Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et littérature

Le mythe et ses réécritures

Texte intégral

  • 1 Olivier Boura‚ Marseille ou la mauvaise réputation‚ Paris‚ Arléa‚ 2001‚ p. 10.

Ainsi apparaît-elle‚ Marseille : invisible et indicible… Marseille‚ marque d’une fascination et d’un effort qui n’aboutit pas. Quelque chose résiste et échappe‚ que les meilleurs poursuivent malgré tout‚ sachant ce qu’écrire veut dire1.

  • 2 Marcel Roncalyolo‚ Lectures de villes. Formes et temps‚ Marseille‚ Éditions Parenthèses‚ coll. « Eu (...)

La ville a déteint sur le chercheur car elle incite à penser la longue durée‚ comme à détecter les processus de destruction/construction qui en permanence‚ plus ou moins visiblement‚ la font changer. Les textes commentent‚ résument‚ introduisent ces cheminements2.

  • 3 Paul Ricoeur‚ article « Mythe »‚ Encyclopédie Universalis 2002‚ t. v‚ p. 815 : « [Le mythe] n’est p (...)
  • 4 Pierre Brunel‚ Mythocritique, théorie et parcours‚ Paris‚ PUF‚ 1992.
  • 5 Ibid.‚ p. 61.
  • 6 Ibid.‚ p. 95.

1Depuis toujours‚ mythe et littérature sont indissociables‚ que l’on oppose‚ dans la tradition platonicienne‚ la parole trompeuse du mythe à la rationalité du logos ou que l’on souligne comme Paul Ricoeur3 la fonction fabulatrice du mythe. D’abord parce que le mythe se définit comme un tissu de symboles et de motifs dont la structure est analogue à celle d’un texte. Ensuite parce que ce qui fait survivre un mythe‚ fût-il initialement une parole collective et anonyme‚ ce sont les perpétuelles métamorphoses auxquelles le soumet sa transposition littéraire. Dans sa Mythocritique4‚ Pierre Brunel ne cesse ainsi de souligner le lien indissoluble entre mythe et récit ; il y affirme que le mythe‚ « langage préexistant au texte‚ mais diffus dans le texte‚ est l’un de ces textes qui fonctionnent en lui5 » ; c’est‚ dit-il‚ parce que le mythe est « tendu entre des forces antagonistes‚ entre des sens contradictoires‚ qu’il peut être un ferment pour une littérature qui défie le temps6 ». Pourtant‚ lorsqu’il est déshistoricisé et autarcique‚ le mythe risque de scléroser son objet‚ comme le dénonce Barthes dans Mythologies ; mais il se construit aussi dans la dynamique du discours littéraire‚ artistique ou politique qui ne cesse de le questionner et de le revivifier‚ notamment lorsqu’il s’agit‚ par le mythe‚ de répondre au vide transcendantal moderne :

  • 7 Marie-Catherine Huet-Bricard‚ Littérature et Mytheop. cit.‚ p. 142.

Dans la Modernité‚ le besoin de mythe est d’autant plus sensible que la dispersion des signes et la quête d’un sens toujours plus problématique y sont accrues et que la mythologie y est requise non pour délivrer une signification‚ mais pour exprimer l’absence de sens. Elle a pour fonction d’explorer un univers dans lequel les dieux n’ont plus leur place‚ les héros ont perdu leur aura‚ les valeurs s’effritent et le mot de bonheur sonne creux7.

  • 8 Hans Blumenberg‚ « Wirklichkeitsbegriff und Wirkungspotential des Mythos »‚ in : Ästhetische und me (...)

Dans La Raison du mythe‚ Hans Blumenberg rappelle qu’on se représente traditionnellement l’originalité du mythe sous les deux catégories opposées de la terreur et de la poésie‚ soit « comme l’expression d’une pure passivité induite par un ensorcellement démoniaque‚ soit comme les excès imaginatifs de l’appropriation anthropomorphique du monde et de l’élévation théomorphique de l’homme8. » ; mais c’est avant tout la dimension poético-créatrice du mythe‚ également soulignée par Vico dans sa Scienza nuova et par les romantiques qui y voient le commencement de toute poésie‚ qui nous intéressera ici‚ tant le mythe met en jeu l’interaction entre l’expérience du chaos et de l’indicible et l’imagination créatrice du sujet.

  • 9 Joseph Méry‚ Marseille et les Marseillais‚ Librairie nouvelle‚ A. Bourdilliat et Cie‚ 1860 : réédit (...)

