Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et histoire

Seconde Guerre mondiale et identité de la ville. Comparaison entre Marseille et Bristol

Pierre-Kevin McGill

Résumé

Marseille et Bristol sont deux villes portuaires importantes dans leurs pays respectifs et elles furent toutes les deux mutilées par la Seconde Guerre mondiale. Les bombardiers de la Luftwaffe ravagèrent Bristol entre 1940 et 1941 et détruisirent notamment les principales rues commerçantes de la ville. Marseille essuya quant à elle un bombardement intense‚ la destruction par les Allemands du port autonome ainsi que du quartier du Vieux-Port. Les philosophies de reconstruction choisies par les deux villes dénotent un choix politique des autorités locales et nationales. En Grande-Bretagne‚ la période d’après-guerre fut marquée par une production intensive de nouveaux plans d’urbanisme. C’est ainsi que la zone commerçante de la ville de Bristol fut déplacée dans un autre quartier. La reconstruction du quartier du Vieux-Port fut marquée par le manque de moyens‚ mais aussi par la volonté d’un groupe d’architectes de la région de faire renaître Marseille de ses cendres. La reconstruction des deux villes va de pair avec la commémoration de la Seconde Guerre mondiale. À Bristol‚ cette commémoration est bien plus discrète que celle de la Première Guerre mondiale. On notera en revanche que cette commémoration est quasiment omniprésente à Marseille.

Texte intégral

1 Marseille et Bristol‚ ces deux villes portuaires importantes pour leurs deux pays‚ sont des victimes largement méconnues de la Seconde Guerre mondiale. Tandis que l’on a minimisé les dégâts subis par Bristol pour des raisons stratégiques‚ le cas de Marseille s’avère plus complexe : les destructions de la ville causées par l’occupant et ensuite par les Alliés‚ dans les deux cas tolérés des autorités françaises respectives‚ représentent d’autant d’obstacles à une commémoration univoque. Dans quelle mesure a-t-on pu intégrer l’image de la Seconde Guerre mondiale‚ celle de la reconstruction et des commémorations dans l’identité de Marseille et Bristol ?

2Un récapitulatif rapide des dégâts majeurs subis pendant le conflit s’impose pour ensuite développer les différentes approches à la reconstruction. En dernier lieu la nouvelle géographie commémorative des deux villes sera analysée.

Les dégâts subis pendant la guerre

  • 1 John Penny‚ Hitler’s war on Bristol‚ A 1st Take DVD Presentation‚ 02’.

3Bristol‚ comme beaucoup d’autres villes britanniques‚ fut ravagée par le Blitz. Les bombardements de Bristol eurent essentiellement lieu entre septembre 1940 et le printemps 1941. En tout et pour tout‚ Bristol subit 548 bombardements ce qui fit d’elle la 5e ville la plus bombardée en Grande-Bretagne et la rendit méconnaissable1. En particulier‚ le 24 novembre 1940‚ les principales rues commerçantes – Wine Street et Castle Street – ainsi que l’église de Saint Peter au cœur de Bristol furent ravagés par des bombes incendiaires. La régularité des bombardements transforma profondément le quotidien de la population. Tout un réseau d’abris fut créé pour protéger le peuple britannique des bombes.

  • 2 Helen Reid‚ Bristol Under Siege‚ Bristol‚ Redcliffe Press‚ 2005‚ p. 59.
  • 3 Wartime diaries of Mary H. Hole‚ 1940-1941‚ Bristol Record Office réf. 38617.
  • 4 Western Daily Press and Bristol Mirror Nov 1940 (air raids)‚ Bristol Record Office réf. 40074 (i).
  • 5 Helen Reid‚ op. cit.‚ p. 15.

4Cependant‚ une étude considéra que le moral à Bristol était plus bas que dans la plupart des autres villes bombardées2. Cette baisse de moral était en grande partie due à l’absence du nom de Bristol dans les journaux à cause de la censure3. Alors que l’on écrivait beaucoup sur les bombardements de Londres et de Coventry‚ on parlait d’« une ville de l’ouest4 » pour Bristol. La ville a donc souffert de ne pas être reconnue comme victime du conflit mais d’avoir été considérée comme une ville bombardée parmi tant d’autres. Cette censure s’explique par l’importance stratégique de la ville : l’ennemi ne devait pas connaître les dégâts causés par ses bombardements. Le port de la ville était primordial à l’économie Britannique et il s’y trouvait de nombreuses industries‚ notamment une importante manufacture d’avions : la « Bristol Aeroplane Company5 ».

