire sexualisées‚ souvent empreintes des attributs du monde méditerranéen. Les corps des maîtresses de Montale exhalent des odeurs d’épices typiques de la région (« Dans mes bras‚ Marie-Lou était de plus en plus légère. Sa transpiration libérait les épices de son corps. Musc‚ cannelle‚ poivre. Basilic aussi‚ comme Lole. J’aimais les corps épicés. Plus je bandais et plus je sentais son ventre dur se frotter contre moi19. »). Outre le corps des femmes‚ la ville en soi et l’élément de la mer jouent dans ce contexte-là un rôle primordial. Marseille et la Méditerranée sont pour Montale non seulement des espaces-clés pour son identité. Elles sont aussi des espaces sexuels – un aspect qui est déjà présent dans la littérature de l’Entre-deux-guerres20 – ‚ qui ont tendance à compenser le manque de relations sexuelles stables.

  • 21 Jean-Claude Izzo‚ Soleaop. cit.‚ p. 47.

J’avais tourné la tête et laissé mon regard filer vers l’horizon. Là où la mer devient plus sombre. Plus épaisse. Je m’étais dit que la solution à toutes les contradictions de l’existence était là‚ dans cette mer. Ma Méditerranée. Et je m’étais vu me fondre en elle. Me dissoudre‚ et résoudre‚ enfin‚ tout ce que je n’avais jamais résolu dans ma vie‚ et que je ne résoudrai jamais. L’amour de ces deux vieux me faisait chialer21.

13Si on veut résumer l’imaginaire de la trilogie en prenant également en compte des traits autobiographiques‚ on peut dire que les textes combinent deux aspects assez différents‚ un Montale-Izzo communiste et militant et un Montale-Izzo fortement nostalgique de Marseille. On pourrait associer ces deux tendances à deux phases de l’auteur : l’Izzo communiste des années 1960 et 1970‚ le journaliste (La Marseillaise‚ puis La Vie mutualiste/Viva) licencié pour des raisons politiques‚ et l’Izzo des années 1980 et 1990‚ qui s’installe à Paris‚ puis à Saint-Malo‚ et travaille comme poète et organisateur culturel (Étonnant voyageurs de Saint-Malo‚ Carrefour des littératures européennes de Strasbourg‚ Rencontres Goncourt des lycéens) avant de retourner en Provence en 1998.

Culte et commerce : Fabio Montale en Allemagne

  • 22 Cf. les sites du réseau Eurocities et le site de Marseille Provence 2013 : http://www.eurocities.eu (...)

14Les aspects mentionnés peuvent être considérés comme fondamentaux pour la nouvelle vogue du polar marseillais à partir des années 1990‚ représentée entre autres par Philippe Carrese (dès 2004)‚ Gilles Del Pappas (dès 1998)‚ Olivier Descosse (dès 2003)‚ Cédric Fabre (dès 2000) ou encore Mathieu Croizet (dès 2011). À des niveaux bien différents‚ ces auteurs inventent des commissaires anti-institutionnels qui commentent souvent la politique. Ils critiquent l’hégémonie économique et culturelle du Nord sur le Sud et la limitation de l’idée européenne à une forteresse‚ mais aussi‚ plus concrètement‚ une politique urbaine‚ régionale et nationale sous le signe de la revalorisation culturelle de Marseille‚ primée en 2002 par le prix Eurocities du réseau des villes majeures européennes22. C’est surtout le projet Marseille Provence 2013, capitale de la culture qui est l’objet de polémiques qui vont de pair‚ dans la représentation culturelle‚ avec la mise en scène d’un quotidien‚ d’une musique et d’une cuisine marseillais‚ méditerranéens et aussi provençaux‚ prétendument “populaires” et “alternatifs”.

  • 23 Cf. Stefania Nardini : Jean-Claude Izzo. Storia di un marsigliese. Ozzano dell’Emilia : Perdisa 201 (...)
  • 24 Cf. http://www.jeanclaude-izzo.com/frameset.html (consulté le 30.03.12).