C’est donc la littérature qui condense‚ fixe et réécrit le mythe. Or Marseille est une des rares cités à y être indissolublement rattachée : parmi les mythes de fondation des grandes cités antiques‚ bien peu sont connus d’un large public. Bien peu ont trouvé une forme littéraire à peu près fixe‚ et qui leur permet‚ sous la forme presque d’un conte‚ d’intégrer la tradition. Il y a Rome – avec Romulus et Remus‚ il y a Carthage – avec Didon et Enée – et il y a Marseille. […] l’aventure de Gyptis et Protis‚ touchante‚ simple‚ assez courte‚ a tout d’un de ces récits que l’on raconte aux enfants. Chaque petit Marseillais‚ si on lui redit l’histoire‚ peut alors s’inscrire dans un récit des origines qui est aussi une généalogie de la rencontre‚ du partage – du métissage si l’on veut. De la complexité9.

  • 10 Ibid.‚ p. 29.
  • 11 Marcel Roncayolo‚ op. cit‚. p. 351.
  • 12 Joseph Méry‚ op. cit., p. 23.
  • 13 Ibid.‚ p. 25.

2Ville palimpseste‚ ville oublieuse du passé et avide de l’instant‚ dont « la seule permanence est dans le changement‚ Marseille a nourri tant d’histoires aussitôt effacées pour en réécrire de nouvelles10 ». La construction mythique de la ville naît donc du travail de l’imaginaire urbain, à la croisée entre expérience individuelle et collective, ainsi que l’affirme Marcel Roncayolo lorsqu’il note que « l’imaginaire ne se construit pas en isolat : il vit de confrontations, récits, langages et s’accroche à des signes collectifs que sont, par exemple, les formes matérielles et les paysages11. » Dès 1860‚ Marseille inspire ainsi à Joseph Méry son Marseille et les Marseillais, où‚ en déclinant « le paradigme de l’instant et de la spontanéité de l’improvisation12 » propre aux Marseillais‚ il décrit la culture populaire de la cité phocéenne‚ son parler‚ ses loisirs‚ ses comportements‚ son folklore‚ qu’il oppose à la relative pauvreté culturelle de la ville. Au cœur des observations de Méry‚ c’est la question de l’identité marseillaise qui se pose‚ question « cruciale‚ inévitable et dangereuse aussi‚ dans cette ville ouverte »‚ mais qui « indique la voie d’une possible cohésion‚ qui ne peut se faire que par l’acceptation et la maîtrise d’une commune géographie mentale et de la mythologie qui lui est rattachée13. »

  • 14 Mme de Sévigné‚ lettre du 25 janvier 1673‚ Recueil de lettres‚ Paris‚ Compagnie des Libraires‚ 1774 (...)
  • 15 Arthur Schopenhauer‚ 08 avril 1803‚ Journal de voyage‚ Paris‚ Mercure de France‚ 1989‚ cité dans Ma (...)
  • 16 George Sand‚ Histoire de ma vie‚ Paris‚ Gallimard « coll. La Pléiade »‚ 1971‚ cité dans : Martine A (...)

3Au fil du temps‚ le mythe évolue et les ombres de la cité phocéenne se creusent de plus en plus dans la réception littéraire qui en est faite. Madame de Sévigné se disait charmée par la beauté singulière de cette ville « bien plus jolie et plus peuplée que Paris14 »‚ Casanova comparait à Venise son cosmopolitisme et sa liberté‚ et Schopenhauer disait d’elle qu’elle était « la plus belle ville de France […] tellement différente de toutes les autres15 ». Mais à partir de l’ère du romantisme hostile au démonisme des villes‚ bien des écrivains ont souvent défini Marseille par la négative. Les Frères Goncourt‚ dans leur Journal‚ ont vu dans la cité phocéenne une « Italie ratée »‚ Hugo une « ville antique sans monuments » et George Sand a déclaré s’ennuyer « dans cette ville de marchandes et d’épiciers où la vie de l’intelligence est pratiquement inconnue16 ».

  • 17 Cf. l’article de Tatiana Robineau dans ce chapitre.
  • 18 Georges Raynaud‚ « Léon Tolstoï »‚ dans Revue Marseille‚ n° 232‚ mars 2011‚ p. 83.
  • 19 Ibid.‚ p. 84.