  • 6 http://vpcmarseille.wordpress.com/2008/05/16/rescapee-du-bombardement-du-samedi- 27-mai-1944
  • 7 Helen Reid‚ op. cit.‚ p. 9.
  • 8 http://vpcmarseille.wordpress.com/2008/05/15/les-annees-memoiresle-27-mai-1944-a-mar- seille

5À Marseille‚ on ne prit pas les mêmes mesures qu’en Grande-Bretagne car‚ après l’armistice‚ la France était officiellement en paix. Les abris étaient en général des caves6 qui n’étaient pas consolidées et les services civils se limitaient à la défense passive. À Marseille les bombardements furent moins nombreux mais bien plus dévastateurs‚ en particulier celui du 27 mai 1944 qui détruisit le pont au-dessus du Boulevard National sous lequel de nombreuses personnes s’étaient réfugiées. La totalité des bombardements de Bristol causèrent 1229 morts et 3305 blessés7‚ alors que le bombardement de Marseille‚ le 27 mai 1944‚ causa à lui seul près de 3000 morts et 6000 blessés8.

  • 9 Événements liés à l’état de guerre : événements de la libération (mai-août 1944), Archives départem (...)

6Cependant‚ la majorité des dégâts physiques causés à la ville de Marseille furent commis par l’occupant allemand. Le 23 août 1944 la Wehrmacht mina le port autonome de Marseille et saborda les navires qui s’y trouvaient pour ralentir l’avancée des alliés. Ces destructions ne furent pas d’une grande très grande utilité stratégique mais eurent d’énormes répercussions pour Marseille9.

7La destruction du port fut un coup dur pour Marseille‚ mais le dynamitage du quartier du Vieux-Port en février 1943 remit en question l’identité même de la ville. En effet‚ le quartier avait une réputation internationale assez ambiguë. Pendant les années 1920‚ il avait attiré les photographes allemands‚ fascinés par sa lumière‚ mais il fut également pointé du doigt comme repère du crime organisé et comme un haut lieu de débauche et de prostitution. La population cosmopolite et de gauche‚ voire extrême-gauche‚ autour du Vieux-Port était vue d’un mauvais œil. L’assassinat d’Alexandre Ier de Yougoslavie en 1934 avait scellé la réputation de Marseille comme ville anarchique et incontrôlable‚ une sorte de « Chicago sur la Méditerranée ».

8La raison officielle pour la destruction est une décision des autorités allemandes à la suite de trois attentats à la bombe qu’ils considéraient comme provenant de ce quartier.

  • 10 Ibid.
  • 11 Jean-Lucien Bonillo‚ La Reconstruction à Marseille‚ Éditions Imbernon‚ Marseille‚ 2008‚ p. 69-70.

9Il subsiste cependant de grandes zones d’ombre autour de l’implication ou non du gouvernement de Vichy dans la destruction. Les Archives départementales contiennent des documents de la préfecture liés à la destruction. En particulier une lettre écrite le 28 septembre 1943 par le curé de St Laurent‚ F. Caillol‚ adressée directement à Pierre Laval. La lettre plaide contre la destruction imminente du quartier du Vieux-Port‚ et insiste qu’on savait à Marseille que la destruction du quartier était voulue non seulement par les autorités allemandes mais aussi par les autorités françaises10. En effet la destruction de ce quartier composé de ruelles insalubres était déjà inscrite dans le plan Beaudoin de 1942. Par ailleurs‚ on peut remarquer que la destruction coïncide avec les limites du plan Beaudoin. Cette hypothèse fut réfutée dans un livret écrit anonymement par Pierre Barraud‚ préfet délégué de Marseille au moment des faits11. Mais dans la revue Marseille d’août à octobre 1941‚ Pierre Barraud avait soutenu le projet de démolition.

  • 12 Comptes rendus des délibérations municipales 1946‚ 5 janvier 1946‚ Archives municipales de Marseill (...)
  • 13 Jean-Lucien Bonillo‚ op. cit.‚ p. 65.

