Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et littérature

Entre engloutissement et apothéose. Le Marseille de deux poètes : Hans Sahl et Reiner Kunze

Catherine Teissier

Résumé

L’article se propose d’étudier le fonctionnement de Marseille comme élément du mythe personnel chez deux poètes‚ Hans Sahl et Reiner Kunze‚ qui ont connu chacun la persécution par la dictature et une forme d’exil. Pour Hans Sahl‚ Marseille est la ville-piège‚ le gouffre d’où il s’agit de s’échapper sous peine de s’y engloutir à jamais. Pour Reiner Kunze au contraire‚ Marseille représente le moment de la libération et de la révélation de la vérité. Leurs poèmes révèlent les deux visages de Marseille entre lesquels oscilleront toujours les représentations du mythe.

Texte intégral

1 Marseille‚ ville-monde‚ ville-passerelle‚ partage avec quelques métropoles européennes (Paris‚ Londres‚ Berlin) le statut de ville-mythe. Elle a pu également former l’un des éléments du mythe personnel pour certains artistes. C’est le cas de deux poètes au statut bien dissemblable : Hans Sahl (1902-1993)‚ qui connut l’exil sous le national-socialisme et n’en revint jamais réellement et Reiner Kunze‚ né en 1933‚ qui fit l’expérience de l’autre dictature allemande et dut quitter également‚ certes dans d’autres conditions‚ le pays qu’il aimait mais qui lui déniait toute possibilité d’expression. Quelle place Marseille occupe-telle dans l’œuvre de ces deux exilés‚ de ces deux poètes de la perte et de la désorientation qui en découle ? C’est ce que nous voudrions étudier ici.

  • 1 « Wir‚ die wir unsre Zeit vertrödelten‚/aus begreiflichen Gründen‚/ sind zu Trödlern des Unbegreifl (...)
  • 2 Ibid.‚ p. 44.
  • 3 Hans Sahl‚ Die Wenigen und die Vielen. Roman‚ Munich‚ Luchterhand Literaturverlag‚ 2010.

2On connaît Hans Sahl‚ par ailleurs bien oublié‚ essentiellement pour son poème « Die Letzten »‚ paru en 1973 et que l’on retrouve dans de nombreux recueils consacrés à l’exil entre 1933 et 1945. Le « brocanteur de l’incompréhensible1 »‚ c’est bien lui‚ qui s’inclut dans le nous de cette troupe lamentable ayant vécu la fuite‚ l’exil‚ l’angoisse et le sentiment de la perte de tout un monde après l’arrivée des nazis au pouvoir en 1933. Le sentiment atroce de n’être plus que du gibier‚ Sahl l’a exprimé de manière particulièrement poignante dans le poème Zwischen Tours und Poitiers‚ paru en 1976 mais écrit en 19392. Bientôt cependant‚ ce n’est pas seulement l’exil‚ mais l’isolement dans l’exil même que Sahl va vivre et exprimer. En effet‚ le poète refuse de cautionner le stalinisme et s’oppose donc aux groupes de sympathisants communistes de l’émigration. Dans son exil parisien‚ il fonde avec quelques exilés qui partagent son opinion (A. Döblin‚ J. Roth‚ W. Mehring‚ K. Mann) une association d’écrivains antistaliniens‚ le Bund Freie Presse und Literatur. Il a raconté cette expérience très particulière dans la deuxième partie de ses souvenirs‚ Die Wenigen und die Vielen (19593)‚ qu’il intitule justement « l’exil dans l’exil ».

3Hans Sahl est emblématique du destin d’une génération‚ celle des intellectuels juifs allemands pris dans la tourmente des années 1930. Né à Dresde en 1902‚ fils d’un industriel juif qui s’installe à Berlin lorsque son fils a 5 ans‚ Hans fait des études d’art‚ d’archéologie et de littérature à Breslau‚ où il passe son doctorat‚ avant de revenir à Berlin. Il s’y fait très vite un nom comme critique littéraire‚ et ses articles sur le théâtre et le cinéma ont un certain succès dans le Berlin de la République de Weimar. Il écrit aussi des pièces de théâtre et des poèmes. En mars 1933‚ il doit prendre la route de l’exil‚ s’enfuit par Prague et Zurich à Paris‚ où il travaille pour le Neues Tage-Buch. Mais il est arrêté‚ interné dans le camp du Ruchard (Indre et Loire). Il parvient à s’enfuir au bout de 13 mois‚ début mars 1941‚ arrive à Marseille et grâce à Varian Fry et son Emergency Rescue Committee‚ il parvient‚ par Lisbonne‚ à passer aux États-Unis.

