Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et littérature

La visite de Léon Tolstoï à Marseille en 1860. Éloge de l’éducation populaire

Tatiana Sokolnikova-Robineau

Résumé

En 1860‚ Léon Tolstoï se rend en Europe afin d’observer la façon dont les nouvelles idées pédagogiques sont mises en œuvre. Un concours de circonstances le mène à Marseille et il saisit cette occasion pour visiter les établissements scolaires locaux. Adepte de Rousseau, de Froebel et de l’enseignement mutuel, l’écrivain russe est très déçu par les écoles européennes, les établissements marseillais n’apparaissant pas comme des exceptions. Si Tolstoï est admiratif devant la scolarisation massive des enfants‚ l’organisation des enseignements lui semble loin d’être parfaite. L’apprentissage par cœur ne convainc pas Tolstoï qui constate l’inefficacité de telles méthodes. Il en conclut que les établissements scolaires marseillais demeurent très médiocres. En revanche, il trouve que les habitants de Marseille sont intelligents et instruits : ce paradoxe s’expliquerait selon lui par le fait que la vraie instruction ne s’effectue pas seulement à l’école‚ mais dans les lieux publics. Tolstoï fait ainsi l’éloge du grand nombre de bibliothèques publiques‚ des nombreux théâtres et des cafés populaires où l’on récite de la poésie. Par sa diversité‚ son activité économique et par l’omniprésence des couches populaires, Marseille semble réunir aux yeux de Tolstoï toutes les conditions pour compenser la mauvaise organisation de l’École et son caractère trop rigide et abstrait.

Texte intégral

  • 1 Ces faits biographiques sont exposés dans : Romain Rolland‚ Vie de Tolstoï‚ Paris‚ Albin Michel‚ 19 (...)

1 En 1860‚ Léon Tolstoï effectue un voyage en Europe afin de voir le fonctionnement des écoles et s’arrête quinze jours à Marseille. Avant d’étudier sa visite‚ nous voudrions rappeler quelques faits biographiques de la vie de Tolstoï1 car ils expliquent certaines réactions de ce dernier par rapport au système éducatif et à la manière dont il fonctionnait à Marseille.

La vie de Tolstoï avant son voyage en Europe

2Léon Tolstoï est né en 1828 à Iasnaïa Poliana‚ propriété familiale près de la ville de Toula à deux cents kilomètres au sud de Moscou. Tolstoï perd très tôt sa mère : elle meurt en couches lorsque Léon a deux ans ; son père décède sept ans plus tard. Les jeunes Tolstoï sont éduqués en grande partie par une tante célibataire qui se voue à l’éducation des enfants de son frère. Quant à l’instruction des enfants‚ elle est successivement confiée à un précepteur allemand‚ puis à un précepteur français‚ selon la coutume en rigueur dans les familles aristocratiques de l’époque.

3En 1844‚ habitant chez une autre de ses tantes‚ sa tutrice légale‚ après avoir hérité du domaine familial‚ Tolstoï entre à la faculté de droit à l’université de Kazan‚ mais abandonne très tôt les études supérieures‚ convaincu de la vanité des sciences morales et politiques. Après un séjour à Moscou où il mène la vie d’un « homme comme il faut »‚ selon sa propre expression‚ c’est-à-dire qu’il se rend aux bals et joue aux cartes jusqu’à créer des dettes très importantes‚ dégoûté de tout et de lui-même‚ il s’engage comme élève-officier dans l’armée du Caucase en suivant son frère aîné. Le service militaire l’amène à développer son talent littéraire et fait naître chez Tolstoï un anti-militarisme profond qui ne fera que s’affermir au fil des années.

  • 2 Dominique Maroger‚ Les Idées pédagogiques de Tolstoï, Lausanne‚ L’Âge d’Homme‚ 1974‚ p. 58.