10Lors du procès de Nuremberg‚ le général Oberg déclara que certains membres des autorités françaises avaient été liés à l’affaire12. L’hypothèse d’une participation française aux événements n’a pu être prouvée ni réfutée avec certitude. D’autre part‚ les recherches de Meyer dans les archives allemandes ont montré que les actions contre les quartiers du Vieux-Port furent motivées par une idéologie « politico-raciste » et non pour réprimer des attentats commis par la Résistance13.

11La Seconde Guerre mondiale laissa derrière elle deux plaies béantes aux cœurs de Marseille et Bristol. La destruction des rues commerçantes de Bristol changea profondément le quotidien de la population et celle du quartier du Vieux-Port priva Marseille d’un quartier emblématique‚ connu dans le monde entier. Mis à part le traumatisme pour la population‚ la destruction de ces quartiers posa un problème d’identité pour les deux villes. L’espace occupé par Wine Street et Castle Street se trouvait au-dessus des ruines d’un château normand et à proximité du lieu de fondation de la ville par les Saxons. Le quartier du Vieux-Port se trouvait au-dessus des vestiges présumés de la ville fondée par les phocéens. Fallait-il mettre en avant pour mémoire le mythe de fondation‚ les quartiers détruits ou le souvenir de la guerre ?

Deux reconstructions différentes

  • 14 Stoskopf cité par Hugh Clout‚ Revival and reconstruction in Alsace-Lorraine‚ 1939-1960‚ Conférence (...)
  • 15 Ibid.‚ p. 313.

12Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale‚ il fallut choisir. Que faire des quartiers détruits à Marseille et Bristol ? Plusieurs philosophies se confrontèrent en ce qui concerne la reconstruction. Les destructions dues à la Seconde Guerre mondiale pouvaient être considérées comme l’occasion de moderniser les villes et les ancrer dans le xxe siècle. Pour arriver à leurs fins‚ certains prônèrent la théorie de la tabula rasa‚ construire tout à neuf. Ces derniers étaient souvent influencés par le mouvement moderniste. Un autre courant mettait en avant la préservation des bâtiments et la conservation (c’est-à-dire la reconstruction de bâtiments avec des matériaux et dans un style architectural proches de ceux des bâtiments d’origine). Le travail de l’urbaniste Stoskopf en Alsace permit de créer des lieux considérés comme des « nids de mémoire14 ». En 1941‚ le ministre Lord Reith incita les villes britanniques à entreprendre des plans d’urbanisme : « plan boldly and comprehensibly15 » (produire des plans complets avec assurance). S’en suivit ce que Peter Larkham de l’Université de Birmingham appelle l’âge d’or de l’urbanisme. La plupart des villes britanniques firent appel à des urbanistes indépendants. Bristol fut une exception car le conseil municipal estima que l’équipe de l’ingénieur municipal serait plus à même de reconstruire selon les besoins des bristolliens.

  • 16 James Belsey‚ Roger Bennett‚ Michael Cocks‚ David Foot‚ Michael Jenner‚ Helen Reid‚ Derek Robinson (...)

13Les rues commerçantes de Bristol avaient été détruites en novembre 1940‚ mais il fallut attendre la fin du conflit pour penser à reconstruire. Ces rues avaient été pour la plupart des maisons du xviiie siècle reconverties en magasins16. La reconstruction de la zone commerciale de Bristol en fut probablement l’épisode le plus controversé. En 1944 on prit la décision de reconstruire des rues commerçantes un peu plus au nord dans un espace appelé Broadmead‚ car la zone entre Wine Street et Castle Street (les anciennes rues commerçantes) était trop petite pour permettre un développement moderne. Cette décision était peu au goût des commerçants‚ mais leur mécontentement ne changea rien.

14Par ailleurs‚ le quartier de Broadmead avait été relativement épargné par les bombes‚ il fallait donc y raser les bâtiments pour mettre en œuvre le nouveau projet. Ces bâtiments d’origine dataient de l’époque Georgienne et Victorienne et n’étaient pas‚ à l’époque‚ considérés comme ayant une grande valeur architecturale. La zone entre Wine Street et Castle Street deviendrait Castle Park‚ d’après les ruines de l’ancien château normand. Le projet initial pour le parc était assez ambitieux : il devait contenir un musée‚ une galerie d’art et un complexe sportif. Le manque de crédit et de matériaux conduisit à de nombreux compromis et à l’abandon du projet de parc. Les travaux à Broadmead commencèrent en 1950 et le quartier fut fonctionnel à partir de 1963. La part belle avait été donnée à l’unité de Broadmead et à la circulation des véhicules. La plupart des anciens bâtiments furent détruits et le résultat fut donc un assemblage de rues monotones‚ typique des années 1960. Tout lien avec l’ancien quartier a été effacé et le projet est généralement considéré comme un échec architectural où les idéaux modernistes prédominent. Cette mutilation de la ville se fit dans l’apathie générale de la population.