4Durant cet exil américain même‚ il publie un recueil de poème‚ Die hellen Nächte (1941 puis 1942)‚ ce qui‚ vu les circonstances‚ représente en soi une performance. À la fin de la guerre‚ il reste aux États-Unis‚ devient correspondant de presse pour le Süddeutsche Zeitung et le Neue Zürcher Zeitung‚ entre autres. Il a également une importante activité de traducteur‚ notamment de théâtre : Arthur Miller‚ Tennessee Williams‚ John Osborne. Il ne parvient pas vraiment à reprendre pied en Allemagne‚ au début des années 1950‚ et en 1957 se décide à retourner aux USA. Ce n’est qu’à 87 ans‚ en 1989‚ qu’il s’installe enfin en Allemagne‚ à Tübingen‚ où il meurt en 1993. Peu avant‚ il avait participé‚ déjà très malade‚ à des lectures pour protester contre les attentats racistes contre des foyers d’immigrés et de demandeurs d’asile‚ en 1992.

5La totalité des poèmes de Hans Sahl ont été publiés seulement après sa mort‚ chez Luchterhand‚ en 2009. En dehors du recueil de 1942‚ Die hellen Nächte‚ deux recueils étaient parus vers la fin de sa vie : Wir sind die Letzten‚ en 1976 (il avait 74 ans)‚ et Der Maulwurf‚ en 1992‚ mais Hans Sahl est à l’époque toujours plus ou moins un inconnu‚ même pour les connaisseurs de la problématique de l’exil. Pourquoi est-il si isolé‚ sans grande possibilité de publication ?

  • 4 Klaus Siblewski‚ Postface‚ dans : Hans Sahl‚ Die Gedichte‚ Munich‚ Luchterhand Literaturverlag‚ 200 (...)

6Lorsqu’on redécouvre en RFA les auteurs de l’émigration‚ à la fin des années 1970‚ il ne fait pas partie de la « bonne » idéologie. Il va donc écrire sans penser à publier‚ « pour le tiroir »‚ et retravailler ses poèmes‚ d’où la difficulté de leur édition‚ et en particulier‚ de leur datation : N. Kern et L. Siblewski‚ auxquels nous devons le recueil de 2009‚ se sont en partie appuyés pour ce faire sur les journaux intimes de Hans Sahl et sur les cartons de poèmes déposés à Marbach‚ classés (par Hans Sahl lui-même ?) par ordre alphabétique4.

7Parmi les poèmes de l’exil‚ on trouve de nombreux poèmes de lieux‚ évoquant Paris‚ New York‚ les États-Unis‚ Berlin : Café de FloreDas Haus auf Long IslandAlabamaMuseum of Modern ArtNY TimesNational City BankOde an Berlin pour n’en citer que quelques-uns. Plus de poèmes encore sont consacrés à des personnes‚ d’autres artistes‚ d’autres combattants du nazisme‚ beaucoup avec une dédicace‚ entre autres à B. Brecht. Hans Sahl est un homme des villes‚ ce qui se reflète dans ses titres : Lob der StädteIrgendwo in den großen Städten. Mais la mort prend de plus en plus de place et envahit peu à peu les poèmes‚ comme c’est le cas des vers consacrés à Marseille.

L’engloutissement

  • 5 Anna Seghers‚ Transit‚ Berlin und Weimar‚ Aufbau-Verlag‚ 1964. Écrit en exil entre 1941 et 1942‚ le (...)