4C’est aussi une fascination teintée de méfiance pour l’autre qui caractérise le regard des voyageurs russes sur le Marseille du xixe siècle17. C’est ainsi que‚ visitant en octobre 1861 les écoles de Marseille pour compléter son enquête sur l’éducation populaire en Europe‚ Léon Tolstoï juge l’éducation des ouvriers très mauvaise. Mais il pondère aussitôt son jugement en affirmant que l’éducation marseillaise se fait bien moins dans les salles de classe que « dans les rues‚ les guinguettes‚ les cafés-concerts‚ les musées‚ les ateliers‚ les docks‚ les librairies18 » où un cinquième de la population fait son « éducation spontanée‚ combien plus féconde que l’éducation obligatoire19. »

  • 20 M. Coste‚ op. cit.‚ p. 297.
  • 21 René de Chateaubriand‚ Mémoires d’Outre-Tombe‚ Paris‚ Gallimard‚ « coll. La Pléiade »‚ 1981.

5Dans le versant sombre du mythe‚ Marseille apparaît non seulement comme une ville décevante‚ mais aussi sale‚ dangereuse‚ « lestée de plomb‚ de mort et de souillure20 » ; dans les Mémoires d’outre-tombe‚ Chateaubriand‚ après être monté à Notre-Dame de la Garde et avoir contemplé la mer‚ « source de la mythologie21 »‚ convoque le souvenir de la Marseille pestiférée de 1720‚ ville murée‚ cité de la mort et de l’abjection.

  • 22 Émile Zola‚ Les Mystères de Marseille‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 2010‚ p. 175.
  • 23 Ibid.‚ p. 175.

6Dans Les Mystères de Marseille‚ première œuvre littéraire entièrement consacrée à la cité phocéenne‚ Zola exprime également le versant sombre et inquiétant de la ville tentaculaire. Il évoque dans ce roman-feuilleton paru dans Le Messager de Provence en 1867 et inspiré d’archives extraites des greffes des tribunaux de Marseille et d’Aix un fait divers de 1823‚ l’enlèvement de la fille d’un député de Marseille et la condamnation de son séducteur à cinq ans de réclusion et à l’exposition publique. Les amants clandestins‚ Blanche de Cazalis‚ jeune aristocrate‚ et Philippe Cayol‚ plébéien républicain‚ fuient pour protéger leurs amours dans la campagne aux portes de Marseille‚ et notamment dans le village de Saint-Barnabé où ils confient au jardinier Ayasse Joseph‚ leur fils caché. Zola brosse ici un tableau contrasté de la cité phocéenne‚ une « ville commerciale »« forcément joueuse et débauchée22 » décrite comme « une énorme banque où l’on ne vit que pour battre monnaie23 ; il évoque ses bouges‚ ses tripots‚ son obsession du négoce‚ sa justice expéditive‚ ses tensions sociales opposant notaires et banquiers véreux‚ dames de petite vertu‚ usuriers‚ joueurs‚ parvenus‚ prêtres opportunistes‚ aventuriers politiques et ses manifestations de rue spectaculaires‚ comme les sanglantes émeutes ouvrières sur la Canebière en 1848. Zola‚ lorsqu’il dénonce l’affairisme et la corruption des mœurs‚ renoue donc dans son roman avec le mythe de la ville corruptrice hérité des Lumières ; mais il poursuit aussi le mythe de la ville-peuple‚ dessinant ainsi un portrait contrasté de la cité phocéenne‚ force de déclin moral autant que de progrès et d’émancipation politique ou d’inspiration poétique en temps de détresse.

  • 24 K. Tucholsky‚ Gesammelte Werke in drei Bänden‚ Hrsg. von Mary Gerold-Tucholsky und Fritz J. Raddatz (...)
  • 25 Erika und Klaus Mann‚ Das Buch von der Riviera‚ Berlin‚ Silver & Goldstein‚ 1989‚ p. 35.

7Dans les années 1920 et 1930‚ nombre d’auteurs de langue allemande‚ fascinés par la France‚ viennent séjourner à Marseille. Kurt Tucholsky‚ correspondant pour la Weltbühne dans les années 1920‚ affirme que « la ville a probablement beaucoup perdu de son panachage humain‚ mais rien de la grandeur pittoresque de son cadre24 ». Quant à Erika et Klaus Mann‚ qui visitent en journalistes Marseille au début 1930‚ ils livrent une clé de la fascination exercée par la cité phocéenne‚ ville à la beauté ambiguë‚ affirmant que « c’est comme si l’Afrique s’y infiltrait de mille couleurs et de mille odeurs »‚ mais qu’elle « reste une ville de province française à la drôle de lourdeur accompagnée de lenteur »‚ son « étroitesse civilisée » faisant que des intellectuels européens comme Zweig ou Roth « qui ont besoin des deux – le souffle du lointain et le lien étroit avec l’Europe – aiment Marseille‚ aiment y travailler25. »

  • 26 Joseph Roth‚ Croquis de voyage‚ préfacés et traduits de l’allemand par Jean Ruffet‚ Paris‚ Seuil‚ 1 (...)