15Le projet de parc fut examiné plusieurs fois au cours des décennies. Ce n’est qu’entre 1991 et 1993 que le parc fut réaménagé. Les aménagements de Castle Park ont mis en valeur des donjons du château et ont donné une place prépondérante à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale : les ruines de Saint Peter ont été transformées en mémorial pour les victimes des bombardements.

16La reconstruction du centre commerçant de Bristol est donc un sujet polémique‚ son identité commerçante a été transposée en un autre lieu et remplacée par la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’ancien château.

  • 17 Jean-Lucien Bonillo‚ op. cit.‚ p. 38.

17À Marseille‚ le quartier du Vieux-Port avait été dynamité par l’occupant allemand en février 1943. Or‚ l’intention de réaménager et moderniser la zone était antérieure à la guerre et au plan Beaudoin. En effet‚ en 1934‚ Jacques Greber proposa un plan d’aménagement d’embellissement et d’extension de Marseille17. Ce projet devait conduire à une modernisation de la ville‚ « aménager sans bouleverser »‚ mais le réaménagement prévoyait la destruction du quartier.

  • 18 Ibid.

À quoi bon vanter le charme d’une rue ancienne […] embrassée de charpentes de consolidation ? Enfin‚ nous ne parlerons pas d’émotion de quelques aquarellistes devant des lignes multicolores tendues au travers des rues‚ devant des tas d’ordures qui tentent sans doute leur palette‚ à la condition que leur odorat ne soit pas trop sensible18.

  • 19 Ibid.

18Ce qui comptait était la préservation du « tableau » que formait le quartier vu du port‚ c’est-à-dire les façades le long du Quai du Port et le haut des bâtiments que l’on voyait se dresser derrière. Il préconisait également la destruction du pont transbordeur car celui-ci constituait un élément anachronique le long du quai du port19. Le plan Greber s’inspirait quant à lui largement d’un plan proposé par Gaston Castel en 1924.

19En décembre 1940‚ Eugène Beaudoin fut désigné par le régime de Vichy pour proposer un projet d’aménagement. Le plan fut proposé en janvier 1942 et consistait essentiellement en la révision du plan de Greber. Cependant‚ Beaudoin souhaitait conserver des bâtiments historiques pour les incorporer à une rue-musée. Il voulait détruire le quartier du Vieux-Port pour mettre en valeur le Port lui-même. Beaudoin est souvent considéré comme avoir été à la solde de Vichy‚ mais il faut se rappeler que le projet de cette destruction n’avait rien de nouveau.

  • 20 Respectivement Pierre Barraud et Louis Gillet dans Marseille‚ revue municipale n° 21‚ octobre 1942‚ (...)

20Ces projets visaient à moderniser Marseille et montrent donc que la prospérité de la ville importait au gouvernement de Vichy. En effet‚ une phrase prononcée par le maréchal Pétain exprime l’espoir que représentait Marseille auprès des autorités de l’époque : « La prospérité de la France est liée à celle de Marseille20 ». Malgré la réputation ambiguë de la ville‚ Marseille et son port contribuaient fortement à la richesse de la France.

21La reconstruction fut entravée par plusieurs obstacles : À Bristol et à Marseille on manquait de moyens‚ et les relations architecte-maire furent parfois conflictuelles. À Marseille‚ la mairie communiste de Cristofol en 1946 s’occupa essentiellement des réparations d’urgence. Après la guerre‚ la multitude de projets présentés pour la reconstruction du Vieux-Port peut être comparée à l’âge d’or de l’urbanisme en Grande-Bretagne mais dénote également de l’incapacité de la municipalité de choisir un projet et de s’y tenir. L’hésitation avant de reconstruire semble provenir de la valeur symbolique ambivalente de ces anciens quartiers pour Marseille. C’est en 1951‚ sous la municipalité Deferre‚ que Pouillon‚ ancien élève de Castel‚ fut désigné comme architecte en chef. Le quartier du Vieux-Port fut divisé en zones qui furent affectées à différents architectes de la région. Les plans du nouveau quartier étaient conditionnés par le manque de moyens (contrairement à la cité radieuse du Corbusier construite à la même époque) et présentaient pour la plupart un style épuré proche du modernisme. Certains projets souhaitaient faire écho à l’ancien quartier et mettre en valeur les quelques bâtiments préservés.