8Marseille est le sujet et le titre de quatre poèmes‚ difficiles à dater‚ mais pour trois d’entre eux‚ certainement écrits entre 1939 et 1942‚ et pour le premier‚ peut-être retravaillé plus tard. Ici se croisent les thèmes évoqués plus haut et les obsessions du poète‚ dans une logique de l’engloutissement. C’est le Marseille des limbes et du purgatoire‚ le Marseille-piège qu’évoque Hans Sahl‚ ces quatre poèmes présentant une gradation dans l’horrible. En même temps‚ on y retrouve la palette complète des situations et des sentiments éprouvés par l’exilé pris dans la nasse‚ situation et sentiments décrits par exemple dans Transit‚ d’Anna Seghers5‚ au point qu’on pourrait presque attribuer chacun d’eux à une scène du roman.

9La forme du premier poème‚ Marseille‚ l’apparente quelque peu à un calligramme : l’extrême brièveté des vers crée un poème tout en longueur‚ évoquant la verticalité du mat des bateaux à l’ancre dans le port‚ endormis‚ et que le flot fait juste assez remuer pour que leur mât devienne une gigantesque aiguille‚ pendule à l’envers‚ avec la lune à son bout – l’aiguille qui rappelle qu’un temps a existé‚ qu’il y a eu un temps.

  • 6 Hans Sahl : Marseille‚ strophe 1‚ dans : id.‚ Die Gedichteop. cit.‚ p. 46.

Maste im Hafen‚
Schiffe‚ die rasten‚
Männer schlafen
Unter den Masten‚
Möwen ziehen‚
Hängende Segel‚
Morgennebel
Über dem Hafen6.

10Mais le temps n’a plus cours‚ et tout est immobile‚ figé : les voiles qui pendent‚ la brume immobile‚ les bateaux qui reposent‚ les hommes qui dorment. Un présent éternel et fantomatique envahit le poème.

11Et pourtant‚ il y a eu un temps‚ un mouvement‚ un ailleurs ou sa possibilité‚ évoqués par les deux strophes au prétérit. C’est ce que le temps du récit‚ introduit par un « als »‚ suggère ou laisse entrevoir. Ce passé représentait une menace‚ mais aussi une chance de salut : les trains roulaient‚ le temps n’était pas immobile mais précieux et aurait pu sauver le moi lyrique‚ inclus dans le « nous » du groupe des exilés ; même la lune changeait alors de couleur.

  • 7 Ibid.‚ strophe 2.

Sterne verblassten‚
Als wir uns trafen‚
Zwischen den Masten
Bleichte der Mond.
Bahnen fuhren7 […]

12Mais l’inertie a saisi les exilés qui se sont laissés engluer, fascinés, hypnotisés qu’ils étaient par le spectacle du Vieux-Port, en apparence si paisible : les bateaux et les hommes qui dorment, qui reposent et, par leur mât vertical, clouent à terre l’exilé.

  • 8 Ibid.‚ strophe 3‚ derniers vers du poème.

Statt zu entfliehen
Spitzeln und Strafen‚
Sahn wir sie schlafen‚
Sahn wir sie liegen‚
Schiffe im Hafen‚ Schiffe‚ die rasten8.

13Le caractère un peu verlainien du poème‚ avec sa séduisante mélancolie‚ laisse peu à peu la place à une sorte d’engourdissement dangereux. Le seul mouvement qui reste possible‚ malgré les instruments ou les métonymies de la fuite (voiles‚ mouettes‚ port) est celui de l’écriture‚ lui-même bien limité‚ puisqu’il ne s’exprime que dans ces vers d’une certaine manière épuisés‚ qui n’ont pas l’énergie d’aller au-delà de trois ou quatre mots‚ et surtout de deux accentuations‚ ce que rend de manière très évocatrice le balancement sans issue et sans avenir des bateaux qui ne vont nulle part. La tragédie de l’impossible départ est définitivement scellée par la répétition des deux premiers vers dans les deux derniers‚ avec une seule modification : l’aiguille du mât est maintenant remplacée par le bateau‚ réduit par conséquent à sa coque. Le mât-aiguille du temps presque immobile a disparu.

