Version classiqueVersion mobile

Marseille. Éclat(s) du mythe

 | 
Véronique Dallet-Mann
, 
Florence Bancaud
, 
Marion Picker

Mythe et histoire

La représentation de Marseille sous l’Occupation. Le regard de la presse contrôlée

David Weber

Résumé

Cet article analyse‚ à partir de l’étude de deux quotidiens parisiens et de la presse allemande parue en France entre 1940 et 1945‚ la représentation de Marseille sous l’Occupation. Les images‚ les thèmes‚ les lieux emblématiques ou encore les groupes sociaux forment une constellation mythologique dont l’article interroge l’instrumentalisation à des fins politiques et idéologiques tout comme les évolutions. Il part du présupposé que les représentations auront été utilisées afin d’aider à gérer le traumatisme lié à la défaite et à l’occupation. Au-delà‚ les éléments du mythe de Marseille pourraient avoir fait de la ville un laboratoire du renouveau moral voulu par les autorités de Vichy et l’occupant.

Texte intégral

  • 1 Elle prend ses directives et reçoit son matériel du ministère de la Propagande de l’État national-s (...)

1Pendant la Seconde Guerre mondiale‚ les quotidiens parisiens ou allemands parus en France‚ font appel à des thèmes‚ des images‚ des lieux emblématiques associés à la ville de Marseille. Oscillant entre la tradition rassurante‚ et un avenir prometteur‚ ces éléments forment une constellation mythologique qui déforme plus qu’elle n’éclaire une même réalité. Ils sont en effet moins le reflet d’une mentalité collective qu’un outil propre aux régimes totalitaires. Dans les faits‚ la presse est complètement dirigée dans les deux zones. En zone occupée‚ elle dépend du service de la propagande (Propaganda-Abteilung)‚ placé sous l’autorité du commandement militaire allemand (Militärbefehlshaber in Frankreich1) et de l’ambassade d’Allemagne pour les rapports culturels avec les Français. Hermann Eich‚ qui dirige le groupe presse du service de la propagande‚ exerce un contrôle sévère sur les périodiques parus à Paris jusqu’au mois de janvier 1943‚ qui marque l’introduction du principe de l’autocensure. Dans la zone Sud‚ la presse est contrôlée par le Secrétariat général à l’information. En août 1941‚ Vichy obtient toutefois l’autorisation d’implanter en zone Nord l’agence OFI (Office Français d’Information) qui collabore étroitement avec l’AFIP (Agence Française d’Information et de Presse)‚ créée par l’occupant. Le présent article repose sur l’étude systématique de deux quotidiens parisiens‚ du mois de juillet 1940 à la Libération. L’analyse des journaux Le Matin et L’Œuvre a été enrichie par la prise en compte des deux principaux titres de presse allemands parus en France‚ le Pariser Zeitung et Signal.

  • 2 Son tirage atteint 263000 exemplaires en janvier 1943 (Pascal Ory, Les Collaborateurs 1940-1945, Pa (...)
  • 3 Son tirage tombe de 274000 exemplaires en 1939 à 131000 exemplaires en janvier 1943 (Pascal Ory‚ Le (...)
  • 4 L’édition française atteindra un tirage de 925000 exemplaires en juillet 1943 (ibid., p. 246-248).
  • 5 Kurt Koszyk‚ Deutsche Presse, t. iii : 1914-1945‚ Düsseldorf‚ Droste‚ 1972‚ p. 425-434.

2Le Matin, radical et laïc‚ soutient‚ à partir de la Première Guerre mondiale‚ des positions antidémocratiques‚ anticommunistes et nationalistes. Le 17 juin 1940‚ l’homme d’affaire Bunau-Varilla (1856-1944) reprend la direction de la publication qu’il place à la disposition de l’occupant2. En juin 1940‚ L’Œuvre‚ dont la rédaction a au contraire affiché avant guerre des idées radicales-socialistes et pacifistes‚ quitte Paris pour Saint-Étienne‚ puis Clermont-Ferrand. Marcel Déat (1894-1955)‚ qui n’est pas parvenu à convaincre le maréchal Pétain de l’utilité d’un parti unique‚ reconstitue rapidement l’équipe du journal à Paris‚ l’engage dans la voie de la collaboration‚ puis cherche à en faire l’organe du RNP (Rassemblement National Populaire)‚ qu’il a fondé en février 19413. Le Pariser Zeitung paraît à compter du 5 octobre 1940 sous la direction de Max Amann (1891-1957) dans une version allemande et française. Ce quotidien a pour vocation de fournir des informations aux troupes d’occupation mais il est également pensé comme un moyen de propagande à destination des populations occupées. Le magazine illustré Signal‚ diffusé en zone Sud à partir du mois d’octobre 1940‚ paraît par contre entièrement en français4. Outil d’une propagande peu agressive‚ il vise en premier lieu à divertir tout en donnant une vision positive de la « nouvelle Europe ». Les compagnies de propagande (Propaganda-Kompanien) dépendant de la Wehrmacht comptent un représentant à Marseille en la personne du journaliste Walther Kiaulehn (1900-19685) qui publiera des articles dans Signal.

  • 6 Pierre Laborie‚ L’Opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale 1936- (...)
  • 7 Alain Cabantous‚ « La ville et ses mythes »‚ dans Mythologies urbaines. Les villes entre histoire e (...)

3La représentation de Marseille dans la presse d’occupation pourrait donc se caractériser par sa monotonie de fond comme par le poids de l’idéologie nazie et vichyste. Les rapports entre la population et le gouvernement n’étant plus caractérisés par l’échange d’idées des différents partis‚ le poids des représentations prend en outre une place déterminante. Le mythe pourrait devenir‚ dès lors‚ un moyen possible de résolution de la crise par une entreprise d’endoctrinement de la population6. Se substituant à la vérité‚ son rôle pourrait être de rassurer‚ mais aussi de permettre à la population de se projeter dans l’après-guerre‚ il aurait donc une fonction prospective7. Nous partons du présupposé que Marseille a pu constituer un laboratoire en raison de son positionnement géographique et de la présence marquante de son image dans l’entre-deux-guerres.

4Les journaux consultés orientent cette représentation selon trois axes majeurs. Elle reconduit certains éléments de la représentation de la ville qui s’était développée à partir de la Troisième République pour offrir la vision stéréotypée‚ mais contrastée‚ d’une ville ouverte sur le monde mais dangereuse ; elle aide ensuite à promouvoir le projet de Révolution nationale‚ puis la logique de collaboration‚ lorsqu’elle montre comment Marseille‚ au travers des grands chantiers en cours‚ doit incarner le renouveau national puis européen. Enfin‚ le traitement de la destruction du quartier nord du Vieux-Port se trouve au croisement des différents aspects du mythe qu’il renouvelle. Nous nous demanderons comment le mois de janvier 1943 a pu représenter un tournant‚ et cette destruction être présentée comme une révolution rédemptrice devant permettre à la ville d’entrer dans un ordre nouveau.

La réactivation des stéréotypes

  • 8 702330 selon le dénombrement du 1er janvier 1942. La population avait été artificiellement gonflée (...)
  • 9 La loi du 8 décembre 1941 rétablira un conseil municipal‚ mais la ville est toujours placée sous l’ (...)

5Dans la presse consultée‚ la géographie de Marseille‚ qui compte alors environ 700000 habitants8‚ est circonscrite à un périmètre s’étendant de l’église des Réformés à la cathédrale de la Major. Les lieux emblématiques de cet espace sont la Canebière‚ le quartier de Belsunce‚ le Vieux-Port et dans une moindre mesure l’archipel du Frioul‚ le château d’If et Notre-Dame de la Garde. La préfecture et la Chambre de commerce apparaissent clairement comme les nouveaux lieux d’exercice du pouvoir. Leur présence dans les journaux témoigne de l’accroissement des prérogatives préfectorales instauré par la loi du 29 juillet 1940 qui confie l’administration de la ville au préfet des Bouches-du-Rhône‚ Frédéric Surleau‚ et la présidence‚ comme la composition de la délégation municipale‚ à des édiles apolitiques au pétainisme modéré9.

  • 10 Le Matin, 25 novembre 1940, p. 1.
  • 11 En titre de l’édition du 27 novembre (Le Matin, 27 novembre 1940‚ p. 1).
  • 12 Le Matin‚ 15 septembre 1941‚ p. 3.
  • 13 Le Matin‚ 21 novembre 1941‚ p. 1 ; le Pariser Zeitung publie les articles de Bernd Huffschmid qui s (...)
  • 14 Émile Temime‚ Histoire de Marseille de la Révolution à nos jours‚ Paris‚ Perrin‚ 1999‚ p. 251 sq.
  • 15 Émile Temime‚ dir.‚ Migrance. Histoire des migrations à Marseille‚ t. III : Marie-Françoise Attard- (...)
  • 16 Le Matin‚ 15 septembre 1941‚ p. 3 ; Pariser Zeitung‚ 11 septembre 1941‚ p. 8.
  • 17 Les journaux Le Soleil (de Marseille)‚ Le Petit Var, La République du Sud-Est et Le Petit Provençal(...)
  • 18 « Marseille foire de l’Empire. Magnifique effort digne du rôle qui attend notre grand port dans l’E (...)

6Le traumatisme lié au bombardement du 24 novembre 194010 ajoute à celui de la défaite. Le sentiment fraternel liant la nation à « [son] grand port méditerranéen11 » se mêle‚ dans les journaux consultés‚ à une admiration pour le sang-froid dont fait preuve la population marseillaise comme pour l’esprit d’initiative des catégories favorisées des quartiers de Longchamp et du Prado. Dans le chaos des événements de l’été et de l’automne 1940‚ le mythe de la ville coloniale offre en outre un dérivatif. La cité phocéenne est présentée comme la « porte de l’Empire12 » ou encore comme « la porte de l’Orient s’ouvrant sur l’Afrique et l’Asie13 ». Marseille‚ alors premier port de la Méditerranée‚ réalise à cette date en effet l’essentiel de son trafic avec les colonies‚ et la réouverture de la foire de Marseille en 1941 ravive‚ par un jeu d’associations mentales et visuelles‚ le souvenir des expositions de 1906 et 192214. Ce mirage colonial15 – car il cache mal le repli du commerce marseillais – exprime l’attachement des autorités de Vichy à la cohésion d’un Empire devant lui assurer une partie des ressources nécessaires16. Le rôle de l’Empire colonial est en effet à cette date de renforcer le sentiment national en incarnant le redressement de la France voulu par le maréchal Pétain dans le cadre de la « Révolution nationale17 ». Ce lieu commun de la propagande de Vichy se retrouve donc également sous la plume des publicistes parisiens autant en raison de son importance diplomatique qu’économique. Le mythe de Marseille devient en effet un stimulateur d’énergies : Vichy peut engager l’Empire dans l’intérêt des puissances de l’Axe‚ comme Marseille peut retirer de grands avantages d’une collaboration économique selon un axe Nord-Sud18.

  • 19 Dirigée par le Luxembourgeois Antoine Koch‚ l’agence FULGUR‚ agent zélé de la collaboration‚ fourni (...)

« Forcer le blocus pour nourrir la France », photo agence FULGUR19, Le Matin, 8 octobre 1941, Alice Vermont, envoyée spéciale. Source : BNF.

  • 20 Andreas Laska‚ Presse et propagande allemandes en France occupéeop. cit.‚ p. 296 sq.
  • 21 Le Matin‚ 15 septembre 1941‚ p. 1.
  • 22 Pariser Zeitung, 24 juillet 1941‚ p. 8.