4Après avoir démissionné en 1856‚ après la guerre de Crimée‚ fuyant les cercles littéraires de Saint-Petersbourg où il est accueilli après la parution de ses premières œuvres‚ il entreprend un premier voyage en Europe qui ne lui plaît guère. Une des impressions les plus marquantes de ce voyage est‚ pour Tolstoï‚ le spectacle d’une exécution capitale. Il rentre au domaine familial où il essaie de mettre en pratique un certain nombre de théories. La campagne pour l’abolition du servage en Russie coïncide alors avec celle pour la création des écoles publiques. Tolstoï ouvre une école dans son village pour les enfants des paysans ; c’est alors qu’il s’aperçoit qu’il ne sait ni comment enseigner‚ ni quels savoirs enseigner. Précisons qu’il est très critique à l’égard de l’école de son temps. Il en dénonce le caractère formel‚ dévitalisé et rigide dont il a subi les méthodes à l’Université de Kazan. En même temps‚ d’après certains chercheurs‚ sa vocation pour l’enseignement primaire et utilitaire représenterait une forme de compensation lui permettant de transformer son erreur personnelle (l’abandon des études supérieures) en vérité universelle. Souffrant d’être mal instruit‚ il s’appliquerait à démontrer l’inutilité d’une instruction approfondie institutionnalisée2.

  • 3 Lettre à Serge Tolstoï du 17 février 1861‚ cité par D. Maroger‚ op. cit., p. 88.

5Un de ses frères‚ Nicolaï‚ se mourant de phtisie en Allemagne‚ Tolstoï décide de se rendre au chevet de celui-ci. Il envisage alors de visiter les écoles européennes pour‚ comme il le dit dans une de ses lettres‚ « voir ce que les autres pays ont inventé en pédagogie et pour être au niveau de tout ce qu’ils ont réalisé en ce domaine3. »

6Au moment de se rendre à l’étranger‚ il subit déjà une crise morale. Il éprouve des doutes sur la vie et la destinée humaine. Son œuvre littéraire lui apparaît dénuée de sens‚ il cherche dans l’éducation des enfants une activité solide‚ dont le but serait certain‚ où le bien et le mal ne puissent faire l’objet d’un doute.

L’influence des nouvelles pédagogies européennes sur Tolstoï

7À l’heure où apparaît Tolstoï éducateur‚ un renouvellement de l’éducation commence à s’affirmer en Europe. Trois noms sont à citer à ce titre : Rousseau‚ Pestalozzi et Froebel. Tolstoï connaît assez bien ces pédagogues : il découvre Rousseau très jeune‚ l’admiration pour Rousseau lui a été transmise par sa mère ; il éprouve a priori de la sympathie pour les idées de Pestalozzi et de Froebel‚ continuateurs de la pensée de son maître. Ce n’est pas un hasard si Tolstoï s’intéresse à la pédagogie novatrice : il semble très sensible‚ depuis l’enfance‚ aux questions d’abus d’autorité et de pouvoir des adultes sur les enfants. Il affirme se souvenir avoir été ligoté et n’avoir pas pu se libérer lorsqu’il était bébé. Dans un souvenir plus tardif‚ il dit être retenu sur les genoux d’un adulte qui ne le laisse pas partir comme il voudrait. La pédagogie‚ notamment la pédagogie nouvelle‚ pouvait lui offrir un moyen de démontrer les vertus de la douceur. Précisément‚ les courants de la pédagogie moderne tendaient à affirmer la dignité et les droits de l’enfant. La Réforme‚ au nom de l’individualisme‚ Montaigne‚ au nom du bon sens‚ avaient précédé Rousseau dans cette voie. La Révolution française avait fait passer le chef de famille de son statut de maître souverain‚ établi par le droit romain‚ à celui de protecteur sous le contrôle rigoureux de l’État. Dès lors‚ le respect de la spontanéité de l’élève et le principe de sa liberté relative devaient plaire à Tolstoï. Le principe de n’enseigner que ce qui est foncièrement utile‚ énoncé par Locke‚ l’abbé de Saint-Pierre‚ La Condamine et repris de Rousseau par la majorité des pédagogues clairvoyants de l’époque‚ devait séduire Tolstoï au point d’obtenir son adhésion du cœur avant même l’épreuve de l’analyse. L’enseignement par le contact direct des choses avait été lumineusement développé par Comenius‚ Locke et surtout Basedow‚ avant de l’être par Rousseau : il avait déjà fait ses preuves. Il devait être facilement adopté par Tolstoï au moment où celui-ci prenait la résolution d’abandonner les salons‚ les cercles littéraires et tous les artifices de la civilisation pour aller prendre la charrue. Cette forme pédagogique se rattachait‚ d’ailleurs‚ au principe de l’enseignement utile et à l’éducation des sens qui étaient prônés simultanément.