Schiffe im Hafen‚
Schiffe‚ die rasten.

  • 9 Marseille IMarseille IIIMarseille IV‚ Hans Sahl‚ Die Gedichteop. cit.‚ p. 217-219.

14Dans les trois autres poèmes intitulés Marseille9‚ on retrouve les topiques de l’exil à Marseille. Le bateau bien sûr‚ la perspective de l’évasion : Schiff au centre de Marseille IClipper et Atlantic dans Marseille IIIGespensterschiff dans Marseille IV. Mais le bateau salvateur et le port sont contrebalancés dans les trois poèmes par des figures menaçantes‚ personnages ou lieux‚ coulisses d’un véritable cauchemar où‚ et c’est bien la caractéristique du mauvais rêve‚ le temps reste suspendu.

15Ainsi‚ les espions et ces étranges piliers de zinc‚ déjà présents dans Marseille sont plus menaçants encore dans Marseille 1‚ où sont évoqués les dénonciateurs (Denunziant‚ vers 11) qui se transforment en hommes de main (handfeste Männer‚ vers 12)‚ organes omniprésents du « super espion »‚ Pétain‚ au vers 10‚ où une terrible allitération identifie le murmure de la mer lui-même à l’oreille qui entend tout‚ et jusqu’au moindre bruit fait par l’exilé pris au piège : « Das Ohr des greisen Marschalls lauscht gespannt »

16Dans Marseille III‚ d’autres personnages : des hommes ivres représentant la menace indistincte et d’autant plus angoissante‚ ou la tenancière sinistre‚ et bien sûr la police de Vichy‚ sont autant de signaux indiquant à l’exilé que sa vie à Marseille ne tient qu’à un fil. Mais ce sont surtout les lieux et les odeurs qui finissent par provoquer une terreur hallucinée et l’impression que la mort est déjà là dans Marseille I‚ violente‚ avec les rumeurs de fermeture des frontières provoquant le suicide d’un inconnu (dernière strophe)‚ ou beaucoup plus insidieuse et terrible dans la strophe 1 où s’entremêlent odeur de chair humaine et de poisson‚ et où l’on évoque le prix‚ bu par avance‚ de la prochaine prise : argent de la pêche ou argent de la trahison ?

  • 10 Marseille Iibid.‚ p. 217.

Geruch von Menschenfleisch und faulen Fischen‚
Geölte Scheitel‚ die an Marmortischen
Den Vorschuss auf den nächsten Fang versaufen10.

17Un réseau serré de significations (FischFangMenschenfleischDenunziant) emprisonne ainsi le poème dans l’image du filet‚ de la nasse‚ du piège d’où le moi lyrique brûle de s’échapper. Mais une fois de plus‚ le bateau ne partira pas‚ et la prière semble le dernier recours dans une Marseille-prison qui ne veut pas laisser s’échapper l’exilé :

  • 11 Ibid.‚ vers 5 à 8 et vers 16.

O Stadt der Gangster und der falschen Pässe‚
Wie brennt dein Pflaster unter meinen Füßen‚
Wer jetzt noch hier ist‚ wird auch bleiben müssen‚
Es rettet ihn kein Schiff aus der Tristesse.
[…]
Madonna de la Garde‚ schütz’ uns alle11 !

18Dans un paroxysme d’horreur‚ Marseille III évoque le moi en train de pourrir vivant‚ dans Marseille devenue « un trou plein de vers »‚ une tombe remplie d’« âmes mortes » :

Warum bin ich nicht längst schon ausgezogen
Aus diesem Loch‚ wo mich die Würmer fressen
Und tote Seelen umgehn im Gemäuer ?

19L’exilé est abandonné‚ oublié‚ son existence même effacée‚ bientôt sa volonté même n’existera plus que pour l’attirer vers le plafond‚ métonymie du suicide par pendaison. Le dernier mot du poème n’est plus que la mort telle qu’elle est réservée aux chiens :

  • 12 Marseille III‚ vers 13 à 15.

Man gibt mich auf‚ bald bin ich ganz vergessen
Und will nichts mehr und streck’ mich nach der Decke
In dem Hotel‚ in dem ich hier verrecke12.