15Bien sûr‚ cette tendance ne s’arrête pas à la frontière nationale : le succès d’Izzo a profondément augmenté la popularité de la ville à l’étranger‚ surtout dans le monde germanophone et en Italie23‚ mais aussi dans d’autre pays méditerranéens (Espagne‚ Grèce‚ Portugal)‚ le monde anglophone et dans le Nord (Pays-Bas) et l’Est du continent (Estonie‚ Russie24).

  • 25 Première place avant des romans de Michael Connelly‚ Henning Mankell et Dennis Lehane.
  • 26 La trilogia di Fabio Montale. Casino totale, Chourmo, Solea‚ trad. de l’italien par B. Ferri‚ Rome‚ (...)
  • 27 Cf. Daniel Winkler‚ « Mediterranée Nostalgie in Serie. Die intertextuelle Ästhetik von Jean-Claude (...)
  • 28 Total Cheops (Audio Verlag/Deutschland Radio 2002) paraît en 2002 comme pièce radiophonique avec de (...)

16Abstraction faite de la poésie‚ presque tous ses textes ont été publiés pour le monde germanophone à partir de 1995 par l’éditeur suisse Unionsverlag dans la traduction de Katarina Grän et Ronald Vouillé (les trois volumes de la trilogie entre 1995 et 2001). En 2001 le deuxième volume de la trilogie‚ Chourmo‚ a même obtenu le prix allemand du polar dans la section internationale25. Après cette date‚ on peut observer un « boom Izzo » : les trois romans paraissent en 2004 réunis dans un seul volume sous le titre Die Marseille-Trilogie‚ faisant ainsi allusion à la Trilogie marseillaise de Marcel Pagnol (1929-193626). Plus que sur les versions filmiques de la trilogie avec Alain Delon (Fabio Montale 2001) et Richard Bohringer (Total Khéops 200227)‚ le succès à l’étranger se concentre sur le secteur du livre et de l’audio : à côté des traductions des autres livres en prose d’Izzo‚ Les Marins perdus (1997‚ Aldebaran 2002)‚ Vivre fatigue (1998‚ Leben macht müde 2005) et Le Soleil des mourants (1999‚ Die Sonne der Sterbenden 2003) chez Unionsverlag‚ deux éditeurs audio allemands produisent des versions radiophoniques de tous ces textes28.

  • 29 Le livre a paru à titre posthume en 2000 chez Hoëbeke (Paris).
  • 30 Cf. J.-C. Izzo‚ Izzo’s Marseille‚ Zürich‚ Unionsverlag 2003 ; J.-C. Izzo‚ Mein Marseille‚ Zürich‚ U (...)
  • 31 Cf. Jean-Claude Izzo‚ « Le Voyage à Marseille »‚ dans Jean-Jacques Jordi et Anne-Marie Lapillonne‚ (...)

17Importantes pour l’image de Marseille dans le monde germanophone à partir des années 2000 ont été les rééditions posthumes des textes de l’auteur‚ notamment dans un volume paru à partir de 2003. L’éditeur Unionsverlag a conçu un petit recueil‚ intitulé Izzo’s Marseille‚ qui réunit en 128 pages de jolis extraits de la trilogie policière‚ avec une reliure en laine‚ auxquels s’ajoutent d’autres épisodes et histoires‚ tirés entre autres du roman Les Marins perdus et du beau livre Marseille que l’auteur avait initié avec le photographe Daniel Mordzinski29. Le volume est réédité en 2010 en poche sous le titre Mein Marseille30‚ réduit à 96 pages‚ avec le fort Saint-Jean en couverture. Son succès – on le trouve souvent chez les libraires des grandes gares – est certainement dû au fait qu’il promeut un imaginaire ensoleillé de Marseille. Exemplaire pour sa conception est l’histoire Le Voyage à Marseille, publiée pour la première fois dans le guide de voyage Marseille de l’éditeur Autrement en 1998. Elle raconte l’histoire d’un couple d’amoureux‚ Laure et Antoine‚ qui visitent Marseille‚ où Antoine a grandi. Ils sont logés à l’hôtel de luxe Sofitel‚ dont les chambres donnent une belle vue sur la rade et la cité : « Jusqu’à ce matin‚ ce premier matin‚ Laure avait cru qu’il n’y avait qu’une seule colline‚ celle où trônait Notre-Dame de la Garde. La Bonne Mère des Marseillais. Qui brillait le jour sous le soleil et la nuit sous les sunlights. Comme un cierge éternel31. »