8Joseph Roth‚ qui a séjourné à Marseille et à Nice en 1925‚ rédige une série d’articles‚ prélude aux Villes Blanches qui seront publiées à titre posthume où il rend hommage à Marseille‚ sa patrie de cœur‚ ce « carrefour des peuples26 » ouvert sur le monde‚ dont il entremêle les images observées à ses rêves et réminiscences et où il réveille son imagination d’enfant.

  • 27 Walter Benjamin‚ Haschich in Marseille‚ dans Écrits français‚ présentés et introduits par Francis M (...)
  • 28 Olivier Agard‚ « Villes du nord et villes du sud : Simmel‚ Benjamin‚ Kracauer »‚ dans Les représent (...)
  • 29 Ibid.‚ p. 172
  • 30 Ibid.‚ p. 170.

9Pendant son séjour à Marseille‚ en 1928‚ Walter Benjamin couche sur le papier‚ sous le titre Haschich in Marseille‚ les hallucinations produites par la drogue dans la cité phocéenne‚ où son expérience du temps et de l’espace ainsi que ses sensations prennent une intensité qui s’enrichit de l’émergence des souvenirs‚ faisant des lieux parcourus un espace sur laquelle sa « fantaisie mélangeait des données de l’entourage‚ tantôt comme ci‚ tantôt comme ça‚ sans demander des comptes comme un peintre qui rêve sur sa palette27. » En 1929‚ il décrira dans ses Denkbilder de petites miniatures sur Marseille où pensées et images condensent une expérience sensorielle de l’ordre de l’illumination mystique : ainsi la colline de Notre-Dame de la Garde observée la nuit‚ rappelant le « manteau semé d’étoiles de la mère de Dieu. » Le texte sur Marseille‚ qui porte en épitaphe la citation de Breton « la rue est le seul champ d’expérience valable »‚ s’inscrit dans le sillage du surréalisme : « à Marseille se manifeste la relativité de tout ordre établi‚ et le chaos bigarré des rues est une invitation à recomposer le monde28 » ; l’écrivain y fait l’expérience de la transgression des limites spatio-temporelles‚ de la « dissociation‚ de la mobilité et de la négativité29 » modernes et y voit un concentré de mélancolie et la misère : lieu de décomposition et de fragmentation de la perception‚ Marseille‚ envahi par les déchets‚ invite le promeneur et l’écrivain à devenir chiffonnier de son histoire‚ collectant « dans une fin destructrice ce que la société occulte et relègue dans les bas-fonds30 » et proposant un voyage immobile sur les ruines de l’histoire.

  • 31 Cf. l’article de Corinna Golgotiu sur ce texte.
  • 32 Olivier Agard‚ p. 168.
  • 33 Ibid.‚ p 169.

10Siegfried Kracauer découvre pour sa part Marseille en 1926 et y croise Benjamin ; son texte sur la place de l’Observance intitulé das Karree est d’ailleurs né d’une promenade commune en ces lieux31. Mais c’est surtout dans son roman Ginster/Genêt que Marseille tient une place prépondérante en tant que contrepoint utopique au Berlin évoqué au début du livre : cette ville bigarrée‚ malpropre et malodorante‚ accumulant déchets et saletés « acquiert une sorte d’épaisseur sensorielle‚ phénoménologique32 »‚ « lieu de dissonance criarde »‚ Marseille‚ où aucune identité n’est fixe »‚ bien loin d’une totalité‚ est une figure de l’éclatement‚ du mouvement perpétuel : « la ville est prise dans un mouvement de décomposition et de recomposition aléatoire33 » obéissant à un principe de subversion carnavalesque où la ville se brise en fragments propices à l’improvisation existentielle et poétique.

  • 34 Alfred Döblin‚ Schicksalsreise. Bericht und Bekenntnis‚ Solothurn‚ Düsseldorf‚ 1993‚ p. 217.
  • 35 Fry fut à Marseille à partir de 1940 le représentant du Centre Américain de Secours et aida plus de (...)
  • 36 Cf. l’article de Catherine Teissier dans ce chapitre.
  • 37 Heinke Wunderlich‚ Marseille vue par les écrivains de langue allemande‚ Paris‚ L’Harmattan‚ p. 46.