20L’impression d’enfermement est enfin complète avec le dernier poème‚ Marseille IV‚ d’où le moi a complètement disparu. Dans ce poème du « nous »‚ le temps lui aussi est effacé‚ puisqu’il est devenu cyclique‚ fou‚ ce qui s’exprime dans la répétition sans fin des mouvements et des activités‚ elles-mêmes frénétiques (« wir jagen »‚ vers 5) mais sans aucune efficacité : le vers 7 « und sind noch hier »‚ qui occupe la place au centre du poème‚ exprime précisément ce qu’il s’agit de ne pas faire‚ de ne pas être.

21Rester à Marseille signifie en effet la mort‚ mais celle-ci elle-même est refusée aux exilés condamnés à une agitation éternelle et sans conséquences :

  • 13 Marseille IV‚ vers 11 et vers 15-16.

Wir sind schon tot‚ bevor wir selbst es wissen ;
[…]
wir haben unser Schicksal längst begriffen
Und sterben nicht13.

22Nous voici dans l’avant-dernier cercle des Enfers. Aucune espérance n’est plus permise‚ dans une agonie éternelle. Les exilés sont en réalité déjà morts‚ seulement ils ne le savent pas.

  • 14 Marseille IV‚ vers 12.
  • 15 Ibid.‚ vers 14.

23Le Marseille de Hans Sahl est donc le Marseille des limbes‚ Marseille d’un purgatoire sans espérance‚ le Marseille des fantômes condamnés à errer sans fin entre port et consulat‚ et à ne connaître de mouvement qu’imaginaire : « nous jouons avec nos sentiments comme avec des balles14 » et d’espoir que cruellement illusoire : « nous réservons des billets sur des vaisseaux fantômes15 ». C’est le Marseille de l’engloutissement‚ et même de l’ensevelissement vivant.

L’apothéose

24Le Marseille de Reiner Kunze est bien différent. C’est au contraire d’un Marseille solaire dont il s’agit‚ Marseille éclatant de lumière et même Marseille au centre du sens‚ Marseille apothéose où le poète découvre enfin la signification révélée de toute une vie : après Marseille‚ la vie est réorientée. Le cauchemar est terminé.

  • 16 Ausbürgerung.

25Reiner Kunze est né en 1933 à Oelsnitz dans les Monts Métallifères‚ et vit actuellement près de Passau. Fils de mineur‚ il profite comme bien d’autres écrivains de sa génération des possibilités que le régime de la RDA offre aux enfants de la classe ouvrière. Il passe ainsi son baccalauréat en 1951 et fait des études de philosophie et de journalisme à Leipzig‚ puis obtient un poste d’assistant à l’université. Mais les conflits se multiplient avec le parti‚ et il démissionne sans avoir terminé son doctorat. Ses premiers poèmes datent de 1953. En 1968‚ Kunze quitte le SED pour protester contre l’entrée des troupes du Pacte de Varsovie à Prague. À partir de cette date‚ il est surveillé par la Stasi (nom de code : Lyrik) et soumis à des pressions. Il publiera un volume de documents sur cette surveillance sous le titre justement de Deckname Lyrik en 1990‚ enflammant ainsi la discussion autour de l’accès des victimes aux archives de la police secrète. La parution du son recueil de poèmes Sensible Wege (1969) rencontre l’opposition du parti‚ et à partir de cette date‚ Kunze ne parvient plus à publier ses travaux‚ survivant tant bien que mal grâce au soutien d’amis qui l’aident à publier des articles de critique littéraire. Lorsque son recueil de courtes proses‚ Die wunderbaren Jahre (1976)‚ très critique envers le régime‚ paraît illégalement en RFA‚ Kunze est exclu de l’Union des Écrivains‚ ce qui équivaut à une mort professionnelle. Menacé d’une peine de prison‚ il dépose le 7 avril 1977 pour lui et sa femme une demande de déchéance de la nationalité16‚ demande qui lui a été accordée au bout de trois jours. Il quitte alors la RDA pour ne plus y revenir.