  • 32 Les premiers guides touristiques monographiques en allemand datent de l’année 2009 ( !) : Cf. Micha (...)
  • 33 Cf. Les sites web de Sebastien Izzo et de l’éditeur Unionsverlag : http://www.unionsverlag.com/info (...)
  • 34 Cf. Gérard Guégan‚ « Hure der Provence »‚ dans Merian 39‚ 5‚ 1986. p. 60-68 ; Christian Eder‚ « Mar (...)

18En l’absence de littérature de voyage monographique en allemand jusqu’en 200932‚ la littérature d’Izzo sert ainsi de compensation‚ comme le montrent aussi le site web monté par le fils de l’auteur‚ Sebastien Izzo‚ et celui de l’Unionsverlag‚ offrant des tours de ville à la Montale et des dossiers supplémentaires comme une discographie du protagoniste et des recommandations culinaires d’Izzo33. Cette mise en scène de l’auteur s’inscrit dans la tendance à un changement de l’image sur Marseille qu’on peut observer à partir des années 1990. Exemplaires sont‚ à cet égard‚ les articles sur Marseille parus dans les différentes éditions du magazine de voyage Merian sur la Provence. Alors que celui de 1986 est encore intitulé Hure der Provence et illustré par des images des HLM‚ le numéro de 2006 dit : Marseille. Neustart zur Lebensfreude et montre des panoramiques de la ville ainsi que des images d’un Panier restauré34.

Bella Block

  • 35 Programme organisé par la Friche (http://www.lafriche.org/friche/zdyn1/) en partenariat avec l’asso (...)

19Cette politique éditoriale a aussi changé le point de vue littéraire de l’étranger sur Marseille. Je prendrai pour exemple l’écrivaine Doris Gercke‚ auteure de polar en résidence à la Friche de Belle-de-Mai en 200835‚ qui a choisi Marseille comme lieu d’ancrage exceptionnel pour le dernier tome de sa série de polars hambourgeoise Bella Block‚ paru chez l’éditeur Hoffmann und Campe à Hambourg. La série elle-même date déjà de 1987 et a été adaptée dès 1994 pour la chaîne de télévision allemande ZDF‚ avec l’actrice Hannelore Hoger. Entre-temps‚ Gercke a pris ses distances avec les producteurs et se limite uniquement à l’écriture de romans.

20Son dernier roman‚ intitulé Tod in Marseille‚ réunit plusieurs lieux d’action : Hambourg‚ Marseille et l’île de Gomera‚ où l’action commence. La jeune Maria-Carmen‚ qui vient d’un petit milieu et travaille comme femme de chambre dans un hôtel de luxe à San Sebastián‚ rêve d’une vie ailleurs. Elle est témoin du meurtre du client marseillais René Picard et s’approprie une enveloppe avec de l’argent et des coupures de presse qui se trouvaient dans sa chambre. Ensuite‚ Maria-Carmen contacte Nini‚ l’originale de l’île‚ une Marseillaise vieille et décharnée‚ qui se soigne surtout avec de l’huile d’avocat et du gin tonic‚ arrivée cinquante ans plus tôt sur Gomera‚ par amour pour un matelot. Elle est chargée de traduire les articles qui parlent d’un incident dans un bordel marseillais.