8L’enseignement mutuel‚ que Bell et Lancaster avaient rapporté de Madras en Angleterre devait aussi intéresser Tolstoï et toucher sa sensibilité car il exprimait d’une manière frappante à quel point les inférieurs peuvent s’affranchir de l’autorité des supérieurs. Il montrait la fraternité en action‚ la réduction des pouvoirs du maître. Ce système des moniteurs faisant la leçon à leurs camarades moins avancés avait déjà été pratiqué‚ y compris en France. Enfin‚ l’éducation affective‚ l’éveil des nobles sentiments‚ déjà préconisée dans la Lettre sur l’éducation de La Condamine et dans L’Émile de Rousseau‚ devait plaire à Tolstoï qui devait toute sa vie se souvenir des quelques épisodes très douloureux vécus dans son enfance (lorsqu’il fut témoin des châtiments corporels infligés aux serfs).

  • 4 Pour plus de détails à ce sujet‚ voir : Charles Baudouin‚ Tolstoï Éducateur‚ Paris‚ Éditions Delach (...)

9A priori‚ Tolstoï connaît assez bien les écrits sur la pédagogie novatrice et les discussions théoriques‚ et il adhère à la plupart de ces idées4. Mais lorsqu’il part en voyage‚ il cherche à voir la façon dont ces belles idées sont mises en pratique : soucieux d’organiser son école à Iasnaïa Poliana de meilleure manière possible‚ il veut voir de ses propres yeux les différentes écoles européennes.

À Marseille, Tolstoï découvre le système éducatif français

  • 5 Léon Tolstoï‚ Vie et Œuvres, Paris‚ Mercure de France‚ Paris‚ t. I‚ p. 174. Cité par Charles Baudoi (...)
  • 6 C. Baudoin‚ op. cit.‚ p. 36.

10Tolstoï commence son voyage en Allemagne‚ il s’arrête d’abord à Berlin pour visiter les écoles‚ puis il voit les écoles saxonnes et toutes produisent sur lui un effet désastreux : « la prière pour le roi ; les coups ; tout par cœur ; des enfants estropiés‚ effrayés5 ! ». ÀKissingen‚ il fait la connaissance du sociologue Froebel‚ neveu du créateur des « jardins d’enfants » ; ses impressions sont également négatives. Les écoles‚ même nouvelles où l’on applique les nouvelles théories pédagogiques ne plaisent guère à Tolstoï. Il leur reproche leur pédantisme : la foi aveugle dans les méthodes crée un dogmatisme nouveau‚ non moins dangereux que l’ancien. La règle change‚ mais de nouveau la vie est étouffée par la règle6. Les Tolstoï passent beaucoup de temps à Francfort ; une dernière tentative d’améliorer l’état de santé de Nicolaï mène toute la famille à Hyères‚ où il meurt très peu de temps après. Très affecté par la mort de son frère‚ Léon Tolstoï passe beaucoup de temps avec les enfants des familles russes qui séjournent à Hyères. La proximité de Marseille l’amène à visiter les établissements scolaires de la ville.

  • 7 Léon Tolstoï‚ « Sur l’instruction publique »‚ La Liberté dans l’école‚ Paris‚ A. Savine‚ 1888.
  • 8 Voir Paul Rollin‚ dir.‚ 26 siècles d’éducation à Marseille : une chronique du temps passé, Marseill (...)