  • 17 « Orientierung in Marseille »‚ dans Reiner Kunze‚ Eines jeden einziges Leben. Gedichte‚ Frankfurt a (...)

26Les poèmes du recueil Eines jeden einziges leben‚ d’où est tiré le poème Orientierung in Marseille (198217)‚ ont été écrits après 1977‚ l’année où Kunze quitte la RDA et passe à l’Ouest‚ se libérant de la dictature socialiste. Les poèmes du recueil sont très fidèles à ce que nous connaissons de l’œuvre en prose ou de l’œuvre poétique de Kunze : des tentatives d’une précision absolue pour dire la chose en elle-même‚ fut-elle minuscule‚ presque imperceptible – et c’est cette exigence qui rend le poème si précieux.

27Orientierung in Marseille fait partie de la 6e section du court recueil qui en compte 9 (78 poèmes en tout). Dans cette section sont rassemblés des poèmes sur des lieux‚ objets‚ personnes rencontrés lors des voyages maintenant possibles. Un seul poème évoque Marseille‚ mais il éclate du bonheur et de la liberté conquise. L’apothéose n’exclut pourtant ni l’humour‚ ni la réalité prosaïque d’un Marseille des petites gens‚ pris dans les embouteillages (« zwischen gasgeben und gasgeben »‚ vers 3) et dans les tâches quotidiennes comme l’achat de la baguette (« wenn die frauen lange brote […] tragen »‚ vers 5-6).

28Marseille est placée dans le poème sous le signe du seuil : les deux premiers vers décrivent le moment de l’éblouissement comme situé en réalité exactement entre la nuit et le jour‚ à l’instant limite où la nuit est achevée‚ mais le jour pas encore fixé dans les jalons du quotidien. Les termes utilisés‚ « aus- und […] noch nicht eingekuppelt » évoquent à la fois ces lignes tracées entre nuit et jour‚ mais inscrivent également Marseille au centre de l’univers‚ de la coupole du ciel. Après cette ouverture cosmique‚ les deux vers suivants sont entièrement tournés vers l’activité‚ un peu absurde mais joyeuse‚ des hommes‚ de leurs véhicules créant même la respiration de la ville : « wenn zwischen gasgeben und gasbeben/die kurven aufatmen »‚ vers 3 et 4. La Marseillaise apparaît enfin‚ au pluriel‚ dans son activité éminemment maternelle et nourricière‚ mais aussi évocatrice d’un passé qui ne fut pas toujours aussi heureux‚ rendant l’aujourd’hui d’autant plus triomphal :

  • 18 Ibid.‚ vers 5-7.

und wenn die frauen lange brote
wie fahnenstangen durch die straße tragen an denen
der warme duft weht18

29De la part d’un poète est-allemand‚ habitué à jouer de mille manières avec les clichés révolutionnaires‚ l’association des mots évocateurs de la manifestation n’est évidemment pas neutre. Mais leur combinaison remet la métaphore à sa place‚ amicalement‚ sans cynisme ni regret : la révolution apparaît comme familière et ancrée à juste titre dans la vie‚ sans pathos. C’est la bonne odeur du pain qui flotte au vent‚ non les drapeaux rouges‚ mais quelle victoire aussi‚ que ce pain rapporté chaque jour‚ joyeusement‚ à la maison‚ après tant de siècles à avoir faim !

  • 19 Ibid.‚ vers 8 et 9.

30C’est justement cette image qui semble provoquer l’apothéose‚ en réalité le couronnement de tout le poème : enfin arrivé au milieu des choses‚ au centre‚ le moi lyrique fait l’expérience dans le grand soleil du sud‚ grâce à lui‚ qu’il est soudain devenu sujet de sa vie : « findest du plötzlich im süden/die mitte19 »

31Le poème d’une victoire‚ sur soi‚ sur les circonstances politiques qui ont menacé de réduire le poète au silence : c’est ainsi que l’on doit lire Orientierung in Marseille. La rencontre avec la ville est proclamée par le poète comme un pivot de son existence. Il y a eu un avant‚ il y aura un après Marseille‚ ville-victoire placée à l’exact mitant de sa vie‚ « die mitte »‚ dernier mot du poème‚ formant un vers à lui seul. Quelle différence avec le Marseille de Hans Sahl‚ Marseille du piège‚ de la nasse refermée sur les exilés‚ Styx moderne !