7La collaboration économique devient également rapidement l’un des leitmotive du Pariser Zeitung20. Le journaliste Rudolf Vogel (1906-1991) associe dans ce journal le passé glorieux de Marseille à la force de son commerce. Celui-ci résulterait du développement des colonies qu’il estime être le fruit d’une fidélité au roi – allusion sans doute à la conquête de l’Afrique du Nord par les Bourbons – ‚ de la bigoterie de la population‚ d’un appât du gain sans limite‚ mais aussi de beaucoup de courage et d’enthousiasme. La « foire de l’Empire » est par ailleurs présentée comme le pendant de la « foire européenne » de Leipzig21 et la fierté de ses habitants descendant les grands escaliers de la gare Saint-Charles qui mènent au Vieux-Port est rapprochée de celle des Hambourgeois qui contemplent l’Elbe depuis le mémorial Bismarck22.

  • 23 Raoul Girardet‚ Mythes et mythologies politiques‚ Paris‚ Seuil‚ 1986‚ p. 97.
  • 24 Robert Mencherini‚ Midi rouge, ombres et lumières. 1. Les années de crise, 1930-1940. Une histoire (...)

8Dès les premiers mois qui ont suivi la défaite‚ le mythe de Marseille semble toutefois osciller entre ce rêve d’un renouveau économique et l’aspiration à un redressement moral‚ qui passe par l’expiation des côtés sombres du mythe. La nostalgie de l’âge d’or23 se chevauche en effet avec les éléments de continuité du caractère supposé des Marseillais. C’est ce que suggère la réaction prêtée à la population locale face aux difficultés d’approvisionnement24.

  • 25 Pierre Dufour‚ envoyé spécial‚ Le Matin, 25 janvier 1945‚ p. 1.

Des choses ont changé mais le pittoresque n’a pas baissé d’un ton. Ce sont les mêmes rassemblements gesticulants à certaines heures du soleil‚ les mêmes rebondissements d’interjections sonores. […] L’arrivée des barques de pêcheurs provoque les mêmes mouvements de curiosité que naguère‚ doublés maintenant d’un intérêt plus immédiat. – S’ils allaient rapporter du poisson ? Hélas‚ les pêches sont désormais semblables. L’oursin et le violet sont rois. Cette déception quotidienne‚ un loustic la concrétisait devant nous en une boutade lapidaire : – Héhé‚ elle est maigre la fille de la sardine25.

  • 26 « La bouillabaisse est morte… et la population manque de viande… »‚ Le Matin, 3 mars 1943‚ p. 1 ; « (...)
  • 27 Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 478-481 et p. 500-502.
  • 28 Le Matin, 2 avril 1940‚ p. 1 et 4.
  • 29 Pariser Zeitung, 16 octobre 1941‚ p. 4.
  • 30 Pariser Zeitung‚ 1er novembre 1941‚ p. 4.
  • 31 Pariser Zeitung‚ 26 avril 1941‚ p. 4 ; Pariser Zeitung‚ 17 août 1941‚ p. 4.
  • 32 Le Matin, 8 octobre 1940‚ p. 1.
  • 33 Le Matin, 7 octobre 1940‚ p. 1.
  • 34 Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 131 sq.‚ 279.

9Ces lignes désamorcent la crise en rappelant le caractère affable et un rien bonimenteur des habitants26. Le mythe‚ s’interposant entre les faits et le besoin d’information‚ permet ici de brouiller les lignes pour détourner la population des véritables causes‚ la diminution du trafic portuaire‚ le rationnement du fioul‚ les approvisionnements à la source ou encore les prélèvements effectués par l’occupant27. Toutefois‚ ces questions d’approvisionnement n’en demeurent pas moins liées à la mise en lumière de l’existence de trafics. Ces délits semblent tourner à la galéjade lorsque René Pernoud relate en avril 1941 pour Le Matin le vol dans les entrepôts des services du ravitaillement de sacs de légumes secs qui s’avèrent finalement charançonnés28. Mais l’idée que des faussaires dénoncés puissent appartenir à l’administration d’État suggère qu’une importante corruption sévit au sein même de la municipalité. Rappelant que Marseille est aussi réputée pour l’importance qu’y revêt la fraude électorale29‚ le Pariser Zeitung approuve en particulier le travail entrepris par le préfet Pierre Barraud pour mettre de l’ordre dans les fichiers recensant les habitants en créant une carte communale d’identité30. Ces trafics sont donc associés à la supposée corruption des autorités républicaines qui a été instrumentalisée par l’extrême droite dans les années 1930. L’arrestation de trafiquants de cartes de ravitaillement31 et de faux-billets32‚ puis de falsificateurs de passeports espagnols et américains33 sert enfin d’outil de dissuasion au même titre que les affichages préfectoraux. Cela accrédite‚ tout bien considéré‚ la thèse que l’occupant‚ comme le régime de Vichy‚ se félicite de l’important remaniement opéré par le nouveau préfet de police proche de l’Action française‚ Maurice Rodellec du Porzic (1894- 1947)‚ comme du travail entrepris depuis la création‚ au mois d’octobre 1940‚ d’une police parallèle‚ le GP (Groupe de Protection)‚ qui sera remplacée à l’été 1941 par les GMO (Groupes mobiles de Maintien de l’Ordre34).

  • 35 « Les juifs achètent toute l’essence allouée aux pêcheurs. Ceux-ci‚ pas bêtes et assez nonchalants‚ (...)
  • 36 « Six nervis marseillais razziaient les entrepôts de ravitaillement général boulevard Michelet »‚ L (...)
  • 37 « Marseille – Sieben Ausländer verhaftet/Marseille – Sept étrangers arrêtés »‚ Pariser Zeitung, 24 (...)
  • 38 Le Matin, 15 avril 1941‚ p. 3.
  • 39 Émile Temime‚ dir.‚ Migranceop. cit.‚ p. 25 et p. 43-82.
  • 40 Marcel Roncayolo‚ Les Grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseil (...)
  • 41 Joseph Méry‚ Marseille et les Marseillais‚ Paris‚ Calmann Lévy‚ 1884‚ p. 64.
  • 42 Cécile Regnard a montré le lien entre urbanisation‚ industrialisation et criminalité à Marseille. L (...)
  • 43 Ibid.op. cit.‚ p. 37.
  • 44 Albert Londres‚ Marseille porte du Sud. Le regard passionné d’un grand reporter‚ Marseille‚ Jeanne (...)

10À quelles catégories de la population marseillaise ces affaires sont-elles associées ? Les journalistes des périodiques consultés mentionnent les pêcheurs35‚ mais aussi les ouvriers du port et les nervis du milieu marseillais36 qui‚ souvent d’origine étrangère37‚ apparaissent dans les articles étudiés comme soudés par un solide esprit d’équipe38. Il est vrai que les réfugiés économiques italiens ou corses‚ les réfugiés politiques arméniens puis espagnols‚ provoquent une accélération de l’immigration suffisamment significative pour que soit atteint dès 1934 un taux de présence étrangère avoisinant 22 % de la population totale39. Cette tendance s’est trouvée renforcée par une activité commerciale recentrée sur les colonies et une industrie qui a recours à une main-d’œuvre largement sous payée depuis la fin du xixe siècle40. Loin donc de l’image cosmopolite d’une ville où l’on « respire l’air de tous les pays41 »‚ ces dizaines de milliers de réfugiés qui ne font parfois que transiter par le port de Marseille‚ associés à une importante population défavorisée et par définition très mouvante‚ provoquent dès l’entre-deux-guerres l’inquiétude de la population et des autorités locales. Ces journaux réactivent ainsi l’image d’une ville populaire où action criminelle et terrorisme seraient liés à d’importantes communautés immigrées42. Le journaliste R. Vogel évite en revanche toute référence à la figure du criminel italien qui hantait pourtant l’imaginaire collectif depuis la fin du xixe siècle‚ en raison peut-être de la généralisation de ces phénomènes de violence à la population française dès la première moitié du xxe siècle‚ mais plus vraisemblablement pour des motifs politiques. En titrant « Comment fut arrêté à Marseille Rocca-Serra‚ l’un des gangsters de la rue de la Victoire »‚ le Pariser Zeitung associe plutôt gangstérisme et proxénétisme à la minorité corse‚ alors que le déracinement éloignait précisément ces populations de la pratique de la vendetta43. Le parallèle avec Chicago‚ qui avait conduit Albert Londres à consacrer un chapitre de Marseille porte du Sud44 à l’existence d’un « maquis » marseillais‚ est dans tous les cas réactivé.

  • 45 « Disparues‚ troquées‚ les “petites allies” comme les imposantes matrones ayant fenêtre sur rue. Qu (...)

11L’Œuvre tempère toutefois lorsqu’elle estime que Marseille reste fidèle à sa réputation de ville de la combine et des faits-divers dont les lieux de prédilection seraient devenus‚ depuis la fermeture des maisons closes‚ une attraction pour touristes en mal d’émotions fortes45.

  • 46 L’Œuvre‚ 2 octobre 1940‚ p. 3.

On y va quand même dans ce quartier – c’est même devenu un snobisme de rigueur chez les anciens spectateurs de Saint-Germain-des-Prés – pour aller manger une pizza ou des raviolis au « Coupe Gorge »‚ un ravissant petit bouge où l’on descend trois marches après avoir fait la queue une demi-heure car l’établissement peut bien contenir vingt convives serrés comme des harengs. Là‚ de temps en temps‚ vers le soir‚ quelques protecteurs de dame réduits au chômage organisent une petite mise en scène. Détonation – … poursuite dans la rue… Coup de sifflet… Imprécations et râles d’égorgé… Dans le silence angoissé de la salle un des chevaliers servants sans demoiselle déclare alors paisiblement‚ d’une voix sépulcrale : « – C’est le grand Titi qui vient de descendre Jojo le Corse ». Juste de quoi faire frissonner les épaules des belles dîneuses qui réclament avec un appétit renouvelé une nouvelle côtelette à la tomate‚ en dépit des restrictions. Car‚ à Marseille‚ les traditions ne sont pas toutes perdues. Celle de la resquille défie tous les décrets‚ lois et règlements. On ne sert plus de pastis dans les bistrots ? Non‚ certes. On le boit dans l’arrière-boutique. C’est tout. Il s’agit d’interpréter les textes46.

L’Œuvre, 2 octobre 1940. Source : BNF.

  • 47 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.

12Ce faisant‚ la presse consultée déplace ce problème du champ politique‚ celui de la sécurité publique‚ vers le champ moral. Les criminels de la ville seraient‚ selon Signal‚ certes de deuxième classe‚ mais « ils entrain[eraient] avec eux des malfaiteurs et des faussaires‚ des souteneurs et des pervers‚ créant ainsi un problème social47 ».

  • 48 Émile Temime‚ dir.‚ Migranceop. cit.‚ p. 69.
  • 49 L’Œuvre relate le 16 septembre 1940 un mystérieux coup de feu sur la Canebière de nature à rappeler (...)
  • 50 Lors des élections municipales de 1935‚ Henry Ponsard‚ conseiller général du 2e secteur‚ fera campa (...)
  • 51 Denis Peschanski‚ La France des camps. L’internement 1938-1946‚ Paris‚ Gallimard‚ 2002‚ p. 219.
  • 52 André Le Fournier‚ L’Œuvre‚ 2 octobre 1940‚ p. 1.