Le Cénotaphe de Bristol. Photographie PK McGill.

22Aujourd’hui‚ le style architectural des années 1950 n’est plus vraiment au goût du jour. Il est cependant indéniable que la reconstruction du vieux Marseille a été l’occasion d’un questionnement profond‚ et une tentative sincère de restituer une part de l’essence de la vieille ville aux marseillais‚ tout en reconstruisant aux nouvelles normes et avec les moyens réduits de l’époque. Ceci ne fut pas le cas de Bristol qui était bien plus influencé par le mouvement moderniste que ne l’était Marseille‚ et le changement était considéré comme positif.

La nouvelle géographie commémorative des deux villes

  • 21 Jay Winter‚ Remembering War, The Great War Between Memory and History in the Twentieth Century‚ New (...)

23La Seconde Guerre mondiale fut commémorée différemment en France et en Grande-Bretagne‚ bien que les peuples des deux pays eussent à souffrir du conflit. En Grande-Bretagne il y a eu peu de nouveaux monuments construits par rapport à après la Première Guerre mondiale. D’après Jay Winter ceci est dû au fait que ce conflit représentait un échec de la part de l’Europe21. La Première Guerre mondiale avait été appelée « Grande Guerre » et « Der des Der » car on s’attachait à l’espoir que le monde ne connaisse plus un tel conflit. Un grand nombre de « gueules cassées » se réunirent pour sensibiliser la population de l’horreur de la Première Guerre mondiale et insistèrent pour la création de nombreux monuments en Europe. Gaston Castel était un de ces derniers et il conçut le mémorial Monument aux morts de l’Armée d’Orient et des terres lointaines qui fut construit en 1922 sur la Corniche à Marseille. À Bristol un imposant cénotaphe fut construit pour commémorer la Grande Guerre. Aucun mémorial militaire comparable n’a été mis en place après 1945 dans l’une ou l’autre de ces villes : on s’est simplement contenté d’ajouter les dates du conflit. Toutefois‚ une commémoration discrète mais presque omniprésente est faite à Marseille par le biais de plaques. Il s’agit de la commémoration de la résistance et de la libération par les Forces Françaises Libres. Selon Ashplant‚ on a voulu s’associer à la « vraie France »‚ celle autour du général de Gaulle. À la Libération‚ le conseil municipal du 5 septembre 1944 se chargea d’annuler tous les changements de noms de rues qui eurent lieu sous le régime Vichy. Ces derniers célébraient les héros du régime de Vichy‚ en particulier le Quai du Port (où se trouve la mairie) avait été rebaptisé quai du Maréchal Pétain. Il s’agissait d’effacer toute trace du gouvernement de la collaboration. À partir de 1946 on commença à voir apparaître des noms de résistants‚ de personnalités importantes (cours Franklin Roosevelt)‚ et de batailles importantes (Square Stalingrad et la rue Bir-Hakeim). À la mort du général de Gaulle en 1970‚ on se précipita de donner son nom à une place en centre-ville.

24On trouve également dans tout Marseille des plaques commémorant les morts de résistants pendant le régime de Vichy et les faits de guerre lors de la libération. Ces plaques ont commencé à être apposées dès la fin du conflit.

25En s’affirmant comme ville de résistants‚ Marseille crée une rupture avec la France de Vichy‚ et se démarque‚ apparaissant différente‚ voire comme une victime innocente. On retrouve cette stratégie dans la description de la destruction du quartier du Vieux-Port comme étant uniquement de la barbarie allemande. L’association de la ville à la résistance fut mise en avant de façon encore plus probante avec la construction d’une croix Lorraine au milieu de la place du Général-de-Gaulle en 1995.

  • 22 http://www.bristol.gov.uk/node/2629#internalSection1‚ Lord Bevin qui était ministre du Travail pen (...)

26À Bristol on trouve seulement deux plaques comparables à celles de Marseille22. La volonté de mettre en avant les personnalités importantes de la guerre était donc moindre.