21Maria-Carmen veut tirer de l’argent des informations et part pour Marseille ; Nini la suit. À Marseille‚ les choses se compliquent : Nini perd de vue la jeune fille à cause de ses excès alcooliques et dort‚ par manque d’argent‚ dans la rue près de l’ancienne demeure d’Anna Seghers. C’est là-bas que Bella Block‚ commissaire hambourgeoise en vacances à Marseille‚ la trouve‚ ce qui amène à un séjour commun des deux femmes à Marseille. Bella et Nini essaient de trouver Maria-Carmen avec l’aide du policier marseillais Julien Grimaud‚ mais doivent finalement constater que celui-ci est impliqué dans une affaire délicate. Un navire est coulé près de Montevideo‚ chargé de fertilisants toxiques et d’une équipe non-européenne‚ dont est responsable le puissant armateur hambourgeois Gerd-Omme Nissen‚ qui est aussi membre du comité de préparation de l’anniversaire du jumelage entre les deux villes. Quand elle découvre l’affaire‚ elle doit constater qu’elle ne peut pas fuir sa vie par un changement de lieu et quitte la ville.

Voyages à Marseille

  • 36 Cf. p. ex. Julie Agostini et Yannick Forno‚ dir.‚ Les Écrivains et Marseille‚ Marseille‚ Jeanne Laf (...)

22L’enquête policière a chez Gercke un statut plus secondaire que dans les romans d’Izzo‚ dont elle s’inspire nettement. Non seulement la résidence de Nini et Maria-Carmen‚ le Sofitel‚ et l’affaire Nissen font penser à l’histoire du Voyage à Marseille ou encore au livre Les Marins perdus‚ mais la décision de la commissaire de partir pour Marseille est partiellement due à la lecture des romans d’Izzo. Elle part pour Marseille‚ non pas à cause des significations criminelles‚ mais à cause d’une certaine curiosité pour la ville‚ nourrie par la publicité pour le 50e anniversaire du jumelage entre Marseille et Hambourg et la lecture des textes‚ surtout allemands‚ qui représentent la ville. Bella Block mémorise et cite‚ presque de manière excessive‚ des textes de Jean-Claude Izzo‚ mais aussi de Walter Benjamin et Anna Seghers‚ Josef (sic !) Roth et Wolfgang Koeppen. Il s’agit alors (à l’exception de Koeppen) des textes-clés des auteurs de l’exil allemand qui ont séjourné à Marseille et qui ont été‚ non seulement canonisés‚ mais aussi intégrés dans les anthologies sur la Provence36. L’héroïne lit des textes de ces auteurs avant et pendant son séjour à Marseille‚ et elle compare elle-même‚ par exemple‚ la biographie de Nini avec celles des auteurs d’exil de l’Entre-deux-guerres.

  • 37 Doris Gercke‚ Tod in Marseille. Ein Bella-Block-Roman‚ Hamburg‚ Hoffmann und Campe‚ 2010‚ p. 169-17 (...)

Insofern war es erlaubt Nini in eine Reihe mit Seghers‚ Benjamin‚ Roth‚ Izzo & Co. zu stellen‚ die ihr bisher geholfen hatten‚ sich mit dem Charakter der Stadt vertraut zu machen. Allerdings würden von Ninis Erzählungen keine Bücher übrig bleiben‚ sondern nur die Erinnerung an sie37.

  • 38 Gercke a en outre profité d’une visite guidée de la ville (par Gilles Del Pappas). Cf. Doris Gercke (...)