13Ces articles permettent enfin de redonner vie au mythe du point de rencontre des agitateurs venus de l’étranger48. Les années 1930 connaissent une recrudescence des poussées de xénophobie qui‚ stimulées par quelques événements dramatiques49‚ se traduisent dans les programmes de certains hommes politiques marseillais50. Ces peurs n’auront donc qu’à être réactivées suite à l’arrivée de populations fuyant l’armée allemande : réfugiés de l’exode‚ mais surtout beaucoup d’opposants politiques et de juifs originaires d’Allemagne ou d’Europe centrale (Autrichiens‚ Tchèques‚ Hongrois ou Polonais). Depuis la défaite‚ la cité phocéenne est de fait une ville de repli car Marseille est le seul grand port en zone non-occupée permettant de rejoindre l’étranger ou les colonies. Bien que l’émigration ait la faveur du régime51‚ le gouvernement de Vichy n’accepte pas pour autant de laisser partir tous les étrangers. Ces derniers doivent cumuler un sauf-conduit et un visa d’entrée avant d’espérer obtenir un hypothétique visa de sortie du territoire. Ces nombreuses démarches‚ associées à leur précarité‚ les conduisent ainsi à utiliser les nombreux cafés de la ville comme autant de lieux de rencontre et d’attente. Ainsi‚ selon Alain Le Fournier dans L’Œuvre, « Montparnasse occupe la Canebière et a tué “l’assent52” ».

L’Œuvre, 2 octobre 1940. Source : BNF.

  • 53 Ibid.‚ p. 1 et 3.
  • 54 Jean Michel Guiraud‚ La Vie intellectuelle et artistique à Marseille à l’époque de Vichy et sous l’ (...)
  • 55 Ce journaliste reprenait ici le rapport rédigé‚ à la même date‚ par le chef du service marseillais (...)

14Le milieu parisien du music-hall et du cinéma comme celui des demi-mondaines venues de Paris « tourneboul[er] la vertu des Marseillais53 » sont pris pour cible. Il est vrai qu’une grande partie du monde du cinéma attend sur la côte d’Azur une éventuelle reprise des activités‚ tandis que la société parisienne Véka (direction André Verdet-Kléber) vient de se replier à Marseille où les studios Marcel Pagnol n’ont pas fermé54. S’il s’agit à l’évidence pour L’Œuvre d’éléments exogènes mettant en péril la culture provençale comme l’honnêteté de la population locale‚ le caractère antisémite de l’article‚ corroboré par les caricatures‚ ne fait aucun doute55.

  • 56 Titre de l’édition du 6 février 1941‚ Le Matin, 6 février 1941‚ p. 1.
  • 57 Jean-Michel Guiraud‚ La Vie intellectuelle et artistique à Marseilleop. cit.‚ p. 160.
  • 58 Pierre Laborie‚ L’Opinion française sous Vichyop. cit.‚ p. 141-150 ; Robert Mencherini‚ Les Année (...)
  • 59 Le Matin, 16 avril 1941‚ p. 1 ; Pariser Zeitung‚ 22 avril 1941‚ p. 6.
  • 60 Pierre Laborie‚ op. cit.‚ p. 279 sq.
  • 61 Renée Dray-Bensousan‚ Les Juifs à Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale : août 1939-août 194 (...)
  • 62 Le Matin, 14 octobre 1940‚ p. 1.
  • 63 Barbara Vormeier‚ « La situation des réfugiés en provenance d’Allemagne. Septembre 1939-juillet 194 (...)
  • 64 Le Matin, 1er décembre 1940‚ p. 3.
  • 65 Denis Peschanski‚ La France des camps : l’internement 1938-1946‚ Paris‚ Gallimard‚ 2002‚ p. 72 sq.

15Avant même la promulgation des mesures antijuives du 3 octobre 1940‚ qui précèdent elles-mêmes les demandes de l’occupant‚ l’écrivain André du Bief (1897-1989)‚ envoyé spécial du Matin à Marseille‚ le journaliste René Pernoud pour le même journal‚ Alain Le Fournier pour L’Œuvre signent une longue série d’articles dans lesquels Marseille fait figure de « Jérusalem de la Méditerranée » en « proie [aux] Israelites que l’exode a chassés56 ». Cette flambée d’antisémitisme est suscitée par la présence dans la ville d’une partie de la presse d’extrême droite qui s’y est repliée : l’équipe du journal de Jacques Doriot L’émancipation nationale, celle du Franciste de Marcel Bucard ou encore celle du journal Gringoire d’Horace de Carbuccia57. Mais il convient aussi de prendre en compte les continuités de cet antisémitisme‚ qui pesait déjà sur les modes de pensée de la fin des années 1930‚ à Marseille en particulier58. Le stéréotype de l’accaparement de la richesse publique par les juifs59 est d’autant plus efficace qu’il est ici doublé de celui d’une présence accrue débouchant sur le sentiment de subir une invasion insidieuse menaçant le corps social60. Cette image est lourde de peurs ancestrales à Marseille où la maladie‚ telle que l’épidémie de peste de 1720‚ viennent de l’extérieur. Le second aspect‚ réside dans les solutions esquissées par la presse. Tout d’abord‚ lorsque le mythe du grand port à la population bigarrée est utilisé pour soutenir la politique d’exclusion mise en place par Vichy dans le secteur productif61 ; ensuite‚ quand Le Matin rappelle la devise maurassienne « la France aux Français » et la peine qui est encourue par ceux qui tentent de s’enfuir sans visas62. Les ressortissants du « grand Reich »‚ juifs ou non-juifs‚ qui ont été internés en septembre 1939 parce qu’ils étaient ennemis‚ libérés pourtant en avril 1940‚ sont à nouveau menacés en application de l’article 19 de la convention d’armistice. Parmi eux‚ des intellectuels antinazis‚ juifs ou non‚ sont particulièrement exposés63. Le camp des Milles près d’Aix-en-Provence est présenté dans la presse comme un lieu de transit64‚ alors qu’il est devenu un camp d’internement après promulgation du décret du 4 octobre 1940 qui donne pouvoir au préfet d’assigner les juifs étrangers à résidence ou de les emprisonner dans des camps spéciaux65.

  • 66 Pariser Zeitung‚ 24 Juillet 1941‚ p. 8.
  • 67 Pierre Laborie‚ op. cit.‚ p. 64‚ 132-150.

16La grande ville n’apparaît plus comme un creuset‚ mais comme une terre de contrastes‚ entre le faste des cathédrales à l’architecture d’inspiration byzantine (halborientalisch) et les ruelles dégradées (verkommen) des quartiers populaires66‚ entre le courage et l’honnêteté du petit peuple vivant de la mer ou de l’artisanat et une poignée de malfrats s’adonnant à des trafics en tout genre‚ entre juifs et non juifs. La représentation de Marseille s’ordonne ainsi selon des lignes de clivage‚ procède sous forme d’antagonismes‚ proposant une simplification évidente du réel. Ces oppositions doivent conduire à une adhésion à l’idéologie vichyste‚ une symbolique communautaire reposant sur l’exclusion mais devant générer à terme une paix sociale. Il s’agit là du principal mobile du mythe maréchaliste67.

De la « Révolution nationale » au « nouvel ordre européen »

  • 68 Robert Mencherini‚ « Étude départementale. La propagande dans les Bouches-du-Rhône »‚ op. cit.‚ p.  (...)
  • 69 Cette agence travaille également pour le Pariser Zeitung. Françoise Denoyelle‚ Photographie d’actua (...)

17Le maréchal Pétain oppose à cette représentation l’image rassurante du provincialisme en même temps qu’il apparaît comme le fer de lance d’un renouveau national. Élément d’une propagande spectacle68‚ cette mythologie s’inscrit dans le cadre de la mise en place d’un culte du père de la nation qui s’incarne à partir de l’automne 1940 dans plusieurs voyages entrepris en province. La visite du maréchal Pétain à Marseille‚ les 3 et 4 décembre 1940‚ fait la une des quotidiens régionaux comme de la presse parisienne consultée. Ce voyage est annoncé et relaté de manière uniforme‚ savamment mis en exergue et agrémenté de grands photomontages de l’agence SAFARA (Service des Agences Françaises d’Actualités et de Reportages Associés69). Le ton des articles publiés à cette occasion dans la presse française‚ l’appel au chef salvateur et au restaurateur de la France des régions‚ contrastent toutefois avec l’absence de tels éléments dans la presse allemande parue en France et dont la tonalité sera critique à partir de 1941.

Le Matin, 3 décembre 1940. Source : BNF.

  • 70 Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 186 sq.
  • 71 L’Œuvre‚ 4 décembre 1940‚ p. 3 ; Le Matin‚ 3 décembre 1940‚ p. 1.

18Le déplacement tient à la fois du défilé militaire – prestation de serment des légionnaires‚ passage en revue de bataillons et parade quai des Belges – ‚ du culte mémoriel – dépôt de gerbes devant les monuments des Mobiles place des Réformés et de l’armée d’Orient sur la Corniche – ‚ de la visite de travail – visite du port de commerce et des grands chantiers en cours (Mourepiane) – et de la stratégie de conciliation avec l’Église et l’armée. Une messe est dite en la cathédrale par l’évêque de Marseille‚ Jean Delay‚ qui apporte au Maréchal un soutien sans faille70. Le chef départemental de la Légion française des combattants‚ Jean Bouyala‚ prête serment au Maréchal depuis le balcon de la préfecture en présence du secrétaire général Xavier Vallat71. Le déplacement du Maréchal Pétain relève donc de toute évidence de la stratégie qui vise à s’assurer de courroies de transmission en région‚ au sein de l’armée comme de l’Église‚ afin d’accompagner le pouvoir dans la gestion de la défaite.

  • 72 « Dès la fin de l’après-midi‚ un grand nombre de commerçants ont déjà placé sur les vitrines des pl (...)
  • 73 Actualités du gouvernement de Vichy (25/12/1940 – 08 min 53 s) consultables sur le site de l’Instit (...)
  • 74 J’emprunte cette formule à Pierre Laborie‚ Les Français des années troubles‚ Paris‚ Seuil‚ 2003‚ p. (...)
  • 75 Seule une petite minorité de la population s’était engagée dans cette voie. À Marseille‚ le futur c (...)

19L’Œuvre attend un enthousiasme bien supérieur à celui manifesté à Montauban ou à Lyon72 et‚ quelques jours plus tard‚ la presse consultée souligne de manière unanime la ferveur des Marseillais corroborée par les photos d’archives et les reportages73. Ces témoignages et ces images visés par la censure exploitent le succès de cette visite‚ l’enthousiasme mais montrent aussi l’émotivité d’une population en quête de repères. Cet engouement n’en demeure pas moins ambigu‚ notamment parce que ni les mesures prises contre les juifs et les francs-maçons‚ ni l’entrevue de Pétain et Hitler le 24 octobre 1940‚ diffusée pourtant par voie de presse‚ ne parviennent à en réduire la force. Il pourrait être‚ tout bien considéré‚ l’expression d’une culture du double74‚ une forme de réponse à des alternatives jugées insurmontables. La grande majorité des Français peut applaudir le maréchal Pétain‚ lorsqu’il fait appel au mythe du père protecteur‚ tout en rejetant la collaboration75.

  • 76 La Semaine‚ 4 février 1943‚ p. 1. Cité d’après Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.
  • 77 « J’en conviens‚ les désœuvrés et les blasés trouvaient élégant de se servir de l’argot que Pagnol (...)
  • 78 Robert Mencherini‚ Les Années de crise, 1930-1940op. cit.‚ p. 20 ; Daniel Winkler‚ Transit Marsei (...)
  • 79 André Zucca a été réquisitionné en 1941 pour travailler pour le journal Signal.
  • 80 Signal‚ no 18‚ 1941‚ p. 27-34.