27On retrouve par contre à Bristol une commémoration considérable du vécu de la population civile. En effet‚ cela faisait des siècles que l’Angleterre n’avait pas subi de dégâts de guerre sur son territoire. Après la capitulation de la France‚ Bristol se retrouva en première ligne et en proie aux bombardiers allemands. Les ruines de l’église St Peter‚ au milieu de Castle Park‚ ont été conservées comme monument aux victimes du Blitz‚ une plaque posée en 2007 cite leurs noms. L’utilisation d’un bâtiment détruit par les bombes comme mémorial permet au passant de voir les dégâts causés par la guerre‚ et donc de le faire plonger dans le passé. À Marseille‚ le char Jeanne d’Arc‚ qui participait à la libération de Notre-Dame de la Garde et qui prit feu‚ sert lui aussi de mémorial et a été conservé où il a été détruit.

  • 23 « Fictive kin »‚ la création d’une communauté similaire à une famille liée à des expériences commun (...)

28À Marseille‚ il existe également plusieurs mémoriaux aux victimes des bombardements et particulièrement celui du 27 mai 1944. Il y a une plaque à l’entrée du tunnel du Boulevard National qui rappelle la mort de ceux qui s’y étaient réfugiés. On trouve devant la gare Saint-Charles un monument pour le personnel qui perdit la vie pendant la guerre. Il y a un autre monument de la SNCF‚ d’une nature plus privée‚ au fond d’un jardin derrière l’immeuble au coin de la rue de Crimée et la rue du Père-Louis-Thérobe où logeaient autrefois les agents de la compagnie ferroviaire. Le besoin d’une commémoration privée montre que les agents de la SNCF formaient ce que Winter appelle une parenté fictive23. Aujourd’hui‚ les graffitis sur le monument et son mauvais entretien montrent qu’il a perdu son rôle commémoratif.

Monument « privé » de la SNCF.
Photographie Philippe McGill.

  • 24 Jay Winter‚ « The Generation of Memory. Reflections on the “Memory Boom” in Contemporary Historical (...)

29On trouve également des éléments commémoratifs dans les lieux de culte. La cathédrale de Bristol contient de grands vitraux représentant les différents contingents des services civils‚ ce qui permet d’insister encore une fois sur l’importance de la commémoration de la population civile par rapport aux soldats en Grande-Bretagne. Bien qu’il y ait séparation de l’église et l’État en France‚ Notre-Dame de la Garde contient une plaque posée à la libération remerciant la Bonne Mère parmi les ex-voto. L’hommage à Notre-Dame montre que les spécificités marseillaises ont été prises en compte dans la commémoration. Pendant les années 1960-1970‚ s’opéra ce que Jay Winter appelle un « boom de la mémoire24 ». C’est la période pendant laquelle les voix des victimes juives commencèrent à se faire entendre et à être recueillies. Le Mémorial de la Déportation fut construit à proximité de l’hôtel-Dieu. Il se trouve dans un endroit relativement peu visible‚ ce qui d’un côté favorise le recueillement‚ mais de l’autre met peu en valeur le monument. Ce n’est qu’en 1995 que la France a officiellement reconnu sa part de responsabilité dans le génocide juif. Le Mémorial des camps de la mort ouvrit ses portes la même année. Il se trouve dans un bunker allemand au bout du Vieux-Port entre le Fort Saint-Jean et une route à double voie et n’est donc pas particulièrement mis en évidence. Néanmoins l’utilisation de ce blockhaus paraît être une tentative de se dédouaner et de rejeter la majorité de la faute sur l’occupant. Les deux mémoriaux dédiés à la commémoration de la déportation et des camps sont pertinents dans leur forme‚ mais leur placement dans la ville ne les met pas du tout en valeur‚ surtout si on compare leur positionnement à celui de la croix de Lorraine sur la place du Général-de-Gaulle.

30D’autres éléments ne sont pas mis en valeur : par exemple il n’y a qu’une petite plaque rue Grignan pour Varian Fry‚ qui aida plus de 2 000 réfugiés juifs à rejoindre les États-Unis. Peut-être n’est-il pas célébré davantage car il était Américain et non Français. Les défenses autour des villes sont quant à elles complètement délaissées alors qu’il reste des vestiges assez remarquables‚ en particulier un complexe défensif le long de la voie ferrée‚ au-delà du tunnel du Rove. Le complexe se compose de quatre casemates creusées dans la colline‚ reliées entre elles par un long couloir‚ et d’un blockhaus de commandement et d’observation sur les hauteurs qui permet de surveiller toute la baie de Marseille.