11En deux visites à Marseille‚ durant la deuxième quinzaine d’octobre de 1860‚ Tolstoï affirme avoir visité tous les établissements d’instruction populaire de cette ville. Ses impressions et ses remarques sont publiées un an plus tard dans l’article « Sur l’instruction publique7 » où l’éducation à Marseille occupe une place importante. Il est tout d’abord admiratif devant le fait qu’une grande majorité des enfants vont à l’école au moins pendant trois ans. Il se peut qu’en réalité cette estimation soit un peu exagérée : en effet‚ en 1865‚ à Marseille‚ l’enseignement primaire communal‚ financé par la municipalité‚ concerne 11592 élèves (dont 10 % dans les salles d’asile‚ qui sont devenus par la suite les écoles maternelles). Ces élèves sont répartis en 66 écoles (dont 60 congréganistes) et 168 classes (dont 154 congréganistes)‚ ce qui fait tout de même presque 60 élèves par classe en moyenne. Les classes sont extrêmement chargées (pourtant Tolstoï ne le mentionne pas comme un défaut du système). Le nombre d’élèves scolarisés jugé d’important par Tolstoï est donc à relativiser : d’après les statistiques‚ un grand tiers des enfants de six à douze ans ne fréquentent encore aucune école (en particulier dans le monde ouvrier). Mais en même temps‚ il est clair que par rapport à la Russie‚ les enfants scolarisés étaient autrement plus nombreux en France grâce aux lois Guizot de 1833 et 1834 obligeant les communes à mettre en place l’enseignement primaire et à assurer l’entretien des écoles et des maîtres. Par ailleurs‚ les cours pour les adultes sont en constante augmentation : proposée par Condorcet‚ tout comme la création des bibliothèques populaires‚ cette idée est reprise par les Républicains de 1848 et leurs successeurs. Il faut dire que les autorités marseillaises n’ont pas attendu l’adoption des lois Guizot pour ouvrir des écoles‚ ni pour créer les cours pour les adultes‚ ce qui semble porter ses fruits : en 1868‚ le conseil de révision donne 15 % de conscrits ne sachant pas lire dans le département des Bouches-du-Rhône contre 30 % sur l’ensemble de la France‚ et beaucoup plus dans certaines régions industrielles du Nord8.

  • 9 Léon Tolstoï‚ « Voyage en France »‚ 1860. Version électronique disponible à l’adresse suivante : ht (...)
  • 10 P. Rollin‚ op. cit.‚ p. 134.

12Si Tolstoï est admiratif devant la scolarisation massive des enfants‚ à sa grande déception‚ il retrouve dans les écoles marseillaises le même caractère formel et rigide qu’il condamne dans le système éducatif russe de l’époque et dans le pédantisme des écoles allemandes. L’instruction consiste à apprendre par cœur le catéchisme‚ l’histoire générale‚ les quatre règles de l’arithmétique‚ l’orthographe française et la tenue des livres de comptes. Tolstoï reste perplexe devant les résultats plus que médiocres d’un tel enseignement : d’après ses dires9‚ aucun élève ne sait résoudre le plus simple problème d’addition et de soustraction (alors qu’ils font le calcul avec des nombres abstraits car ils ont appris par cœur les opérations dans les livres de comptes). Les connaissances en histoire et géographie sont également déplorables lorsque l’on interroge les élèves dans un ordre autre que celui indiqué dans les manuels. Ainsi‚ Tolstoï cite le cas d’un élève : « l’un d’eux m’apprit que Henri IV avait été tué par Jules César ». Même l’apprentissage de la lecture se transforme en apprentissage par cœur des livres et la plupart des élèves‚ en particulier les filles‚ s’avèrent incapables de lire des textes inconnus. Cette impression de Tolstoï se trouve confirmée par des constats faits par d’autres personnes : ces mauvais résultats s’expliqueraient d’une part par le fait que l’enseignement de la lecture est dissocié de celui de l’écriture‚ mais également par le fait qu’un grand nombre d’élèves utilisent à la maison le dialecte provençal ou même une langue étrangère (le nombre important des immigrés pose visiblement déjà problème pour l’instruction publique10).

13La situation n’est pas plus favorable dans les écoles paroissiales ou les écoles pour les adultes : partout‚ il retrouve le même règne de discipline‚ l’apprentissage par cœur des quantités importantes de connaissances et l’incapacité totale des élèves de les appliquer. Tolstoï conclut sa critique par une affirmation : « Je me suis convaincu que les établissements scolaires de Marseille sont extrêmement mauvais. » Un constat qui s’impose à lui à travers ces élèves est que le peuple qui est éduqué dans de tels établissements ne peut être que « grossier‚ hypocrite‚ plein de préjugés et presque sauvage ».

« C’est la vie quotidienne marseillaise qui instruit » !

14Et pourtant‚ le triste constat évoqué plus haut va à l’encontre de l’impression produite sur Tolstoï par les habitants de Marseille : « Il suffit d’entrer en relation‚ de causer avec quelques-uns des hommes en commun‚ pour se convaincre que‚ tout au contraire‚ le peuple français est presque tel qu’il s’imagine être lui-même : intelligent‚ beaucoup d’esprit‚ sociable‚ libéral et en effet civilisé ».