23En même temps Bella Block ne mentionne ni des auteurs étrangers (sauf Roth) ou moins exploités pour des anthologies (comme Soma Morgenstern)‚ ni des auteurs de la littérature actuelle marseillaise (comme Minna Sif ou Cédric Fabre). Comme on peut le constater par la note bio-bibliographique à la fin du livre38‚ la lecture de Bella Block correspond approximativement à celle de l’auteure. On peut donc observer‚ non seulement des traits biographiques‚ mais aussi une certaine similitude entre la biographie et le caractère des commissaires Montale et Block : comme lui‚ elle aime boire et manger‚ lire et citer de la littérature liée à Marseille. Elle aussi est une gauchiste avec une tendance têtue et workalcoolique‚ désillusionnée de l’appareil policier qu’elle vient de quitter. Les deux commissaires ont une forte conscience sociale et n’arrivent guère à séparer vie professionnelle et vie privée ou à établir une relation sexuelle stable. Tous les deux critiquent le déséquilibre social dans la ville à partir du développement et des projets urbains actuels‚ c’est-à-dire Euroméditerranée (pour Izzo)‚ le 50e anniversaire du jumelage et Marseille Provence 2013 (pour Gercke).

  • 39 Doris Gercke‚ op. cit., p. 189.

An einem Zeitungsstand hinter dem Musée de la Mode blätterte sie in einem Exemplar des Marseille l’Hébdo. 2013 würde Marseille Kulturhauptstadt Europas werden. Man versprach sich viel davon. Bella dachte an das alte Hafengebäude am Quai de la Joliette‚ in dem sie vor ein paar Tagen gewesen war : viele schicke Restaurants und die meisten leer. In allen großen Städten waren Intellektuelle‚ Stadtplaner‚ Restaurantbesitzer‚ Architekten‚ Geldleute dabei‚ die Spuren der Industriearbeit zu beseitigen39.

Marseille et Hambourg

24Gercke s’inspire aussi d’un imaginaire bipolaire pour sa littérarisation des deux villes : Hambourg et Marseille sont‚ dans son roman‚ deux univers à part représentés par quatre figures-clés : Nini‚ ancienne travailleuse dans une fabrique de cigarettes dans La Belle de Mai‚ et Grimaud‚ devenue il y a longtemps policier par conscience antifasciste‚ sont des personnages qui sont issus du Marseille populaire. De plus‚ tous les deux dépendent‚ d’une certaine manière‚ des protagonistes hambourgeois et meurent à la fin du roman : Grimaud est un petit collaborateur du puissant armateur Nissen ; l’originale Nini est liée par son histoire à la ville‚ mais elle n’a aujourd’hui dans cet endroit ni amis‚ ni argent‚ ni orientation. Les figures hambourgeoises Nissen et Block ont‚ par contraste‚ d’autres moyens et d’autres possibilités : ils peuvent‚ de près ou de loin‚ se sortir de l’affaire et retournent finalement tous les deux à Hambourg. Nissen disparaît soudainement pour cacher les vraies raisons de sa venue à Marseille. Bella Block n’abandonne ses vacances et recherches que par désillusion et prend le train à Saint-Charles pour Paris. Son ami Kranz passe la chercher à la gare de Hambourg pour prendre le petit déjeuner avec elle dans un restaurant espagnol.

  • 40 Doris Gercke‚ op. cit., p. 205-206.

Die Nachricht vom Tod Grimauds erreichte sie nie. Dass ein Polizist aus Marseille in Vence an Herzversagen verstorben war‚ hatte als Meldung höchstens für die Lokalblätter Bedeutung.
Durch Kranz‚ der hin und wieder mit Nissen im Übersee-Club zusammentraf‚ erfuhr sie‚ dass die Versicherungen ihn für den Verlust von Schiff und Ladung entschädigt hatten. Bella‚ die nicht an Zufälle glaubte‚ sondern eher an den Zusammenhang zwischen Zufall und Notwendigkeit‚ war bei dieser Nachricht in Lachen ausgebrochen40.