20Mais cette ferveur doit aussi beaucoup au mouvement passéiste qui‚ bien ancré à Marseille dans l’entre-deux-guerres‚ apparaît comme le pendant de la grande mutation économique qu’elle connut dans la seconde partie du xixe siècle. Les idées défendues par Frédéric Mistral et les membres du Félibrige sont reprises dans le cadre de la « Révolution nationale » qui voit dans le renouveau du régionalisme une condition du redressement intellectuel et moral de la France. La presse parisienne se réfère à l’œuvre de Marcel Pagnol et à ses adaptations cinématographiques Marius (Alexandre Korda‚ 1931)‚ Fanny (Marc Allégret‚ 1932) et César (Marcel Pagnol‚ 1936) qui font naître de la sympathie pour la population du Vieux-Port marseillais qui tourne le dos au port industriel. Un journaliste de La Semaine rend Pagnol‚ Raimu et Panisse responsables de la mauvaise réputation dont jouit Marseille76‚ tandis que le journaliste de Signal rappelle les correspondances existant entre le mythe et la réalité politique et sociale‚ le mythe se nourrissant du réel qu’il influence à son tour77. L’œuvre de Pagnol est donc bien interprétée comme favorisant le développement de mœurs décriées contrastant avec les vertus de l’arrière-pays78. Dans la presse allemande aussi figurent ces éléments d’un folklore provençal et camarguais. Signal publie sous le titre de « Dimanche à Marseille » un cliché d’André Zucca79 représentant des joueurs de fifres‚ accompagné d’un article qui décrit le costume traditionnel des Arlésiennes et les traditions taurines (jeu du foulard et course camarguaise) qu’il prête aux Marseillais80.

Signal, 2e numéro de septembre 1941, p. 27. Source : BNF.

21Dans les deux cas‚ le régionalisme‚ et le thème de la fête en particulier‚ doivent conduire la société à rechercher son identité socioculturelle dans l’espace réduit du terroir pour générer un sentiment d’appartenance à la communauté et la détourner des problèmes immédiats générés par la défaite et l’occupation.

  • 81 Alain Feig‚ « Nouvelles images d’un vieux monde. Marseille d’avant-guerre et la Nouvelle Vision all (...)
  • 82 Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8.
  • 83 « Dimanche à Marseille »‚ Signal, n° 18‚ 1941‚ p. 27.

22Le ton change toutefois assez nettement après le retour de Laval en avril 1942. La ligne de clivage se situerait donc moins entre la presse française et allemande‚ qu’entre un avant et un après Laval. Le besoin de redressement passe dès lors par une modification du discours de rénovation qui permet de déceler une évolution de l’idéologie à l’avantage des partisans d’un ordre nouveau européen. Ces projets avaient été annoncés par des journalistes allemands dépêchés à Marseille dès 1941. Indéniablement opposés au régionalisme empêchant la zone non-occupée d’entrer dans la voie de la collaboration‚ ils semblent étonnamment influencés par une esthétique industrielle et urbaine diffusée par la nouvelle photographie allemande des années 1926 à 193181. Contrairement à Pagnol‚ chez qui la modernité technique n’occupe que très peu de place‚ R. Vogel dépeint l’ambiance portuaire d’une grande ville industrielle et portuaire écrasée par la chaleur du soleil méditerranéen82 et le journaliste du magazine Signal est lui aussi saisi par l’effervescence qui règne dans la ville comme sur le port83.

  • 84 « Il est un témoin de l’esprit créateur de l’homme‚ un monument du xixe siècle. Quiconque aujourd’h (...)
  • 85 Signal, n° 7‚ 1943‚ p. 35.
  • 86 Germaine Krull et André Suarès‚ Marseille‚ Paris‚ Plon‚ 1935‚ 48 p. ; il pourrait avoir également c (...)

23Dans Signal‚ W. Kiaulehn rédige même un ardent plaidoyer en faveur du pont transbordeur qu’il est question d’abattre‚ rappelant‚ outre la technicité de la réalisation84‚ sa célébrité à l’écran‚ où « le réseau de ses câbles et sa silhouette étroite formaient le paysage de fond de maint film d’aventure85 ». Il doit avoir connaissance de l’œuvre du photographe hongrois László Moholy-Nagy‚ qui avait rejoint le Bauhaus en 1923‚ tout comme des photographies de Germaine Krull qui illustrent l’ouvrage d’André Suarès‚ Marseille86. En effet‚ il observe et photographie à leur manière le contraste que forme le pont avec le quartier du Vieux-Port‚ jouant sur l’ombre et la lumière et utilisant le réseau des câbles qui produit l’effet d’une image abstraite. Il manque toutefois à ses

24clichés la dimension humaniste de l’œuvre de L. Moholy-Nagy ou de G. Krull. Ce sont la rationalité de la construction moderne et son caractère mémoriel qui l’emportent‚ l’homme a ici cédé la place au champ de ruines du quartier du Vieux-Port qui vient d’être détruit.

Signal 1943, n° 7, p. 37. Source : BNF.

  • 87 Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8. Le Matin‚ 21 novembre 1941‚ p. 1 ; Le Matin‚ 14 janvier 194 (...)
  • 88 Robert Mencherini‚ Les Années de crise, 1930-1940op. cit.‚ p. 25-32.

25L’évocation de ces éléments ne permettrait-elle pas de faire le lien entre les grands travaux d’hier et ceux de demain ? La presse allemande et la presse parisienne accordent bien à partir de 1941 une large place aux travaux entrepris dans le port de Marseille afin que celui-ci redevienne un important port d’entrepôt et de transit entre l’Europe du Nord et la Méditerranée87. Il s’agit notamment de gagner une place de choix parmi les ports industriels spécialisés dans le raffinage des hydrocarbures autour de l’étang de Berre. Ici s’observe l’émergence d’une économie nouvelle‚ avec la création d’entreprises pétrolières dépendant de nouveaux groupes d’intérêt dont l’installation a toutefois commencé dès le début des années 193088. C’est donc dès avant la guerre que ces importations conféraient à Marseille une fonction de relais au niveau national voire au niveau européen. Le second projet développé concerne l’aménagement de l’aéroport de Marignane sur la base de l’aérodrome qui existe depuis les années 1920. Alors que la majorité des Marseillais sont absorbés par les contingences matérielles‚ les enjeux politiques et commerciaux contenus dans ces projets flattent le patriotisme local. La population marseillaise‚ en très large partie attentiste‚ se trouve ainsi promise à une mission européenne et donc conduite dans la voie de la collaboration.

La destruction du quartier du Vieux-Port Le renouvellement du mythe par l’occupant

  • 89 Pariser Zeitung‚ 16 octobre 1941‚ p. 4.
  • 90 L’Œuvre‚ 5 mars 1941‚ p. 3 ; Le Matin, 16 juin 1942‚ p. 2 ; Pariser Zeitung‚ 16 octobre 1941‚ p. 4.
  • 91 « Marseille sera demain… une ville moderne‚ Marseille‚ Presses municipales‚ 15 mai 1942 » (Signal, (...)

26Pour finir‚ le Pariser Zeitung fait état dès le mois d’octobre 1941 d’un embellissement de la ville après que le gouvernement de Vichy aura accordé à la ville de Marseille un milliard de francs de crédit89. On attend notamment de la construction d’une autoroute qu’elle réalise une sorte de « curetage dans les quartiers insalubres » du nord de la ville‚ « d’autres curetages d’îlots malsains » étant par ailleurs à l’étude‚ de même que la création d’une zone résidentielle au cœur de la cité avec pour finir l’aménagement du Vieux-Port90. Seul l’illustré Signal‚ se référant à la revue municipale Marseille‚ va jusqu’à mettre ces projets d’aménagement en lien avec la destruction de ce quartier en janvier 194391.

  • 92 L’édition du Matin et de L’Œuvre du 26 janvier 1943 reproduisent ainsi en première page le communiq (...)
  • 93 Robert Mencherini et Christian Oppetit‚ « Marseille‚ janvier-février 1943. Le temps des rafles : la (...)
  • 94 Renée Dray-Bensousan‚ Les Juifs à Marseilleop. cit.‚ p. 25.
  • 95 L’Œuvre, 26 janvier 1943‚ p. 1 ; Pariser Zeitung‚ 27 janvier 1943‚ p. 2.
  • 96 Ce sont les chiffres établis par le préfet régional le 30 janvier 1942. Robert Mencherini et Christ (...)
  • 97 Serge Klarsfeld‚ « La grande rafle de Marseille et la déportation des juifs des quartiers du centre (...)
  • 98 Le Matin, 26 janvier 1943‚ p. 1.
  • 99 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 34 ; « on entreprit donc à Marseille la plus grande rafle du monde‚ l’épurat (...)

27La démolition de ce secteur est la première information d’importance concernant Marseille depuis que la ville est occupée‚ c’est-à-dire depuis le 12 novembre 1942. Les journaux étudiés relatent tous l’évacuation de ces quartiers de manière semblable‚ c’est-à-dire en publiant les communiqués officiels diffusés par la préfecture à compter du 26 janvier‚ soit quatre jours après le début des interventions92. Christian Oppetit a replacé à juste titre cet événement dans le cadre plus large des contrôles et des rafles qui sont menés en parallèle93. Une grande rafle est organisée du 22 au 24 février 1943 dans le quartier nord du Vieux-Port‚ celui de la Canebière‚ de Belsunce‚ et surtout de l’Opéra‚ où vit une communauté juive essentiellement originaire du pourtour méditerranéen94. La presse d’occupation allemande‚ mais aussi L’Œuvre et Le Matin‚ publient le communiqué préfectoral laconique indiquant que la police a procédé à de nombreuses perquisitions‚ que 1000 bars ont été fermés et que plus de 6000 individus ont été arrêtés95‚ évoquant ainsi les 40000 contrôles d’identité et l’arrestation effective de 5956 personnes. 1642 d’entre elles‚ dont 782 juives‚ sont retenues aux Baumettes‚ puis déportées depuis la gare d’Arenc vers Compiègne‚ d’où elles partent en déportation pour Sobibor96. Les quelques lignes du communiqué sont donc‚ dans les quotidiens étudiés‚ la seule trace officielle de la plus grande rafle organisée en France après celle du Vel’d’Hiv (16-17 juillet 194297). Le déplacement de la population du quartier nord du Vieux-Port dans le camp de Fréjus n’a en revanche pas été caché98‚ mais seul Signal recourt au terme de « rafle99 ».

  • 100 Anne Sportiello‚ « La destruction des vieux quartiers »‚ dans Philippe Joutard‚ dir.‚ Histoire de M (...)
  • 101 André Négis‚ Marseille sous l’Occupation. Histoire, documents, anecdotes‚ Paris‚ éditions du Capric (...)
  • 102 25.12.1942. 335e division d’infanterie au groupe d’armée Felber‚ dans Ahlrich Meyer‚ dir.‚ Marseill (...)
  • 103 Ahlrich Meyer‚ dir.‚ Marseille 1942-1944. Le regard de l’occupant Der Blick des Besatzersop. cit.(...)
  • 104 Lucien Gaillard‚ Marseille sous l’Occupation‚ Rennes‚ Ouest-France‚ 1982‚ p. 30 ; Signal‚ n° 7‚ 194 (...)
  • 105 Raoul Girardet‚ Mythes et Mythologies politiquesop. cit.‚ p. 42.