11Bien qu’aucun des écrivains exilés fuyant l’Allemagne nazie ne choisisse Marseille comme lieu de résidence fixe entre 1933 et 1945‚ la cité phocéenne – dont le quartier du Vieux-Port sera détruit en 17 jours en février 1943 – est pour tous un « voyage vers le destin34 »‚ un lieu de transit‚ la porte ouverte sur l’outre-mer et la liberté. Anna Seghers dans Transit, publié en 1944 au Mexique‚ ou Hans Sahl dans son cycle de poèmes Marseille i-iv dédié à Varian Fry35 et publié sous le titre Die hellen Nächte36 à New York en 1942‚ entrecroisent dans leurs œuvres souvenirs vécus et images poétiques‚ Sahl faisant notamment de Marseille « une sorte de salle d’attente dans laquelle les coulisse colorées du romantisme portuaire se métamorphosent en un quartier fantasmatique de la peur37. »

12Ville solaire‚ ville-port‚ cité infernale‚ labyrinthe des pulsions‚ Marseille est aussi une ville-monde. Dans ses Voyages en France, parus en 1961‚ Wolfgang Koeppen dessine les contours de la cité phocéenne au début des années 1960 en se concentrant sur les trois sites privilégiés que sont la Canebière‚ le cours Belsunce et le Vieux-Port. L’évocation du cours Belsunce reprend le topos de la ville-port‚ ouverte sur la mer‚ Mais peu à peu‚ le regard sur la ville devient archéologique‚ évoquant les fantômes de la légion étrangère chantant des chants nazis‚ les paras tortionnaires en Algérie‚ l’atmosphère bourgeoise faussement tranquille de la France gaulliste : ainsi‚ c’est l’inquiétant‚ la violence refoulée de l’Histoire qui resurgit de l’espace urbain. Les leitmotive du passage‚ de la nostalgie‚ de l’inquiétude et de l’éphémère ainsi que des fantômes du passé antique et de la décadence du présent créent un sentiment d’instabilité historique et de dissolution de la réalité dans un halo mélancolique. Koeppen témoigne ici‚ comme dans tout le recueil‚ de l’impossibilité de l’idylle‚ tant l’harmonie apparente du décor phocéen révèle l’illusion trompeuse qui recouvre les ombres de l’histoire. Le voyage et l’errance dans Marseille deviennent ici l’itinéraire sentimental d’un mélancolique dont le rêve d’unité européenne et d’espoir dans le futur vient se heurter au chaos du monde dont Marseille devient une métaphore.

  • 38 Martine Agathe Coste‚ op. cit.‚ p. 299.
  • 39 Notamment Maurice Marrou‚ Yo, le coupeur d’Oreille‚ Gallimard‚ 1933. Et Jean-Toussaint Samat‚ Le Mo (...)

13Reprenant la tradition initiée par Zola et par le Comte de Monte-Christo (1845) de Dumas qui a « doté la ville d’un nouveau lieu mythique‚ une île-prison38 »‚ le roman noir marseillais se développe également depuis les années 1930‚ date depuis laquelle la pègre marseillaise nourrit l’imaginaire des écrivains39 et des cinéastes. Le topos des ruelles sombres‚ de la crasse et de la criminalité se retrouve dans la littérature journalistique‚ documentaire et romanesque des années 1930 : Jean Lorrain‚ Pierre Mac Orlan‚ Blaise Cendrars ou Albert Londres cristallisent le mythe de la ville funeste dans leurs descriptions du quartier du Panier comme cloaque et comme lieu de perdition.

  • 40 Publié sous le pseudonyme de Christian Brulls.
  • 41 Son D’Entre les morts fut adapté à l’écran par Hitchcock dans Vertigo (voir Martine Agathe Coste‚ o (...)
  • 42 Dans Réglez-lui son compte (1949)‚ San Antonio effectue sa première enquête à Marseille.
  • 43 Cf. Le Cinquième procédé‚ qui met en scène les recherches policières de Nestor Burma à Marseille.
  • 44 Cf. l’article de Daniel Winkler dans ce chapitre.
  • 45 À côté des précurseurs‚ de nouveaux auteurs apparaissent : Abax‚ Barrière‚ Blaise‚ Borelli‚ Deleuse (...)
  • 46 Jean-Claude Izzo dédie le deuxième roman de sa trilogie Chourmo « À la mémoire d’Ibrahim Ali‚ abatt (...)
  • 47 Martine Agathe Coste‚ op. cit.‚ p. 300.
  • 48 Ibid.‚ p. 300.