25L’abandon des recherches par Bella Block ne lui fait pas perdre son cynisme‚ mais il lui sauve la vie‚ ou du moins lui évite des ennuis. Mais‚ avec cette fin‚ l’auteure change aussi le ton du roman policier concernant la réputation marseillaise. Si l’on veut‚ le voyage à Marseille de la commissaire représente la fuite du quotidien hambourgeois‚ le rêve de passer quelques mois au soleil en évitant un hiver dépressif car dépourvu de sa mission. Le séjour ressemble d’une certaine façon au cabanon et au bateau-mouche de Montale aux Goudes‚ représentant une idylle quasi pagnolesque. Dans les deux cas‚ la fuite ne fonctionne pas.

  • 41 Daniel Winkler‚ op. cit.‚ p. 9-16.

26Pour résumer‚ on pourrait dire que Gercke cite des oppositions et des clichés bien connus de l’histoire de la représentation littéraire de la ville. Mais la motivation touristique du voyage et la fin du roman en modifient le sens : Marseille reste le lieu du crime et de la crise ; toutefois‚ elle revêt le statut d’une ville plus sympathique. La responsabilité de l’acte criminel est attribuée à Nissen‚ et de ce fait à la bourgeoisie et à la richesse hambourgeoises‚ qui sont fondées sur un profit illégitime‚ alors que le Marseillais Grimaud n’apparaîtrait que comme un collaborateur mineur et mort. Gercke prend ainsi ses distances avec le mythe de la French Connection41 ; elle utilise le genre du roman policier pour revaloriser l’imaginaire de la ville‚ même si c’est de manière superficielle‚ c’est-à-dire en recourant à des références courantes comme la caractérisation de son héroïne sous les traits d’une touriste allemande gauche caviar faisant un tour de ville sur les chemins d’Izzo et des poètes de l’exil allemand.

Notes

1 Je remercie chaleureusement Anne-Claire Ignace et Anne Chalard-Fillaudeau pour leurs relectures de mon texte.

2 Cf. Maiken Umbach‚ « A Tale of Second Cities. Autonomy‚ Culture‚ and the Law in Hamburg and Barcelona in the Late Nineteenth Century »‚ dans : The American Historical Review 110‚ 3‚ 2005‚ http://www.historycooperative.org/journals/ahr/110.3/umbach.html (consulté le 30.10.2012).

3 Cf. aussi l’article accompagnant la couverture Follath‚ Erich et Gerhard Spörl : « Was Städte sexy macht »‚ dans : Der Spiegel‚ 2007‚ n° 34 p. 98-103‚ http://www.spiegel.de/spiegel/print/d- 52637644.html (consulté le 30.10.12).

4 Cf.‚ Xavier Lafon‚ « Marseille‚ une cité antique sans mémoire ? »‚ dans : La Pensée de midi‚ 2000‚ n° 3 : http://www.lapenseedemidi.org/article_pdf.html?id_article=296 (consulté le 30.10.12).

5 Cf. Arlette Farge‚ « Ville dérobée et subie‚ ville inventée. xviiie siècle »‚ dans : Journal des anthropologues 61-62‚ 1995‚ p. 89-95.

6 Cf. Pierre Échinard‚ « La mauvaise réputation »‚ dans : Jean-Claude Baillon‚ dir. : Marseille. Histoire de famille. Paris‚ Autrement‚ 1989‚ p. 142-156.

7 Cf. Daniel Winkler‚ Transit Marseille. Filmgeschichte einer Mittelmeermetropole. Bielefeld‚ transcript‚ 2007‚ p. 9-50.

8 Cf. Édith Saurer‚ « Auf der Suche nach Ehre und Scham. Europa‚ sein mediterraner Raum und die Mittelmeeranthropologie »‚ dans : Historische Anthropologie. Kultur, Gesellschaft, Alltag 10‚ 2‚ 2001‚ p. 206-224‚ p. 209.