28Peu de temps après‚ du 1er au 19 février 1943‚ la destruction du quartier est organisée par les soldats du génie allemand. Ne sont épargnés que l’hôtel de Cabre‚ la maison diamantée et l’hôtel de ville. Au total 14 hectares sont réduits à l’état de décombres‚ 1924 immeubles ont été démolis100. Comment expliquer cette action ? La thèse du projet de construction de fortifications suite au débarquement en Afrique du Nord a été avancée‚ sur la base d’informations contenues dans la presse101 comme de télégrammes émanant du général chargé de l’exécution de l’état d’urgence‚ Felber102. Néanmoins aucun ouvrage de défense n’a été construit sur ce périmètre. À ces considérations stratégiques pourraient s’ajouter la volonté d’engager des représailles contre une série d’attentats perpétrés en décembre 1942 et janvier 1943103 et de venir ainsi à bout d’un supposé repère d’opposants qui auraient pu communiquer facilement entre eux dans ce labyrinthe de rues104. Cette hypothèse participe sans doute plutôt de la légendaire symbolique du complot dans laquelle les dédales de rues et les souterrains jouent toujours un rôle essentiel105. S’il est juste de replacer la destruction de ce quartier dans le cadre de la politique antisémite de Vichy‚ elle n’a sans doute pas non plus commandé cette action‚ car cette communauté était peu nombreuse dans ce quartier et pouvait être arrêtée sans cela.

  • 106 Marseille‚ n° 21‚ octobre 1942.
  • 107 « Car depuis longtemps des raisons d’hygiène et d’urbanisme commandaient que des dispositions fusse (...)
  • 108 Le Matin, 8 février 1943‚ p. 4.
  • 109 Signal, n° 7‚ 1943‚ p. 35 ; Jacques Delarue‚ Trafics et crimes sous l’Occupation‚ Paris‚ Fayard‚ 19 (...)
  • 110 Sonia Mazey et Vincent Wright‚ « Les préfets »‚ dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida‚ dir.‚ (...)

29Du côté français‚ des plans de rénovations déjà anciens‚ qui avaient donné lieu à l’édition d’un numéro spécial de la revue municipale Marseille à l’automne 1942106‚ auraient pu expliquer la participation des autorités à cette action107. Le Matin souligne l’empressement de la municipalité et rappelle l’existence du plan Amable-Chanot portant sur le terrain situé derrière la Bourse108 ; W. Kiaulehn se réfère au plan Eugène Beaudoin (1898-1983) exposé par la Ville sous le contrôle de François Lehideux‚ délégué à l’équipement national et secrétaire d’État à la production industrielle109 ; enfin‚ l’académicien Louis Gillet (1876- 1943) loue les possibilités offertes par la loi du 30 mai 1941 qui renforce les prérogatives des préfets110.

  • 111 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36.
  • 112 André Viguié a délégué M. Pierre Barraud‚ secrétaire général de la Préfecture‚ pour l’administratio (...)
  • 113 Pierre Guiral a attiré l’attention sur cette convergence‚ dans Raoul Busquet‚ Histoire de Marseille(...)
  • 114 Danièle Voldman‚ La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique‚ (...)
  • 115 Eugène Beaudoin‚ « Notes à propos d’un plan d’aménagement et de rénovation de la ville actuelle »‚ (...)
  • 116 Henri Ripert‚ « Quelques considérations sur les plans »‚ Marseille‚ n° 21‚ octobre 1942‚ p. 10.

30Les renseignements donnés coïncident en effet avec ceux transmis par W. Kiaulehn dans Signal111. Le projet aurait été préparé par les préfets André Viguié (1940)‚ Max Bonnafous (1941)‚ Jean Lacombe (1941-1942) puis René Chopin (1942-1943) assistés de Pierre Barraud‚ secrétaire général de la Préfecture délégué à l’administration de la ville112‚ et confié à des architectes acquis à la cause de la « Révolution nationale113 ». Le secrétaire général des services de la Direction de l’urbanisme‚ Henri Giraud‚ et son inspecteur général‚ Frédéric Surleau‚ ont effectivement participé à la réflexion des urbanistes français sur le renouveau de l’agencement urbain et des techniques de construction114. Ce projet va donc permettre de tester ces idées‚ tout comme le lien des architectes à l’État. Le plan Beaudoin prévoit en effet la « mise en ordre et la rénovation de la ville actuelle par l’assainissement d’îlots insalubres (le mauvais entretien de la ville entraînant un état sanitaire déplorable)‚ par la création d’espaces libres et d’un réseau de circulation cohérent‚ par la mise en valeur des sites et des monuments ou vestiges historiques qu’il convient de conserver115 ». H. Ripert précise dans le même numéro que ce plan permettrait « à l’air pur et à la lumière de pénétrer dans ces “agglomérats innommables”. [Qu’ils allaient] supprimer définitivement les hideux logis symboles de cette “condition prolétarienne” que [le] grand Maréchal veut faire disparaître116 ».

  • 117 « La Marseille de 1941 sera la pierre de touche de la nouvelle France ! Elle prouvera à partir de c (...)

31R. Vogel a vu dès 1941 dans ce quartier une « pierre de touche117 » qui permettrait de mesurer la volonté de renouveau des autorités françaises. Allusion directe au projet de la « Révolution nationale »‚ cet article prouve que la presse allemande était informée dès 1941 de ces projets.

  • 118 « Vichy stellte Millionen Franken nicht nur für die Sanierung sondern auch für die Erweiterung der (...)

Vichy a offert des millions de francs afin non seulement de rénover mais aussi d’agrandir les installations du port de Marseille. Il existe le plan général d’urbanisme d’un architecte très ambitieux qui veut faire table rase du Vieux-Port‚ créer une voirie praticable et offrir enfin à la ville et à ses enfants un minimum d’espaces verts‚ d’air et de logements salubres118.

  • 119 Le Reichsführer SS Himmler avait exigé du chef de la police et de la SS en France‚ Karl Oberg (1897 (...)
  • 120 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36.
  • 121 « Sur le quai des soldats allemands poussent de grands fûts‚ d’où s’échappe une fine poussière jaun (...)
  • 122 Le Matin, 26 janvier 1943‚ p. 1.
  • 123 « Le plan initial préconisait un traitement progressif de la seule zone insalubre des vieux quartie (...)

32Danièle Voldman conclut à une question qui serait restée uniquement française‚ alors que cet épisode semble plutôt l’expression de la logique de collaboration voulue par l’occupant. On assiste bien à un partage des tâches : les Français s’occupent des contrôles d’identité et des rafles tandis que les Allemands bouclent le quartier et le détruisent. Si l’initiative de la destruction a été prise par le gouvernement nazi119‚ les modalités pratiques ont été arrêtées en accord avec les autorités de Vichy120. Ce partage s’étend jusqu’à la transmission des informations puisque seule la presse allemande décrit l’action des soldats de la Wehrmacht121. Le communiqué préfectoral du 26 janvier 1943 indique que « cette opération [a été] probablement la plus importante à laquelle [il] ait été procédé par la police française de sûreté‚ en collaboration avec toutes les forces chargées du maintien de l’ordre122 ». L’action de René Bousquet apparaît comme une fuite en avant visant à maintenir formellement l’intervention autonome de la police française‚ mais conduisant dans les faits à faciliter les projets nazis. C’est avec une très grande insistance que la municipalité niera au mois d’août 1943 la coïncidence pourtant troublante entre le plan et la réalisation que seule la cadence et la méthode employée semblent au fond différencier123.

33S’il est vrai que le périmètre détruit en 1943 correspond presque exactement à celui envisagé dans les projets de 1941‚ il semblerait que ce soit‚ tout bien considéré‚ bien l’image de la ville elle-même qui soit en cause.

  • 124 Le Matin publie dès l’été 1940 des articles portant sur le projet de démolition du Marais à Paris t (...)

34Si le port industriel peut être le vecteur d’une collaboration économique‚ le Vieux-Port cristallise en revanche toutes les craintes liées à l’insalubrité‚ l’insécurité et la présence étrangère. La restitution de cette opération dans la presse fait ainsi volontairement l’amalgame entre habitat malsain‚ populations étrangères et juives et activités interlopes‚ en parfait accord avec les préoccupations raciales‚ morales et hygiénistes communes à l’occupant et aux autorités de Vichy124.

  • 125 Le Matin‚ 26 janvier 1943‚ p. 1 ; « La fermeture de certains nids de corruption semble avoir allégé (...)
  • 126 Le Matin, 8 février 1943‚ p. 4.
  • 127 « On pouvait lire dans les yeux de ces enfants âgées de 8 à 10 ans qu’elles savaient toutes les cho (...)
  • 128 « Les caniveaux charriaient depuis le haut de la colline des immondices à l’odeur nauséabonde qui v (...)
  • 129 L’académicien Louis Gillet‚ historien de l’art et contributeur régulier de la Revue des Deux Mondes(...)
  • 130 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36.
  • 131 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.

35Les organes de presse français et allemands font chorus lorsqu’ils informent de la volonté « d’épuration » de la préfecture qui veut « débarrasser la ville de Marseille de certains éléments dont l’activité faisait peser de graves risques sur l’ensemble de la population125 ». Visiblement mal à l’aise avec la résistance que cette opération suscite auprès de la population‚ les articles du Matin insistent sur le souci paternaliste de prendre des mesures d’hygiène afin de « garantir aux habitants de ce quartier‚ reconnu depuis longtemps comme inhabitable‚ un retour à la vie normale que commandait le souci de santé de leurs propres enfants126 » : santé physique‚ mais morale également127. Alors qu’il s’agit depuis 1940 d’épurer le corps social considéré comme perverti‚ les quartiers populaires de la ville peuvent faire figure d’exemple. Dès 1941‚ le Pariser Zeitung a sensibilisé ses lecteurs germanophones à ce quartier qui n’aurait d’égal‚ en termes de saleté‚ de vice et de puanteur‚ que la Barceloneta‚ le Vieux-Port de Barcelone128. La revue municipale Marseille n’est pas non plus avare d’arguments hygiénistes qu’elle diffuse‚ dans son numéro du mois d’octobre 1942‚ par l’entremise de l’académicien Louis Gillet129. Enfin‚ W. Kiaulehn‚ dépêché à Marseille par Signal‚ insiste lui aussi sur la misère et le délabrement de l’habitat et décrit avec cynisme l’efficacité de cette action‚ concluant que « la guerre accomplit ce qu’un tremblement de terre aurait dû faire130 ». « Cela n’a rien à voir avec la littérature »‚ précise-t-il‚ « il s’agit seulement d’hygiène. Dans l’avenir‚ lorsqu’on écrira l’histoire de Marseille‚ on soulignera ce fait remarquable qu’en faisant évacuer le vieux quartier patricien‚ déshonoré par le xxe siècle‚ l’organisateur avait utilisé les policiers français et allemands comme un groupe d’ingénieurs ou de médecins. Le romanesque dans leur travail ce fut la tranquillité et la précision. […] L’esprit fanfaron de marins devait se taire en face de la rigueur scientifique131. »

Pariser Zeitung, 4 mars 1941. Source : BNF.

  • 132 « Les 25000 habitants des vieux quartiers savent qu’une ville entière peut mourir de sa mauvaise ré (...)
  • 133 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.
  • 134 Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8.
  • 135 C’est ce que montre le fait qu’il prend place parmi les treize événements qui ont marqué l’histoire (...)
  • 136 Pierre Guiral‚ dans Raoul Busquet‚ Histoire de Marseilleop. cit.‚ p. 394.