14Dès 1930‚ dans Train de nuit de Simenon40‚ c’est à Marseille que‚ pour la première fois‚ le commissaire Maigret entre en scène. Tant Boileau-Narcejac41 que Frédéric Dard42 et Léo Malet43 font de Marseille le théâtre de leurs romans policiers. Le véritable essor du polar marseillais date toutefois du milieu des années 199044‚ qui voit paraître quatre de ces romans‚ Les Chapacans de Michèle Courbou et Trois jours d’engatse de Philippe Carrese en 1994‚ puis Total Khéops de Jean-Claude Izzo en janvier 1995 et La Faute à degun de François Thomazeau en juillet 1996. Entre 1994 et 2000 ont été publiés au total 45 polars marseillais45. Les constantes thématiques de ces nouveaux romans noirs sont la représentation de Marseille comme personnage à part entière‚ la dénonciation de l’extrême droite46‚ des liens entre la pègre et les élus‚ du trafic de drogue‚ mais aussi l’éloge du cosmopolitisme et du métissage culturel ainsi que la valorisation de l’idiome et la gastronomie locaux. Avec Fabio Montale notamment‚ Izzo crée « un type de Marseillais nouveau‚ immigré éternel‚ métèque absolu »‚ « un policier oscillant entre deux camps‚ celui de la loi et celui de la délinquance47 »‚ saisissant ainsi la diversité des saveurs‚ des atmosphères et le double versant noir et ensoleillé de la cité phocéenne‚ d’où émane « la grâce‚ jusqu’au cœur de l’ordure48 ».

  • 49 Cf. Alain Guillemin « Le polar “marseillais”. Reconstitution d’une identité locale et constitution (...)
  • 50 Philippe Carrese‚ Trois jours d’engatse‚ Ajaccio‚ Méditorial‚ 1994‚ [Nlle éd. Paris‚ Fleuve Noir‚ 1 (...)
  • 51 Guillemin‚ op. cit‚. « Le polar représente peu ou prou la réalité sociale‚ mais en la représentant (...)
  • 52 Guillemin‚ op. cit‚.

15Mais cette forme de roman social réaliste‚ oscillant entre critique sociale et désillusion politique49‚ n’échappe pas toujours aux stéréotypes du misérabilisme‚ de l’idéalisation de l’immigré‚ ni aux clichés du Vieux-Port‚ des recettes de cuisine locale intégrés au roman‚ comme dans la trilogie d’Izzo et du lexique du parler local en annexe comme dans Trois jours d’engatse de Carrese50. « C’est donc un véritable processus de folklorisation qui s’est mis en place51 » car si le polar marseillais est créateur d’identité‚ il est aussi transposition esthétique de cette dernière‚ dans le but de recréer un imaginaire urbain tout en accentuant le versant noir du mythe en en faisant « une ville cassée‚ une ville en crise‚ une ville où la pègre est active et puissante ; une ville de contrastes‚ vivante et riche de cultures‚ mais pauvre et violente52. »

  • 53 Alexander Schwarz‚ Flip rouge. Marseille-Krimi‚ Bielefeld‚ Pendragon‚ 2009‚ p. 43 : « Ein beruhigen (...)
  • 54 Ibid.‚ p. 43 : « Über die wehrlosen Dächer und durch die verwinkelten Straßen Marseilles. »

16Dans les deux polars marseillais récemment écrits par des romanciers de langue allemande‚ Tod in Marseille de Doris Gercke et Flip rouge d’Alexander Schwarz‚ on retrouve certains de ces clichés de la ville corruptrice : dans le roman de Doris Gercke‚ Bella Block‚ détective privée hambourgeoise en vacances à Marseille où elle flâne mélancoliquement sur les traces de ses auteurs fétiches‚ Anna Seghers et Jean-Claude Izzo‚ tombe‚ au hasard d’une rencontre avec une vieille femme ivre‚ dans la spirale du crime et dans l’univers souterrain de la prostitution et de la mafia. Le principal protagoniste de Flip rouge d’Alexander Schwarz est Luc Garnier : ce dernier attend sa mutation de Marseille à Nice lorsque sa fille l’appelle pour le mettre sur la piste d’un meurtrier récidiviste. Il mène une enquête qui va lui faire découvrir le monde des cartels de drogue qui sévissent sur la Côte d’Azur. Luc entreprend de démanteler les réseaux organisés‚ dans une lutte infernale et solitaire. S’il évoque au début du roman le Vallon des Auffes comme un « microcosme apaisant » baigné par le vent du large et vibrant du chant des mouettes53 ou rappelle à titre métaphorique le mythe du labyrinthe des toits et du dédale des rues54‚ Schwarz réécrit ici le mythe noir d’une Marseille des profondeurs et des pulsions.