15L’explication de cette différence tient‚ d’après Tolstoï‚ à ce que ce n’est pas à l’école que le peuple s’instruit‚ mais dans la rue‚ en particulier dans une ville comme Marseille. Il cite le cas des cafés chantants qui accueillent tous les jours jusqu’à 25000 personnes et les innombrables petits cafés où se donnent des comédies‚ où l’on déclame des vers et des pièces de théâtre. Ces cafés seraient‚ toujours d’après Tolstoï‚ particulièrement accessibles‚ même pour les plus démunis. D’après ses estimations‚ un cinquième de la population marseillaise s’instruirait ainsi‚ « comme s’instruisaient les Grecs et les Romains dans leurs amphithéâtres ». Tolstoï évite de se prononcer sur la question de savoir si cette éducation spontanée est « bonne » ou « mauvaise »‚ mais‚ dit-il‚ c’est une « instruction spontanée‚ autrement plus féconde que l’instruction forcée ! »

  • 11 Cité par Pavel Biroukov‚ le biographe de Tolstoï dans P. I. Biroukov‚ Biografia L. N. Tolstogo‚ 190 (...)

16Un autre pilier de l’éducation populaire reste la lecture : d’après Tolstoï‚ la plupart des citadins ordinaires tirent leur connaissance de géographie et de l’histoire de la France des romans. Il vante une très grande offre des éditions peu chères des romans‚ notamment ceux d’Alexandre Dumas‚ les plus populaires à Marseille étant Les Quatre mousquetaires et Compte Monte Cristo. Voici ce qu’en dit Tolstoï : « j’ai trouvé à Marseille vingt-huit éditions à bon marché‚ du prix de cinq à dix centimes‚ illustrées‚ soit 30000 exemplaires pour une population de 250000 habitants ; donc à supposer que dix personnes lisent ou entendent lire un seul exemplaire‚ tous le lisent ». Il reprend l’exemple du garçon cité plus haut : « Ce même garçon qui m’avait répondu que Henri IV avait été tué par Jules César‚ savait très bien les aventures des quatre mousquetaires et de Monte-Cristo ». Tolstoï est très sérieux lorsqu’il parle de la lecture des romans de Dumas comme une source de connaissance : à une autre occasion‚ il prend explicitement la défense de la qualité littéraire des romans de Dumas (« chaque romancier doit connaître Dumas avec son cœur : les intrigues sont merveilleuses‚ sans parler de la langue. Je peux le lire et le relire11 »). L’éducation spontanée marseillaise est par ailleurs complétée par un nombre important de musées‚ de bibliothèques publiques et de librairies. Effectivement‚ les bibliothèques publiques semblent être assez développées dans les Bouches-du-Rhône en comparaison avec d’autres régions françaises. Enfin‚ pour ce qui est de l’éducation civique (comme on la nommerait aujourd’hui)‚ Tolstoï cite les journaux français‚ lus par un nombre très important de personnes‚ qui fournissent les connaissances sur le système politique français et sur les affaires dans l’Europe.

17La lecture semble être une des sources principales de l’éducation populaire‚ et Tolstoï va même jusqu’à dire que l’obligation de fréquenter l’école est presque superflue car la lecture et l’écriture peuvent s’enseigner dans le cercle familial d’une manière beaucoup plus efficace qu’à l’école‚ où elles sont associées à des expériences plutôt désagréables pour les élèves et à une quantité de connaissances abstraites et donc inutiles.

  • 12 C. Baudouin‚ op. cit., p. 34.

18À Marseille éclate à ses yeux le divorce entre l’école et la vie‚ et il s’aperçoit que c’est la vie‚ et non l’école routinière‚ qui forme et qui instruit. Il pourrait dire avec Froebel‚ le pédagogue allemand : « L’expérience a souvent démontré l’utilité de cette marche de l’enseignement‚ qui permet à l’écolier de s’instruire en grande partie hors de l’école même12. » Ainsi‚ la ville de Marseille‚ par sa diversité et son activité économique et politique‚ la présence importante des couches populaires et leur implication dans la vie quotidienne de la ville semble‚ aux yeux de Tolstoï‚ réunir toutes les conditions pour compenser la mauvaise organisation de l’école et son caractère trop rigide et trop abstrait. Il trouve dans les rues et les lieux publics de Marseille une démonstration pratique des principes des théoriciens qui lui étaient connus et chers avant ce voyage européen. La configuration constamment changeante dans les rues va de pair avec la spontanéité des personnes à éduquer ; seul ce qui est utile est enseigné avec succès et reste longtemps dans le cerveau‚ l’enseignement s’effectue par le contact direct avec les objets et les phénomènes et l’on peut même trouver de l’enseignement mutuel prôné par Bell et Lancaster dans le cercle familial ou dans de petites entreprises.