36Cette destruction est‚ tout bien considéré‚ moins le résultat de l’image colportée entre les deux guerres132 que de son instrumentalisation. Les aspects sombres du mythe de Marseille ont indéniablement attiré l’attention des autorités nazies et vichystes‚ qui les ont placés au service de leurs idéologies. Cette opération est bien‚ en effet‚ le résultat des fondements idéologiques‚ dont une obsession d’épuration commune qui crée pour le gouvernement de Vichy et pour l’occupant les conditions du renouvellement du mythe de Marseille. Celui d’une ville purifiée‚ parce que repentie‚ a notamment été développé par les journalistes allemands W. Kiaulehn et R. Vogel. W. Kiaulehn contemplant le quartier démoli croit y reconnaître « la colline sur laquelle se trouvait l’acropole grecque » et développe quelques lignes plus loin sa rencontre avec une jeune fille timide qui lui apparaît une image pieuse à la main‚ telle une allégorie de la virginité133. De même‚ un article de R. Vogel se termine sur l’image d’un couple enlacé venant de se prêter serment dans la crypte de l’église Notre-Dame de la Garde134. Nous retrouvons ici tous les signes constitutifs du mythe du sauveur : le passage de l’ombre à la lumière‚ de la souillure au blanc immaculé‚ qui‚ combiné à la verticalité de la vigie‚ signifie au lecteur la rédemption de la ville. Après guerre‚ c’est enfin le mythe d’une ville martyre qui voit le jour par endroits135. Le quartier de la rive nord du Vieux-Port ou « vieux quartiers » s’élargissent alors au Vieux-Port tout entier‚ en raison de la place occupée par ces quartiers dans la mémoire collective. Marseille devient la victime d’une « exécution plus sauvage que la mise à sac de novembre 1423‚ et que n’excusaient point les fatalités d’une opération de guerre136 ».

37La majeure partie des éléments constitutifs du mythe de Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale est déjà présente dans l’entre-deux-guerres‚ voire dès la seconde moitié du xixe siècle. L’image d’une grande ville d’industrie et de négoce‚ mais également populaire et cosmopolite‚ sont autant d’éléments auxquels sont parfois associés‚ pour les vieux quartiers situés au nord du Vieux-Port‚ une violence réelle ou fantasmée. La force de renouvellement très réduite de cette constellation mythologique permet d’affirmer qu’elle ne conduit pas inévitablement aux mêmes conséquences selon le moment. Le point de départ de notre étude se situe sans conteste dans le traumatisme de la défaite et de l’occupation‚ qui vont laisser la trace d’une détérioration des repères liée à une accumulation des diverses logiques de la peur et du poids de l’irrationnel dans les représentations. On citera le confort des stéréotypes‚ mais aussi la tentation du repli sur soi. Ce sont ces éléments‚ parce que déjà anciens‚ qui ont créé parmi le lectorat marseillais et français les conditions de leur recevabilité. Ce message était audible en ce qu’il était déjà répandu avant guerre.

Éléments de conclusion

38Bien qu’il prenne l’apparence d’un discours polyphone et polymorphe‚ le recours à cet ensemble mythologique ne relève ni de l’imprévu‚ ni de l’arbitraire. Il a une fonction essentiellement tactique. Il permet de renouer avec la grandeur nationale perdue et la prospérité économique passée‚ de désigner des boucs émissaires qui portent la responsabilité au regard de l’opinion en même temps qu’ils détournent des véritables causes‚ de reprendre à son compte des projets d’envergure existants afin de susciter l’action et de conduire vers la collaboration. Ils révèlent donc tout autant une crise qu’ils sont les éléments constitutifs d’un discours qui se veut mobilisateur. Il existe donc bien une ambiguïté dans cette constellation qui porte la marque de l’évocation nostalgique du passé impérial de Marseille comme de la Provence rurale‚ en même temps qu’elle suscite un renouveau. Le mythe apparaît ici dans toute son ambivalence.

39Nous n’observons pas‚ enfin‚ de différence majeure entre presse parisienne et presse allemande dans les thèmes traités. Soulignons tout au plus la moindre place accordée au culte voué au maréchal Pétain et la moindre force de l’antisémitisme dans la presse allemande dont ce n’est pas ici la fonction première. Tout se passe comme si la presse parisienne et allemande présentaient des similitudes sur le fond et la forme et se rejoignaient finalement dans ce recours au mythe. Dans la presse parisienne‚ la constellation mythologique participe bien du renouveau national et du conservatisme moral voulu par Pétain. Mais l’occupation du Sud de la France‚ marque une césure. La transgression mythologique prend dès lors la forme d’une révolution rédemptrice qui s’avère destructrice. Elle entraîne un bouleversement matériel et la ville perd alors sa fonction de refuge‚ qui lui avait valu les attaques de la presse collaborationniste‚ et devient un laboratoire qui se matérialise dans l’épuration et la destruction du quartier nord du Vieux-Port.

Notes

1 Elle prend ses directives et reçoit son matériel du ministère de la Propagande de l’État national-socialiste. Les journaux Le Matin et L’Œuvre bénéficieront du soutien financier du gouvernement allemand‚ s’élevant pour le premier à deux millions‚ pour le second à 298000 francs. L’occupant pouvait ainsi allier la contrainte à l’incitation (Andreas Laska‚ Presse et propagande allemandes en France occupée. Des Moniteurs officiels (1870-1871) à la Gazette des Ardennes (1914-1918) et à la Pariser Zeitung (1940-1944)‚ Munich‚ Utz‚ 2003‚ p. 210‚ 224).

2 Son tirage atteint 263000 exemplaires en janvier 1943 (Pascal Ory, Les Collaborateurs 1940-1945, Paris, Seuil, 1976, p. 283). Voir également l’état sommaire des fonds d’archives de presse conservés aux Archives nationales (site de Paris), série AR, p. 3.

3 Son tirage tombe de 274000 exemplaires en 1939 à 131000 exemplaires en janvier 1943 (Pascal Ory‚ Les collaborateursop. cit.‚ p. 283). Voir également l’état sommaire des fonds d’archives de presse conservés aux Archives nationales‚ série AR‚ p. 9.

4 L’édition française atteindra un tirage de 925000 exemplaires en juillet 1943 (ibid., p. 246-248).

5 Kurt Koszyk‚ Deutsche Presse, t. iii : 1914-1945‚ Düsseldorf‚ Droste‚ 1972‚ p. 425-434.

6 Pierre Laborie‚ L’Opinion française sous Vichy. Les Français et la crise d’identité nationale 1936-1944, Paris‚ Seuil‚ 2001‚ p. 62 sq.

7 Alain Cabantous‚ « La ville et ses mythes »‚ dans Mythologies urbaines. Les villes entre histoire et imaginaire‚ Rennes‚ PUR‚ 2004‚ p. 9-14.

8 702330 selon le dénombrement du 1er janvier 1942. La population avait été artificiellement gonflée lors du recensement de 1936. Robert Mencherini‚ Midi rouge, ombres et lumières. Une histoire politique et sociale de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1950‚ t. II : Vichy en Provence‚ Paris‚ Syllepses‚ 2009‚ p. 69 sq.

9 La loi du 8 décembre 1941 rétablira un conseil municipal‚ mais la ville est toujours placée sous l’autorité directe du préfet. Henri Ripert est à la tête de la municipalité‚ Edmond Barbaro‚ président de la Société de défense du commerce et de l’industrie de Marseille‚ en est le vice-président. Pierre Barraud est nommé préfet délégué à l’administration de la ville de Marseille. Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 105 et 282 sq.

10 Le Matin, 25 novembre 1940, p. 1.

11 En titre de l’édition du 27 novembre (Le Matin, 27 novembre 1940‚ p. 1).

12 Le Matin‚ 15 septembre 1941‚ p. 3.

13 Le Matin‚ 21 novembre 1941‚ p. 1 ; le Pariser Zeitung publie les articles de Bernd Huffschmid qui signe beaucoup de pages économiques du journal. « Marseille – das Tor nach Afrika »‚ Pariser Zeitung‚ 25 septembre 1941‚ p. 6.

14 Émile Temime‚ Histoire de Marseille de la Révolution à nos jours‚ Paris‚ Perrin‚ 1999‚ p. 251 sq.

15 Émile Temime‚ dir.‚ Migrance. Histoire des migrations à Marseille‚ t. III : Marie-Françoise Attard-Maraninchi et Émile Temime‚ Le Cosmopolitisme de l’entre-deux-guerres (1919-1945)‚ Marseille‚ Édisud‚ 1990‚ p. 17.

16 Le Matin‚ 15 septembre 1941‚ p. 3 ; Pariser Zeitung‚ 11 septembre 1941‚ p. 8.

17 Les journaux Le Soleil (de Marseille)‚ Le Petit Var, La République du Sud-Est et Le Petit Provençal disposent d’une rubrique coloniale (Charles-François Ageron‚ « Vichy‚ les Français et l’Empire »‚ dans Jean-Pierre Azema et François Bédarida‚ Vichy et les Français‚ Paris‚ Fayard‚ 1992‚ p. 126-129). « N’oublions pas le rôle de porte de l’Empire de notre grand port français »‚ dans Le Matin, 8 septembre 1942‚ p. 1.

18 « Marseille foire de l’Empire. Magnifique effort digne du rôle qui attend notre grand port dans l’Europe de demain » (Le Matin‚ 15 septembre 1941‚ p. 1).

19 Dirigée par le Luxembourgeois Antoine Koch‚ l’agence FULGUR‚ agent zélé de la collaboration‚ fournit une grande part de la photographie de propagande en zone occupée et travaille notamment pour Le Matin et le Pariser Zeitung. Françoise Denoyelle‚ Photographie d’actualité et de propagande sous le régime de Vichy‚ Paris‚ CNRS éditions‚ 2003‚ p. 201.

20 Andreas Laska‚ Presse et propagande allemandes en France occupéeop. cit.‚ p. 296 sq.

21 Le Matin‚ 15 septembre 1941‚ p. 1.

22 Pariser Zeitung, 24 juillet 1941‚ p. 8.

23 Raoul Girardet‚ Mythes et mythologies politiques‚ Paris‚ Seuil‚ 1986‚ p. 97.

24 Robert Mencherini‚ Midi rouge, ombres et lumières. 1. Les années de crise, 1930-1940. Une histoire politique et sociale de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1950‚ Paris‚ Syllepse‚ 2004‚ p. 32-38.

25 Pierre Dufour‚ envoyé spécial‚ Le Matin, 25 janvier 1945‚ p. 1.

26 « La bouillabaisse est morte… et la population manque de viande… »‚ Le Matin, 3 mars 1943‚ p. 1 ; « Quand le fils de Marius espère la sardine… d’Arcachon »‚ Le Matin, 25 janvier 1945‚ p. 1.

27 Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 478-481 et p. 500-502.

28 Le Matin, 2 avril 1940‚ p. 1 et 4.

29 Pariser Zeitung, 16 octobre 1941‚ p. 4.

30 Pariser Zeitung‚ 1er novembre 1941‚ p. 4.

31 Pariser Zeitung‚ 26 avril 1941‚ p. 4 ; Pariser Zeitung‚ 17 août 1941‚ p. 4.

32 Le Matin, 8 octobre 1940‚ p. 1.

33 Le Matin, 7 octobre 1940‚ p. 1.

34 Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 131 sq.‚ 279.

35 « Les juifs achètent toute l’essence allouée aux pêcheurs. Ceux-ci‚ pas bêtes et assez nonchalants‚ par surcroît‚ leur vendent la gazoline au poids de l’or et s’en retournent à leur belote »‚ Le Matin, 16 avril 1941‚ p. 1 ; Pariser Zeitung‚ 4 mai 1941‚ p. 9.