  • 25 http://www.campdesmilles.org/articles/MecenatVF.pdf.

31Pour conclure‚ la commémoration et la mémoire de la Seconde Guerre mondiale n’ont cessé d’évoluer depuis la fin du conflit‚ ce qui semble montrer qu’un traumatisme subsiste dans les mentalités européennes. Des monuments continuent à être construits‚ comme l’impressionnant Mémorial pour le génocide juif à Berlin‚ inauguré en 2005 ; plus près de nous‚ le camp des Milles ou furent internés‚ entre autres‚ de nombreux artistes de renom‚ ouvrira ses portes au public dans le cadre de Marseille-Provence Capitale européenne de la culture 201325. L’étude de l’évolution de la commémoration de la Seconde Guerre mondiale par la génération montante sera particulièrement intéressante car c’est une génération qui aura probablement peu de contacts avec des personnes ayant vécu le conflit.

Notes

1 John Penny‚ Hitler’s war on Bristol‚ A 1st Take DVD Presentation‚ 02’.

2 Helen Reid‚ Bristol Under Siege‚ Bristol‚ Redcliffe Press‚ 2005‚ p. 59.

3 Wartime diaries of Mary H. Hole‚ 1940-1941‚ Bristol Record Office réf. 38617.

4 Western Daily Press and Bristol Mirror Nov 1940 (air raids)‚ Bristol Record Office réf. 40074 (i).

5 Helen Reid‚ op. cit.‚ p. 15.

6 http://vpcmarseille.wordpress.com/2008/05/16/rescapee-du-bombardement-du-samedi- 27-mai-1944

7 Helen Reid‚ op. cit.‚ p. 9.

8 http://vpcmarseille.wordpress.com/2008/05/15/les-annees-memoiresle-27-mai-1944-a-mar- seille

9 Événements liés à l’état de guerre : événements de la libération (mai-août 1944), Archives départementales des Bouches-du-Rhône ref : 76 W 130.

10 Ibid.

11 Jean-Lucien Bonillo‚ La Reconstruction à Marseille‚ Éditions Imbernon‚ Marseille‚ 2008‚ p. 69-70.

12 Comptes rendus des délibérations municipales 1946‚ 5 janvier 1946‚ Archives municipales de Marseille réf : 1D 1946.

13 Jean-Lucien Bonillo‚ op. cit.‚ p. 65.

14 Stoskopf cité par Hugh Clout‚ Revival and reconstruction in Alsace-Lorraine‚ 1939-1960‚ Conférence The Blitz and its Legacy‚ University of Westminster (3-4 septembre 2010).

15 Ibid.‚ p. 313.

16 James Belsey‚ Roger Bennett‚ Michael Cocks‚ David Foot‚ Michael Jenner‚ Helen Reid‚ Derek Robinson et Alston Thomas‚ Muddling Through Bristol In The Fifties‚ Redcliffe Press‚ 1988‚ p. 28.

17 Jean-Lucien Bonillo‚ op. cit.‚ p. 38.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Respectivement Pierre Barraud et Louis Gillet dans Marseille‚ revue municipale n° 21‚ octobre 1942‚ p. 6‚ 43.

21 Jay Winter‚ Remembering War, The Great War Between Memory and History in the Twentieth Century‚ New Haven‚ Yale University Press‚ 2006‚ p. 151.

22 http://www.bristol.gov.uk/node/2629#internalSection1‚ Lord Bevin qui était ministre du Travail pendant la guerre‚ et Paul Dirac‚ physicien qui prit part aux recherches atomiques du projet Manhattan.

23 « Fictive kin »‚ la création d’une communauté similaire à une famille liée à des expériences communes. Jay Winter‚ Remembering War, op cit.‚ p. 139.

24 Jay Winter‚ « The Generation of Memory. Reflections on the “Memory Boom” in Contemporary Historical Studies »‚ German Historical Institute Bulletin n° 27‚ automne 2000‚ p. 5.

25 http://www.campdesmilles.org/articles/MecenatVF.pdf.

Table des illustrations

Légende Le Cénotaphe de Bristol. Photographie PK McGill.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Monument « privé » de la SNCF.Photographie Philippe McGill.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Lycée Adam de Craponne, Salon de Provence
Aix-Marseille Université

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search