17Qu’il se réécrive sur le mode solaire ou noir‚ ludique ou terrifiant‚ qu’il relève d’une esthétique du rêve‚ de l’hallucination‚ de la flânerie‚ de la déambulation nocturne‚ de l’errance‚ des profondeurs ou du terrible‚ il semble bien que le mythe de Marseille‚ loin de s’éteindre‚ ait gagné en force et en ambiguïté entre le xixe en ce début de xxie siècle. Nous verrons donc qu’à travers le regard du voyageur‚ la flânerie du promeneur ou le geste de l’écrivain‚ la cité phocéenne révèle autant de caractéristiques bien connues que de contradictions qui contribuent à enrichir et à repoétiser son mythe au lieu de le figer : au fil du temps‚ la ville-port s’avère ville-piège‚ la ville rêvée ville-cauchemar‚ la ville-refuge matriciel ville d’un bonheur impossible et d’une dissémination des signes tantôt fascinante‚ tantôt inquiétante ; Marseille se livre ainsi autant qu’elle ne cesse de se dérober au regard étranger. Et peut-être est-ce justement ce qui fait son éternel pouvoir de séduction.

Notes

1 Olivier Boura‚ Marseille ou la mauvaise réputation‚ Paris‚ Arléa‚ 2001‚ p. 10.

2 Marcel Roncalyolo‚ Lectures de villes. Formes et temps‚ Marseille‚ Éditions Parenthèses‚ coll. « Eupalinos »‚ 2011‚ p. 15-16.

3 Paul Ricoeur‚ article « Mythe »‚ Encyclopédie Universalis 2002‚ t. v‚ p. 815 : « [Le mythe] n’est pas seulement une manière pré-scientifique de chercher les causes et [..] la fonction fabulatrice elle-même a valeur prémonitoire et exploratoire à l’égard de quelque dimension de la vérité qui ne s’identifie pas avec la vérité scientifique. »

4 Pierre Brunel‚ Mythocritique, théorie et parcours‚ Paris‚ PUF‚ 1992.

5 Ibid.‚ p. 61.

6 Ibid.‚ p. 95.

7 Marie-Catherine Huet-Bricard‚ Littérature et Mytheop. cit.‚ p. 142.

8 Hans Blumenberg‚ « Wirklichkeitsbegriff und Wirkungspotential des Mythos »‚ in : Ästhetische und metaphorologische Schriften‚ Frankfurt/Main‚ Suhrkamp‚ 2001/La Raison du mythe‚ Paris‚ Gallimard‚ 2005‚ p. 13.

9 Joseph Méry‚ Marseille et les Marseillais‚ Librairie nouvelle‚ A. Bourdilliat et Cie‚ 1860 : réédité avec une préface Olivier Boura‚ Gaussen‚ 2011‚ p. 28-29.

10 Ibid.‚ p. 29.

11 Marcel Roncayolo‚ op. cit‚. p. 351.

12 Joseph Méry‚ op. cit., p. 23.

13 Ibid.‚ p. 25.

14 Mme de Sévigné‚ lettre du 25 janvier 1673‚ Recueil de lettres‚ Paris‚ Compagnie des Libraires‚ 1774‚ t. II‚ p. 233.

15 Arthur Schopenhauer‚ 08 avril 1803‚ Journal de voyage‚ Paris‚ Mercure de France‚ 1989‚ cité dans Martine Agathe Coste‚ « Marseille‚ ombres portées d’une ville solaire »‚ Le Rivage des mythes, une géocritique méditerranéenne. Le Lieu et son mythe‚ Limoges‚ Pulim‚ 1999‚ p. 295.

16 George Sand‚ Histoire de ma vie‚ Paris‚ Gallimard « coll. La Pléiade »‚ 1971‚ cité dans : Martine Agathe Coste‚ op. cit.‚ p. 295.

17 Cf. l’article de Tatiana Robineau dans ce chapitre.

18 Georges Raynaud‚ « Léon Tolstoï »‚ dans Revue Marseille‚ n° 232‚ mars 2011‚ p. 83.

19 Ibid.‚ p. 84.

20 M. Coste‚ op. cit.‚ p. 297.

21 René de Chateaubriand‚ Mémoires d’Outre-Tombe‚ Paris‚ Gallimard‚ « coll. La Pléiade »‚ 1981.

22 Émile Zola‚ Les Mystères de Marseille‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 2010‚ p. 175.

23 Ibid.‚ p. 175.

24 K. Tucholsky‚ Gesammelte Werke in drei Bänden‚ Hrsg. von Mary Gerold-Tucholsky und Fritz J. Raddatz‚ Bd. 3‚ Reinbek bei Hamburg‚ Rowohlt‚ 1960‚ p. 138.