36 « Six nervis marseillais razziaient les entrepôts de ravitaillement général boulevard Michelet »‚ Le Matin, 28 janvier 1941‚ p. 2 sq.

37 « Marseille – Sieben Ausländer verhaftet/Marseille – Sept étrangers arrêtés »‚ Pariser Zeitung, 24 avril 1941‚ p. 4.

38 Le Matin, 15 avril 1941‚ p. 3.

39 Émile Temime‚ dir.‚ Migranceop. cit.‚ p. 25 et p. 43-82.

40 Marcel Roncayolo‚ Les Grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille‚ Paris‚ Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales‚ 1996‚ p. 153.

41 Joseph Méry‚ Marseille et les Marseillais‚ Paris‚ Calmann Lévy‚ 1884‚ p. 64.

42 Cécile Regnard a montré le lien entre urbanisation‚ industrialisation et criminalité à Marseille. L’origine de cette criminalité relève davantage de causes socio-économiques que des origines géographiques ou culturelles des populations incriminées. Céline Regnard‚ Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914)‚ Rennes‚ PUR‚ 2009‚ p. 94.

43 Ibid.op. cit.‚ p. 37.

44 Albert Londres‚ Marseille porte du Sud. Le regard passionné d’un grand reporter‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 2006‚ p. 127-135.

45 « Disparues‚ troquées‚ les “petites allies” comme les imposantes matrones ayant fenêtre sur rue. Quant au fameux quartier de “derrière la mairie”‚ Suburre à quarante sous des matelots et des tirailleurs‚ un pasteur presbytérien y pourrait promener sa famille sans le moindre risque d’être offusqué » (L’Œuvre‚ 2 octobre 1940‚ p. 3).

46 L’Œuvre‚ 2 octobre 1940‚ p. 3.

47 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.

48 Émile Temime‚ dir.‚ Migranceop. cit.‚ p. 69.

49 L’Œuvre relate le 16 septembre 1940 un mystérieux coup de feu sur la Canebière de nature à rappeler au lecteur le souvenir de l’assassinat du roi de Yougoslavie. L’Œuvre, 16 septembre 1940‚ p. 1.

50 Lors des élections municipales de 1935‚ Henry Ponsard‚ conseiller général du 2e secteur‚ fera campagne sur la reconduite à la frontière des travailleurs immigrés. Émile Temime‚ Histoire de Marseilleop. cit.‚ p. 220‚ 235 sq.

51 Denis Peschanski‚ La France des camps. L’internement 1938-1946‚ Paris‚ Gallimard‚ 2002‚ p. 219.

52 André Le Fournier‚ L’Œuvre‚ 2 octobre 1940‚ p. 1.

53 Ibid.‚ p. 1 et 3.

54 Jean Michel Guiraud‚ La Vie intellectuelle et artistique à Marseille à l’époque de Vichy et sous l’Occupation 1940-1944‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 1998‚ p. 103-114‚ 194.

55 Ce journaliste reprenait ici le rapport rédigé‚ à la même date‚ par le chef du service marseillais de la surveillance du territoire pour l’inspecteur général. Archives départementales des Bouches-du-Rhône‚ 76W161‚ citées d’après Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 35.

56 Titre de l’édition du 6 février 1941‚ Le Matin, 6 février 1941‚ p. 1.

57 Jean-Michel Guiraud‚ La Vie intellectuelle et artistique à Marseilleop. cit.‚ p. 160.

58 Pierre Laborie‚ L’Opinion française sous Vichyop. cit.‚ p. 141-150 ; Robert Mencherini‚ Les Années de crise, 1930-1940op. cit.‚ p. 116.

59 Le Matin, 16 avril 1941‚ p. 1 ; Pariser Zeitung‚ 22 avril 1941‚ p. 6.

60 Pierre Laborie‚ op. cit.‚ p. 279 sq.

61 Renée Dray-Bensousan‚ Les Juifs à Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale : août 1939-août 1944‚ Paris‚ Les Belles Lettres‚ 2004‚ p. 58-61.

62 Le Matin, 14 octobre 1940‚ p. 1.

63 Barbara Vormeier‚ « La situation des réfugiés en provenance d’Allemagne. Septembre 1939-juillet 1942 »‚ dans Jacques Grandjonc‚ Les Camps en Provence. Exil, internement, déportation 1933-1944‚ Aix-en-Provence‚ Alinéa‚ 1984‚ p. 88- 91 ; le nombre d’Allemands accueillis en France après 1933 s’élèverait à 40000 environ. Rita Thalmann‚ « L’accueil des émigrés allemands en France de 1933 à la déclaration de la guerre »‚ dans Jacques Grandjonc‚ dir.‚ Émigrés français en Allemagne, émigrés allemands en France, 1685-1945‚ Paris‚ Institut Goethe‚ 1983‚ p. 122.

64 Le Matin, 1er décembre 1940‚ p. 3.

65 Denis Peschanski‚ La France des camps : l’internement 1938-1946‚ Paris‚ Gallimard‚ 2002‚ p. 72 sq.

66 Pariser Zeitung‚ 24 Juillet 1941‚ p. 8.

67 Pierre Laborie‚ op. cit.‚ p. 64‚ 132-150.

68 Robert Mencherini‚ « Étude départementale. La propagande dans les Bouches-du-Rhône »‚ op. cit.‚ p. 203.

69 Cette agence travaille également pour le Pariser Zeitung. Françoise Denoyelle‚ Photographie d’actualité et de propagande sous le régime de Vichy‚ Paris‚ CNRS éditions‚ 2003‚ p. 147 ; Le Matin, éditions des 3 et 04 décembre 1940 ; L’Œuvre, éditions des 3 et 04 décembre 1940.

70 Robert Mencherini‚ Vichy en Provenceop. cit.‚ p. 186 sq.

71 L’Œuvre‚ 4 décembre 1940‚ p. 3 ; Le Matin‚ 3 décembre 1940‚ p. 1.

72 « Dès la fin de l’après-midi‚ un grand nombre de commerçants ont déjà placé sur les vitrines des placards reproduisant la photographie du maréchal Pétain et des passages essentiels de ses émouvants messages ». L’Œuvre, 30 novembre 1940‚ p. 1.

73 Actualités du gouvernement de Vichy (25/12/1940 – 08 min 53 s) consultables sur le site de l’Institut National de l’Audiovisuel‚ http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/seconde-guerre-mondiale/video/AFE85000252/voyage-du-marechal-petain-a-arles-marseille-et-toulon.fr.html

74 J’emprunte cette formule à Pierre Laborie‚ Les Français des années troubles‚ Paris‚ Seuil‚ 2003‚ p. 35.

75 Seule une petite minorité de la population s’était engagée dans cette voie. À Marseille‚ le futur chef de la milice‚ Joseph Darnand‚ installe la direction du groupe de protection du Sud-Est. Les héritiers du Midi Blanc – Jacques Dugé et Paul de Gassovski – prennent la tête du Service d’ordre légionnaire d’où est issue par la suite une bonne partie de la milice. Le PPF‚ dirigé localement par Simon Sabiani‚ est lui aussi bien implanté et recrute ses hommes essentiellement au sein du milieu marseillais. Émile Temime‚ Histoire de Marseilleop. cit.‚ p. 273.

76 La Semaine‚ 4 février 1943‚ p. 1. Cité d’après Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.

77 « J’en conviens‚ les désœuvrés et les blasés trouvaient élégant de se servir de l’argot que Pagnol mettait dans la bouche des souteneurs et des prostituées‚ des matelots et des jeunes filles innocentes. Mais n’était-il pas nécessaire que cet argot existât‚ pour qu’il pût le transposer dans la littérature en l’enrichissant peut-être ? » (Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38).

78 Robert Mencherini‚ Les Années de crise, 1930-1940op. cit.‚ p. 20 ; Daniel Winkler‚ Transit Marseille. Filmgeschichte einer Mittelmeermetropole‚ Bielefeld‚ Transcript Verlag‚ 2007‚ p. 63.

79 André Zucca a été réquisitionné en 1941 pour travailler pour le journal Signal.

80 Signal‚ no 18‚ 1941‚ p. 27-34.

81 Alain Feig‚ « Nouvelles images d’un vieux monde. Marseille d’avant-guerre et la Nouvelle Vision allemande »‚ dans La Pensée du Midi n° 9‚ Regarder la guerre‚ 2002‚ p. 122-127 ; Hans Andreas‚ « Charpente de la Nouvelle Vision László Moholy-Nagy‚ Siegfried Giedion et le pont transbordeur »‚ dans Bernard Marrey‚ Martin Chenot-Arnodin‚ Gilles Bienvenu et Philippe Oudin‚ Le Pont transbordeur. Marseille et la vision moderniste‚ Paris‚ ministère de la Culture‚ [1992]‚ p. 45-61 ; Véronique Dallet-Mann‚ dans le présent ouvrage.

82 Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8.

83 « Dimanche à Marseille »‚ Signal, n° 18‚ 1941‚ p. 27.

84 « Il est un témoin de l’esprit créateur de l’homme‚ un monument du xixe siècle. Quiconque aujourd’hui le trouve laid‚ comprendra un jour que ce squelette d’acier est animé du souffle divin qui entraîne les hommes dans leurs meilleurs instants » (Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36).

85 Signal, n° 7‚ 1943‚ p. 35.

86 Germaine Krull et André Suarès‚ Marseille‚ Paris‚ Plon‚ 1935‚ 48 p. ; il pourrait avoir également consulté le livre de Siegfried Giedion‚ professeur du Bauhaus‚ qui avait choisi de faire figurer en couverture une photographie du pont transbordeur. Siegfried Giedion‚ Bauen in Frankreich, Bauen in Eisen, Bauen in Eisenbeton, Leipzig‚ Klinkhardt und Biermann‚ 1928‚ V + 125 p.‚ ou le court-métrage réalisé par László Moholy-Nagy‚ Impressionen vom alten Marseiller Hafen (Moholy-Nagy‚ 1929).

87 Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8. Le Matin‚ 21 novembre 1941‚ p. 1 ; Le Matin‚ 14 janvier 1942‚ p. 1.

88 Robert Mencherini‚ Les Années de crise, 1930-1940op. cit.‚ p. 25-32.

89 Pariser Zeitung‚ 16 octobre 1941‚ p. 4.

90 L’Œuvre‚ 5 mars 1941‚ p. 3 ; Le Matin, 16 juin 1942‚ p. 2 ; Pariser Zeitung‚ 16 octobre 1941‚ p. 4.

91 « Marseille sera demain… une ville moderne‚ Marseille‚ Presses municipales‚ 15 mai 1942 » (Signal, n° 7‚ 1943‚ p. 36).

92 L’édition du Matin et de L’Œuvre du 26 janvier 1943 reproduisent ainsi en première page le communiqué diffusé la veille par la préfecture. Le Matin‚ 26 janvier 1943‚ p. 1 ; L’Œuvre‚ 26 janvier 1943‚ p. 1 ; Pariser Zeitung‚ 27 janvier 1943‚ p. 2.

93 Robert Mencherini et Christian Oppetit‚ « Marseille‚ janvier-février 1943. Le temps des rafles : la logique de la collaboration d’État »‚ dans Christian Oppetit‚ dir.‚ Marseille, Vichy et les nazis. Le temps des rafles. La déportation des juifs‚ Marseille‚ Amicale des déportés d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie‚ section Marseille-Provence‚ 1993‚ p. 32 sq.