19Son voyage‚ ses impressions et ses réflexions trouveront un écho dans un certain nombre d’actions pédagogiques qu’il entreprendra après son retour à Iasnaïa Poliana : ainsi‚ les enfants des paysans qui fréquentent son école ne le feront qu’en hiver : en été ils iront « dans l’école de la vie » en travaillant avec leurs parents dans les champs ; en ce qui concerne l’importance de la lecture‚ Tolstoï sera le premier à écrire un abécédaire en russe et se fera connaître entre autres comme l’auteur des récits spécialement écrits pour les enfants. Inspiré par ce qu’il aura vu entre autre à Marseille‚ il va également essayer de mettre en place une bibliothèque populaire à Iasnaïa Poliana.

20En guise de conclusion‚ remarquons que c’est en quelque sorte un hasard qui mène Tolstoï à Marseille : le voyage initialement prévu n’avait pas pour but de permettre à Tolstoï de visiter la France. Si son frère n’avait pas été envoyé à Hyères‚ Tolstoï ne serait pas venu dans le Midi‚ car sa destination initiale était surtout l’Allemagne‚ « terre de pédagogie ». Pourtant‚ c’est le modèle de l’éducation populaire qu’il voit dans cette ville qui mérite les commentaires les plus détaillés dans son journal et dans plusieurs articles qu’il publie à la suite de son voyage. Effectivement‚ le modèle « marseillais » pour ainsi dire n’est pas exclusif‚ il « fonctionne » dans toutes les grandes villes européennes que Tolstoï a vues : « Là où la vie est instructive‚ comme à Londres‚ à Paris et dans les grandes villes‚ le peuple est en général instruit ; là où la vie n’est pas instructive‚ comme dans les villages‚ le peuple n’est pas instruit‚ quoique les écoles‚ ici et là‚ soient identiques ». Il est significatif que ce soit Marseille vue par Tolstoï qui serve de point de départ à la réflexion pédagogique de l’écrivain.

Notes

1 Ces faits biographiques sont exposés dans : Romain Rolland‚ Vie de Tolstoï‚ Paris‚ Albin Michel‚ 1978.

2 Dominique Maroger‚ Les Idées pédagogiques de Tolstoï, Lausanne‚ L’Âge d’Homme‚ 1974‚ p. 58.

3 Lettre à Serge Tolstoï du 17 février 1861‚ cité par D. Maroger‚ op. cit., p. 88.

4 Pour plus de détails à ce sujet‚ voir : Charles Baudouin‚ Tolstoï Éducateur‚ Paris‚ Éditions Delachaux et Niestlé S.A.‚ 1921‚ p. 27-43. Version numérisée disponible : http://www21.us.archive.org/details/tolstoducate00bauduoft (consulté le 21 novembre 2012).

5 Léon Tolstoï‚ Vie et Œuvres, Paris‚ Mercure de France‚ Paris‚ t. I‚ p. 174. Cité par Charles Baudoin‚ op. cit., p. 31.

6 C. Baudoin‚ op. cit.‚ p. 36.

7 Léon Tolstoï‚ « Sur l’instruction publique »‚ La Liberté dans l’école‚ Paris‚ A. Savine‚ 1888.

8 Voir Paul Rollin‚ dir.‚ 26 siècles d’éducation à Marseille : une chronique du temps passé, Marseille‚ Éditions européennes Marseille-Provence‚ 1999‚ p. 126.

9 Léon Tolstoï‚ « Voyage en France »‚ 1860. Version électronique disponible à l’adresse suivante : http://www.meirieu.com/PATRIMOINE/tolstoimarseille.pdf. (consulté le 22 novembre 2012). Toutes les citations de Tolstoï qui suivent proviennent de cet article.

10 P. Rollin‚ op. cit.‚ p. 134.

11 Cité par Pavel Biroukov‚ le biographe de Tolstoï dans P. I. Biroukov‚ Biografia L. N. Tolstogo‚ 1905‚ chap. 12. Version électronique disponible http://dugward.ru/library/tolstoy/birukov_biogr-1.html#ungod (consulté le 20 mars 2012).

12 C. Baudouin‚ op. cit., p. 34.

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search