9 Jean-Claude Izzo‚ Solea. Paris‚ Gallimard‚ 1998 [rééd. 2001]‚ p. 298-299.

10 Il a écrit avec Andreu Martin le scénario du film télévisé Une Mort olympique sur Vázquez Montalbán‚ mis en scène par Manuel Esteban en 1984. Pour des informations biographiques sur Izzo cf. le site web : http://www.jeanclaude-izzo.com (consulté le 31.10.12) et Medard Ritzhofen‚ « Eine Stadt nach unserem Herzen. Jean-Claude Izzo : die melancholische Stimme Marseilles »‚ dans Dokumente. Zeitschrift für den deutsch-französischen Dialog 58‚ 5‚ 2002‚ p. 67-72.

11 Le lieu d’ancrage de Montalbano est une ville fictive qui n’est pas sans évoquer la ville natale de l’auteur‚ Porto Empedocle.

12 Jean-Claude Izzo‚ Solea‚ Paris‚ Gallimard‚ 1998 [rééd. 2001]‚ p. 174-175.

13 Jean-Claude Izzo‚ Total Khéops. Paris‚ Gallimard‚ 1995‚ [rééd. 2001]‚ p. 72.

14 Ibid.‚ p. 120.

15 Jean-Claude Izzo‚ Chourmoop. cit.‚ p. 158.

16 Jean-Claude Izzo‚ Soleaop. cit.‚ p. 101.

17 Thierry Fabre‚ « Louis Brauquier‚ Gabriel Audisio. Entretien avec Jean-Claude Izzo » (1999)‚ dans La Pensée de midi 1‚ 2000. 90-93‚ p. 92.

18 Jean-Claude Izzo‚ Soleaop. cit.‚ p. 205.

19 Jean-Claude Izzo‚ Total Khéopsop. cit.‚ p. 108.

20 Cf. des expressions comme « Notre Mère la Mer » chez Gabriel Audisio‚ « Patrie Méditerranée »‚ dans G.A. : Jeunesse de la Méditerranée‚ Paris‚ Gallimard‚ 1935‚ rééd. 2002. 9-24‚ p. 24.

21 Jean-Claude Izzo‚ Soleaop. cit.‚ p. 47.

22 Cf. les sites du réseau Eurocities et le site de Marseille Provence 2013 : http://www.eurocities.eu/main.php ; http://mp2013.ddeluxe.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=147& Itemid=312 (consulté le 30.10.12).

23 Cf. Stefania Nardini : Jean-Claude Izzo. Storia di un marsigliese. Ozzano dell’Emilia : Perdisa 2010 ; Pierpaolo Pracca‚ L’amore, la morte e il basilico. La cucina marsigliese di Jean-Claude Izzo‚ Torino‚ Il leone verde‚ 2009.

24 Cf. http://www.jeanclaude-izzo.com/frameset.html (consulté le 30.03.12).

25 Première place avant des romans de Michael Connelly‚ Henning Mankell et Dennis Lehane.

26 La trilogia di Fabio Montale. Casino totale, Chourmo, Solea‚ trad. de l’italien par B. Ferri‚ Rome‚ E/O Noir mediterraneo‚ 2011.

27 Cf. Daniel Winkler‚ « Mediterranée Nostalgie in Serie. Die intertextuelle Ästhetik von Jean-Claude Izzos Kriminalromanen und der Fall Alain Delon »‚ dans : Elisabeth Arendt et al.‚ dir.‚ Mittelmeerdiskurse in Literatur und Film/La Méditerranée : représentations littéraires et cinématographiques. Frankfurt et al.‚ Peter Lang‚ 2010‚ p. 215-231.

28 Total Cheops (Audio Verlag/Deutschland Radio 2002) paraît en 2002 comme pièce radiophonique avec des acteurs bien connus (Hilmar Eichhorn‚ Hans-Peter Hallwachs‚ Anna Thalbach). Les autres deux volumes suivent trois ans plus tard sous forme de livres audio : Chourmo (2005)‚ Solea (2005). Il y a aussi des disques des textes Aldebaran (2004)‚ Die Sonne der Sterbenden (2006)‚ Vivre fatigue (2006‚ version didactique en français).