25 Erika und Klaus Mann‚ Das Buch von der Riviera‚ Berlin‚ Silver & Goldstein‚ 1989‚ p. 35.

26 Joseph Roth‚ Croquis de voyage‚ préfacés et traduits de l’allemand par Jean Ruffet‚ Paris‚ Seuil‚ 1994‚ p. 172. Cf. l’article de Magali Boudinaud dans ce chapitre.

27 Walter Benjamin‚ Haschich in Marseille‚ dans Écrits français‚ présentés et introduits par Francis Monnoyer‚ Paris‚ Gallimard‚ 1991‚ p. 85.

28 Olivier Agard‚ « Villes du nord et villes du sud : Simmel‚ Benjamin‚ Kracauer »‚ dans Les représentations du Sud. Du factuel au fictif‚ Jean Mondot‚ dir.‚ Pessac‚ MSHA‚ 2003‚ p. 170.

29 Ibid.‚ p. 172

30 Ibid.‚ p. 170.

31 Cf. l’article de Corinna Golgotiu sur ce texte.

32 Olivier Agard‚ p. 168.

33 Ibid.‚ p 169.

34 Alfred Döblin‚ Schicksalsreise. Bericht und Bekenntnis‚ Solothurn‚ Düsseldorf‚ 1993‚ p. 217.

35 Fry fut à Marseille à partir de 1940 le représentant du Centre Américain de Secours et aida plus de 1000 émigrants à fuir la France‚ parmi lesquels Heinrich Mann et son épouse‚ Golo Mann‚ Franz Werfel et Alma Mahler-Werfel‚ Walter Mehring et Herta Pauli.

36 Cf. l’article de Catherine Teissier dans ce chapitre.

37 Heinke Wunderlich‚ Marseille vue par les écrivains de langue allemande‚ Paris‚ L’Harmattan‚ p. 46.

38 Martine Agathe Coste‚ op. cit.‚ p. 299.

39 Notamment Maurice Marrou‚ Yo, le coupeur d’Oreille‚ Gallimard‚ 1933. Et Jean-Toussaint Samat‚ Le Mort de la Canebière‚ 1934.

40 Publié sous le pseudonyme de Christian Brulls.

41 Son D’Entre les morts fut adapté à l’écran par Hitchcock dans Vertigo (voir Martine Agathe Coste‚ op. cit.‚ p. 299)

42 Dans Réglez-lui son compte (1949)‚ San Antonio effectue sa première enquête à Marseille.

43 Cf. Le Cinquième procédé‚ qui met en scène les recherches policières de Nestor Burma à Marseille.

44 Cf. l’article de Daniel Winkler dans ce chapitre.

45 À côté des précurseurs‚ de nouveaux auteurs apparaissent : Abax‚ Barrière‚ Blaise‚ Borelli‚ Deleuse‚ Delfino‚ Del Pappas‚ Gouiran‚ dont certains‚ comme Del Pappas‚ très prolifiques (7 titres de 1998 à 2000).

46 Jean-Claude Izzo dédie le deuxième roman de sa trilogie Chourmo « À la mémoire d’Ibrahim Ali‚ abattu le 24 février 1995 dans les quartiers Nord de Marseille par des colleurs d’affiches du FN. »

47 Martine Agathe Coste‚ op. cit.‚ p. 300.

48 Ibid.‚ p. 300.

49 Cf. Alain Guillemin « Le polar “marseillais”. Reconstitution d’une identité locale et constitution d’un sous-genre »‚ A contrario 1/2003 (Vol. i)‚ p. 45-60. URL : www.cairn.info/revue-a-contrario-2003-1-page-45.htm

50 Philippe Carrese‚ Trois jours d’engatse‚ Ajaccio‚ Méditorial‚ 1994‚ [Nlle éd. Paris‚ Fleuve Noir‚ 1995‚ p. 9.]

51 Guillemin‚ op. cit‚. « Le polar représente peu ou prou la réalité sociale‚ mais en la représentant il la construit »

52 Guillemin‚ op. cit‚.

53 Alexander Schwarz‚ Flip rouge. Marseille-Krimi‚ Bielefeld‚ Pendragon‚ 2009‚ p. 43 : « Ein beruhigender Mikrokosmos‚ wie man ihn zig-tausendfach in Frankreich fand. In der spärlichen Deckung ihrer letzten Blätter ruhten Spatzen‚ Meisen und andere Singvögel im Geäst der Platane‚ um im Morgengrauen den ewigen Kampf um die besten Nistplätze und Brotkrumen aufzunehmen‚ während über den Dächern von Marseille Möwen und Tauben um die Lufthoheit stritten. »

54 Ibid.‚ p. 43 : « Über die wehrlosen Dächer und durch die verwinkelten Straßen Marseilles. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search