32Nous avons entrevu‚ à travers l’analyse de ces poèmes‚ deux visages de Marseille entre lesquels oscilleront toujours les représentations du mythe : celui d’une Marseille violente‚ menaçante‚ angoissante d’une part‚ celui d’une Marseille apollinienne d’autre part‚ Marseille qui révèle et qui dévoile une vérité heureuse‚ un bonheur possible‚ au soleil d’une liberté infinie.

33Les deux poètes choisis ici pour illustrer ces deux aspects de Marseille semblent se situer chacun aux deux extrémités du mythe‚ et ne partager aucune expérience commune. Pourtant‚ un prix littéraire les relie‚ le prix Hans Sahl‚ décerné à Reiner Kunze en 2001. Il s’agit d’un prix international‚ décerné depuis 1995 par le Cercle des Auteurs de la République Fédérale d’Allemagne. Dotée de 10000 euros‚ cette récompense a jusqu’ici distingué Imre Kertesz‚ en 2002‚ et Vaclav Havel‚ en 2003. On honore ainsi l’ensemble de l’œuvre d’une personnalité « qui s’engage pour la liberté de parole et se démarque de l’idéologie ». Le choix de nom de Hans Sahl pour un tel prix est en soi un bel hommage à un auteur qui réussit‚ contre toute attente‚ à s’échapper du piège et à ne pas être broyé par la machine totalitaire. Ce fut le cas également de Reiner Kunze‚ autre rescapé du second totalitarisme du xxe siècle. Pour tous les deux‚ Marseille joua un rôle essentiel sur le chemin de la liberté.

Notes

1 « Wir‚ die wir unsre Zeit vertrödelten‚/aus begreiflichen Gründen‚/ sind zu Trödlern des Unbegreiflichen geworden. » Hans Sahl‚ Die Letzten‚ dans id.Die Gedichte‚ Munich‚ Luchterhand Literaturverlag‚ 2009‚ p. 10.

2 Ibid.‚ p. 44.

3 Hans Sahl‚ Die Wenigen und die Vielen. Roman‚ Munich‚ Luchterhand Literaturverlag‚ 2010.

4 Klaus Siblewski‚ Postface‚ dans : Hans Sahl‚ Die Gedichte‚ Munich‚ Luchterhand Literaturverlag‚ 2009‚ p. 297-311.

5 Anna Seghers‚ Transit‚ Berlin und Weimar‚ Aufbau-Verlag‚ 1964. Écrit en exil entre 1941 et 1942‚ le roman paraît pour la première fois en 1944 en anglais et en espagnol‚ en allemand en 1948‚ dans le Berliner Zeitung.

6 Hans Sahl : Marseille‚ strophe 1‚ dans : id.‚ Die Gedichteop. cit.‚ p. 46.

7 Ibid.‚ strophe 2.

8 Ibid.‚ strophe 3‚ derniers vers du poème.

9 Marseille IMarseille IIIMarseille IV‚ Hans Sahl‚ Die Gedichteop. cit.‚ p. 217-219.

10 Marseille Iibid.‚ p. 217.

11 Ibid.‚ vers 5 à 8 et vers 16.

12 Marseille III‚ vers 13 à 15.

13 Marseille IV‚ vers 11 et vers 15-16.

14 Marseille IV‚ vers 12.

15 Ibid.‚ vers 14.

16 Ausbürgerung.

17 « Orientierung in Marseille »‚ dans Reiner Kunze‚ Eines jeden einziges Leben. Gedichte‚ Frankfurt am Main‚ S. Fischer Verlag‚ 1986‚ 3e édition 2003‚ p. 78.

18 Ibid.‚ vers 5-7.

19 Ibid.‚ vers 8 et 9.

Auteur

Aix-Marseille Université

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search