29 Le livre a paru à titre posthume en 2000 chez Hoëbeke (Paris).

30 Cf. J.-C. Izzo‚ Izzo’s Marseille‚ Zürich‚ Unionsverlag 2003 ; J.-C. Izzo‚ Mein Marseille‚ Zürich‚ Unionsverlag‚ 2010. Cf. J.-C. Izzo‚ Aglio, menta e basilico. Marsiglia, il noir e il Mediterraneo‚ trad. de l’italien par G. Panfili‚ Rome‚ E/O‚ 2011.

31 Cf. Jean-Claude Izzo‚ « Le Voyage à Marseille »‚ dans Jean-Jacques Jordi et Anne-Marie Lapillonne‚ dir. : Marseille. Le guide autrement‚ Paris‚ Autrement‚ 2002‚ p. 11-17. La première édition date de 1998 et était éditée par Izzo‚ Jordi et Lapillonne. Depuis les guides de voyages dédiés à Marseille se sont multipliés.

32 Les premiers guides touristiques monographiques en allemand datent de l’année 2009 ( !) : Cf. Michaela Beimfohr‚ CityTrip Marseille‚ Bielefeld‚ Reise Know-How Verlag Rump‚ 2009 ; Der National Geographic Explorer‚ Marseille – öffnen, aufklappen, entdecken ! ‚ Hamburg‚ National Geographic‚ 2009 ; Klaus Simon‚ Marseille, Köln‚ Dumont‚ 2011.

33 Cf. Les sites web de Sebastien Izzo et de l’éditeur Unionsverlag : http://www.unionsverlag.com/info/person.asp?pers_id=1302‚ http://www.jeanclaude-izzo.com (consulté le 30.10.12).

34 Cf. Gérard Guégan‚ « Hure der Provence »‚ dans Merian 39‚ 5‚ 1986. p. 60-68 ; Christian Eder‚ « Marseille. Neustart zur Lebensfreude »‚ dans Merian 59‚ 4‚ 2006‚ p. 100-107.

35 Programme organisé par la Friche (http://www.lafriche.org/friche/zdyn1/) en partenariat avec l’association l’Écrit du Sud‚ http://www.lecritdusud.com/pages/les-terrasses-du-polar.html(consulté le 30.10.12).

36 Cf. p. ex. Julie Agostini et Yannick Forno‚ dir.‚ Les Écrivains et Marseille‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 1997 ; Karl-Heinz Goetze‚ dir.‚ Provence, Hamburg‚ Ellert und Richter‚ 1986 ; Karl-Heinz Goetze‚ dir.‚ Provence. Ein Reisebuch, Hamburg‚ Ellert und Richter‚ 1987 ; Cay Rademacher‚ dir.‚ Provence. Ein Reiselesebuch‚ Hamburg‚ Ellert und Richter‚ 2010 ; Sabine Schneider‚ dir.‚ Europa erlesen. Provence, Klagenfurt‚ Wieser Verlag‚ 2000.

37 Doris Gercke‚ Tod in Marseille. Ein Bella-Block-Roman‚ Hamburg‚ Hoffmann und Campe‚ 2010‚ p. 169-170.

38 Gercke a en outre profité d’une visite guidée de la ville (par Gilles Del Pappas). Cf. Doris Gercke‚ Tod in Marseille. Ein Bella-Block-Roman‚ Hamburg‚ Hoffmann und Campe 2010‚ p. 207.

39 Doris Gercke‚ op. cit., p. 189.

40 Doris Gercke‚ op. cit., p. 205-206.

41 Daniel Winkler‚ op. cit.‚ p. 9-16.

Auteur

Innsbruck

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search