94 Renée Dray-Bensousan‚ Les Juifs à Marseilleop. cit.‚ p. 25.

95 L’Œuvre, 26 janvier 1943‚ p. 1 ; Pariser Zeitung‚ 27 janvier 1943‚ p. 2.

96 Ce sont les chiffres établis par le préfet régional le 30 janvier 1942. Robert Mencherini et Christian Oppetit‚ « Les rafles de 1943. La décision‚ rappel des chiffres »‚ dans Marseille se souvient du temps des raflesop. cit.‚ p. 23 ; Renée Dray-Bensousan‚ Les juifs à Marseilleop. cit.‚ p. 309.

97 Serge Klarsfeld‚ « La grande rafle de Marseille et la déportation des juifs des quartiers du centre ville »‚ dans Janvier 1943 – Janvier 1993. Marseille se souvient du temps des rafles‚ Marseille‚ Musées de Marseille‚ [1995]‚ p. 3.

98 Le Matin, 26 janvier 1943‚ p. 1.

99 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 34 ; « on entreprit donc à Marseille la plus grande rafle du monde‚ l’épuration des quartiers habités par des malfaiteurs » (ibid., p. 36).

100 Anne Sportiello‚ « La destruction des vieux quartiers »‚ dans Philippe Joutard‚ dir.‚ Histoire de Marseille en treize événements‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 1998‚ p. 201-205.

101 André Négis‚ Marseille sous l’Occupation. Histoire, documents, anecdotes‚ Paris‚ éditions du Capricorne‚ 1947‚ p. 59 sq.

102 25.12.1942. 335e division d’infanterie au groupe d’armée Felber‚ dans Ahlrich Meyer‚ dir.‚ Marseille 1942-1944. Le regard de l’occupant Der Blick des Besatzers. Marseille vue par des correspondants de guerre allemands, 1942-1944. Propagandaphotographie der Wehrmacht aus Marseille 1942-1944‚ Brême‚ Themmen‚ 1999‚ p. 164.

103 Ahlrich Meyer‚ dir.‚ Marseille 1942-1944. Le regard de l’occupant Der Blick des Besatzersop. cit.‚ p. 163-165.

104 Lucien Gaillard‚ Marseille sous l’Occupation‚ Rennes‚ Ouest-France‚ 1982‚ p. 30 ; Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36.

105 Raoul Girardet‚ Mythes et Mythologies politiquesop. cit.‚ p. 42.

106 Marseille‚ n° 21‚ octobre 1942.

107 « Car depuis longtemps des raisons d’hygiène et d’urbanisme commandaient que des dispositions fussent prises à l’égard des quartiers qui entourent le Vieux-Port » (Le Matin, 8 février 1943‚ p. 4).

108 Le Matin, 8 février 1943‚ p. 4.

109 Signal, n° 7‚ 1943‚ p. 35 ; Jacques Delarue‚ Trafics et crimes sous l’Occupation‚ Paris‚ Fayard‚ 1993‚ p. 244 ; André Négis‚ Marseille sous l’Occupationop. cit.‚ p. 60. Eugène Beaudoin‚ qui était installé à cette date à Marseille où il enseignait‚ a bien réalisé un projet d’aménagement du Vieux-Port de Marseille. Cité de l’architecture et du patrimoine‚ fonds Beaudoin‚ 265 AA‚ chapitre B‚ Objet BEAUD-B-41. Aménagement de la région marseillaise (Bouches-du-Rhône). 1941-1942.

110 Sonia Mazey et Vincent Wright‚ « Les préfets »‚ dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida‚ dir.‚ Vichy et les Français‚ Paris‚ Fayard‚ 1992‚ p. 273.

111 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36.

112 André Viguié a délégué M. Pierre Barraud‚ secrétaire général de la Préfecture‚ pour l’administration de la ville de Marseille (La Croix, 15 octobre 1940‚ p. 1).

113 Pierre Guiral a attiré l’attention sur cette convergence‚ dans Raoul Busquet‚ Histoire de Marseille‚ Paris/Marseille‚ Robert Laffont/Jeanne Laffitte‚ 1998‚ p. 393.

114 Danièle Voldman‚ La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954. Histoire d’une politique‚ Paris‚ L’Harmattan‚ 1997‚ p. 47 sq.

115 Eugène Beaudoin‚ « Notes à propos d’un plan d’aménagement et de rénovation de la ville actuelle »‚ Marseille‚ n° 21‚ 1942‚ p. 14.

116 Henri Ripert‚ « Quelques considérations sur les plans »‚ Marseille‚ n° 21‚ octobre 1942‚ p. 10.

117 « La Marseille de 1941 sera la pierre de touche de la nouvelle France ! Elle prouvera à partir de cet exemple‚ si cette volonté de renouveau peut être suivie de faits ou s’il s’agit seulement de belles paroles »/ « Dieses Marseille von 1941 wird der Prüfstein für das neue Frankreich sein ! Die Stadt wird es zu erweisen haben‚ ob der Neuerungswille Tatsachen oder nur neue Phrasen zu schaffen vermag ! » (Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8).

118 « Vichy stellte Millionen Franken nicht nur für die Sanierung sondern auch für die Erweiterung der Marseiller Anlagen zur Verfügung. Es existiert der Generalbebauungsplan eines zielstrebigen Architekten [Beaudoin]‚ der den alten Hafen dem Erdboden gleichmachen will‚ menschenmögliche Verkehrswege schaffen und der Stadt und ihren Kindern endlich das Minimum an Grünanlagen‚ Luft und gesunden Wohnungen gäbe » (Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8).

119 Le Reichsführer SS Himmler avait exigé du chef de la police et de la SS en France‚ Karl Oberg (1897-1965)‚ le nettoyage de Marseille et une solution radicale. Ahlrich Meyer‚ dir.‚ Marseille 1942-1944. Le regard de l’occupant Der Blick des Besatzersop. cit.‚ p. 27.‚ note 19‚ p. 37.

120 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36.

121 « Sur le quai des soldats allemands poussent de grands fûts‚ d’où s’échappe une fine poussière jaune : de la dynamite ! Il est entre 11 heures et midi‚ tout est silencieux. On n’entend que les fûts qui roulent » (Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 34).

122 Le Matin, 26 janvier 1943‚ p. 1.

123 « Le plan initial préconisait un traitement progressif de la seule zone insalubre des vieux quartiers‚ comportant essentiellement l’exécution d’opérations de curetage destinées à dégager les immeubles anciens et à leur donner l’aération et l’ensoleillement indispensables. Quelques démolitions étaient seulement prévues pour permettre la construction par rapport à des nécessités urgentes d’un nouvel Hôtel de Ville autour de l’actuel pavillon du quai. Mais ces opérations d’urbanisme devaient être faites en application de la procédure classique d’expropriation pour cause d’insalubrité publique ». (« L’urbanisme à Marseille en 1943. Le dernier état du plan d’aménagement et d’extension de Marseille »‚ Marseille‚ n° 23‚ août 1943‚ p. 21).

124 Le Matin publie dès l’été 1940 des articles portant sur le projet de démolition du Marais à Paris tout à fait comparables à ce qui sera écrit deux ans plus tard au sujet des quartiers Nord du Vieux-Port. « Tache au cœur de Paris. Le ghetto du Marais doit disparaître. Un dédale de voies étroites et sordides dans le quartier du Marais » (Le Matin‚ 4 août 1940‚ p. 1). Il est à noter que le Pariser Zeitung s’est emparé également du sujet et publie un article comparable en allemand et dans sa traduction française : « La honte des îlots insalubres » (Pariser Zeitung‚ 4 mars 1941‚ p. 1).

125 Le Matin‚ 26 janvier 1943‚ p. 1 ; « La fermeture de certains nids de corruption semble avoir allégé déjà l’air moral du grand port » (Le Matin, 2 février 1943‚ p. 1) ; Pariser Zeitung, 27 janvier 1943‚ p. 2 (article paru en allemand et en français).

126 Le Matin, 8 février 1943‚ p. 4.

127 « On pouvait lire dans les yeux de ces enfants âgées de 8 à 10 ans qu’elles savaient toutes les choses de ce monde que ce quartier avait enseignées aux marins saouls de toutes origines »/ « In den Augen der 8- bis 10 jährigen Mädchen aber stand bereits das ganze Wissen über alle Dinge dieser Welt‚ die dieses Viertel seit Generationen den betrunkenen Matrosen aller Zonen vermittelt hatte » (Pariser Zeitung, 24 juillet 1941‚ p. 8).

128 « Les caniveaux charriaient depuis le haut de la colline des immondices à l’odeur nauséabonde qui venaient s’entasser au bas des ruelles ou des escaliers étroits. Comme jadis‚ les prostituées étaient accoudées aux fenêtres par centaines‚ les gargotières cuisinaient sur le bord de la rue‚ les marchands de babioles hélaient le passant‚ des proxénètes‚ des marins sans travail et ces visages misérables qui ne manquent à aucune ville portuaire de la Méditerranée‚ étaient appuyés‚ sales et dépravés‚ contre les murs des maisons. »/ « Die Rinnsale von der Höhe des Hügels spülten den unbeschreiblichen stinkenden Unrat fußhoch immer am Ende der Gassen oder schmalen Treppenstraßen zusammen. Die Straßenmädchen lehnten zu Hunderten wie ehedem in den Fenstern‚ die Garküchenwirtinnen schmorten am Straßenrand‚ die Händler schrien ihren Krims-Krams aus‚ Zuhälter‚ arbeitslose Matrosen und jene armselige Gesichter‚ das ( !) in keiner Hafenstadt des Mittelmeeres fehlt‚ lehnten dreckig und verkommen an den Hauswänden » (Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8).

129 L’académicien Louis Gillet‚ historien de l’art et contributeur régulier de la Revue des Deux Mondes‚ a livré‚ dans la revue municipale Marseille du 21 octobre 1942‚ un jugement extrêmement dur sur ce quartier. Marseille‚ n° 21‚ octobre 1942‚ p. 41 sq. ; cité également dans Signal, n° 7‚ 1943‚ p. 35.

130 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 36.

131 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.

132 « Les 25000 habitants des vieux quartiers savent qu’une ville entière peut mourir de sa mauvaise réputation » (Anne Sportiello‚ « La destruction des vieux quartiers »‚ dans Philippe Joutard‚ dir.‚ Histoire de Marseilleop. cit.‚ p. 214).

133 Signal‚ n° 7‚ 1943‚ p. 38.

134 Pariser Zeitung‚ 24 juillet 1941‚ p. 8.

135 C’est ce que montre le fait qu’il prend place parmi les treize événements qui ont marqué l’histoire de Marseille selon Philippe Joutard‚ dir.‚ Histoire de Marseille en treize événements‚ Marseille‚ Jeanne Laffitte‚ 1998‚ 222 p.

136 Pierre Guiral‚ dans Raoul Busquet‚ Histoire de Marseilleop. cit.‚ p. 394.

Table des illustrations

Légende « Forcer le blocus pour nourrir la France », photo agence FULGUR19, Le Matin, 8 octobre 1941, Alice Vermont, envoyée spéciale. Source : BNF.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende L’Œuvre, 2 octobre 1940. Source : BNF.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23087/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende L’Œuvre, 2 octobre 1940. Source : BNF.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23087/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Le Matin, 3 décembre 1940. Source : BNF.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23087/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Signal, 2e numéro de septembre 1941, p. 27. Source : BNF.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23087/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Signal 1943, n° 7, p. 37. Source : BNF.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23087/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Pariser Zeitung, 4 mars 1941. Source : BNF.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/23087/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

Auteur

Aix-Marseille Université

© Presses universitaires de Provence, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search